Partagez | .
 

 Friendship never ends

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant
Auteur
Message
Levia T. Isaakovitch
Sanctuary Hills
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 04/03/2014
Messages : 1178
Age IRL : 23

MessageSujet: Re: Friendship never ends   Mar 23 Aoû 2016 - 22:22

Merci beaucoup...

Une pointe de timidité dans la voix, comme de reconnaissance alors que Dean lui donnait un paquet entamé. La petite brune l'ouvrit, et récupéra quelques biscuits. En attrapant un, elle le porta jusqu'à ses lèvres pour croquer dedans. Même si le biscuit en question était mou et ne donnait pas très envie, Levia en profita avec un plaisir qu'elle ne put qu'afficher sur son visage fatigué et pâle. Ça lui faisait du bien. Lorsqu'ils étaient dehors, les repas n'étaient pas quotidien du tout, loin de là. S'ils arrivaient à en avoir un par jour, c'était bien tout le bout du monde...
La juive se retint quelques larmes de bonheur. Le confort, un abri, du repos, à manger. C'était beaucoup en très peu de temps. Après les mois d'enfer dehors, à lutter contre le froid et la fatigue, et la faim, à ne pas se laisser aller, jamais, car ça pourrait causer leurs pertes. Cette pause était un soulagement qui lui arracha le cœur soudainement. Elle renifla, plutôt bruyamment, évitant soigneusement le regard de Dean pour s'essuyer les yeux d'un revers de main :

C'est très bon, fit-elle d'une petite voix étranglée.

Elle eut un petit rire gêné, en tentant de se reprendre en partie. Elle devait faire pitié, là. Pas étonnant que Dwight ait accepté de les ramener. Elle n'avait pas croisé son reflet depuis des jours, mais elle ne doutait pas qu'avec ses cheveux en bataille, ses cernes sous les yeux, même dans le noir elle devait faire peur. Mais à force, elle voyait surtout combien elle devait être redevable envers ces gens de les accueillir ici. Elle prit bonne note pour les médicaments, avant d'écouter les questions de l'homme. Esquissant un petit sourire, elle prit timidement la parole :

Je suis d'Israël.

Avec la fatigue, elle laissait souvent son accent reprendre le dessus. Difficile de le cacher, de toute façon. Elle roulait les lettres, donnait du souffle là où il n'y en avait pas besoin. Et Dean l'avait noté. Cet homme était à l'écoute, beaucoup n'en faisait même pas la remarque. Mais parce qu'ils étaient en tête à tête, tard le soir, là où on se laissait souvent aller à la confidence, ça devait aider. Elle nota pour sa part que lui n'était pas des plus farouches. Méfiant, oui, mais pas autant que pouvait l'être Nathaniel ou les femmes de la maison :

Je suis venue m'installer en Amérique pour les études, je devais rentrer à la fin de l'année pour retourner voir ma famille mais... enfin. Avait-elle besoin de parler de ce qui était arrivé sur la terre ? Sa famille était loin, très loin, probablement morte... ça, elle n'aimait pas y penser. Elle se voilait la face. J'ai rencontré Noah il y a quelques mois, on voyageait jusqu'ici ensemble. Il y avait une autre personne avec nous, Kat, mais... Elle n'a pas... enfin... Tu vois.

Dire les mots. Des mots qui lui brûlaient la langue, lui arrachaient la gorge. Impossible, pas maintenant en tout cas.

On a été un long moment qu'avec Noah dehors, c'était pas toujours simple, surtout dans Seattle où les rôdeurs sont très nombreux... on a décidé de prendre un peu le large... Et Dwight nous a trouvé, termina-t-elle. Tel-Aviv me manque beaucoup je dois admettre. Pouvoir parler à ma sœur, ou mes parents...

Elle devait se faire une raison. Elle n'était pas sûre d'y parvenir un jour.

Vous êtes bien, ici, fit-elle pour changer de sujet.




Who, who are you really? And where, where are you going? I've got nothing left to prove cause I've got nothing left to lose. See me bare my teeth for you... Who, who are you?
Revenir en haut Aller en bas
Dean Harrison
médic | Northern Creek
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 30/09/2015
Messages : 138
Age IRL : 39

MessageSujet: Re: Friendship never ends   Mer 31 Aoû 2016 - 9:20

Tout en mangeant timidement, Levia se confia un peu à l’un de ses hôtes. Elle avait un côté attachant qui plut beaucoup à Dean. Cette façon pudique d’exprimer sa reconnaissance et d’apprécier ce récent confort. Il comprenait exactement ce qu’elle ressentait. Aussi lui expliqua-t-elle ses origines et ce qu’elle faisait dans la vie auparavant. Elle était jeune. Elle lui parla de ses proches, restés à l’autre bout du monde, et dont elle n’avait plus de nouvelles. Etait-ce la même merde là-bas ? Probablement… A moins que les autres continents ne se contentent de les regarder affronter le chaos en se marrant bien de les voir embourber à ce point ! Peut-être attendaient-ils sagement les années, pour débarquer d’ici quatre ans sur les plages du New Jersey ou de la Caroline du Sud ! Comme un retour de médaille !

