Partagez | .
 

 I pull you under just to save yourself

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
Auteur
Message
Ian F. Lennon
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 21/11/2015
Messages : 854
Age IRL : 22

MessageSujet: Re: I pull you under just to save yourself   Mer 24 Aoû 2016 - 22:15

Son regard était braqué sur ses mains, c’était sans doute une façon de détourner ses yeux du reste. Ne voir que les doigts qui s’articulent pour créer des mots pour ne pas voir les yeux vides qui montrent son âme brisée en mille morceaux. Pour le moment, il s’en sortait plutôt bien. Il arrivait à contrôler ses émotions et à réprimer la folle envie de la prendre dans ses bras. Il n’avait jamais été quelqu’un de très démonstratif ce qui lui simplifiait grandement la tâche. Il n’aimait pas qu’on le touche et il en faisait donc de même avec les autres. Il y avait évidemment une exception à cette règle puisqu’il faisait l’effort de se plier aux conventions sociales qui étaient imposées par la vie de couple.

Il n’en avait jamais parlé à Rosaleen, il y avait tant de choses qu’il n’avait pas évoquées avec elle. Il regrettait tant de choses, il n’avait plus que ses yeux pour pleurer, mais il était actuellement incapable de verser encore des larmes. Il avait bien trop pleuré ses derniers mois, ne sentant plus aucune tristesse. Il faut croire qu’il avait arrêté de creuser maintenant qu’il était arrivé à l’étage moins cent vingt. Il avait toujours le regard bienveillant alors qu’il regardait la rousse signait quelques mots. Il avait remarqué que ses signes étaient moins nets qu’avant. Il ne savait pas trop comment interpréter ça. Il y avait tant de raison possible. Il savait que la rousse était accablée parce ce qu’elle avait fait et que s’en était sans doute la raison. Peut-être que le stress de la situation rentrait aussi en ligne de compte. Il n’oubliait pas la fatigue non plus. Si lui ne dormait pas à son aise, il savait qu’elle en était également incapable.

Après quelques instants de réflexion, il décida de ne pas répondre, il s’était pendant un instant menti à lui-même en lui répondant quelques choses qu’il ne pensait pas, il n’allait pas continuer à arrondir les angles. Autant passer à autre chose. Après tout c’est ce que tout le monde fait. Chaque être humain essaye tant bien que mal de passer à autre chose. Tourner la page de ce maudit passé morose pour avancer et continuer à vivre. Cependant, quand on traverse des choses aussi horribles, il est bien difficile de concevoir une vie normale. Ian n’en est plus capable et ceux depuis bien longtemps, il fait semblant, faisant croire que le temps guéri absolument tout bien que ce ne soit pas le cas.

- Je ne le vois que trop bien malheureusement, mais est-ce que le choix nous appartient réellement ?

Il y en avait des tas d’expression pour désigner la situation. On pouvait commencer par une marche ou crève, voir même tuer ou être tué. Tout ceci sonnait faux aux oreilles de l’urgentiste qui avait voué sa vie à sauver les gens. Cependant, les malades ne pouvaient être sauvés, il l’avait compris depuis de longs mois maintenant. Il devait vivre avec le sourire et avancer. Son regard se porta alors sut Rosaleen qui se leva de son coin. Pour se mettre à la fenêtre. Il la suivit des yeux jusqu’à être obligé de se lever pour la regarder. Il n’était pas contre se relever, il avait l’impression de pouvoir un plus dominer la situation de la sorte alors que ce n’était pas vrai.

Il sentait que quelque chose se tramait dans la tête de la rousse sans qu’il puisse savoir quoi. Elle était en pleine réflexion sur ce qu’il venait de dire. Il avait simplement exprimé ce qu’il ressentait. Il espérait ne pas avoir été trop loin dans ses sentiments, il n’avait jamais osé dire une chose pareille à une femme avant elle, c’était pour cette raison qu’il n’avait jamais été marié. Du moins c’est ce que lui avait dit un de ses rares collègues de boulot avec qui il avait des conversations personnelles. Enfin, elle se retourna vers lui. Il posa ses yeux sur son visage qu’il trouvait encore plus fermé qu’à son habitude, ce n’était vraiment pas une bonne nouvelle, pendant une seconde un frisson le parcourra. Il reporta son attention sur les mains de la rousse. Il avait peur de savoir ce qu’elle allait lui dire, visiblement, son sixième sens avait eu raison. Au fur et à mesure que les mots arrivés, il avait l’impression qu’on lui déchirait un peu plus son âme meurtrie. Sans le vouloir, il fit un pas en arrière et porta sa main contre le mur à côté. Il avait besoin d’aide pour encaisser la bombe qu’il venait de recevoir.

