Partagez | .
 

 Hold My Hand

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant
Auteur
Message
Shawna J. Clarke
Sanctuary Hills
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 19/01/2016
Messages : 844
Age IRL : 28

MessageSujet: Re: Hold My Hand   Dim 2 Oct 2016 - 22:56


Pourquoi lui avait-elle dit ça ? En l’entendant soupirer, Shawna avait eu peur de la réaction du brun. Cela ne la regardait, et elle aurait compris s’il l’avait mal pris. Au lieu de ça, il finit par sourire, lui disant de ne pas s’en faire. Soulagée, la métisse étira à son tour ses lèvres. Et elle fut tout aussi rassurée lorsqu’il lui avoua d’avoir pris la bonne décision en restant avec eux. La jeune femme ne dit rien de plus, se contentant de sourire un peu plus.

Lorsqu’Axel leva les yeux vers le ciel quand elle commença à lui parler de ses cheveux, Shawna ne put s’empêcher de rire encore une fois. Non mais quel ronchon ! Cela faisait des mois que ses cheveux n’avaient pas été coupés, rafraîchir tout ça lui ferait le plus grand bien. Sinon, à ce stade-là, ils finiraient par être aussi longs que ceux de la coiffeuse… La belle ne put s’empêcher de rire intérieurement en imaginant le serveur ainsi. Puis lorsqu’il accepta sa proposition, elle en fut ravie ! Cela faisait tellement longtemps qu’elle n’avait pas fait ça. Elle lâcha alors, enthousiaste « Je vais chercher mes affaires alors ! Je reviens très vite ! » Elle se leva alors et se dirigea vers l’entrée de la maison d’un pas rapide, un grand sourire sur les lèvres.

Après avoir récupéré sa trousse de coiffeuse dans sa chambre et l’avoir attaché à sa ceinture, elle était passée par la salle de bain pour récupérer des serviettes, qu’elle avait posées sur son épaule. Elle était ensuite redescendue jusqu’à la cuisine pour prendre une bouteille d’eau et un vieux tabouret. Bien, elle avait tout ce qu’il lui fallait. Elle retourna alors à l’extérieur, retrouvant Axel sans son bandana. Une légère moue s’éprit alors de ses lèvres, chose que le jeune homme ne tarda pas à remarquer d’ailleurs. Oui, elle allait avoir du travail, mais elle avait déjà vu bien pire. Elle se mit alors à rire lorsqu’il lui demanda de ne pas couper. Ah non, ça, il en était hors de question. « Jamais de la vie ! Ça ne t’irais pas de toute façon ! Fait moi confiance… »

Posant le tabouret près de la balancelle elle lui demande de s’y installer, ça serait bien plus pratique comme ça. Elle posa une première serviette sur ses épaules et la rentra légèrement dans le col du brun afin qu’elle tienne. Puis elle lui expliqua « Bon… Je n’ai pas trouvé de shampoing, mais on peut faire sans, c’est pas grave. Je vais mouiller un peu tes cheveux, ça sera plus simple pour les démêler. Mets juste la tête un peu en arrière… » Un soin démêlant n’aurait pas été du luxe mais elle allait devoir s’en passer aujourd’hui… Si seulement elle avait eu le temps d’emporter les quelques produits que Kaidan lui avait offert pour son anniversaire… Elle aurait pu s’en servir. Attrapant la bouteille, elle se remit à parler « Bon, je te demande pas si la température de l’eau te convient hein… T’as pas vraiment le choix. » Elle se mit à sourire avant de verser un peu d’eau sur les cheveux du jeune homme. Prenant soin de ne pas en mettre partout, elle frotta les mèches brunes afin de les rincer correctement. Une fois cela fait remonta ses mains jusqu’à son crâne, massant quelques instant le cuir chevelu. Shawna fut heureuse de voir qu’elle n’avait rien perdu après tous ces mois loin du travail…

Une fois terminé, elle saisit la deuxième serviette qu’elle avait sur son épaule et essuya les cheveux d’Axel. « Voilà, maintenant je vais démêler tout ça avant de pouvoir couper… Tu me dis si je tire trop… » La métisse tira alors sur la fermeture éclair de sa trousse de coiffeuse et en sortit un peigne. Doucement, elle le passa dans la chevelure sombre jusqu’à la démêler complètement. Elle rangea alors le peigne et prit une paire de ciseaux « Je vais pouvoir commencer à couper. Ne t’en fais pas… Je suis sûre que ça te plaira ! » Elle se mit alors à couper. Peu à peu, des mèches de cheveux tombèrent à ses pieds. Silencieuse, la belle se concentra, heureusement pour elle, le coup de main n’avait pas disparu. Après de longues minutes, elle donna un dernier coup de ciseaux. Puis elle passa doucement ses mains dans les cheveux du brun pour enlever les mèches qui n’étaient pas tombées. Elle se plaça ensuite devant lui et le coiffa. « Bien… Je pense que c’est pas mal là ! » Elle avait coupé assez court sur les côtés, et avait laissé un peu de longueur sur le haut de sa tête. Ça lui allait vraiment bien, elle était plutôt contente d’elle d’ailleurs.

