Partagez | .
 

 The truth about you and me

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3
Auteur
Message
Selene Sweetnam
leader | Messiah
Modérateur
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 07/11/2015
Messages : 1258
Age IRL : 26

MessageSujet: Re: The truth about you and me   Sam 17 Sep 2016 - 17:50

A la boutade de Gabriel, Selene prit son air offusqué avant de frapper son torse avec ses poings. La grimace agressive y était, lèvres inférieure retroussée sous ses incisives supérieures, mais la force avait été laissée de côté. Elle éclata d’un rire cristallin, libre, un ballon d’euphorie gonflant dans son ventre… qui explosa suite à la transition coquine de l’instituteur. Un frisson instinctif crispa ses muscles quand sa main remonta le long de sa cuisse ivoirine. La musicienne essaya de ne pas perdre son sourire, mais celui-ci dû certainement se figer un peu. Quelle idiote. Bien sûr qu’il en aurait envie. C’était humain, naturel, et elle venait le chevaucher amoureusement sans penser aux conséquences. Elle l’avait senti et l’avait ignoré, mais c’était sa faute. Bon. Pour lui, elle pouvait bien essayer…

Mais alors que la pianiste se résignait à répondre aux envies de Gabriel, ce dernier fit machine arrière. Il rompit le contact direct avec ses hanches, arborait un air désolé auquel on ne pouvait refuser le pardon et l’attira à lui pour enfouir sa tête dans son cou. Ce simple geste la toucha. Qu’il sache la lire sans un mot, accepter la frustration sans la blâmer, l’enlacer sans lui imposer de brûler les étapes. Selene ferma les yeux, savourant cette étreinte. Dieu que cet homme était parfait… pour elle en tout cas, il l’était. Elle avait l’impression d’être l’une de ces greluches qui vantaient les mérites de leur mari « attentionné », « gentil », « drôle » et « tendre » mais que faire d’autre ? Chacun de ces qualificatifs le définissait.

- Ça va, laisse tomber le cours, lui répondit-elle sur le ton de la plaisanterie, je m’en voudrais d’assommer le seul prince charmant qui a survécu à l’épidémie, elle s’écarta juste assez pour plonger ses yeux dans les siens, le bout de leurs nez se frôlant, promis, ça sonnait beaucoup moins cul-cul dans ma tête.

Et voilà que l’étudiante riait à nouveau. Est-ce que c’était obscène ? Sachant que moins d’un mois auparavant, elle était en train de se faire torturée dans un sous-sol. Si oui, tant pis. Elle n’avait aucun état d’âme à être égoïste, à se dire qu’en ce même instant, des gens mourraient. Tués, dévorés, affamés, démembrés. Plus rien ne tournait rond, elle en était un excellent exemple, mais ça… leur relation, c’était « réel ». C’était bien. Selene embrassa doucement les lèvres de l’instituteur, puis leurs contours, puis son front, puis ce fut à elle de se réfugier dans son cou. Elle inspira profondément et soupira, se délectant de son odeur. Les paupières closes, ce fut facile de s’évader, portée par le clapotis des vagues, bercer par la poitrine de Gabriel qui se soulevait au gré de sa respiration.

La musicienne savoura cette complicité silencieuse de longues minutes avant de se redresser. Encore. Elle devinait que même s’il se faisait violence, son aîné avait toujours envie d’outrepasser cette proximité romantique mais pudique. C’était dur de se sentir inapte à lui répondre. Elle lui adressa un grand sourire, mais peut-être verrait-il qu’il était encore un peu embarrassé. Navré. Doucement, pour ne pas donner l’impression qu’elle fuyait, l’étudiante quitta sa place pour se rassoir aux côtés de Gabriel, au bord du ponton. Pensivement, elle laissa le vent jouer dans ses cheveux. Il y avait un autre sujet qu’elle souhait abordé. Quelque chose qu’elle avait ressenti et qui lui tenait à cœur. Ce serait certainement le genre de conversation que l’ancien professeur n’avait pas envie d’avoir maintenant mais… elle prenait le risque.