- En dehors de mon frère, ma famille était à Chicago. Je n’ai pas de nouvelles non plus. Ils partageaient tous cette incertitude, quant au sort de ceux qui leur étaient chers. Dean y pensait souvent. Mais il aurait été mentir que d’affirmer que cela le tourmentait autant que le sort qui avait été réservé à d’autres êtres chers, et dont il était parfaitement aux faits ! Je me dis parfois que c’est peut-être mieux de ne pas savoir.

Cette phrase voulait dire beaucoup. Ils discutèrent encore un moment, puis Dean laissa Levia retourner se coucher et il alla pour sa part au chevet de sa fille.

***

Quinze jours s’étaient écoulés depuis l’arrivée de Noah et sa partenaire au domaine. Ils avaient finalement choisi de rester, et s’étaient plutôt bien intégrés dans leur groupe. Essayant de se rendre utiles autant que possible, alors que la blessure du jeune homme et leur état de santé et de fatigue respectif s’améliorait franchement. Dean était content de la présence de ces deux éléments. Cody continuait à se montrer distant et il discutait facilement avec la jeune femme notamment ! Voire même exclusivement ! Car avec Noah, c’était une toute autre chose ! M’enfin…

- Elle avait une telle patience, expliquait le médecin à l’israélienne en parlant de sa femme. Il avait fini par évoquer Janelle à sa nouvelle amie. Et Joy aussi. Mais uniquement de leurs vivants pour l’instant ! Le reste se devinait aisément, bien qu’il finirait sans aucun doute par s’exprimer sur ce point également !

Les deux compagnons s’étaient levés aux aurores et s’activaient pour préparer un petit déjeuner aux autres. Ils venaient de passer par la case poulailler et revenaient ainsi avec des œufs frais. Comme tous les jours.

- C’était vraiment mon âme sœur, ajouta-t-il, tout en marchant vers la demeure, depuis le jardin. Une sœur. L’expression n’était pas anodine. Son histoire d’amour avec Janelle n’avait jamais été passionnelle. Dean ne s’était véritablement embrasé qu’une fois dans sa vie. Dans les bras d’un homme. Adrian. Il restait pourtant convaincu que Janelle était faite pour lui…

Il se tut un instant, mélancolique de l’époque où la femme était auprès de lui et de ses filles. Elle lui manquait tellement ! Pas son corps, mais seulement sa présence. Son regard apaisant et rempli d’amour posé sur lui.

- Tu es heureuse avec Noah ? Demanda-t-il alors. Pouvait-on rencontrer son âme sœur dans la situation actuelle ? Quelles étaient les chances ?




.: People keeps haunting us long after they’re gone :.
Revenir en haut Aller en bas
Levia T. Isaakovitch
Sanctuary Hills
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 04/03/2014
Messages : 1178
Age IRL : 23

MessageSujet: Re: Friendship never ends   Mer 31 Aoû 2016 - 13:22

La maison des Momsen était un endroit magnifique. Levia ne s'en lassait pas. Elle se sentait en sécurité ici, et apprenait à connaître progressivement les gens qui y vivaient. Elle s'occupait par moment des enfants de Nath, se rappelant de quand elle tenait ses neveux et nièces dans les bras quand ils étaient en bas âge. Elle avait une famille immense, si grande, qu'elle avait connu des enfants de presque tous les âges.

Mais le temps qu'elle consacrait aux discussions avec Dean était, et de loin, le temps qu'elle préférait vraiment. L'homme se confiait progressivement plus à elle, prenant le temps de lui parler des personnes qui avaient partager sa vie. Elle comprit à plusieurs reprises que cet homme avait encore du mal à se défaire de ces images, de ces avatars vivants, de sa femme ou de ses enfants. De sa famille laissée à Chicago, dont ils n'avaient plus de nouvelles avec son frère jumeau. Elle lui adressa un sourire. Tenant dans ses mains les quelques œufs qu'elle avait pu y mettre, ils passèrent tous deux la porte arrière de la maison pour s'avancer vers la cuisine.

