Partagez | .
 

 The Innocent Criminal

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  Suivant
Auteur
Message
Reese B. Maddox
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 25/04/2016
Messages : 349
Age IRL : 24

MessageSujet: Re: The Innocent Criminal   Jeu 22 Sep 2016 - 12:02

« Si, bien sûr, tu as le droit. C'est juste inattendu. » L'aveu sortit de lui-même alors qu'elle évitait un petit peu son regard. Comme s'il pouvait vraiment être heureux de la voir ? Ça, elle en doutait. Elle-même ne pouvait pas dire qu'elle était contente, ou quelque chose de ce genre de le voir. A dire vrai, elle craignait de devoir ré-affronter tout de suite sa répartie et de ne pas avoir assez d'énergie pour tout nier et lui marteler de vrais arguments en retour. Elle était avocate, on lui apprenait à construire ses réquisitoires. L'improvisation était pas tout à fait son truc, excepté si on voulait que ça sorte du cœur. Sentant toujours l'alcool lui brûlait la gorge, elle releva deux yeux surpris vers Hernando quand il la félicita pour sa descente. Manquant d'avaler de travers, elle toussa un peu avant de lui dire avec un petit rire : « Tu vas me faire croire que t'es impressionné par ça ? Je suis sûre que tu fais pire ! »

Il s'installa en face d'elle, et elle garda son sourire. Au moins, l'ambiance était largement plus légère sur le moment. Et elle se décida à s'armer de son plus belle humour pour poursuivre. Alors qu'il lui disait qu'observer une femme en pleine réflexion, c'était toujours intéressant, elle lui rétorqua « Évidemment, une chica qui réfléchit, c'est carrément mystérieux et énigmatique, ça n'arrive sans doute pas si souvent. Tu veux une feuille et un stylo pour noter tes observations sur la gente féminine peut-être ? » Elle lui fit un clin d’œil complice, alors qu'ils en venaient à la raison de la présence de Hernando ici. Il se baladait et avait vu de la lumière. Ou il l'avait vu elle, surtout. Elle ne put s'empêcher de froncer les sourcils. Comme s'il cherchait la rencontre. Et s'il y était allé avec sincérité, Reese avait du mal pour sa part à gérer l'intérêt qu'on pouvait lui porter, quand il était autre chose que professionnel.

« Oui, je vois, je te fascine en fait, souffla-t-elle en douceur. »

Elle fit de la place devant elle, rassemblant ses papiers pour laisser un peu d'espace à Hernando. Si elle devait partager sa table, ça faisait qu'elle ne pouvait plus s'étaler comme elle le souhaitait. Coinçant son stylo entre ses dents, elle rassembla des feuilles ensemble, ce qui tomba bien puisqu'on revint enfin avec son assiette. Une composition fait de plusieurs plats différents. Parfait ! Elle remercia l'homme d'un signe de la tête et d'un « merchi ! » mal articulé tandis que Hernando semblait s'intéresser à son travail. Elle en fut un peu surprise pour le coup, sans trop savoir quoi faire. Elle hésita.

« Tu veux vraiment savoir ? » Demanda-t-elle avant d'obtenir confirmation. Là, l'exposé pouvait commencer : « Une trentaine dans tout le quartier, celui de ta mère en dépend aussi, apparemment. Mais systématiquement, il refuse de faire les travaux qui s'imposent pour les locataires de ces logements, donc c'est pour ça qu'il est traîné en justice, pour être tenu de le faire, ou à défaut, de trouver un arrangement. » Marquant une pause, elle releva les yeux vers Hernando : « Mais comme tu sais, l'honnêteté ne convient pas vraiment à tout le monde. » Se raclant la gorge, elle reprit : « Légalement, il devrait soit être tenu de faire des travaux, soit de vous reloger dans des appartements décents en fait. J'ai pour l'instant été chargé d'envoyer une missive pour geler les loyers et les empêcher d'augmenter à la rentrée, mais tout ça prend du temps, donc-... » Donc, elle parlait trop, elle s'en rendit compte. Il ne lui avait qu'une seule question, et elle avait totalement divagué sur l'instant. Le pauvre Hernando allait s'endormir sur son shoot de Tequila. Elle pinça les lèvres. « Désolée, ça doit pas te passionner. »

Elle eut un petit sourire, pour se faire pardonner son engouement soudain. Sans trop savoir pourquoi, elle se doutait que si Hernando avait demandé c'était qu'il voulait une réponse, mais elle ne pouvait s'empêcher de se dire qu'il faisait peut-être ça seulement par politesse. Et puis au fond, ils étaient très différents, même s'ils avaient un caractère assez semblable. « Je n'ai jamais prétendu que le temps qu'on passait en ma compagnie était intéressant, donc... Tu es prévenu. » Une manière de s'excuser encore ? Au moins de l'avertir. Maintenant que son dossier était rassemblé en une pile bien droite, ils avaient déjà bien plus d'espace pour laisser la conversation se faire :

« Hm. J'aurais bien voulu te mettre ta raclée à la salle, mais je n'ai pas eu le temps ces dernières semaines. » Plaisanta-t-elle. Ou était-elle à moitié sérieuse ? Difficile à dire. « J'espère que l'offre n'a pas de date d'expiration ? »



Don't let me down
I think I'm losing my mind now. It's in my head, darling I hope that you'll be here, when I need you the most, so don't let me down ©alas.
Revenir en haut Aller en bas
Hernando Álvarez
Messiah
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 19/05/2016
Messages : 494
Age IRL : 29

MessageSujet: Re: The Innocent Criminal   Jeu 22 Sep 2016 - 15:09

Hernando ne répondit pas, mais pour lui aussi c'était inattendu. Certes, il avait eu envie de lui parler lorsqu'ils se croisaient, mais pas de là à s'imaginer aller à sa rencontre dans un bar, il s'était même résigné à la fin face au manque d'intérêt dont Reese faisait preuve à son égard. « P'tet pas impressionné, mais surpris – rétorqua-t-il en se redressant – j'timaginais pas prendre des shoots de tequila, ou même d'un autre alcool, j'te voyais plus sage disons. » Sans pour autant se faire une représentation de fille coincée, si elle lui avait dit aimer passer ses soirées à lire en mettant une musique calme, cela ne l'aurait pas étonné. Oh, et avec un accessoire indispensable ; une paire de lunettes !

