Partagez | .
 

 Une page se tourne

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
Auteur
Message
Ian F. Lennon
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 21/11/2015
Messages : 855
Age IRL : 22

MessageSujet: Re: Une page se tourne   Mar 27 Sep 2016 - 18:02

Oui, il s’était rapproché de Thalia, dire le contraire aurait été un bon gros mensonge. Il avait l’impression qu’elle avait su lire dans son cœur et qu’elle était venue simplement parce qu’elle savait que c’était le cas. C’était une sensation assez étrange qu’il ne saurait pas vraiment expliquer. Il essayait de se raisonner ce qui n’était pas vraiment facile. Il n’avait pas été des plus discret et Alex les avait démasqués dès le début, mais en même temps, il passait de base pas mal de temps avec la brune et elle avait eu l’occasion d’observer chacun des stades de sa dépression poste rupture.


Il n’arrivait plus à regarder la rousse dans les yeux après qu’elle est posée cette question, il baissa les yeux tels un adolescent coupable qui détourner les yeux d’un adulte qui allait l’engueuler parce qu’il venait de faire une des plus grosses bêtises qu’il pouvait imaginer. Il savait qu’il n’avait rien fait de mal concrètement, mais il avait peur de décevoir la rousse. Il ne lui devait plus rien puisque c’est elle qui l’avait envoyé boulet.

- Oui, c’est vrai. Elle m’a appris à tirer avec une arme à feu et elle m’a entrainé dehors contre mon gré pour que j’affronte le danger dehors.

Évidemment, il n’avait pas envie de lui dire ce qui se passait entre lui et Thalia puisque depuis cette superbe sortie dehors, il l’avait embrassé à plusieurs reprises et qu’ils avaient même fini une nuit dans son lit bon peut être même plusieurs en réalité. Elle voulait entendre ce qui se passait vraiment ? Mais est-ce qu’il était capable de lui dire ? Autant le faire avec Alex avait été facile, mais avec elle c’était bien différent, il avait un passé commun, ils avaient été proche et même intime. C’était justement tout ça qui rendait l’aveu d’autant plus difficile. Il avala sa salive avant de reprendre la parole.

- On peut dire qu’on est ensemble. Tu m’as demandé de tourner la page, j’ai fini par le faire. Elle m’a ramassé à la petite cuillère et au final et bah voilà…

Est-ce qu’il avait besoin de préciser à quel point il était détruit lorsqu’elle l’avait laissé derrière elle ? Sans doute pas, elle s’en rendait compte elle-même et c’était justement pour ça qu’elle c’était excusé aussi souvent. Ian l’autorisait ainsi à ne plus s’en vouloir en lui confirmant que leur histoire était derrière lui. Elle pouvait avancer à son tour, se reconstruire et même aimer à nouveau. Ce qu’il avait pensé par rage au début lui revient en tête à ce moment-là. Rosaleen et Ayden, ensemble, l’idée ne semblait pas si excentrique que ça maintenant qu’il y repensait.

- J’ai tourné la page et avancé, j’ai eu un peu de mal au début, mais si j’ai réussi à le faire c’est parce que tu me l’avais demandé, maintenant, j’espère que tu seras capable d’en faire autant de ton côté.

Il remontait les yeux vers les mains de la rousse pour savoir ce qu’elle avait à lui dire en réponse de son affirmation. Il espérait ne pas l’avoir blessé avec ses mots. Il affichait un petit sourire gêné un peu comme si le nuage de bonheur dans lequel il était avait laissé place à Ian dans toute sa splendeur.