Il savait que ça finirait comme ça depuis le premier jour qu’il l’avait vu revenir. Son estime de lui était si faible, qu’il était rapidement arrivé à cette conclusion. Il était faible et remplaçable. Il inspira un grand coup ce qui eut pour résultat de lui soulever le cœur.

- Je ne peux pas faire ça ! Tu devrais le savoir pourtant. Je t’aime et je suis prêt à tout pour te garder auprès de moi. Je ne veux pas être seul… Je ne sais pas vivre pour moi…

Il avait toujours vécu pour les autres, même maintenant changer les vieilles habitudes était simplement impossible pour lui. Il était plus facile pour lui d’aller décrocher la lune que de penser à lui. Dans n’importe quelle solution, il arrivait toujours à se mettre en dernier plan, même s’il était médecin et qu’il était important.

- Je comprends que tu ne sois pas à l’aise avec moi, mais cela ne veut pas dire que ça ne peut pas revenir. J’ai toujours besoin de toi…

Pendant un instant il prit peur, elle était si proche d’Ayden. Il n’avait jamais posé de question simplement parce qu’il avait confiance en eux deux. L’ignorance le fit douter alors de ses personnes qu’il pensait si proche de lui. Il soupira et si l’illustrateur lui avait prit la femme qu’il aimait sous son nez et avec sa permission en plus…



☩ Walking Down On The Road So Far ☩

Mes AnnexesIan écrit en #990000

Revenir en haut Aller en bas
http://www.walkingdead-rpg.com/t6813-listing-des-comptes
Rosaleen A. Glanmor
Modératrice
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 07/12/2015
Messages : 507
Age IRL : 24

MessageSujet: Re: I pull you under just to save yourself   Ven 26 Aoû 2016 - 11:41






''I pull you under just to save yourself''
ft. Ian




Bien sûr, elle n'avait pas imaginé ne serait-ce qu'une seule seconde que Ian accepte ses dires et réagisse comme si c'était tout à fait normal, elle savait qu'il n'allait pas lui dire d'accord pas de problème !, elle s'était attendu à la pire des réaction. Et son visage qui se déformait au fur et à mesure des mots de la rousse n'était qu'un avant goût de ce qui allait suivre. Elle avait signé vite, peut-être un peu trop, probablement pour ne pas s'arrêter en plein milieu et perdre le peu de courage qu'elle avait pu entasser pour lui faire par de sa demande. Et quand elle eut terminé, à le voir ainsi se retenir au mur pour ne pas flancher, elle cru défaillir, ses jambes étaient comme du coton et malgré ses efforts pour garder un certain contrôle sur elle-même elle ne pu s'empêcher de trembler légèrement.

Les mots de l'urgentiste ne firent que lui briser un peu le cœur. Leur couple était l'une des dernières attaches de celle qu'elle était auparavant, elle avait appris à ses côté à supporter ce monde horrible, il s'y était raccrochée quand elle se sentait défaillir quand au sort probablement réservé à sa famille. Il était devenu sa famille. Et la jeune femme se rendit compte que ne plus s'y raccrocher était peut-être bien plus difficile que prévu ; elle sentait son ventre se tordre, sa gorge se serrer, elle ressentait encore plus ce vide qui s'était immiscé en elle depuis plus d'un mois. Fermant un instant les yeux, la galloise tenta de ravaler ses sentiments et toute cette douleur qu'avait engendré sa demande ; elle devait le faire, pour lui, lui montrer qu'elle s'en sortirait bien, qu'il n'y avait pas d'autre solution.

