Partagez | .
 

 No need to talk [Leroy/Jenna]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
Auteur
Message
Leroy M. Hooker
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 02/11/2015
Messages : 167
Age IRL : 22

MessageSujet: Re: No need to talk [Leroy/Jenna]   Sam 24 Sep 2016 - 0:07

Leroy était au sol, en colère mais aussi dépité. Putain, comment avait-il pu laisser ca arriver. Deux semaines et demi ? Elle lui avait caché ça pendant presque trois semaines... N'avait-elle donc rien retenue de ce qui était arrivé à Luke ? Ils avaient tous caché une info importante, ca avait mit des mois à sortir. Elle ne comprenait donc pas que ce qui le mettait le plus en rogne c'était les cachotteries. Surtout quand elles étaient aussi grosses que la Maison Blanche ? La fumée de la cigarette montait paisiblement alors qu'il recevait les hurlements de Jenna à la gueule. À sa dernière question, une partie de l'esprit du maçon hurlait "Oui !" quand une petite voix chuchotait qu'il était injuste de la traiter ainsi alors que depuis son retour ils s'étaient aimés, alors qu'il avait tenté d'être des plus tendres quand le monde n'appartenait qu'à eux. Mais cette fois c'était différent. Une brioche au four bordel de merde ! L'homme fronça les sourcils, cependant, quand elle mentionnait Luke. Elle venait de faire mouche et le savait. Leroy laissa tomber son bâtonnet de tabac, encore allumé, et se leva, main à sa ceinture prêt à dégainer son Glock, la vraie arme des deux qu'il possédait. Shannon s'élança alors vers lui pour lui faire entendre raisons. Elle lui rappelait, en criant à moitié, qu'il aimait la rousse et que c'était réciproque, qu'il ne pouvait et ne devait pas faire de mal à la future maman. Délicatement et à force de mots, elle l'entraîna sur le toit, l'obligeant a monter la garde le temps qu'il se calme.

Installés en haut, Shannon veillait sur Leroy qui, lui, veillait à la protection de l'habitat, droit comme un i et le fusil de chasse calé contre son épaule. Si ses yeux fixaient le paysage, son esprit lui, était ailleurs, réfléchissant à toutes les solutions possibles. Pouvait-elle avorter, sa rousse ? Non, deux mois, c'était trop tard, non ? Après tout, il y connaissait foutrement rien aux marmots. Pas question d'avoir de nabot dans les pattes, c'était définitif. Mais ils allaient en faire quoi  de ce merdeux si elle donnait naissance ? Ils pouvaient pas le foutre a l'adoption et encore moins l'abandonner en plein milieu d'une ruelle pour... Qu'il se fasse... Non. Même si le blond appréciait l'idée d'être libre, sans foi, ni loi, entendre un enfant souffrir ne faisait pas parti de ses petits plaisirs. Pas les enfants. Et si autrefois il aurait pu être contre l'idée d'abandonner un enfant, aujourd'hui il effaçait chaque jours les beaux principes qu'on lui avait inculqués. Tirailler entre son ancien lui et le nouveau, l'ouvrier mit l'arme entre les.mains de son amie pendant qu'il quittait la garde. Une pointe de colère envahissait son coeur à mesure que ses pas le rapprochaient de la chambre qu'il partageait avec la cambrioleuse. D'un seul coup, il ouvrit la porte en grand et fixait un instant cette splendide femme, finissant par froncer les sourcils en se souvenant qu'elle portait la vie. D'une voix neutre, il s'adressa enfin à elle.

- J'en veux pas. Il est hors de questions qu'on le garde. Puis qui dit qu'il survivra ce marmot ? Qu'est-ce qu'on va en foutre ?

