Partagez | .
 

 i'm the designer of my own catastrophy

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant
Auteur
Message
Tamara C. Kroeger
Tam Capone
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 31/10/2015
Messages : 832
Age IRL : 22

MessageSujet: Re: i'm the designer of my own catastrophy   Sam 27 Aoû 2016 - 1:27

Pendant un instant nous avions rigolé de tout et de rien. J’étais contente de pouvoir de nouveau avoir un sourire sincère aux lèvres. Il n’y avait qu’avec Buzz que je pouvais ressentir un aussi léger degré d’innocence, peut-être parce que justement, il ne savait pas ce qui se tramait. Il finirait peut-être comme Dante, à s’inquiéter pour ma vie. Mais je n’avais pas besoin qu’une autre personne ne me tienne par la main avec pitié. Je n’étais pas en train de mourir, c’était l’impression que certains me laissaient. Sous prétexte que j’étais en cloque, j’étais condamné. C’était un peu trop à mon gout, je pouvais comprendre l’inquiétude, mais ce n’était pas une raison pour me faire flipper à longueur de temps. Ce n’était bon ni pour moi ni pour mon futur bébé.

Je regardais Buzz toujours avec le même petit sourire en coin alors qu’il me parlait comme lui seul en était capable. On pouvait sentir qu’il était intéressé par la question, même s’il ne parlait pas avec le plus grand des tacts. Il me rappelait mon Dante de bien des façons, c’est peut-être pour ça que je l’aimais autant. J’étais persuadé que dans une vie antérieure on avait été frère et sœur ou une connerie du genre. Je trouvais vraiment agréable d’être pour une fois regardé comme étant une personne a entière et non pas un sac d’hormone qui aller exploser incessamment sou peu. Alors qu’il parlait de brioche dans le four, je laissais échapper un léger soupir amusé. Il était con quand il s’y mettait et c’était absolument génial.

- Ne parle pas de brioche là ! Tu vas me donner faim et ce n’est pas le genre de truc qu’on peut trouver facilement par le temps qui court.

En réalité, on ne pouvait plus rien trouver facilement ces derniers temps et c’était justement le problème. On aurait rapidement des capotes, tout serait tellement plus simple. Je ne serais actuellement pas en cloque et je n’aurais pas toutes ses questions existentielles sur la vie au chalet qui trotterait dans ma tête. Ce qui implique que je ne serais pas actuellement là pour discuter avec Buzz et j’avoue que c’est le seul point positif de cette histoire. C’est vrai que le sexe c’était un peu une langue universelle que tout le monde comprenait, c’était même plutôt pratique d’avoir une langue pour pouvoir la glisser un peu partout que ce soit dans la bouche de son partenaire ou non…

Mon esprit était vraiment en train de divaguer et c’était bien mieux que de se prendre la tête comme j’étais en train de le faire avant d’arriver ici. Je devrais le remercier quand je déciderais de retourner me coucher. Il m’avait bien aidé sur le coup et je lui en revaudrais une quand le moment sera venu. Je souriais alors que je lui annonçais qui était le père du bébé, oui c’était sans doute un peu surprenant de savoir que je me tapais un mec qui avait largement l’âge d’être mon paternel. Je n’avais aucune honte, simplement parce que la vie était ainsi faite et que j’avais toujours aimé les hommes plus vieux que moi.

- T’inquiète, j’ai plus de bombes dans ma poche. Tu sais tout ce qu’il y a à savoir sur ma vie… Enfin je crois, j’ai peut-être encore un ou deux fantômes de cache dans mon placard, mais on attendra sans doute que je sois un peu plus bourrée. Donc ce n’est pas vraiment pour de suite.

En y réfléchissant, il y avait deux trois trucs à dire encore, par exemple, le fait que j’étais une ancienne prostituée. Le cercle des personnes au courant avait légèrement augmenté, mais ce n’est pas le genre de chose qu’on dit à la légère. J’avais confiance en Buzz, mais j’étais loin d’avoir envie de lui raconter ce genre de détail sur ma vue, surtout qu’il n’avait aucune incidence sur ce que j’étais à l’heure actuelle. Je revenais alors un instant sur la question du père et des gènes. Oui, je trouvais ça important et c’était sans doute un peu hypocrite de ma part, mais j’avais envie de croire qu’au fond de moi, j’avais eu la force de grandir et d’évoluer.

- Génétiquement parlant, c’est mieux que mon gosse et le génome d’un agent artistique que celui d’un toxico notoire qui gagne son fric en dealant de la drogue au coin de la rue. Oui, c’est moi qui dis ça. C’est un peu l’hôpital qui se fout de la charité non ?

Je ne voulais pas que Buzz le prenne mal. Je savais que c’était un ancien camé, mais honnêtement, ce n’était pas le seul sur cette terrasse ce soir. Ma vie aussi avait des parts sombres et il en connaissait certaines.