Ça n'a rien à voir avec le fait d'être à l'aise ou non avec toi. C'est juste que

Elle avait stoppé ses gestes, cherchant ses mots, la meilleure manière de faire. Mais y en avait-il vraiment une ? Aucune rupture ne pouvait se faire en douceur alors autant dire les choses comme elles venaient.

Je ne pourrais pas aller mieux en te voyant aussi mal, et tu ne pourras pas te relever et m'aider aussi. Nous devons avancer, et le faire chacun de notre côté est la manière la plus rapide.

Après avoir signé, la rousse croisa ses mains, serrant ses propres doigts au point de blanchir ses jointures. Elle le regardait d'un air où il pourrait lire toutes les excuses silencieuses qu'elle ne pouvait dire, ses excuses tellement profondes que les mots ne suffisaient pas. Et pourrait-elle seulement ouvrir la bouche pour dire quoi que ce soit ? Si elle le faisait elle était certaine de fondre en larme, elle ne pourrait rien retenir, et ça n'aiderait pas son homme à aller de l'avant. Elle devait le persuader que s'il avait encore besoin d'elle, l'inverse n'était pas vrai. Mais comment lui faire croire une chose qu'elle savait parfaitement fausse ?

C'est la dernière chose que je te demanderais.

Serrant les dents pour empêcher ses lèvres de trembler, elle se retint d'avancer et le prendre dans ses bras. Lui dire qu'elle était désolée, qu'elle n'avait pas trouvé d'autre solution que de le pousser vers le fond pour qu'il puisse mieux se relever. Elle en aurait eu la force, parce-qu'elle ne voulait pas le laisser partir, mais cela n'aurait fait que compliquer la situation. Si elle lui montrait qu'elle l'aimait toujours il refuserait de partir, il l'attendrait encore et encore, et jamais ne pourrait passer à autre chose. Vivre pour lui comme il l'avait dit.

Posant ses yeux sur le visage de l'urgentiste, elle imprima son expression dans sa mémoire et la plaça à côté de ses sourires, se rappelant à jamais que c'était de sa faute, et que ce serait la dernière chose qu'elle verrait de lui. Sentant une larme rouler sur sa joue, elle baissa la tête et passa une main tremblante sur son visage, se retenant maladroitement de son autre main à la table juste à côté.

copyright acidbrain


Revenir en haut Aller en bas
Ian F. Lennon
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 21/11/2015
Messages : 854
Age IRL : 22

MessageSujet: Re: I pull you under just to save yourself   Ven 26 Aoû 2016 - 14:20

Le vide… C’est ce qu’il ressentait à ce moment présent. Il avait l’impression d’être vide, il était en train de se faire prendre tout ce qu’il était. Il faisait de son mieux pour paraître fort, mais il n’y arrivait plus. Son corps tout entier voulait s’écrouler tel un tas pour ne jamais se relever. L’air qui entrait dans ses poumons à chacune de ses inspirations était en train de le bruler de l’intérieur. Il n’avait plus envie d’exister dans ses conditions, il n’avait plus envie d’être lui. Au fond de lui, il savait que la décision de la rousse était irrévocable. Il était persuadé qu’elle y réfléchissait depuis bien longtemps tapie dans l’ombre assise sur son matelas.

Il ne savait même pas comment il devait prendre le fait qu’elle y réfléchissait depuis longtemps. Il n’allait pas lui demander si c’était le cas, il n’en avait pas besoin. Ce ne serait que se planter un peu plus le couteau qu’il avait dans le ventre. La lame était faite des signes que Rosaleen était en train de dessiner devant ses yeux. Ian avait l’impression que cette image se dessinait sur ses rétines comme une ombre qu’il n’arrivait pas à chasser. Il avait à présent le regard vide, aussi vide que celui des malades dehors. Il n’était plus en état de penser, de ressentir des émotions, ni même de parler. Il avait l’impression d’être mort à l’intérieur. Il ne serait pas surpris d’entendre un râle sortir de sa bouche.

