Partagez | .
 

 Times Running Out

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
Auteur
Message
Ian F. Lennon
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 21/11/2015
Messages : 853
Age IRL : 22

MessageSujet: Times Running Out   Mer 31 Aoû 2016 - 17:18

La vie reprenait doucement son cours, c’était ce qu’il essayait de se convaincre chaque jour un peu plus. Il était désormais seul et ceux depuis une vingtaine de jours. Il avait décidé d’arrêter de compter, mais il avait du mal à y arriver. Il était simplement déboussolé en réalité, arrêter de se morfondre et passer à autre chose. Ce n’était pas facile surtout lorsque personne n’avait été capable de lui apprendre. Évidemment, son père était ici depuis longtemps, mais il n’avait jamais été si proche que ça. Il faut croire que les relations pères fils sont des plus tendus dans cette famille. Si encore il n’y avait eu que ça à gérer. Il s’en serait certainement tiré la tête haute comme il laissait croire, mais la réalité était bien différente.

Il y avait d’abord eu les singes qui étaient venus montrer qu’ils étaient libérés et qu’ils s’ennuyaient d’humain à persécuter. Ian s’était d’ailleurs fait mordre. Il n’en gardait qu’une légèrement marque blanchâtre sur la main, là où la peau venait juste de finir de cicatriser. Il ne savait pas qui avait fini par avoir cette horreur, mais il était bien content qu’il soit tout mort. Le truc qui s’en était pris à lui lui avait fait penser au petit singe dans pirates des caraïbes. Il était tout aussi chiant et horrible que ce dernier. Pendant un temps, il avait même cru que le lycée s’était transformé en zoo. Enfin, il n’allait pas débattre sur tout ce qui était arrivé. Il était resté assez bouleversé par la nouvelle de fauve qui était venue leur rendre visite. Il n’arrivait pas à comprendre comment on pouvait enfermer ce genre de truc dans des cages et comment on pouvait aller leur donner à manger sans en avoir une peur bleue.

Il préférait largement les êtres humains, même si par moment, il était tout autant horrible. Il réalisait qu’il ne savait pas grand-chose sur la vie des animaux en captivité. Il n’avait jamais mis les pieds dans un zoo, mais il était pourtant persuadé que les animaux qu’on y trouvait étaient nés en captivité et que du coup, il ne pouvait pas redevenir sauvage. Il haussa les épaules un instant peut-être qu’il pourrait aller poser une ou deux questions à Thalia pendant qu’il irait prendre des nouvelles de sa petite. Il avait suivi l’évolution d’Evelynn avec autant de méticulosité que lui permettait le matériel qu’il avait à sa disposition. La petite allait très bien et la maman tout aussi bien. Il était loin d’être à l’aise avec les enfants et heureusement qu’il avait pu compter sur Jessie à de nombreuse reprise.

- Thalia ! Je te cherchais justement, je voulais prendre des nouvelles de ta petite ? Elle dort actuellement ? Tu me retrouves avec elle à l’infirmerie quand elle est réveillée qu’on fasse un point sur sa croissance et tout le reste ?

C’est avec un léger sourire sur le visage qu’il avait pris la parole, essayant de montrer sa bonne humeur. Il ne voulait pas que la mère réveille son enfant pour quelques petits examens. Il n’avait beaucoup eu l’occasion de discuter avec Thalia en dehors de ses petits moments patients/docteur qu’il partageait. Il avait dû s’occuper de l’accouchement et c’est donc tout naturellement qu’il avait continué avec le développement de l’enfant une fois née. Il était retourné bien sagement préparer les affaires dont il aurait besoin avant de se poser un instant sur un des lits vides de l’infirmerie. Vu les lacunes en sommeil qu’il transporte derrière lui ses derniers temps, il avait même fini par fermer l’œil et c’était retrouver assoupi sans vraiment s’en rendre compte. C’est le bruit de quelqu’un frappant à la porte qui l’avait réveillé. Pendant un instant, il se rappelait la scène qu’il avait vue un peu plus tôt dans l’après-midi.

Pas de panique, il était habitué à tout faire dans l’urgence, d’un geste rapide il remit en place ses cheveux qui faisait absolument n’importe quoi. Il faudrait qu’il trouve le temps et une âme charitable pour les couper, parce qu’actuellement il ne ressemblait plus à grand-chose. Il tira un coup sur son t-shirt qu’il avait un peu froissé avant d’ouvrir la porte. D’un bref coup d’œil sur le miroir, il réalisa qu’il avait encore de grosses poches sous les yeux. Il avait toujours le visage assez pale, la fatigue avait laissé son visage un quelque peu ravagé . Un jour, il aurait un rythme de sommeil normal. Il lui avait fallu uniquement quelques secondes pour faire tout ça, à croire que travailler dans les urgences d’un service hospitalier ça aide pas mal dans ce genre de situation de crise.

