Partagez | .
 

 i'm the designer of my own catastrophy

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3, 4  Suivant
Auteur
Message
Invité
Invité
WALKING WITH THE DEADS

MessageSujet: i'm the designer of my own catastrophy   Dim 14 Aoû 2016 - 18:24






i'm the designer of my own catastrophy

Un jour de plus venait de finir. Encore un repas commun avec ces gens qui étaient devenu au fils du temps une famille. Encore une nuit qui allait être courte pour Buzz car il était de garde. Le tatoué avait dormi un peu dans l'après midi, s'accordant une sieste de quelques heures, histoire de tenir le coup cette nuit. Hors de question de piquer du nez ou de se laisser prendre par le sommeil. Même si grâce au portail et à la palissade mise en place le chalet était sécurisé, Buzz tenait à faire ça bien. Il n'avait jamais été quelqu'un de responsable. Mais ce genre de mission, parce que ça en était une, il mettait un point d'honneur à les mener à bien. Généralement il se portait volontaire, même si Nara trouvait qu'il le faisait trop souvent. De toute façon, il avait du mal à dormir une nuit complète.

Un fusil sur l'épaule, un paquet de clope et son fidèle zippo dans la poche de son jeans, Buzz avait grimper jusqu'au spot de contrôle. Il avait tapé sur l'épaule du type qui s'y trouvait en disant : « -j'prends ta place mec, va dormir. » Une poignée de main, un sourire et il se retrouva seul face à la nuit qui était déjà bien tombée. Un soupire passa ses lèvres lorsqu'il se posa dans le siège présent là. Depuis le temps, il avait prit des cours avec Ethan et Arthur. Il savait maintenant tiré comme il fallait, évitant de gaspiller trente balles pour un moche. Généralement c'était plutôt tranquille, mais bon on était jamais sur de rien avec ses bouffeurs de cervelles.

Buzz se passa une main sur la nuque avant de remonter les manches de son sweet à capuche. Il aimait bien se retrouver seul ainsi. Ça lui permettait de faire le point, mais aussi de mettre un peu de distance avec la vie du chalet. La foule n'était pas son ami, et pouvoir enfin trouver un endroit pour n'être que lui, c'était apaisant. L'artiste scruta la nuit mais rien n'était en vu. Il leva alors les yeux vers le ciel noir. Les étoiles étaient présentes elles aussi. Tout comme la lune qui donnait une assez bonne visibilité, évitant de devoir se servir de lampe torche. Même s'il avait embarqué avec lui sa frontale qui faisait tant rire sa petite amie lorsqu'il la portait.

Son fusil à porté de main au cas où, Buzz sorti son paquet de clope. Il le tapa dans sa main pour en faire sortir un bâton de tabac. Il le passa sous son nez, avant de le mettre entre ses lèvres. Mais lorsqu'il s'apprêta à ouvrir son zippo, le tatoué suspendit son geste. Il ne lui restait pas un stock de fou niveau tabac… Alors il tentait de faire des économies. Tout ce bordel aurait pu avoir raison de sa dépendance à la nicotine. Malheureusement, il était incapable de faire sans. Il parvenait toujours à trouver de quoi se refaire une réserve lorsqu'il partait en excursion. Même s'il était conscient qu'un jour ou l'autre, il faudrait qu'il mette un terme à cette relation nuisible et pourtant si agréable qu'il entretenait depuis tant d'année avec la clope.

Depuis que les Karlson étaient de retour au chalet, il se posait un bon nombre de questions. Il ne s'en était pas ouvert à Nara, préférant l'épargner. Il l'avait toujours fait. C'était ses trucs à lui, dans sa tête. Pas la peine d'en parler au monde entier. Les réponses viendraient. Peut-être… Un jour…

L'absence de Sven lui faisait mal. Même s'il tentait de garder le sourire. C'était la première personne dont il était proche qu'il perdait. N'ayant jamais eu de famille, il ne savait pas ce qu'on pouvait ressentir lorsqu'on perdait un être cher. Mais ce type, ce mec un poil plus jeune que lui, il l'avait vraiment considéré comme un frère. Certes c'était un rival, mais Buzz était passé au dessus de ça. Il y avait déjà un bon bout de temps. Sven était devenu un ami. Et cela faisait souffrir le tatoué de savoir qu'il ne révérait plus sa face dans les parages.