Tendant la main afin de récupérer ces fournitures, il répondit à la brune « Ouais carrément ! C'est un truc nouveau et inconnu ! Un peu comme les explorateurs débarquant sur un territoire inexploré et s'retrouvant face aux différentes merveilles de ce lieu. - Expliqua-t-il en prenant finalement le pot de condiments pour mimer le fait de se cacher – Et là, au loin, t’aperçois quelque chose d'incroyable et d'jamais vu, une nouvelle espèce animale ; une femme blanche dans un quartier latino entrain d'lire et même de ''travailler'' en buvant un breuvage fort. »  termina-t-il en reposant l'objet pris quelques instants plus tôt.

Il posa sa tête au creux de sa main en ayant au préalable mis le coude sur la table « Alors oui, tu me fascines Reese Maddox. » lui dit-il d'un ton calme et on ne peut plus sérieux tout en la regardant dans le blanc des yeux. Il se rappela alors de la question posée quelques jours plus tôt par la jeune femme ''Qui es-tu, Hernando Alvarez ?'' Celle-ci aurait pu être retournée à la personne l'ayant posée car lui aussi avait envie de la voir se dévoiler. A peine eu-t-il le temps de lui répondre que les commandes arrivèrent.

Hochant la tête en guise de réponse, le latino écouta attentivement les explications données. Et elles étaient nombreuses ! L'engouement, dont Reese faisait preuve, était communicatif. Hernando avait le sentiment en l'écoutant que l'affaire était gagnée d'avance. « Non, non, t'arrêtes pas, ça m'intéresse tu t'trompes ! » répondit-il énergiquement, presque frustré. Il trouvait les réactions de la jeune femme attendrissantes et touchantes à la fois. Il se demandait quand même s'il y avait autant de personnes que ça lui ayant déjà fait la remarque que ses explications étaient inintéressantes. Ce qui était tout l'inverse de ce qu'il ressentait.

« Vraiment, j't'assure, si j't'ai posé la question, c'est qu'j'ai envie d'avoir une réponse. - Prenant un ton un peu plus sérieux, il poursuivit afin de rassurer la future avocate - En plus, t'expliques bien les choses sans partir dans des termes techniques qu'seuls ceux maîtrisant l'sujet comprendraient. T'as pas à t'excuser. » serrant le poing, il se retint de poser sa main sur celle de Reese. Cela aurait été un geste de réconfort, rien de plus, mais il se méfiait de la réaction qu'elle aurait pu avoir en interprétant mal ce geste. Et l'idée de se retrouver couvert de bouffe ne l'enchantait pas. « Mais du coup, quand t'auras fini tout c'côté paperasse ou administratif, y aura pas photo, il s'ra obligé de raquer nan ?! » demanda-t-il.

Riant à la réflexion de la brune, Hernando ne se défila pas devant cette taquinerie « Y a pas de problème, tu viens quand tu veux ! Mais, à choisir, viens l'jeudi si tu peux, c'est c'jour là où j'y suis le plus. »  Étant donné que Reese était d'humeur à plaisanter, le latino lui embraya le pas « Par contre, j'espère qu't'as pas trop peur de t'casser un ongle ou autre chose. » dit-il avec un nouveau sourire. Il aurait bien formulé la chose autrement, du genre J'espère qu'tu sais encaisser les coups, mais il ne manquerait plus qu'un d'ses ex soit un con et ait voulu lever la main sur elle un jour, ce qui, forcément, lui rappellerait de mauvais souvenirs. Ou des bons, si elle l'avait mis ko. A son tour, Hernando but tout son verre en une fois.



MIKE : #576A6E / HERNANDO : #A59450
Revenir en haut Aller en bas
Reese B. Maddox
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 25/04/2016
Messages : 349
Age IRL : 24

MessageSujet: Re: The Innocent Criminal   Jeu 22 Sep 2016 - 17:32

« Sage ? » Hoqueta-t-elle avant de rire. Bon sang, elle ? Ce qu'elle pouvait être une garce, parfois. Y'avait pas à dire, il avait une étrange image d'elle. Il l'imaginait probablement à ne rien faire dans son appartement, à lire des bouquins gros comme elle, avec une paire de lunettes sur le nez et de la musique classique en fond. Si seulement... Reese aimait sortir, il lui arrivait trop souvent de rentrer avec la gueule de bois, et elle ne dormait plus tant que ça ces dernières années. De toute façon, elle avait toujours eu des tendances insomniaques. Alors, avec ce qu'il disait là, pas étonnant qu'il lui ait balancé toutes ces choses la dernière fois : « Tu me connais apparemment très mal. » Et puis finalement, elle même ne le connaissait pas si bien que ça. Donc un partout, balle au centre. « Et je vais me faire un malin plaisir à déconstruire cette image que tu as de moi, tiens. »

