Partagez | .
 

 Etched in your skin, etched in your mind

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
Auteur
Message
Gabriel Fowler
Messiah
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 27/04/2016
Messages : 413
Age IRL : 27

MessageSujet: Re: Etched in your skin, etched in your mind   Sam 27 Aoû 2016 - 8:36

Un ultimatum ? C'était ça son truc à celui-là ? Dès qu'il avait vu son petit sourire en coin, ses manières hautaines et son assurance... il l'avait eu dans le nez. Lorsqu'il avait découvert dans quel état se trouvait Selene, il avait eut envie d'envoyer valser Zack et de courir lui faire manger son poing à cet enculé. Mais en agissant ainsi, il aurait surtout risqué de faire tuer la musicienne... et le reste de son propre groupe par la même occasion. Aussi, il était resté parfaitement immobile. Seul Zack aurait put ressentir ce tressaillement qui avait parcouru tout son corps.

Alors qu'il avait débité ses conneries, Gabriel avait sentit une véritable haine grandir à l'encontre de ce type semblant si imbu de sa petite personne. Et lorsqu'il avait propulsé Selene sur le sol, lui plaquant son arme à l'arrière du crâne, il avait sentit ses phalanges craquer. Il ne s'était pas rendu compte qu'il serrait les poings. Celui enserrant l'arme braquée sur Zack et celui qui empoignait le bras de ce dernier. Il avait d'ailleurs dû le sentir passer. Alors que ce sale gosse prétentieux continuait de décompter en gueulant, Gabriel ôta enfin le sac de la tête de Zack. Sans élever la voix plus que nécessaire, il s'exprima d'une voix lente et indifférente.
« T'as fini tes conneries ? On est pas venu ici pour t'entendre jouer les marioles. On est là pour affaire. Alors soit on fait affaire, ici et maintenant, soit on s’entre-tue gentiment. »

Espérant que les autres n'interviendraient pas dans sa manœuvre il poursuivit, n'affichant toujours aucune émotion, les refoulant au plus profond de lui.
« On va jouer cartes sur table. Je suis sûr que le poker ça doit te connaître. Le bluff c'est un truc qui ne fonctionne que si on est convainquant. Et toi t'es juste un connard avec un flingue et un otage. Le truc tu vois, c'est que moi aussi... il poussa Zack à genou et lui braqua son flingue derrière la nuque … je suis un connard avec un flingue et un otage. Alors à toi de voir. »

Si Jonah avait vu Breann, il prenait le risque de faire dégénérer les choses. Mais même si cette idée lui avait effleuré l'esprit, il se disait qu'il y avait bien peu de chances pour que ça soit le cas. Jonah avait certainement pensé qu'en arrivant les premiers c'était ce qu'ils auraient fait. Et donc, en toute logique, il bluffait pour leur faire perdre leur seul atout potentiel. Mais il ne marcherait pas.
En temps normal, il n'aurait jamais prit un si gros risque. La vie de Selene était en jeu ! Sans parler de celles de tous les autres, encore que là, ce n'était pas aussi lourd dans la balance à ses yeux. Plus maintenant.
Alors que Zack et Selene attendaient, impuissant, le dénouement de cette joute ridicule, Gabriel foudroyait Jonah d'un regard noir que jamais il n'aurait cru pouvoir posséder un jour. Il ne ressentait que de la haine envers ce groupe. De la haine, et la furieuse envie de tous les tuer. Alors si Jonah pressait la détente, il était certain qu'il mourrait avant que le corps de la musicienne n'ait touché le sol.


Et s'il avait un minimum de jugeote et s'il croyait réellement qu'un sniper était embusqué, il devait savoir que c'étaient eux, et plus particulièrement lui, qui avaient le plus à perdre. Restait à savoir s'il était quelqu'un de sensé ou juste un cinglé que le sang faisait bander.


Revenir en haut Aller en bas
Breann Yates
Messiah
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 07/12/2015
Messages : 114
Age IRL : 20

MessageSujet: Re: Etched in your skin, etched in your mind   Sam 3 Sep 2016 - 13:20

Décidemment, nos leaderss ont le don de se foutre dans les ennuis jusqu'au cou. Si si, à ce niveau-là, c'est un don.