Décrochant sa clope de ses lèvres, il la regarda durant quelques secondes, hésitant. Puis il se décida à l'allumer tout de même. La flamme de son briquet alluma quelques secondes son visage, avant qu'il ne rabatte le clapet de métal dessus pour l'étouffer. En silence, il tira une première latte, les deux coudes sur les genoux, fixant l'horizon. Un nuage de fumée blanchâtre sortie de ses narines et de sa bouche lorsqu'il expira. Combien de temps ça allait encore durer ? La vie était encore là, fragile. Mais est ce qu'ils avaient une chance de vraiment s'en sortir ? Quand ils voyaient tous ses couples, les ventres des femmes qui peu à peu s'arrondissaient, franchement il se posait des questions. Est ce qu'ils n'avaient pas comprit que c'était la merde la dehors ? Avaient-ils déjà tous oublié le stade ? Une nouvelle bouffée de tabac, plus longue, moins rapide... Suivit d'un long soupire.      



It's never too late
(c) black.pineapple
Revenir en haut Aller en bas
Tamara C. Kroeger
Tam Capone
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 31/10/2015
Messages : 832
Age IRL : 22

MessageSujet: Re: i'm the designer of my own catastrophy   Dim 14 Aoû 2016 - 21:41

Comme souvent, je regardais mon plafond avec un air désemparer. Je passais pas mal de temps à penser à ma vie et mes conneries. Je me demandais même par quel miracle j’étais encore envié. Il s’agissait typiquement du genre de question que je ne m’étais jamais posée avant. Quand j’étais jeune et insouciante. Qu’il n’y avait que moi et mon désir de m’envoyer en l’air avec tout et n’importe quoi ! Réellement n’importe quoi… Je n’aimais pas parler du passé simplement parce que j’y avais fait trop de connerie et que j’essayer désespérément de les cacher sous le tapis, sans y parvenir parce que sinon ce n’était pas drôle.

Je repensais à tous ses hommes qui étaient passés dans mon lit, à mon ancien prof de maths. Je me demandais bien quel âge il pouvait avoir maintenant et s’il était toujours en vie. Je ne me rappelais pas de tous les hommes que j’avais connus dans ma vie, ni même de toutes les femmes. Je m’en voulais d’avoir des zones d’ombre aussi énorme. Je m’en voulais presque d’avoir eu ma vie. Je me détestais encore plus de m’en vouloir. C’était une chaine sans fin, mais je ne pouvais décemment pas en parler. Qui pourrait me comprendre et m’écoutait ? Personne.

C’était des détails qui ne changer en rien ma vie au chalet, mais qui m’empêchait de dormir ses derniers temps. J’avais mis toutes ses questions improbables sur le compte de mes hormones. Je n’avais pratiquement parlé de ma grossesse à personne. Évidemment, le principal intéressé était au courant, ainsi que Skyler et pour finir Dante. L’annonce avait été compliquée à faire, mais je savais que je pouvais compter sur lui dans un moment pareil. J’étais persuadé que Kitty l’avait compris également, à force de lui envoyer un tas de signes. Cependant, nous n’en avions jamais parlé ouvertement, simplement parce qu’elle avait dû comprendre que je n’étais pas encore prête à le faire.

Je ne pouvais pas rester dans son lit plus longtemps, j’avais besoin de bouger et de prendre l’air. Je n’étais pas fatigué plus que ça, alors autant se dégourdir les jambes non ? J’attraper mon sweat que j’enfilais tout en gardant ma capuche sur ma tête. Je savais que le vent dehors serait sans doute un peu froid. Oui nous étions en été, mais la nuit les températures chutent assez violemment, surtout que nous sommes en altitude. Je chaussais rapidement mes chaussures avant de pousser la porte de ma chambre. C’est avec un petit sourire sur le visage que je constate que personne n’est présent dans le couloir. Je continue ma route alors et m’éclipse de cet endroit.

Finalement, je décide de monter sur le poste d’observation. Je ne sais pas qui est de garde cette nuit, mais un petit peu de compagnies lui ferait sans doute du bien. Surtout que j’aimais bien voir les étoiles. Ni une ni deux, je me dirige vers cette nouvelle destination. Arrivé à pas de loup, je reconnais rapidement la vigie de ce soir. Je réfléchis un instant, je décide de me glisser dans son dos et de lui poser les deux mains sur les yeux. Le plan me parait marrant et le connaissant il devrait plutôt le prendre bien.

- Devine qui c’est ?

Il ne lui faut évidemment pas énormément de temps pour comprendre qu’il s’agit de moi. Ce n’est pas comme si j’avais été très discrète et puis on se connaît assez pour pouvoir se reconnaitre. Cela fait un long moment que nous n’avons pas eu l’occasion de discuter un peu tous les deux. Peut-être qu’aujourd’hui changera un peu les choses ? Je m’éloigne un peu de lui tout en lui souriant, il semble un peu fatigué des derniers évènements, je ne peux que le comprendre la disparition de Sven pèse sur tout le monde.

- Comment tu vas par cette belle nuit étoilée ? Tu n’es pas dans les bras de ta douce ? Je suis sûre que tu dois lui manquer.

