Partagez | .
 

 Hold My Hand

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3, 4  Suivant
Auteur
Message
Shawna J. Clarke
Sanctuary Hills
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 19/01/2016
Messages : 844
Age IRL : 28

MessageSujet: Hold My Hand   Dim 4 Sep 2016 - 0:25


25 juillet 2016


Allongé sur le lit, Shawna ne quittait pas le plafond des yeux, perdue dans ses pensées. Les rideaux de la chambre avaient été tirés de façon à ce que seul un léger filet de lumière illumine la pièce. Depuis combien de temps était-elle là ? Si la jeune femme avait l’impression de n’avoir passé que quelques heures sur ce lit, cela faisait en réalité plusieurs jours qu’elle n’était pas sortie de là. Elle avait passé la majeure partie du temps à dormir, se réveillant parfois en sursaut après de nouveaux cauchemars. Encore sous le choc et affaiblie par ces jours d’errance, l’arrivée dans ce nouveau refuge n’avait en rien apaisé ses peurs. Alors elle restait là, totalement inanimée et incapable de se lever. Les événements de ces dernières semaines avaient été éprouvants pour elle, effrayants, insoutenables. Shawna avait failli baisser les bras plus d’une fois pendant leur périple jusqu’ici, dans ce ranch abandonné. Mais tout au long de la route elle avait fait en sorte de tenir bon, de suivre sans broncher, finissant même par se plonger dans un mutisme déconcertant pour ses compagnons de route. Mais maintenant que tout cela était derrière eux, qu’ils avaient enfin trouvé un endroit pour souffler, la pauvre était en train de craquer…

Entre les cauchemars et ces moments de somnolences, la coiffeuse s’était souvent mise à pleurer brusquement alors qu’elle revoyait la silhouette morbide l’agripper. Alors, encore, la culpabilité revenait la tourmenter. Si seulement elle ne s’était pas mise à crier. Tout ça la bouleversait énormément et elle semblait incapable de s’en remettre. Pire, il lui avait semblé entendre la voix de ses sœurs et de sa mère. Des fantômes du passé, revenus la hanter… Elle allait devenir folle à rester là. Malheureusement, elle ne se sentait pas capable de se lever. Oh bien sûr, les autres avaient tenté de la tirer hors de cette chambre. Certains lui avaient apporté de quoi manger afin qu’elle reprenne des forces mais elle n’avait presque rien touché. Il fallait qu’elle se reprenne, qu’elle se relève, qu’elle trouve la force de surmonter tout ça... Mais elle n’avait aucune idée de comment s’y prendre. Le regard toujours rivé au-dessus d’elle, Shawna finit par passer l’une de ses mains sur son visage, frottant doucement son œil. Que devait-elle faire ? Elle était complétement perdue. Elle regarda ses vêtements quelques instants, toujours les mêmes depuis leur arrivée. Elle soupire, il fallait vraiment qu’elle se ressaisisse…

Puis la porte s’ouvrit soudainement, faisant sursauter la jeune femme qui se redressa brusquement sur le lit. A présent assise, ses yeux se mirent à fixer celui qui venait d’entrer. C’était Axel. A en juger par ce qu’il avait dans les mains, il venait sûrement lui apporter de quoi manger. Mais Shawna n’avait pas faim, bien qu’amaigrie par tout ce périple. Elle n’avait jamais été très épaisse fallait l’avouer, mais là, elle aurait sûrement été heurtée par le reflet de son corps dans un miroir. Elle n’avait plus que la peau sur les os. Il fallait qu’elle mange, au moins pour reprendre des forces…

Finissant par s’asseoir, les bras croisés autour de ses genoux, son regard revint croiser celui du brun. Elle aurait aimé lui dire quelque chose, lui dire qu’elle n’avait pas faim. Elle se contenta de détourner son regard, terrifiée à l’idée qu’il lui reparle de ce qu’ils avaient vécu, qu’il lui en veuille pour tout ça. Elle avait envie qu’il s’en aille, mais elle n’arrivait même pas à prononcer un seul mot. Elle essaya pourtant, entrouvrant légèrement les lèvres… Mais aucun son ne s’en échappa…






Revenir en haut Aller en bas
Axel J. Kennedy
Bras droit | Sanctuary Hills
Modérateur
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 31/10/2015
Messages : 710
Age IRL : 24