- Ahum… il y a un autre truc que je voulais te dire... te demander en fait.

Selene laissa passer un moment. Le temps que son petit ami se redresse et qu’il comprenne que l’instant tendresse était, malheureusement, terminé. Elle passa une main dans ses cheveux et déglutit avant de poursuivre :

- J’ai l’impression que… enfin… on dirait que tu n’aimes pas beaucoup Abigail et… peut-être que tu penses que c’est de sa faute si… si… si je suis partie…

Oh que c’était difficile. Les mots avaient pourtant commencé à défiler désormais, plus question de faire marche arrière. Et puis, il s’agissait des deux personnes auxquelles elle tenait le plus aujourd’hui. Elle priait, littéralement, pour que Gabriel ne se braque pas et comprenne à quel point ça importait.

- C’est pas… hum… pas à cause d’elle, elle inspira un grand coup pour rassembler son courage et cesser de bafouiller. Ses yeux bleus, néanmoins, restaient fixés sur les eaux, elle avait peur, elle s’inquiétait pour moi, et… voilà. C’est une fille bien tu sais ? Vous n’êtes… pas trop d’accord sur certaines méthodes, mais certaines choses qu’elle a fait, je les aurais fait aussi. Alors..., haussant les épaules, la musicienne pensait vraiment que cet argument pourrait faire la différence ; elle songeait notamment à l’otage de Baby pendant l’attaque du chalet, elle a traversé des trucs vraiment durs. Je veux dire, c’est pareil pour nous tous ; mais elle… comme toi…

Comment dire adroitement que l’instituteur et l’irlandaise n’étaient pas si différents ? Tous les deux avaient perdu une sœur, mordue. Tous les deux avaient dû la voir mourir, tous les deux avaient dû apprendre à survivre seul en ployant sous le poids du chagrin. Selene n’était pas certaine qu’ils aient jamais vraiment parlé, pourtant, ils auraient pu se découvrir des points communs – même hormis les événements tragiques.

- Ce que je veux dire c’est que… je ne peux pas te forcer à l’apprécier… mais hum… si tu arrives à ne pas la rejeter ce serait… euh… bien…


Go back and forward, but all is melting like the snow ♪ Taking all from us, all we thought was left to know ♪ On what we treasure falls a dusty snow ♪ taking us backwards, but where we will never know.
Revenir en haut Aller en bas
Gabriel Fowler
Messiah
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 27/04/2016
Messages : 413
Age IRL : 27

MessageSujet: Re: The truth about you and me   Sam 17 Sep 2016 - 18:48

Une blague ? De la part de Selene ? Elle d'ordinaire si sérieuse et peu encline à ce genre de boutade. C'était d'autant plus amusant.
« Un prince charmant ? Ça fait de toi une princesse ? À moins que tu ne sois une vilaine grenouille ? »

Comme il aimait l'entendre rire. C'était un son capable de faire vibrer son cœur comme nul autre. Il savoura cet instant, comme une bulle de joie paisible, au milieu d'une mer de violence déchaînée. Le corps de Selene tout contre lui était comme une source infinie de quiétude. Il sentait sa chaleur se diffuser en lui, ses bras entourant son dos. Il aurait put rester ainsi indéfiniment, écoutant les bruits des vagues calmes et des oiseaux côtiers mêlés à la respiration de Selene. C'était tout simplement parfais.
Mais rien ne dur jamais. Ce fut Selene qui brisa le silence et la douceur de leur étreinte. Un air soucieux sur le visage, elle semblait avoir quelque chose de bien désagréable à l'esprit. Fronçant quelques peu les sourcils, il se redressa sur ses coudes alors qu'elle reprenait place à côté de lui sur le ponton. Elle avait quelque chose à lui demander ? Pourquoi tant de gène ? Abi lui avait-elle parlé de son aventure avec Zack ? Était-ce de cela qu'elle voulait s'enquérir ? Aussitôt, un vague de panique s'insinua en lui mais il garda un sourire de façade pour ne rien laisser paraître.
Il finit par se redresser complètement, laissant toutefois ses jambes continuer de pendre au dessus de l'eau.
« Je t'écoute. »