« Oh attends ! Je dois avoir un miroir là-dedans. » Se mettant à fouiller dans sa trousse, elle sortit un petit miroir de poche. Elle l’ouvrit, et grimaça un peu en voyant qu’il s’était légèrement brisé, sûrement pendant le voyage… Shawna le tendit tout de même à Axel, il pourrait tout de même se voir malgré ça. « Alors ? Ça te va ? » Attendant la réponse du jeune homme, elle laissa un sourire satisfait se dessiner sur ses lèvres. « Tu peux pas savoir comme ça fait du bien de pouvoir recommencer à faire ça… »






Revenir en haut Aller en bas
Axel J. Kennedy
Bras droit | Sanctuary Hills
Modérateur
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 31/10/2015
Messages : 710
Age IRL : 24

MessageSujet: Re: Hold My Hand   Lun 3 Oct 2016 - 10:20


    Je m'étais assis sur le tabouret bien sagement pour que la métisse puisse faire son boulot. Penchant légèrement la tête en arrière comme elle me l'avait demandé, je finis finalement par fermer les yeux, profitant du soleil sur mon visage. Souriant légèrement quand elle parla de la température de l'eau, je ne répondis rien, me contentant de la laisser faire. J'avais toujours eu du mal à supporter qu'on me touche la tête comme ça, ou peut-être était-ce simplement ce manque d'habitude de contact humain rapproché qui se limitait même avant l'apocalypse à un petit cercle de personne très restreint ; je faisais donc de mon mieux pour respirer calmement, me disant que de toute façon, il fallait passer par là. Au bout de quelques minutes, je ne me formalisais plus vraiment de la gêne provoquée par cette soudaine proximité, appréciant la douceur de la brune. Quand elle repris la parole, j'ouvris les yeux pour la regarder un court instant.

« Pour le moment ça va »

    Après le démêlage peu agréable, vint ce bruit un peu inquiétant de ciseaux tout près de mon oreille. Refermant rapidement les yeux en soupirant, j'essayais de ne pas me focaliser sur les cheveux que je sentais tomber sur mes épaules et sur mes mains. Lui faire confiance. Au pire... ça finirait bien par repousser, mais après m'être trimballé pendant des semaines avec un bandana, je n'avais pas vraiment envie d'avoir à mettre un bonnet en attendant que ça repousse. Les minutes me paraissaient interminables, je prenais sur moi pour ne pas gigoter ; partir en plein milieu serait certainement pire que rester jusqu'au bout... La brune fit alors le tour et se posta juste devant moi pour coiffer un peu tout ça ; ah, donc il y avait encore quelque chose à coiffer. Détaillant son visage concentré, je ne pu m'empêcher de sourire légèrement ; y avait pas à dire, elle était mille fois mieux comme ça que quand elle se laissait déprimer.

« J'ai hâte de voir ça. »

    Mon ton s'était fait passablement nerveux derrière l'impassibilité et je luttais pour ne pas baisser la tête et voir la masse de cheveux au sol. Shawna me présenta alors un petit miroir brisé, le prenant, je me détaillais pendant près d'une minute, fronçant légèrement les sourcils. Ça changeait, c'était même plus court sur les côté que la coupe que j'avais auparavant mais... ça m'allait mieux. Lui rendant le miroir, je lui adressais un sourire à la fois ravi et soulagé.

« C'est parfait ! »

    Me passant cette fois-ci une main dans les cheveux comme pour vérifier directement la longueur, je trouvais presque bizarre de ne plus pouvoir y noyer ma main. Arquant un sourcil quand la brune repris la parole, je souris un peu plus.

« Je comprends, mais tu as la chance de pouvoir continuer. »

    Chance que je n'avais pas. Bon, certes, les relations avec tous mes semblables n'avaient jamais été simples, mais j'avais appris à apprécier cette petite routine, parler bouquin autour d'un café latté ou que sais-je ; tout ça, c'était devenu impossible maintenant. Et surtout plus vraiment utile ici, alors que la métisse, elle, exerçait un métier qui ravirait pratiquement tout le monde. Nous avions discuté encore un peu, parlant de ce qu'elle faisait avant, de ses petites habitudes, avant de reprendre chacun nos tâches du jour.