Tiens, dans sa tête, il avait essayé de refaire la conversation, essayer d'être aimable. Il s'etait imaginé doux et tendre, inquiet pour la santé et l'avenir de cet enfant à naître mais... Mais non. Leroy restait Leroy et s'il faisait déjà son maximum pour subvenir aux besoin du trio, devenir un quatuor n'avait jamais été dans ses plans. Sérieux, qui s'imaginait parcourir la ville, le pays, avec un mioche dans les bras, une poussette et aux conneries dans le genre. Qui se disait que le monde post-apocalyptique était un endroit pour des nains ? Même des gamins traînaient dans les rues a la recherche d'un survivant ou deux à mettre en pièce. Et si le leur naissait comme ça ? Est-ce que ce serait pas mettre la santé de Jenna en péril ?

- Faut que tu fasses une fausse couche, Jen.

Ah, ça non plus il ne s'attendait pas à le dire. Il l'aurait proposé comme solution mais en aucun cas il s'était attendu a en donner l'ordre. Au moins elle savait à quoi s'attendre. Il ne voulait pas de ça dans leur vie.



Revenir en haut Aller en bas
Jenna Heartfield
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 01/11/2015
Messages : 181
Age IRL : 25

MessageSujet: Re: No need to talk [Leroy/Jenna]   Sam 24 Sep 2016 - 21:10

    Entrant dans la chambre en claquant la porte, la rouquine alla s’asseoir sur le lit. Posant les mains sur son ventre encore bien plat, elle soupira. Finalement ça c’était pas trop mal passé, n’est ce pas ? Il ne lui avait pas sauté dessus pour la trucider, l’étrangler, lui ouvrir le bide à mains nues pour en extirper l’embryon de vie qui grandissait en elle. Il avait juste gueulé, l’avait accusée de tromperie. Jusque là, c’était pas si pire, et elle eut un sourire fugace, avant de se rappeler que bordel de Dieu, elle était sacrément en colère contre lui. Elle n’avait pas été seule à le concevoir, ce gamin, si elle se rappelait bien les rares cours de biologie auxquels elle avait assisté.

    Elle entendit quelques éclats de voix entre Shannon et Leroy, sans comprendre ce qui se disait, puis les entendit prendre la tangente pour monter vers le toit. Elle pinça les lèvres. Très honnêtement, elle avait eu l’espoir qu’il vienne la voir, qu’il vienne discuter avec elle. Qu’ils tirent cette histoire au clair et qu’ils puissent juste avoir une discussion d’adultes matures et responsables. Mais visiblement, ce n’était pas dans les plans du maçon. Et ça l’enervait encore plus.

    Elle ferma les yeux, cherchant le calme, et s’endormit quelques instants. Quelques secondes, minutes, dizaines de minutes ? Aucune idée, mais ça lui faisait tellement de bien. Maintenant qu’elle avait déposé son secret aux pieds de Leroy, maintenant qu’il avait autant de responsabilité qu’elle fasse à ça, elle se sentait plus libre, plus légère, même si la situation était loin d’être légère.

    Ce furent les pas lourds de Leroy dans le couloir qui la réveillèrent. Il venait jusqu’à elle, et elle ne savait pas à quoi s’attendre de sa part. Aussi se redressa-t-elle, et croisa les bras, les yeux fixés sur la porte, de manière à ce qu’ils tombent directement sur lui à l’arrivée. Et ça ne manqua pas, puisqu’il entra, et la mit directement dans l’ambiance. Il était froid, et sec, et surtout surtout, sa dernière phrase l’assassina.

    Et elle se mit à rire, en se levant du lit.

    - Parce que tu crois que j’ai pas essayé ?

    Elle fit trois pas vers lui, et s’arrêta net, en le pointa du doigt. Elle ne voulait pas crier. Elle ne voulait pas être aussi mauvaise que lui. Mais elle n’aimait pas ce qu’il sous entendait. Elle detestait ce qu’il sous entendait.

    - Parce que tu crois que j’ai envie, moi, de porter ce truc ? D’avoir ça, avec toi ? Tu crois vraiment que j’ai envie de vivre ça ? De me voir gonfler, mois après mois, de sentir ce machin remuer dans mon corps ? De me priver de vivre, de sortir, de bouger parce qu’au bout d’un moment je vais devenir trop imposante pour sortir en sécurité ? Et après ?

    Elle crachait son venin, tout ce qu’elle avait retenu jusque là.