Un peu de banalité n’a jamais tué personne et puis je n’allais pas commencer une discussion en lançant un sujet au pif. Il faut toujours tâter le terrain avant. J’aurais pu évoquer la cigarette qu’il avait dans le coin du bec, surtout que je devais admettre que j’avais également très envie de fumer. Chose que je ne faisais plus depuis longtemps en réalité, mais le stress et la tension font tous revenir au gallot. J’espérais un instant ne pas fixer l’objet qu’il avait entre les mains trop intensément. La fumer ne me gênait pas surtout que le vent l’emmener vers la direction opposée de la mienne.



★ The Heart Is An Organ Of Fire ★

Mes AnnexesJ'écris en #ccff99

Revenir en haut Aller en bas
http://www.walkingdead-rpg.com/t6813-listing-des-comptes
Invité
Invité
WALKING WITH THE DEADS

MessageSujet: Re: i'm the designer of my own catastrophy   Lun 15 Aoû 2016 - 9:53






i'm the designer of my own catastrophy

Jusqu'à ce que le monde parte en live, Buzz n'était pas un mec qui se posait beaucoup de questions. Son petit monde était composé de feuilles de papier, de toiles vierge, de tubes de peinture ou de crayons gras. Peu à peu il apprenait à croire en lui grâce à l'aide du père de Nara, dont il était le plus grand fan. Et bien sur il y avait elle. Nara. Depuis qu'Alan et Christy étaient revenu, il ne cessait de penser à ça. Et si jamais un jour il la perdait… C'était morbide et il se forçait à virer cette penser de sa tête, mais ça revenait encore et encore… ça engendrait pleins d'autres questions. Est ce qu'il serait capable de faire ce qu'elle lui avait demandé si jamais… Est ce qu'il serait capable de poursuivre sans elle ? Nara était la pierre angulaire de son monde, celle qui l'avait fait revivre, celle qui était venu souffler sur les braises mourantes de son inspiration et de sa confiance en lui. Sans elle, il le savait, il n'était rien.

C'était con quand même hein, et surtout ça ne lui allait pas forcement bien cette image de mec complètement love de sa petite amie, prêt à tout pour elle. Il avait d'ailleurs douté d'être capable de devenir le meilleur petit ami du monde. C'était pour ça qu'il avait joué les autruches si longtemps… L'apocalypse avait du bon de ce côté là, sinon ils n'auraient peut-être jamais fais le pas… Buzz se mordit la lèvre inférieur, avant de laisser tomber son grand corps sec contre le dossier du fauteuil. Un long soupire passa à nouveau ses lèvres, putain il fallait qu'il arrête de penser ! Ça lui avait jamais réussit !

Heureusement une voix féminine vint se faire entendre près de son oreille, alors que les étoiles disparaissaient de sa vue. Pas la peine de chercher bien longtemps un prénom à donner. Il avait bien assez l'habitude d'entendre ce son, donner des ordres en cuisine et mener la famille d'une main de maître. Cette voix chantante et enjouée, c'était celle de Tam. La nana qui devait lui ressembler le plus si on comparait leurs passé respectif. Celle qui comme lui avait prit des réflexions dans la tronche au stade, rien qu'à cause de ses tatouages…

Un sourire avait étiré les lèvres de Buzz et il était venu poser sa main libre sur celle de Tam avant de souffler comme prit de panique : « -arrête ! J'ai peur du noir ! » Un rire sorti ensuite de la gorge de Buzz alors qu'il pu enfin voir le visage de la jeune femme. Un sourire en coin pour la miss qu'il appréciait beaucoup. Ça faisait un bon moment qu'ils n'avaient pas prit le temps de discuter… Tous les deux bien trop occupés chacun de leur côté…

« -nope » articula Buzz en haussant les sourcils. Il ajouta quelques secondes plus tard : « -je laisse un peu de place à son amant. » Il avait lever les yeux vers le ciel en annonçant ça, prouvant ainsi que c'était de la connerie. Il coinça sa cigarette entre ses lèvres et répondit avec plus de sérieux : « -non sérieux, elle était pas très happy que ça soit encore mon tour, mais bon... » Une moue sur les lèvres, il conclue : « -de toute façon j'ai pas sommeil, alors après elle râle parce que je brasse dans le lit. » Il rit après avoir dit cela, c'était la vérité. Il tira sur sa clope et demanda à son tour : « et toi ?  La maîtresse de maison de garde, ça m 'étonnerait bien ! Qu'est ce que tu fou là Tam ? »

Il n'avait pas demandé ça d'un ton méchant, il se demandait juste ce qui pouvait bien se passer dans sa tête à elle, pour qu'elle soit ici, au poste de surveillance plutôt que dans ses draps en train de rêvé de poneys et de licornes multicolores. « -tu peux dire que tu voulais juste voir ma tronche, aucun souci tu sais. » Plus bas il ajouta : « -on sait tout les deux que tu craques pour moi ! » Un clin d'oeil complice avant qu'il ne se lève et dise : « -prends ma place, va s'y ! au bout d'un quart d'heure t'as mal au cul mais tu sera toujours mieux que debout. » Buzz cala ses fesses contre la rambarde, la sachant assez solide pour supporter son petit poids. Une main dans la poche de son jeans délavé et troué, il porta à nouveau sa clope à ses lèvres en faisant un signe du menton à Tam, histoire qu'elle lui donne des explications.