Il fallait qu'elles soient parties chatouiller un gang. Un vrai gang, avec un chef revanchard, rancunier et avec assez d'agressivité à revendre pour faire palir d'envie un pitbull shooté,  et des membres un peu trop bien armés à mon goût. Qu'est-ce que c'est que ce monstre que l'autre tient dans sa main ? S'il fait feu, les autres n'auront même pas le temps de se jeter sur le côté pour se protéger, ils seront déjà criblés de balles. Ils sont sacrément désavantagés, ce n'est pas avec nos joujous que nous pourront répondre... Le plus intelligent serait que ce soit cet homme de main qui meurt le premier, mais j'ai peur que le teigneux n'ait un geste-réflexe malheureux et réduise le visage de Selene à l'état de simple souvenir.

Je déteste les hommes comme lui. Ils ont une grandes gueules et sont capables de réaliser ce de quoi ilis parlent, ce sont les pires... Il n'y a qu'à voir l'état dans le quel se trouve Selene. Il a dû tout lui promettre... et tout lui donner. Lui ou l'un de ses hommes. Quoique, il a l'air d'être également du genre à se salir les mains. Je trouve ça fou, que des gens civilisés puissent s'abaisser à faire de telles choses... Et je ne dis pas ça en me sentant supérieure, puisque notre groupe à agi de la même façon. Qu'est-ce que ça veut dire, pour le genre humain ? Que sans sanction, on reevient des sauvages ? C'est vraiment moche cette période. Ce n'est plus tant des monstres qu'il faut se protéger, mais de nos congénères.

Loin de mes considérations philosophiques, notre chef ennemi se mit à brailler qu'il voulait me voir quitter mon poste sur le champ ou il mettait fin aux souffrances de leur prisonnière. Je hais les ultimatums. Sortir c'est faire perdre un avantage non-négligeable à mon groupe, mais assurer à Selene une certaine sécurité. Rester, c'est assurer cette dite certaine sécurité à mon groupe entier. Qui dit qu'il tienne parole en plus ? Je pourrais très bien me montrer et là, paf ! Pour nous punir de notre prévoyance, il pourrait se venger sur Selene et cela servirait de signal à son babouin à la mitraillette pour tous nous éliminer proprement. On appelle ça entuber les gens.

Confrontée à ce dilemme, je fus bien contente que la voix sonore de Gabriel m'accorda un moment de réflexion en plus. Pour lui, j'y étais, j'y restais. Très bien, je vais rester sur ce postulat dans ce cas, ravie que l'on tombe d'accord sans se consulter. C'est du beau boulot de coéquipiers ça. Et après tout, il est parfaitement impossible qu'il soit certain de ce qu'il avance. Si je ne donne aucun indice de ma présence, il devra se résoudre à mon absence théorique. Pas de sniper prêt à lui coller une balle  dans sa jolie tête. C'est bête ça d'ailleurs, il est canon malgré la crasse qui le recouvre, mais c'est un parfait salaud qui a torturé une pauvre jeune feme. Pourquoi les lois de l'univers font-elles que les mauvais garçons sont toujours les plus attirants ? Ou alors c'est moi qui ais vraiment un problème et qui ne sais pas choisir mes mecs. C'est sûrement un peu de ça.

Bon, cessons d'y réfléchir. Si nous pouvioins à la place régler rapidement cet échange cordial, ça m'arrangerait grandement. Nos otages ne vont pas tenir la longueur des pourparlers, ça me tue de les voir réduits à simple monnaie d'échange. On vous rend votre copain, rendez-nous la notre, merde ! Ils ont besoin de soins, et rapidement, ce n'est pas la peine de tout faire rater parce qu'on a voulu comparer nos tailles respectives ! Ce sont bien les hommes ça, on s'occupera de ce qui est urgent plus tard, je veux être sûr que l'autre ait bien vu que j'étais plus fort. Et vu par quoi nos otages sont passé, je crains que le plus urgent ne se transforme de « soignons notre blessé » à « achevons-le pour sauver nos vies. » Mais encore une fois, je ne suis pas sous-chef, mais diplomate et boute-en-train à mes heures. Et je ne peux pas me redresser pour leur hurler de se magner.

Pourvu qu'ils ne meurent pas dans l'instant qui suit. On aura l'air bête avec deux monstres fraîchement nés sur les bras.