MessageSujet: Re: Hold My Hand   Dim 4 Sep 2016 - 17:49


    Quatre jours s'étaient écoulés depuis notre arrivée au ranch. Nous avons peu à peu tous pris nos marques et je ne pouvais nier que je me sentais ravi d'avoir eu la dépendance en tant que chambre. Le fait que ce soit la plus grande m'importe peu, mais elle est un peu en retrait des autres et ça, c'est parfait. Je m'y suis fait à cette vie en communauté, peu à peu, mais la solitude est toujours de mise par moments et si je peux au moins me donner l'illusion de pouvoir gérer ça, je prends. Quoi qu'il en soit, ce nouvel endroit était prometteur. Nous avions certes encore beaucoup de choses à voir, à aménager, pour qu'on puisse s'y sentir parfaitement bien, mais j'avais l'étrange sentiment que cet endroit était le bon. Y a-t-il seulement plus grande ironie que ça ? J'avais quitté la ferme familiale et toutes mes attaches pour faire ma vie en ville, espérer m'y sentir mieux, me sentir enfin bien, mais ça n'avait au final rien changé, et il fallait que je retourne désormais dans un endroit similaire à celui que j'avais quitté. Où était l'ironie dans tout cela ? C'était cette foutue prise de conscience que peut-être je n'avais fait que me voiler la face, peut-être que rester à la ferme avec les miens aurait été tout ce qui m'aurait sauvé... Mais il était trop tard désormais pour ce genre d'état d'âme, ce qui est fait est fait comme on dit ; plus facile à dire qu'à faire.

    En me réveillant ce matin là, j'avais une nouvelle fois un sentiment de sérénité bizarre. Plus besoin de dormir sur le canapé du salon, écrasé par ce besoin constant de tout surveiller, d'avoir pas loin de soi une sortie pour tout fuir si besoin il y a. Juste se réveiller là, dans un endroit où le danger n'a pas l'air de rôder, et où je peux enfin déposer mes affaires dans l'espoir de mener enfin la vie à laquelle j'aspirais. Enfilant rapidement un tee-shirt et un jean, je passe rapidement dans ce qui me sert de salle d'eau et observe mon reflet dans le miroir. Bizarrement j'ai bonne mine, si on omet cette barbe et ces cheveux ridiculement trop longs. Levant les yeux au ciel, je les couvre du bandana piqué à la coiffeuse et ressors de la pièce pour rejoindre la pièce à vivre et éventuellement trouver un truc à grignoter.

    Nola est là, dans la cuisine, l'air un peu moins soucieux que quand nous étions sur les routes. Mais au delà de cette inquiétude passée, il y en a une qui est encore bel et bien là : celle pour l'état de Shawna. Depuis que nous sommes arrivés, la métisse n'est quasiment pas sortie de sa chambre, et elle n'a pratiquement rien mangé. La blonde, qui est proche d'elle, me fait part de son inquiétude et je ne peux nier que oui, son état n'engage vraiment rien de bon. Elle qui était pourtant une vraie pipelette avant est désormais muette comme une tombe, et ses yeux empreints d'une peur constante et d'un certain état second sont lourds à porter. En pleine réflexion tout en grignotant une barre de céréales, je hoche la tête aux mots de l'adolescente.

« Je m'en charge ne t'en fais pas. »

    Adossé jusqu'alors contre le plan de travail, je m'en détache pour préparer de quoi apporter à manger à la métisse. Quelques minutes après, je monte les marches avec, en main, un plateau où trône un bol plein d'une soupe de nouilles instantanées, une barre de céréales, et une pomme. Au moins elle aura le choix, mais manger chaud lui ferait le plus grand bien. Calant le plateau sur une main, j'ouvre doucement la porte de la pièce, souriant intérieurement en me disant que oui, cet endroit ne change pas du reste, après endosser le rôle du fermier, me voilà redevenu serveur.

    La pièce est plongée dans une semi-obscurité, mais j'y vois suffisamment pour ne pas trébucher sur quoi que ce soit, et de toute façon, la brune n'a pas encore déballé ses affaires. La voir là, recroquevillée sur le lit, avec toujours les mêmes fringues que quand on est arrivés, me fait de la peine ; pourquoi ne recommence-elle pas simplement à vivre ? Le monde ne s'est pas arrêté de tourner. Déposant le plateau devant elle, je m'assied sur le lit, plantant mon regard dans le sien, vide. Je pourrais tout aussi bien m'en aller et laisser la nourriture là en espérant qu'elle y touche, mais je n'ai de toute façon pas un programme de ministre, et une autre idée me trotte en tête. Penchant la tête sur le côté, je soupire légèrement en me passant une main lasse sur la nuque.