- Si tu étais ma mère, ça serait quand même un peu bizarre. Tu sais, Abel n’a pas vraiment eu le choix, il a conçu ce gosse avec moi, mais s’il n’était pas d’accord concernant mes choix, il aurait très bien pu aller voir ailleurs s’il était. J’ai décidé d’être mère, mais ça me fait absolument flipper. J’ai toujours voulu un enfant et même plusieurs… Mais si je n’étais pas capable de le gérer, si la nourriture venait à manquer. Tu vois, c’est tout ça qui m’empêche de fermer l’œil.

J’espérais bien que tout irait mieux dans mon esprit un jour, mais ce n’était pas pour tout de suite, je le savais. Me connaissant, je serais même capable de me prendre la tête pour le reste de ma vie…



★ The Heart Is An Organ Of Fire ★

Mes AnnexesJ'écris en #ccff99

Revenir en haut Aller en bas
http://www.walkingdead-rpg.com/t6813-listing-des-comptes
Invité
Invité
WALKING WITH THE DEADS

MessageSujet: Re: i'm the designer of my own catastrophy   Dim 28 Aoû 2016 - 12:40






i'm the designer of my own catastrophy

« -ah ba c'est facile de dire ça qu'on a tout largué ! » râla Buzz sur le ton de la plaisanterie. Bon, fallait bien avouer qu'il s'était pas du tout attendu à ce genre de révélations. Et même si ça ne lui était jamais arrivé – à moins qu'une nana avec qui il s'était envoyé en l'air lui avait caché qu'il avait un gamin – Buzz comprenait parfaitement que Tam est le cerveau en ébullition. Il émit un petit rire de gorge et répliqua : « -j'crois qu'on a tous des choses dans nos passés que les gens d'ici ignore… » Ils s’entendaient bien tout les deux, déjà au stade. Pouvait-on appeler ça de l'amitié… Peut-être. En tout cas Buzz aimait passer un peu de temps en compagnie de la tatouée, parce qu'elle était assez semblable à lui, et qu'ils avaient beaucoup en commun. « -et c'est peut-être mieux comme ça. » ajouta le jeune homme avec un haussement de sourcils.

Les tatouages, le franc parlé, cette capacité a se foutre de ce que les gens allaient penser ou dire… C'était des choses qui gênaient ou mettaient mal à l'aise. Buzz assumait tout à fait son côté décalé, il l'avait toujours fait depuis son adolescence. Alors même si parfois il tentait de gommer quelques peu tout ça, pour estompé les contours du personnage afin qu'il soit un peu plus apprécié par les autres, il se rendait très vite compte que le dessin obtenu n'était pas bon. Ça n'était pas lui, et le naturel revenait au galop. Il n'allait pas poser tout un tas de question à Tam sur son passé, parce qu'il n'aimait pas vraiment devoir répondre à ça de son côté. Un jour peut-être… Mais pas ce soir. Ce soir c'était le présent et surtout le futur qui angoissait la jeune femme.

Lorsque Tam parla du futur ADN de son môme et de l'héritage génétique bénéfique que pouvait être celui d'Abel, Buzz détourna le visage vers la nuit tout en tirant sur sa clope. Le toxico notoire dealer de bas quartier il venait de le prendre à nouveau dans les dents. Même s'il comprit qu'elle ne parlait pas de lui, mais bien d'elle. Sans qu'elle s'en rende compte, elle venait de lui donner un argument en plus pour ne jamais devenir papa. « -si tu parles de chromosomes transmettant les stress, le côté surprotecteur, et la connerie, ouais t'es plutôt bien lotis avec Abel. » Un haussement de sourcil avant qu'il ne se passe nerveusement une main dans ses cheveux court et sur la nuque. « -s'excuse, c'est pas ce que j'voulais dire, mais bon tu sais très bien que c'est pas forcement mon pote ton amant. » Et c'était ça n'était sans doute pas ce qu'elle avait besoin d'entendre. Est ce qu'il devait la faire sérieusement ou pas ? Non parce qu'il n'était pas hyper doué pour le côté sérieux…

Il allait reprendre la parole lorsqu'elle évoqua cette fois-ci à voix haute, plaçant des mots clairement sur ce qui lui foutait la trouille. Et avant de répondre Buzz tira une longue taffe sur sa clope, prenant même le temps d'expirer jusqu'au bout avant de prendre la parole : « -t'en a parlé à qui ? » Tam était quelqu'un de très entouré, avec des amis proches, des gens qui seraient capable de l'aider, de la rassurer. Et pourtant c'était lui qu'elle venait voir pour parler de ça ?