Et d'autant plus de la manière dont il parla d'elle ensuite, comme une créature rare. Elle ne put s'empêcher d'en être étonnée et flattée aussi au passage. Si elle n'avait pas un si grand contrôle de sa personne, probablement aurait-elle rougi. Mais bon, elle encaissait toujours mal les gentilles choses qu'on lui adressait, et s'armait d'humour pour faire passer ça. « ça te va si je t'appelle Hernando Jones ? Ça collerait assez. » Le terrible explorateur, avec son bonnet et sa veste à fourrure dans ses sneakers usées par l'aventure. Elle le fascinait, semblait-il. « Tu es étrangement gentil, ça cache quelque chose ? » Première question, qui pourrait ne pas être bien prise. Mais Reese s'en moquait, elle se devait s'en assurer.

Et si la discussion se recentra sur son boulot, Reese n'en fut que plus à l'aise. Hernando lui assura son intérêt à ce sujet, ce qui lui permit de reprendre là où elle avait laissé les choses, elle expliqua avec la même patience que tantôt, qui semblait convenir à son interlocuteur : « Il aura pas le choix quand il sera passé devant un juge, si celui-ci plaide en notre faveur. Il devra en rénover certain, mais tu sais, beaucoup sont promptes à faire des économies, et puis c'est pas si simple. Ça peut prendre des mois, ils peuvent essayer de faire changer le statut de vos appartements pour vous mettre dehors et ne pas avoir à faire les travaux,... » Elle haussa les épaules. « C'est jamais la route facile pour la récompense, faut être plus retord que son adversaire souvent. Ou alors, avoir un dossier tellement béton que ça se passera de rhétorique, tu vois ? En général, selon le juge que tu as en face, tu arrives plus facile à plaider ta cause, il faut juste jouer sur des aspects qui l'intéressent. Mais c'est une question de chance aussi. Enfin... Et j'irai pas au bout, j'aurais fini mon stage avant que ça passe en jugement. Mais le cabinet est pas trop mauvais, vous devriez avoir des retours assez rapidement. »

Petite moue, elle plongea ses lèvres dans son café encore chaud, avant de rire à la remarque de l'homme. « Le jeudi, ouais, c'est noté. » Elle irait probablement. Mais elle ne savait pas quand précisément. Elle ferait l'effort en tout cas. « Si t'as pas peur de te faire battre par une fille. » Plaisanta-t-elle. Elle se ferait mettre à terre bien avant ça, elle le savait, mais c'était trop tentant. Oh, Reese n'était pas en reste, elle savait se défendre, et pouvait être une véritable furie. Mais son ring a elle, c'était une salle de justice, c'était son bureau, des endroits comme ça. Elle n'était violente que dans le choix des mots. Elle parlait pour faire mal. Et elle parlait vrai, surtout.

« Tu en veux ? » Proposa-t-elle en mettant l'assiette au milieu de la table, pour qu'il puisse y avoir accès. Pour sa part, elle n'hésita pas à prendre un morceau de poivron qu'elle mit en bouche. Elle mâcha avant de sentir sa bouche la brûler. Pas du poivron. Pas du poivron du tout ! La brune devint rouge en quelques secondes, lâchant une injure bien sentie qui traduisait tout à fait sa surprise. Elle l'avait pas vu venir, celle-ci ! Au moins était-elle très bien réveillé sur l'instant ! Hernando allait pouvoir se moquer d'elle un petit moment avec ça. Elle avala, les joues aussi rouges que le poivron dans l'assiette, des larmes aux yeux, elle prit une profonde respiration. Le gérant était lui aussi en train de rigoler de la scène. Il lui conseilla de prendre de la crème, ce qu'elle fit avec un morceau de tortilla. Ça allait tout de suite mieux ! « Ne rigole pas, toi... » lui lança-t-elle avec une petite moue avant de lui sourire.

Il était de toute façon temps de changer de sujet, pour faire passer la honte. « Tu fais de la boxe depuis longtemps, d'ailleurs ? » Demanda-t-elle à la suite. « C'est pour voir si tu as une chance contre moi. » suivi d'une autre risette amusée. Elle avait envie qu'il lui parle de lui, pour en apprendre plus.



Don't let me down
I think I'm losing my mind now. It's in my head, darling I hope that you'll be here, when I need you the most, so don't let me down ©alas.
Revenir en haut Aller en bas
Hernando Álvarez
Messiah
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 19/05/2016
Messages : 494
Age IRL : 29

MessageSujet: Re: The Innocent Criminal   Jeu 22 Sep 2016 - 18:41

Il s'était bel et bien totalement trompé sur Reese et l'image qu'il avait d'elle. Ce qui n'était pas plus mal, ça la rendait encore plus intéressante et l'envie de la connaître ne fut que plus forte. « J't'en prie, dévoile-toi, laisse-moi en apprendre un peu plus sur toi. » lui répondit-il avec sourire plein de malice. Cette soirée, et surtout cette jeune femme, étaient pleines de surprises. Jamais, au grand jamais Hernando n'aurait pu s'imaginer quelques jours plus tôt avoir l'occasion de passer un tel moment s'annonçant prometteur et aussi agréable.