« Je n'ai pas l'intention de partir tant que tu n'auras pas mangé. »

    La regardant toujours, j'affiche mon air le plus sérieux. Pas d'agacement, pas d'amusement, juste un regard sérieux empreint d'une profonde inquiétude. M'inquiéter pour les gens ça n'a jamais vraiment été inné, sauf quand ça concernait la famille, mais bizarrement, voir la coiffeuse comme ça, ça me fout en rogne autant que ça m'inquiète. Il lui faut quoi pour qu'elle redevienne comme avant ? Un bon coup de gueule ? De la patience ? M'accoudant sur mes genoux, je dépose mon menton dans ma main gauche, reportant mon attention sur le mur.

« Je suis têtu tu sais. Si je dois rester trois jours je le ferais. »

    Bon, peut-être que d'ici là j'aurais moi-même mangé tout ça, mais ça elle n'a pas besoin de le savoir et honnêtement, je n'ai aucunement envie de plaisanter.





« Tout le monde dit que la ''survie'' n'est pas facile,
que ce n'est qu'un état second clôturé soit par une renaissance, soit par la mort.
J'ai eu ma renaissance.
»

Revenir en haut Aller en bas
Shawna J. Clarke
Sanctuary Hills
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 19/01/2016
Messages : 844
Age IRL : 28

MessageSujet: Re: Hold My Hand   Ven 16 Sep 2016 - 23:57


Pourquoi faisaient-ils tout ça ? Axel n’était pas la première personne du groupe à venir lui proposer de la nourriture. Et à chaque fois, Shawna n’avait pas compris pourquoi les autres prenaient soin d’elle comme ça. Tout était de sa faute, alors pourquoi continuer à faire tout ça pour elle. Sûrement qu’elle finirait par comprendre que tous, ne lui en voulaient pas tant que ça. Et qu’ils étaient simplement inquiets de la voir dans cet état, impuissant face au comportement de la métisse. Mais pour l’instant, elle n’avait pas vraiment envie de les voir. Pourtant, cette fois, le brun lui fit comprendre qu’elle n’avait pas le choix. Il avait déposé le plateau sur le lit, devant elle, avant de s’asseoir à son tour. Shawna avait alors daigné jeter un coup d’œil dans sa direction, détournant le regard dès qu’il croisa le sien. Elle se sentit mal et voulut lui dire de s’en aller mais une fois de plus elle en fut incapable.

Il ne comptait pas partir avant qu’elle ait mangé ? Bien. S’il avait du temps à perdre, c’était son problème. Shawna n’allait pas céder aussi facilement. Elle n’avait pas faim. Point. Alors lorsqu’il déclara qu’il était prêt à passer trois jours-là, à attendre qu’elle mange… La brune releva les yeux et lui lança un regard noir. Cela ne lui plaisait pas, vraiment pas. Quelques semaines plus tôt, elle aurait sûrement piqué une crise et aurait peut-être fait voler le plateau à travers la pièce. Mais là, elle était bien trop fatiguée pour se mettre à crier. Et évidemment, c’était bien ça le problème. Elle était devenue méconnaissable, elle ne parlait plus, elle ne boudait plus, elle ne criait plus… Elle se contentait d’écouter ce que les autres avaient à lui dire, sans aucune réaction de sa part. Il fallait que cela change mais elle n’avait pas tellement l’air prête pour ça.

Faisant mine d’ignorer Axel, Shawna ne bougea pas. Elle resta ainsi pendant de longues minutes, espérant qu’il finirait par partir. Mais lorsqu’elle croisa une seconde fois ses yeux, elle comprit qu’il n’avait vraiment pas l’intention de partir. Il avait vraiment l’air sérieux… Elle soupira alors et se redressa, croisant les bras. Fronçant légèrement les sourcils, elle lui fit comprendre qu’elle ne céderait pas. Elle aussi était têtue… « J’ai pas faim… Laisse-moi… » Shawna resta calme, de toute façon elle n’avait pas la force de s’emporter. Tout ce qu’elle voulait, c’était rester seule. « S’il te plaît Axel… Laisse-moi tranquille… » Sa voix n’eut rien d’agréable, et une pointe d’agacement commençait à se faire entendre. Etait-ce une bonne chose ? Peut-être.

