Partagez | .
 

 Got my mind set on you

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
Auteur
Message
Stewart A. Jenkins
bras droit | American Dream
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 15/05/2016
Messages : 52
Age IRL : 20

MessageSujet: Re: Got my mind set on you   Dim 25 Sep 2016 - 22:25

Stewart haussa les épaules, un air innocent peint sur le visage alors qu'il ajoutait d'une voix se voulant modeste : « Oh tu sais, lorsqu'on est un génie comme moi, on a tendance à prévoir assez loin... » Il se laissa attirer avec joie pour un baiser de plus, mais Zack lui dénia ce petit plaisir en annonçant que le lit serait un bien meilleur endroit pour accueillir leurs ébats, ce qu'il ne pouvait pas franchement nier. Un canapé, aussi beau et design soit-il, ne soutenait pas la comparaison avec un lit, surtout lorsque ce dernier appartenait à un propriétaire comme le monsieur qui le trainait actuellement jusqu'à lui. En arrivant dans la nouvelle pièce, Stewart se sentit bien plus à l'aise. La simplicité de la chambre le rassurait. On aurait bien sûr toujours pu tout à fait croire qu'elle se trouvait dans un hôtel, mais cette banalité l'aidait à se sentir moins écrasé par le statut de son partenaire du soir.

Sans qu'il n'ait plus le temps de s'appesantir sur ce sujet, Zack le poussa sur le lit dont il put apprécier le confort avant qu'il ne prenne ses aises sur lui, lui retirant son dernier vêtement, décidemment de trop dans cette histoire. Sa comparaison ironique lui tira un sourire, mais pour une fois, il garda la bouche fermée. S'il l'avait mieux connu, Zack aurait très certainement pu se vanter d'avoir réussi à clouer son bec. Il faut dire qu'il avait une sacrée bonne technique, que peu de gens utilisaient lors de discussions habituelles. Présentement, Stewart était bien obnubilé par une certaine idée pour pouvoir user de son cerveau. Les mains sur une certaine partie de son anatomie ne l'aidèrent pas davantage à rectifier cet état des faits.

La suite lui fit perdre la notion du temps. S'était-ce passé rapidement, lentement ? Stewart aurait été absolument incapable d'indiquer une durée, il avait complètement lâché prise pour profiter le plus possible de l'instant dans les bras de Zack. Il savait bien profiter des choses éphémères, n'en tirer que le meilleur pour le garder pour les jours difficiles. Au chaud, sur un lit moelleux, avec un homme connaissant parfaitement son affaire, Stewart n'avait pu que profiter et apprécier le moment. Il avait fait de son mieux pour le rendre aussi agréable à son partenaire. Qui sait, s'il avait été bon, peut-être y aurait-il à nouveau droit ? Il ne se plaindrait pas de repasser entre ces mains !

Essoufflé mais satisfait et détendu comme jamais, Stewart retrouva l'usage de sa bouche pour autre chose que les embrassades éperdues et autres mignardises pour gâter Zack. Il laissa courir sa main le long du bras de l'autre homme, regardant un point abstrait au plafond, et fit fuir le soudain silence : « C'était... C'tait cool. Définitivement pas quelque chose à regretter plus tard. » Il se tourna sur le côté pour le regarder, ajoutant avec un sourire : « J'ai bien fait de m'équiper, non ? C'aurait été con de passer à côté. » Il se cala un peu plus confortablement contre Zack, observant un instant ses traits, songeur. Un long moment passa, durant lequel il récupéra son souffle et un battement de cœur régulier. « J'me d'mandais... J'veux dire, c'est con de demander ça maintenant, mais on est deux adultes alors bon... Tu voulais apprendre quelque chose sur mon patron en me laissant venir ici ou... ? Tant qu'on y est, hein. Profite, j'suis encore de super bonne humeur, c'est le moment de poser tes questions. Après, je repasse en mode chieur. » Il se redressa sur un coude, jouant avec les petites mèches dans la nuque de Zack. « Et après, je visite ta douche. J'suis sûr que c'est un truc de malade aussi, avec plein de boutons. Je te préviens, je risque d'exploser ta facture d'eau chaude. »


Revenir en haut Aller en bas
Zack M. Atkins
leader | American Dream
Modérateur
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 22/03/2016
Messages : 1262
Age IRL : 24

MessageSujet: Re: Got my mind set on you   Lun 26 Sep 2016 - 18:23


Un silence s'était installé, ni pesant ni gênant, juste un silence où tous deux profitaient encore un peu de ce moment, reprenant leurs souffles. Le blond avait fermé les yeux un instant, soupirant d'aise, quand le gamin reprit la parole. Il tourna légèrement la tête vers lui, lui adressant un léger sourire un peu niais. « T'as bien fait oui. Je tâcherais de prévoir moi aussi la prochaine fois. » Son sourire devint lourd de sous-entendu, accompagnant son regard tout aussi envieux ; ô que non il ne regretterait pas ce moment, bien au contraire. Ne quittant pas son partenaire des yeux, l'homme d'affaires glissa une main dans son dos, le caressant légèrement, avant de rire légèrement à sa question et de secouer la tête. « Non je n't'ais pas fait venir ici pour ça, je m'en balance de ton rigolo de patron. » Hésitant un court instant à lancer une nouvelle pique concernant l'âge du barman, comme lui-même le faisait souvent, il s'abstint, lui adressant un regard qui se voulait franc ; mr Andrews était le cadet de ses soucis.