    - J’vais faire quoi hein ? Moi, qui n’ai pas été capable de m’occuper de Lena ? J’vais m’occuper d’un gamin ? Même un chien crèverait avec moi comme maîtresse. Et on en parle de toi comme père ? Instable comme t’es, incapable de gérer ton impatience et ta colère ? On va avoir l’air de quoi hein ?

    Elle fit encore trois pas vers lui.

    - Alors ouais, il aurait fallu que je fasse une fausse couche. Et ça a pas été faute d’essayer, à force de grimper partout, de courir, de sauter. J’ai TOUT essayé. Ah non, pas tout. Encore quelques pas, et elle arrivait à sa portée. Là, elle écarta les bras en grand, mettant son corps à découvert. Y’a une solution que j’ai pas essayé. Frappe dedans, ça marchera peut etre. A toi de voir.



Revenir en haut Aller en bas
Leroy M. Hooker
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 02/11/2015
Messages : 167
Age IRL : 22

MessageSujet: Re: No need to talk [Leroy/Jenna]   Jeu 29 Sep 2016 - 20:14

Est-ce que Jenna venait de faire une poussée d'hormones pour se sentir pousser des ailes ? Elle osait hausser le ton face à Leroy qui commençait à grogner de déplaisir, tel un chien qu'on acculait, prêt à mordre sans vergogne. Il fallait dire, le maçon serrait les dents du mieux qu'il pouvait, encaissant les accusations, se ramassant les paroles telles des gifles données avec force. La rousse n'hurlait pas mais son ton laissait largement comprendre à quel point son sang était en ébullition tant elle enrageait. Vindicative, Jenna se faisait toujours plus menaçante à mesure que l'espace séparait les deux compagnons. Voilà alors qu'elle prenait les grands airs qu'elle n'utilisait que lorsqu'elle savait qu'elle aurait le dernier mot. Qui d'autre que la cambrioleuse serait assez bête pour s'exposer à la fureur du blond ? Elle voulait qu'il frappe ? Le mastodonte ferma son poing droit, sa mâchoire se crispa un peu plus, le bras s'arma et... L'homme repoussa sa belle, l'envoyant valser et finir sa chute sur les fesses. Son esprit avait ordonné de frapper quand son cœur lui ordonnait de ne pas blesser celle qui partageait sa couche. Qui écouter ? En principe, l'ouvrier aurait suivit son impulsivité mais, étrangement, une barrière l'empêchait de lever la main sur la survivante.

Les yeux émeraudes fixaient le géant et ce dernier vint observer ce visage si familier de ses iris bleues. Les traits féminins étaient déformés et l'armoire à glace s'accroupit afin que leur visage soit à la même hauteur. D'un geste mécanique, Leroy se passa le bout de la langue sur la lèvre inférieure, l'humectant comme il avait l'habitude de le faire avant une déclaration importante. L'une de ses paluches vint chercher le menton de sa douce et cette fois, il défiait la rousse du regard alors que son autre main se refermait délicatement autour de la fine gorge.

- Jenna... Je ne te frapperai pas. Mais on réglera ce problème et ce... Même si je dois te faire avaler de la mort aux rats ou qu'importe le poison. Quitte à ce que tu y passes, je te jure qu'on aura pas de gamins.