Elle pensait qu'il n'aimait pas Abigail ? Mais qu'est-ce qu'elle avait été lui raconter celle-là ? Sans le vouloir, Gabriel se mit à serrer les mâchoire, le regard soudain dur et froid. Se tournant vers l'horizon, il se mit à fixer l'eau. Alors que Selene poursuivait, bafouillant clairement alors qu'elle cherchait certainement la meilleure façon de poser sa question sans le froisser, Gabriel sentait monter en lui un sentiment qui l'avait beaucoup trop envahi ces derniers temps. De la haine. C'était plus fort que lui. Selene avait beau arguer que ce n'était pas de la faute d'Abi si elle s'était presque faite tuer, à ses yeux, c'était entièrement sa faute. Et rien de ce que pourrait dire la musicienne ne le ferait changer de position.

Gabriel laissa Selene aller jusqu'au bout de son argumentaire. Abi était son amie, il le savait pertinemment. Mais alors qu'il n'avait jamais détesté personne avant cela, il se surprenait à éprouver une véritable fureur chaque fois qu'il la croisait. Si Zack en était arrivé à poignarder Selene, c'était à cause d'Abi. C'était un fait qu'il s'était répété en boucle et qui avait fini par s'imprimer durablement dans son esprit au point que rien ni personne n'aurait put l'en dissuader. Pas même Selene.

Alors que la jeune femme termina sa phrase en baissant d'un ton, ses derniers mots se perdant presque dans les bruits des vagues, il continua de fixer l'horizon de son regard froid. Il comprenait que Selene puisse attacher de l'importance à ce qu'il pensait de son amie, mais il ne pouvait pas passer outre ce qu'elle avait fait. Il garda le silence un long moment, laissant son esprit dériver dans de noires abysses. Ses doigts se crispèrent sur ses cuisses puis il finit par revenir à la réalité. Fixant un regard dur et fermé sur la pianiste, il lâcha d'un ton impassible :
« Je suis désolé... mais c'est impossible. »

En plus de ça elle savait pour Zack... et si l'envie lui prenait de tout révéler à Selene... comment le prendrait-elle ? À moins qu'elle n'ait déjà craché le morceau et que Selene ne soit seulement en train de tâter le terrain ? Son regard se radoucit presque aussitôt. Il s'en voulait de s'être braqué de la sorte. Selene n'y était pour rien. Elle voulait seulement essayer d'arranger les choses. C'était noble de sa part. Mais totalement vain. Tentant de se rattraper, il enchaîna sur un ton un peu plus chaleureux :
« Écoute, ce n'est pas contre toi mais... ce que tu me demandes... »
Il laissa échapper un soupir lourd de sens.
« Demandes-moi ce que tu veux. Mais pas ça. »

Depuis quand ne pouvait-il plus supporter la demoiselle ? Certainement depuis la mort de l'otage au chalet, le soir de la mort de Flann. Il en avait également voulu à Harold. Mais son dégoût avait fini par lui passer. Il s'était fait une raison... Mais tout dans l'attitude d'Abi, par la suite, avait joué en sa défaveur. La prétendue mort de Selene avait été la goutte qui avait fait exploser le vase. Il était impossible désormais d'espérer recoller le moindre morceau. Il ne pouvait tout simplement plus la voir en peinture.
Était-ce de la déception qu'il perçut dans le regard de Selene ? Ou juste de la tristesse ? Il s'en voulu instantanément. Ne pouvait-il pas au moins faire un effort pour elle ? Elle ne lui demandait pas la lune après tout ! Mais rien que de penser à Abi, il sentait ses tripes se contracter violemment. Bon sang !