____________________________________




Fin Septembre 2016






    Tout le monde a rejoint sa chambre respective après la discussion houleuse quant à l'absence de Carmen. Nous étions partis à plusieurs ce matin en ''ravitaillement'' dans Seattle, étions rentrés par petits groupes, mais la Navajo, elle, n'était pas revenue. Quelle idée aussi de l'avoir laissée partir seule dans ce coin ! Des engueulades et des paroles pleines de peine avaient fusé dans tout le hall, mais pour une fois, je ne pouvais pas me permettre de me laisser dépasser par mes émotions, j'avais dû faire au mieux pour calmer le groupe, prendre la meilleure décision ; en mon super rôle de ''bras-droit'' comme la brune me le rabâchait souvent. Alors oui, malgré mon ton qui avait dû être passablement acerbe et sans appel, j'avais fait au mieux pour mettre mes émotions de côté.

    Jusqu'à ce que je me retrouve seul dans ma chambre, ayant tout le loisir de réfléchir à tout ce qu'impliquait le non-retour de ma meilleure amie. Et si nous ne la retrouvions jamais ? Nous allions devoir fouiller plusieurs immeubles, en espérant qu'elle ne soit pas partie ailleurs. Et elle était morte ? Après deux bonnes heures à tourner en rond, je donnais un violent coup de pied dans le cale porte qui, comme si c'était fait exprès, trônait au milieu de la pièce, et l'envoyais balader à quelques mètres de là.

    Sortir. Tout de suite. Sortir pour ne pas tout mettre sans dessus dessous. Sans prendre la peine d'enfiler un pull, je descendis les marches rapidement pour me retrouver dehors sur le perron. Il ne faisait pas chaud mais qu'importe, avoir froid était le cadet de mes soucis. M'adossant contre le mur du ranch, je regardais sans vraiment les voir les étoiles là-haut, respirant bruyamment. Oui, j'avais fait de mon mieux pour prendre la bonne décision, mettre de côté mes émotions. Puis était venu la colère, à l'abri des regards. Mais maintenant que cette colère avait atteint son point culminant... il n'y avait plus qu'une angoisse profonde qui me déchirait littéralement de l'intérieur.

« Carmen merde t'es où ? Comment je fais moi maintenant ? »

    Mes jambes s'étaient faites tremblotantes et, sans prendre la peine de me retenir, je me laissais glisser contre le mur, encerclant mes genoux de mes bras et y déposant la tête. Soupirant bruyamment, je fermais fort les yeux pour empêcher toute ma peine d'en sortir.





« Tout le monde dit que la ''survie'' n'est pas facile,
que ce n'est qu'un état second clôturé soit par une renaissance, soit par la mort.
J'ai eu ma renaissance.
»

Revenir en haut Aller en bas
Shawna J. Clarke
Sanctuary Hills
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 19/01/2016
Messages : 844
Age IRL : 28

MessageSujet: Re: Hold My Hand   Mar 4 Oct 2016 - 23:12


Les semaines qui avaient suivi leur arrivée au ranch avaient été relativement calmes, chacun semblait avoir pris ses marques dans ce nouveau refuge. Tous avaient pu reprendre des forces et souffler un peu après leur interminable voyage sur les routes. Les tensions présentes entre certains membres du groupe s’étaient apaisées et ils avaient recommencé à vivre ensemble, ici. Pour Shawna, tout cela avait pris plus de temps mais peu à peu, ses angoisses et ses peurs avaient fini par se faire moins présentes, moins oppressantes. Sa bonne humeur était revenue et elle s’était également impliquée de plus en plus, donnant un coup de main aux autres comme elle le faisait avant. Oui, ils avaient de la chance finalement d’atterrir ici… Il n’y avait plus qu’à espérer que tout ce passe bien, et c’était plutôt bien parti.

Sauf qu’évidemment… Cette tranquillité ne dura pas longtemps. Cela aurait été trop beau dans un monde pareil. Un jour, en fin de journée, l’équipe partie en ravitaillement du côté de Seattle était revenue en annonçant une mauvaise nouvelle. Carmen avait disparu. Comment ? Aucun de ceux parti avec elle n’avait su l’expliquer. Et forcément les tensions avaient refait surface, houleuses. Le calme qui avait été si bénéfique pour tout le monde avait volé en éclat, faisant resurgir quelques vieux démons et inquiétudes. Que devaient-ils faire ? Bien sûr qu’il fallait aller la chercher, partir à sa recherche. Mais c’était bien trop risqué de nuit. Ils allaient devoir attendre l’aurore pour repartir, cette décision ne ravit pas les impatients, d’où les prises de bec. Malheureusement ils n’avaient pas le choix.

