Partagez | .
 

 God doesn't love me

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
Auteur
Message
Invité
Invité
WALKING WITH THE DEADS

MessageSujet: God doesn't love me   Sam 3 Sep 2016 - 21:15


DYLANE HOLT
   
28 ans • Américaine • Téléopératrice • American Dream

i've got a war in my mind

   

Je suis un parasite, je sais, mais le parasite vient de te sauver la vie. Certaines personnes, enfin plus beaucoup maintenant, me définissent comme étrange, fourbe et imprévisible, en réalité les choses sont bien plus simples que ça. Prenez une bien née, un soupçon de mépris, un sac entier de lâcheté, une bonne dose d’égoïsme et vous obtiendrez une Dylane. Les gens comme moi ne sont pas fait pour ce genre de monde. En fait, je suis la blague cosmique de l’univers et je suis certaine qu’il est en train de se foutre de ma gueule en ce moment. Oh bordel je ne suis pas courageuse, les courageux ne survivent pas c’est une évidence. Ceux qui se prennent pour de putain de héros finissent toujours par crever en premier. David et Goliath c’est de la merde, dans ce monde-là, Goliath  se fait un cure dent avec les restes de David. Et je n’ai pas envie de finir en cure dent si tu vois ce que je veux dire. Tu ne veux pas rester avec moi, tu ne vas pas rester avec moi parce que si survivre veut dire te sacrifier je le ferais, je te l’ai dit, je ne suis pas un putain de héro et j’ai la trouille.  Ne me regarde pas comme ça, il faut arrêter de croire que tout le monde vous aime parce que votre mère vous aime. Je ne suis pas ta mère. Tu sais ce qui est le plus difficile dans toute cette histoire, ce n’est même pas voir la chaire putride se promener tranquillement, ni même le fait de s’imaginer dévorer vivant, non, le pire c’est d’avoir à supporter les gens comme toi et leur optimisme nauséabond. Sérieusement, je n’en peux plus de vos « Un jour ça prendra fin » … ça prendra fin quand on aura tous crevé. Et après on crie au scandale quand je refuse d’être loyale, comment voulez-vous que je sois loyale à des gens comme vous, vous attendez le jour béni ou tout sera terminé, vous vous en remettez à dieu … dieu quoi ! Dieu s’est bien foutu de notre gueule, je le respecte au moins pour ça, il a créé la plus grande partie de cache-cache au monde. Je te laisse deviner ce qui arrive à celui qui sort de sa cachette au mauvais moment. Pourquoi tu ne te marres pas ? Je trouve ça drôle moi. Hein ? Pourquoi je t’ai aidé ? Parce que j’avais envie de causer à quelqu’un … ça fait longtemps tu vois. J'ai toujours été une bavarde, je n'ai jamais compris pourquoi les gens s’efforçaient à se montrer froids, rien ne vaut un sourire, même s'il veut dire "va te faire foutre". La marrante du groupe, je veux dire au temps ou il y avait encore un groupe, c'était moi, parce que voir tout le monde tirer la tronche, ça te donne une raison de plus de vouloir te tirer une balle. Je me demande pourquoi je n'ai pas encore opté pour cette option d'ailleurs ... je ne sais pas ce qui me tiens en vie alors que tout ce cauchemar pourrait se terminer là, comme ça, juste en pressant la détente. La détermination sans doute, je suis déterminée à survivre, je me dis que même si c'est la merde aujourd'hui, ça le sera encore plus demain, alors autant profiter aujourd'hui. Toi tu as une tête de courageux, je le vois à ton regard plein de jugement, il y a un truc que j'ai compris. Quand le courage est inexistant chez certaines personnes ... dont moi même, il faut compenser par autre chose. Je suis prudente, plus que de raison sans doute, mais ma prudence ne m’empêche pas de trouver les bon chemins pour survivre là ou les plus intrépides y ont laissé leur peau. Te me prends pour une connasse égoïste et tu sais quoi ? Tu as totalement raison. Seulement tu te trompes sur une chose, les autres ne m’indiffèrent pas, je suis peinée de les voir douiller et moi aussi, j'ai ce sentiment bien plus douloureux qu'une balle, qu'est la culpabilité.