Se passant les mains sur le visage et dans les cheveux tout en soupirant, il ramena ses jambes en tailleur, faisant toujours face au vide. Comment les choses avaient-elles dégénérées d'un moment de félicité à un instant de pures tourments ? Abi... tout simplement.


Revenir en haut Aller en bas
Selene Sweetnam
leader | Messiah
Modérateur
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 07/11/2015
Messages : 1258
Age IRL : 26

MessageSujet: Re: The truth about you and me   Sam 17 Sep 2016 - 19:53

La sentence tomba sans tarder. C’était « impossible ». Selene fit un ultime effort pour tourner vers son petit ami ses orbes troubles, mais même si son regard s’adoucit, sa réponse restait la même. Non. Il ne ferait pas la paix avec Abigail. Une chaleur brûlante naquit dans sa poitrine frêle, l’empêchant de respirer. La tristesse perla dans ses yeux topaze, sa lèvre inférieure tressaillit. En voyant Gabriel ramener ses jambes en tailleur, l’air bien moins euphorique que quelques minutes auparavant, la musicienne déglutit. Elle avait tenté, mais cette bataille ne serait pas gagnée aujourd’hui.

- Ok-ok, bafouilla-t-elle, c’est… tant pis.

Elle eut beau essayé de feindre la nonchalance en haussant les épaules, le reniflement qu’elle ne put retenir trahit son véritable ressenti. Dans un sens, la pianiste ne pouvait s’empêcher d’y déchiffrer une autre preuve de l’amour de l’instituteur. Il avait eut tellement peur qu’il avait besoin d’un exutoire, un bouc émissaire, et Jonah ne suffisait pas. Mais cette aversion pour la blonde était tellement palpable qu’en vérité, Abigail n’avait même pas eu besoin de lui en parler. D’ailleurs, Selene ne l’avait même pas encore vue. Non, mais Aori lui avait parlé des absences systématiques de la blonde et de quelques autres choses. D’un accord tacite, elles n’avaient pas abordé le sujet de la torture de Zack, mais l’étudiante lisait un peu entre les lignes. Bobby aussi semblait s’être attiré les foudres de Gabriel… il n’était pas revenu au phare depuis quelques jours, et la dernière fois qu’elle l’avait vu, c’était apparemment la premier fois qu’il réapparaissait en deux semaines.

Tout partait en vrille. La musicienne eut encore envie de pleurer. C’était soudainement redevenu difficile de croire qu’elle n’avait aucune responsabilité là-dedans. Tous ces gens qui s’étaient déchirés, pour la simple raison qu’ils gravitaient autour d’elle. A son tour de soupirer et de passer sa main sur son visage. Hey, son petit ami n’avait pas exorcisé ce monstre qui rongeait son âme ? S’il ne voulait pas apprécier l’irlandaise aujourd’hui, elle l’amènerait à le faire. Elle avait confiance. Avec du temps. Secouant la tête pour chasser toutes ses pensées négatives, Selene poussa doucement l’ancien professeur en enfonçant son poing gracile dans son épaule :

- Allez, fais pas cette tête. Je ne jouerai pas l’entremetteuse si tu n’as pas envie, sa gorge était un peu nouée mais elle était sincère, mais… par contre je te prends au mot, elle laissa planer le suspens avant de continuer, tu as dit que je peux te demander ce que je veux. Alors…

Peut-être qu’il restait un fond de tristesse dans ses yeux glaciers, mais elle avait recouvert son sourire espiègle. Celui que seul Gabriel est capable de susciter, alors il avait plutôt intérêt à être fier de son effet. Désinvolte, la pianiste se pencha en arrière pour tendre les bras et s’appuyer sur ses paumes. Elle plissa les paupières à cause du soleil qui l’éblouissait et sublimait ses traits d’opale.

- Saute dans l’eau tout habillé.