Shawna n’avait pas pris part à tout ça, elle était restée à l’écart, bien trop inquiète pour Carmen. Et s’ils ne la retrouvaient pas ? Non. La métisse ne voulait pas y croire. Ils allaient la retrouver, il le fallait. Carmen était bien trop importante pour tout le monde ici, elle était indispensable au groupe… Et même si Axel avait tenté de prendre les choses en main, de calmer tout le monde, ça ne s’était pas très bien passé. Mais il était difficile de lui en vouloir pour ça, tout le monde était bien trop inquiet pour gérer cela paisiblement. Alors lorsque chacun avait regagné sa chambre, la coiffeuse s’était réfugiée dans la sienne. S’allongeant sur son lit, son chat à côté d’elle, elle s’était forcée à fermer les yeux pour essayer de trouver le sommeil. Mais cela n’avait pas marché, l’absence de Carmen était bien trop pesante. Elle s’était alors assise, prenant Cookie sur ses genoux, espérant que la présence de l’animal apaiserait ses maux. Sans succès.

Soupirant bruyamment, elle finit par sortir de ses draps et se leva finalement. A défaut de pouvoir dormir, elle décida d’aller se dégourdir les jambes. Alors elle descendit jusqu’à la cuisine pour prendre un verre d’eau, suivie de très près par son chat. Puis, elle entendit quelqu’un sortir, visiblement pressé… Surprise, elle décida tout de même d’aller jeter un œil. Et si l’un des gars s’était mis en tête de partir malgré la décision de partir le lendemain ? Non, elle n’espérait vraiment qu’aucun d’entre eux avait pris ce risque. Elle ne se voyait vraiment pas lui courir après en pleine pour l’en dissuader. Se retrouvant sur le perron, elle regretta de ne pas avoir enfilé un gilet, il ne faisait pas très chaud. Scrutant les alentours, elle finit par entendre une voix masculine, visiblement proche. Elle tourna la tête avant d’apercevoir une silhouette dans l’obscurité « Axel ? » S’approchant doucement, la métisse n’eut pas à attendre confirmation pour reconnaître l’ancien serveur. A son tour, elle s’agenouilla en face de lui remarquant très vite que ça n’allait pas. Toute la soirée, il avait tenté de ne pas montrer ses craintes mais là, cela se voyait qu’il ne supportait pas l’absence de sa meilleure amie. « Hé… » Que pouvait-elle lui dire ? Lui demander si ça allait ? Non, ce n’était clairement pas le moment pour ça. Parce qu’il tenait trop à Carmen pour faire comme si de rien n’était. Shawna repensa alors à toutes ces conversations qu’ils avaient eu tous les deux ces dernières semaines. Axel avait été là pour elle, il l’avait écoutée, il l’avait réconfortée… Il avait réussi à faire entendre à la coiffeuse d’arrêter de culpabiliser, lui expliquant que les autres ne lui en voulaient pas. C’était grâce à lui qu’elle avait pu se relever, recommencer à sourire un peu... Alors le voir ainsi lui fit énormément de peine…

Sans réfléchir, la jeune femme vint prendre la main du brun avant de la serrer légèrement. Puis de son autre main, elle releva doucement le menton du jeune homme jusqu’à croiser son regard. « Axel… Ecoute… Je… Je sais que tout ce que je te dirais à propos de Carmen ne suffira pas à te rassurer. C’est difficile pour tout le monde… Mais si tu as besoin de moi, pour quoi que ce soit… Je… » La voix de Shawna était hésitante. Elle se sentit même stupide, et elle craignait qu’Axel le prenne mal, qu’il lui demande de s’en aller. Pourtant, elle voulait vraiment l’aider à supporter tout ça, à rendre ce moment moins difficile pour le jeune homme. Mais comment ? « Je suis là… » Termina-t-elle. Prête à rester ici, pour l’écouter, pour parler, pour le rassurer… Ou juste être là, à ses côtés…






Revenir en haut Aller en bas
Axel J. Kennedy
Bras droit | Sanctuary Hills
Modérateur
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 31/10/2015
Messages : 710
Age IRL : 24

MessageSujet: Re: Hold My Hand   Mer 5 Oct 2016 - 17:00


    Complètement ailleurs, j'avais presque sursauté en entendant la voix de Shawna à quelques mètres. Je ne relevais cependant pas la tête, me contentant de regarder dans le vide, l'horizon sombre en face qui n'avait rien de rassurant, en serrant un peu plus les dents. Pourquoi avait-il fallut que quelqu'un se décide à sortir maintenant ? Je détestais être dans cet état, vraiment, rien n'était plus ridicule, alors qu'en plus on me voit dans cet état... n'ayant pu retenir un soupire quand elle se plaça juste en face de moi, je tournais légèrement la tête sur le côté ; fuir son regard pour ne pas qu'elle voit ce qu'il y avait au fond, je n'avais pas pu trouver d'autre solution.

    Mon attitude ne sembla pourtant pas faire fuir la coiffeuse qui me prit la main, la serrant un peu ; instinctivement, je n'avais pas pu m'empêcher de me crisper un peu en sentant sa main encore chaude enserrant la mienne, glacée. Déjà qu'en temps normal, je n'étais pas très à l'aise avec les gestes aussi rapprochés, quand j'allais mal c'était encore pire, et là, devant elle, je me sentais royalement ridicule, pitoyable. Ne bronchant toujours pas, je la laissait soulever un peu mon visage jusqu'à planter mes yeux dans les siens. Verrait-elle dans cette obscurité tout ce qui se jouait dans mon regard ? Je pouvais espérer idiotement que non, mais me voir recroquevillé là avait dû lui suffire pour s'en douter.