"Pretty girls don't know the things that I know
Walk my way, I'll share the things that she won't"
Revenir en haut Aller en bas
Zack M. Atkins
leader | American Dream
Modérateur
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 22/03/2016
Messages : 1259
Age IRL : 24

MessageSujet: Re: Etched in your skin, etched in your mind   Sam 3 Sep 2016 - 16:54


L'attente, qu'y avait-il de pire ? Zack avait toujours été ce genre de personne à s'impatienter du retard des gens, s'agaçant rapidement ; il n'était pas le type de gens qu'on pouvait se permettre de faire attendre pas vrai ? Alors le pire c'était ça : attendre Dieu sait quoi, un foutu sac sur la tête, à se demander si c'était la mort qui se faisait attendre. Et non, même pour cette foutue faucheuse, il n'était pas d'humeur à patienter. La main de Bobby autour de son bras lui faisait mal, ses bras étant ornés de nombreux bleus qui ne seraient pas indolores aussi rapidement qu'il le souhaitait. Et quand Gabriel resserra à son tour sa prise il ne pu s'empêcher de grogner pitoyablement de douleur. Il en avait royalement marre de ce bâillon, si au moins il avait pu pester un peu peut-être que ç'aurait été plus supportable. Mais comment aurait-ce pu être plus supportable avec cette arme braquée sur sa tempe ? La voix de Jonah s'était faite entendre, et il comprit pourquoi l'instituteur s'était crispé. Selene était certainement là aussi, et connaissant ses acolytes, elle ne devait pas être dans un état plus glorieux que lui.

L'homme d'affaires pouvait clairement entendre les menaces de Jonah, son compte à rebours ; fidèle à lui-même. Et finalement, Gabriel lui ôta le sac et il pu voir toute la scène. Secouant machinalement la tête pour s'ôter des yeux une mèche de cheveux trop longue qui le gênait, il vit Jonah, Nick et Malcolm aussi. Ils étaient tous là, ou presque ; le doc était-il resté au phare ou bien était-il planqué ailleurs ? Non trop risqué ; s'il rentrait à la station, il aurait foutrement besoin de lui. Puis il vit Selene. D'aussi loin qu'il soit, il pouvait voir à quel point elle avait été détruite, n'étant plus que l'ombre de la tarée qu'il avait croisé quelques jours plus tôt. Desserrant un peu les dents crispée sur le bâillon, il sourit légèrement, faisant fi de la douleur. Oui, il y avait pire que l'attente en effet, bien pire. Voir mourir juste devant ses yeux la personne aimée, et c'était précisément ce à quoi devait faire face Gabriel. Zack en ressentait-il de la pitié ? De la compassion ? Foutrement pas. Il s'estimait infiniment heureux de ne pas avoir eu à vivre cela. Une petite voix rieuse au fond de sa tête lui chantonnait même que ce serait une douce vengeance envers celui qui l'avait torturé pendant des jours.

L'instant d'après, il fut coupé de ses contemplation et se retrouva sur les genoux avec l'impression qu'ils étaient à vif, manquant de tomber en avant tant ses côtes lui faisaient mal. Y avait-il seulement un seul centimètre de son corps qui ne le faisait pas souffrir ? Il avait fermé les yeux et resserré les dents pour encaisser la douleur, avant d'expirer bruyamment, relâcher un peu la pression. L'arme une nouvelle fois braquée sur son crâne, Gabriel aurait pu prendre sa respiration saccadée pour de l'angoisse, mais ça n'avait rien à voir ; il avait confiance en son groupe, ils le ramèneraient. Ses côtes brisées l'empêchaient simplement de respirer convenablement et il avait l'impression d'être un foutu asthmatique. De plus, l'instituteur avait très certainement d'autres choses à penser en ce moment précis, rien qu'à sentir les légers tremblements invisible qu'il ressentait venant de l'arme.

Le blond hésita un instant à faire un signe à Jonah, n'importe lequel. Capter son regard, faire un mouvement vers le haut pour lui signaler que l'un d'eux était là-haut... ou secouer la tête pour feinter qu'il n'y avait rien ? Il soupira finalement une nouvelle fois, jugeant plus prudent de ne rien faire. Il n'avait aucune foutue intention de crever ici, pas avant de les avoir tous vu morts. Malgré tout, le blond n'avait aucune emprise sur la situation et à les voir tous comme ça, se lancer des menaces en se regardant en chiens de faïence, ça n'aurait franchement rien de bon.