- Je ne t’avais pas oublié. Entre, je t’en prie. Je te prends la petite.

D’un geste de bras, il fait signe à Thalia d’entrée dans la pièce avant de prendre la petite dans ses bras. Il l’attrapait le plus délicatement possible. Ce n’est pas qu’il n’était pas très doué avec les enfants, mais c’était un excellent médecin. Il fallait bien qu’il compense. Il déposa le bébé sur la petite table à côté du lit ou il dormait quelques secondes plus tôt.

- Alors, dis-moi, tout se passe bien ? Je vois qu’elle commence à faire ses dents, elle ne t’empêche pas trop de dormir ?



☩ Walking Down On The Road So Far ☩

Mes AnnexesIan écrit en #990000

Revenir en haut Aller en bas
http://www.walkingdead-rpg.com/t6813-listing-des-comptes
Thalia M. Caldwell
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 25/12/2014
Messages : 375
Age IRL : 25

MessageSujet: Re: Times Running Out   Mer 31 Aoû 2016 - 19:51

La vie dans le lycée n'avait pas été de tout repos durant le mois d'août. Avec les intrusions fréquentes d'animaux et les pertes et perturbations que cela avait entraîné chez les survivants, il était bon de retrouver enfin un rythme de vie plus tranquille. Thalia avait avant tout craint pour sa fille, mais jamais celle-ci n'avait été inquiétée par le danger. Un soulagement pour la jeune mère, pour qui voir grandir la petite était une source de bonheur quotidienne. Elle avait l'impression qu'Evelynn était née hier, et pourtant elle avait fêté ses six mois quelques temps plus tôt.
Cet après-midi là, elle était sortie aider à faire un peu d'entretien en laissant sa fille à la garde de quelqu'un le temps de sa sieste. Flanquée d'Amarok et Nakoma, elle avait profité des derniers restes de beau temps. Au moment de rentrer, elle avait croisé Ian. Le pauvre avait vraiment l'air d'un fantôme, d'une ombre depuis qu'il avait rompu avec Rosaleen. La jeune femme sentit un pincement au cœur en le voyant, ayant sincèrement de la peine pour lui. Ce qui ne l'empêcha pas de lui sourire avec bienveillance lorsqu'il l'aborda. Il cherchait à avoir des nouvelles d'Evelynn, ce qui n'était pas bien étonnant en soi puisqu'il la suivait depuis sa naissance, au même titre qu'Emerson.


« Elle doit encore être en train de faire la sieste... Je te la ramène quand elle se réveille alors !

En le quittant, elle alla s'entraîner un peu histoire de se maintenir en forme, notamment au niveau de ses capacités au tir. Il était absolument hors de question qu'elle redevienne le fardeau qu'elle avait pu être avant la naissance de sa fille, et même peu après. Rien qu'à y repenser, alors qu'elle s'entraînait, elle sentait une boule douloureuse lui nouer l'estomac. Six mois avaient passé, mais la culpabilité restait encore présente quelque part. Elle ne parviendrait sans doute jamais à effacer totalement ce sentiment que son mari avait perdu la vie par sa faute. Paradoxalement, cela renforçait chaque jour sa détermination à devenir plus forte et à se montrer utile et capable de protéger les autres.
De retour auprès de sa fille quelques temps plus tard, elle profita de son réveil pour lui donner à manger. Un biberon d'eau, tout d'abord, avant de l'allaiter. L'expérience ne fut pas forcément agréable, puisque la petite se servait de ses dents en cours de sortie pour mâchouiller. La zoologiste grimaça de douleur mais prit son mal en patience. Elle avait toujours refusé le tire-lait, trouvant trop de points communs avec la traite d'une vache, mais au vu des circonstances, elle allait sans doute tenter d'en trouver un lors d'une prochaine sortie ravitaillement. Pour le moment, Evelynn avait encore besoin d'une grande part de lait dans son alimentation, alors la passer totalement aux aliments solides, qu'elle commençait à peine à expérimenter, était exclu. Le repas terminé, elle prépara sa fille avant de l'emmener voir Ian.