    Ne desserrant toujours pas les dents, je respirais un peu plus fort que d'habitude, essayant de prendre sur moi pour envoyer balader la peine. Le problème quand je n'allais pas bien et qu'on s'en souciais à ce point, c'est que j'avais le plus mal à ne pas me laisser envahir par les mots qui m'étaient adressés, ils sonnaient toujours comme un ''tu peux lâcher prise, ce n'est pas grave'' qui m'horripilais et me faisait peur, me menant toujours au bord de la crise d'angoisse. C'était déjà comme ça avant, j'avais toujours su rester calme, jusqu'à ce que la colère soit passée, pour finalement me mettre dans un état de stress difficilement contrôlable.

    Ne pas craquer. Pas maintenant. Ne pas laisser cette angoisse m'arriver en pleine face. Serrant un peu plus la main de la brune, peut-être un peu trop fort, comme pour me raccrocher à quelque chose, je ne pu rien faire d'autre que hocher la tête. Ne pas lâcher prise. Ne pas se reposer sur qui que ce soit. Méthode qui avait jusque là relativement bien marché, la dernière fois que je m'étais rendu aussi mal était après l'engueulade avec Carmen concernant Ana et ma famille, je n'avais eu d'autre choix que de sortir de ce bourbier. Seul. Replantant mes yeux dans ceux de la métisse, je perdis toute envie de l'envoyer balader, parce-qu'elle n'y était pour rien et que je voyais bien qu'elle voulait faire de son mieux pour être là. Soupirant une nouvelle fois, je passais ma main libre sur mon front, cachant par la même occasion mon regard.

« Ça ne doit pas beaucoup te rassurer de me voir gérer la situation comme ça. »

    J'avais bien retenu les mots de ma meilleure amie, être là pour elle, pour eux, affronter tout ça ensemble, se soutenir. J'avais essayé de faire au mieux, mais une fois encore toutes ces attaches me tiraient vers quelque chose que je ne gérais absolument pas. Un coup d’œil vers la métisse me permis de voit une fois encore qu'elle était aussi inquiète que moi, qu'elle n'avait d'ailleurs aucunement l'intention de rire de mon attitude, ni même d'en tenir rigueur. Prenant une profonde inspiration, je déposais sur mon genoux sa main toujours dans la mienne avant d'y poser mon front ; fuir encore la désolation que je voyais, faire comme s'il n'y avait que la mienne.

« Je ne sais pas quoi faire d'autre, ça me tue d'attendre demain mais on a pas le choix. Qu'est-ce qu'on va faire si on ne la retrouve pas... »

    La question avait plutôt été une demande à ma propre personne, la laissant en suspens comme s'il n'y avait aucune réponse satisfaisante.N'était-ce de toute façon pas le cas ? Si nous ne retrouvions pas la Navajo, le groupe éclaterait sans aucun doute, et j'aurais faillis à la promesse que je lui ai faite. J'étais tellement impuissant dans cette situation que ça allait me rendre complètement fou, en colère contre moi-même, et totalement perdu. Et aussi étrange que ça puisse paraître, la présence de Shawna avait, outre l'agacement et l'angoisse que je ressentais à ce qu'elle me voit comme ça, un petit côté rassurant. Affronter une situation sans être seul avait toujours quelque chose de nouveau pour moi tant je me montrais rarement aussi faible et démuni en présence de quelqu'un.





« Tout le monde dit que la ''survie'' n'est pas facile,
que ce n'est qu'un état second clôturé soit par une renaissance, soit par la mort.
J'ai eu ma renaissance.
»

Revenir en haut Aller en bas
Shawna J. Clarke
Sanctuary Hills
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 19/01/2016
Messages : 844
Age IRL : 28

MessageSujet: Re: Hold My Hand   Sam 8 Oct 2016 - 11:49


Lui rendre la pareille, être là pour lui, pour l’écouter et le réconforter ? Oui, Shawna se devait de le faire parce qu’elle se sentait terriblement mal de la voir dans cet état. Jamais, depuis qu’elle le connaissait, jamais elle ne l’avait vu dans un état pareil et forcément, ça l’inquiétait. Mais comment lui en vouloir ? C’était sa meilleure amie qui était là dehors, quelque part, peut-être en danger… Ou pire. Pourtant la métisse se refusait de croire à un malheur, Carmen ne devait pas être loin. Il fallait la retrouver, ils étaient obligés de tout faire pour la ramener ici. Non, c’était impossible qu’elle disparaisse maintenant, pas après tout ce qu’ils avaient vécu ensemble, et encore moins après s’être installés dans ce nouveau refuge. Cette nouvelle maison qui semblait avoir tellement de potentiel…