Un éclat de rire se fit entendre dans l'établissement. Celui-ci fut causé par le surnom dont la brune venait d'affubler le latino. « Hernando Jones.... C'est pas mal, 'me faudrait une machette pour m'balader dans la jungle qu'est Seattle ! Et tu pourrais être ma partenaire dans cette folle aventure pour trouver l'crâne de cristal ! Ca m'botte bien ! » affirma-t-il en hochant la tête afin d'accentuer ses dires. Lorsque Reese s'inquiéta de la gentillesse du tatoué, il ne fut pas surpris. Il avait beau avoir tenté de montrer un autre visage lors de sa venue dans leur appartement, mais ce fut un échec. Jusqu'à présent, tout ce qu'il avait pu lui montrer étaient parmi les pires facettes de sa personnalité. Enlevant lentement son sourire, le latino voulait se montrer sérieux en lui répondant pour ne pas la laisser penser qu'il racontait des bobards « Non, du tout. C'est just'moi. Même si j'peux être un gros con – ce qu'il admettait sans difficulté – la plus part du temps j'suis comme tu m'vois là, – tournant la tête en direction du bar, il fit signe pour commander deux nouveaux verres de tequila – je pourrais dire la mêm'chose pour toi. T'as l'air différente des autres fois où on a pu s'parler ou s'croiser. » ce qui était vrai, Reese semblait être moins sur les nerfs, c'était peut-être ça la différence. Ou peut-être que ces changements venaient de tous les deux. Autre lieu, autre type de rencontre.

D'un point de vue juridique, les explications fournies n'étaient finalement pas si rassurante que ça. La justice semblait être extrêmement pour ce genre de cas, c'était étrange la manière dont le système fonctionnait. « Dès qu'il y a d'l'argent en jeu, en gros faut s'montrer patient pour espérer avoir quelque chose.... Si on parvient à l'avoir... » dit-il d'un air dépité. Il avait l'impression que le monde fonctionnait à l'envers. Pour une histoire de drogue tout à fait basique et idiote du type un black ou hispanique avec quelques grammes, là le procès était réglé rapidement, ça ne traînait pas durant des mois. A l'inverse, si un homme bien sous tout rapport, et la plus part du temps blanc, était mis en cause, la justice faisait preuve de lenteur plus importante. C'était en tout cas la façon dont Hernando voyait les choses.

Mais ce qui le fit étrangement le plus tiquer était la dernière partie des propos de la jeune femme. « Oh, mais tu resteras pas dans c'cabinet ? Tu quitteras la ville ? » s'empressa-t-il de lui demander. Ces questions aurait dues passer au second plan, ils parlaient boulot, affaire importante où les deux étaient concernés d'une manière ou d'une autre, mais il n'en était rien. Bien que cela ne fasse que quelques minutes qu'il était assis là et qu'ils discutaient tranquillement, il souhaitait que ce moment se prolonge. Sauf que si le stage de Reese se terminait d'ici quelques semaines et qu'elle partait loin de Seattle, il serait alors impossible de pouvoir réaliser cela.

La réponse de la brune pour la boxe convenait parfaitement à Hernando, il avait déjà hâte d'y être, comme lorsque les parents annonce à leur enfant qu'ils partent en vacances. La progéniture ne pense qu'à ça ensuite en décomptant les jours restants avant le départ, sauf que là, le latino savait simplement que c'était un jeudi, mais c'était déjà ça. « Non t'en fais, si j'vois qu'c'est perdu d'avance, je ferai vider la salle pour que personne voit cette humiliation.... humiliante – rétorqua-t-il amusé – Mais m'fais pas faux-bond, sinon j'viens t'chercher à ton boulot s'il le faut ! » Chose dont il serait tout à fait capable.

En plus d'être amusante, souriante, sincère et honnête, la jolie brune était attentionnée. Ce qui fait beaucoup pour une seule personne. La proposition toucha Hernando, non pas uniquement parce qu'elle lui était adressée, mais bien car cela montrait qu'il s'agissait d'une femme généreuse. « Euh, oui, mais juste un bout alors ! – répondit-il d'un air un peu gêné – T'es quand même bizarre... Prendre une tequila, puis du café pour final'ment manger. » lui lança-t-il d'un ton taquin. Laissant d'abord Reese se servir, le latino fit les gros yeux en la voyant prendre un piment et le mettre en bouche comme un simple morceau de pomme de terre. Le déroulement de la suite fut logique, elle se brûla la bouche. Quant à Hernando, durant les deux premières secondes, il riait silencieusement, seul le haut de son corps était sautillant. Ces yeux se remplissaient de larmes, c'était trop de la voir ainsi et il finit par craquer en éclatant de rire. A tel point qu'il commençait à en avoir mal au ventre. S'essuyant les yeux, le jeune homme tentait tant bien que mal d'arrêter de rire, ce qui ne fut pas aisé. « Désolé, mais j'ai pas pu résister, t'aurais vu ta tête ! – nouveau rire – C'était trop fort ! » Sa main se posa sur son ventre et le latino prit plusieurs bols d'air pour contrôler, puis, stopper totalement ce fou rire.

« J'comprends, c'est important de jauger son adversaire avant un combatne pas repenser au piment, ne pas repenser au piment se répéta-t-il en fermant les yeux – ça doit faire trois ans environ. Et toi ? » lui demanda-t-il avec un grand sourire. Il savait qu'il ne fallait pas juger un livre à sa couverture, pourtant, ça ne l'empêchait pas d'avoir de sérieux doutes sur les compétences de la brune en matière de boxe. Mais après tout, elle était pleine de surprise, alors pourquoi pas ?!