Shawna n’avait pas envie d’être méchante, elle n’avait pas envie de se mettre à crier. Elle n’en avait pas la force de toute façon. Si elle n’avait pas faim, pourquoi insister ? Il n’allait quand même pas la forcer à manger ? Shawna baissa la tête, faisant comme s’il n’était pas là encore une fois. Puis après encore quelques minutes de silence elle reprit, espérant qu’il partirait après. « Je mangerai plus tard… Je… Je vais bien… Arrêtez de vous en faire pour moi… »






Revenir en haut Aller en bas
Axel J. Kennedy
Bras droit | Sanctuary Hills
Modérateur
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 31/10/2015
Messages : 710
Age IRL : 24

MessageSujet: Re: Hold My Hand   Sam 17 Sep 2016 - 0:57


    Shawna n'avait pas l'air décidée à dire quoi que ce soit, ni même à faire un effort et essayer de manger quelque chose. Elle n'avait jeté qu'un rapide regard au plateau, comme si j'avais déposé devant elle un pipeau avec lequel elle ne savait rien faire. J'étais partagé entre un mélange d'agacement et de peine à la voir comme ça, mais je n'en laissais rien transparaître, me contentant de tourner la tête vers elle et de la regarder d'un air un peu las. Quand allait-elle se bouger ? Certes, ç'avait été une sacré épreuve de fuir comme on a eu à le faire, mais elle devait faire quelque chose si elle ne voulait pas devenir folle, ou mourir de faim ; elle n'était déjà plus que l'ombre d'elle même, j'avais la sale impression que si nous la laissions comme ça, ce ne serait qu'une question de temps. Qu'est-ce qu'il y avait dans sa tête au juste ?

    Quand elle se redressa pour croiser ses bras, les sourcils froncés, je haussais un sourcil sans la quitter des yeux. Un peu plus et j'aurais pu sourire, parce-que c'était ça la Shawna qu'on connaissait, une boudeuse. Mais sa voix n'avait plus rien de l'intonation qu'elle avait auparavant, elle était plate, presque froide ; un peu d'agacement ? Je ne pris pas la peine de répondre, et elle refit mine de m'ignorer alors autant en faire de même, rester là bien sagement, sans amorcer un quelconque départ ; elle voulait faire comme si de rien n'était ? Soit, je ne prendrais pas ses mots au sérieux. Mais la phrase qu'elle ajouta me fit à nouveau froncer les sourcils, dardant sur elle un regard des plus sérieux.

« Tu vas bien ? Ça se voit en effet, t'as l'air carrément en forme. »

    Malgré mes paroles franchement ironiques, mon ton était resté neutre. Mon but n'était pas de la pousser à bout, simplement de la faire réagir un peu, et si je devais me prendre le plateau dans la figure tant pis. Combien de kilos avait-elle perdue depuis notre fuite ? Combien de nuit n'avait-elle pas dormi ? Soupirant en fermant une seconde les yeux, je me passais à nouveau la main sur le front.

« Écoutes Shawna, je sais que tu n'as aucune envie de parler, ni même de manger, ni de rien en fait. Mais fais un effort, parles moi. »

    Je n'avais jamais réellement été habitué à avoir à tirer les vers du nez de quelqu'un, d'habitude c'était les gens qui venaient automatiquement. Écouter je savais, pour le reste il y avait peut-être encore un peu de boulot. Cette fois-ci mon regard se mua de l'impassibilité à une réelle inquiétude. M'asseyant en tailleur sur le lit, je cale mes coudes sur mes genoux sans quitter la coiffeuse des yeux.

« Ça a été dur, je le sais, mais il faut que ça sorte Shawna. Et je ne partirais pas avant, même si tu affirmes que ça va. »

    Le menton posé dans ma main, je me mets à attendre qu'elle fasse quelque chose, n'importe quoi, un quelconque signe qui signifierait qu'elle ne se laisse pas encore complètement sombrer.