« -moi j'imagine une petite fille avec un regard espiègle, un sourire qui fait fondre, très généreuse. Une petite fille sachant ce que rire veut dire, capable d'aider les autres, un poil stressé ou angoissée, parce qu'il faut bien qu'elle tienne un peu du père aussi… » Une légère grimace qui était destinée à la faire sourire. « -et j'pense que cette gamine aura une super maman. T'imagine même pas comme ça doit être cool d'avoir une mère tatouée, grande gueule et complètement barrée ! » Buzz termina cela en riant, même s'il était sérieux. Une nouvelle bouffée de tabac avant qu'il ne regarde Tamara dans les yeux et dise : « -si tu veux un conseil de Buzz : se poser trop de questions ça fait tout merder ! Et c'est un expert en merdage qui te parle ma belle ! »

Un haussement d'épaule et il reprit : « -t'es pas toute seule, Abel est là. Ce genre de doutes et de questions c'est avec lui qu'il faut que t'en parle. Mais si j'ai pas dis que tu m'emmerdais avec ça ! » précisa le tatoué en riant. « -t'es pas la seule à être en cloque en plus. Vous avez qu'à monté un groupe de gros ventres ou vous tricoterez des pulls et des gilets ! » ironisa l'artiste en fronçant les sourcils. « -putain c'est flippant de t'imaginer en train de tricoter comme une mamie ! Non en fait oublie ça, mauvaise idée. » Il chassa tout ça de la main et souffla alors le plus sérieusement du monde : « -ça va aller Tam. Reste positive et ça va aller. »


It's never too late
(c) black.pineapple
Revenir en haut Aller en bas
Tamara C. Kroeger
Tam Capone
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 31/10/2015
Messages : 832
Age IRL : 22

MessageSujet: Re: i'm the designer of my own catastrophy   Dim 28 Aoû 2016 - 19:27

Je compris facilement que Buzz avait un peu prit pour lui la réplique alors que pas du tout, c’était une réplique me concernant moi et ma vie déprimante que j’avais eue avant l’épidémie. Personne n’était vraiment au courant de toutes les folies que j’avais faites jusqu’à maintenant et je préférais les garder bien cachés derrière moi. Je soupirais un instant réfléchissant à comment je pourrais bien me rattraper. J’avais un peu déconné sur le coup, sans le vouloir ni penser à mal. Je savais parfaitement que Buzz ne m’en voudrait pas pour ça, mais quand même ce n’avait pas été très sympa de ma part. Je ne pus m’empêcher de sourire lorsqu’il parlait du passé. Je me rappelais d’une vieille soirée qui m’était revenue en tête la première fois que je l’avais rencontré. Il me semblait que je l’avais déjà vu il y a très longtemps sans pour autant en être sûr.

- Tu sais, je crois qu’on a une soirée en commun dans notre passé. Je n’en suis pas vraiment sure en réalité.

Le souvenir était lointain, mais en réalité je m’en rappelais comme si c’était hier. Je n’avais pas vraiment envie de lui rappeler surtout s’il n’avait pas envie de le faire de son côté. Je plantais ma petite hypothèse et à lui de faire le reste du boulot s’il en avait envie. C’était sans doute un brin de manipulation, mais je n’étais pas une sainte non plus. Je devais bien l’avouer, malgré mes sourires agréables, il m’arrivait de réfléchir un peu et de me faire un peu plus discrète ça arrivait de temps en temps quand justement je me posais trop de questions.

Heureusement pour moi, il changea de sujet pour retourner sur ma grossesse. Il voulait savoir qui était au courant. Il n’y en avait pas tant que ça en réalité encore. Je le regardais que je remettais en place une de mes mèches de cheveux.

- Dante évidemment. C’est pratiquement le premier vers qui je me suis tournée, puis ensuite Abel et la petite Skyler. Il faut évidemment que je t’ajoute à la liste maintenant. Je sais ça fait pas grand monde encore. Après je ne sais pas si la rumeur c’est rependu ailleurs et que d’autres sont au courant ou non.

Ce n’était pas vraiment un secret étant donné que dans quelques mois tout le monde finirait par être au courant. J’aurais bien du mal à cacher une grossesse lorsque j’arriverais aux alentours du cinquième mois. Lorsqu’il me racontait comment il voyait ce bébé. Je ne pus m’empêcher de sourire. C’était une superbe vision que je ne pouvais qu’apprécier. Il était vraiment adorable alors que je ne l’avais pas forcément été.

- Tu sais, il m’arrive aussi d’être un peu angoissé. Surtout lorsqu’il s’agit de mes proches. C’est clair que je n’imagine pas, mes parents étaient de sacrés connards. Je n’ai pas arrêté de me battre contre eux, enfin je suppose que tu as un peu bouffé toi aussi.

Je ne connaissais pas son ancienne vie. Nous n’en avions jamais parlé. Je suppose que c’était une sorte de tabou, l’un comme l’autre n’avions pas besoin de parler de ça pour être similaire et nous sentir proches l’un de l’autre. Je ne lui avais pas fait la liste de toutes les cames que j’avais pu prendre, mais en même temps c’était tout aussi bien ainsi. Arrêter de se poser des questions, c’est vrai que c’était un concept qui semblait intéressant même si jusqu’à maintenant je n’avais pas eu l’occasion de l’essayer.