La tension devenait maintenant palpable. Ce n'était pas une menace mais une promesse. Il serait prêt à sacrifier la mère pour ne jamais avoir l'enfant. Est-ce que ça lui faisait plaisir ? Absolument pas. Perdre Luke était déjà dur, alors perdre Jenna une seconde fois... C'était beaucoup trop pour lui. Comment ne pas perdre la face devant cette effrontée qui larguait une bombe au sein du groupe ? Tout roulait jusque là, pourquoi fallait-il que l'Univers leur foute un marmot dans les pattes ? Si Lisa, la mère du blond, était encore là, pas de doute qu'elle dirait à son fils qu'un enfant était un don du ciel. Elle serait aussi déçu de son garçon qui n'avait, jusque là, fait que l'inverse de ce que son éducation religieuse prêchait. Douceur, amour et tout le barda. Merci mais non merci. Il en voulait pas de ce gamin, Leroy. Puis en plus, lui blond, elle rousse, la mini-crotte finirait roux à tous les coups. L'homme libéra sa moitié et il se releva, se dirigeant d'un pas tranquille vers la fenêtre cloisonnée. Dans un autre monde, il aurait clairement eut peur d'être père. Il avait peur d'être père et de ressembler à son propre Daron, qui avait abandonné sa famille pour poursuivre un rêve insensé. Un homme qui avait brisé sa famille, laisser tomber femme et enfant. Bah ! Pourquoi penser à ça ? Aujourd'hui être père ne l'effrayait plus. Du moins, pas de la même façon. Jenna avait dit tout haut ce qu'il pensait. Et si elle le portait à terme, comment est-ce qu'ils pourraient assurer leur sécurité alors qu'elle serait une épine dans le pied ? Il n'allait tout de même pas l'abandonner putain...

La main du maçon se mit à trembloter. Rage, inquiétude, stress, peur. Parkinson ? Juste un mélange d'émotions qui ne cachait pas l'impuissance de l'homme face à cette imposante décision. Il aimait la cambrioleuse, bien qu'il ne lui dise pas, elle comptait pour lui alors... Que faire ?

- On est tellement dans la merde... Putain...

Lentement, Leroy se passa les mains dans les cheveux puis les laissa glisser sur ses joues avant de se cacher le visage, poussant un soupir de presque désespoir. Les épaules affaissées, le colosse comprenait enfin qu'ils n'y avaient pas de réelles solutions. Le garder ou le perdre... "Accidentellement". Il n'en voulait pas mais... Et si toutes leurs tentatives se soldaient par un échec cuisant, faisant de ce bébé un vaillant gaillard battant ses maudits parents ? Ils seraient obligés de l'avoir. Et pour le mettre au monde ? Shannon servait de médecin mais, malgré toute l'amitié qu'il avait pour elle, le chef de chantier doutait de ses compétences de sage femme. Et puis, il y connaissait rien en marmot et Jenna ? Elle devait pas vraiment avoir la fibre maternelle. Y avait pas à dire, c'était tellement la merde.



Revenir en haut Aller en bas
Jenna Heartfield
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 01/11/2015
Messages : 181
Age IRL : 25

MessageSujet: Re: No need to talk [Leroy/Jenna]   Sam 1 Oct 2016 - 13:23

    Sa chute en arrière fut amortie par le matelas. Elle ne s’était pas attendue à ça en fait. Elle pensait qu’il allait cogner. Après tout c’est ce qu’elle aurait fait, elle, et ça n’aurait pas été la première fois que les deux amants se seraient foutu sur la gueule. Mais non, encore une fois il la surprenait. Elle leva la tête vers lui, pour tomber sur ses yeux. Elle le défiait du regard, et pourtant, tout au fond, ils étaient empreints d’une certaine tristesse. Elle était perdue, dans toute cette histoire, ne sachant plus où elle en était, ce qu’elle voulait ou pas, ce qu’elle allait devenir.

    Ses mains se fermèrent tour à tour, l’une sur son menton, l’autre sur sa gorge, et il annonça la couleur. Alors voilà, ils en étaient là. Après tout ça, il serait prêt à la tuer pour ne pas voir naître ce bambin. Elle n’en voulait pas non plus, mais pas au point de sacrifier sa vie. Ou celle de Leroy. C’était peut etre là, la différence d’amour qu’ils se portaient. Elle ne pourrait pas le laisser mourir. Lui, visiblement, oui.

    Il la lâcha enfin, et Jenna massa doucement sa gorge délicate pendant qu’il s’éloignait en lui tournant le dos. Elle n’avait jamais été famille, elle n’avait même pas eu de véritables parents. Sa mère l’avait abandonnée à la naissance, comme elle l’avait fait avec Billy. Billy. Soudain, elle repensa à son premier enfant, et se perdit. Il ne fallait jamais, jamais que Leroy soit au courant. Parce qu’elle ne savait pas comment il réagirait, comment il vivrait le fait qu’elle connaisse déjà la grossesse, l’accouchement et tout ce qui va avec. De toute façon, il n’y avait que trois personnes qui connaissaient ce secret : elle-même, Shannon, et Jonah. Autant dire que les deux premières n’étaient pas prête de le lui révéler. Quand au troisième, la probabilité qu’ils se rencontrent tous les trois étaient tout à fait infime, elle ne s’en faisait même pas pour ça.