« Tout le monde dit que la ''survie'' n'est pas facile,
que ce n'est qu'un état second clôturé soit par une renaissance, soit par la mort.
J'ai eu ma renaissance.
»

Revenir en haut Aller en bas
Shawna J. Clarke
Sanctuary Hills
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 19/01/2016
Messages : 844
Age IRL : 28

MessageSujet: Re: Hold My Hand   Sam 17 Sep 2016 - 11:59


S’attendant une nouvelle fois à ce qu’il soit peu aimable, elle releva pourtant la tête lorsqu’il se remit à parler. Le brun semblait réellement inquiet pour elle et il n’avait pas l’intention de la lâcher… Mais cette fois, il ne lui demanda pas de manger, mais de lui parler. Depuis quand il écoutait les autres lui ? Cela parut vraiment étrange pour l’ancienne coiffeuse mais en croisant le regard sombre de son vis-à-vis, elle remarqua réellement de l’inquiétude dans ses yeux. Il ajouta alors qu’elle devait parler même si c’était difficile, lui rappelant qu’il ne quitterait pas la chambre tant qu’elle n’aurait pas pris le temps de parler de ce qu’il s’était passé. La brune se sentit alors submergée par une vague d’émotions désagréable. Elle ne savait absolument pas quoi faire, partagée entre l’envie de laisser tout ce qu’elle avait au fond d’elle sortir, ou rester silencieuse. Laisser exploser ce mal-être qui la tiraillait depuis des semaines… Axel lui demandait de le faire mais était-elle prête ? Combien de jours allait-elle encore restée comme ça ? Il avait l’air de vouloir l’aider à s’en sortir mais elle hésitait à agripper cette main qu’on lui tendait, toujours rongée par la honte et la culpabilité.

Puis, replongeant son regard dans celui d’Axel, Shawna sentit une boule se former dans sa gorge. Une profonde tristesse apparut alors sur son visage. Elle commençait enfin à comprendre qu’elle se faisait bien plus de mal en restant comme ça. Il fallait qu’elle le fasse, qu’elle exprime ce qui n’allait pas. Axel avait raison… Et même si ça la tuait de le faire, c’était nécessaire. Durant un instant, elle se mit à fixer un point au hasard en face d’elle, réfléchissant par où commencer. Mais il était bien là le problème, elle n’avait absolument aucune idée de ce qu’elle allait lui dire. Elle se sentait vraiment mal et chercher à mettre des mots sur tout cela était bien trop douloureux. Elle qui s’était refusée de parler de tout cela durant des jours, elle allait craquer, c’était évident. Se pinçant alors les lèvres, ses poings se serrèrent et elle sentit ses yeux se mettre à piquer. Elle fut prise de nombreux frissons et les images cauchemardesques de derniers événements revinrent troubler son esprit. Elle ferma les yeux et détourna la tête, pour ne pas qu’Axel remarque les larmes qui commençaient à inonder ses paupières. D’abord silencieuse, Shawna finit par exploser en sanglot. Elle pleura durant de longues minutes, finissant par se recroqueviller sur elle-même. C’était trop difficile pour elle de se contenir après tout ce temps à essayer de garder tout ça pour elle. Il était vraiment temps qu’elle arrête ça et qu’elle tente de remonter la pente… Mais elle allait avoir besoin d’aide…

Pleurer autant lui fit beaucoup de bien, étonnamment. Essuyant ses larmes, la belle renifla légèrement avant de jeter un œil vers Axel. Elle était complètement désespérée par tout ça. Inspirant alors, elle sentit de nouveaux sanglots arriver… Pourtant elle tenta de parler. « Je… Je suis désolée… » Et voilà, elle se sentait toujours coupable pour tout ça et il n’y avait que ça qui la tracassait pour l’instant… Alors elle reprit, essayant d’expliquer à Axel ce qu’il n’allait pas… « Tout ça… Tout est ma faute… Et… » Elle fondit de nouveau en larmes, incapable d’en dire plus…






Revenir en haut Aller en bas
Axel J. Kennedy
Bras droit | Sanctuary Hills
Modérateur
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 31/10/2015
Messages : 710
Age IRL : 24

MessageSujet: Re: Hold My Hand   Sam 17 Sep 2016 - 12:38


    Peu à peu, Shawna semblait réagir un peu à mes paroles. Son agressivité la quitta doucement, laissant place à une douleur profonde au fond de ses yeux ; comment avait-elle pu changer à ce point ? Elle qui était pourtant tellement enjouée avant. Ne disant rien, je me contente d'attendre ; il ne servait plus à rien pour l'instant d'essayer de la brusquer, elle devait prendre le temps de trouver ses mots, de trouver le courage de parler.