- Tu as raison, je devrais arrêter de me prendre la tête, mais c’est bien plus facile à dire qu’à faire pour le coup. Promis j’y penserais.

Je rigolais alors qu’il parlait de pulls et de tricot. J’ai toujours bien aimé fabriquer des choses avec mes petites mains, alors ce n’est pas parce que ça avait l’air ridicule que j’allais l’écouter. J’avais tout de même une préférence pour les robes de princesse un peu plus travaillée ou les cosplays de Castiel dans Supernatural. J’y avais passé des heures à faire un parfait trenchcoat. Je souriais en pensant à ses quelques détails sans importance avant de lui répondre.

- Déconne pas Buzz, je sais tricoter, mêmes que je me suis fait des pulls. J’en avais même fait un à Dante une fois. Bon j’avoue qu’il ne ressemblait pas vraiment au genre de truc qu’on s’imagine quand on parle de pull. Mais ils étaient cool. J’ai fait des études de coutures avant de devenir une fille pas très fréquentable…

Nos pulls étaient magnifiques dans mes souvenirs, enfin c’était un remix des vieux pulls moches que font les grands-mères mis au gout du jour par mes petits soins. Si je me rappelle bien, le mien racontait une histoire banale dans la vie du Docteur Who. Enfin c’était le bon vieux temps.



★ The Heart Is An Organ Of Fire ★

Mes AnnexesJ'écris en #ccff99

Revenir en haut Aller en bas
http://www.walkingdead-rpg.com/t6813-listing-des-comptes
Invité
Invité
WALKING WITH THE DEADS

MessageSujet: Re: i'm the designer of my own catastrophy   Dim 28 Aoû 2016 - 21:10






i'm the designer of my own catastrophy

La plus part des gens qui se trouvaient ici avaient perdu beaucoup lorsque l'épidémie s'était déclaré et qu'il avait fallu abandonné leurs petites vies pour venir se réfugier au stade. Cela pouvait sans doute paraître étrange, mais pour Buzz ça n'avait pas forcement été si compliqué que ça. A part Nara il n'avait rien dans sa vie d'avant. Il était parvenu à garder au près de lui la jeune femme qui comptait tant, et c'était tout ce qui avait de l'importance aujourd'hui. Bon d'accord, il avait des regrets vis à vis de l'école de dessin qu'il venait tout juste de parvenir à payer et qui allait sans doute pouvoir lui ouvrir les portes d'un tout autre avenir. Ce qui lui faisait le plus mal au cul, c'était les mois qu'il avait passé à trimer comme un fou pour réunir l'argent. Ça n'avait servit à rien. Et maintenant et bien… Et bien il parvenait à peine à dessiner. Il l'avait fait pour Alan et Christy lorsqu'ils étaient parties… Depuis c'était à nouveau difficile… Parce que ça n'était pas forcement évident de reprendre un crayon sans qu'à chaque fois cette sale pensée revienne dans son esprit : la seule chose pour laquelle tu es doué ne sert à rien. Ça revenait à dire : tu ne sers à rien.

Tam avait l'esprit torturée et ça se comprenait. Et il avait beau lui conseiller de ne pas trop se poser de question, il en était réduit à la même chose pour d'autres raisons. Mais il avait dit vrai, se poser trop de questions ne faisait pas avancer. Ça n'aidait pas. Au contraire ça paralysait et obligeait à faire du sur place.

Il ne releva pas tout de suite ce qu'elle avait dit par rapport à leurs potentiel passé commun. Si c'était vraiment le cas, de son côté il n'en avait pas le moindre souvenir. Même si il avait eu la sensation étrange de l'avoir déjà croisé quelque part lorsqu'il l'avait vu la première fois au stade. Il nota cela dans un coin de sa tête, et se dit qu'il reviendrait dessus après. Non parce que ça le titillait de savoir… Ici personne ne le connaissait à part Nara. Il portait sur sa tronche le mot : toxico, ça il le savait même si ça faisait longtemps qu'il avait mit tout ça de côté. C'était un poil troublant de se dire qu'une autre personne pouvait avoir des infos sur lui. Encore plus lorsque sa propre mémoire faisait défaut.

« -de toute façon les autres finiront par le voir. Même si t'es pas obligé de monter sur une table pour gueuler : yo les gens ! J'vais devenir une super maman ! » Un sourire en coin pour elle, parce qu'il cherchait à la voir faire de même. Il préférait la voir sourire, et percevoir cette petite étincelle de malice dans ses pupilles sombres plutôt que l'ombre qui voilait son regard lorsqu'elle était arrivée.

« -j'pense qu'on stress tous lorsqu'il s'agit des gens qu'on aime. On a beau être trop cool, on reste humain. »
Il recracha la fumée de sa cigarette et répondit : « -ah de mon côté pas de problème avec mes vieux, vu qu'ils se sont pas fait chié avec moi. J'sais même pas qui ils sont. Mais ça m'a pas empêcher d'en chier avec le personnel de l'orphelinat. » Hé hop ! Comment placer le décor des débuts de la vie de Bruce Detweiler.