Lorsque celui-ci ouvrit la porte, elle le laissa lui prendre sa fille. Depuis le temps, il avait plus que l'habitude de la manipuler. Éveillée comme elle l'était, la petite ne manqua pas l'occasion pour se mettre à gazouiller gaiement, ayant reconnu le médecin. Sa petite main lui attrapa une mèche de cheveux qu'elle entreprit de tirer avec un air à mi chemin entre la concentration extrême et la fascination. Thalia leva les yeux au ciel, un sourire amusé au coin des lèvres. Dès que Ian l'eut posée sur la table, Evelynn commença à se tortiller pour tâcher de rouler sur le ventre ou de se relever. À croire que si on ne la retenait pas, elle se mettrait bientôt debout pour courir, au mépris de l'âge minimum requis pour ce genre d'expériences.


- Oh, elle se porte comme un charme. Elle mange bien, elle dort profondément et fait des nuits complètes. Pour les dents, elle a parfois des crises douloureuses, mais je lui ai trouvé quelques jouets de premier âge qui sont faits pour qu'elle se fasse les dents, ça l'aide pas mal. Par contre, je dois t'avouer que le moment de l'allaitement devient difficile. Imagine un peu la scène... Ah, au fait elle vient de manger. Évite de trop la secouer si tu la manipules, au risque de révéler un défaut d'étanchéité...

La zoologiste fit une moue amusée à Ian, avant de reprendre contenance. À vrai dire, c'était peut-être l'occasion de lui parler un peu, il n'avait pas forcément bonne mine...


- Et toi, ça va ? »


Never go back
L'espoir, c'est vouloir quelque chose. La foi, c'est croire en quelque chose. Le courage, c'est faire quelque chose.  by lizzou.
Revenir en haut Aller en bas
Ian F. Lennon
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 21/11/2015
Messages : 853
Age IRL : 22

MessageSujet: Re: Times Running Out   Jeu 1 Sep 2016 - 11:12

Avant l’épidémie, il n’avait jamais vraiment eu l’occasion de travailler pendant aussi longtemps avec les enfants. Encore moins lorsque les enfants étaient en aussi bonne santé. Il était urgentiste pas pédiatre. Il était a mis chemin entre l’admiration et le désespoir lorsqu’il sentait la petite mettre une main dans sa tignasse pour en tirer une mèche de cheveux. La petite semblait se porter comme un charme, il n’avait pas vraiment besoin de la confirmation de la maman pour connaitre la réponse à la question. Elle s’agitait, gazouillait, elle semblait la plus heureuse du monde dans ce monde ou justement rien n’aller. Au moins, la joie et l’innocence des enfants ne changeaient pas songea-t-il pendant un bref instant. Il gardait une main non loin d’Evelynn pour éviter qu’elle ne bouge trop.

Il hochait la tête alors qu’il écoutait ce que Thalia lui apporter comme nouvelle. Il n’était pas vraiment surpris de ce qu’elle était en train de lui raconter. Cependant, il eut un léger blocage alors qu’elle lui avouait que l’allaitement était difficile. Il savait qu’il était médecin et qu’il était là pour écouter les briefe de ses patients, mais quand même. Il ne s’était pas du tout attendu à ça et pour cause, elle aurait simplement pu en parler avec Emerson. Il sentait le rouge lui monter aux joues alors qu’il était essayé de tout faire sauf de visualiser la scène comme elle l’avait invité à le faire. Il fit de son mieux pour ne pas paraitre trop déstabilisé en lui répondant.

- Alors, si la situation devient trop insupportable, il n’y a pas trop d’options en dehors de trouver un tir lait. Je sais que c’est un peu rebutant, sinon tu peux aussi commencer à lui donner de la nourriture solide. Je pense qu’elle est prête pour ça.

Il se retourna à nouveau vers le petit beau qu’il avait devant lui. Et s’apprêta alors à lui faire les quelques mesures élémentaires pour savoir où elle en était sur sa courbe de croissance. Ils avaient créé un petit dossier pour pouvoir tout avoir sur les yeux et ne rien oublier concernant le nourrisson. Lui comme sa collègue s’échinait à faire de leur mieux pour surveiller l’enfant. Ce n’était déjà pas facile en temps normal de trouver tout ce qu’il faut pour un enfant, mais dans les conditions actuelles il fallait faire encore plus attention. Il n’avait pas vraiment fait attention à ce que la brune avait dit après, mais il réalisait que maintenant qu’elle avait parlé d’étanchéité.