    - Tu me menaces ? Tu me tuerai pour lui ?

    Elle se leva à son tour, s’approchant de lui, mais restant tout de même trois pas en arrière, anticipant les réactions de son compagnon qui pouvait être parfois quelque peu impulsif. Et c’était peu de le dire. Elle secoua la tête doucement.

    - On va continuer à vivre notre vie. Sans faire attention, sans se poser de questions. Entre les expéditions, le stress, les courses poursuites avec les abominations, les sauts de toits en toits, je vais bien finir par le perdre pas vrai ? Peu importe le terme, on finira bien par s’en débarasser...

    Et puis si ça ne marchait pas… Non, y’avait pas de raison, ça devait marcher. Ils ne pouvaient pas avoir un enfant, c’était impossible. Rien ne collait. Ils n’étaient pas faits pour être parents, ce n’était ni le lieu, ni le moment.

    - Ce qui est sûr, c’est que t’as pas le droit de m’en vouloir Leroy. T’as pas le droit de me faire porter la faute à moi seule. A ce que j’en sais faut être deux pour faire ça, et je peux te jurer sur la vie de Shannon que c’est toi qui était avec moi ce jour là. Quoi que t’en penses, j’suis pas une conasse et j’ai jamais trompé personne. On est clairs ?





Revenir en haut Aller en bas
Leroy M. Hooker
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 02/11/2015
Messages : 167
Age IRL : 22

MessageSujet: Re: No need to talk [Leroy/Jenna]   Lun 3 Oct 2016 - 0:40

Le visage toujours entre ses grosses paluches, le maçon avait attentivement écouté les propos de sa compagne, expirant tranquillement. Il avait conscience de l'injustice qu'il avait mit en avant et des menaces proférées. Ce n'était pas la première fois qu'il en faisait mais pour le coup, il les regrettait amplement. Il se faisait une raison. Ils feraient tout pour ne pas avoir de marmaille mais ils mettraient tout de même la vie de Jenna en jeu. Une complication pouvait vite arrivée non ? Si ça arrivait, il ne se le pardonnerait jamais. Pourtant, quand la femme prononça le nom de sa soeur, jurant sur sa vie qu'elle ne l'avait pas trompé, l'homme se retourna, libérant sa figure de son masque de doigts. Il savait que la rousse disait la vérité, sinon pourquoi aurait-elle eut le courage de jurer sur la vie de sa meilleure amie ? Qu'une pincée de pas séparaient le mastodonte de sa jeune compagne. Le regard azuré du blond, auparavant orageux, se transformait œillades timides et honteuses. Le court espace traversé, Leroy soupira, n'osant pas regarder sa moitié, il se contenta de se mettre à genoux devant elle, collant son front contre ce ventre qui grossirait au fil du temps passé. De ses bras, le philadelphien enserra la taille de la femme aux cheveux de feu et c'est un nouveau soupir qui vint trahir sa pensée. La résignation. Ils auraient ce gamin, il en était persuadé. Histoire de Karma, de Dieu vengeur et autres conneries du style, ils étaient pourris jusqu'à la moelle, c'était presque obligé qu'une couille leur tombe dessus et pour le coup, ça prenait la forme d'un enfant.

- J'ai pas envie Jenn... Si on a un gosse... T'imagine, il naît en bonne santé et tout ? On fera quoi ? On va l'abandonner et le laisser se faire bouffer par les damnés ? Y a pas d'orphelinat dans les parages. On a même pas l'excuse de laisser le gamin à ses grands-parents pour pas l'avoir dans les pattes... Et je veux pas ressembler à...

