Partagez | .
 

 Droppen som fick bägaren att rinna över

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3
Auteur
Message
Alan S. Karlson
Modératrice
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 31/10/2015
Messages : 1637
Age IRL : 24

MessageSujet: Re: Droppen som fick bägaren att rinna över   Jeu 29 Sep 2016 - 15:12



❝Droppen som fick bägaren att rinna över❞
Bruce & Alan

    Parler semblait un peu plus difficile à chaque mot, la douleur qui me tordait le cœur était tellement forte que je ne parvenais même plus réellement à réfléchir à ce que je disais ; à quoi bon essayer de trouver les ''bons mots'' de toute façon ? Aucun mot ne semblait adéquat, tous trop plats, trop durs, ils étaient tous de trop. Personne ne devrais avoir à dire ce genre de choses, ni en parler, mais le monde était ce qu'il était, des gens mourraient déjà dans l'ancien, c'était un fait, mais quand ce fait vous concernait directement, l'implication était toute autre. Perdre un enfant était indéniablement la pire chose qui soit, elle changeait un homme du tout au tout.

    A la fin de mon explication un court silence s'installa, mais les tambourinements de mon cœur dans ma tête me paraissaient assourdissant, cette tristesse qui cognait douloureusement dans mon crâne et qui devenait insupportable. N'était-ce pas pour cette raison que je me sentais comme une bombe à retardement ? Ni les larmes ni la colère ne me ramèneraient mon garçon, et pourtant il fallait bien les laisser sortir un jour ou l'autre, et se morfondre seul n'était pas la même chose qu'être entouré, écouté et soutenu. Et Bruce était actuellement ce soutien.

    Ses mots achevèrent de faire tomber en ruines les quelques barrières que j'avais jusqu'alors tant bien que mal tenté de retenir. Une main rassurante dans mon dos. Pas besoin d'être fort tout le temps, c'était évident, mais je ne pouvais m'empêcher d'avoir peur que si je craquais une fois, je ne pourrais plus revenir en arrière et porter ce masque de déni. La douleur étant cependant plus forte que cette peur idiote, mes épaules furent prises de légers soubresauts, elles tressautaient pitoyablement alors que mes larmes coulaient abondamment sur mes joues, silencieuses. J'avais envie de hurler, de crier ma rage au monde entier, mais ma gorge restait indéniablement sèche ; tout ce que j'étais encore capable de faire était pleurer en silence.

« Il me manque tellement, si seulement... »

    Je ne terminais pas ma phrase, ma voix s'était étranglée d'un seul coup, comme si j'en avais eu le souffle coupé. Et de toute façon, les ''si'' n'existaient plus, ils ne l'avaient jamais été, alors à quoi bon ressasser les possibilités qui m'étaient offertes quelques mois plus tôt ? Plus aucune décision ne pourrait changer quoi que ce soit à la donne. Ma cigarette toujours entre les doigts, je la lâchais un peu trop précipitamment quand elle se retrouva consumée jusqu'à me brûler légèrement, ne pouvant retenir un juron avant de soupirer longuement. Quelques minutes passèrent encore, le temps que mes larmes cessent, que je reprenne une respiration passablement convenable. Tapotant le genoux du cadet, je tentais de lui adresser un petit sourire malgré mes yeux encore vitreux et lourds de peine.

« Merci, Buzz. Merci. »

    Jetant un rapide regard sur la forêt sombre en face, je me passe une main las sur le visage pour ôter les dernières larmes qui auraient stagné, et reprend d'une voix toujours un peu éraillée.

« Je ne sais plus si je te l'ai déjà dit mais... cette carte que tu nous as donné avant de partir, avec des esquisses de chacun de vous, c'est grâce à elle que nous sommes encore là. Chaque jour, quand nous y tracions notre route, je pensais à chacun de vous. Ça m'a permis de ne jamais oublier que notre place était ici. »

    Un nouveau sourire alors que je relève mon visage vers le ciel ; combien d'autres survivants le regardent à ce moment précis ? Combien de fois durant notre absence avions nous tous regardé le même ciel ? Seuls mais tous ensemble au fond. C'était ce qui faisait la force de cet endroit, chacun se souciaient des autres, s'entraidaient, la cohésion de groupe était ce qui avait élevé ici une famille ; recomposée, certes, mais tous les événements passés n'avaient fait que la solidifier un peu plus.

« C'est principalement grâce à toi que je n'ai pas perdu le nord, et c'est encore toi qui est là aujourd'hui, à m'écouter ressasser tout ça. Alors merci. »

    Certes, ma douleur ne s'était pas envolée comme par magie, ni même ma culpabilité, mais je me sentais un peu mieux d'en avoir parlé, d'avoir eu quelqu'un pour m'écouter. J'avais une grande confiance en Buzz et je l'appréciais réellement, comment pourrais-je seulement lui rendre la pareille de tout ce qu'il avait fait sans même s'en rendre compte ? Il m'avait ouvert les yeux, personne n'était seul ici, pas même moi. Alors oui, il faudrait du temps pour apprendre à vivre avec la peine, mais j'étais prêt à faire de mon mieux pour avancer, avec eux.