- Pourquoi tu compares ta fille à une montre ? Enfin, je veux dire… Je comprends qu’elle peut avoir des renvois, mais pourquoi étanche…

Il plissa légèrement les yeux, essayant de comprendre de quoi il était question. Son cerveau avait un peu de mal avec l’humour et l’ironie encore. Il s’y faisait doucement, mais il avait encore de grosses lacunes. Il souriait doucement lorsque la petite lui faisait une bouille absolument attachante. Il regardait si elle n’avait pas de problème de strabisme et si elle réagissait bien à l’environnement l’entourant avec quelques claquements de doigts non loin d’elle. L’urgentiste était des plus satisfait de ce qu’il voyait. Cette petite était en plein éveillée et prête à grandir encore un petit moment.

- Ta petite m’a l’air en parfaite santé en tout cas. Son comportement est parfaitement normal et conforme à l’âge qu’elle a. Je dirais même qu’elle est peut-être même un chouïa en avance.

Il avait très bien entendu la question de Thalia, mais il ne savait pas quoi y répondre, au fond de lui il n’avait même pas envie de le faire. Il savait qu’il avait toujours cette mine affreuse et qu’il aurait pu dire n’importe quoi personne ne le croyait quand il disait qu’il allait bien. Peut-être qu’il devait se remettre à porter sa cravate, les gens se poseraient plutôt des questions sur pourquoi il porte ce truc plutôt que de son état physique et mental. Oui, il n’avait pu se résigner à la jeter, elle lui avait été d’une utilité non négligeable lorsqu’il s’était cassé la jambe alors il la gardait précieusement.

- Je vais bien, du moins mieux… J’avoue que les derniers événements m’ont un peu secoué. Je ne me remets toujours pas du regard carnassié que la puma m’a lancé. Je n’en ai pas fermé l’œil la nuit qui a suivi. Je suis facilement impressionnable on va dire…

Le mot était sans doute même un peu faible. L’urgentiste avait peur de tout et de rien. Il n’était pas phobique, c’était plus qu’il connaissait le potentiel mortel de beaucoup de chose alors il restait sur la défensive tout le temps. Il avait fini par essayer d’apprendre à manier une arme à feu, c’était loin d’être concluant, mais il fallait bien qu’il commencer à se rendre utile depuis le temps qu’il était la.



☩ Walking Down On The Road So Far ☩

Mes AnnexesIan écrit en #990000

Revenir en haut Aller en bas
http://www.walkingdead-rpg.com/t6813-listing-des-comptes
Thalia M. Caldwell
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 25/12/2014
Messages : 375
Age IRL : 25

MessageSujet: Re: Times Running Out   Jeu 1 Sep 2016 - 20:40

Thalia regarda Ian faire toute une batterie de tests à sa fille. Celle-ci les subissait avec une bonne volonté admirable, sans manifester d'impatience ou de mauvaise humeur. Curieuse, elle regardait partout autour d'elle, comme si elle avait décidé de graver chaque détail de la pièce dans sa mémoire. L'urgentiste sembla toutefois plongé dans la perplexité par la référence de la jeune femme à une quelconque étanchéité du bébé. Celle-ci se contenta d'un petit sourire en coin et d'une seule tirade en guise d'explication.

« Ben... essaie de la secouer un peu et tu comprendras tout de suite.

Première mauvaise idée : secouer un bébé qui venait de manger. Pour une raison obscure qui avait peut-être un rapport avec l'ancrage de la stupidité dans les méandres de l'évolution humaine, certains se sentaient obligés de faire sautiller les petits ou de leur faire faire l'avion le ventre bien plein... ce qui se finissait souvent par une douche poisseuse et malodorante. La zoologiste avait toujours pris le soin de ne pas les imiter. Juste pour ne pas être candidate à une éventuelle nouvelle catégorie dans les Darwin Awards.
Dans tous les cas, elle fut contente d'entendre qu'Evelynn était en parfaite santé. Non qu'elle en doutât, mais faire grandir un bébé dans de telles conditions, dans un monde en proie au chaos et à des mécanismes qui défiaient les lois de la nature les plus élémentaires, était tout de même un sacré parcours du combattant. La jeune femme sentit une petite pointe de sérénité s'épanouir dans sa poitrine à ces mots. Faire ce qu'il fallait pour sa fille était devenue sa priorité absolue dès sa sortie de la dépression. Emerson ferait sans doute elle aussi passer une série de tests à la petite, mais dans de telles conditions ils n'étaient pas trop de deux médecins à être aux petits soins avec elle. Quant au fait qu'Evelynn puisse être un peu en avance sur son âge... ça, sa mère n'en avait aucun doute ! À croire que son petit bout voulait déjà tout faire trop vite...

