Partagez | .
 

 i'm the designer of my own catastrophy

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant
Auteur
Message
Invité
Invité
WALKING WITH THE DEADS

MessageSujet: Re: i'm the designer of my own catastrophy   Mar 30 Aoû 2016 - 22:42






i'm the designer of my own catastrophy

Bien sur qu'il imitait bien les vieilles ! Et pas que ! Buzz avait un don pour ça ! Il n'était peut-être pas doué dans beaucoup de domaine, mais pour ce qui était de faire des imitations, des grimaces ou des mimiques débiles, il jouait dans la catégorie poids lourd ! Son visage était très expressif et vu que le ridicule ne tuait pas, il s'en donnait toujours à coeur joie. D'ailleurs heureusement que ça ne tuait pas, sinon ça ferait un bon bout de temps qu'il aurait passé l'arme à gauche ! Le conseil de Tam l'avait fait rire de bon coeur, mais non, il ne comptait pas changer de sexe et s'improviser en grand-mère ! Il tenait bien trop à sa masculinité ! Il n'avait d'ailleurs jamais eu envie d'être une femme. Trop complexe, trop d'hormones ! Pas pour lui ! Préférant de loin le côté : je me prends pas la tête, je m'en bats les couilles !

Il avait fait un mouvement de tête approbateur en ce qui concernait l'image de l'elfe sexu de Wow que Tam peignait devant ses yeux. Ouais, ça pour ne pas être dégueu, pas de doute là dessus, elle était canon. Et en plus d'avoir un corps qui donnait envie de lui faire plein de trucs agréables, elle avait de l'esprit, de l'humour, du second degré. Franchement, cette nana était parfaite sur bien des points. Et c'était sans doute pour tous ces traits de personnalité que Buzz l'appréciait. Laissant de côté sa plastique qui l'aurait affolé quelques années plus tôt. Aujourd'hui, la perfection à ses yeux c'était Nara. Et ça depuis déjà de longues années. Ce petit bout de femme était sa muse, sa déesse, celle qui mettait le feu à ses pensées…

« -ouais ba après c'est pas super important de dater. Ça changera rien à mes souvenirs, puisqu'ils sont inexistants... » Une grimace avec un haussement de sourcils. C'était quand même bien con ça ! Impossible de remettre une putain d'image sur leur première rencontre. « -ah toi non plus tu ne tiens pas ce genre d'historique ?! » railla-t-il. Tout comme lui, Tam avait une bonne partie du corps dessiné à l'encre. Même s'il y avait sans aucun doute des tatouages dont il ignorait l'existence, caché dans des endroits intimes… Aller savoir pourquoi il s'était fait tatoué sur le haut des fesses ?! Malgré la quantité de tatouages qu'il avait, il n'en regrettait aucun. Ils avaient tous une sorte de signification, lui rappelait des périodes de sa vie. Ils faisaient parti intégrante de lui, et Buzz savait qu'il se sentirait sans doute nu sans tout ces dessins.

« -ah ba voilà ! J'en étais sur ! » lâcha-t-il avec un sourire en coin trop sur de lui. C'était bien entendu de l'ironie, parce qu'il se doutait bien que ça n'avait pas du être une nuit de fou. S'il n'avait pas de souvenirs, c'était qu'il était soit trop bourré, soit trop défoncé… Et côté performances… Enfin, il n'avait jamais été nul dans ce type de chose, mais bon. « -quoi ?! » finit-il par lâcher en plissant le nez. « -t'as été une brouteuse de minou ? » élégance parfaite ! Merci Buzz… « -non mais qu'est ce que j'ai bien pu faire ou dire pour que tu veuilles bien de moi ce soir là ?" Il se posait sérieusement la question, même si ça n'avait pas d'importance maintenant.

Il sortie à nouveau une cigarette, même s'il savait qu'il aurait mieux fait des économiser. Mais bon… Une bière aurait été cool aussi, c'était toujours sympa dans ce genre de petites soirées confidences. Si on pouvait dire ça comme ça. « -et ba… On a couché ensemble… » Petit mouvement du menton. « -et ça m'a pas marqué plus que ça… On devrait peut-être remettre ça ! » lança-t-il avant de se mettre à rire et d'ajouter : « -j'déconne ! J'déconne ! Mais c'est quand même con. » Non pas qu'il avait été rare pour lui de s'envoyer de belles nanas. Pff il faisait tellement de conneries aussi avant… ça avait été une salle période de sa vie… Et en même temps… Buzz ne savait pas trop… Il avait expérimenté un bon paquet de trucs. Dont la plus part interdit par la loi. Sans doute trop dans l'excès.