Il lui fit un clin d'oeil lorsqu'elle lui fit la promesse de penser à moins se prendre la tête, avant de coincer sa clope entre ses lèvres et de jeter un coup d'oeil en bas de la palissade. Il avait plutôt de la chance ce soir. Pas un seul moche à l'horizon. Seulement Tam qui avait besoin de parler. Seulement eux deux pour cette petite soirée sous les étoiles à s'aider mutuellement. Parce que même si elle ne s'en rendait pas compte, ça faisait du bien au tatoué de discuter.

« -oh non sérieux ?! J'avoue j'ai du mal à t'imaginer faire ça. Dante a du être ravi ! » lança-il en rigolant, imaginant l'ami de Tam avec un pull un peu difforme qui gratte. Mais Buzz finit par faire une moue des lèvres plutôt admiratif des études que Tam précisait avoir faites. « -pas mal comme études. Au moins toi t'as des diplômes ! » Il se demandait comment est ce qu'elle avait changé de vie avec ce genre de cartes entre les mains. Mais il préféra ironiser le truc et dire : « -j'aime bien les mauvaises filles... » le tout accompagné d'un nouveau clin d'oeil complice.

Il se passa la main gauche sur la nuque et revint sur cette histoire de passé commun. « -et sinon tu disais qu'on s'est déjà croisé avant ? Avant genre y'a longtemps longtemps ? » Il cherchait à savoir dans quelle période de sa vie la jeune femme avait pu faire une apparition. Même si la réponse se dessinait d'elle même. Il ne s'en souvenait pas, alors ça devait être dans la première partie, celle la plus merdique, celle qu'il préférait taire… « -tu peux me rafraîchir la mémoire ? » demanda-t-il un poil hésitant.



It's never too late
(c) black.pineapple
Revenir en haut Aller en bas
Tamara C. Kroeger
Tam Capone
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 31/10/2015
Messages : 832
Age IRL : 22

MessageSujet: Re: i'm the designer of my own catastrophy   Lun 29 Aoû 2016 - 10:32

En réalité, j’étais du genre à faire ce genre de connerie. Je le savais parfaitement et lui aussi. Peut-être que c’était une invitation à le faire, mais je n’en savais fichtrement rien. Je devais me contenter de me muerer dans le silence tant qu’Abel ne m’aurait pas donné le feu vert. Je n’en avais rien à faire que tout le chalet soit au courant, mais je savais que pour lui toute cette histoire était bien différente. J’étais bien trop sans gêne pour cacher ce genre de détail en temps normal. Cependant le temps normal était révolu depuis bien trop longtemps et j’avais appris à vivre en harmonie avec mon prochain. Résultat je gardais l’information pour moi, même si d’une certaine façon ça me gênait un peu.

- Avoue que ce serait quand même bien marrant, je suis sûr que certains auraient l’air médusés en me voyant agir comme ça.

Je n’avais pas vraiment de nom en tête, mais j’imaginais facilement les yeux médusés. J’étais en train d’imaginer la scène dans ma tête ce qui me fit sourire. Buzz avait l’art de rendre les gens de bonne humeur et de les empêcher de stresser. Je lui en étais très reconnaissante pour le coup, parce que je n’avais pas spécialement l’envie de me prendre la tête. Enfin plus l’envie et je ne l’avais jamais vraiment eu en réalité. On était humain, c’était une triste vérité par moment, j’aimais me rendre compte que j’étais autre chose qu’un simple être humain. Pourquoi pas un Alien venu en exploration ici et qui rentrerait chez lui quand il aurait récolté assez de donné sur l’espèce humaine. Cette idée était absolument stupide, mais qu’importe.

- Et ce n’est pas vraiment si cool que ça d’être humain. Je suis sûre que dans une autre vie j’étais un elfe farceur. Non, je n’ai pas trop joué à Wow sur mon temps libre. Je nie…

Mon sourire s’agrandissait un peu plus. Tout le monde savait plus ou moins que j’étais une gameuse avant. Mes nombreux tatouages en rapport avec ce magnifique univers ne faisaient que de le signaler. J’étais un spot publicitaire pour Blizzard, Ubisoft et Bethesda à moi toute seule. J’étais fière de chacun de mes petits ou grands tatouages et je ne regrettais aucun d’entre eux, même s’il me donnait un air un peu étrange par moment.

Buzz se confia un instant à moi, je ne savais pas qu’il était orphelin ou du moins abandonné. Ce ne devait pas être facile tous les jours. J’avais pendant une fraction de seconde envie de le plaindre et le prendre dans mes bras, mais je savais parfaitement que ce n’était pas ce qu’il attendait de moi. Si c’était le cas, il ne m’en aurait sans doute pas parlé. Du moins pas comme ça. Il était fort et la vie l’avait endurci. Il n’avait pas besoin de la compassion d’une pauvre fille dans mon genre. Alors je me contentais de lui répondre de la façon la plus décontractée et détendu qui m’étais venu dans la tête l’instant suivant.