Pendant un moment, la zoologiste douta d'avoir fait le bon choix en lançant Ian sur le sujet douloureux de sa rupture. Mais après l'avoir vu tenter de se faire arracher la tête par un gorille quelques semaines plus tôt, elle ressentait ce besoin d'en parler. Même si ça faisait mal. Parce que malgré tout, elle considérait l'urgentiste comme un ami, et qu'elle n'aimait pas sa manière de se renfermer dans sa solitude depuis ce drame personnel. Il lui faisait penser à ce qu'elle avait vécu après la naissance d'Evelynn. Et si elle n'avait pas eu les bonnes personnes près d'elle à ce moment là, elle aurait fini par succomber. Alors tant pis s'il fallait ressasser des moments douloureux, mais elle ne le laisserait pas sombrer. Au moment où il parla du félin qui avait rôdé dans le lycée il y a peu, la jeune femme haussa un sourcil critique. Un puma ? Devant une zoologiste ?


- Un puma... ? C'était un jaguar, Ian.

C'était plus fort qu'elle. Thalia avait depuis toute petite une véritable passion pour le monde animal, et elle aimait que les choses soient précises. Non, les requins n'ont pas de peau, mais des denticules cutanés plus proches des dents que de quoi que ce soit d'autre. Non, le loup n'attaque pas l'homme à moins d'y être contraint par la famine ou une maladie. Non, les autruches n'ont jamais enfoui leur tête dans le sable. Oui, les pingouins peuvent voler. Et non, léopard et jaguar ne sont pas les mêmes animaux. Alors pour ce qui était du puma et du jaguar...

- Il y a de quoi être impressionné. Les grands fauves ne sont pas par essence des mangeurs d'hommes, mais quand ils le deviennent par nécessité... Ce sont des tueurs redoutables. Mais bon, tu sais aussi que ce n'était pas qu'à ça que je faisais allusion... »


Never go back
L'espoir, c'est vouloir quelque chose. La foi, c'est croire en quelque chose. Le courage, c'est faire quelque chose.  by lizzou.
Revenir en haut Aller en bas
Ian F. Lennon
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 21/11/2015
Messages : 853
Age IRL : 22

MessageSujet: Re: Times Running Out   Ven 2 Sep 2016 - 12:01

C’est avec le regard suspicieux qu’il se tournait vers Thalia lorsqu’elle lui affirma qu’il n’avait qu’à la secouer pour comprendre. Il était tout aussi sceptique, mais ne fit rien de plus. Il savait très bien que secouer les bébés n’était pas la meilleure idée qu’il pouvait avoir. Il gardait alors le même air interdit pendant un instant. Pourquoi ne pas dire simplement ne la secoue pas trop elle pourrait vomir ? Il n’aurait pas sa réponse, pas la peine de s’attarder plus longtemps, il devait aller de l’avant et carry on. Il avait toujours bien aimé cette expression, son père l’utilisait sans cesse lorsqu’il était plus jeune. Elle lui rappelait de bons souvenirs et surtout sa soif inconditionnelle de savoir.

- Je vais éviter.

C’était une façon simple et efficace de clore le sujet sans chercher plus loin. Il n’avait pas l’intention de faire une argumentation compliquée sur ce qu’il comptait faire ou non. C’était sans doute une façon de prouver qu’il avait compris et qu’il ne tenterait pas de faire n’importe quoi avec sa pauvre fille. Il ne lui faudrait que quelques minutes supplémentaires pour finir de s’occuper de la petite, elle était sage et se laisser faire sans hurler. Ce qui ne faisait que rassurer le pauvre urgentiste qui aurait bien été perdu dans le cas contraire. Alors qu’il regardait Thalia il sentait un doigt de sa main être recouvert de bave, il réalisait qu’après qu’Evelynn venait de le mettre dans sa bouche. Il la regarda avec un mélange d’impuissance et de désespoir. Il retirait doucement sa main avant de reprendre la petite dans ses bras.

- Puma, jaguar, c’est du pareille au même, c’est un animal avec des griffes, des crocs et qui ressemble à un gros chat.

Ian et son amour pour les animaux venaient de parler d’une façon absolument magnifique. Pour lui tout se ressemblait, il arrivait tout de même à faire la différence entre un éléphant et une girafe ce que même un enfant de cinq ans pouvait faire sans trop de difficulté. Il était pratiquement sûr que la zoologiste allait le reprendre sur sa façon de parler, peut-être qu’il était un peu en train de la chercher. Il n’avait jamais été doué pour ouvrir son cœur aux autres alors il avait l’espoir que s’il l’énervait assez fort, elle préféré partir et abandonner la question. Évidemment, il s’était un peu voilé la face et sa réponse était bien différente. Il avait envie de continuer d’ignorer la question, aussi longtemps qu’il le faudrait pour qu’elle change de sujet, mais il la savait tenace. Alors c’est avec la plus grande volonté dont il pouvait faire preuve qu’il décida simplement de capituler.