It's never too late
(c) black.pineapple
Revenir en haut Aller en bas
Tamara C. Kroeger
Tam Capone
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 31/10/2015
Messages : 832
Age IRL : 22

MessageSujet: Re: i'm the designer of my own catastrophy   Dim 21 Aoû 2016 - 11:49

J’aimais Buzz grâce à son sens de l’humour à toute épreuve. Nous étions plutôt sur la même longueur d’onde à ce sujet, toujours prêts à faire les cons et la fête. J’étais presque sûr que nous avions un passé commun tous les deux sans pour autant pouvoir l’affirmer. Enfin, c’était assez loin derrière nous maintenant. J’y pensais justement à ses années de débauche, j’étais presque triste par moment de ne pas avoir profité de la vie un peu plus consentieusement. Enfin, je n’étais pas vraiment la pour discuter du passé, mais peut-être un peu plus du présent, c’était ce dernier qui me mettait mal à l’aise. Toutes mes questions, sentiments, mauvaises impressions disparurent presque instantanément quand il avoua que Nara était en train de dormir avec son amant.

Un sourire se dessinait une fois de plus sur mon visage. Il était vraiment con par moment, je savais que c’était une connerie, mais il annonçait ça avec une telle sincérité et tellement sur le ton de la conversation qu’on pourrait le croire ce bougre d’âne.

- Si elle passait vraiment du temps avec un amant, je ne sais pas lequel de vous deux je tuerais en premier. Elle parce que ce serait débile de faire ça ou toi parce que tu ne te bats même pas pour la récupérer. Il faudra que je réfléchisse à la question.

Je me grattais le menton faisant mine de réfléchir et ponctuant mon geste d’un petit bruit de réflexion. La question mériterait sans doute d’être débattue un jour, je la garderais dans un coin de ma tête et elle pourrait occuper une nuit de plus ou le sommeil serait dur à trouver. Je souriais légèrement à Buzz alors qu’il s’expliquait. Je ne pouvais que comprendre la situation, dormir n’était pas toujours facile et lorsqu’on nous forçait à trouver le sommeil c’était encore pire. Je réalisais alors que je n’avais jamais dormir avec un homme juste pour dormir avec lui. Pour le moment avec Abel, on faisait chambre à part et c’était tout aussi bien. Je me demandais alors s’il était en train de dormir en cet instant.

- Les joies de dormir à deux… J’aime bien être seule dans mon grand lit au moins, je peux faire ce que je veux et je n’emmerde personne. Enfin si les voisins quand mon amant me rejoint pendant une petite heure.

Je fis alors un clin d’œil à Buzz. Je ne savais pas vraiment comment il prendrait cette remarque, évidement, c’était plus ou moins faut, avec Abel nous avions toujours fait attention à ne pas trop faire chier les voisins. Et surtout, il ne venait pas souvent en pleine nuit dans ma chambre de peur que sa fille se réveille et ne retrouve pas son père. J’avais ce petit regard malicieux qui sous-entendait que ce que je disais était peut-être vrai ou peut-être faux et que c’était à lui de déterminer si c’était le cas ou non. J’aimais beaucoup laisser sous-entendre des choses ainsi.

J’écoutais Buzz me demandait ce que je foutais là. Évidemment, me voir ici était bien peu probable. Il m’avait démasqué. J’avais le choix entre lui dire que j’étais venue voir les étoiles ou simplement le faire chier. J’avais aussi l’option lui dire la vérité. Je ne savais pas vraiment comment il le prendrait en réalité. Pour le moment pratiquement personne n’était au courant de mon secret, évidement cela n’en resterait pas un très longtemps puisque dans quelques mois on finirait par voir mon ventre rebondit qui trahirait sans doute le faite que je ne suis pas une personne chaste et innocente. Une dernière hésitation avant de lui répondre en faisant mine de lever les mains en l’air.

- Je plaide coupable, je n’ai rien à faire ici… Je ne trouve pas le sommeil et j’avais besoin de parler à quelqu’un. Du coup, je suis montée discrètement pour savoir qui avait la garde ce soir et quand j’ai vu que c’était toi, je me suis dit que c’était une bonne chose de monter te voir.