Finalement, il restait vivant et c’était sans doute ça qui était le plus dur, il arriva tout de même à lire ce que lui voulait Rosaleen. Il arrivait à comprendre ce qui se passait malgré les larmes qui commençaient à lui monter aux yeux. Il était bien content d’avoir le mur à côté de lui pour pouvoir se reposer dessus. Il cacha un instant son visage dans sa main pour essuyer le plus discrètement possible les larmes qui étaient en train d’arriver. Il savait qu’il n’avait pas besoin de se cacher avec elle, mais il en ressentait le besoin aujourd’hui. C’est avec de l’amertume dans la voix qu’il répondit à son affirmation, sa voix se voulait forte et puissante. Il n’avait réussi qu’à moitié puisqu’elle finit par s’étouffer dans son chagrin.

- Je ne vais pas si mal ! Ce n’est pas vrai…

Il mentait, autant à lui qu’à celle qu’il aimait. L’un comme l’autre le savait. Ian ne savait même pas qui il essayait de tromper de la sorte. Il avait le cœur lourd, ses pensées étaient en train de se brouiller. Il avait le visage décomposé par ce qui venait d’être dit. Il sentait qu’il était en train de perdre pied. Rosaleen bougea de nouveau les doigts pour lui dire qu’elle ne lui demanderait rien d’autre. D’un coup, il avait l’impression d’avoir reçu un coup de pied dans l’estomac. Il était déjà à terre à ses pieds la seule chose qu’elle pourrait lui demander de plus c’était d’arrêter de respirer, il ne restait plus qu’à l’achever.

C’était le coup de trop, il attrapa l’objet qu’il avait toujours dans la poche de son pantalon. Il n’en aurait plus besoin. Il ne devait plus se rattacher à un caillou. Il n’allait pas lui ramener celle qui avait considéré comme sa femme. Il était détruit de l’intérieur, il avait de si bons souvenirs avec elle et maintenant, il avait l’impression qu’elle n’était plus qu’un cauchemar. Il regardait le cristal de roche qu’il avait entre les doigts avant de le lâcher sur un meuble non loin de lui. Il connaissait chaque courbe de l’objet à force de l’avoir observé de tous les angles possibles. Son visage était toujours aussi tordu par la peine et la douleur, mais sa voix était claire et nette. Il était passé en pilote automatique.

- Je n’aurais plus besoin de ça alors. Si un jour tu veux me parler, tu sauras où me trouver.

Il était sans doute plaisant dans le ton de sa voix, mais il s’en fichait. Il voulait partir, ne pas se retourner et trouver un endroit ou déprimer en paix loin de tout le monde. Il détourna son regard de Rosaleen et parti en direction de la porte. Il n’avait plus rien à faire ici.



☩ Walking Down On The Road So Far ☩

Mes AnnexesIan écrit en #990000

Revenir en haut Aller en bas
http://www.walkingdead-rpg.com/t6813-listing-des-comptes
Rosaleen A. Glanmor
Modératrice
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 07/12/2015
Messages : 507
Age IRL : 24

MessageSujet: Re: I pull you under just to save yourself   Sam 27 Aoû 2016 - 17:47


''I pull you under just to save yourself''
ft. Ian




C'était dur. Dur de devoir expliquer tout cela, de mettre fin à leur relation, de voir le regard de Ian se vider peu à peu de tout ce qu'il y avait. La galloise était frappée par ce néant au fond de ses yeux, en cet instant précis, elle avait la même impression que quand elle regardait les siens dans un miroir. L'urgentiste allait mal, et elle venait de détruire toute once d'espoir en lui. Sa décision était-elle réellement la bonne ? Elle n'en savait rien au fond, mais elle n'en avait pas trouvé d'autre pour qu'il puisse avancer, penser à lui plutôt que de s'encombrer à traîner le fantôme qu'elle était devenue. Alors oui, elle l'avait brisé, mais ne supportait plus de le voir se laisser aller à cause d'elle ; l'impuissance était pire que tout, pire que la douleur qu'il ressentirait à être seul. Ne pas pouvoir aider ceux qu'on aime, c'était ça le vrai mal, et elle l'en avait libéré, ancrant dans le cœur du brun un sentiment temporairement plus lourd à porter.