« -en fait j'suis juste une image flou sur ton tableau de chasse… » souffla-t-il en allumant sa cigarette qu'il avait gardé derrière l'oreille quelques minutes. « -enfin j'y suis c'est déjà pas mal ! » ajouta Buzz en riant. « -j'ai certainement pas du te sortir le grand jeu… j't'ai peut-être chauffé avec ma petite danse super sexy. » Il bougea les épaules et la tête avec son petit sourire en coin, avant de rire et d'ajouter :" ba c'est toujours plus sympa comme passé commun qu'un : t'étais un gros con. »



It's never too late
(c) black.pineapple
Revenir en haut Aller en bas
Tamara C. Kroeger
Tam Capone
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 31/10/2015
Messages : 832
Age IRL : 22

MessageSujet: Re: i'm the designer of my own catastrophy   Mer 31 Aoû 2016 - 15:04

Se prendre la tête pour la date exacte était sans doute un peu surfait. Buzz était visiblement impatient d’en apprendre plus sur l’histoire que je gardais précieusement pour le moment. C’était avec plaisir que je faisais languir Buzz. Après tout, j’avais mes talents de conteuse et je savais que je devais garder la chute de l’histoire pour les dernières secondes et garder mon spectateur en haleine le plus longtemps possible. Le petit aparté sur les tatouages me faisait doucement rigoler. Lui comme moi en avions des tas sur nos corps respectifs. Il était similaire à une seconde peau. Je savais que tout comme moi, il ne pourrait vivre sans eux. Il devait les chérir comme un parent aime ses enfants.

- Tenir un historique c’est bien trop compliqué. Je sais pourquoi j’ai fait chacun d’eux, mais de là à dire que je me rappelle la date exacte, c’est parfaitement mort. Tien faudrait que je les compte pour savoir lequel de nous deux en a le plus.

J’accompagnais ma remarque d’un clin d’œil. Comme moi, j’étais sûr qu’il avait des tatouages cachés, certains que je connaissais peut être si je cherchais dans mes souvenirs les plus profonds et d’autre qui m’était simplement inconnue. L’encre était une seconde peau et même presque une drogue. À peine un de mes tatouages avait pris le temps de cicatriser qu’un autre venait s’ajouter à ma collection. La douleur de l’aiguille dans ma peau devenait quelque chose de parfaitement agréable, que ce soit en couleur ou en noir et gris, je les aimais tous pour ce qu’ils étaient. Une partie de moi, ni plus ni moins.

Je fus rapidement tiré de mes pensées par la voix de Buzz qui semblait outré de l’information qu’il venait d’avoir. Oui j’étais une bisexuelle et peux être même une pansexuelle. Pourquoi faire simple quand on peut faire compliquer ? J’avais un petit sourire goguenard qui apparaissait sur mon visage. Je passais une nouvelle fois une main dans mes cheveux pour remettre le tout en place. J’avais déjà dit que c’était le cas, mais je sentais bien qu’il avait besoin que je lui confirme.

- Oui, j’ai pendant longtemps été avec des filles, c’est une très très longue histoire en réalité. Je pourrais la raconter, mais je doute que cela ne t’intéresse vraiment. En tout cas, c’est grâce à ma première partenaire de longue date que j’ai fait mon premier tatouage. Celui que j’ai dans le dos.

C’était presque impossible de le rater. Dès que j’étais en débardeur, on ne voyait que ça. C’était exactement pour ça que je l’avais fait, attirer l’attention avec subtilité. Je n’avais aucune idée de ce qu’il avait fait pour me faire changer d’avis. Il avait peut-être été lourd ou m’avait simplement parlé de ses tatouages et tout un tas d’autres choses était possible. Je lui souriais alors en écoutant ce qu’il avait à me dire.

- Tu sais, dans mon tableau de chasse officielle n’y a pas beaucoup de mec, tu peux être fier de toi. C’est presque un honneur d’en faire partie.

Évidemment, la soirée ne devait sans doute pas être excellente, mais j’en avais de bons souvenirs alors je ne regrettais rien. Je savais que j’étais en train de semer des interrogations sur mon ancienne vie à Buzz. Peut-être que le jour était venu d’en parler à quelqu’un d’autre. Je ne savais pas trop. En tout cas je ne le ferais pas moi-même. J’étais contente de rencontrer un type qui avait aussi eu des coups durs et c’est pour ça que je me sentais si à l’aise.