☩ Walking Down On The Road So Far ☩

Mes AnnexesIan écrit en #990000

Revenir en haut Aller en bas
http://www.walkingdead-rpg.com/t6813-listing-des-comptes
Rosaleen A. Glanmor
Modératrice
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 07/12/2015
Messages : 507
Age IRL : 24

MessageSujet: Re: Une page se tourne   Mer 28 Sep 2016 - 12:51


''Une page se tourne''
ft. Ian




La gène de Ian suite à la question de la rousse était palpable à des kilomètres ; s'il venait à lui dire que non, il n'y avait rien entre Thalia et lui, Rosaleen ne le croirait pas une seule seconde. Parce-qu'elle connaissait l'urgentiste, elle connaissait ses regards emplis d'amour, ce petit sourire heureux qui flottait sur son visage ; et elle avait bien comprit que rien de tout cela ne lui était adressé. Bien sûr, la situation était gênante pour l'un comme pour l'autre, mais il fallait bien passer par là à un moment donné.

La jeune femme laissa le temps au brun de trouver les mots justes, elle n'avait pas envie de le brusquer au vu de son regard déjà fuyant ; lui laisser un peu de temps était tout ce qu'elle pouvait lui accorder. Et elle le lui devait bien, après la manière dont elle l'avait jeté. Alors elle se contenta de hocher la tête aux mots de Ian,essayant de mettre de côté ses propres émotions. Il lui avoua clairement que oui, Thalia et lui étaient ensemble, ajoutant par la même occasion qu'elle l'avait ramassé dans un état pitoyable ; tout ça à cause de la Galloise, bien sûr qu'elle le savait.

Partagée entre la joie de le savoir à nouveau heureux, et la légère pointe de jalousie toute humaine qu'elle ressentait, elle lui adressa un petit sourire rassurant ; son bonheur était bien plus important que sa culpabilité, il ne servait à rien de tergiverser des heures là dessus. Hochant la tête, elle sourit un peu plus en se penchant légèrement pour poser sa main sur celle de Ian.

« Je suis heureuse pour toi, pour vous. »

Malgré le ton légèrement hésitant de sa voix, l'urgentiste pourrait aisément voir toute la sincérité qui flottait dans son regard. Elle n'avait pas dit ces mots en l'air, ni parce-qu'elle n'avait rien d'autre à dire, ni pour juste lui faire plaisir, mais parce-qu'elle les pensait réellement. Serrant un peu la main du brun dans un but rassurant, lui signifiant qu'il n'avait à s'en vouloir, elle finit par se reculer à nouveau. Non, il n'avait pas à se reprocher quoi que ce soit, même si elle peinait à se faire à l'idée qu'il avait tourné la page aussi vite, elle se ferait à cette idée et c'était certainement mieux comme ça, le voir à nouveau heureux lui suffisait amplement, tant pis si ce n'était pas avec elle ; elle était de toute façon consciente qu'elle n'était plus apte à lui apporter cette joie.

Elle repensa aux autres mots de Ian, qui lui disait qu'il espérait qu'elle pourrait en faire autant. Passer à autre chose. Avant toute chose elle devait sortir du néant qui l’entourait, de cette bulle dans laquelle elle s'était réfugiée. Elle essayerait, et même si ça prendrait du temps, elle y arriverait. Parce-qu'elle n'était pas seule, il y avait Ayden, et Sally aussi. Souriant à nouveau, la jeune femme se remit à signer.

Je ferais de mon mieux. J'y vois déjà un peu plus clair, il faut juste que j'arrive à... accepter de vivre avec ce qui est arrivé.

Baissant légèrement la tête en se repassant une mèche de cheveux derrière l'oreille, elle se demanda si elle devait parler au brun de ce qui était arrivé là-bas. Est-ce que c'était le bon moment ? Est-ce qu'elle y arriverait ? Prenant une profonde inspiration, Rosaleen ferma une seconde les yeux.

Je devrais être honnête avec toi, te dire ce qui s'est passé pour que tu comprennes. J'aurais dû t'en parler bien avant. Ça n'aurait peut-être rien changé, mais tu ne méritais pas d'être mis à l'écart de la sorte.