La musicienne laissa durer un silence, savourant sa requête, une expression de sale gosse malicieuse sur le visage. Ses jambes se balançaient dans le vide avec des arcs gracieux, comme une enfant profitant d’un après-midi d’été. Finalement, rejetant d’un geste de la tête les mèches de cheveux que la brise avait rabattus devant ses yeux, elle appuya :

- Je ne plaisante pas ! Un plongeon du « prince charmant », je te laisse le choix de la technique. Il fait encore beau, c’est bon, tu tomberas pas malade. Ça t’apprendra à supposer que je suis une vilaine grenouille, justifia-t-elle en tirant la langue, ne crois pas que je n’ai pas relevé !

Allait-il le faire ? Dans tous les cas, il y avait matière à rigoler. Par acquis de conscience, Selene vérifiant qu’il y avait bien une échelle pour favoriser la remontée des humains sur la tête ferme. Ce serait bête de perdre son petit ami pour une petite plaisanterie estivale…


Go back and forward, but all is melting like the snow ♪ Taking all from us, all we thought was left to know ♪ On what we treasure falls a dusty snow ♪ taking us backwards, but where we will never know.
Revenir en haut Aller en bas
Gabriel Fowler
Messiah
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 27/04/2016
Messages : 413
Age IRL : 27

MessageSujet: Re: The truth about you and me   Dim 25 Sep 2016 - 20:48

Comme pour changer de sujet, Selene le bouscula gentiment. Soudain il se rendit compte qu'il aurait mieux fait de se taire. Le prenant au mot, elle comptait bien lui demander une compensation. Laissant planer le suspense quelques secondes, son sourire taquin ne présageait rien de bon. Comme par un effet contagieux, l'expression ravie de la jeune femme fit sourire Gabriel qui s'attendait au pire. Puis la sentence tomba. Sérieusement ? Elle voulait qu'il saute dans l'eau ?
Soufflant du nez, il réprima un fou rire tout en fermant les yeux.
« N'importe quoi... » finit-il par dire alors qu'elle laissait planer un long silence.

Mais elle ne plaisantait pas le moins du monde. Attendant qu'il s’exécute, elle semblait ne pas avoir apprécié la petite boutade précédente. C'était pourtant assez drôle.
Dépliant ses jambes pour les ramener sous ses fesses, il la poussa doucement du doigts.
« Et si je te dis que je ne sais pas nager ? Tu me croiras ? »
Vu qu'il avait dit cela avec le sourire jusqu'aux oreilles, il était évident qu'elle ne le croirait pas. D'autant que ce n'était absolument pas vrai. Cela dit, l'idée de piquer un plongeons, comme ça, depuis le ponton, ne le tentait pas vraiment. Il n'avait jamais été très fan du bord de mer et même si les embruns et l'odeur d'iode avait quelque chose d'assez relaxant, il n'avait jamais songé à faire trempette.
Mais au regard que lui lança Selene, il était évident qu'il n'y couperait pas.
Assis sur ses talons, il se pencha un peu en avant, prenant appuie sur ses poings fermés devant lui. Il lui fit alors une moue ridicule, tel un enfant suppliant sa mère avant d'éclater de rire face à la tête que faisait la musicienne. Elle semblait bien décidée à le voir tout mouillé.
« Laisse moi au moins sauver mes vêtement. À moins que tu n'aies peur de succomber à mon charme fou en me voyant à moité nu ? »

S'approchant encore un peu d'elle, il tenta de l'amadouer, déposant un baiser sur sa joue, venant poser une main sur sa cuisse.
« Je retire ce que j'ai dis. Tu n'es pas une grenouille. »
Déjà dangereusement proche du bord, il s'avança encore un peu plus d'elle et lui glissa un baiser dans le cou cette fois-ci, s'appuyant d'une main sur les planches de bois sec, son autre main reposant toujours sur la cuisse de Selene. Et alors que sa bouche remontait lentement vers l'oreille de la jeune femme, il lui glissa avec malice :
« Tu es un affreux crapaud ! »