© Pando



Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
WALKING WITH THE DEADS

MessageSujet: Re: Droppen som fick bägaren att rinna över   Jeu 29 Sep 2016 - 18:09






Droppen som fick bägaren att rinna över

C'était douloureux de le voir là, en train de pleurer. C'était presque comme si sa douleur était palpable. Buzz était une véritable éponge en ce qui concernait les sentiments des gens qu'ils aimaient. Et il avait putain de mal de voir Alan dans un tel état. Mais comme il venait de lui dire sur un ton de confidence, il fallait que ça sorte. Qu'il ouvre les vannes. Ainsi il éprouverait sûrement moins cette sensation d'étouffement. Bien entendu, cela n'allait pas lui faire oublier en un claquement de doigt la perte de son fils. Rien ne serait capable de faire ça. A part un sortilège d'oubliette, malheureusement Buzz ne portait pas de lunette ronde, ne vivait pas en dessous d'un escalier, n'était pas aller à Poudlard et surtout n'avait pas de baguette magique. Enfin pas de ce type là… Bref…

Même si Sven n'était plus là, Alan resterait son père à jamais. Et il y aura toujours cette cicatrice, cette sorte de marque au fer rouge dans la chair de son coeur. Parce qu'il avait été amputé d'une partie de lui. Et que cela laissait des douleurs pour toujours. Buzz n'ouvrit pas la bouche, laissant à Alan tout le temps qu'il lui fallait. Pour le moment, les mots ne servait à rien. C'était l'instant qui était important. Buzz s'éloigna un peu, laissant à Alan tout l'espace dont il avait besoin. Tout le temps qu'il avait besoin. Mais lorsqu'il vint tapoter son genou et lui dire merci, Buzz esquissa un sourire en coin, bougeant seulement un peu la tête. C'était une sorte de de rien silencieux. A nouveau pas besoin de mots.

Son regard se posa sur sa cigarette qui s'était éteinte, complètement consumée là entre ses doigts. Les deux jambes écartées, sa main posé sur sa cuisse, Buzz releva le menton vers Alan lorsqu'il parla de la carte. Un sourire plus large s'étala sur son visage. « -j'ai vraiment bien fait alors. » Il avait hésité longtemps avant de donner son cadeau. Parce qu'il n'était pas forcement ravi du résultat, parce que ça faisait peut-être un peut trop fleur bleu. En même temps, ça avait été les premiers dessins qu'il avait fait depuis que le monde était parti en couille. Il avait un peu… Perdu la main. Mais si ça avait servit à quelque chose, si grâce à cela Alan n'avait pas perdu espoir de revenir ici, alors le jeune artiste était plutôt content de lui.

« -arrête, j'vais prendre la grosse tête là. » railla Buzz pour faire revenir l'ombre d'un sourire sur le visage de son ami. Un petit silence passa avant qu'il n'ajoute : « -j'serais toujours là. Bon si j'suis en train de pisser faudra attendre trois minutes hein… » A nouveau Buzz laissait place au Buzz qui racontait des conneries. Un sourire pour Alan avant qu'il ne fasse craquer sa nuque et se frotte les yeux. « -on devrait rentrer… ».

Sur ces mots, il se leva et quitta le banc, avançant de trois quatre pas. Le sommeil pesait sur lui, la fatigue aussi. Alan avait également besoin de repos. Alors finit les petites conversations hors des dortoirs ! Au dodo. Une fois devant la porte du chalet, il posa sa main sur l'épaule d'Alan et dit : « -essai de dormir un peu d'accord. Et si jamais… Enfin tu sais que j'suis là. » conclue le jeune homme avec un regard entendu.

Lorsqu'il referma la porte de la chambre qu'il partageait avec Nara, il colla son dos quelques instants contre la porte regardant l'ombre du corps de la jeune femme entre les draps. Après avoir poussé un long soupir, il retira son pull et défit son pantalon. Il vint s'assoire sur le rebord du lit, et quitta son t-shirt ainsi que ses chaussettes, pour venir ensuite se glisser sous la couette. Comme souvent, il se retrouva coincé sur le bord du matelas mais bon… Il nicha son visage dans les cheveux en bataille de sa petite amie, et s'endormit en souriant…



C'est à moi qu'tu parles? C'est à moi qu'tu parles?!
(c) black.pineapple
Revenir en haut Aller en bas
 

Droppen som fick bägaren att rinna över

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 3 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3

 Sujets similaires

-
» Elérinna [fiche validée]
» Non pas déjà... Ma petite soeur arrive beaucoup trop tôt...[Rinna]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Walking Dead RPG :: Archives RP :: RP Terminés-