   

   
and blood on my hands

   
Je peux te voir me fixer, tu es flippant … arrête ça. Putain ce n’est pas croyable, même pendant la fin du monde vous pensez encore à tirer un coup.  Je n’étais pas comme ça avant, je veux dire … j’ai toujours été plus ou moins en bonne forme mais, le manque de nourriture, les heures de marche et les sprints que je me suis déjà tapé on fait disparaitre tous les stigmates de mon ancienne vie de feignasse. Je ne dépasse pas le mètre soixante-dix, mon poids est tout à fait raisonnable et avant, je passais la journée mon cul posé sur une chaise. Autant te dire que face à un ex militaire, ou un flic ou n’importe quel type qui pourrait passer par là … je ne fais pas vraiment le poids, sauf si je fais usage de mon joli minois, en espérant que mes yeux biches, mes lèvres pulpeuse et mon sourire d'ange arrivent à convaincre. Dans le cas contraire  je vois l’utilité de ce couteau de chasse que j’ai trouvé sur un cadavre … bon, j’espère qu’il me portera plus chance qu’à son ancien propriétaire. Le fusil à pompe là … c’est le mien, ne lui fait pas de l’œil, lui et moi on en a vu et survécu à des merdes. Mais je le garde pour les grandes occasions, tu vois, le genre d’occasion ou ça ne dérange pas de faire un paquet de bruit, puis les munitions c’est la merde pour en trouver. La bouffe pour le moment ça va encore, je me fais discrète et je passe dans les maisons ou les centres commerciaux, les médocs parfois c’est plus compliqué, mais j’ai pu en trouver quelques un … antibiotique, paracétamol, antiseptique, bandage … la base en somme, ne t’attends pas à une pharmacie. Ou je les ai trouvés ? Il y avait ce type j’ai cru qu’il était en mort … en fait il ne l’était pas, du coup je me suis dit que comme il allait crever, j’en avais plus besoin que lui. C’est là où tu vois que le monde à changé … tu ne te demande plus si tes fringues sont belles … ou même propres mais il faut qu’elles soient confortables. Basket, pantalon, sweat … on est loin de la jupe crayon et du chemisier en soie

Inventaire :

*Armes :
Couteau de chasse
Fusil à pompe
3 boites de cartouches

*Sac à dos :

Couverture
Médocs
Lampe torche
2 boites de piles
Bandages
Carte
Paquet de clopes à moitié vide.
5 boites de conserve.

a storm is coming

   
« Bonjour, bienvenu chez nous, comment je peux vous aider ? »

Leitmotiv d’une vie morne, labyrinthe de médiocrité à l’intérieur duquel je m’étais enfermée par orgueil. Assise sur une chaise inconfortable, le dos en compote et les sonneries incessantes des postes qui me donnaient envie de passer par la fenêtre. Je répétais cette phrase à longueur de journée, pour un salaire de merde, comme une employée de merde. L’échec est cuisant, l’humiliation insupportable et elle devient presque fatale lorsque, dans un excès d’assurance, mon patron insignifiant vient passer sa main sur mon dos, encouragement factice cachant en réalité une marque de domination. Silencieuse, je me contentais de sourire, en espérant qu’il puisse y lire le « va te faire foutre » qui s’y cachait. La question devenait évidente : Pourquoi je m’infligeais ça alors que les Holt étaient connu dans le monde de la finance ? La réponse, elle, l’était moins. La famille Holt est dysfonctionnelle, hautement magnétique, destructrice et je n’y faisais pas exception.

« Dylane, tu sais que maman t’aime  »

A y penser, j’en venais à me demander si à ma naissance elle avait déjà prévu de faire de moi sa chose, son pantin, l’objet du tableau qu’elle s’efforçait de peindre. Manipulatrice, perverse et excellente comédienne, j’étais et je reste persuadée qu’à mon premier cri elle savait qu’elle ne m’aimait pas, elle n’aimait qu’elle. Je suis née  un 11 Novembre 1989 dans une clinique privée de Bellevue, il parait que je n’ai pas pleuré, que mon premier souffle a été difficile. Sans doutes savais je déjà que je ne survivrais pas à cet environnement toxique. Ma mère est Marjorie Parker Holt, seconde héritière d’un empire financier et requin sans scrupule. Mon père Joshua Holt est un avocat d’affaire réputé, un homme qui s’est fait  seul, un modèle américain et une misérable larve à mes yeux. Le mépris se heurte à la pitié quand je pense à lui, comment ne pas le comprendre, il vivait avec une castratrice, un monstre d’égoïsme et une manipulatrice. Il s’est effacé, jusqu’à ne plus existé, se contentant de faire partie du décor. J’ai eu une enfance banale, inintéressante et sans rebondissement. L’enfance d’une gamine muette, qui par manque d’attention s’accrochait à la moindre marque d’affection et qui par conséquent était facilement manipulable. Ecole privée, cours d’équitation et solitude extrême. A 8 ans, j’étais la confidente de ma mère, celle à qui elle se plaignait et entre chantage affectif et menaces, je suis devenue son arme la plus efficace contre mon père. Ma mère n’a jamais été fidèle, elle est comparable à une menthe religieuse, sauf que lieu de les tuer, elle vidait ses amants de leur énergie. Leur promettant un bonheur exclusif à venir, resserrant son piège autour d’eux jusqu’à ce qu’ils lui mangent dans la main. Je n’étais pas sa fille, j’étais sa complice, le mensonge est une partie intégrante de mon enfance.  