    Mais ça ne se passa pas tout à fait comme ça. Quelques minutes après, le visage de la coiffeuse était inondé de larmes qu'elle ne pouvait désormais plus retenir ; lâcher le trop plein accumulé était une épreuve par laquelle personne ne voulait passer mais qui était incontournable. Alors qu'elle s'était recroquevillée toujours sans rien dire, je me contentais de baisser la tête en serrant les dents, croisant les mains devant mon visage pour l'y caler contre. Il fallait que ça sorte, qu'elle relâche un peu toute cette pression, et peut-être que mon attitude de rester simplement assis là n'était pas vraiment adéquat, mais j'avais toujours eu du mal à gérer les effusions de larmes.

    De longues minutes passèrent avant que la métisse ne se redresse un peu, les joues et les yeux rougis par la tristesse. Déglutissant difficilement, je reportais mon attention sur elle, mon air inquiet ne m'avait toujours pas quitté ; allait-elle parler ? Dire ce qu'elle avait sur le cœur ? Certes je n'étais probablement pas la personne avec qui elle avait le plus envie d'en parler, mais je n'avais rien de mieux à lui proposer pour l'instant. Sa voix tremblante empli alors la pièce bien qu'elle fut faible. Elle s'excusait, encore. Retenant un soupire, je fronçais finalement les sourcils à ses derniers mots. De sa faute ? Qu'est-ce que... Et d'un seul coup je fit le rapprochement : c'était elle qui avait crié à la maison de Jack, c'était pour ça que les macchabées étaient arrivés. Mais est-ce que l'un de nous lui avait seulement reproché quoi que ce soit ?

    Ses larmes avaient recommencé à couler et son corps fut à nouveau pris de tremblement difficilement contrôlable. Je m'étais attendu à ce qu'elle soit perturbée par ces deux semaines sur les routes, ou simplement par un quelconque mort dehors, mais son mal était en réalité bien plus profond que cela. Soupirant légèrement, je me relevais, contournant le plateau, pour m’asseoir directement à côté d'elle. Passant un bras autour de ses épaules, je l'attirais doucement contre moi.

« Laisse sortir tout ça, ça va te faire du bien. »

    Marquant une pause, pas vraiment à l'aise avec ce rapprochement, je n'avais pas pu me résigner à la laisser aussi mal et me contenter de la regarder bêtement. Et après tous ces mois à vivre ensemble, j'avais fini par l'apprécier malgré son caractère boudeur et ses bavardages qui m'agaçaient bien souvent. Alors je ne pouvais décidément pas me résigner à la laisser s'enfoncer comme ça, toute seule.

« Tu n'as rien à te reprocher Shawna, on aurait de toute façon pas pu rester là-bas éternellement, c'était trop dangereux. »

    Laissant à nouveau un court silence s'installer, qu'elle puisse enregistrer mes paroles mais me permettant par la même occasion de chercher les mots adéquats, je repris :

« Tu ne peux pas continuer à t'enfoncer comme ça sous la culpabilité. On est bien ici, tout le monde se sens bien. »

    Mon ton était sincère et rassurant. Je ne disais pas cela ''juste comme ça'' pour qu'elle se calme, j'exposais simplement les fait comme ils étaient, en espérant qu'elle prenne son courage à deux mains pour venir voir d'elle même ce que j'avançais.





« Tout le monde dit que la ''survie'' n'est pas facile,
que ce n'est qu'un état second clôturé soit par une renaissance, soit par la mort.
J'ai eu ma renaissance.
»

Revenir en haut Aller en bas
Shawna J. Clarke
Sanctuary Hills
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 19/01/2016
Messages : 844
Age IRL : 28

MessageSujet: Re: Hold My Hand   Sam 17 Sep 2016 - 17:13


Voilà. Shawna avait enfin réussi à dire ce qui la bouleversait depuis tout ce temps. Elle s’était sentie coupable de tout ce qui était arrivé à son groupe. Ses cris avaient alerté les rôdeurs et c’était à cause de ça qu’ils avaient dû se mettre à fuir. Bien sûr, il n’y avait pas que ça. La peur était toujours présente, viscérale. Sans compter la fatigue et tout le reste. Mais depuis le début, elle s’était rendue mal parce qu’elle avait cru que tous les autres lui en voulait. Ce n’était pas vraiment le cas évidemment, parce qu’elle n’avait pas fait exprès. Malheureusement, elle s’était mise ça dans la tête et cela l’avait rongée depuis. Elle s’était alors mise à l’écart, sûrement par peur que les autres lui reprochent quelque chose. Se montrer discrète, se contenter de suivre sans un mot, c’était le seul moyen qu’elle avait trouvé pour éviter de reparler de tout cela. Et maintenant, elle commençait à réaliser que ce n’avait pas été une bonne chose, elle avait fini par sombrer de plus en plus chaque jour…