- Tu m’as peut être fait un super strip-tease et comme j’étais un manque de bite, je me suis dit tant pis je craque. Ce qui se passe à Seattle reste à Seattle, un peu comme pour Vegas. En tout cas je confirme que je préfère me dire ça que de rencontrer quelqu’un que j’aurais insulté par le passé.

Il m’arrivait de devenir vulgaire et énervé. Autant je n’avais pas la langue dans ma poche autant normal, autant quand j’étais en colère ça devenait simplement une horreur pour la personne que j’avais prise en grippe. Je repensais à la première personne qui m’avait insulté au lycée, ça avait été un sport compliqué.



★ The Heart Is An Organ Of Fire ★

Mes AnnexesJ'écris en #ccff99

Revenir en haut Aller en bas
http://www.walkingdead-rpg.com/t6813-listing-des-comptes
Invité
Invité
WALKING WITH THE DEADS

MessageSujet: Re: i'm the designer of my own catastrophy   Jeu 1 Sep 2016 - 11:43






i'm the designer of my own catastrophy

« -tu pourra jamais avoir le compte exacte. » déclara Buzz avec petit sourire en coin qu'il avait lorsqu'il se la jouait beau gosse. Il se montra du doigt et ajouta : « -parce qu'il faudrait que je mette à poil entièrement, et c'est le genre de chose que je fais plus devant toutes les nanas. » Ouais, il en avait certains qui maintenant étaient réservés aux yeux de Nara. Parce que c'était fini la période où il était capable de montrer son cul en soirée, de courir à poil dans les rues de la ville pour un pari complètement con. Ça devenait relativement dangereux de se balader à poil de nos jours, surtout lorsqu'on avait un corps de sportif comme le sien. « -terminé le temps des émeutes de meufs parce qu'on apercevait un bout de mon cul… » ajouta-il avec le plus grand des sérieux, comme si cela arrivait tout le temps avant. Il tira une taffe avec un sourire en coin et conclue : « -t'façon j'pense que c'est toi qui en a le plus. » Un hochement de menton, ouais, c'était sensiblement elle qui avait le plus de dessins sur la peau. Ça lui manquait… L'idée qui germait dans sa tête, la réalisation du dessin, les petits picotements de l'aiguille dans sa peau… A moins qu'il croise un mec qui était tatoueur avant tout ça, l'époque des tatous était terminée…

« -c'est marrant que beaucoup de super belles nanas aiment pas les mecs ! » lâcha Buzz. Il en avait déjà croisé plus d'une qui lui avait dit qu'il était bien gentil mais qu'elle n'était pas intéressée… « -en même temps ça se comprends, une paire de boobs c'est juste super... » soupira-t-il les yeux dans le vague. « -va savoir pourquoi on trouve ça excitant, nous les mecs de vous voir vous roulez des pelles et vous pelotez… » Il rentra son menton dans son cou en disant cela, fronçant un sourcil. « -oh ba tu sais, j'suis de garde toute la nuit, alors j'ai le temps pour une loonnngggue histoire... » Buzz avait écarquillé les yeux en disant cela, fixant avec intérêt Tam, lui souriant quelques secondes plus tard.

Ce n'était pas forcement de la curiosité mal placée, juste qu'il trouvait ça cool d'en apprendre plus sur elle. Après tout, lorsqu'on devenait ami, ça impliquait de se confier quelque peu, de se dévoiler et de confier des secrets et des brides de vies à l'autre non ?

« -hé bien je suis honoré de vous avoir honorez madame ! » répliqua Buzz de façon théâtrale en s'inclinant dans une petite révérence souriant amusé de son propre jeu de mot. « -oh ouais j'suis d'accord, tout ce qui est du passé reste où il est. J'ai pas envie de me faire casser la gueule par Abel parce que j'suis passé sur toi avant lui ! » C'était toujours autant cash et cru, mais bon Buzz avait toujours été ainsi. C'était avec ses crayons qu'il embellissait les choses pas avec ses mots. « -on est trop compatible pour avoir ce genre de passé. Enfin tu m'as peut-être insulté après parce que j'me suis barré comme un fumier. » Un penchement de tête comme s'il réfléchissait sur son passé, avant qu'il ajoute : « -j'étais un gros con… Avant… Enfin encore plus gros qu'aujourd'hui… »

Ouais ça pour avoir été un gros con, il était plutôt bien classé dans la catégorie. C'était avant de rencontrer Nara, lorsqu'il était complètement paumé et qu'il noyait ses neurones dans la dope. Il s'envoyait tous ce qui pouvait écarter les cuisses, alors si Tam était venue lui faire de l'oeil au milieu d'une soirée, forcement, il se l'était fait. Et ça n'était pas étonnant qu'il ne se souvienne pas de son visage.