Riant franchement quand Stew parla de sa douche, il se redressa légèrement sur ses coudes. « Exploses ma facture d'eau chaude va, profite, si c'est trop je te l'enverrais. » Lui adressant un petit clin d’œil taquin, il se mis en position assise. « J'y vais avant, ce sera rapide et comme ça tu pourras prendre tout ton temps. » Se penchant une dernière fois pour gratifier le gamin d'un dernier baiser rapide, il se leva, récupéra un boxer et un jogging en coton au passage dans la penderie, et se dirigea vers la salle de bain.

Les luminaires s'allumèrent également à son entrée, donnant sur une salle de bain immense avec une douche où deux personnes pouvaient aisément s'y tenir, une baignoire balnéo toute aussi grande, et une vasque surmontée d'un grand miroir. Le blond se glissa rapidement sous la douche, tiède pour lui faire reprendre un peu ses esprits et le forcer à ne pas traîner trop ; son cadet n'accepterait peut-être pas qu'il reste là une heure. Moins de dix minutes plus tard il était dehors et se sécha rapidement. C'est vêtu de son simple jogging qu'il quitta la pièce, les cheveux toujours mouillés, et passa sa tête dans l'encadrement de la porte de la chambre. « Vas-y fais toi plaisir, c'est juste à droite en sortant. » Et sur ce Zack descendit d'un pas nonchalant les marches le menant au salon. Comme chaque fois, il avait envie d'une cigarette ; depuis quand d'ailleurs n'avait-il pas fumé ?

Un léger sourire flottant sur ses lèvres, Zack cala une cigarette entre ses lèvres, prit un verre dans un placard de la cuisine, et se servit un fond de Cognac du meuble à alcools près de la télé. Faisant tourner le liquide dans son contenant, le blond ouvrit la porte fenêtre donnant sur la terrasse et s'installa sur l'une des chaise longues en bois, zieutant le ciel où quelques étoiles commençaient à se montrer. Tirant longuement sur sa cigarette, il prit une première gorgée de cognac et ferma un instant les yeux. Et si, au final, c'était le gamin qui décidait de l'entuber ? Zack jouait avec le feu à le faire venir comme ça chez lui, il le savait, et pourtant... il n'avait pas envie de laisser passer ce gosse. Soupirant légèrement, il tira une nouvelle fois sur sa barrette de nicotine, expirant la fumée d'une lenteur calculée.



Revenir en haut Aller en bas
Stewart A. Jenkins
bras droit | American Dream
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 15/05/2016
Messages : 52
Age IRL : 20

MessageSujet: Re: Got my mind set on you   Sam 1 Oct 2016 - 19:24

Il le laissa quitter le lit en souriant, laissant son regard s'attarder une nouvelle fois sur le dos de son partenaire d'un soir, appréciant la vue que Zack lui offrait à sa juste valeur. Il se sentait bien, et il était heureux qu'il n'ait pas souhaité lui poser de questions sur son patron, qu'il l'ait vraiment juste invité pour profiter de sa compagnie. C'était un sentiment agréable que de savoir qu'on était la seule et unique source d'intérêt. Il n'avait pas de trésors de conversation à offrir, mais dès qu'il s'agissait d'être manuel, il répondait présent. Et apparemment, l'autre se laisserait bien tenter à nouveau par ses services...

Laissé seul dans les draps défaits, il s'étira et laissa son regard vagabonder, notant l'abondance d'objets, de meubles et de vêtements de luxe. Avec cet homme-ci, il avait tapé dans le haut du panier. On était loin du genre de personnes qu'il fréquentait normalement. Peut-être que Zack avait voulu s'amuser en testant ce qu'un petit gars comme lui pouvait valoir. Peut-être que ses semblables lui tapaient sur les nerfs, que son homme (ou sa femme) actuel l'ennuyait. Stewart n'avait rien contre le fait de servir de passe-temps, tant qu'on ne venait rien lui reprocher après. Bizarrement, l'idée de se faire incendier par un conjoint jaloux ne le branchait pas tellement, tout comme celle de servir de bouc émissaire.

Il eut le temps d'inventer un visage pour cette personne avant que la tête de Zack n'apparaisse dans l'encadrement de la porte, le prévenant que la salle de bain était libre. Stewart ne se fit pas prier pour se lever, excité de découvrir à quoi pouvait ressembler la salle de bain allant avec le thème de cet appartement. Il ne fut pas déçu. Comme un gamin, il appuya sur tous les boutons de la douche, testant toutes les possibilités. Il n'y resta que quelques minutes mais en sortit enchanté. C'était décidé : un jour, il s'achèterait la même et y resterait aussi longtemps qu'il le voudrait. Se rhabillant rapidement, il alla rejoindre Zack sur la terasse et le lui annonça tout haut, s'appuyant sans gêne sur l'accoudoir de sa chaise longue. La soirée continua dans une ambiance amicale et détendue, les deux hommes apprennant à se connaître un peu plus autours de quelques verres.