- Avoir des parents cons ou ne pas en avoir du tout, tel est la question.

Shakespeare n’avait qu’à bien se tenir, Tam était dans la place et elle avait bien l’intention de mettre le feu au dance flore. J’étais vraiment con en pensant ce genre de choses, mais une fois de plus j’assumais mes conneries. C’était le plus important dans la folie, être fière de ce qu’on racontait, sans exception et surtout sans concession. On aurait dû monter un duo comique ensemble, ça aurait été tellement marrant. On aurait pu faire du stand-up dans la salle commune d’Evergreen sans aucun souci. Je gardais l’idée dans un coin de ma tête, je devrais la réutiliser un jour quand j’aurais envie de la concrétiser.

- J’ai dit que j’avais fait des études et non pas que j’avais eu un diplôme. Il aurait fallu que je bosse pour l’avoir, mais j’ai eu la flemme et je ne me suis même pas présentée aux épreuves finales. Même si j’ai dit à tout le monde ici que je l’avais eu.

J’avais tout foiré dans les règles, ce serait sans doute la plus grande connerie de ma vie. J’avais dit à tout le monde ici que je l’avais eu ce diplôme, parce que je n’étais pas fière de celle-là. Mais j’avais besoin de dire cette vérité à Buzz. C’était sans doute un poids en moins à me trimballer. Évidemment, la conversation repartie sur cette histoire de passé commun. J’avais planté la graine et elle avait plutôt bien germé dans son esprit. Je ne savais pas vraiment ce que je devais lui raconter tout de suite. Je réfléchis un instant avant de faire de mon mieux pour répondre à ses questions.

- Je ne pourrais malheureusement pas te dire une date précise. Je dirais y a trois ans, mais ça peut être plus comme moins. Je me rappelle que je n’étais pas beaucoup habillé ce jour-là, mais ça n’aide pas vraiment à savoir si c’était l’été ou l’hiver en réalité.

Je marquais une petite pause alors que je cherchais d’autres informations qui pourraient nous être utiles pour fixer cet événement à une date précise. Je me grattais la tête un instant pour faire mine de réfléchir. Je ne devais pas trop en révéler trop vite.

- Je me rappelle le bruit, la lumière noire, de l’alcool et de la drogue. Mais je suppose que c’est un peu une constante dans les fêtes.



★ The Heart Is An Organ Of Fire ★

Mes AnnexesJ'écris en #ccff99

Revenir en haut Aller en bas
http://www.walkingdead-rpg.com/t6813-listing-des-comptes
Invité
Invité
WALKING WITH THE DEADS

MessageSujet: Re: i'm the designer of my own catastrophy   Lun 29 Aoû 2016 - 11:36






i'm the designer of my own catastrophy

Monter sur une table pour crier au monde entier qu'elle était enceinte, bien entendu qu'elle pouvait le faire. Qu'elle était capable de le faire. Buzz n'en doutait pas une seule seconde. Tam avait su prouvé qu'elle avait une grande gueule et que le regard des autres ne comptait pas. Est ce que c'était une façade ou non, peut-être… La question n'était pas là. Jouer un personnage, faire le con pour justement fait détourner les regards, parfois c'était ça la clé ! Et dans ce genre de petits jeux, Buzz était lui aussi maître. « -j'imagine bien les mâchoires qui tombent, les langues de vipères qui commencent à chuchotter, les regards qui se lèvent vers le ciel. Et les reflexions des plus vieux tu sais ! » Il prit une voix de vieille femme et ajouta : « -ah c'est jeune ! Le sexe ! Il n'y a que ça qui compte ! » Buzz était heureux de voir Tam sourire à nouveau, et il l'accompagna dans son rire. « -quelle bande de frustrés du cul... » conclue l'artiste en jetant le mégot de sa cigarette souriant toujours.

« -hum un elfe ? Genre les petits trucs verts avec les grandes oreilles ? » Buzz savait parfaitement qu'elle ne parlait pas de de genre d'elfe là. Et même s'il n'avait jamais été accro à la console, il n'avait aucun mal à imaginer Tam dans ce type de personnage. Un nouveau sourire avant que l'évocation de leurs parents ne change un peu le ton de la conversation. Mais encore une fois, la complémentarité qu'ils avaient l'un de l'autre fit en sorte que Tam préféra l'humour à la compassion. Et elle ne s'y trompait pas. Buzz ne souffrait pas d'être un gamin des services sociaux. Du moins il n'en souffrait plus maintenant. Petit ça avait été bien différent, lorsqu'il s'obstinait à croire qu'ils viendraient le chercher un jour, qu'ils étaient juste parti en voyage… Ou bien d'autres conneries.