La suite était inévitable. Sans trop comprendre comment, il se sentit perdre l'équilibre et basculer dans le vide. Il agita inutilement les bras dans l'espoir de se raccrocher à quelque chose mais rien ne vint à son secours et il s'enfonça dans l'eau en un gros 'plouf' qui n'avait certainement pas manqué d'éclabousser la jeune femme restée sur le ponton. Crevant la surface, il reprit sa respiration, crachant l'eau qui était entré dans sa bouche et dans son nez. Celle-là, il ne l'avait pas vraiment vu venir. Mais après réflexion, c'était peut-être mérité.
L'espace de quelques secondes, alors que l'eau avait empli sa bouche, il avait repensé, bien malgré lui, à ce qu'il avait fait enduré à Zack. Il avait fait preuve de la plus horrible détermination à le noyer encore et encore jour après jour avec une assiduité minutieuse. Qu'avait-il ressentit dans ces instants là ? De la panique, très certainement. Cette idée qu'il risquait d'y passer à tout instant...

Son regard croisa celui de Selene et cette pensée s'envola. Oubliée. Il lui sourit, brassant comme il pouvait pour ne pas boire la tasse. Il aurait put remonter directement mais, à présent qu'il était à l'eau, et comme il était certain qu'elle ne viendrait pas l'y rejoindre, il avait désormais tout le loisir de s'exprimer sans risque de réprimande.
« Oh le vilain crapaud ! Oh ! Mais ne serait-ce pas une pustule sur ton gros nez tout vert ? »
Puis il se mit à imiter le cri d'une grenouille tout en l'éclaboussant allègrement.


Revenir en haut Aller en bas
Selene Sweetnam
leader | Messiah
Modérateur
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 07/11/2015
Messages : 1258
Age IRL : 26

MessageSujet: Re: The truth about you and me   Lun 26 Sep 2016 - 8:37

Elle était bien décidée à ce qu’il s’exécute, ne serait-ce que pour l’embêter. Quand Gabriel tenta de prétendre qu’il ne savait pas nager, elle secoua négativement la tête avec des airs d’enfant. Non, ça ne l’innocentait pas, qu’il essaye encore. Il eu beau feindre de bouder comme un gamin, il ne réussit qu’à la faire rire de concert avec lui. Rassemblant ses longs cheveux encore une fois soulevés par une bourrasque marine, la musicienne les enroula sur eux-mêmes pour les discipliner d’un côté de son visage ivoirin.

- Je prends le risque, répondit-elle à la possibilité qu’elle succombe à son charme d’homme dénudé.

Dans tous les cas, elle craquerait. Ce n’était pas un secret qu’elle le trouvait extrêmement beau, alors… oui, est-ce que ce n’était pas une manœuvre inconsciente pour se rincer l’œil ? Peut-être bien. Mais au pire, elle l’avait mérité. Après tous ces épisodes noirs, admirer son homme alors qu’il sortait d’un bain de mer, ça ne pouvait que l’aider dans sa convalescence. Un sourire attendri aux lèvres, Selene le laissa approcher, savoura les baisers déposés sur sa joue et dans son cou. En vrai… elle l’aurait presque pardonné, s’il n’avait pas osé pousser la provocation.

Elle poussa un « haaaaaan ! » offusquée en inspirant, les yeux écarquillés, sa bouche s’immobilisant quelques secondes en position de « O ». Sans réfléchir, la pianiste rassembla ses forces et poussa son petit ami avec la ferme intention de le faire quitter le ponton. Victoire. Il bascula, disparut momentanément sous la surface de l’eau, resurgit en crachant, croisa son regard, éclata de rire. Bien qu’éclaboussée, la jeune femme ne se sentait pas peu fière de son méfait. Toujours assise sur le bord, ses épaules graciles tressautaient alors qu’elle feignait vouloir dissimuler son hilarité derrière une main.