"A mon père." Être un faux père. Un mec qui avait abandonné sa famille, un mec qui avait fait semblant de se battre, un faible. Leroy, l'année de ses vingt-cinq ans, alors qu'il était clean depuis un moment, avait entreprit des recherches pour retrouver son paternel. Il souhaitait revoir ce mec qu'il nommait "papa" à une époque, que ce daron voit que son fils avait tenu bon malgré les années, qu'il était devenu quelqu'un de bien. La déception au moment de la rencontre se fit grande. Un poivrot. Un poivrot négligé, habitant un appart miteux qui ne se souvenait même pas avoir été marié, ni même d'avoir eu un fils. L'homme avait d'abord rit au nez du blond, se moquant bien du mal qu'il faisait à son gamin désormais adulte. Il n'en avait jamais rien eu à foutre de sa famille. Il voulait percé dans le cinéma. Il avait fuit pour vivre son rêve, redevenir libre, libre de faire sa merde, parcourir le pays, vider son compte en banque à Vegas, mettre une autre en cloque et la lâcher. C'est en parti pour ça que le maçon avait toujours refusé d'avoir des gamins. Il voulait profiter de sa vie et surtout, ne pas être une déception pour l'enfant qu'il aurait pu avoir. Mais non, non il n'aurait pas d'enfants... Il ne pouvait pas se résigner. Un instant, à cette idée, le maçon ressentit un pincement au coeur. Et si c'était sa seule chance de connaitre le plaisir d'avoir une famille ? Mais non ! Non ! Non ! Il devait se reprendre ! Ce n'était pas le temps d'avoir un marmot, pas avec Jenna qui était aussi casse-cou que lui, pas dans ce monde si peu accueillant et carrément dangereux, même pour les adultes alors un bébé en guise d'appât ? C'est foutu d'office. Un instant encore, le blond profita de son front collé au ventre de sa dulcinée puis il se leva pour se diriger vers leur lit.

Là, le mastodonte s'installa sur le lit, observant la rousse comme s'il tentait de graver les formes de la jeune femme dans son esprit. Il savait quand même encore un peu à quoi ressemblait une femme enceinte mais l'idée d'imaginer SA femme enceinte... Non, il ne se faisait pas vraiment à l'idée. Il ne voulait même pas se faire à l'idée, en fait. La colère rejetée, Leroy serra les dents une seconde et leva les mains vers Jenna, l'invitant à le rejoindre. Tout un tas de scénarios se jouait dans l'esprit du mastodonte. Il pouvait maîtriser sa compagne et arracher le parasite de son ventre, à mains nues, tuer la mère avant que le machin grandisse ou simplement tenir la femme contre lui, pas pour lui donner son approbation quant au fait de le garder mais surtout pour lui apporter son soutien. Ils se retrouvaient tous les deux dans une bonne grosse merde et pour le coup, il faudrait qu'ils se soutiennent pour que quelque chose de bien en sorte. Enfin, tout sauf le bébé quoi. Attentionné et délicat, le maçon vint poser les lèvres sur les mains de sa compagne et l'attira doucement à ses côtés. Il n'était pas toujours tendre mais à cet instant, il avait besoin de cette tendresse, lui même s'abaissait à avoir besoin de douceur et de calme. Pour réfléchir. Pour être serein. Mais comment l'être dans une situation pareille ?... Lentement, l'armoire à glace se laissa tomber en arrière avec sa moitié dans les bras. Ses doigts vinrent caresser les cheveux roux alors que son visage fixaient le plafond.

- Le pire... C'est que je sens qu'il va nous donner du fil a retordre ce con...



Revenir en haut Aller en bas
Jenna Heartfield
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 01/11/2015
Messages : 181
Age IRL : 25

MessageSujet: Re: No need to talk [Leroy/Jenna]   Lun 3 Oct 2016 - 20:56

    C’était étrange. Elle avait l’impression au final qu’il pensait qu’elle s’en foutait. Non, pire, qu’il pensait qu’elle était contente, qu’elle s’en réjouissais, qu’elle voulait absolument garder ce bébé. Alors que ce n’était pas le cas, pas du tout. Et même loin de là. Pour elle c’était l’horreur. Elle avait déjà été enceinte une fois. Elle avait déjà connu tout ça. Jenna n’avait jamais voulu fonder une famille, pour la simple et bonne raison qu’elle même avait été abandonnée, par son père, certes, mais par sa mère aussi.