Les conneries c'est lui qui les avait fait ensuite… Un sourire et il leva un doigt vers le ciel avait de répondre avec un air d'aristo qui ne lui allait pas : « -mais tout à fait ma chère ! Telle est la question ! » Le conversation allait et venait, de temps en temps plus sombre que d'autres. Mais ils parvenaient soit l'un soit l'autre à faire apparaître des sourires alors c'était tout ce qui comptait. « -ah merci me voilà bien moins complexé ! » lâcha Buzz lorsqu'elle avoua ne pas avoir obtenu le diplôme. Il avait envie de lui demandé pourquoi est ce qu'elle avait décidé de faire merder tout ça, mais il n'en fit rien. Il se contenta de la regarder en hochant quelque peu la tête, le regard mystérieux. La petite menteuse… Mais qui avait réellement dit la vérité au chalet ? Et qu'est ce que ça pouvait foutre qu'elle ait dit vrai ou pas de toute façon ? « -le plus gros mensonge du monde quoi ! » railla-t-il. Elle avait eu peur que les gens pensent qu'elle était inférieure ? Aller savoir…

Mais pour l'instant ce qu'il voulait savoir c'était où et comment ils s'étaient déjà croisé… Parce que pour lui, c'était le trou noir. Il avait beau fouillé dans tout les tiroirs de ses souvenirs… Pas la moindre trace d'une Tam… Lorsqu'elle parla de trois ans, il se dit que c'était pas possible. Il connaissait Nara depuis plus longtemps que ça, et depuis… Et ba depuis il n'avait pas forcement eut beaucoup de meufs dans son pieux… Enfin si quelque unes, mais il se souvenait d'elles. Il fronça un sourcil lorsqu'elle parla de ses vêtements, avant de cligner des yeux plusieurs fois. Mouais ça l'aidait pas plus…

Les infos suivantes furent plus précises pour Buzz. Soirées alcools et drogues, c'était forcement plus vieux que trois ans. Lorsqu'il avait fait le rencontre de Nara, ça faisait déjà un moment qu'il n'avait pas touché à ça. Donc c'était forcement plus vieux. Et ça expliquerait pourquoi il ne se souvenait pas de Tam. « -dans une certaine période de ma vie ouais, c'était une constante… Mais ça fait forcement plus de trois ans. Bref… » Il regarda la jeune femme avec un peu d'insistance, et ajouta : « -tu sais la première fois que je t'ai vu au stade, j'ai eu l'impression de t'avoir déjà vu. Mais je suis incapable de remettre des images précises. Y'a un ou deux de tes tatoos que j'ai l'impression d'avoir déjà vu. » Il observa Tam et il se mit à sourire en coin : « -aller balance tes infos Capone ! Tu joues avec moi là ! » Il commençait à la connaître assez pour savoir qu'elle était forte à ce petit jeu.

De toute façon, elle pouvait bien lui inventer n'importe quelle connerie, il n'en avait de souvenirs… Ils avaient peut-être partagé un raille de coke, gerbé dans les même chiottes… Mais il revint sur le fait qu'elle avait précisé ne pas être super habillé ce soir là. Et d'un coup il lâcha : « -on a baisé ?! C'est ça ? » Si c'était vraiment ça, c'était un peu con de pas en avoir le moindre souvenir… Mais il était vrai qu'à cette époque il s'envoyait tout de ce qui bougeait… A deux, à trois, à quinze… Comme quoi le truc à trois dont il parlait lorsqu'elle était arrivée, n'était pas si choquant que ça. Même Nara ignorait ce genre d'infos… Il n'avait dévoilé que peu de chose à la petite brune, parce qu'il n'y avait aucune raison de se vanter de ça… Buzz souriait en coin, parce que franchement ça l'amusait de savoir la suite. « -attends j'ai été le meilleur coup de ta vie et c'est pour ça que tu veux que je le sache ? » Oui à nouveau il partait dans des délires, mais c'était Buzz…



It's never too late
(c) black.pineapple
Revenir en haut Aller en bas
Tamara C. Kroeger
Tam Capone
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 31/10/2015
Messages : 832
Age IRL : 22

MessageSujet: Re: i'm the designer of my own catastrophy   Mar 30 Aoû 2016 - 11:50

Cette soirée était classée sous le signe de la bonne humeur et c’est justement ce qui la rendait si spéciale. Buzz était en train d’imaginer comment réagiraient les gens du chalet. Il se demandait alors qui aurait été le premier à lancer des rumeurs douteuses à son sujet. Au final, tout le monde semblait l’apprécier, mais les apparences étaient bien souvent trompeuses. Elle sera les dents un instant en pensa rapidement à Daryl et à Hope, il était bien pareil l’un et l’autre. Toujours à cracher sur tout le monde. Avoir une grande gueule était une chose, mais le faire dans le but de blesser son interlocuteur était bien différent…

- Tu sais, tu imites super bien la grand-mère. Tu as trouvé comment te recycler si jamais ça t’ennuie d’être un homme.