- Je le sais parfaitement en effet, j’ai fait de mon mieux pour esquiver la question, mais cela ne semble pas vraiment fonctionner avec toi.

Il marqua une pause, trouver les bons mots sur la douleur qui sommeillait en lui n’était pas facile. Il avait peur de la sentir remonter le long de sa gorge et avoir l’impression de s’étouffer avec. S’il avait enterré si profond c’était pour évidement ne plus y penser. Il regardait Thalia dans les yeux, il était qui pour lui parler de sa vie sentimentale alors qu’elle avait perdu l’homme de sa vie ?

- Tu sais, c’est juste une rupture, je m’en remettrais. Ce n’est pas la première que je subis et je suis presque sûr que ce ne sera pas la dernière non plus.

Souvent, il était le roi lorsqu’il s’agissait de se lamenter silencieusement sur son sort, mais dès qu’il fallait en parler c’était une autre histoire. Manier les mots, il savait le faire et ceux bien mieux qu’il ne le laissait croire la plupart du temps. Cependant, il trouvait bien plus simple de se taire que de dire vraiment ce qu’il pensait. Il n’avait pas à supporter la pression et encore moins d’assumer ce qu’il pensait. Peut-être qu’il avait besoin d’en parler et que tant qu’il ne ferait pas tout ça resterait bloqué dans sa gorge. Il prit une profonde inspiration.

- J’ai besoin de sortir d’ici, je crois… J’ai passé trop de temps enfermé dans cette pièce à me mettre des œillères. Tu m’accompagnes ?

Beaucoup lui avait répété qu’il devait penser à vivre un peu, s’amuser, arrêter de se prendre la tête et tout un tas d’autres choses qu’il ne savait pas faire. Rosaleen lui avait dit de penser à lui, il avait pour ainsi dire promis de le faire, mais n’arrivait pas pour autant à le faire.



☩ Walking Down On The Road So Far ☩

Mes AnnexesIan écrit en #990000

Revenir en haut Aller en bas
http://www.walkingdead-rpg.com/t6813-listing-des-comptes
Thalia M. Caldwell
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 25/12/2014
Messages : 375
Age IRL : 25

MessageSujet: Re: Times Running Out   Ven 2 Sep 2016 - 20:53

Thalia leva les yeux au ciel lorsque Ian lui asséna qu'un puma et un jaguar étaient quasiment identiques. Dans le genre gros chat bien bardé pour tuer, en quelque sorte. Bon. Ne pas s'énerver, ne pas jouer la zoologiste. Mais bordel, c'était plus fort qu'elle. Depuis toujours, elle avait une sainte horreur de ceux qui se complaisaient dans l'erreur. Elle avait comme le sentiment qu'il était de son devoir sacré de les remettre dans le droit chemin de la connaissance, de corriger ces savoir erronés. Et lorsque ça touchait aux animaux, sa passion depuis toute petite, ce besoin était encore plus irrépressible. Ça la démangeait bien trop de rectifier les choses, alors tant pis, elle se jeta à l'eau avec un ton mi exaspéré, mi pédagogue, ce qui faisait un mélange des plus curieux.

« Non, c'est pas la même chose. Tiens, c'est facile à retenir : Puma c'est des fringues de sport, Jaguar c'est une voiture. Rien à voir.

Voilà. Homme. Fringues de sport. Voiture de luxe. Équation gagnante, nous avons un vainqueur. La jeune femme haussa les épaules, espérant qu'au moins l'image aidera l'urgentiste à retenir quelque chose. Maintenant que la vérité avait triomphé, elle laissa tomber le sujet. Celui de sa rupture fut bien plus grave à aborder. C'était toujours délicat, et trouver sous quel angle approcher le sujet était un vrai challenge. Et si elle le relança à ce propos, Ian ne sembla pas se fâcher pour autant. Juste... éluder la question. Au moins, s'il faisait des efforts pour ne pas s'enfoncer dans une déprimante solitude comme elle l'avait fait, c'était toujours ça de gagné. Quand il lui proposa d'aller faire un tour pour s'aérer un peu, elle lui sourit avec franchise.

- Il fait encore beau dehors... ça m'a l'air d'être une bonne idée. Et ça fera prendre l'air à Evelynn aussi.