Buzz porta sa clope à ses lèvres et leva les yeux vers les étoiles durant quelques secondes, juste le temps pour que le silence les entour à nouveau. « -tu sais Tam, j'suis loin d'être fière de mon passé… Si je pouvais me servir d'une gomme pour en effacer une partie comme je le fais sur un dessin raté, je le ferais sans doute sans hésiter. » Il recracha la fumée de sa cigarette, et ajouta : « et en même temps… Je serais jamais sans doute le mec le plus cool que tu connaisses si j'avais pas eu cette vie là. » Un sourire supérieur même s'il ne disait que des conneries pour la faire rire. « -t'es pas obligé de me raconter ta life si t'en a pas envie. Mais... » Il se mordit trois seconde la lèvre inférieure avec sérieux et ajouta : « -mais niveau erreur de parcours, trucs qu'on préfère ne pas dire, honte suprême et choses qui vous font allez en taule, j'me suis pas trop mal débrouiller… Alors qui suis-je pour te juger ?! Parles moi mon enfant ! Soulage ta conscience ! » Il ne savait pas rester sérieux trois minutes… Ses derniers mots avaient été dit entre supplique insistante et confidence perverse de curé, le tout accompagné par un regard qui allait bien avec, le ton de voix s'emportant peu à peu. Il avait terminé le tout en se mettant à rire, elle faisait ce qu'elle voulait. A elle de se décider.  



It's never too late
(c) black.pineapple
Revenir en haut Aller en bas
Tamara C. Kroeger
Tam Capone
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 31/10/2015
Messages : 832
Age IRL : 22

MessageSujet: Re: i'm the designer of my own catastrophy   Ven 2 Sep 2016 - 0:51

L’épilogue sur le faite que j’étais en cloque était beau et bien terminé et j’en étais tout simplement enchanté. Je n’avais pas envie de passer pour la petite fille pleurnicharde parce que concrètement c’était loin d’être mon genre. Surtout que je n’avais pas du tout envie d’être catalogué comme la meuf en cloque. J’avais une personnalité qui m’était propre et un but à atteindre, du moins j’en avais un avant. Parce que bon maintenant c’est quand même un peu vague. Survivre, c’est déjà bien comme chose à faire et on partage cette envie avec tout le monde dans le groupe. J’affichais un petit sourire satisfait alors qu’il avouait que j’avais certainement plus de tatouage que lui.

- Je ne demandais pas à voir ton cul, je suis prête à te croire sur parole. Au pire, tu aurais pu te servir de Nara comme témoin. Mais si tu te révèles déjà vaincu qu’il en soit ainsi.

J’affichais un petit sourire goguenard quand Buzz arrivait à la conclusion qu’une grande partie des belles femmes étaient plutôt en train de se kiffer entre elles. C’est vrai qu’il y en avait des jolies, mais c’était avant tout des rumeurs, elles étaient nées du faite que les hommes retenaient plus facilement les râteaux qu’ils se prennent des jolies filles. Ni plus ni moins, j’étais un peu flatté qu’il me positionne dans cette case. C’était toujours agréable de se sentir belle, même venant dans un homme en couple.

- C’est juste que tu te rappelles plus facilement des râteaux de jolie fille que des moches. Beaucoup de filles pensent que tous les beaux mecs sont gay, mais elles se trompent. Il y a de jolis spécimens qui ne le sont pas, même s’ils ne sont plus en activité.

Je lui fis alors un petit clin d’œil entendu. J’espérais qu’il avait compris que je parle de lui parce que j’aurais difficilement faire plus lourd comme formulation. Il était heureux avec Nara et certainement bien plus qu’avant lorsqu’il enchainait les filles. Je remerciais le monde de m’avoir offert un minimum de stabilité sentimental. J’aurais certainement continué de collectionner les conquêtes si ce n’était pas le cas. Je m’étirais tel un chat avant de m’installer un peu mieux sur la chaise pas très agréable qu’il m’avait tout de même laissé par politesse. Il voulait que je lui raconte mon histoire. Il semblait réellement intéressé. Je pourrais toujours lui faire la version light.