Stewart passa la nuit ici et repartit tôt le matin, en même temps que Zack. Cette soirée, il ne la regretterait pas, même dans deux semaines.

***

« Monsieur Jenkins, nous avons besoin de votre témoignage, vous pouvez aider à venger la mort d'un innocent. Vous avez été vu sortant plusieurs fois du domicile de monsieur Atkins, l'assassin présumé. Avez-vous eu vent de projets de vendetta ? D'une rencontre ? »

Stewart leva les yeux au ciel, excédé. Merde, ce Zack avait été bien mignon, mais il le foutait dans les emmerdes quand même ! Voilà qu'il se sentait obligé de le couvrir maintenant qu'ils entretenaient une sorte de relation, il s'était attaché à lui et se voyait mal le dénoncer comme ça à la police, pour un meurtre qu'il n'avait peut-être pas commis. Il en doutait, même si le sang-froid de l'homme et sa foutue fierté rendait la chose tout à fait plausible. Mais voilà :  il avait des affinités avec lui et pas avec la victime, qui l'avait en plus mérité. Stewart avait bien remarqué son manège, il avait voulu doubler tout le monde, il l'avait payé. Il savait qu'on prenait des paris sur sa longévité parmi ses collègues. Si ce n'était pas Zack, c'était son patron qui avait organisé ce meurtre. Il préférait cette hyptohèse, ce serait plus simple à défendre.

« Encore une fois, puisque vous ne semblez pas réussir à imprimer... Ce n'est pas parce que je couche avec que je sais tout de lui. Vous savez ce que c'est, les coups d'un soir ? Sauf que là, c'est un peu plus long. Vous raconteriez vraiment tout sur l'oreiller à une personne que vous connaissez à peine vous ? J'espère pas, c's'rait con pour un enquêteur. »
« Monsieur Jenkins... »
« Non, c'est bon, j'ai dis ce que j'avais à dire, je ne sais pas qui à fait ça, mais vous devriez vous tourner vers mon patron du moment. Il était con ce mec, il a mal joué ! On sait tous comment ça se passe lorsqu'on veut doubler les mauvaises personnes, pas vrai ? Regardez, je suis un vrai défaut dans le système, je devrais être crevé dans une ruelle à l'heure qu'il est pour seulement vous parler. Maintenant, j'me casse et vous faites votre boulot. Moi, j'suis juste indic', pas flic. Et je vous indique qu'il faut regarder de plus près du côté d'Andrews. Il voulait sûrement faire pression sur Atkins, faut voir comment il est en affaires... En supprimant l'associé, il veut lui faire peur. C'est bon ? »

Le policieur poussa un long soupir, se laissa aller contre le dossier de sa chaise et se passe une main sur le visage, vivante image de la fatigue.

« C'est bon, vous pouvez y aller. On vous rappelera si on a encore besoin de vos lumières. Allez. »
« Yes ! Et un dernier conseil : vous tuez pas pour votre boulot Holmes, z'êtes pas assez payés pour ça. Faut voir à peut-être passer de l'autre côté de la loi maintenant, non ? J'peux glisser un petit mot en votre faveur si vous voulez. »
« Jenkins, allez-vous en avant que je ne vous colle en cellule ! »
« Ah non, pas avant que vous n'ayez réparé cette foutue clim' ! Allez, salut, et bon courage pour attraper votre lapin blanc ! »

Il sortit rapidement de la gendarmerie, un petit sourire malin aux lèvres. Il espérait que Zack puisse se tirer sans trop de mal de la situation dans laquelle il était coincé en ce moment, lui considérait avoir fait sa part. Il avait réussi à attirer les soupçons des enquêteurs ailleurs que sur sa jolie petite tête, il lui restait maintenant à leur prouver qu'il avait bien son auréole de petit ange bien en place au dessus de cette tête.


Revenir en haut Aller en bas
Zack M. Atkins
leader | American Dream
Modérateur
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 22/03/2016
Messages : 1262
Age IRL : 24

MessageSujet: Re: Got my mind set on you   Sam 1 Oct 2016 - 22:19


Samedi, 6 Juillet 2013





Presque deux semaines étaient déjà passées depuis que le gamin était venu pour la première fois chez Zack. Ils avaient passé un bon moment, clairement, et l'homme d'affaires, malgré le fait que le barman soit le chien chien de son potentiel partenaire, n'avait pas hésité à le recontacter. En un temps record il s'était attaché au brun, le trouvant presque attendrissant ; bien souvent agacé par cette envie de le voir, il l'envoyait pourtant bien vite balader cet agacement. Pourquoi se priver des bonnes choses quand elles étaient à porter de main hein ?