« Ou est Jess ? »
Avec l’adolescence vient la rébellion, la petite chose manipulable que j’étais, devient  une petite chose emmerdante et manipulable. Je résiste mais finis par accepter, j’accepte mais pose des questions et ça l’énerve alors elle me rabaisse. Mon père est inexistant, souvent absent, fuyant tout conflit et pourtant, il reste le modèle américain, celui qu’on respect et qu’on craint à l’extérieur de la maison. Ma famille a toujours été douée pour les apparences, leur jeu d’acteurs est remarquable, je les respecte au moins pour ça. Je n’ai jamais compris comment les gens pouvaient penser que ma mère était quelqu’un de bon et encore moins comment ils pouvaient craindre mon père. Avec l’adolescence vient les mauvaise fréquentations et j’en avais une que je privilégiais parce que ma mère ne pouvait pas la voir. Jess. Jess était mon contraire, elle osait quand moi je cherchais un moyen détourné pour échapper à quelque chose. Elle fonçait quitte à se prendre un mur et moi, je prenais le temps de construire un tunnel au-dessous du mur pour ne pas me le prendre. Jess a sans doute été la première personne que j’ai trouvée bête, mais aussi la première à qui je m’étais attaché.  

   
on the highway to hell

   
ton histoire depuis le tout début de l'épidémie 10 LIGNES MINIMUM. N'hésite pas à te tourner vers la chronologie du forum pour savoir plus précisément comment ça se passe. Les premiers temps, comment ton personnages en est arrivé où il en est, ce qu'il fait.

time to meet the devil

   
• pseudo › sur internet, écrire ici
   • âge › 22 ans

   • comment as-tu découvert le forum ? › écrire ici
   • et tu le trouves comment ? › écrire ici
   • présence › écrire ici  

   • code du règlement › Ok - Jay
   • crédit › de la bannière et du gif, écrire ici
passeport :
 

   fiche (c) elephant song.
Revenir en haut Aller en bas
Ian F. Lennon
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 21/11/2015
Messages : 850
Age IRL : 22

MessageSujet: Re: God doesn't love me   Sam 3 Sep 2016 - 21:21

Bienvenue parmis nous Very Happy
et bon courage pour le reste de ta fiche o/



☩ Walking Down On The Road So Far ☩

Mes AnnexesIan écrit en #990000

Revenir en haut Aller en bas
http://www.walkingdead-rpg.com/t6813-listing-des-comptes
Jasper McCarthy
Sanctuary Hills
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 01/11/2015
Messages : 1856
Age IRL : 26

MessageSujet: Re: God doesn't love me   Dim 4 Sep 2016 - 9:14

Bonne rédaction pour la fiche et surtout, bienvenue sur WD ! :smile2:


“L’endroit le plus sombre est juste sous la bougie.” p. korean
Le silence qui suit un grand désastre est le son le plus paisible qu'on peut entendre à la surface de cette terre. Elif Shafak.

Revenir en haut Aller en bas
Norman T. Owens
#Shemale
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 10/12/2015
Messages : 1136
Age IRL : 25

MessageSujet: Re: God doesn't love me   Dim 4 Sep 2016 - 13:07

Hellcome !


I am just a man
It's just another war Just another family torn Falling from my faith today Just a step from the edge Just another day in the world we live
Revenir en haut Aller en bas
Jessie Gardner
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 02/08/2016
Messages : 123
Age IRL : 27

MessageSujet: Re: God doesn't love me   Dim 4 Sep 2016 - 14:02

Bienvenue à toi jeune demoiselle :smile6:
J'adore le prénom que tu as choisis :smile42:




Mes LiensMes AnnexesJessie écrit en #ff9900
Revenir en haut Aller en bas
Selene Sweetnam
leader | Messiah
Modérateur
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 07/11/2015
Messages : 1262
Age IRL : 26

MessageSujet: Re: God doesn't love me   Dim 4 Sep 2016 - 14:21

Bienvenue à toi Smile


Go back and forward, but all is melting like the snow ♪ Taking all from us, all we thought was left to know ♪ On what we treasure falls a dusty snow ♪ taking us backwards, but where we will never know.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
WALKING WITH THE DEADS

MessageSujet: Re: God doesn't love me   Dim 4 Sep 2016 - 14:27

Merci à tous pour l’accueil !! :smile6:
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
WALKING WITH THE DEADS

MessageSujet: Re: God doesn't love me   Aujourd'hui à 19:34

Revenir en haut Aller en bas
 

God doesn't love me

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 3Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant

 Sujets similaires

-
» Absolarion Love.
» Love me now or hate me forever!
» « CENTRAL PARK » New York i love you .
» 02. all you need is love... (or courage).
» Mangas-Love RPG ♥

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Walking Dead RPG :: Archives Fiches :: Fiches Abandonnées / Refusées-