- Dans le monde des conneries, on doit surement faire la paire et je pense que je t’aurais plutôt insulté parce que je n’ai pas eu le temps de me casser avant toi. Je ne me suis jamais attaché à qui que ce soit avant…

C’était un demi-mensonge, enfin j’allais lui raconter mon histoire alors il allait sans doute comprendre la situation. Il me disait qu’il était con avant, il l’était sans doute toujours un peu puisque c’était le cas de tout le monde, mais c’était devenu un mec bien. Il était droit, il s’en était sorti et il s’était battu et rien que pour ça je lui tirais mon chapeau. La vie était loin d’être facile, j’ai l’impression qu’il y avait beaucoup plus de bas que de haut, mais on doit continuer à avancer et se battre pour ce qu’on fait.

- Moi non plus je ne suis pas fière de ce que j’ai fait, mais comme tu le dis si bien, on ne peut pas vraiment regretter, car sans ça, nous ne serions pas ce que nous sommes aujourd’hui.

J’affichais un petit sourire, on serait peut-être en train de déambuler dans les rues telles des mobs à la recherche de chaire fraiches. Je n’avais pas vraiment envie de le savoir en réalité. Cela ne m’apporterait rien. Je réfléchis un instant alors que Buzz me précisa que je n’avais pas besoin de lui raconter ma vie, mais d’une certaine façon j’en avais envie.

- Tant que je n’ai pas à sucer le prêtre à la fin de la confession, ça me convient plutôt bien comme marché. J’inspirais alors un grand coup avant de commencer à planter le décor. Pour faire simple, j’ai commencé à me rebeller contre mes parents entre 13 et 14 ans. J’ai fini de dérivé à 15 ans, je trainais avec les mauvaises personnes. Il y en avait un en particulier, il avait beaucoup d’argent, une grande maison avec piscine et tout le reste. J’ai passé toutes mes vacances d’été là-bas pratiquement alors que ses parents étaient théoriquement en voyage. Et puis une après-midi alors que j’étais en train de bronzer au bord de la piscine, je me rappelle plus ce que faisait mon pote à ce moment-là. Il y a un homme trente-cinq et quarante ans qui m’interpellent. Je me rappellerais toujours de la première fois que mon regard s’est posé sur lui. Il faisait quarante à l’ombre il était dans son putain de costume noir sur-mesure et il n’avait même pas une goutte de sueur. Bref, à quinze ans, je suis tombée amoureuse du père de mon pote et j’ai fini par coucher avec lui. J’étais qu’une maitresse pour lui et j’ai souffert pas de la relation qu'on avait. Mais plutôt six mois après quand il m'a lâché comme une merde... Du coup c’est pour ça que j’ai longtemps était attirer que par les filles.

Souffert était sans doute un peu faible. Je me rappelais de chacune de ses rides, de ses yeux jaunes, de son parfum et de tout un tas d’autres trucs. C’était si vieux et pourtant ce démon me hantait toujours autant. Je n’avais pas besoin d’ajouter des détails ni de parlait de l’histoire du prof avec Dante. C’était déjà quelque chose en soi cette histoire.

- Oui, j’aimais déjà les vieux.



★ The Heart Is An Organ Of Fire ★

Mes AnnexesJ'écris en #ccff99

Revenir en haut Aller en bas
http://www.walkingdead-rpg.com/t6813-listing-des-comptes
Invité
Invité
WALKING WITH THE DEADS

MessageSujet: Re: i'm the designer of my own catastrophy   Sam 3 Sep 2016 - 19:30






i'm the designer of my own catastrophy

« -ah bon tu voulais pas le voir ? J'avais cru comprendre ça ! » plaisanta Buzz en ajoutant : « -oui pas faut, Nara peut témoigner, mais j'sais que tu aimes gagner. » Un clin d'oeil et un sourire, avant qu'il n’enchaîne sur les lesbiennes. Il porta sa main sous son menton comme pour méditer à ce qu'elle venait de dire au sujet des râteaux qu'il avait pu prendre dans sa vie de dragueur lourdingue. Tam n'avait sans doute pas tord. Il lui décocha un sourire en coin en levant les yeux vers le ciel étoilé, pour lui faire comprendre que son compliment caché était sympa, mais qu'il n'y croyait pas une seconde. Buzz savait qu'il avait du potentiel, mais c'était sa tchatche qui l'avait aidé à mettre un bon paquet de nanas dans son lit. Et puis, il avait rencontré Nara. Il était tombé amoureux super vite de la petite brune, mais s'était borné à se convaincre qu'elle méritait mieux. Qu'avec le passé qu'il se traînait, il n'était pas digne d'elle. En gros. Il avait continué à avoir des filles pour un soir, ou deux. Mais il avait très vite diminué le chiffre, parce qu'il n'était attiré que par Nara… Que toutes les autres paraissaient fades et sans le moindre intérêt.