- Hey !! Protesta-t-elle quand il lui envoya des giclées d’eau, t’as fini oui ?! Tu étais censé t’excuser et dire que tu ne traiterais plus ta copine de crapaud.

Selene avait bondit sur ses pieds pour reculer et se mettre hors d’atteinte. Il avait réussi à copieusement la mouiller mine de rien, une goutte d’eau glissa depuis son front pour se suspendre sur le bout de son nez. Elle essaya d’avoir l’air fâchée, mais comment rester sérieuse pendant que Gabriel continuait à imiter le bruit d’une grenouille ? La musicienne renonça alors, se contentant de rire, suivant des yeux son Jules qui n’était plus si pressé de la rejoindre. Sous le soleil qui la sublimait, elle marchait d’un côté à l’autre du ponton, le visage détendu, profitant de cet instant de frivolité.

Dans un coin de son champ de vision, elle crut voir quelque chose flotter à la surface de l’eau, à une dizaine de mètres de l’instituteur. La pianiste n’y prêta pas attention, songeant naturellement qu’il s’agissait d’un déchet, d’un morceau de bois, ou quelque chose dans ce goût là. Mais le courant ramenait lentement l’objet dans leur direction et peu à ses peu, elle blêmit. Ses yeux s’ouvrirent comme des soucoupes, effarés, et elle s’écria soudainement :

- Il faut que tu remontes… remonte ! Maintenant ! Reviens ! Dépêche-toi !

Comment avait-elle pu être aussi bête ? Bien sûr que les rôdeurs ne nageaient pas, mais ils pouvaient, comme celui-ci, tomber à l’eau et se faire emporter dans n’importe quelle direction. Maintenant que le mort les avait aperçus – et entendus – il s’excitait maladroitement, tendant les bras vers l’ancien professeur, poussant des grognements transformés en gargouillis à cause de l’eau dans sa gorge putréfiée. Selene ne tenait plus en place, littéralement paniquée. Blanche comme une craie, elle suivit du regard la progression de Gabriel et quand il fut enfin de retour sur le ponton, elle se jeta dans ses bras en soupirant de soulagement. Le fait qu’il soit mouillé était le dernier de ses problèmes. Elle enfouit sa tête dans son cou, ses cheveux collant à son torse ruisselant.

- Je suis désolée… la prochaine fois que j’ai une idée comme ça, je t’autorise à m’envoyer me faire voir…

Son cœur battait douloureusement dans sa poitrine, ses jambes flageolaient, elle avait des frissons. Pour une blague, simplement pour une plaisanterie de niveau maternelle, elle aurait pu être responsable de la mort de l’homme qu’elle aimait…


Go back and forward, but all is melting like the snow ♪ Taking all from us, all we thought was left to know ♪ On what we treasure falls a dusty snow ♪ taking us backwards, but where we will never know.
Revenir en haut Aller en bas
Gabriel Fowler
Messiah
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 27/04/2016
Messages : 413
Age IRL : 27

MessageSujet: Re: The truth about you and me   Dim 2 Oct 2016 - 20:34

Alors qu'il barbotait tel un canard dans sa marre, arrosant abondamment sa dulcinée, il vit peu à peu le visage de cette dernière se décomposer. Elle s'était relevée et pouvait à présent voir ce que lui-même ne voyait absolument pas ; un putréfié à la dérive se rapprochant dangereusement de l'endroit où il se trouvait. Elle se mit d'ailleurs à rapidement l'invectiver de remonter en quatrième vitesse. Inquiet, Gabriel n'eut pas besoin de se retourner vers l'endroit que fixait Selene du regard pour comprendre de quoi il s'agissait. Il ne put néanmoins résister et tourna rapidement la tête pour voir où se trouvait le monstre.