Ils s'étaient d'ailleurs vus la veille, laissant le blond dans une humeur franchement positive. Il s'apprêtait à s'atteler à ses dossiers comme à son habitude quand il reçu un message de Rudy. Message qui changea son humeur du tout au tout. Le roux lui annonçait que ce Mr Andrews avait finalement renoncé à son offre ; information qui fut confirmée par le concerné qui l'appela une heure plus tard. Il refusait ? Comment était-ce possible ? C'était Zack qui tenait les rênes, ce clampin n'avait aucune raison de refuser le marché... aucune, vraiment ?

Passant le reste de sa journée à pester, le blond avait appelé Mona pour qu'elle annule son dernier rendez-vous et il s'était mis en route jusqu'au taudis où créchait Rudy. Par chance, il ne croisa pas énormément de camés à cette heure-ci et trouva facilement son ''partenaire'' dans un des hangars du coin. « Zack ? Qu'est-ce que tu fais là ? » Le léger sourire crispé du rouquin et sa voix faussement rassurée confirmèrent à l'homme d'affaires qu'il avait bien quelque chose à se reprocher. S'avançant toujours jusqu'à lui, il se stoppa à quelques centimètres. « C'que j'fais là ? T'en as vraiment aucune idée ? » sa voix était peu engageante, lourde d'une colère parfaitement invisible sur son visage, hormis ses yeux qui étaient devenus d'une profondeur terrifiante. « Tu t'es arrangé avec Andrews hein ? C'est pour ça qu'il a refusé ? » « Je... Écoutes Zack... » « Nan je vais pas t'écouter petit con, réponds à ma question où j'te jure que tu vas en chier. » Le blond s'était approché d'un air menaçant de camé jusqu'à ce que le dos de ce dernier se retrouve coincé contre le mur. Il le regardait, bouche bée, n'osant répondre à sa question. « J'attends. » Lança-t-il d'un air parfaitement impassible en frottant légèrement ses propres mains gantées. « T'avais pas l'air intéressé par l'offre d'Andrews, j'me trompe ? Qu'est-ce que ça t'aurais apporté ? Alors ouais je... je me suis arrangé avec lui pour liquider moi-même sa came. » Un fin sourire étira les lèvres de Zack tandis qu'il pencha la tête sur le côté. « T'as raison Rudy, j'en ai foutrement rien à foutre de sa came de merde. Mais que tu te permettes de me doubler, ça, c'est pas acceptable. » Au fur et à mesure de ses paroles, il s'était encore plus approché de Rudy, jusqu'à n'être plus qu'à quelques milimètres de lui. Là, il avait rapidement passé sa main dans le dos du roux, ôtant de sa ceinture son arme à feu et la braquant sur lui après avoir reculé d'un bon mètre. « Wow Zack calmes toi je- » « Est-ce que tu comprends c'que j'te dis ou ça passe pas dans ta p'tite caboche ? » son ton était désormais parfaitement menaçant, il ne souriait plus et ses yeux s'étaient noircis de colère. « Ouais, je... j'suis désolé, j'ai fait le con, j'vais le rappeler et lui dire que j'suis pas intéressé. D... d'accord ? » « Bien. » et sur ce mot, Zack appuya sur la détente, logeant une balle dans le front du camé qui s'effondra au sol, les yeux écarquillés.

Il s'en alla, après avoir jeté négligemment l'arme au sol, remonta dans la voiture et pris le chemin de son duplex. Descendre Rudy n'avait qu'à moitié apaisé sa colère, mais il l'avait amplement mérité. Zack était ce genre de mec, très sympa, jusqu'à ce que les limites qu'il fixait étaient dépassées. Il ne ressentait aucun remords à ce qu'il venait de faire, pas la moindre once de pitié. Rudy était le premier Homme qu'il tuait, une sorte d'exemple pour tous ceux qui essayeraient encore de se jouer de lui à l'avenir.




_____________________________________________






Lundi, 8 Juillet 2013





Le week-end était passé sans encombre. Zack avait passé les deux jours dans le Sud de la ville, chez ses parents, à faire comme si de rien n'était. Et de toute façon, qu'y avait-il à redire ? Rudy faisait parti de ces déchets de la société qui ne méritaient en aucun cas sa pitié ; il avait voulu jouer, il avait perdu, c'était tout. Pas de quoi en faire un drame.

Cependant, à la première heure, son portable sonna ; la police. Il était convoqué en milieu d'après midi pour un interrogatoire. Oh ils n'avaient pas voulu lui dire que quoi il s'agissait mais il se doutait bien que même mort, le camé lui poserait des problèmes. Mais il avait ses contacts dans le milieu, des gens de plus grande confiance -ou en tous cas qui étaient prêts à tout contre un beau chèque- ; il passa donc sa matinée à appeler, entre ses rendez-vous, les concernés afin d'assurer ses arrières, parvenant même à détourner l'un des chiens d'Andrews de son patron. Le blond aurait pu appeler Stew, mais il n'avait aucune envie de l'impliquer dans cette histoire.