Les pleurs étaient revenus, laissant de nombreux sillons humides sur ses joues. C’était tellement difficile pour elle de dire tout ça. Elle n’arrivait plus à retenir ses larmes. Elle avait tellement pris sur elle ces derniers temps, c’était normal qu’elle craque à un moment… Les paupières closes, elle finit pourtant par les ouvrir brusquement en sentant Axel venir s’asseoir près d’elle et passer son bras dans son dos. Elle le regarda un instant, les yeux rougis et larmoyants, puis elle se laissa faire quand il l’attira vers lui. Là, les sanglots reprirent de plus belle et elle s’accrocha encore plus à lui, calant sa tête contre son épaule. Si un jour on lui avait dit qu’elle serait ainsi consolée par Axel, elle aurait sûrement pris un air amusé. Et pourtant, il semblait faire tout son possible pour la réconforter. Rien que de sentir quelqu’un contre elle, lui faisait du bien. Elle avait enfin l’impression de se sentir en sécurité, blottie contre lui, et ça faisait longtemps que ça n’était pas arrivé.

Axel reprit, lui expliquant qu’elle ne devait pas s’en vouloir, que ce n’était pas sa faute et que les autres se sentait bien ici, à présent. Il fallait qu’elle tourne la page, qu’elle arrête de s’en faire pour tout ça. Le brun essayait de la convaincre au mieux, afin qu’elle arrête ses bêtises et recommence à vivre… Et ces mots là… Ce n’était pas la première fois qu’elle les entendait. Au salon déjà, quelques mois plus tôt, c’était lui qui l’avait convaincu de sortir de là, d’arrêter de penser au passé, et d’avancer. Une fois encore, il était là pour lui rappeler tout cela. Il ne prenait pas forcément de pincettes pour le lui dire mais au moins ça avait son effet… Toujours collée contre lui, la métisse se calma peu à peu. Après quelques minutes, les sanglots se turent et les larmes cessèrent… Reprenant son souffle, elle se remit alors à parler doucement. « Je… Je sais pas comment vous faites pour supporter tout ça. Je… J’ai l’impression que vous passez votre temps à me protéger… A toujours me venir en aide… » Elle se sentait tellement faible comparé aux autres, même Nola qui était bien plus jeune réussissait à s’en sortir. Shawna n’était qu’une trouillarde et si elle réagissait toujours ainsi dès qu’il y avait des rôdeurs dans les parages, ça finirait forcément mal… Il fallait que ça change, mais elle n’avait aucune idée de comment surmonter sa peur et ses angoisses… « J’ai eu tellement peur… S’il était arrivé quelque chose à l’un d’entre vous, je n’aurais jamais pu m’en remettre… Vous… Je tiens tellement à vous, tous… S’il vous arrivait quoi que ce soit, ça me ferait vraiment mal… » Ils avaient toujours été là pour elle, malgré son sale caractère et ses sautes d’humeur. Et après tous ces mois passés avec eux, elle se rendait compte qu’ils étaient devenus indispensables pour elle… Ils étaient une nouvelle famille pour elle, et elle n’avait vraiment pas envie de les perdre…






Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
WALKING WITH THE DEADS

MessageSujet: Re: Hold My Hand   Aujourd'hui à 17:35

Revenir en haut Aller en bas
 

Hold My Hand

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 4Aller à la page : 1, 2, 3, 4  Suivant

 Sujets similaires

-
» But oh my heart, was flawed I knew my weakness So hold my hand consign me not to darkness ~ Alkéos
» Nathaniel ▬ So hold my hand and consign me not to darkness
» Jung So Hee ♚ Brother hold my hand
» hold my hand as i'm lowered • lula
» "and if you're homesick give me your hand and i'll hold it" (05/06;18h57)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Walking Dead RPG :: Archives RP :: RP Terminés-