Revenir en haut Aller en bas
Abigail Breckenridge
Bras Droit | Messiah
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 11/05/2016
Messages : 294
Age IRL : 22

MessageSujet: Re: Etched in your skin, etched in your mind   Mar 13 Sep 2016 - 19:03

Elle avait le canon pointé sur la sale gueule de Jonah. Au delà d'un visage plutôt agréable, son air de gros connard sans pitié lui donnait envie de vomir. Elle leva les yeux au ciel, agacée par son discours. N'était-il pas fatigué, lui aussi ? N'avait-il pas envie que tout cela cesse et de récupérer son bras droit ? Elle sentait la pression monter en elle, l'envie d'aller chercher Selene, l'envie de la prendre dans ses bras, de s'excuser des milliers et des milliers de fois, jusqu'à ce que ses lèvres se dessèchent. Les choses, comme à leur habitude, prirent une mauvaise tournure. Bientôt, Selene et Zack avaient une arme collée à leur crâne.

Elle voulait parler. Dire quelque chose. Mais convaincre Jonah était pratiquement une mission impossible. Et il était hors de question de repartir sans Selene. Seulement, ils n'étaient pas véritablement en position de force. Même avec Breann. Les gars d'en face étaient les pires monstres qu'elle n'avait jamais rencontré. Elle soupira, énervée, tendue, agacée. Ca allait être compliqué de faire avancer les choses dans ces conditions. Jonah était un enfoiré et Gabriel était bien trop blessé et détruit pour garder son sang froid, ou du moins, pour réagir comme il l'aurait fait jusqu'à maintenant.

« Ok Ken, super intelligent ! ironisa la jeune femme en s'adressa au groupe ennemi. Tu comptes passer la semaine ici à nous regarder dans le blanc des yeux ? » Elle fixait Jonah sans faiblir. Au delà de la haine qu'elle lui vouait, il y avait de la fatigue et la lassitude. Elle s'attendait, bien sur, à une réponse cinglante de son interlocuteur, mais elle n'en avait que faire. Que tout cela se termine. Vite. Maintenant. Chacun avait ce qu'ils voulaient. Pas de perdants. Pas de gagnants. Ils étaient a ex æquo. « Rends nous Selene et prends ton copain, ok ? On est pas là pour vous buter. On veut juste rentrer chez nous. Tous. J'te croyais plus intelligent que ça. »

Car oui, si Jonah était assez intelligent, il l'aurait su. Il aurait su que Selene était bien trop précieuse pour eux pour qu'ils ne prennent un risque. Oui, ils avaient un sniper. Mais pensait-il vraiment qu'ils allaient lui dévoiler pour se mettre en position de faiblesse et risquer de tout perdre ? Finalement, il en était presque décevant.



 
bloody creature poster girl
The night is when, the ghosts all come out. Playing with my head, spin it all around. This room is like a prison cell, I'm all by myself. I'm waiting for my friend to come and break me out.
Revenir en haut Aller en bas
Bobby Smith
Messiah
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 02/11/2015
Messages : 1585
Age IRL : 39

MessageSujet: Re: Etched in your skin, etched in your mind   Mer 14 Sep 2016 - 8:16