Une certaine distance le séparait encore du mort mais celui-ci était inévitablement attiré vers le professeur, porté par les vaguelettes régulières. Gabriel sentit son cœur s'emballer et, alors que sa respiration s’accélérait sous le coup de la peur, il engagea la brasse la plus rapide qu'il ait jamais faite jusqu'à l'échelle qui lui permit de retrouver la terre ferme. De son côté, le mort s'agitait bruyamment, clapotant dans l'eau et grognant comme un forcené.
Sitôt revenu sur le ponton, Selene se jeta sur lui, l'enlaçant comme si elle avait failli le perdre. D'une certaine manière, ça aurait put être le cas si elle n'avait pas vu le cadavre... Mais inutile de s’appesantir sur des événements qui auraient pu être. Il y avait bien assez à faire de la réalité.
L'enlaçant avec force en retour, il ne put s'empêcher de lui faire remarquer :
« Selene, je suis trempé. Tu vas attraper froid... »

Mais la pianiste ne semblait pas s'en soucier. Au contraire, elle se colla plus encore à lui et vint même enfouir sa tête contre sa nuque. Lui caressant doucement les cheveux, il la berça tendrement. Elle semblait avoir eut encore plus peur que lui. Être confronté au danger était une chose. Mais voir quelqu'un qu'on aimait y être confronté sans avoir la moindre possibilité d'agir devait être pire encore. Alors que la jeune femme s'excusait pour sa plaisanterie qui aurait pu lui coûter la vie, il se surprit à sourire. Il semblait bien qu'elle tenait à lui autant qu'il tenait à elle finalement.
« C'est entendu. La prochaine fois tu recevras un coup de pied aux fesses et tu seras privée de dessert pendant une semaine. »
Il ponctua sa plaisanterie d'un petit rire taquin qui se voulait faussement triomphant. Mais Selene ne semblait plus vraiment d'humeur à jouer. Se décollant un peu d'elle, juste assez pour pouvoir lui relever le menton d'une main, il passa son autre main sur son front pour en dégager les mèches rebelles. Lui offrant un sourire désarmant de gentillesse il redevint enfin sérieux.
« Je vais bien. Et même s'il m'avait rattrapé il m'aurait suffit de plonger pour le contourner. Je ne craignait rien. D'accord ? »

S'avisant qu'elle tremblait, et ne sachant pas si c'était là l'effet de la peur ou du froid, il lui frictionna doucement les bras.
« Tu trembles. On devrait rentrer se changer. J'ai une idée ! Je nous prépare une bonne tasse de thé bien chaud. Il doit en rester quelques sachets planqués dans un coin. Ensuite on se cale dans le canapé et on se met un film débile à la télé... enfin dans la mesure où on n'a pas la télé ça risque d'être compliqué, il faudra imaginer qu'on est en train de la regarder... mais si tu veux je te laisse choisir le film. »
Heureux d'apercevoir un sourire sur le visage de la jeune femme, il passa son bras dans son dos, lui enserrant la taille alors qu'ils commençaient à se diriger vers le phare.

Préférant ne pas penser à ce qui serait arrivé s'il n'était pas sortit de l'eau à temps, il balaya d'une simple pensée toutes ses angoisses, les reléguant au passé et se fixant sur l'avenir. Car c'était tout ce qui importait désormais. Le passé était très bien là où il était. En aucun cas ils ne pouvaient revenir dessus alors pourquoi tergiverser à s'en détruire l'esprit ? Ils devaient avancer. Encore et toujours. Sans quoi ils étaient perdu.


Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
WALKING WITH THE DEADS

MessageSujet: Re: The truth about you and me   Aujourd'hui à 11:37

Revenir en haut Aller en bas
 

The truth about you and me

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 3 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3

 Sujets similaires

-
» Hidden Truth [ Partenariat ] Fermé
» Number One Contender for the LMDC Unified Tag Team Titles Zac Ericson & Carlito Vs R-Truth & Daniel Bryan
» R-Truth Vs Kane
» 03. Truth or Dare ?
» Little Jimmy Says...Cherchons des informations avec R-Truth!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Walking Dead RPG :: Archives RP :: RP Terminés-