La Galloise n'était pas dans le déni, elle comprenait parfaitement ses fautes et faisait de son mieux pour les accepter. Mais elle avait eu tellement peur avant que le regard que Ian portait sur elle change, qu'il devienne plein de dégoût, qu'elle n'avait pas su trouver le courage de lui dire. Peut-être que maintenant qu'il ne vivait plus pour elle, elle craindrait moins ce regard ?

copyright acidbrain


Revenir en haut Aller en bas
Ian F. Lennon
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 21/11/2015
Messages : 855
Age IRL : 22

MessageSujet: Re: Une page se tourne   Mer 28 Sep 2016 - 15:13

C’était une bonne chose de fait. Il avait l’impression de s’être retiré une épine du pied. Il avait enfin dit ce qu’il avait à dire à celle qui était sans doute la dernière concernée de cette histoire. Il pouvait être fier de lui, il n’avait plus rien qui le retenait à son ancienne vie. Il ne savait pas dire s’il était venu lui demandait sa bénédiction ou simplement son pardon. Cependant, une chose était sûre, maintenant elle pouvait le juger comme elle le voulait. Oui, il lui avait fallu moins d’une semaine pour remplacer celle qu’il avait aimée. Il ressemblait à ce genre d’homme qui changer de copine du jour ou lendemain, il le vivait mal. Mais c’était la situation qu’il l’avait rendu comme ça. Du moins, c’était ce qu’il se répétait pour ne pas avoir l’impression de se sentir coupable.

Il ne s’attendait pas à voir Rosaleen faire un pas en avant pour lui prendre la main. Elle ne l’avait plus touché depuis maintenant deux mois. Aussi étrange que cela puisse paraitre, il avait l’impression qu’il venait de recevoir une décharge électrique. Il ne dégagea pas sa main et fit de son mieux pour ne pas sursauter de surprise, mais il était clairement étonné. Il n’était pas quelqu’un de très tactile de nature et il savait qu’elle non plus ce qui rendait la situation encore plus étonnante. Il souriait timidement alors qu’elle lui affirmait qu’elle était heureuse pour eux. C’était donc officiellement un page qui se tournait. Il n’était plus ensemble, il n’y avait plus de raison de s’éviter ou de se regarder en chien de vaillance.

- Merci…

Il se rendait bien compte qu’elle le pensait sincèrement et que cela venait du fond de ce cœur. Elle était contente qu’il soit heureux et rien que pour ça Ian était soulagé, il se doutait bien qu’il y avait une pointe de jalousie et que lorsqu’il dirait à Thalia qu’il avait parlé avec la rousse qui avait hanté ses nuits, elle serait un peu sur la défensive. Cependant, il devait l’admettre, il en avait besoin pour avancer. Il avait besoin de l’approbation des autres pour avancer dans sa vie. C’était sans doute bien ridicule, mais il avait toujours peur que son libre arbitre blesse les autres alors il attendait qu’on lui montre la voie, qu’on le tire par la main.

- Je te comprends, la vie n’a jamais été facile, maintenant encore plus qu’avant. Vivre avec nos aventures n’est jamais facile.

Il arrive sans doute de regretter des choses qu’on a faites ou qu’on n’a pas faites. Il se doutait qu’il était arrivé quelques choses, mais ne savait toujours pas de quoi il était question. Il regarda la rousse en collant son regard dans le sien. Celui qui se voulait rassurant et à l’écoute, celui qu’il avait dans les moments importants. Il allait lui poser la question, celle qu’il avait en tête depuis un moment. C’était à elle de choisir si elle voulait lui répondre ou non. Il ne la forcerait à rien, mais peut être que maintenant, elle envie ou le besoin de lui expliquer.

- Tu veux m’en parler ? Tu ressens le besoin ou le désir de m’expliquer ? Je suis prêt à tout entendre si c’est ce que tu veux au fond de toi. Une fois de plus c’est ton choix, ne te sent pas obligé de le faire.

Il affichait un sourire qui se voulait rassurant. Elle se reprochait tant de choses qui avait presque était salvatrice pour lui. Oui, il avait souffert un mois, mais c’était quoi un mois dans la vie d’un survivant ? Par grand-chose… Il attendait patiemment qu’elle se décide ou non à lui parler, mais là il lui tendait une perche. Qu’elle pouvait ou non saisir.