Heureuse ? reprit-elle en regardant avec une mine curieuse son interlocuteur. Elle se mit à réfléchir posément, en posant avec douceur les œufs sur la table de la cuisine. Oui, très.

C'était paradoxal d'y arriver, dans ce monde-ci, alors que sur la balance, il y avait tellement de malheur qui arrivait. Mais Noah avait cette capacité de rendre tout ça bien moins pire. Avec lui, elle se sentait entière, pour de vrai. Une chose qu'elle n'avait jamais vraiment ressentit avant, et qu'elle ne s'imaginait pas connaître aujourd'hui. Elle avait eu des relations, qui étaient restées purement platoniques, avec Luke et d'autres avant lui. Mais jamais elle n'avait éprouvé le sentiment intense d'être finalement pleine. Ce n'était pas toujours pleine de bonheur, mais comme si le creux que tous les humains éprouvaient en leur sein était soudainement comblé par la présence de quelqu'un.

Je lui fais confiance. Il est bon, avec moi, fit-elle en utilisant les mots un peu maladroitement. Au début, on se disputait beaucoup, on était jamais d'accord sur rien. Ça nous arrive encore parce qu'on est très têtus, mais... Mais c'est pas comme avant. On commence a bien se connaître, et on se fait vraiment confiance.

L'archéologue était tout ce qu'il lui manquait pour rester vivante. Et plus que ça, il la faisait se sentir envie, et lui donnait envie de continuer longtemps à ses côtés. Elle était capable de bien des choses pour lui, mais surtout, elle était capable d'être elle et de poursuivre sur cette voie.

Je ne sais pas si tu as pu un peu lui parler. Il a pas l'air très sympa, et il a des mots souvent... Cru, c'est comme ça que vous dites ? demanda-t-elle quand Dean hocha la tête pour confirmer. Mais c'est une personne sur qui on peut compter en fermant les yeux.

Ils se tournèrent tous les deux vers la gazinière de la cuisine, Levia attrapa une allumette pendant que Dean laissait le gaz s'échappait. De concert, il sortit une poêle et la petite brune glissa la mèche sous elle pour en allumer le feu. Elle souffla ensuite sur l'allumette :

Il en faut combien au plat, et combien brouillés ? Demanda-t-elle à son voisin.

Il avait plus l'habitude de cette maison et de ses habitants. Il connaissait qui voulait quoi, qui préférait quoi. Elle, pas encore. Mais elle espérait que ça viendrait un jour.

On met quoi avec ? Certain ont prévu de sortir je crois, il faut qu'ils mangent bien !

Même si c'était Dean le médecin, Levia avait son petit avis sur tout et n'importe quoi. Attrapant la spatule en bois, elle la tendit à son acolyte pour qu'il puisse bien faire comme il fallait, et lui demanda en même temps :

Ann va un peu mieux ?




Who, who are you really? And where, where are you going? I've got nothing left to prove cause I've got nothing left to lose. See me bare my teeth for you... Who, who are you?
Revenir en haut Aller en bas
Dean Harrison
médic | Northern Creek
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 30/09/2015
Messages : 138
Age IRL : 39

MessageSujet: Re: Friendship never ends   Lun 12 Sep 2016 - 17:37

Levia paraissait sincèrement se satisfaire de sa relation avec Noah. Consciemment ou non, elle avait trouvé rapidement refuge dans les bras d’un homme dans ce nouveau monde. Parce que c’était vital de se sentir indispensable au moins pour quelqu’un. Dean connaissait ce sentiment, mais il n’avait jamais gouté à ce manque. Parce qu’il avait Cody. Lié à lui depuis toujours et pour l’éternité. Cela valait bien la tendresse de n’importe quel amant ou maitresse… quoique…

- Non, on n’a pas beaucoup parlé. Il est pas facile facile, c’est sûr. Mais il a l’air d’être un gars bien, commenta l’ancien médecin pour participer à l’échange. En deux semaines, il ne pouvait pas prétendre vraiment connaitre très bien le gaillard. Mais ils vivaient ensemble et les gros traits ressortaient. On aura sûrement le temps de creuser tout ça, un jour ou l’autre.

Il força un sourire. Le temps… une donnée incertaine sur laquelle ils n’avaient aucune maitrise. Seraient-ils vivants demain ? La maison leur donnait cette illusion, mais fallait-il s’y fier ? En même temps, le duo avait lancé la préparation des œufs. Comme un automate ou un premier de la classe récitant sa leçon, Dean lui répondit.