Il se rendit donc au commissariat à l'heure convenue ; pas en avance ni en retard, comme d'habitude. Là il se retrouva face à un flic qui en imposait, ou en tous cas essayait. Évidemment, ils n'allaient pas mettre leur dernière recrue pour cette affaire. Au bout d'une bonne demie-heure de questions-réponses idiotes, le flic sorti, prévenant qu'il revenait. Soupirant en croisant les jambes, Zack s'était calé le plus confortablement possible dans cette chaise pourrie. Un regard à la fenêtre qui donnait sur le reste du commissariat, il vit passer le gamin à travers le store légèrement ouvert. « Qu'est-ce qu'il fout là ? » Il n'eut cependant pas plus de temps pour s'éterniser sur la question que le flic revint pour poursuivre son interrogatoire. Il lui parlait d'Andrews, de Rudy, de drogue, mais le blond ne lâcha pas le morceaux, gardant tout du long son air supérieur et sûr de lui. Après une dizaine de minutes encore, passablement agacé sans en laisser entrapercevoir quoi que ce soit, l'homme d'affaires se leva. « Bon, vous n'avez rien contre moi, pas la moindre information. Alors vous allez  retourner à vos petites affaires et je vais retourner aux miennes. » Son ton sans appel fit soupirer son interlocuteur qui se contenta de faire un geste las de la main alors que Zack avait déjà pris le chemin de la porte.

Il avait appelé son chauffeur pour qu'il vienne le chercher et rentra chez lui, excédé. Se servant un verre qu'il descendit cul sec avant de s'allumer une cigarette, il n'avait de cesse de se demander ce que le gamin foutait là, tournant en rond dans son appartement comme un lion en cage. Après plus d'une heure, il en était venu à la conclusion que le barman avait forcément un rapport avec cette histoire ; et si c'était lui qui l'avait balancé ? Alors que la nuit commençait déjà à tomber, il rappela Walter, lui demandant de le déposer devant le bar où bossait Stew, peu envieux de garer sa Camaro dans le quartier ; nul doute qu'il devait travailler à cette heure-ci.

Effectivement. Entrant dans le bar en trombe, sans même jeter un regard aux dizaines de personnes présentes, il trouva le brun, un plateau vide à la main, prêt à retourner derrière le comptoir. Ni une ni deux, Zack s'avança et le prit violemment par le bras, le poussant négligemment contre le mur derrière. « Qu'est-ce que tu faisais là-bas ? J't'ai vu chez les flics. Tu foutais quoi ? » son ton avait été acerbe et il le regardait d'un air franchement menaçant, le surplombant de ses dix centimètres, la main toujours fermement enserrée autour de son bras.



Revenir en haut Aller en bas
Stewart A. Jenkins
bras droit | American Dream
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 15/05/2016
Messages : 52
Age IRL : 20

MessageSujet: Re: Got my mind set on you   Mer 5 Oct 2016 - 22:08

La conscience tranquille, Stewart évita tout de même de contacter immédiatement Zack, ne souhaitant pas laisser de miettes aux enquêteurs. A force de les côtoyer il connaissait deux ou trois petites méthodes opératoires qu’ils affectionnaient. Autant éviter au possible les problèmes, surtout maintenant. Avec le meurtre de Rudy, le réseau qu’il avait infiltré était sur les dents, guettaient le moindre uniforme et s’assuraient que ses membres n’y soient en rien impliqués. Envoyer un message de son portable à Zack, l’un des principaux suspects, revenait à un suicide pur et simple.

La soirée le trouva à son poste derrière le comptoir de son bar, servant tranquillement les clients tout en se tenant au courant des dernières histoires. Le meurtre était déjà connu. Bravo la police. Stewart en profita pour glaner quelques détails supplémentaires l’air de rien, essayant lui aussi de résoudre le mystère entourant l’identité de l’assassin. On savait vraiment peu de choses, juste que Rudy était mort par balle et qu’il regardait son agresseur. Il n’y avait aucune trace de lutte, on pensait à un meurtre commis de sang-froid. Tous penchaient pour un règlement de compte, mais les coupables différaient. Pour certains, c’était un tueur envoyé par une bande rivale, d’autre par un partenaire mécontent de ses services ou à cause d’une histoire plus personnelle. Apparemment, tout n’était pas au beau fixe dans son couple. Au moins, niveau coupable, les poulets avaient du choix.

Il était en train de rapporter des verres pour les nettoyer lorsque l’un des gros suspects de l’affaire entra avec fracas et l’empoigna pour le coincer contre un mur. Les habitués du bar levèrent le nez de leurs verres, une lueur intéressée dans le regard. Les bagarres de Stew valaient toujours le détour. Les conversations laissèrent place au silence, Jackie se posta près des deux hommes, prête à intervenir, Samuel apparut dans l’encadrement de la porte de la cuisine, curieux de voir l’homme qu’avait ramené Stew la dernière fois s’énerver contre lui. Qu’est-ce qu’il avait encore pu faire pour s’attirer de nouveaux ennuis alors qu’il venait de le rencontrer ce type ? Stewart et Zack venaient de devenir la nouvelle source de divertissement du bar.