Ça s'était vrai, ils faisaient la paire. Même si pour le moment elle n'avait pas révélé grand-chose de son passé, Buzz n'imaginait pas la tatouée en mode petite fille sage. Tout comme lui, elle le portait sur le front qu'elle avait eut une vie étrange et pas du tout rangée. Visiblement, elle assumait cela, tout comme il le faisait de son côté. Mais ils mettaient de côté ou entre parenthèses certains épisodes pour ne pas être jugé ou choquer les autres. Âmes sensibles s'abstenir !

Un nouveau point commun… Pas d'attache réelle pour lui non plus. Pas avant Nara. Parce que c'était bien plus simple de décevoir les gens, et de se barrer sans avoir à donner d'explication. Parce que les sentiments, c'était bien trop cons et que ça faisait souffrir pour rien. Visiblement, Tam ne regrettait pas non plus ce qu'elle avait pu faire avant. Ils auraient limite pu être des jumeaux diaboliques et merdiques en tous points !

« -rah tu salies tout Tam ! » lança Buzz en grimaçant lorsqu'elle parla de le sucer. « -même si j'suis déçu. » ajouta-t-il à voix basse avant de rire un bon coup. C'était fun d'avoir ce genre de conversations tout en sachant qu'il n'y aurait jamais rien entre eux. Buzz était bien trop heureux dans ce couple qu'il formait avec Nara. Et Tam allait devenir maman du rejeton d'Abel. Et puis de toutes façons, même si elle était belle, désirable et sexy malgré les conditions de vie de merde qu'ils avaient ici, Buzz n'avait jamais eu envie de personne d'autre que du petit bout de femme qui dormait toutes les nuits entre ses bras.

L'inspiration qu'elle prit prouva à Buzz que c'était quelque peu difficile pour elle de parler. Il ne l'avait pas forcé à lui expliquer. C'était son propre choix d'ouvrir les vannes et de se mettre à raconter les grandes lignes de son passé. L'artiste écouta la jeune femme lui expliquer comment elle était tombée amoureuse d'un mec bien plus âgé qu'elle, et qui n'était autre que le père de son pote. « -ah ouais c'est chaud ! » lâcha Buzz alors qu'elle n'avait pas fini de parler. « -j'aime pas trop trop la fin de l'histoire... » répondit-il en écrasant sa clope. « -le mec il t'a vacciné quoi ! C'est pas cool ça. Enfin pas cool pour tous les mecs qui devaient crever d'envie de pouvoir te toucher ou que tu leur portes un minimum d’intérêt. »

Buzz fit un petit bruit de bouche lorsque sa langue passa sur ses dents, haussant les sourcils le temps de digérer les infos qu'elle venait de donné sur son début de vie d'adulte. « -ba y'a pas de mal à ça, y paraît qu'ils ont plus d'expériences… Mais sûrement moins d'endurance… » Tous les goûts étaient dans la nature, et si elle aimait les mecs avec des rides et un début de calvitie, c'était son problème. Certains aimaient les maigres, d'autres les rondes, d'autres encore les petites avec un caractère de merde… « -tu sais, le passé c'est le passé. Ça parasite juste le présent. Cette phrase est pas de moi, j'te rassure. C'est le père de Nara qui me l'a dit un jour. »

Un léger silence s'installa avant que Buzz ouvre à nouveau la bouche pour réclamer la suite : « -et après ? Les études, t'as laissé tombé, et... » Ba ouais, maintenant qu'elle avait commencé, il voulait en savoir un peu plus encore.