Lorsque leurs regards se croisèrent, Shawna eut énormément de mal à dissimuler sa peine. Le voir comme ça lui déchirait le cœur, elle avait toujours détesté voir les gens dans de tels états. Si elle avait pu, elle aurait certainement pris le brun dans ses bras, pour lui confirmer qu’elle était là s’il le voulait. Mais elle ne le fit pas, connaissant trop bien l’ancien serveur pour savoir qu’il n’apprécierait peut-être pas. Elle avait hésité pourtant. Parce qu’elle tenait beaucoup à lui, maintenant, tout comme elle tenait au reste du groupe. Ils faisaient partie de la même « famille », et ils devaient donc prendre soin les uns des autres…

Bien sûr que ça ne rassurait pas Shawna de le voir comme ça. Mais Axel n’était pas surhumain et forcément, il ne pouvait pas cacher éternellement ses sentiments et ses émotions. Dans le cas présent, il était complètement vulnérable démunis par la situation. Mais tous l’étaient ici, alors évidemment le clash avait été inévitable. Et maintenant, il était difficile pour lui de cacher sa peine et ses craintes. Shawna lui répondit alors, d’une voix calme et douce, sentant peu à peu la main de son ami se resserrer sur la sienne. « « On est tous inquiets Axel… Et… C’est normal de s’en faire, de ne pas réussir à gérer les choses comme on le voudrait. Tu fais de ton mieux, et c’est impossible de faire comme si de rien n’était. Tu tiens trop à Carmen pour ça… Tu ne peux pas garder tout ça à l’intérieur, faut que ça sorte à un moment ou à un autre… » Avec ces mots, elle ne lui demandait pas de se mettre à pleurer... Parce qu’elle savait très bien que ce n’était pas dans les habitudes du jeune homme, et qu’il détestait sûrement se sentir aussi impuissant face à cette situation. Tout ce qu’elle voulait lui faire comprendre, c’était qu’il ne devait pas culpabiliser de ne pas réussir à gérer tout ça. C’était étrange pour la jeune femme de se retrouver à faire ça, surtout après toutes leurs discussions où Axel avait tout fait pour la réconforter et lui redonner envie de relever la tête et d’avancer… Et il y était parvenu à force de patience. Patience qu’il n’avait pas tellement en temps normal, mais il avait pris le temps pourtant. Et ça la métisse s’en souviendrait, cela ne faisait aucun doute. Alors, elle devait l’aider à son tour, ou du moins essayer…

Axel s’était de nouveau recroquevillé, expliquant qu’il ne savait plus quoi faire. Shawna le laissa faire et cette fois elle ne tenta pas de lui faire relever la tête. Elle se contenta de poser sa main libre sur l’épaule du brun, à défaut de l’enlacer. « « Pour l’instant, tu as fait tout ce qui était possible de faire… Il faut attendre maintenant… » Shawna ne dit rien, ne lui affirmant en aucun cas qu’ils la retrouveraient et qu’ils reprendraient tranquillement le cours de leur vie. Elle ne lui demanda pas d’espérer ou autre chose, parce qu’elle ne voulait pas s’avancer sur la question. Mais évidemment, au fond d’elle, elle se refusait de penser au pire. Non, pas Carmen, c’était impossible… « Je peux rester si tu veux ? Je n’arriverais pas à fermer l’œil de toute façon, je peux te tenir compagnie jusqu’à demain matin, à deux… Le temps passera peut-être plus vite ? » Elle n’était pas certaine de ce qu’elle affirmait mais elle ne voulait pas laisser Axel seul. « Par contre, tu vas geler ici… Il fait frais, on devrait peut-être rentrer… Comme tu veux. » S’il voulait rester là, elle irait chercher une couverture, ce n’était pas un problème. Elle ne voulait rien lui imposer, alors s’il lui demandait finalement de le laisser, elle le ferait. A contre cœur mais elle l’accepterait…






Revenir en haut Aller en bas
Axel J. Kennedy
Bras droit | Sanctuary Hills
Modérateur
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 31/10/2015
Messages : 710
Age IRL : 24

MessageSujet: Re: Hold My Hand   Sam 8 Oct 2016 - 12:58


    ''Faut que ça sorte à un moment où à un autre'' avait-elle dit. Et certainement qu'elle n'avait pas totalement tord, à force de tout encaisser, tout garder pour moi, j'allais finir par imploser et les autres autour en pâtiront inévitablement. Comme cette fois-là, sur la route, où j'avais adressé sans ménagement le psy ; peut-être que si j'avais pris la peine de discuter calmement avec lui, ne serait-ce qu'une fois, ce ne serait pas arrivé. Mais j'avais toujours fonctionné de la sorte, toujours tout garder quitte à mourir à petit feu à l'intérieur, difficile de changer ça d'un seul coup.