☩ Walking Down On The Road So Far ☩

Mes AnnexesIan écrit en #990000

Revenir en haut Aller en bas
http://www.walkingdead-rpg.com/t6813-listing-des-comptes
Rosaleen A. Glanmor
Modératrice
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 07/12/2015
Messages : 507
Age IRL : 24

MessageSujet: Re: Une page se tourne   Sam 1 Oct 2016 - 18:55


''Une page se tourne''
ft. Ian




La vie était en effet plus difficile qu'avant, leurs vies à tous. La Galloise ne s'en était pas rendue compte au début, elle s'était simplement dit que vivre dans ce lycée serait l'occasion de rencontrer d'autres personnes, d'en apprendre un peu plus sur cette ville et tous les gens qui l'entouraient. Elle avait sans cesse pensé à sa famille, persuadée qu'ils allaient bien, que là-bas, il n'y avait ni révoltes ni cette grippe bizarre dont plusieurs de ses clients lui parlait. Elle n'imaginait pas une seule seconde à ce moment précis que les choses étaient entrain de changer à ce point, et pas seulement sur le continent américain ; partout. La jeune femme était restée dans l'ignorance de longs mois, probablement par positivité au début puis par déni, elle s'était volontairement voilée la face pour ne pas apercevoir tout ce qui se jouait à l'extérieur, se persuadant d'être en sécurité ici, que les siens l'étaient aussi dans son pays natal. Elle se rendait compte désormais à quel point elle avait enfouit tout cela dans un coin de sa tête de manière volontaire.

Et tout ce déni lui avait explosé en pleine figure quand elle avait décidé de sortir. Idée idiote, la plus idiote qu'elle n'ait jamais eu. Et elle n'avait pas d'autre choix maintenant que de vivre avec, ou mourir pour ne plus avoir à s'encombrer de tout cela, de ce qu'elle était devenue, de celle qu'elle était et qu'elle avait perdue. Bien sûr, la rousse avait pensé à se laisser partir, elle y était presque parvenue ; ne mangeant pratiquement plus rien, se laissant mourir à petit feu dans cette chambre si morose qui lui rappelait bien trop au début à cette cave où elle avait vu sa vie voler en éclats. Mais du temps avait passé, elle avait réappris à profiter de certaines petites choses pourtant insignifiantes, sourire un peu plus, oublier quelques instants ce qu'elle avait vécu. Alors oui, bien qu'il lui restait encore beaucoup de chemin à parcourir, elle était prête désormais à ''vivre avec ses aventures''.

Ian lui répondit alors concernant le fait de tout lui raconter ou non. Il lui laissait le choix, comme toujours, n'osant probablement pas s'imposer. Ou peut-être n'avait-il simplement pas envie de savoir ? Comment en être certaine ? Elle doutait cependant que même si elle lui demandait il lui réponde sincèrement, soit pour ne pas la vexer, ou pour ne pas la forcer, qu'importe : la jeune femme n'avait aucun moyen de savoir ce que souhaitait vraiment l'urgentiste à ce sujet et craignait qu'il ne se force à apprendre ce qu'il lui était arrivé. Soupirant légèrement elle glissa sa main dans la poche de son jean et en sorti une des feuille de son calepin pliée en quatre. Là, elle avait prévu ce moment, prévu qu'elle devrait un jour lui dire, qu'il sache, ne serait-ce que pour qu'il comprenne qu'elle n'avait pas simplement été ''un peu perturbée'', mais qu'il y avait eu un réel problème qu'il l'avait empêché d'avancer. Alors elle avait écrit sur ce papier de son écriture un peu maladroite qui s'était faite de plus en plus tremblotante plus elle avait avancé dans son explication. Quand avait-elle fait cela ? Elle ne s'en souvenait même plus, il y a des semaines probablement. Elle avait longuement hésité à poser ces mots sur papier, parce-que ça rendait la chose encore plus concrète ; le signer était différent, ce n'étaient que des gestes, que des mots balancés dans l'air, alors que là... ça resterait indélébile sur le papier. Elle poussa du bout des doigts la feuille vers Ian avant de se remettre à signer.