La pitoyable créature regardait les échanges verbales d'une telle intensité et de violence à peine dissimulés que Robert avait presque l'impression d'être dans un règlement de compte de bandes rivales. Tout à coup son esprit pathétique et lent comprit que c'était exactement le cas. Si rien ne se passait, qu'un apaisement de la situation symbolique, la cervelle de l'ange d'ivoire sera propulsé de sa boite crânienne par une cartouche de 9mm. Durant tout le temps où les éclats de voix, les supposés chefs alpha des groupes essayaient de se comparer la bite pour savoir qui avait la plus longue, un être divin était en proie à une douleur sans nom. Dans le cœur totalement essoré et mis en charpie de la bête, une déception et une rage se livrait une bataille sans nom. Dans un premier souffle, la trahison manifeste qui sautait aux yeux horrifier et charger d'une tristesse sans borne du golem de chair. Sa sœur d'âme avait subi tellement d'atrocité discernable à l'œil nue que l'empathique créature soufrait en silence en contemplant chaque scarification qui ornait son corps ravager par les attentions de Jonah. Ce dernier lui avait assuré qu'il ne ferait rien à la jeune femme si ses demandes étaient comblés. Le mineur avait passé des jours à amasser de l'équipement, des armes et du matériel de première nécessité pour combler l'appétit démesuré de l'être indigne, du rejeton du diable avec les attributs d'un ange. Mais la langue de vipère de l'escroc avait trompé le crédule géant et les sévices sur le corps de celle qui était la seule qui comptait dans cet entrepôt désaffecter. Les mots choisit par le gredin avait fait mouche pour soumettre le colosse balafré. D'un autre côté une rage indescriptible pulsait dans le regard bleuté habituellement si calme de l'homme. Durant les derniers jours tous, que ce soit les membres de sa famille adoptive ou bien Jonah, avaient rabaissé et déverser haine et colère sur Robert. Les deux seul personnes qui avaient resté elles-mêmes dans le tourbillon chaotique de cette situation fut Aori et Breann. Le géant désillusionné se sentait de moins en moins accepter et proche de ces gens qui avaient subitement changé. Une décision, une conséquence arrache-cœur, venait de faire son chemin dans ses pensées. Après que l'ange sera en sécurité, le mastodonte irait se réfugier dans le dernier endroit de bonheur qu'il connaissait sur cette terre maudite. Ce nid ou l'amour et le respect était encore intact et non simuler pour s'assurer des sévices du monstre de foire.

Robert- VOS GUEULES! VOUS ALLEZ TOUS M'ÉCOUTEZ OK!

Les regards interloqués, surpris, convergèrent vers le colosse dont la veine dans le cou venait de gonfler subitement, signalant qu'il était près de se transformer en une machine de guerre parfaitement huilé et dont le seuil de tolérance à la douleur serait presque infinie. Pointant de son immense index à tour de rôle les deux belligérants qui avait leur arme pointer sur la tête des otages soumis.

Robert- GABY ET JONAH VOUS ALLEZ BAISSER VOS FLINGUES.

Prenant une grande respiration, le colosse reprit une contenance calme et apaisante, comme pour calmer le jeu. Il leva les deux mains pour faire signe à tous de pointer leurs armes vers le sol.

Robert- Je veux que ma sœur revienne à la maison et je vais tout faire pour ça. Je vais emmener Zack à toi Jonah et ensuite je reviens avec elle. Tu vois?

Laissant sa main gauche bien en vue, la main droite du golem de chair sortit le puissant revolver de sa ceinture en le tenant avec le pouce et l'index. Il déposa l'arme au sol en signe de bonne foi.

Robert- Pas de coup fourré. La violence entraîne la violence. Et quand tout le monde sera sauf, si tu veux absolument buter un d'entre nous, alors tue-moi. Ça me fera des vacances et en même temps les autres ici seront surement content. Moi je ne veux que Zack et ma sœur retournent chez eux…

Le compte à rebours s'était arrêté subitement, comme si l'aura calme et douce de l'être venait de brouiller les cartes. Le leader de la faction adverse fit un sourire sournois et hocha la tête et invitant le colosse balafré à faire les premiers pas de ce qui serait soit un échange de prisonnier calme ou bien d'un traquenard immonde…



Perdre les gens qu'on aime vous affecte en profondeur. La douleur est ensevelie dans votre corps, votre âme et votre cœur. Et en résulte alors un énorme gouffre de souffrance et de douleur. Ce gouffre peut transformer un être de lumière en ténèbres...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
WALKING WITH THE DEADS

MessageSujet: Re: Etched in your skin, etched in your mind   Sam 8 Oct 2016 - 0:00

C’est fou tout ce qu’il peut se passer en cinq secondes. J’adore toute ces petites… réflexions hâtives. Tous pressés. Angoissés. On veut retrouver notre copine en vie, mais on préfère jouer les durs. Parce qu’on est des cowboys, merde ! Quelle bande de con. Ils m’amusent tellement que j’ai presque envie d’épargner tout ces fils de pute et de les voir crever un à un par eux même…