    Alors plutôt que de me laisser envahir, montrer tout ce déchirement qui se jouait en moi, j'avais préféré me cacher une fois de plus, tenant fermement sa main comme si cela pouvait m'aider à ne pas perdre pied, ne pas fuir, encore et encore. Certains diront que cette habitude de fuite n'est rien d'autre que de la lâcheté, même si ce n'est probablement pas totalement faux dans le fond, j'ai toujours préféré voir cela comme de la ''conservation'' ; essayer de me protéger au maximum pour ne pas en pâtir trop, qu'importe ce que pouvaient en penser les autres, mais là... je ne pouvais décemment pas prendre mes jambes à mon cou et les laisser dans tout ce bordel. Nous devions retrouver Carmen, vivante ou non.

    La voix de la métisse était douce malgré toute la tristesse qui y était décelable, elle essayait d'être rassurante, présente, comme le montrait sa main sur mon épaule. Ne bronchant pas, je me contentais de ferme un peu plus fort les yeux, commençant à trembler légèrement à cause du froid ; ou peut-être à cause de l'angoisse ? Probablement les deux. Elle me parlait d'attendre, toujours attendre, et pour la première fois, cette attente ne faisait que me ronger un peu plus. Je n'avais jamais été très patient pour les petites choses, m'agaçant bien vite, mais pour les choses importantes j'avais toujours fait preuve d'une patience hors norme ; n'avais-je pas été capable d'attendre toute ma vie que cette apocalypse arrive enfin ? Que les choses changent ? J'aurai très bien pu en finir sans attendre, sans patienter, mais je n'en avais rien fait. Et bizarrement, maintenant, je n'en pouvais plus d'attendre encore. Soupirant légèrement, je relevais la tête aux mots de la coiffeuse concernant le faire de rester, plantant mon regard dans le sien.

« Si tu veux. »

    Partagé entre l'envie à la fois d'être seul pour me morfondre dans tout cela, et la peur justement de cette solitude, je n'avais pu me résigner à lui sourire, frissonnant une nouvelle fois tant la température à cette heure de la nuit était basse. Lâchant finalement la main de la brune, je me relevais lentement, époussetant mon pantalon pour en ôter une quelconque poussière.

« On sera mieux à l'intérieur oui. »

    Outre le risque d'attraper froid et potentiellement de tomber sérieusement malade, ce n'était peut-être pas très judicieux de discuter comme ça dehors en plaine nuit, n'ayant pas la visibilité adéquat pour apercevoir les morts qui pourraient arriver, attirés par le bruit. Me dirigeant jusqu'à la porte d'entrée, je l'ouvrais, laissant d'abord entrer Shawna avant de la suivre. Quelques petites braises crépitaient encore dans la cheminée que nous allumions souvent en ce moment ; l'été était définitivement passé et les nuits étaient très froides, l'âtre étant notre seul chauffage, il fallait bien en profiter. Remettant des bûches, je soufflais un court instant pour raviver le feu, avant de me tourner et de voir la métisse assise sur le canapé ; Cookie qui traînait apparemment dans le coin était assis sur l'accoudoir, la regardant fixement.

    La coiffeuse tremblait encore un peu et je ne pu m'empêcher de me sentir coupable ; c'était de ma faute si elle était sortie. Soupirant une nouvelle fois, je pris un plaid plié à l'autre bout du canapé, avant d'en entourer la jeune femme et de m'asseoir à ses côtés. Remontant mes jambes contre moi pour conserver un peu de chaleur, je plantais mes yeux dans le feu, essayant de penser à autre chose qu'à la disparition de ma meilleure amie. Difficile. Prenant une profonde inspiration, je tournais la tête vers la brune, tentant de lui adresser un regard reconnaissant.

« Merci d'être restée, t'en as du courage pour supporter mon humeur de chien. »

    Indéniablement, j'avais souris légèrement avant de baisser la tête, me passant une main légèrement tremblante dans les cheveux. Et maintenant ? Nous étions certes mieux dedans que dehors, mais j'avais toujours le sentiment que le soleil ne se lèverait jamais assez vite.