Tu le liras si tu as envie de savoir un jour, quand tu seras prêt. Et si tu ne veux jamais savoir je ne t'en veux pas. Quand tu n'en auras plus besoin brûle le, s'il te plaît.

Sa demande pouvait sembler idiote mais elle avait une réelle importance aux yeux de la jeune femme. Elle avait hésité à lui donner ce papier, sur lequel elle avait expliqué qu'elle avait dû tuer, qu'il y avait eu ces deux hommes dont un en particulier qui avait été gentil avec elle, qu'ils n'avaient pas confiance en elle, et qu'il avait finit par en abuser. Elle avait hésité parce-que tout cela pouvait tomber dans les mains de n'importe qui, et Rosaleen n'avait pas spécialement envie que tout le lycée soit au courant. Mais elle avait la plus grand confiance en Ian, elle savait qu'il la respectait malgré tout ce qui était arrivé et qu'il ne laisserait pas ses confidences tomber dans les mains de n'importe qui.

Rien ne t'oblige à le lire, d'accord ? C'est juste que c'est plus simple comme ça, pour toi comme pour moi.

Rosaleen lui adressa un petit sourire pour s'auto-donner du courage. Elle n'était pas certaine d'avoir envie de voir son regard s'emplir d'horreur s'il lisait ce papier, ni même qu'il culpabilise de quoi que ce soit, alors s'il ne le lisait jamais ça ne ferait rien. Elle faisait simplement cela pour lui montrer qu'elle voulait être honnête avec lui.

copyright acidbrain


Revenir en haut Aller en bas
Ian F. Lennon
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 21/11/2015
Messages : 855
Age IRL : 22

MessageSujet: Re: Une page se tourne   Dim 2 Oct 2016 - 21:55

Lorsqu’elle lui tendit le bout de papier, il resta un instant dans l’expectative. Il ne savait pas trop quoi en faire avant qu’elle ne lui explique. Par respect, il ne le déplia pas pour voir de quoi il était question, il n’aimait pas qu’on lise par-dessus son épaule, il n’aimait pas qu’on lise quelques choses qu’il avait écrites dans sa présence. Il n’aimait pas avoir l’impression qu’on jugeait les mots qu’il avait choisis, la manière dont il avait tourné sa phrase et encore pire, les fautes qu’il aurait pu commettre. C’était un matin et non pas un littéraire, autant il était capable de construire une phrase correcte à l’oral autant, il y avait toujours quelques fautes qui apparaissait dans ses écrits. Il prit la feuille entre ses doigts avant de répondre à Rosaleen.

- Je prendrais une décision rapidement pour être sûr que cette feuille n’existe pas plus longtemps que nécessaire.

Il pouvait comprendre son cheminement. Certain choisissait de poser des mots sur beaucoup de choses, c’était plus simple d’écrire certaine chose que de simplement les dires. Certes, elle devenait indélébile, mais au moins, on pouvait ensuite les détruire et on pouvait réfléchir des dizaines et des dizaines de minutes à la façon de formuler telle ou telle chose. Ian avait compris, il était touché qu’elle lui fasse assez confiance pour posséder ses aventures, même uniquement de façon totalement éphémère. Il aurait brulé ces mots de toute façon, même si elle ne lui avait pas demandé de le faire. Il n’aurait pas voulu que ce genre de chose tombe entre de mauvaises mains.

- Je comprends, il y a certaines choses qu’on ne peut pas dire de vive voix. Tu veux être présente quand je le brulerais ?