Pour la énième fois, le brun affirma qu'il n'allait pas si mal qu'elle le sous-entendait, mais la galloise n'en croyait rien. Ce n'était pas parce-qu'un corps était toujours apte à se mouvoir qu'il allait ''bien'', tout était bien plus compliqué que cela. Et la douleur mêlée à l'impuissance qu'elle voyait dans les yeux de Ian depuis qu'ils l'avaient retrouvée là-dehors n'assuraient en rien qu'il allait bien. Et ce vide qui habitait désormais ses yeux n'était que trop familier à la jeune femme : il n'irait pas bien pendant un certain temps, peut-être même irait-il aussi mal qu'elle. C'est le cœur au bord des lèvres qu'elle tenta une nouvelle fois de se persuader que c'était la meilleure solution pour le protéger de tout cela, le protéger d'elle et de l'automate qu'elle était devenue. Et s'il devait la détester pour cela elle l'accepterait.

Baissant légèrement la tête en triturant le bas de son tee-shirt comme à chaque fois qu'elle était nerveuse, elle la releva lorsqu'il glissa sa main dans sa poche et en sorti une pierre. Les yeux de la galloise devinrent rond ; depuis quand l'avait-il ? Il avait certainement dû la prendre chez elle mais à quel moment ? Quand elle était là-dehors ? Son cœur se serra un peu plus, l'homme qui était pourtant fièrement rattaché à ses convictions s'était accroché à cette pierre comme si elle était tout ce qui lui restait de la rousse, comme si elle pouvait aider à quelque chose... Et finalement il la déposa sur un meuble, annonçant qu'il n'en aurait plus besoin et que si elle souhaitait lui parler elle n'aurait qu'à aller le trouver.

Restant interdite en le regardant s'éloigner vers la porte, Rosaleen hésita un instant à avancer, le retenir, faire n'importe quoi pour ne pas rompre définitivement ce lien qu'ils avaient créé... mais que restait-il de ce lien ? Ils l'avaient entretenus depuis des moi, et n'avaient fait qu'alimenter la peine que tout cela provoquait depuis son retour. Si elle le retenait elle ne ferait qu'enfoncer un peu plus le couteau dans la plaie et elle le savait ; elle devait rester où elle était, le regarder partir. Elle ne le verrait plus sourire, elle ne verrait plus sur elle son regard bienveillant. Tout ce qu'elle gardait était cette froideur et ce regard détruit. C'était finit.

Quand il fut sorti de la pièce, la jeune femme resta un moment debout, regardant d'un air absent cette porte par laquelle il ne passerait plus. Il l'avait bien dit, que ce serait à elle de le trouver, lui ne viendrait plus. Il pourrait reprendre le cours de sa vie, essayer de se reconstruire ; n'était-ce pas ce qu'elle lui avait demandé ? Elle devait désormais en assumer la responsabilité et les conséquences. Portant à sa bouche une main tremblante, son regard se posa sur la pierre posée sur le meuble. Il y avait cru pour elle, parce-que c'était tout ce en quoi elle croyait, mais elle était désormais incapable de croire en quoi que ce soit ; il n'y avait plus rien à faire. Se laissant glisser à même le sol, la jeune femme récupéra dans la poche de son jean le pendentif que lui avait offert Ian à son anniversaire, le serrant fort dans sa main comme s'il pouvait lui apporter un quelconque sentiment réconfortant. Mais il n'y avait plus rien. Et elle laissa libre-court à ses larmes, s'enfonçant un peu plus dans le néant, priant tous les dieux du monde qu'elle n'ait pas fait cela pour rien.

copyright acidbrain


Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
WALKING WITH THE DEADS

MessageSujet: Re: I pull you under just to save yourself   Aujourd'hui à 4:11

Revenir en haut Aller en bas
 

I pull you under just to save yourself

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

 Sujets similaires

-
» Save The human right to food: International mission to Haiti
» Lena& Carmelia ♦ save me ~
» Tell me would you kill to save a life. || Esprit d'Enfant.
» [Mécanisme] Système de fichiers save et MAJ du jeu
» Save the last Rose

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Walking Dead RPG :: Archives RP :: RP Terminés-