MIKE : #576A6E / HERNANDO : #A59450
Revenir en haut Aller en bas
Reese B. Maddox
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 25/04/2016
Messages : 349
Age IRL : 24

MessageSujet: Re: The Innocent Criminal   Jeu 22 Sep 2016 - 19:26

« Ok. » lança-t-elle, sûre d'elle. C'était le moment apparemment : « Déjà, pour commencer, je ne suis pas une petite blanche qui pète plus haut que son cul. Ce qu'il faut savoir avec moi, c'est que j'en ai rien à foutre que tu sois latino, noir, asiatique, blanc, extraterrestre, homme, femme, ou entre les deux, petit ou grand, maigre ou gros. Ce qui compte, pour moi, c'est ce que tu fais de tes dix doigts. Je suis exigeante avec les gens que je rencontre, ce qui fait que je n'ai pas beaucoup d'amis. Je ne suis pas une bonne amie de toute façon. Je suis douée pour voir quand on ment, et je n'aime vraiment pas ça. Je vis seule depuis trois mois maintenant, je n'ai pas d'animaux parce que je suis déjà pas foutue de m'occuper d'une plante verte, je passe tout mon temps libre à travailler, j'ai un job alimentaire à côté, ça doit faire deux ans que je n'ai pas dormi plus de trois heures en une nuit. Je ne sais pas cuisiner, je suis à moitié maniaque et je chante sous la douche. J'ai du voir au moins trois fois l'intégral des feux de l'amour, et tu ne peux pas savoir à quel point cette connerie est addictive. Je ne fume pas, mais j'ai la gueule de bois mauvaise. L'alcool joyeux par contre. »

Avec ça, il avait de quoi faire. Oh, elle faisait l'impasse sur son histoire personnelle. La fin de sa relation avec Moxley, son enfance en foyer, la solitude qui la pesait parfois. Peut-être le fait qu'elle n'était pas tout à fait heureuse dans sa vie, qu'elle vivait mal bien des choses, et que sous la douche, elle pleurait souvent aussi. Tout ça, elle n'avait pas envie de le dire de toute façon. Elle préférait garder la légèreté avec laquelle elle avait débuté son listing : « Ne prend pas ça comme prétexte pour me saouler ce soir » l'avertit-elle avec une moue amusée. « ça règle la discussion de la dernière fois je pense. C'est à ton tour maintenant. » Et elle le regarda en attendant qu'il déballe sa liste lui aussi, trempant ses lèvres dans son café à nouveau.

« Tu crois que je ferais une bonne partenaire ? » Blagua-t-elle. « Enfin, t'auras besoin de moi quand tu te feras arrêté avec ta machette dans Seattle, ça c'est sûr ! » Oh oui. Elle voyait bien tous les flics débouler pour arrêter ce fou dangereux en machette, l'explorateur incompris. Ils pourraient rire de la situation des années après l'évènement, mais pas avant. Parce qu'il ferait probablement de la prison pour tout ça. Donc mieux valait éviter de toute façon. Ou avec une machette en mousse, à la limite. C'était pas comme s'il allait en avoir besoin dans cette ville. Du moins... Pas tout de suite. Même si elle ne manqua pas de rougir légèrement quand il remarqua qu'elle était différente des autres fois. Oui, moins sur la défensive. Et puis, ça avait l'air plus simple de discuter là. Comme si y'avait pas de poids sur leurs épaules, comme si tout ça était gratuit, spontané. Comme si y'avait pas besoin de montrer les crocs pour s'imposer à l'autre.

Et puis, ça permettait de s'ouvrir un peu plus. Reese le remarqua facilement, surtout qu'Hernando semblait étrangement très spontané. Souriant, dans la conversation, il l'écoutait vraiment, semblait s'intéressait à tout ce qu'elle lui disait, et même s'en inquiéter. Sa dernière question l'étonna légèrement par ailleurs. « Non, pas du tout. Je trouverais un autre stage dans un autre cabinet et puis voilà... » Le rassura-t-elle doucement avant de plaisanter : « Pourquoi, t'as peur que je m'en aille ? » S'amusa-t-elle en le regardant dans les yeux. Chacun son tour, pour rigoler. Lui s'était bien moqué d'elle après la scène avec le piment qu'elle avait pris pour un poivron, et qui lui avait arraché la moitié de la langue.

Elle s'essuya même une petite larme au coin des yeux, le piment avait eu raison d'une partie de sa dignité. Elle ne se sentait pas très bien encore, même si ça la brûlait beaucoup moins que lors de la première bouchée. En fait, la vérité c'était que le piquant avait totalement anesthésié sa langue. Elle ne manqua pas de le dire à Hernando avec une pointe d'indifférence, comme si c'était normal : « Je sens plus mes lèvres, et je crois que j'ai perdu le sens du goût ». N'importe qui s'en serait affolé, mais pas elle. Ça finirait bien par revenir. Là, elle pouvait manger du guacamole ou du chorizo sans faire la différence. Elle pouvait même engloutir du piquant sans broncher. Anesthésiée, comme dit.

Quand à la boxe, elle fit mine de réfléchir : « ça doit faire à peu près... Hm... Cinq minutes ? Depuis que j'ai décrété que j'étais une guerrière, tout est dans le mental, tu vois ? » déclara-t-elle en posant un doigt sur sa tempe : « Quand on veut, on peut, c'est mon credo. » Bon, peut-être pas. Il fallait de l'entraînement pour espérer mettre un type qui avait un passif de trois ans dans un sport KO. Mais avec un malentendu, ça pouvait probablement passer. Suffisait qu'elle tape vite et droit dans le nez ou dans la glotte. « Donc ouais, t'auras intérêt à vider la salle avant que j'arrive, je suis pas sûre que ma réputation survive à ça. »

On leur apporta leur consommation. Nouveau merci. Reese attrapa son verre, et le tendit vers Hernando pour trinquer. Et « à ta santé ! » avant de le boire en une gorgée, comme la dernière fois.