Monsieur le chef s’énerve. Il fait le bad boy, mais chiale d’avance la mort de sa copine intérieurement. Une fiotte déguisée en biker. Aveugle d’amour stupide sans doute, monsieur fait le téméraire en jouant inconsciemment la vie de sa propre dulcinée pour essayer de trouver des petites couilles dans son vieux calbarre sans doute déjà tout mouillé. Je pleins le bonhomme, il aurait bien du mal à bander quand il verra à chaque fois qu’il se tapera sa brune ma jolie petite gueule d’enfoiré à travers les initiales gravées sur le torse de la gonzesse. Ca m’en exciterait presque.
Madame La Connerie s’y met. Le petit surnom qu’elle me donne en tentant pitoyablement d’imiter mon humour m’arracherait presque un rire si je n’étais pas si occupé à compter les dernières secondes de vie de sa copine. Petites attaques futiles, provocations dans le vide… C’est si décevant que je n’ai même plus envie de la vanner. Juste un “ta gueule Barbie” peut être ? A voir.
Le sniper ne réagit pas, comme pour se rendre imaginaire. Je sais que tu es là fils de pute, sinon tes petits copains ne secoueraient pas autant leur couilles rabougries devant un type armé d’un M4. Je devrais tirer directement au lieu de compter, ça nous éviterait de perdre notre temps, à toi comme à moi pas vrai ?
Et puis Bobby. Aaah Bobby. Mon petit innocent. Mon gros nounours au coeur d’or. Mine de rien, on pourra dire ce qu’on veut, j’éprouve un brin de compassion pour ce gaillard. Un petit souvenir de ma naïveté d'antan. Mais lui ne change pas. Il se braque inconsciemment. Et c’est tant pis pour lui… Manipuler Bobby, c’est devenu un plaisir pour moi. C’est lui qui m’a fixer ce rendez vous, il y a quelques jours, alors que je le croisais à nouveau par hasard. Alors voilà, contre quoi ai-je accepté de rendre Selene ? Les bras de Bobby. Ce gros naïf m’a promis de m’aider si je lui rendais cette connasse en vie… Et il m’a donné son vrai nom, au passage. Et dire que j’ai failli continuer de croire que cette pétasse s’appelait Flann… Merci, mon gentil abruti. On ira loin tout les deux.
Je terminais presque de compter quand il a prit la parole. Mon arme était chargée, mon doigt sur la gâchette. Dans moins de deux secondes, la cervelle de Selene allait être répandue sur le sol malpropre comme une grosse diarrhée de chien galeux. Mais visiblement, malgré sa connerie apparente, Bobby s’est bel et bien montré comme le mariole le plus intelligent de ce club de danseuses. Ca promet.

Alors qu’il s’était mis à crier, j’avais stoppé mon compte à rebours pour le regarder du coin de l’oeil, un petit sourire en coin aux lèvres. A s’énerver comme ça, on dirait bien qu’il pige mes leçons. Brave petit. Bizarrement, ce qu’il me dit est plutôt convaincant… Faut être honnête, je n’ai aucune envie de finir mort dans ce hangar miteux dans le fond, même si l’idée de mourir dans une fusillades super classe comme tout droit sortie d’un Tarantino peut quand même faire bander un max. L’idée du grand gaillard est simple et me convient… d’autant plus que je suis avantagé. Il me rend Zack en premier, je lui rend sa brune ensuite. Si j’en ai vraiment envie, je pourrais les buter tous les deux une fois qu’ils retourneront vers leur groupe… Bravo Bobby, tu as sauvé ta pote.

Un rire s’échappe de mes lèvres alors que j’ai stoppé mon compte à rebours au nombre huit. Subitement, j’arrache les bouchons d’oreilles de la brune à genoux et place mon flingue juste à côté avant de tirer dans le sol. Je me met à rire. Les cons d’en face ont sans doute cru que je butais leur copine, et cette dernière doit maintenant avoir la tête qui vibre et les oreilles qui sifflent. C’est juste drôle. Donc je l’ai fait. Je me fous des conséquences, finalement.