« Tout le monde dit que la ''survie'' n'est pas facile,
que ce n'est qu'un état second clôturé soit par une renaissance, soit par la mort.
J'ai eu ma renaissance.
»

Revenir en haut Aller en bas
Shawna J. Clarke
Sanctuary Hills
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 19/01/2016
Messages : 844
Age IRL : 28

MessageSujet: Re: Hold My Hand   Ven 14 Oct 2016 - 23:19


Shawna ignorait si ses mots avaient réconforté Axel, néanmoins, elle fut rassurée de le voir accepter sa proposition. Elle resterait donc à ses côtés, le temps qu’il faudrait. Il était tard mais cela n’avait aucune importance, la métisse n’avait pas sommeil. Bien trop inquiète pour Carmen. Une fois rentrée, elle s’installa sur le canapé du salon pendant qu’Axel s’occupait du feu. La température était bien plus agréable ici, ils seraient bien mieux près de la cheminée. « Merci. » Dit-elle au brun quand il lui mit un plaid sur les épaules avant de s’asseoir à ses côtés. S’emmitouflant encore un peu plus dans sa couverture, elle jeta un œil au chat qui avait également pris place sur le canapé. Shawna l’appela et il vint s’installer sur ses genoux, ronronnant bruyamment. Profitant des caresses de la brune, l’animal s’endormit rapidement. La coiffeuse sourit légèrement, finalement son petit compagnon s’était mieux adapté à cet endroit qu’elle malgré le chamboulement que ça avait dû être pour lui. Jamais il ne s’était enfui.

Tournant la tête vers Axel, le brun la remercia alors d’avoir été là, il esquissa même un sourire auquel la jeune femme répondit. Elle prit un petit air amusé avant de lui répondre. « Oh bah on est quitte alors ? Tu m’as bien supporté les semaines passées… Et je n’ai pas été forcément très agréable non plus… » Elle sourit de nouveau avant de poser ses yeux sur les flammes qui dansaient à présent dans la cheminée. Puis prenant un air plus sérieux, elle reprit « Vous avez tous été là pour moi, quand ça n’allait pas… Tu… Tu as été là... » Marquant une légère pause, elle se mit à chercher ses mots, ne sachant que dire de plus… Puis doucement, elle vint poser sa main sur celle d’Axel sans réellement réfléchir, perdue dans ses pensées. « Peu importe les épreuves… Peu importe ce qui pourra nous arriver, il faut qu’on… On doit se soutenir, endurer ça ensemble… Etre là pour les autres… » Un frisson s’empara de son échine. Etait-elle en train d’évoquer la possibilité qu’il était arrivé le pire à leur amie ? Non. Ce n’était pas le cas mais elle avait peut-être dit cela avec maladresse. Il n’y avait plus qu’à espérer qu’Axel ne le comprenne ainsi. Non. Carmen reviendrait. Shawna eut envie de l’affirmer haut et fort mais elle ne dit rien, le regard à présent perdu dans le vide. Que pouvait-elle faire de plus pour réconforter son voisin ? Pas grand-chose. Alors, doucement, elle laissa son pouce caresser la main masculine avant de rompre ce contact…

Le silence les entoura de nouveau durant de nombreuses minutes jusqu’à ce que la belle ne se mette à parler d’autre chose. Avec Axel, ils parlèrent ainsi pendant un moment, laissant parfois le silence reprendre possession des lieux. Les heures défilèrent, interminables, insupportables… Puis après avoir lutté durant de longues minutes, Shawna finit par tomber de fatigue, s’endormant sur l’épaule du brun…


***


Lorsqu’elle se réveilla deux ou trois heures plus tard, Shawna ouvrit péniblement les yeux. Elle n’avait pas bougé du canapé, le chat toujours roulé en boule sur ses genoux. Elle s’étira alors, grimaçant légèrement en sentant sa nuque douloureuse, avant de remarquer qu’Axel n’était plus là. L’aube ne devait plus être très loin, et elle put se rendre compte que la maison n’était plus endormie, les autres semblant déjà s’affairer, prêts à partir. Carmen. La métisse soupira, regrettant pour une fois que tout cela n’ait pas été un cauchemar… Elle se leva avant de se rendre jusqu’à sa chambre pour se changer…

Après avoir fait une toilette rapide et enfilé de nouveaux vêtements, elle redescendit, prenant la direction de la porte menant à l’extérieur. Une fois dehors, elle observa les autres, silencieux. Ils ne tarderaient pas à partir, alors lorsqu’Axel passa près d’elle, elle l’interpella d’une voix encore endormie « Eh… Excuse-moi… Je me suis endormie… Tu as réussi à dormir un peu quand même ? » Vu les cernes qu’il avait, il avait sûrement dormi moins longtemps qu’elle, voire pas du tout…  






Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
WALKING WITH THE DEADS

MessageSujet: Re: Hold My Hand   Aujourd'hui à 17:33

Revenir en haut Aller en bas
 

Hold My Hand

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 3 sur 4Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant

 Sujets similaires

-
» But oh my heart, was flawed I knew my weakness So hold my hand consign me not to darkness ~ Alkéos
» Nathaniel ▬ So hold my hand and consign me not to darkness
» Jung So Hee ♚ Brother hold my hand
» hold my hand as i'm lowered • lula
» "and if you're homesick give me your hand and i'll hold it" (05/06;18h57)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Walking Dead RPG :: Archives RP :: RP Terminés-