Don't let me down
I think I'm losing my mind now. It's in my head, darling I hope that you'll be here, when I need you the most, so don't let me down ©alas.
Revenir en haut Aller en bas
Hernando Álvarez
Messiah
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 19/05/2016
Messages : 494
Age IRL : 29

MessageSujet: Re: The Innocent Criminal   Jeu 22 Sep 2016 - 21:49

Estomaqué. Oui, c'est le mot convenant à l'état d'esprit du jeune homme. A force, il n'allait plus être étonné de rien avec Reese, mais là, c'était le cas, une fois encore. Ca en devenait presque effrayant. L'avalanche de mots se faisant presque assommante, pas de façon péjorative, mais il y avait tant d'informations à assimiler en une fois. Au point, d'en rester silencieux durant quelques secondes. Rassemblant ses idées, Hernando finit par ouvrir la bouche « Wahou.... T'aurais du me prév'nir que j'me prépare psychologiquement, parc'que là j'm'attendais pas à tout ça – s'amusa-t-il – Y a pas à dire, tu t'donnes les moyens de réussir, t'as une volonté incroyable que peu aurait à ta place. » Une volonté oui, mais un sens du sacrifice plus qu'important. Elle mettait sa vie personnelle totalement de côté afin de joindre les deux bouts tout en poursuivant ses études. « J'sais pas si t'en as conscience, mais t'es vraiment incroyable tu sais... » affirma-t-il d'une voix un peu faible. Comment arrivait-elle à vivre ou même survivre avec un planning aussi chargé ?!

Ne pouvant rester dans cet état, le latino ajouta une chose avec humour, mais sincère « Pour la cuisine, reviens chez nous un coup en tant qu'invitée et t'auras l'provilège de goûter à plat fait avec amour par une madre puertoricaine ! » Oui, oui, il était entrain de parler de sa mère, ce qui n'était, à priori, pas le sujet le plus intéressant qui soit surtout dans ce genre de moment. Se rendant compte de son erreur il se précipita d'expliquer ses propos « J'dis ça parce que j'sais pas cuisiner non plus et qu'même les restos sont en-d'ssous de la qualité d'ses repas. » Mais plus il parlait, et plus il avait la sensation désagréable de s'enfoncer en passant pour le fiston à sa maman chérie. Tant pis, le mal était fait.

Reese s'était donc ouverte, elle avait parlé d'elle et grâce à ça, il put en apprendre bien plus qu'il espérait. Et tout cela conforta le sentiment qu'il avait d'elle, ainsi que de la raison qui l'avait poussée à entrer ; la jeune femme était vraiment intéressante, unique même. C'est logiquement que la question fut retournée à Hernando. Autant dire qu'aucun sourire n'était visible sur son visage. « Que dire.... » un silence de plusieurs secondes s'installa. Il n'était pas à l'aise sur le fait de parler de lui, surtout en prenant en compte ce que la brune venait de dire. « Bon, j'vais continuer à être honnête, même si j'pense que des trucs vont t'énerver... – il prit une grande inspiration avant de se lancer – Niveau professionnel, bon tu sais déjà que – petits regards dans les alentours pour s'assurer que des oreilles ne traînaient pas – que je fais parti d'un gang. Bon, on est pas non plus des barbares tirant dans tous les sens où j'sais pas quoi, y a des accords et en général, ça va, y a pas de débordements. Mais non, j'compte pas y rester éternellement, mais faut qu'j'trouve un truc qui me motive vraiment et me tente. Sinon, d'plus personnel, j'suis quelqu'un d'positif et souriant – il afficha alors un grand sourire pour illustrer cela – pour moi, y a du bon dans tout, faut juste le chercher pour l'voir. J'suis pas prise de tête en général, même si j'peux être très chiant et borné. J'parle pas d'la façon la plus casse, même si avec toi j'essaye d'faire un effort, d'éviter d'être grossier par exemple. Si j'te donne ma parole pour un truc, j'le ferai, quoi qu'ce soit. Faut être vrai dans la vie, l'honnêteté et la parole sont très importantes. J'peux être facilement distrait et – il réfléchit un instant et ajouta une dernière chose – Oh, si, j'suis prêt à tout pour ceux qu'j'aime. » Le tableau n'était pas des plus glorieux, mais il collait plutôt bien à Hernando. « Ca va, tu vas pas prendre tes jambes à ton cou ? » demanda-t-il en riant légèrement, bien que ce soit pour cacher une légère inquiétude.

Il était vrai que le latino n'avait pas pensé aux forces de l'ordre qui n'était pas un élément non négligeable alors qu'à l'extérieur, il y pensait constamment. « Tu vois, t'es la partenaire idéale parc'que tu penses plus loin qu'moi ! Et si c'est un jouet, ils peuvent rien faire nan ? Parc'que dans c'cas, j'prends la machette en plastique, ça me va aussi ! » l'objet, bien qu'en plastique, pouvait pourtant se révéler dangereux en fonction de la personne la tenant en main. Mais ceci, était hors-sujet et autant éviter de noircir davantage le tableau en se faisant passer pour un psychopathe car là, elle aurait de quoi s'inquiéter.