La question était des plus légitime, quand on y réfléchissait, la rousse aurait pu vouloir les voir devenir poussière, ça lui ferait du bien, peut être que ça l’aiderait aussi à tourner la page. Ian savait que c’était une chose à faire lors de certaines thérapies, il avait déjà lu des articles sur la question. Il se plierait une fois de plus à la décision de Rosaleen, comme il l’avait fait jusqu’à présent. Il souriait doucement, son regard se voulait rassurant, il avait besoin de lui parler de chose personnelle qu’il avait plus ou moins vécue. Il avait besoin de le dire à quelqu’un et il ne savait pas vraiment vers qui se tourner, il fallait que sa sorte.

- Tu sais Rosa, c’est peut-être con à penser, j’ai passé de très bons moments avec toi, mais mon incapacité à te venir en aide me laisse un peu perplexe. J’ai l’impression qu’on n’aurait pas tenu la distance ensemble quoiqu’il advienne.

Ils étaient différents, tout le monde le savait. Il l’avait toujours su, il avait l’impression que dire ça minimisait ce qu’il avait vécu ensemble. Alors que ce n’était pas du tout le but recherché. Il se cherchait sans doute des excuses pour ce qu’il vivait avec Thalia, bien qu’elle lui avait donné son feu vert. Il lui faudrait pas beaucoup de temps pour accepter et comprendre tout ce qui lui était arrivé ses derniers temps.

- Je sais qu’Ayden a fait beaucoup pour toi et j’espère qu’il continuera à t’aider et à te protéger là où moi j’ai lamentablement échoué.

Est-ce qu’il était en train de lui dire inconsciemment qu’elle pouvait aller se jetait dans les bras du premier homme qu’il avait rencontré dans le lycée ? Sans doute… Est-ce que c’était étrange ? Encore plus. Mais c’était Ian et il avait des problèmes avec la logique humaine et les relations sociales. Il souriait sans doute un de façon un peu niaise, mais il serait content si cela devait arrivé, sincèrement content.



☩ Walking Down On The Road So Far ☩

Mes AnnexesIan écrit en #990000

Revenir en haut Aller en bas
http://www.walkingdead-rpg.com/t6813-listing-des-comptes
Rosaleen A. Glanmor
Modératrice
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 07/12/2015
Messages : 507
Age IRL : 24

MessageSujet: Re: Une page se tourne   Lun 3 Oct 2016 - 12:21


''Une page se tourne''
ft. Ian




Presque soulagée que Ian ne se mette à lire ce qu'elle avait écrit juste devant elle, elle lui adressa un petit sourire reconnaissant bien que faussé par la douleur qui la prenait quand elle posait aux mots posés sur le papier. Rosaleen n'était toujours pas certaine d'avoir fait le bon choix, elle n'était plus certaine de grand chose de toute façon depuis qu'elle avait pris cette décision de sortir ; décision qui s'était avéré être la pire de sa vie. A la question du brun concernant sa présence quand il brûlerait le papier, elle hocha la tête.

« J'aimerais bien, merci. »

Bien sûr, elle n'était pas certaine d'être prête à affronter le regard du brun s'il se décidait à lire ses mots, mais elle était consciente qu'elle n'allait pas pouvoir l'éviter indéfiniment, pas dans ce lycée où tous vivaient de manière si confinée. Elle ne pu qu'espérer d'ailleurs que Ian ne pense pas qu'elle souhaitait être présente parce-qu'elle doutait de sa franchise quand il affirmait qu'il la brûlerait ; ça n'avait rien à voir avec cela, elle faisait entièrement confiance à l'urgentiste, elle avait simplement besoin de voir ce geste symbolique. Brûler les mots comme pour effacer un peu plus les faits. Si seulement c'était si simple ; c'était toutefois une petite chose à laquelle elle avait envie de se raccrocher.

Prise dans sa réflexion, sans quitter le petit papier dans les mains du brun des yeux, elle reporta son attention sur lui quand il reprit la parole. Fronçant légèrement les sourcils, elle bloqua sur ce qu'il affirmait. Son incapacité à lui venir en aide ? Bien sur que ça devait lui peser sur le cœur, qu'y avait-il de pire que de ne pas pouvoir venir en aide à la personne aimée ? A la fin de sa phrase, concernant le fait qu'ils n'auraient peut-être pas tenus la distance quoi qu'il advienne, elle haussa les épaules, le regard empreint d'un léger voile de peine.