    Lorsqu’elle avait appris qu’elle était enceinte de Jonah, elle était passée par plusieurs stades. D’abord, elle avait été dépitée. Elle s’était effondrée dans le salon de leur planque, sous le regard de Shannon, et avait éclaté en sanglots. Comment aurait-elle pu seulement élever un enfant alors qu’elle n’avait même pas de maison ? Puis elle s’était demandé comment le dire au principal interessé. Seulement, elle n’avait plus de nouvelles de lui, il ne répondait pas à ses messages, et ses appels encore pire. Donc elle ne lui avait pas dit. S’était ensuite posée la question de l’avortement. Sauf que la jeune fille bien mal informée ne savait pas qu’il existait un délai, et se retrouva privée de cette solution. De fait, elle n’avait plus trop de choix… Le garder, ou accoucher sous X, le confier à l’adoption. Et c’est ce qu’elle avait fait.

    A son tour, elle avait commis le crime pour lequel elle avait condamné sa génitrice. Elle avait abandonné un bébé qui n’avait rien demandé à personne. Et le pire ? C’est qu’elle avait continué à vivre avec ça. Plutôt bien même. Mais elle était lucide, elle n’avait pas la vie qu’il fallait pour élever un enfant. Les cambriolages, les soirées mondaines, et tout ça, c’était pas fait pour un gamin.

    Elle se laissa emporter par son homme, pour s’allonger contre lui. Les doigts du maçon perdus dans ses cheveux la faisaient planer, et la rouquine caressa doucement le torse de son… Comment on pouvait dire maintenant ? C’était son copain ? Ils allaient avoir un bébé ensemble, alors du coup, c’était un peu plus fort que ça non ?

    - Ouais je crois. En même temps, avec nos caractères… Ca va être un véritable démon. Lucifer, qu’on devrait l’appeler.

    Elle disait ça enrigolant, mais en réalité, c’était surtout pour essayer de se rassurer. De se dire que ça serait pas si catastrophique que ça. Que cette fois, cet enfant aurait un père. Que Leroy allait rester avec elle pour élever ce bébé. Et pourtant, au fond d’elle, là tout au fond, une petite voix lui criait de ne pas lui faire confiance. Que de toute façon, elle finirait seule comme toujours. Parce que c’était ça, son destin.

    - On va faire quoi ? Je sais plus où j’en suis tu sais. Je sais pas où on va. Ce qu’on fait. Putain pourquoi ? Comment ça a pu nous arriver ?



Revenir en haut Aller en bas
Leroy M. Hooker
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 02/11/2015
Messages : 167
Age IRL : 22

MessageSujet: Re: No need to talk [Leroy/Jenna]   Ven 7 Oct 2016 - 20:23

Sa compagne contre lui, Leroy continuait d'observer le plafond, intensément, réfléchissant à tout et rien. Il serait tellement facile de se tirer mais... Mais l'idée ne lui plaisait pas. La remarque sur le nom potentiel de l'enfant lui tira un sourire et même un petit rire tandis qu'il activait délicatement ses doigts dans les cheveux de la rousse. Lucifer serait le nom parfait pour ce monstre qui grandirait et déformerait le ventre de sa mère. Est-ce qu'il aurait envie d'elle après ça ? Avant on disait souvent que les rapports étaient bien mieux quand sa femme était enceinte m'enfin, on en revenait au même point, il y avait une vie en jeu. Est-ce qu'il fallait considéré qu'il faisait déjà parti de la famille et donc le protéger malgré toutes les appréhensions ? C'est un long soupir qui répondit à ses questions. Qu'en penserait sa maman, à cet homme sans foi, ni loi ? Elle ne serait pas heureuse d'apprendre que son rejeton soit devenu un connard et encore moins qu'il pense à abandonner sa... Petit-amie ? Sa femme ? Sa... Jenna ? Hm. Et puis pourquoi pas délaisser ses responsabilités, une fois de plus ? Il avait déjà déçu sa mère plus d'une fois, alors une de plus, une de moins, d'autant qu'elle était morte depuis un bail et reposait auprès du dieu qu'elle vénérait. Puis, fallait se dire. Elle avait élevé un enfant seul, pourquoi la rouquine n'y arriverait pas ? Après tout, elle est pas si seule que ça, y avait Shannon pour l'aider. C'était amplement suffisant. Non ?