Mon sourire s’agrandit alors qui était en train de se faire un film concernant mon apparition. Je le trouvais tout de même adorable quand il s’y mettait. Sans vraiment réfléchir, je m’installer sur la chaise qu’il venait de me céder de façon plus ou moins gentleman. Il me dominait de sa hauteur, mais ça ne me changeait pas vraiment de d’habitude. Je levais mes yeux vers lui avant de le regarder avec un regard franc et inquiet.

- Tu sais, l’épidémie de grossesse dans le camp, et bah, elle m’a touché aussi. Du coup, je me pose beaucoup trop de questions en ce moment et ça m’empêche un peu de dormir.

J’avais annoncé la nouvelle de la même façon qu’on annonce qu’on à la grippe. J’avais fait un peu la même à Dante visiblement, c’était devenu ma marque de fabrique. Mon sourire revenait alors que j’observais la réaction de Buzz. J’étais contente d’être enceinte, j’avais appris à vivre avec maintenant.



★ The Heart Is An Organ Of Fire ★

Mes AnnexesJ'écris en #ccff99

Revenir en haut Aller en bas
http://www.walkingdead-rpg.com/t6813-listing-des-comptes
Invité
Invité
WALKING WITH THE DEADS

MessageSujet: Re: i'm the designer of my own catastrophy   Dim 21 Aoû 2016 - 20:32






i'm the designer of my own catastrophy

« -quoi ? ! Si s'était vrai tu penses sincèrement que je serais là comme un con à me gêler les miches ? Non ! » il leva les yeux au ciel avec une grimace et ajouta avec sa magnifique finesse : « -on ferait un truc à trois ! » C'était cru, mais c'était du Buzz. C'était aussi une belle débilité parce que si Nara avec un autre mec et bien… Et bien c'était une super bonne question… Un soupire passa les lèvres du tatoué alors que son regard se perdait quelques secondes dans le vide. C'était pas bête ça, comment est ce qu'il réagirait si jamais… Est ce que Tam avait raison en disant qu'il serait assez con pour ne pas se battre ? Après tout, il n'avait même pas mit son poing dans la gueule de Sven lorsqu'il lui avait avoué qu'il était love de Nara. Il se dirait peut-être que si Nara en avait trouvé un autre mec, c'était que lui, n'était pas à la hauteur, comme il l'avait tant pensé durant toutes ses années où il avait prit grand soin de cacher ses sentiments. Enfin, ce n'était pas le moment de penser à ça, et puis à la base il avait juste dit ça pour déconner. Pas pour se prendre la tête.

Dormir à deux… Sincèrement, Buzz aimait ça. Ils avaient très souvent dormi ensemble avec Nara lorsque la vie était normal. Mais c'était en tant qu'amis. Rien ne s'était jamais rien passé, pas de câlin enlacé, pas de peau contre peau… Et pour dire la vérité, le tatoué s'était très vite habitué à trouver le petit corps de la brunette blottit contre lui le matin au réveil. Ecouter son souffle régulier lorsqu'elle s'endormait avant lui, la regarder dormir lorsque le soleil se pointait et qu'elle rêvait encore. « -rah Tam pitié ! Merci pour les images ! Comment veux tu que je trouve le sommeil avec ça en tête ! » L'air dégoutté qu'il avait prit au début de la phrase laissa place à un sourire plein de sous entendu, qui était là juste pour faire rire la jeune femme. Elle semblait préoccupé, elle ne serait pas là sinon. Et Buzz était quelqu'un qui aimait voir des sourires sur les visages, pas des cernes et des traits tirés.

Comme si une lumière venait de s'éclairer au dessus de sa tête il tourna la tête vers Tam, tel une poupée flippante de filme d'horreur, un regarde de fou et un sourire qui dévoilait sa dentition : « -j'ai bien entendu amant ? Genre la grande Tam a un régulier ? » Il était intrigué de savoir qui cela pouvait bien être. Ne passant pas son temps à observer les autres, il n'avait pas vu le rapprochement entre la jeune femme et Abel. Fallait dire qu'il évitait soigneusement de croiser sa route à celui là, vu leur dernier échanges et la façon qu'avait eut le père de famille de le rabaisser devant les autres… Les cons qu'il n'aimait pas, il les évitait. Point à la ligne.

Bon tant qu'elle était là, autant qu'elle joue carte sur table et qu'elle lui dise le pourquoi de sa présence sur le poste d'observation à cette heure de la nuit. Buzz n'était pas assez débile pour croire que c'était juste pour son charme ! « -problème de dodo aussi… ça se repends de plus ne plus ça ! Pire que les bébés ! » ironisa le jeune homme avec un sourire tout en lui offrant sa chaise. « -tu peux rester autant que tu veux, aucun souci pour moi. » Il était sincère, cela ne le gênait pas. Et c'était toujours sympa de discuter avec elle. Il était même plutôt content qu'elle soit venu. Au moins cela chasserait quelques temps les questions de son esprit.