Peut-être que ça n'a fait qu'accélérer le processus qui sait. Mais tu ne dis pas que tu étais dans l'incapacité de m'aider, ce n'est en rien ta faute, c'est moi qui t'ai mis de côté, tu n'as rien à te reprocher.

Tentant un petit sourire qui se voulait sincère pour lui montrer qu'il n'avait pas à s'en vouloir pour ce qui était arrivé, elle recouvrit machinalement ses mains des manches de son pull, comme pour se rassurer. Bien sûr qu'elle ne lui en voulait pas, comment aurait-il seulement pu l'aider alors qu'elle s'était complètement fermée au monde entier ? Elle ne lui en voulait pas non plus de ne pas avoir forcé les choses, bien qu'Ayden l'ait fait, qu'il s'était imposé dans son espace vital sans s'inquiéter de si ça lui poserait un problème ou non, elle n'était pas certaine qu'elle aurait voulu que tous se mettent à faire cela. Au fond, elle avait apprécié le retrait et à la discrétion de Ian, l'acceptation de sa décision de s'éloigner du monde ; peut-être que ça avait poussé la balance dans le sens négatif, mais ça elle ne le saurait jamais et lui non plus.

Le fait que Ian se mit à parler d'Ayden la mit un peu mal à l'aise. Elle n'en montra cependant pas le moindre signe, se contentant de l'écouter sans broncher. Qu'est-ce qu'il essayait de lui dire ? Penchant la tête sur le côté en fronçant légèrement les sourcils, elle finit par secouer la tête. Le sourire du brun contrastait avec ses mots, ''lamentablement échoué'' ; pendant combien de temps allait-il se reprocher de ne pas avoir su forcer l'entrée dans la bulle qui entourait la Galloise ? Elle choisis néanmoins d'être sincère avec lui et lui rendit tant bien que mal son sourire.

Il m'aide bien oui. J'avais du mal au début à supporter la présence de qui que ce soit mais... au fur et à mesure je m'y suis habituée, j'ai un peu moins peur maintenant.

Souriant toujours, elle baissa la tête pour regarder ses mains, ne sachant pas trop ce qui l'attendait encore ; est-ce que le pire était passé désormais ? Après quelques secondes, elle replanta ses yeux dans ceux de celui qui avait été son compagnon.

Je te remercie Ian, pour tout ce que tu as fais, tout ce que tu m'as apporté. Même si... ça ne s'est pas très bien finit, je ne regrette pas ce que nous avons vécu ensemble.

copyright acidbrain


Revenir en haut Aller en bas
Ian F. Lennon
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 21/11/2015
Messages : 855
Age IRL : 22

MessageSujet: Re: Une page se tourne   Jeu 6 Oct 2016 - 0:18

Un hochement de tête se contenta de lui répondre, il n’avait rien à ajouter sur la question, elle voulait être présente quand ce bout de papier brulerait et disparaitrait du monde, il n’allait pas lui en vouloir ou aller contre sa volonté. Il avait toujours été dans son sens et ce n’est pas aujourd’hui que cela allait changer. Il était déjà en pleine réflexion intérieure pour savoir où cette histoire allez encore le mener, comment réagirait Thalia quand elle saurait. Enfin, il gardait ses yeux rivés sur les mains de Rosaleen prêt à voir ce qu’elle aurait de plus à lui dire. Il sentait bien que la conversation était doucement en train de toucher à sa fin. Il n’avait plus grand-chose à se dire.

Il n’avait pas parlé de son ressenti pour se faire consoler, simplement parce qu’il avait ressenti le besoin de parler. Il n’allait pas raconter cette histoire à Thalia, il n’avait d’ailleurs jamais abordé le sujet ensemble ne serait-ce que pendant quelques secondes. Il ne voulait pas penser à Rosaleen quand ils étaient ensemble, ce qui prouvait bien qu’il était sur la voie de la guérison. Il ne considérait pas non plus que c’était la faute de la rousse, c’était la vie qui avait fait que tout se passe mal et tant pis pour ça. Il fallait vivre avec à présent c’était tout.