It's never too late
(c) black.pineapple
Revenir en haut Aller en bas
Tamara C. Kroeger
Tam Capone
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 31/10/2015
Messages : 832
Age IRL : 22

MessageSujet: Re: i'm the designer of my own catastrophy   Dim 4 Sep 2016 - 11:45

Je regardais Buzz avec le sourire malgré la difficulté de lui parler de moi. Je sentais qu’il n’y avait de jugement dans son regard, cette histoire je ne l’avais même pas raconté à Abel de peur qu’il s’enfuie en l’entendant. On ne peut pas raconter à tout le monde qu’on aime s’envoyer en l’air avec des vieux de peur que ça se transforme en stalk abusif. Buzz avait compris l’histoire d’une façon, alors que pour moi c’en était une autre. Il lui manquait une information qui était sans doute capitale, mais est ce que je pouvais lui dire ? Je savais qu’il ne me jugerait pas, qu’il avait fait des conneries aussi. Je réfléchissais alors qu’il affirmait ne pas aimer l’histoire.

- C’est vrai que cette histoire n’est pas superbe, mais c’est grâce à tout ça que je suis moi aujourd’hui. Sans.. euh lui ! Je serais devenue une fille banale sans aucun tatouage, j’aurais fini mes études trouvées un homme, j’aurais passé le reste de ma vie à Toronto et je serais sans doute morte à l’heure qu’il est.

Ma voix avait un peu merdé, c’était son nom que j’allais prononcer. Je m’étais bien vite rattrapé. Je réalisais à l’heure actuelle qu’il me laissait toujours un gout un peu amer dans la bouche. Je m’étais promis de n’aimer plus personne et visiblement j’avais réussi. J’avais fait tous les efforts du monde pour faire naitre une haine contre lui, mais je savais que c’était inutile et que je n’y arriverais sans doute jamais. Un seul homme peut à lui seul bouleverser une vie entière, son visage était gravé dans ma tête. Je souris un instant que Buzz parlait de tous les mecs qui avaient dû subir cette injustice. Oui, il y en avait sans doute, mais en réalité, ils n’avaient pas été si nombreux que ça, enfin je ne crois pas. Beaucoup de personnes me regardaient passer dans les couloirs de mon lycée, mais j’ai toujours cru que c’était à cause de mes tatouages et du fait que je m’affichais avec une fille. Il était sans doute en train de marquer un point.

- Tu sais, après cette histoire, j’ai vite fait comprendre à tout le monde que j’étais plus attiré par les filles, alors je suppose qu’ils ne se sont pas fait d’illusion très longtemps. Chaque semaine, j’en avais une différente au bras et des fois elle ne venait même pas de mon lycée.

Je n’avais rien à ajouter concernant les performances sexuelles de ce qui semblait être mes rares compagnons masculins. Il était content de sa connerie et je n’allais pas lui retirer ce plaisir. Je devais sans doute lui raconter la réalité. Surtout qu’il semblait vouloir la suite de l’histoire. J’étais prête à lui fournir. Il allait sans doute un peu vite en besogne. Il s’était passé un événement marquant entre l’histoire du père de famille et l’abandon du diplôme. Les deux étaient sans doute un peu liés en réalité même si je ne le montrais pas vraiment.

- Entre cette histoire et mes études que j’ai laissé tomber, il y a eu un événement des plus important et perturbateur. J’ai rencontré Dante. Il était cool, on est devenue pote et il m’a proposé de faire chanter un prof vicieux qui draguait toutes les filles du lycée, moi y compris. Je n’ai pas eu besoin de grand-chose pour le pousser à franchir le pas avec moi et résultat, on l’a fait chanter. Il a été le premier d’une longue liste d’homme.

Par la peine de préciser que le tout s’était transformé en prostitution. S’il réfléchissait un peu, il avait assez d’éléments pour arriver tout seul à cette conclusion. Je n’avais fait que lui donner les informations dont il avait besoin. Je n’étais pas fière de moi, mais je n’avais pas honte non plus. S’il me demandait clairement si j’avais fait le trottoir, je lui répondrais oui, même si ça ne s’était jamais passé comme ça. J’ajoutais alors comme pour confirmer sa théorie.

- J’ai vécu comme ça une grande partie de ma vie jusqu’à ce qu’on arrive aux USA il y a quelques années, il a fallu reprendre notre vie depuis le début et c’était assez compliqué, mais on a réussi.