Buzz tira sur sa clope en plissant les yeux, alors que Tam le fixait d'un regard qui annonçait un truc sérieux. Lorsqu'elle lâcha sa bombe, parce que sérieusement ça en était une, le tatoué s'étouffa avec la fumée de sa cigarette et toussa en se tapant sur le torse avec le poing. Il chassa ensuite la fumée qui était dans l'air d'un geste de la main et lança : « -elle est bien bonne celle là ! » Un rire sorti de sa gorge, mais en voyant que Tam était des plus sérieuse il reprit en la fixant les yeux écarquillé : « -non attends, tu me fais marcher là ? » Délicatesse bonjour ! Ça sonnait un peu comme un : toi enceinte ! Tout au abri ! Alors en plissant les yeux il ouvrit les deux mains et dit : « -tu… Wahou… putain si t'avais besoin de capote fallait venir me demander ! J'ai pas un stock de fou mais je t'aurai dépanné ! »

Ce n'était sans doute pas la meilleure façon pour réagir. Mais c'était la sienne. Il adorait les gosses, ça tout le monde était au courant, mais en avoir un alors là ! Hors de question ! Ça le faisait trop flipper. Et s'était en réfléchissant avec son propre cerveau qu'il répondait. Mais il finit par se gifler mentalement et penchant la tête sur le côté il reprit : « -il est si bien monté que ça ton étalon pour que la capote ait craquée ? » Rah Buzz bordel ! Tam n'était sans doute pas venu chercher ce genre de réflexion ! Il se passa une main sur le visage, écrasant son long nez au passage et il ajouta : « -attends faut que tu m'expliques. J'veux pas savoir dans quelles positions vous avez fait ça, j'veux dire… Tu… Tu le voulais ? » Un peu plus de tact c'était pas de refus ! En même temps elle parlait à Bruce Detweiler, pas à ça meilleure amie !    



It's never too late
(c) black.pineapple
Revenir en haut Aller en bas
Tamara C. Kroeger
Tam Capone
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 31/10/2015
Messages : 832
Age IRL : 22

MessageSujet: Re: i'm the designer of my own catastrophy   Lun 22 Aoû 2016 - 15:13

Sa présence était des plus rassurante et apaisante, il avait toujours le mot juste pour me faire rire, moi et n’importe qui ici. Enfin, du moins c’était le cas de beaucoup de monde, je savais parfaitement qu’Abel avait eu une petite rancœur à son égard. Je n’ai jamais compris ce qui c’était passé entre eux et je n’avais pas l’intention de m’en mêler tant que l’un ne m’engueuler pas de voir l’autre c’est tout ce que je voulais. Je savais que Buzz n’en avait strictement rien à faire et il n’avait rien à me dire concernant mes fréquentations et qu’Abel était bien trop mature pour faire ce genre de chose. Je réfléchissais un peu alors qu’il parlait de plan à trois. Je n’aurais jamais pensé que c’était son truc, enfin il s’agissait surtout d’humour en réalité et je le savais parfaitement. Il était tellement protecteur avec Nara que je le voyais mal la partager avec un autre homme.

- Tu m’invites aussi ? Plus on est de fous plus on rit et puis au moins ça rétablira la parité des sexes.

C’est avec un regard malicieux que je lui fais un clin d’œil. Je n’avais pas vraiment l’intention de faire partie de l’affaire, mais je trouvais drôle de mettre mon grain de sel. Dans une autre vie et dans d’autres circonstances, j’aurais volontiers mis Buzz et Nara dans mon lit sans vraiment réfléchir. Surtout pour Nara, je trouvais qu’elle a un charme fou. Aujourd’hui j’avais fini par me caser et j’étais plutôt heureuse, faire une croix sur mon passé c’était surtout une façon d’aller de l’avant et j’en suis plutôt contente finalement. Je souriais bêtement lors que mon interlocuteur parlait d’image que je lui avais mise dans la tête. De toute façon étant donné qu’il était de garde, il était préférable qu’il ne s’endorme pas en réalité. Je souriais allégrement en le regardant droit dans les yeux. Il avait beau avoir le même âge que moi par moment, il me faisait penser à un gamin.

- Je te rappelle que tu es de garde et en théorie, il est préférable que tu restes éveillé pour prévenir les autres du danger. Après si tu as besoin d’assouvir de bas instinct à cause des images que je t’ai mises en tête, je peux te prêter ma main ou ma bouche si tu veux.