- Deux au plat, pour Megan et Dwight. Megan le prend cuit des deux côtés. Les autres les prennent brouillés. Il attrapa en même temps un saladier dans lequel mélanger les œufs tous ensemble. Ils ne mangeaient pas tous les jours à leur gout. Ça dépendait de la ponte des poules et de la maigre réserve qu’ils avaient. Il n’y en avait pas toujours un pour chacun ! Auquel cas, ils faisaient une grosse omelette qu’il partageait aussi équitablement que possible. Je ne crois pas qu’on ait grand-chose… on en garde pour ce soir.

Un petit déjeuner aux œufs frais et un gros diner le soir, leur rythme n’était décidemment pas le pire, dans ce bas monde ! Ils assaisonnèrent ça de petites herbes, pour donner du goût, et ce fut tout. Gueuleton de la fin du monde, que voulez-vous !

- Tu sais où ils ont prévu d’aller ? Le « ils » faisait référence au norvégien et à Nathaniel principalement. Leurs deux plus grands aventuriers.

Puis la conversation revint sur Ann. La fillette ne sortait plus de sa chambre depuis une semaine. Elle tenait à peine debout. Dean devait la porter pour la mettre sur les toilettes et elle lui semblait plus légère qu’elle ne l’avait jamais été. Le regard de l’homme s’assombrit, il secoua négativement la tête. Ils savaient tous comment ça allait finir, mais personne n’avait osé proposer d’achever la gamine. Aussi restaient-ils tous sous leurs gardes, conscients qu’elle pouvait mourir d’un jour à l’autre et se relever comme un de ces monstres au dehors. Feather l’avait fait sans avoir reçu la moindre morsure !

- Je n’ai plus vraiment d’espoir, dit-il dans un déraillement de la voix. J’aimerais que ses derniers jours soient paisibles. Qu’elle puisse s’endormir doucement, sans souffrir. Car son corps souffrait, cela se voyait. Crampes, Spasmes. Et pour un spécialiste de la gestion de la douleur, c’était une constatation difficile à encaisser. Il n’avait rien pour la soulager. Cela lui rappelait la proposition que lui avait faite la jeune femme, à son arrivée ici. Tu crois que vous pourrez monter une expédition pour essayer d’aller chercher ce genre de ch… merde ! Lâcha-t-il, tout à coup, sans rapport avec la choucroute.

Il venait de laisser tomber un bout de coquille dans son mélange. Il partit à la pêche.




.: People keeps haunting us long after they’re gone :.
Revenir en haut Aller en bas
Levia T. Isaakovitch
Sanctuary Hills
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 04/03/2014
Messages : 1178
Age IRL : 23

MessageSujet: Re: Friendship never ends   Lun 12 Sep 2016 - 18:02

Pas la moindre idée ! Elle avait pu observer les allées et venues de Nathaniel et Dwight plusieurs fois depuis le début de leurs aventures auprès d'eux, sans y être invité pour autant. Levia avait l'impression que, pour l'instant, elle n'était qu'un éléctron libre avec Noah, pas tout à fait familiarisé avec le fonctionnement d'ici. Elle tentait de se mêler à l'ambiance, aux travaux, épargnant son compagnon de trop en faire de son côté pour soulager son bras meurtri,... Mais en dehors de ça, derniers venus oblige, elle ne se sentait pas encore très intégrée. Tout dépendait avec qui néanmoins, car si elle parlait avec Dean librement, elle savait que les atomes crochus avec Nath étaient bien moindres pour l'instant. On est pas encore assez intégré pour qu'on nous confie les petits secrets, mais j'espère pouvoir faire quelque chose sous peu quand même... On est plus habitués à vivre dehors qu'à rester à la maison.

Elle esquissa un sourire. En peu de temps, la jeune femme avait retrouvé le sommeil et l'appetit, s'était remplumé de deux petits kilos qui faisaient la différence. Ne plus passer la journée à errer pour ne rien se mettre sous la dent, c'était un renouveau assez engageant pour elle. Elle avait fondu comme neige au soleil durant ce temps passé dehors, mais n'avait pas encore perdu les réflexes qu'elle avait acquis durant ces mois en tête à tête avec Noah. Oui, elle était une bonne survivante, il n'y avait pas à dire. Persuadée que ses habilités seraient plus utiles à Dwight qu'à la mère de Nath, entre autre... Mais du fait qu'elle soit une femme, on avait plus l'habitude de la mettre en dehors de ça. Noah le faisait déjà avant. Il allait falloir qu'elle s'impose.