En parlant de ceux-ci, Zack attendait encore la réponse à sa question alors que Stew râlait sur les verres qu’il allait devoir payer de sa poche. « T’es pas sérieux mec… Tu débarques et tu me fais perdre le titre d’employé du mois, tu fais chier ! »  Plaisanta-t-il à moitié, surpris de voir l’homme d’habitude si maître de lui énervé de la sorte. Son manque de réaction apparente lui fit comprendre que sa tentative d’humour était tombée bien à plat. Que lui reprochait-il exactement ? Il n’avait d’histoire avec personne d’autre que lui en ce moment, il n’avait rien piqué chez lui… Qu’est-ce qu’il se passait ? Il tenta alors de lui faire comprendre que s’expliquer au su et au vu de tous n’était pas la plus brillante des idées qu’il ait pu avoir. Bien sûr, il le fit à sa manière, se mettant à dos un peu plus son ainé. « On va régler les comptes ailleurs, que ta connerie fasse pas trop de dégâts. Tu me lâches ? »  Demanda-t-il, impertinent. Il se libéra de sa poigne puis s’inclina ironiquement en le laissant entrer le premier dans la cuisine, que Samuel acceptait de leur laisser le temps de la dispute immanquable. Personne ne les lâcha des yeux jusqu’à ce qu’ils y disparaissent.

Stewart puisait dans ses réserves de patience pour ne pas imprimer en Zack ses principes de survie de base en utilisant un mur, conscient que cette action risquerait d’entraîner des conséquences malheureuses pour leur avenir commun. Ainsi, au lieu de céder à sa première impulsion, le jeune homme choisit de laisser une chance au dialogue. « Bon, règle numéro 1 ici : tu ne débarques pas en criant qu’est-ce que tu foutais chez la police. Dans le quartier, les ragots vont vite, surtout lorsque ça implique la flicaille. Je ne veux pas que mon nom soit associé aux poulets, c’est clair ? »  Il s’appuya contre un plan de travail et reprit sans laisser à Zack le temps de répondre : « Bon. Vas-y, dis-moi tout. Tu m’as vu chez la police. Je tiens à te signaler qu’on se voit plutôt régulièrement en ce moment, qu’on a pas été particulièrement discrets et qu’il se trouve qu’on bosse avec les mêmes personnes. Sachant cela, un grand gars intelligent comme toi devrait être capable d’additionner 2+2, non ? » Il le dévisagea moqueusement, attendant qu'il se rende compte de lui-même de la stupidité de son geste. Puis une soudaine pensée le frappa.

« Attends un peu... Zack, pourquoi est-ce que ça t'importes autant ce que je foutais chez les poulets ? T'as peur que je balance un détail de ta vie en particulier ? » Il pencha la tête sur le côté, étudiant plus attentivement son partenaire du moment, mais ne vit rien capable de le mettre sur la voie. Il y avait juste quelque chose qui le gênait, sans qu'il ne parvienne à mettre le doigt dessus. Oui, le mec trempait dans le commerce de drogue, mais pour ça, il devait avoir les moyens de se payer des gens capables de couvrir ses traces sans aucun soucis, il n'avait pas de quoi s'inquièter. Pourquoi est-ce que le fait qu'il aille lui chez la police le mette dans un tel état de nerfs ? Mû par un mauvais pressentiment, il se releva et se redressa de toute sa hauteur, défiant Zack du regard. « Dis moi un peu Zack... Qu'est-ce que tu as foutu, toi ? Curieusement, ça m'intéresse beaucoup de connaître la raison qui te fout autant en rogne... Qu'est-ce qui t'amène comme ça dans mon bar, aussi soudainement ? Juste le fait de m'avoir vu chez les flics ? Ou est-ce que ça à un rapport direct avec ce Rudy ? »


Revenir en haut Aller en bas
Zack M. Atkins
leader | American Dream
Modérateur
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 22/03/2016
Messages : 1262
Age IRL : 24

MessageSujet: Re: Got my mind set on you   Mer 5 Oct 2016 - 23:07


Que tous les clients du bar se soient mis en alerte à son arrivée fracassante ne l'importait guère, pas plus que l'air légèrement menaçant de la blondinette à côté qui était apparemment prête à en découdre ; Zack ne lui avait même pas jeté un regard, trop obnubilé par son compagnon du moment et les réponses qu'il attendait. Ils se toisaient comme s'ils parviendraient à lire ce que taisait l'autre, mais le brun jugea plus prudent de poursuivre cette discussion à l'abri des regards et des oreilles trop indiscrètes. La manière dont il le dit horripila un peu plus Zack qui inspira d'un air mauvais avant de le lâcher et de se diriger vers les cuisines. Il se fout de ma gueule en plus... s'était-il dit, rageant intérieurement de son foutu comportement de gosse.