Le maçon haussa un sourcil en entendant les propos de sa belle, soupirant une fois de plus. De sa main libre, le mastodonte vint s'essuyer le visage et mit ses doigts sur ceux de la cambrioleuse, histoire de bloquer ses doigts un instant. Tranquillement, il tourna la tête pour pouvoir observer Jenna, avalant difficilement sa salive.

- Je ne sais pas ce qu'on va faire. Je ne sais même pas ce qu'on peut faire. On en veut pas de cet enfant mais... Si l'avortement ne fonctionne pas, si tous nos efforts pour le perdre ne mènent à rien... On va devoir le garder et... Faudra préparer le terrain.

Préparer le terrain. Ce qui impliquerait de trouver une autre planque, mieux sécurisé, d'avoir des tonnes de machins pour bébé, genre biberons, couches, vêtements, nourriture, médicaments et autres conneries. Il ne savait pas réellement ce qu'impliquait l'arrivé d'un marmot dans une vie. Il savait que son oncle lui avait souvent dit "Pose toi, mon garçon, tu seras heureux, fonde une famille et offre lui ce que tu n'as pas pu avoir" mais lui, il était heureux comme il était. Pas de prise de tête, pas de contrainte. Pas de vie de famille qui pouvait disparaître à tout moment. Ouais, clairement, c'était le pied de vivre selon son bon vouloir. Pourtant, à une époque, il aurait voulu en avoir une, prendre sa vengeance sur le monde, profiter du bonheur d'être aimé. Mais non. En grandissant, il préférait vivre sans réelles attaches. Le blond vint paisiblement caresser les doigts de sa moitié et ferma les yeux un instant, comme pour éviter qu'elle puisse lire dans ses yeux, les nombreuses idées qu'il avait eu. Ce serait injuste pour elle, quand on savait qu'il lui avait fait promettre de ne plus jamais le quitter. La mâchoire de l'homme se desserra alors.

- Pour le moment on peut rien faire, malheureusement. Et puis, faudrait pas que ça te mette en danger...

Bah non. Faudrait pas. Il allait certainement pas perdre sa meuf juste à cause d'une saloperie de parasite, venant de lui, certes mais quand même ! Le karma, le karma... Trop de sales retours, n'empêche. Après, un instant de réflexion, la colosse haussa alors un sourcil.

- Oh mon dieu ! On aura probablement un gamin roux ! Il aura pas d'âme ! On est foutu ! T'imagine ?! Tu portes l'Anté-Christ ?!

Oui. Il venait d'y penser. Un gamin roux. En soit, c'était marrant à imaginer, de fait, il ne pu s'empêcher de rire en y pensant. Un rire franc, certes un peu moqueur mais tout de même sincère. Oh bon dieu, il fallait qu'il ait un enfant avec une rousse, sachant qu'il était blond, il y avait énormément de chances que le bambin ressemble à sa mère. Dans quelle merde venait-il de se fourrer ?



Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
WALKING WITH THE DEADS

MessageSujet: Re: No need to talk [Leroy/Jenna]   Aujourd'hui à 17:29

Revenir en haut Aller en bas
 

No need to talk [Leroy/Jenna]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant

 Sujets similaires

-
» Bill Clinton : Talk is Money (al konprann se piyay!)
» Jenna Heap ^^
» [Mai] Byul Leroy
» Présentation Hélène Leroy [validée]
» Joyeux anniversaire, Jenna. {Défi, solo.}

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Walking Dead RPG :: Archives RP :: RP Terminés-