Je lui avais répondu du tac au tac sans vraiment réfléchir. Je rigolais avec plaisir aux conneries que j’étais en train de rencontrer. Je le regardais se tourner vers moi tel un vautour. Il avait senti l’odeur du scoop bien frais que beaucoup ignorait encore. Je le jugeais du regard pour essayer de savoir si je devais lui en parler ou non. J’avais envie de tout déballer, je savais que ça me ferait du bien et que je pouvais compter sur lui. Pas la peine de me torturer plus longtemps, j’avais fait un choix.

- Et oui ! J’ai décidé de me calmer un peu, il faut croire que l’épidémie m’a rendu un peu plus mature et beaucoup moins volage. Tu veux savoir de qui il est question hein !

Je haussais les sourcils pour donner un côté encore plus dramatique à ma question. Je n’avais pas l’intention de tout lui dire aussi facilement après toute l’identité de l’homme avec qui je m’envoyais en l’air n’était sans doute pas nécessaire du moins pas tout de suite. Le problème n’était pas de savoir avec qui je passais du bon temps, mais plutôt ce qui s’était échappé de cette histoire. Évidemment la première réaction de Buzz était de ne pas me croire, je suppose que c’est comme ça pour tout le monde. Les hommes ont du mal avec ce genre de nouvelle et puis je n’ai sans doute pas la meilleure façon de le dire non plus je l’avoue parfaitement.

- Tu sais on n’avait pas vraiment prévu de s’envoyer en l’air à la base. Donc j’aurais difficilement pu te demander une capote. Bon après tu vas me répondre que si c’est arrivé plusieurs fois j’aurais pu ensuite, mais bon c’est tellement cool avec une capote.

Comme toujours, je prenais les choses à la légère comme si tout ça n’était qu’un jeu. Peut-être que c’était le cas au fond. Je n’arrivais pas encore à réaliser que bientôt j’aurais un enfant. Cependant, plus le temps avançait plus je me rendais compte que j’avais hâte de pouvoir le tenir dans mes bras et du lui donner un nom. Je souriais bêtement alors que Buzz posa pour la première fois une question un peu plus sympa. J’avais simplement décidé d’ignorer la réplique concernant les attributs de mon amant. Peut-être que s’il savait qu’il était question d’Abel la situation aurait été différente.

- De quoi le gamin ? Où m’envoyer en l’air ? Pour tout te dire, j’aurais pu trouver un moyen de perdre le bébé depuis longtemps si je l’avais voulu. J’ai toujours voulu un enfant enfin avant depuis facilement dix ans je dirais. Cependant, ma vie ne m’a jamais offert l’occasion et je ne voulais pas que ça arrive avec n’importe qui.

J’affichais un petit sourire satisfait. Je n’avais pas l’intention de rougir ou de me cacher. Il était peut-être temps que je lui révèle le poteau rose. Je passais distraitement une main dans mes cheveux. Je levais la tête vers les étoiles. Je savais qu’il allait encore être plus choqué en apprenant ça.

- Tu n’es pas au bout de tes surprises, c’est avec Abel que je m’envoie en l’air.



★ The Heart Is An Organ Of Fire ★

Mes AnnexesJ'écris en #ccff99

Revenir en haut Aller en bas
http://www.walkingdead-rpg.com/t6813-listing-des-comptes
Invité
Invité
WALKING WITH THE DEADS

MessageSujet: Re: i'm the designer of my own catastrophy   Ven 26 Aoû 2016 - 8:23






i'm the designer of my own catastrophy

« -au souci si jamais on en arrive là, je pense à toi ! » Une grimace sur le visage et il ajouta : « -c'est crade ce que j'dis... » Et puis ça ne risquait pas d'arriver. Nara était à lui, et rien qu'à lui. Il n'avait pas la moindre envie de partager même pour prendre son pieds différemment. De plus, lorsqu'ils faisaient l'amour, ce n'était qu'à elle qu'il pensait, pas à une autre.
En même temps, il savait très bien qu'il parlait à Tam et qu'elle était sans doute la seule dans tout le chalet, si on ne comptait pas Nara, qui pouvait entendre ce genre de phrase sans partir en courant. Une des seules aussi qui pouvait comprendre que c'était des conneries. C'était en bon partie pour ça que Buzz appréciait la présence de la jeune femme, parce qu'ils avaient une belle capacité à se comprendre sans avoir besoin de se justifier de tout. Et c'était cool.