Tranquillement, je baisse mon arme et fais signe à Bobby d’avancer avant de reprendre la parole à l’adresse du groupe en face. « Regardez bien ce type. C’est le plus intelligent d’entre vous, bande de cons. » Je tourne mon regard vers le brun. « En ce qui concerne les “affaires” mon grand, c’est justement ce que je voulais au départ mais votre blonde a rien écouté, j’y suis pour rien ! C’est de sa faute si on est là et que nos potes respectifs ont la gueule défoncée ! » Un petit rire, je me tourne vers Abi, justement. Cette pauvre petite merde sur patte. Dommage qu’elle soit aussi conne, elle qui a pourtant une aussi jolie petite gueule. « Et toi… attends… ta gueule ? Ouais c’est ça. Tu feras plaisir à tout le monde. Y compris tes propres copains. Juste ta gueule. » Un petit clin d’oeil mêlé à un sourire d’enfoiré et je vois que Bobby a déjà bien avancé. Brutalement, je remet la brune assourdie sur pieds et la tient par le bras pour procéder à l’échange. Lorsque le géant fut enfin arrivé à moi, Nick se chargea de récupérer Zack tandis que je rendais Selene à Bobby. Je le laisse repartir… Non, je ne tirerais pas. C’est vrai, finalement, quel intérêt de lui rendre Selene s’il ne peut pas m’aider par la suite ? Je veux Bobby en vie, et de mon côté. Encore quelques mouvements et bientôt, les otages seront à nouveau avec leurs groupes respectifs. « Oh et au fait… SNIPER, SI TU TIRES TOUT EST FOUTU EN L’AIR. A TOI DE DÉCIDER DU SORT DE TA FAMILLE DE BALTRINGUES. A BON ENTENDEUR, BISOUS ! » Important de le préciser quand même. Au cas où il serait vraiment con comme une valise sans poignée.
Revenir en haut Aller en bas
Gabriel Fowler
Messiah
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 27/04/2016
Messages : 413
Age IRL : 27

MessageSujet: Re: Etched in your skin, etched in your mind   Dim 16 Oct 2016 - 17:18

Breann ne se montrant pas, Gabriel était au moins sûr d'une chose ; elle était entrée dans le jeu et ne semblait pas prête à prendre l'initiative de tout faire foirer. Au moins un bon point pour leur groupe. Devant lui, Zack ne semblait pas non plus prêt à faire capoter l'échange, se contentant d'attendre passivement que les choses se passent. Deuxième bon point.
Et voilà qu'Abigail prenait la parole... En son for intérieur, Gabriel pria pour qu'elle ne balance pas une ineptie. Mais elle ne fit qu'abonder dans son sens. Troisième bon point.

Soudain, une voix rocailleuse et grave fit vibrer l'atmosphère comme un coup de tonnerre apocalyptique. Gabriel avait manqué sursauter, se ressaisissant de peu en reconnaissant le timbre particulier de Bobby. Le fixant du coin de l’œil, son arme toujours braqué sur l'arrière du crâne de Zack, il sentit un frisson lui parcourir l'échine lorsque le géant, le pointant du doigt, lui intima de baisser son arme de même qu'à Jonah. Un instant, il eut l'impression d'être un gosse que son grand frère venait de sermonner.
Encourageant tous les protagonistes à baisser leurs armes, il venait de prendre les rênes des négociations. Ses propos ne laissaient place à aucune protestation quelle qu'elle soient et Gabriel se sentit quelque peu soulagé en voyant le monstre d'en face acquiescer. Ils allaient peut-être tous s'en tirer sains et saufs finalement.

En face de lui, le bourreau de Selene venait de se décider. Ôtant les boules quies des oreilles de la musicienne, Gabriel s'attendait à ce qu'il la relève. Au lieu de quoi, un coup de feu retentit dans le hangar, son écho se répercutant à l'infini. Gabriel n'avait pas quitté la scène des yeux, pourtant, il aurait juré que la balle venait de toucher Selene. Son cœur, ayant loupé plus d'un battement, se mit soudain à battre une véritable salsa. Mais il n'en était rien. La balle s'était enfoncée dans le béton, non loin de la jeune femme. Soudain, Gabriel se rendit compte que sa main, celle qui tenait toujours son arme braquée sur Zack, s'était mise à trembler. La mâchoire crispée, il laissa doucement redescendre son bras. Une chance qu'il ait retiré son doigt de la gâchette au moment où Bobby lui avait demandé de baisser son arme. Sans quoi Zack aurait eut un magnifique puits de ventilation juste entre les deux oreilles.
Fier de son coup d'éclat, Jonah s’époumona, déballant ouvertement sa supériorité apparente comme un gosse se vantant d'avoir raison. Gabriel ne releva pas. S'il le faisait, il prenait le risque de tout foutre en l'air alors que Bobby venait de leur sauver la mise.