La zoologiste se sentait heureuse de cette proposition. Ce serait agréable de s'aérer l'esprit et de passer un bon moment. De plus, on pouvait compter sur Seattle pour que la pluie revienne très vite au rendez-vous. Ce n'était pas forcément agréable, mais c'était essentiel en ces temps d'apocalypse pour avoir des ressources en eau abondantes. En cela au moins, leur localisation n'était pas mauvaise, loin de là. Sans oublier que les besoins en eau d'un camp aussi important que le leur étaient loin d'être négligeables.
La jeune femme récupéra sa fille avant d'entraîner l'urgentiste à sa suite jusqu'à sa chambre. Elle voulait y prendre quelques petites choses pour Evelynn, notamment une petite veste au cas où le temps se rafraîchirait, mais également de quoi protéger sa tête du soleil. Ils furent accueillis par Amarok et Nakoma, qui se mirent à tourner autour d'eux comme pour faire connaissance avec la meute. Ils s'attardèrent notamment sur Ian, le reniflant un peu plus longuement car ils n'étaient pas habitués à le côtoyer de près. En les voyant faire, leur maîtresse se dit qu'ils avaient bien grandi depuis qu'ils étaient arrivés au camp. Ils avaient leur taille adulte maintenant, qui était très imposante. Des chiens-loups de première génération toisaient facilement soixante-dix voire quatre-vingt centimètres au garrot... Autant dire qu'ils suscitaient le respect. Vivre avec eux était un sujet d'étude de tous les jours, notamment d'un point de vue du comportement qui tenait plus de celui du loup que de celui du chien, par exemple en ce qui concernait la vie de groupe. Enfin bref...


- On peut y aller. Amarok et Nakoma pourront aussi se dégourdir les pattes, comme ça.

Thalia le précéda dehors, les chiens sur les talons, Evelynn dans ses bras. Il faisait encore bon, et c'était agréable. Un petit vent doux soufflait et venait leur caresser le visage. Les rayons du soleil n'étaient pas trop agressifs. On aurait dit que la luminosité avait déjà légèrement décliné. Avec l'avancée des mois et l'approche de l'automne, on perdait à nouveau de précieuses minutes de lumière. Après avoir marché un certain temps, en profitant pour jeter des bâtons aux chiens, ils s'assirent sur un banc, au calme. Quelques feuilles mortes précocement tombées des arbres voletaient dans le vent léger, éraflant parfois le bitume dans un bruit ressemblant à la griffure d'un morceau de papier.

- En tout cas, si jamais tu as besoin de moi... Sache que je suis là, n'hésite pas à venir me voir. Tu ne m'a pas laissée seule après la mort de Morgan, et je ne te laisserai pas seul non plus. »


Never go back
L'espoir, c'est vouloir quelque chose. La foi, c'est croire en quelque chose. Le courage, c'est faire quelque chose.  by lizzou.
Revenir en haut Aller en bas
Ian F. Lennon
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 21/11/2015
Messages : 853
Age IRL : 22

MessageSujet: Re: Times Running Out   Ven 2 Sep 2016 - 23:14

Ian n’était pas du genre à s’intéresser aux voitures ni aux fringues de sport en réalité. Il n’y avait qu’à voir sa vieille Chevrolet bleue qui trônait de l’autre côté des grilles du lycée. Elle ressemblait déjà à une poubelle avant même que l’apocalypse soit commencée. Son père était resté dans une colère noire lorsqu’il l’avait vu. Il avait récupéré cette voiture quand ce dernier avait décidé d’en changer, mais il ne l’avait jamais entretenue correctement. Enfin, il adressait un petit sourire à la brune et finit par hocher la tête. Il avait compris la différence, il s’était trompé et comme un borné, il avait décidé de s’enfoncer dans sa connerie. Il avait voulu énerver Thalia, mais cela n’avait pas marché. L’idée du pumaguar ne resta pas longtemps dans la conversation ce qui admettons-le était plutôt rassurant pour l’urgentiste. Visiblement, l’idée de sortir dehors plaisait, ce qui était plutôt rassurant.

- Je t’en prie les dames d’abord, il faut que je referme derrière toi.