Arrivé dans la pièce, le blond se tourna à nouveau, dardant sur son cadet un regard plein de mépris. Le désir et l'affection qu'il éprouvait pour lui étaient loin, ne laissant que son habituel air supérieur ; il était à bout, et l'attitude du barman ne faisait que le pousser un peu plus. Le gamin enchaîna un débit de parole presque impressionnant, prenant clairement le dessus sur la situation, mais l'homme d'affaires n'en avait foutrement rien à carrer de ses règles bidons. Il fronça les sourcils, ne pouvant en placer une dans toute la justification foireuse que lui balançait son cadet. Et une fois de plus il le prenait pour un con, ouvertement en plus. Serrant les poings calés dans ses poches, le blond ne retint pas un reniflement de dédain ; quand est-ce qu'il allait pouvoir en placer une au juste ? S'apprêtant à ouvrir la bouche pour laisser fuser son venin, il fut à nouveau coupé par la voix plus que provocante du gamin. Ronchonnant entre ses dents, il fit de son mieux pour desserrer sa main droite et la passer nerveusement dans ses cheveux ; s'il n'avait pas été autant en colère, que les rôles étaient inversés, il aurait probablement allumé une clope là, dans la cuisine, juste pour l'emmerder, mais sa rage lui brouillait toute provocation cohérente.

A la nouvelle question de Stew, il arqua un sourcil franchement excédé. « Qui sait ? T'es tellement bavard que ça m'étonnerait même pas. » Son ton hautain et blessant avait fusé dans la pièce, rompant le léger silence tendu qui s'était installé. Peut-être qu'il se faisait des films tout seul, ce ne serait pas improbable, mais ça... les flics, ça ne passait pas, et voir le gamin là-bas tout pile à ce moment là l'angoissait plus qu'autre chose. Et s'il avait dit quelque chose ? S'il foutait en l'air tout ce que le blond avait mit autant de temps à construire ? Sûr que ses parents n'y survivraient pas, et lui non plus.

Le brun se redressa alors, comme s'il pouvait dominer la situation d'une quelconque manière, le défiant encore plus du regard. Le blond vit rouge et, aux mots de son cadet, il combla les quelques mètres les séparant et le prit au col des deux mains, plantant dans le sien son regard brûlant d'une colère glacée ; ce serait toujours mieux que de laisser partir ses poings. « Arrêtes de me prendre pour un con Stew, c'est un conseil que j'te donne. » Son ton sans appel était en parfait accord avec ses yeux menaçants, les dix centimètres qu'il avait en plus s'étaient légèrement réduits, soulevant légèrement son cadet jusqu'à ce qu'il se tienne sur la pointe des pieds. « J'ai été interrogé sur le meurtre de ce crétin, et bizarrement je te vois passer là tout sourire, alors j'te le redemanderais pas deux fois, qu'est-ce que tu foutais là-bas ? » Le brun avait quelque chose à voir dans cette histoire, c'était forcé. Zack avait voulu l'en éloigner, le protéger de ce bordel, il ne l'avait pas appelé pour couvrir ses arrières concernant Andrews et voilà qu'il l'y voyait quand même... Pur hasard ? Le blond n'y croyait pas. Et le barman n'avait pas l'air assez con pour se faire prendre à son petit jeu de toutou du vendeur, alors il y avait forcément quelque chose derrière, quelque chose d'autre qui agaçait autant qu'angoissait l'homme d'affaires. Serrant encore un peu plus le col de sa chemise entre ses doigts blanchis, il poursuivit. « J'ai assuré mes arrières Stew, toutes. J'ai appelé tous mes contacts, sauf toi, pour que t'y sois pas mêlé. Alors pour qu'il sachent que j'étais en affaire avec Andrews c'est forcément que ça vient de toi. » Son ton parfaitement dédaigneux était encore pire que d'habitude, il se retenait difficilement de ne pas lui en mettre une, hurler jusqu'à avoir une réponse, mais ce ne serait probablement pas une bonne solution. Lui qui ne s'énervait que quand il était réellement poussé à bout, voilà qu'une simple histoire de rien du tout le sortait de ses gonds. Il avait accordé sa confiance à Stew, si elle se retrouvait bafouée... Dieu sait ce qu'il se passerait.



Revenir en haut Aller en bas
Stewart A. Jenkins
bras droit | American Dream
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 15/05/2016
Messages : 52
Age IRL : 20

MessageSujet: Re: Got my mind set on you   Lun 10 Oct 2016 - 13:50

Oulà, il allait apparemment avoir droit à un Zack en colère contre lui pour la première fois ce soir… Voilà pourquoi il donnait rarement dans les relations de plus de quelques semaines. Se faire engueuler gratuitement sous un mauvais prétexte ne faisait vraiment pas parti de sa conception de la vie à deux. En fait, la vie à deux ne l’intéressait même pas à la base, il restait juste le temps qu’il fallait pour que son partenaire du moment se sente en confiance et lui montre ses plus gros défauts, qui le faisaient invariablement prendre ses jambes à son cou. Et là, vu la manière dont s’emportait Zack-chéri contre lui, il n’allait pas rester très longtemps près de lui… En espérant qu’il ne vienne pas se venger sur son bar après. Il allait devoir demander à Bill des petits changements d’horaires, l’autre connaissait les siens maintenant…