D'ailleurs, Bobby s'était emparé de Zack et commençait à avancer en zone ennemie. Encore quelques mètres et il serait sur eux. Une nouvelle provocation de la part de Jonah, à l'encontre d'Abi cette fois-ci. Ce type était décidément très imbu de sa petit personne. Le genre de connard qui aime prendre tout le monde de haut mais qui ne supporte pas de se retrouver au même niveau que les autres.
L'ancien instituteur sentit ses dents grincer lorsque Jonah remit brutalement la jeune femme sur ses pieds. Elle avait l'air de tellement souffrir. C'était insupportable ! Puis Bobby commença à revenir vers eux, Selene dans les bras. Était-elle consciente ? Ou bien avait-elle laissé choir son esprit dans un néant salvateur ?
Une nouvelle fois, Jonah se sentit obligé d'en rajouter une couche. Mais qu'il la ferme ! En voilà un qui n'avait pas dû recevoir assez de gifles dans sa jeunesse. Jetant un dernier regard meurtrier à l'encontre du salopard qui avait torturé la femme qu'il aimait, il recula de deux pas, faisant signe aux autres de rebrousser chemin. Tant qu'ils n'étaient pas sortis du hangar, les choses pouvaient encore dégénérer. Mais Jonah et sa bande semblaient prêts à respecter leurs engagements, rebroussant eux aussi chemin.

Rapidement, ils se retrouvèrent à l'extérieur, non loin de leurs véhicules. Selene, toujours dans les bras de son sauveur, ne semblait pas donner de signes de vie. S'approchant du géant, Gabriel posa une main sur la joue blafarde de la rescapée. Elle était glacée, mais la jeune femme respirait. Gabriel se rendit alors compte qu'un énorme poids venait de quitter ses entrailles. Tout ce temps, il n'en avait pas eut conscience mais, à présent qu'il avait disparu, il se sentait tellement léger.
« Bobby... je... » commença t-il, sans oser regarder le géant dans les yeux.
« Merci. » il parvint à relever le regard, se retrouvant tout à coup confronté à celui de Bobby.
« Tu as bien mieux assuré que nous. On en serait pas là sans toi... »
De bien pâles excuses pour ce qu'il avait fait endurer à Bobby psychologiquement ces derniers jours. En jouant les cow boys, il avait risqué de compromettre l'échange. Jonah était cinglé. Jamais cette confrontation n'aurait tourné en leur faveur sans l'intervention de Bobby. Gabriel en avait conscience à présent et il préféra ne pas penser à ce qui aurait put arriver sans son intervention.

Une fois devant la voiture, Gabriel s'assura que Breann les avait rejoint puis il monta à l'arrière, laissant le soin aux autres de prendre le volant. Il n'avait pas dit le moindre mot en dehors de ceux échangés avec Bobby, et il resta silencieux alors que le géant faisait doucement glisser le corps supplicié de la jeune femme à l'arrière avec lui. Il la réceptionna et la cala contre lui, s'assurant de ne toucher aucune blessure au risque de raviver une douleur déjà suffisamment cuisante.
Puis, alors que la voiture se mettait en branle, il se mit à caresser tendrement les cheveux de Selene, lui murmurant à l'oreille toutes les choses réconfortantes qui lui venaient à l'esprit.


Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
WALKING WITH THE DEADS

MessageSujet: Re: Etched in your skin, etched in your mind   Aujourd'hui à 23:19

Revenir en haut Aller en bas
 

Etched in your skin, etched in your mind

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant

 Sujets similaires

-
» The self imposed limitations of the underdeveloped mind.
» 01. Losing your mind
» [Achat]Skin de chat
» Conseils pour créer une skin avec pixia[tutorial]
» Skin Interface

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Walking Dead RPG :: Archives RP :: RP Terminés-