Bon autant lui il était cash et super cru parfois, mais Tam l'était tout autant ! S'il n'avait pas connu la jeune femme avant cette discussion, il se serait sans doute senti mal à l'aise de la proposition qu'elle venait de lui faire. S'il avait été célibataire, comme avant tout ça, il aurait défait la fermeture de son jeans sans réfléchir plus que ça. Mais là il se contenta de sourire en coin et de répondre : « -petite aguicheuse va ! C'est gentil ma Tamtam mais -il baissa la voix et pointa son entre jambe – ma bite se porte très bien. » Un clin d'oeil amusé par la confidence qu'il venait de lui faire et ajouta : « -c'était pour la vision d'horreur par pour le fantasme que j'allais pas fermer l'oeil. »

Mais le moment des conneries semblaient terminées. Buzz souhaitait savoir ce que la brune faisait ici, et l'annonce qu'elle lui fit le laissa un peu sur le cul. Alors avec ses gros sabots il répondit comme un mec. Avec aucun délicatesse, continuant à la charrier un peu lourdement. Mais même s'il était bien con parfois, c'était quelqu'un qui aimait prendre des gens qu'il appréciait et il voyait bien qu'il y avait un voile étrange dans les yeux et la voix de Tam. Alors il avait tenté de se reprendre un peu, demandant si en gros c'était un accident ou si elle désirait vraiment avoir un enfant.

« -le bébé ! »
insista Buzz avant de jeter son mégot qu'il avait entre les doigts depuis un petit moment déjà. « -tout le monde à envie de s'envoyer en l'air, mais tout le monde à pas envie d'avoir une brioche au four ! » Surtout pas à zombieland ! Pas ici, pas dans ses conditions. Ou alors il était le seul à flipper de tout ça. Vu le nombre de craquage de capote qu'il y avait eut ces derniers temps…

Lorsque Tam répondit, Buzz fronça les sourcils, le regard un peu plus sombre, le visage sérieux. Il était en train de découvrir une partie de la personnalité de Tam dont il ignorait l'existence. L'artiste avait bien du mal à imaginer la fêtarde en mère de famille ou en jeune femme mourant d'envie d'avoir un mioche. Enfin chacun avait son jardin secret après tout… « -parce que c'est pas n'importe qui là ? » demanda-il en cherchant son paquet de clope. « -j'demande puis que t'as dis que c'était pas forcement prévu... » Il n'avait pas envie de la démoraliser plus. Alors il enchaîna : « - c'est bien que tu le gardes. » C'était son choix. Mais si jamais ça avait été Nara à sa place, il savait qu'ils auraient choisi la même option. Qu'il aurait fallu assumer l’énergie d'un putain de spermatozoïde qui avait décidé de passer la ligne d'arriver !

Buzz porta à nouveau une clope à ses lèvres, mais ne l'alluma pas tout de suite. Il en aurait bien proposé une à Tam, mais maintenant qu'il était au courant, c'était mort. Il l'observa trois secondes lorsqu'elle leva les yeux vers le ciel. Elle semblait presque soulagée de lui avoir dit. Mais à nouveau elle décida de balancer une grenade. Et Buzz la prit à nouveau en pleine gueule celle-ci. « -ah waahh putain Tam ! Ça se fait pas d'annoncer les trucs comme ça ! J'suis quelqu'un de fragile et sensible moi ! » sa main gauche se plia devant lui comme le fond parfois des hommes ultra efféminée. Sa voix s'était un peu perchée avant qu'il n'ajoute en revenant vraiment lui même : « -donc on est bien d'accord : je veux surtout pas de détail ! Sinon je vais saigner des oreilles ! »

Abel ! Putain mais qu'est ce qu'elle lui trouvait à ce type ? Ça n'était pas forcement un secret au chalet, Buzz et Abel n'étaient pas super potes… Même si de son côté, l'artiste n'avait rien à se reprocher. Sa conscience était clean, après si le père hyper protecteur n'était toujours pas capable de de comprendre et de faire la part des choses, ça n'était pas la faute de Buzz. Mais bon… Si Tam était venue jusqu'à lui, c'était sans doute pour ne pas être jugée. Et puis elle s'envoyait en l'air avec qui elle voulait, ça n'était pas ses affaires. Alors il alluma sa clope et répondit : « -j'suis pas ta mère donc je vais pas poser trente six questions du genre : tu lui as dis, vous en avez parlé, il est bien d'accord lui aussi, tu va pas te retrouvé toute seule pour le bébé… Parce que t'es pas quelqu'un de bête. C'est quoi qui te tracas alors du coup ? Parce que si super papa poule est avec toi dans l'histoire, je vois pas où est le malaise… » Il disait vraiment ça pour elle, parce qu'interieurement il le voyait bien le souci ! Les conditions de vie actuels… L'accouchement… La mort qui rodait cette sale garce !





It's never too late
(c) black.pineapple
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
WALKING WITH THE DEADS

MessageSujet: Re: i'm the designer of my own catastrophy   Aujourd'hui à 3:22

Revenir en haut Aller en bas
 

i'm the designer of my own catastrophy

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 4Aller à la page : 1, 2, 3, 4  Suivant

 Sujets similaires

-
» Elle est où la bouteille ?
» sakamoto shinrei ▲ the only trophy i deserve: catastrophy

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Walking Dead RPG :: Archives RP :: RP Terminés-