En parlant d'inquiétude, Reese venait d'en ôter une de l'esprit du tatoué. L'entendre dire que la fin du stage ne signifiait pas un départ fut un réel soulagement. Plus les minutes passaient et plus Hernando éprouvait une réelle sympathie pour elle, la curiosité et l'intérêt faisaient qu'il n'avait pas envie de la voir partir, d'où ce soulagement. Le regard légèrement fuyant, il lui avoua avec une pointe de gêne « J't'ai dit, t'es une fille intéressante, c'qui est rare, alors ouais ça m'f'rait chier qu'tu partes surtout qu'j'apprends à t'connaître et qu'ça me plaît. » Une fois cela dit, il fixa de nouveau son regard dans les yeux marrons de la jeune femme.

Le côté naturel de la brune était des plus charmants, alors lorsqu'elle parla des conséquences causées par le piment, le tatoué afficha un petite sourire. Prenant un air grave, il se pencha exagérément en avant en faisant des grimaces mélangeant inquiétude et dégoût « C'est vrai qu't'as pas bonne mine là quand même – lui dit-il en se reculant – faudrait qu'tu fasses gaffe quand même à c'que ta langue gonfle pas trop, parce que d'ja là t'as les yeux complètement rouges et tes lèvres – il les fixa un instant en faisant les gros yeux – elles ont l'air d'avoir vach'ment gonflé ! » Hernando gardait un faciès des plus sérieux pour laisser le doute planer dans l'esprit de Reese. La taquinerie était peut-être exagérée, mais il se disait qu'après coup, elle en rirait... Enfin, c'était ce qu'il espérait. Avant qu'elle ne fasse une syncope, il lui révéla la vérité « C'est bon, j'plaisantais ! Pas la peine de penser aux urgences, t'en as pas b'soin. » précisa-t-il en riant une fois encore.

« Ah ouais, sacrée expérience ! – ironisa-t-il – J'sais pas si j'arriverai à m'défendre un minimum pour l'coup. » dit-il en penchant sa tête de droite à gauche d'un ton dubitatif. En revanche, il grimaça en entendant le ''quand on veut, on peut''. Quelques jours plus tôt, l'hispanique avait déballé un tas de choses sur l'image dégagée par la brune, il s'était trompé sur de nombreux points, il avait pu que le constater durant la soirée, mais sur ce dicton en revanche, il avait visé juste malheureusement. Il préféra se concentrer sur les autres propos qu'elle tenait en se disant que personne n'était parfait. Et si elle avait que ça comme défaut risquant de l'énerver, ça n'avait aucune importance. « Dans c'cas, l'mieux s'rait que tu viennes après 18h le jeudi. En général, y a pas trop d'monde c'jour-là donc ça s'ra pas trop compliqué d's'organiser. » lança-t-il tout souriant.

Prenant le verre tendu par Reese, Hernando n'eut pas le temps de lui dire « cul-sec » qu'elle avala le contenu en un instant « ¡Salud! » dit-il gaiement en buvant, à son tour, sa tequilla. En reposant le verre, il leva l'autre main pour commander à nouveau, en regardant toujours Reese, comme pour chercher son approbation.



MIKE : #576A6E / HERNANDO : #A59450
Revenir en haut Aller en bas
Reese B. Maddox
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 25/04/2016
Messages : 349
Age IRL : 24

MessageSujet: Re: The Innocent Criminal   Jeu 22 Sep 2016 - 22:31

« Exagère pas, hein. J'suis loin d'être incroyable, il en existe cinquante des comme moi. Suffit de creuser un peu. » Mais pour lui, elle était probablement une curiosité. Un ovni. Au fond, elle aussi savait qu'elle était pas banale, dans le genre. Un peu dans la lune, à côté de ses pompes parfois. Une sorte d'originale. Et selon l'endroit où elle se trouvait, à côtoyer des gens qui prenaient des codes, le groupe, comme importants, alors elle était encore plus que bizarre à leurs yeux. Pour lui, elle était un extraterrestre probablement, et là ou pour elle, ça allait encore. Oh bien sûr, elle pouvait pas prétendre le connaître par cœur, mais elle avait fréquenté un long moment un type qui avait les mêmes travers que lui alors... Alors ça habituait, probablement. Et elle ne manqua pas de rire quand il l'invita à manger chez sa mère pour goûter les petits plats qu'elle faisait : « Oui, j'y penserais... »

Elle n'était pas sûre d'avoir l'audace de le faire un jour. Peut-être se sentirait-elle comme une intruse. Elle ne savait pas du tout ce que ça pouvait faire d'avoir une famille, après tout... elle avait grandi seule toute sa vie. Et ça faisait trois mois qu'elle avait mis son entourage de substitution à distance. Son existence, c'était Moxley et Jon, jusqu'ici. Sauf que maintenant... Maintenant il n'y avait plus qu'elle. Au fond, elle était une sorte de survivante, indépendante, et incroyablement seule. Hernando, lui, avait grandi avec une mère, qui l'avait élevé. Il avait probablement des frères, ou des sœurs, elle ne savait pas. Il faisait partie d'un gang, ce qui était une forme de substitution à la famille. Elle, à côté, elle était un spécimen un peu étrange, qu'était pas sûre de pouvoir évoluer avec un entourage. Aimer, c'était quand même compliqué, surtout quand on avait jamais vraiment été aimé en retour.