-  Je reste tout de même persuadé que j’aurais pu faire plus et que ce n’est pas uniquement ta faute ou la mienne. Nous étions deux, peut être que tu m’as mis de côté, mais j’aurais pu faire l’effort de m’accrocher.

Ian n’avait jamais été un battant dans ses relations amoureuses, il était celui qui attendait sagement l’autre. Il ne voyait pas le problème là ou possiblement il y en avait et restait toujours persuadé que c’était sa faute si tout partait en vrille. Il était irrécupérable sur le sujet, cela ne servait sans doute pas à grand-chose de débattre sur la question. Il était content de voir qu’elle allait sincèrement mieux. Il avait tout de même continué de s’inquiéter pour elle, et ce aussi longtemps qu’il l’avait jugé nécessaire. Il pouvait sans doute relâcher la pression maintenant, ce n’était plus son boulot après tout. Il sentait le rouge lui monter aux joues alors qu’elle le remerciait. En effet, ils avaient passé des moments agréables avec elle, lorsqu’il était encore persuadé qu’il y avait une issue de secours à tout ça. Aujourd’hui il savait que c’était impossible et qu’il devrait passer à autre chose.

-  Merci de m’avoir permis de dire tout ce que j’avais sur le cœur, j’espère qu’à toi aussi ça t’a fait du bien. Je vais devoir te laisser.

Il se leva de sa chaise, s’inclina légèrement devant Rosaleen avait de partir de la pièce. Il n’aimait pas spécialement les contacts physiques alors pouvoir lui dire au revoir d’une simple révérence lui paraissait plutôt bien. Il s’éloigna rapidement alors qu’il était en train de réfléchir au papier qu’elle lui avait donné, sa décision avait été prise du moment où elle lui avait donné. Il devait savoir, comprendre et surtout confirmer son hypothèse. Il devait trouver le moyen de lire ces mots au plus vite et de façon la plus discrète possible. Il ne trouva ni le temps ni le courage ce jour-là, il le reporta au lendemain puis ensuite au jour d’après. Lorsqu’enfin, il trouva la force d’ouvrir le papier, il ne put lire que certains des mots, assez pour comprendre… Il sentait toute la tristesse et le malheur dans ce qu’elle avait écrit. C’était à lui briser le cœur. Il savait qu’elle saurait qu’il savait au moment où il poserait les yeux sur elle. Mais, il ne pouvait que mieux comprendre ce qui s’était passé maintenant et ne regrettait rien. C’est muni de la feuille et d’un briquet qu’il partit à la recherche de Rosaleen. Il toqua à la porte de sa chambre et attendit un instant jusqu’à ce qu’on vienne lui ouvrir. Avant de dire quoi que ce soit, il tendit devant lui la feuille et le briquet comme pour lui faire comprendre qu’il était temps de bruler le passé.

- Tu veux que je reste pour t’aider ou tu veux faire ça seule ?

Il ne voulait pas imposer sa présence si elle n’était pas requise, il savait que c’était un acte très symbolique et une démarche très personnelle.



☩ Walking Down On The Road So Far ☩

Mes AnnexesIan écrit en #990000

Revenir en haut Aller en bas
http://www.walkingdead-rpg.com/t6813-listing-des-comptes
Contenu sponsorisé
WALKING WITH THE DEADS

MessageSujet: Re: Une page se tourne   Aujourd'hui à 7:02

Revenir en haut Aller en bas
 

Une page se tourne

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant

 Sujets similaires

-
» Une page se tourne
» Une page se tourne et tu ne peux plus faire marche arrière...
» Haiti tourne la page... enfin !
» Page Jaune haitienne ? ( Yellow page)
» Une promenade qui tourne mal...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Walking Dead RPG :: Archives RP :: RP Terminés-