Je lui fais alors un petit clin d’œil. J’espère qu’il n’écoutera jamais mon conseil des plus stupide, tout d’abord parce que je n’ai pas d’appareil photo pour immortaliser ce moment et surtout parce qu’il est très bien comme homme et je ne comprends même pas comment on peut avoir envie de devenir une grand-mère. J’ai déjà du mal à me faire à l’idée de devenir une mère, alors pour le moment grand-mère c’était simplement inadmissible. Je ne pus m’empêcher de rire quand Buzz se mit à parler de frustration. Je savais que pendant un temps c’est ce que j’avais été alors ça résonnait dans mes oreilles avec un brin d’ironie.

Quand enfin, je repris mon souffle, je pus lui répondre à son histoire d’elfe. Visiblement, soit il confondait les elfes et les lutins soit il se payait ma tête et vu l’animal que j’avais en face de moi, mon esprit me fit choisir la deuxième option. Je répondais alors d’un geste évasif et de quelques mots.

- Un mélange de lutins elfe, je dirais plutôt que les elfes canon de WoW. Je me démerde bien à l’arc, on va dire que je ne suis pas dégueu et que j’aime bien l’humour.

C’était sans doute un doux euphémisme de dire que je n’étais pas moche. Je savais parfaitement que j’avais fait tourner des têtes par le passé. Mais je n’avais pas non plus envie de paraitre trop lourde et superficielle. Le maquillage m’aidait beaucoup dans ma lutte pour la beauté. Je laissais la conversation un peu couler lorsqu’on parler de parent et de diplôme. Ce n’était pas ce qui m’intéressait le plus à ce moment précis et je savais qu’il en était de même pour mon interlocuteur. Il faut aussi avouer que je n’avais pas grand-chose d’autre à ajouter. Il m’aurait demandé pourquoi, je ne lui aurais certainement pas répondu la vérité. Je me voyais mal lui dire : « Vois-tu, j’ai décidé que faire le trottoir était plus intéressant… » Un jour peut être que je lui dirais ou peut-être même qu’il avait déjà compris.

- Ce n’est pas toujours facile de se rappeler de quand datent les évènements surtout ce genre de soirée, je m’en rappelle déjà plus que toi ce qui est un miracle. Mais maintenant que j’y pense, je n’habitais pas encore sur Seattle quand je t’ai vu. Donc ça, je pense que c’est arrivé entre 2004 et 2009, maintenant débrouille-toi avec ça.

J’avais tellement voyagé partout que je ne me rappelais pas où j’étais à quel moment de l’année. Entre les conventions, les soirées et les hommes qui m’emmenaient avec eux en vacances, j’en avais fait des choses plutôt bien. C’était l’apogée de ma vie d’une certaine façon. Enfin, j’étais heureuse avec Abel maintenant, mais tout était bien différent. J’étais loin des soirées sur la plage des Bahamas.

- Je n’ai pas d’historique de mes tatouages non plus. Ce qui aurait certainement pu nous aider concernant la date à laquelle on se serait rencontré.

La vraie raison pour laquelle je me souvenais de lui c’était bien évidement parce que nous avions couché ensemble et c’était ce qui l’avait rendu unique, je ne couchais pas avec des hommes à cette époque, du moins pas gratuitement. Pourtant avec lui j’avais baissé la garde et j’avais accepté, non pas que je regrette ce qui s’est passé ce jour-là, bien au contraire, mais ce qui prouve plutôt que je devais être bien éméché.

- Évidement ! C’est pour ça que je me rappelle de toi.

J’accompagnais ma remarque avec un léger clin d’œil, je me rendais bien compte que le tout pouvait être particulièrement perturbant. Alors je m’empressais d’ajouter pour justifier le tout.

- J’étais dans une période plutôt lesbienne de ma vie, alors le fait d’avoir un homme au milieu fait que je m’en rappelle un peu mieux. Après de là à évaluer la performance du soir, je ne peux pas, les souvenirs sont beaucoup trop loin et je me suis tapé beaucoup trop de mecs pour faire un tableau de score.

Il serait sans doute déçu de ne pas être celui que je choisirais comme étant le numéro un. S’il me demandait s’il était un meilleur coup qu’Abel, je ne saurais absolument pas quoi lui répondre. C’était bien trop différent pour être comparable et c’était un souvenir beaucoup trop vieux pour que je m’en rappelle bien.



★ The Heart Is An Organ Of Fire ★

Mes AnnexesJ'écris en #ccff99

Revenir en haut Aller en bas
http://www.walkingdead-rpg.com/t6813-listing-des-comptes
Contenu sponsorisé
WALKING WITH THE DEADS

MessageSujet: Re: i'm the designer of my own catastrophy   Aujourd'hui à 19:35

Revenir en haut Aller en bas
 

i'm the designer of my own catastrophy

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 4Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant

 Sujets similaires

-
» Elle est où la bouteille ?
» sakamoto shinrei ▲ the only trophy i deserve: catastrophy

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Walking Dead RPG :: Archives RP :: RP Terminés-