Peut-être était-elle une boule de tendresse. Avec Moxley, ça avait été le cas. Mais maintenant, après la rupture, après les épreuves, Reese éprouvait une profonde crainte de l'abandon, et se donner, ça revenait à offrir un rein, ou un poumon, à une personne. Et ça faisait si peur, d'aimer... C'était donner la possibilité qu'on la blesse. Et à tout juste vingt ans, la brune était déjà lassée d'essayer. Elle comprit néanmoins une chose : tout spécimen qu'elle était aux yeux d'Hernando, il était curieux, et peut-être intéressé par le fait de se faire un nid près d'elle. Pour l'observer peut-être. Parce qu'elle vivait d'une façon qui soulevait des questions. Sûrement parce qu'il voyait chez elle une blessure qu'il portait aussi. Un vide, qu'on pouvait pas combler tout seul.

« Pourquoi je partirais ? » Demanda-t-elle après les présentations. Elle ne pouvait cacher le sourire tendre qu'elle portait en le regardant. Surtout après ce qu'il avait dit à propos de lui. Elle était contente de connaître ce Hernando, là. Mais elle était sûre qu'il cachait d'autres trésors au fond, malgré le portrait en nuance qu'il avait dressé de lui-même. Elle s'abstint de le dire, parce qu'il aurait été fichu de ne pas la croire. Tout comme il eut l'air déçu par son credo, peut-être parce que pour l'instant, il ne décelait pas le bon en lui. Et le moteur que ça pouvait être pour tout le monde. Elle voyait juste que sa manière d'agir et la sienne étaient loin d'être incompatibles. Plutôt complémentaires. Mais elle ne pouvait pas l'exposer ainsi. Pas encore. Une autre conversation serait nécessaire pour ça.

Elle se contenta de lui tirer la langue quand il se moqua d'elle et manqua de lui faire peur à propos de ses lèvres gonflées et de ses yeux rouges. Elle s'empourpra quand il admit qu'elle était une fille intéressante qu'il ne voulait pas voir partir. Et elle le retint quand il voulut recommander de la tequila : « Non, tu plaisantes ? Faut que je rentre moi ! » Un shot de plus, et elle ne pourrait plus marcher droit et s'abstenir de rire comme une véritable idiote ! Non, elle préféra se retenir. « Et que j'vois encore la route pour ça. Je ferais bien de partir d'ailleurs... » Souffla-t-elle en douceur en sortant son porte-feuille et en laissant ce qu'il fallait pour payer son du sur la table.

Reese se releva, attrapant ses dossiers pour les mettre sous son bras après avoir enfilé sa veste. Un peu légère pour la saison, mais ça suffirait pour aller jusqu'à son véhicule. Ils sortirent en même temps du petit bistrot, avant qu'elle ne s'arrête dehors, incapable de savoir comment lui dire au revoir. Lui faire la bise ? Lui serrer la main ? Rien de tout ça ? Elle fit un pas vers lui mais se recula presque aussitôt, loin d'être sûre d'elle sur le moment. Elle lui fit un sourire et lança : « A jeudi ? » Sur ces mots, elle se hissa sur la pointe des pieds et posa un baiser rapide sur sa joue avant de partir très vite. C'était comme une promesse, ce « à jeudi »... L'occasion de partager encore quelque chose.

Elle arriva à son véhicule, quelques mètres plus loin, grimpa à l'intérieur et s'installa. Et puis, elle comprit une chose à propos d'elle-même : Elle avait un faible pour les mauvais garçons. Et au volant de sa voiture, déposant à peine les dossiers sur le siège passager, elle fixa son pare-brise un long moment avant de souffler :

« Hm. Merde. »

_____________________________________________



Elle n'hésita pourtant pas à se pointer à la salle, le jeudi arrivant. Elle avait pris une tenue plus adaptée, après le travail, s'était changée dans les toilettes de son boulot, et avait pris la direction de l'adresse qu'il lui avait passé sans renoncer. Par curiosité, par envie, tout ça à la fois. Et elle avait pris aussi le temps de se poser les bonnes questions, à savoir  qu'est-ce qu'elle était en train de foutre putain de merde ? Elle avait décidé finalement de mettre tout ça de côté. Une promesse était une promesse, et Hernando tenait aux paroles que l'on donnait. Et alors qu'elle se pointa dans une salle où il ne restait plus que lui, la nuit tombé depuis un moment, vingt heures passées, Reese lui lança :

« Je t'avais dit que je viendrais. » Oh, elle n'en menait pas large. 18H aurait du être son heure. Mais elle n'avait pu se libérer avant, et elle avait fait son possible pour arriver. En vain. Elle était contente de voir qu'il l'avait attendu, bien que persuadé qu'il était venu pour lui surtout, pour faire son sport, se défouler comme il le fallait, et puis voilà. « Je suis un peu de retard, ça bouchonnait pas mal sur la route. Et beaucoup de travail aussi. Pardon. » Elle baissa un petit peu la tête, pinçant les lèvres de honte.



Don't let me down
I think I'm losing my mind now. It's in my head, darling I hope that you'll be here, when I need you the most, so don't let me down ©alas.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
WALKING WITH THE DEADS

MessageSujet: Re: The Innocent Criminal   Aujourd'hui à 6:41

Revenir en haut Aller en bas
 

The Innocent Criminal

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 3 sur 7Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  Suivant

 Sujets similaires

-
» Tout est innocent, jusqu'à ce que l'on décide du contraire {Alexandre}
» Criminal Charges Against the Pope and Vatican
» La bulle du Pape Innocent XII se rapportant à Brasparts
» Le divertissement est peut-être enfantin mais tellement innocent... Beaucoup de gens l'ont oublié.
» Galahad • Je sais pas pourquoi, quand on sors d'un hypermarché par la sortie sans achat, on se dit toujours "garde un air naturel, t'es innocent".

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Walking Dead RPG :: Archives RP :: RP Terminés-