Pendant qu’il réfléchissait à différentes techniques d’évitement pour que l’autre comprenne qu’il n’avait plus rien à espérer de lui concernant une relation, celui-ci combla la maigre distance qui les séparait et l’attrapa par le col, le serrant un peu trop à son goût. Suffoquant à moitié à cause de sa poigne, Stewart cligna des yeux tel un hibou, éberlué de lire dans son regard autant de rage dirigée contre lui. Où est-ce qu’il avait bien pu merder cette fois ? Il n’arrivait pas à comprendre ce qui le foutait en rogne à ce point, il ne pensait tout de même pas qu’il l’avait balancé, si ? Bon, normalement, oui, bien sûr, il l’aurait balancé sans aucun état d’âme, soutenant aux poulets que c’était l’un des suspects les plus probables et qu’il fallait être con pour ne pas le voir, mais il avait tenu sa langue pour une fois ! Il avait même soutenu mordicus l’inverse ! Bah voilà ce que ça rapporte, d’être loyal… En tout cas, s’il avait des doutes sur l’identité du meurtrier, ils étaient désormais levés. Que l’autre se précipite dans son bar en l’accusant à couvert d’une excuse de merde d’avoir cafté parlait de soi…

« Okay okay mec, maintenant desserre, merde ! »  parvint-il à articuler malgré la pression sur sa gorge, paniquant légèrement de se sentir quitter le sol. La vache, il l’avait sous-estimé ce bourge ! Heureusement qu’il le remarquait maintenant et pas lorsqu’il se jetterait tête la première dans la mêlée, ce genre de révélations pouvait servir. Zack ignora sa remarque, exposant enfin clairement le but de sa visite. Donc il pensait bien qu’il l’avait jeté en pâture à la flicaille… « Oh, génial… C’est les pires les bourges qui voient leur monde vaciller… » Pensa le jeune homme en tentant tant bien que mal de s’appuyer de nouveau sur un plan de travail pour retrouver un peu d’air. C’est qu’il est crispé l’autre !

A moitié concentré sur ce qu’il lui racontait, Stewart se sentit néanmoins pâlir lorsqu’il évoqua la possibilité qu’il soit un indic’. Qu’il pense qu’il l’ait balancé gratuitement, d’accord, c’était chiant, mais gérable. Qu’il suspecte qu’il soit bien plus qu’un indic’ d’occasion et il ne donnait pas cher de sa peau. Le ton qu’il employait pour lui cracher au visage ses suspicions n’arrangeait rien : il ne pensait pas l’avoir jamais entendu s’adresser à lui de cette façon. Il avait toujours valu quelque chose à ses yeux, Stewart en était persuadé. Se voir dénier de ce respect lui fit plus mal qu’il n’aurait pu penser. Il eut l’impression de retrouver sa tante. Il détestait Zack de lui faire revivre ses années adolescentes passées en sa compagnie juste en usant de cette voix et de ce regard. D’un geste vif, il se libéra enfin de sa prise et réajusta sa chemise, se remettant dans la peau du connard que Zack n’aurait jamais dû connaître.

« Forcément moi ? Mais mec, tu vis dans quel monde ? Tu crois sincèrement que dans ce genre de réseau, les gens sont honnêtes ? Que personne n’irait jamais vendre père et mère pour un peu de fric ? La moitié des mecs à qui tu parles tous les jours servent d’yeux à la police, l’autre moitié, c’est celle qui part à l’ombre ! » il défia à nouveau Zack de tenter quoi que ce soit contre lui, le visage fermé et dur. « Les bourges comme toi qui trempent dans les magouilles, vous êtes les premiers sur la liste, tu crois sincèrement que personne ne te suit jamais ? Que ton petit chauffeur est loyal ? On a tous tellement besoin d’argent et on a tous tellement la haine contre vous que franchement, si on peut se faire du blé sur votre dos, on loupera certainement pas le coche ! Et là, tu crois que la crise que tu me tapes restera entre nous ? Ah, elle a sûrement déjà fait le tour du voisinage, les poulets doivent déjà être au courant et je peux être sûr de retrouver un poussin dans mon appart’ en rentrant, grâce à ta connerie ! »

Fulminant maintenant de colère à son tour, se fut lui qui se rapprocha pour planter son doigt dans la poitrine de Zack, soutenant sans mal son regard de tueur, faisant fi des centimètres de différence qui l’infériorisaient. « Si je tombe, tu tombes. L’est pas dit qu’un connard de bourge aura ma peau sans que je ne l’emporte avec moi. » Il lui offrit un sourire canaille parfaitement horripilant, ajoutant suavement : « Et on se retrouvera en bas tous les deux, moi peut-être plus important que toi, cette fois. On verra bien qui douillera alors. »


Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
WALKING WITH THE DEADS

MessageSujet: Re: Got my mind set on you   Aujourd'hui à 11:38

Revenir en haut Aller en bas
 

Got my mind set on you

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant

 Sujets similaires

-
» The self imposed limitations of the underdeveloped mind.
» 01. Losing your mind
» 1.04 Where is my mind ?
» Well it´s been days now And you change your mind again ... feat Amber Helheim
» I remember when, I remember, I remember when I lost my mind. ₪ 27 mars, 20h21

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Walking Dead RPG :: Archives RP :: RP Terminés-