Quitter l’infirmerie, c’était comme quitter sa zone de confort, mais il était bien content d’en être sorti. C’est dernier temps, elle ressemblait plutôt à une prison qu’autre chose. C’était l’endroit dans lequel il se recueillait, mais aussi où il vivait. Depuis que cela avait été créé, il avait pris l’habitude d’y passer toutes ses journées. Comme s’il n’avait pas le droit à une pause. Sans rien dire, il suivit Thalia jusqu’à sa chambre. Elle voulait prendre des choses pour sa petite. Il resta dans l’entrée de la pièce pour pouvoir fuir à tout moment. C’était le regard sur les chiens qu’il attendait patiemment qu’elle ait fini de rassembler ce dont elle avait besoin.

Il avait peur, il était même terrorisé en réalité. Ses machins faisaient bien la moitié de sa taille. Il n’osait pas imaginer les dégâts que leurs mâchoires pouvaient infliger à un être humain. Il n’était pourtant pas vraiment agressif à son égard. Impossible de se détendre ni même de prendre son mal en patience. Il avait simplement envie de prendre ses jambes à son cou, mais il était bien trop terrifié pour pouvoir bouger. Il savait que Thalia était zoologiste, il savait aussi pour l’existence de ses deux chiens, mais dans ses souvenirs ils semblaient moins impressionnants, mais beaucoup plus loin que lui aussi. Son visage prit une couleur un peu plus livide lorsqu’il apprit qu’ils viendraient avec eux dehors. Il savait que les animaux sentaient la peur chez les gens, avec lui, il serait sans doute servi.

- Amarok et Nakoma, lequel est lequel que je fasse l’effort de les appeler par le bon nom ? Je m’occupe d’Evelynn le temps que tu leur fasses faire un peu d’exercice si tu veux.

Il préférait mille fois s’occuper de la petite plutôt que de devoir gérer les chiens de son ami. Il la suivait mine de rien alors qu’il était inquiet. Il faisait de son mieux pour passer le plus loin possible des animaux, il lui faudrait beaucoup de temps et de self contrôle pour arriver à avoir un minimum d’assurance en leur présence. Peut-être qu’avec un peu de chance il pourrait finir par les apprécier. Cependant, il mettait de grands doutes sur cette option.

Il était plutôt content d’être à l’air libre avec Thalia, son regard se perdait un peu à l’horizon, il n’avait jamais vraiment pris le temps de se poser ici depuis qu’il était ici. Il ne réalisait que maintenant qu’il avait une chance inouïe de se trouver ici.

- J’ai fait de mon mieux. Je savais que tu avais besoin d’aide, mais de là à dire que j’ai été vraiment très utile il y a tout de même une grosse différence. Je ne suis pas très fort avec les rapports humains, mais je suppose que depuis le temps tu avais déjà remarqué.

Il avait besoin de s’occuper les mains alors il sortait le rubis cube qu’il avait dans sa poche. Il ne faisait pas partie de ceux qui étaient particulièrement doués avec un truc comme ça dans les mains, mais au moins ça lui occupait un peu les mains. Il s’agissait d’une version porte clé, mais c’était bien suffisant pour lui éviter de se concentrer sur les chiens qui jouer devant lui et faire en sorte qu’il trouve les mots.

- Je ne vais pas cacher que j’en ai beaucoup souffert au début. J’ai fait tant de choses pour elle et j’ai l’impression qu’elle s’est servie de moi plutôt qu’autre chose. Maintenant, je vais vraiment mieux, j’ai toujours du mal à trouver le sommeil, mais je ne me rappelle pas vraiment d’une époque où je dormais bien. Peut-être quand j’étais dans les bras de Rosaleen, mais ce doit être l’unique exception qui confirme ma règle.

Il savait que ce n’était pas très gentil de se plaindre, mais c’était elle qui lui avait demandé de le faire alors il faisait de son mieux pour se confier. Il avait toujours vécu tourné au café comme un junkie et il avait toujours eu une tête aussi affreuse alors il n’était pas vraiment choqué. Avant il faisait peut-être un peu plus attention à sa coupe de cheveux, à sa barbe et à son style vestimentaire ce qui lui donnait un air un peu moins négligé.



☩ Walking Down On The Road So Far ☩

Mes AnnexesIan écrit en #990000

Revenir en haut Aller en bas
http://www.walkingdead-rpg.com/t6813-listing-des-comptes
Contenu sponsorisé
WALKING WITH THE DEADS

MessageSujet: Re: Times Running Out   Aujourd'hui à 2:53

Revenir en haut Aller en bas
 

Times Running Out

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

 Sujets similaires

-
» Who is running Haiti for whom?
» 07. Girls running wild
» (11) ALEXIANE « i keep on running »
» Our time is running out [ Silk ].
» Running to the edge of the world [Soeurette]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Walking Dead RPG :: Archives RP :: RP Terminés-