★ The Heart Is An Organ Of Fire ★

Mes AnnexesJ'écris en #ccff99

Revenir en haut Aller en bas
http://www.walkingdead-rpg.com/t6813-listing-des-comptes
Invité
Invité
WALKING WITH THE DEADS

MessageSujet: Re: i'm the designer of my own catastrophy   Dim 4 Sep 2016 - 22:44






i'm the designer of my own catastrophy

« -mouais c'est une façon de voir les choses… Un peu radicale certes... » Elle avait accroché sur le prénom du type… C'était donc qu'il avait encore du pouvoir sur elle, malgré tout le temps qui s'était écoulé. C'était fou de voir comment une seule personne pouvait vous faire prendre une route complètement différente, influencer ainsi votre vie. Ce qu'il y avait fort à parier, c'était que ce type lui, ça ne lui avait sûrement rien fait de briser le cœur de la jeune petite brune qui s'était épris de lui. Chacun avait ses éléments perturbateur dans sa vie. Une personne pour Tam, un événement pour Buzz… Enfin, ce n'était peut-être pas très sain pour elle de garder tout ça en elle, de ne pas parvenir à faire le deuil en quelque sorte de ce mec. Enfin, c'était toujours facile de donner des conseils… Mais ce n'était pas si simple que ça de les mettre en applications.

« -c'est dingue qu'à l'époque tu arrivais à t'afficher ainsi. Non parce que y parait que c'est pas évident… Après j'dis ça, j'dis rien. » Tam aimait faire dans le m'as tu vu, dans la provocation. C'était un certain système de défense que Buzz avait adopté durant de longues années lui aussi. De son côté, il affichait déjà fièrement ses premiers tatouages, fumait déjà comme un pompier, et avait déjà touché à pas mal de trucs pas très bon pour les neurones. Il avait vite laissé tombé l'école pour s'adonner à une activité géniale : ne rien faire de sa vie. Profiter, et se défoncer. Peu brillant… Buzz haussa les sourcils, il n'avait aucun mal à se faire une image de la Tamara ados provocatrice et lesbienne.

Ah visiblement il avait passé trop vite les étapes. Tam revint en arrière pour faire entrer en scène un mec que Buzz connaissait. Dante. Il n'avait jamais trop prit le temps de parler avec lui à dire vrai. Donc il le connaissait de vue. Mais il savait que la brune et lui étaient très liés. Buzz se tourna en direction de la palissade, décollant son dos durant quelques minutes. Il était tout de même ici pour surveiller si des moches ne venaient pas trop près. Alors même si il était content de parler avec Tam, il devait faire un minimum son boulot. Gary lui casserait sans doute la gueule si jamais il laissait passé un rodeur… Et franchement, l'artiste n'avait pas envie de prendre une rouste de la part du chef du groupe. Très peu pour lui. Tout en scrutant la nuit, il écoutait Tam, et il finit par froncer les sourcils et se tourner à nouveau vers elle.

« -attends… Tu veux dire que ton meilleur pote c'est enfin c'était ton mac ? » demanda Buzz pour être sur d'avoir bien comprit la nature de propos qu'elle venait d’énoncer. Il leva les sourcils, comme s'il méditait sur le truc, rentrant son menton dans son cou. « -wahou… ça c'est de la relation super chelou... » Belle conclusion. Enfin encore une fois il n'était pas là pour la juger. De toute façon cela n'avait plus d'importance aujourd'hui. Mais c'était tout de même une drôle de manière de mener sa vie… Il avait toujours pensé que ses choix à lui étaient plus que merdique et bancale, mais Tam était plutôt pas mal dans le domaine.

« -c'est assez mouvementé les chapitres de la vie de Tamara… » ajouta Buzz en le regardant en plissant quelque peu les yeux. « -tu m'as fais payé ? » demanda-il alors en souriant parce que c'était plus pour dire de la merde que pour avoir réellement une vraie réponse. « -c'est quand même particulier comme parcours. Unique même. Mais si tous ça a fait que tu es toi aujourd'hui, alors c'est tant mieux. » Pas la peine qu'il ajoute qu'il trouvait que c'était une fille cool et qu'il l'aimait bien. Elle le savait. « -et une fois aux States, t'as fais quoi du coup ? » Pas la peine de poser trente six questions sur ce qu'elle venait de dire. Il ne tenait pas à avoir plus de précisions. Reprendre sa vie en main, devoir changer, ça c'était compliqué. Il savait ce que c'était parce qu'il en avait bien chier de son côté pour remonter la pente.



It's never too late
(c) black.pineapple
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
WALKING WITH THE DEADS

MessageSujet: Re: i'm the designer of my own catastrophy   Aujourd'hui à 19:26

Revenir en haut Aller en bas
 

i'm the designer of my own catastrophy

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 3 sur 4Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant

 Sujets similaires

-
» Elle est où la bouteille ?
» sakamoto shinrei ▲ the only trophy i deserve: catastrophy

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Walking Dead RPG :: Archives RP :: RP Terminés-