L'attitude de Dean changea néanmoins, et Levia le perçut au son de sa voix enraillée. Elle y prêta attention, alors qu'il lui confiait vouloir que sa fille parte avec le moins de souffrance possible. Le cœur serré, elle n'eut pas la volonté de lui dire qu'il faudrait la finir après... Elle comprenait aussi qu'il était plus facile de la laisser partir, s'endormir, pour s'occuper de son retour ensuite. Mais ça... Elle ne trouvait pas qu'il était de bon ton de lui dire, et puis de toute façon, pour elle, tant qu'il y avait de la vie, il y avait de l'espoir. Alors si l'homme semblait essayer de se redonner un peu de consistance en se détachant de ses propos, avec une injure en se concentrant sur ses œufs à coquille, la brune lui lança un petit sourire confiant :

Bien sûr, qu'on pourrait, répondit-elle doucement. Tu n'auras qu'à me dire ce dont tu as besoin, et on ira.

Elle avait l'air sûre d'elle, ainsi, mais c'était bien normal. Elle termina d'aider Dean en tout cas, essayant de lui mettre du baume au cœur. Elle lui parla d'une spécialité de chez elle, qui nécessité beaucoup d'ingrédient qu'ils n'avaient pas, mais qui avait le mérite de mettre l'eau à la bouche au médecin. Jusqu'à ce que ce dernier ne lui annonce qu'il en avait fini, et que Levia prit les devants pour le reste :

A TABLE !!! Hurla-t-elle dans toute la maison, de sorte à se faire bien entendre. Sa voix porta dans tous les recoins, et les portes commencèrent à claquer pour faire apparaître des mines à peine réveillées, de ceux ayant bien besoin d'un peu plus de sommeil. Levia se tourna vers Dean, et lui confia : Ma mère hurlait plus fort à la maison pour rassembler toute la famille.

Et quand on était cinq enfants pour deux parents, il fallait en avoir, du coffre. Quoiqu'il en soit, elle dressa la table pour accompagner Dean, qui servit chacune des assiettes. Leur tête a tête était terminé pour cette fois, vu que Dwight vint lui demander un peu d'aide pour l'après midi. Elle accepta sans hésiter, mais ne manqua pas de jeter un regard au toubib. Si lui avait besoin de lui donner cette fameuse liste, il saurait ou la trouver comme ça.




Who, who are you really? And where, where are you going? I've got nothing left to prove cause I've got nothing left to lose. See me bare my teeth for you... Who, who are you?
Revenir en haut Aller en bas
Dean Harrison
médic | Northern Creek
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 30/09/2015
Messages : 138
Age IRL : 39

MessageSujet: Re: Friendship never ends   Mar 13 Sep 2016 - 17:10

Au cours des jours suivants, l’état de la fillette ne s’améliora nullement. Au contraire de celui de Noah qui avait quasiment retrouvé l’usage plein de son bras. Aussi le moment parut-il opportun pour le petit groupe de partir en chasse de médicaments. Sur un papier, Dean griffonna aussi lisiblement que possible des posologies médicales que ses compagnons avaient pour devoir de dénicher. De quoi survivre à une vilaine fièvre. De quoi soulager Ann d’une partie de ses maux.

Ce fut la boule au ventre, que Megan, Cody et Dean restèrent en retrait. Pour s’occuper des enfants. Et parce qu’ils n’étaient pas réellement en mesure d’être autre chose que des boulets, dans les pattes de ceux pour qui l’extérieur s’apprivoisait. Ce fut également l’occasion pour les deux frères de communiquer, ce qui soulagea un peu le père de famille. Mais tout ne se passa pas aussi paisiblement en ville…

- Tu avais déjà rencontré des survivants mal intentionnés de la sorte avant ça ?

Après une pluie, les rayons du soleil se glissaient de par les nuages sombres et éclairaient l’extérieur d’une lumière jaune des plus photogéniques. Dean venait de rejoindre Levia qui semblait méditer sur le perron de la maison, face à la nature. Deux jours s’étaient écoulés depuis le retour de leurs amis. L’expédition devait être ciblée et ils avaient mis bien plus de temps que prévu à revenir. Non sans raison ! Pendant un temps, les moins mobiles de Nothern Creek avaient bien envisagé le pire. Il fallait dire que leurs compagnons n’étaient pas passés loin…

- Quand Dwight est revenu avec une balle dans l’épaule, il y a quelques mois, j’ai pensé que ça pouvait être un cas isolé. Un type désespéré. Quoique… le désespoir devait être monnaie courante dans cet environnement… Je ne voulais pas imaginer que des gens soient sciemment mauvais. Opportuniste, c’est une chose, mais ça…

Ils n’allaient pas se lasser de causer de tout ça. Il fallait dire que ça ne faisait que deux jours… Dean était soulagé qu’ils soient rentrés tous les quatre vivants. Il se sentait responsable. Il l’avait déjà exprimé plusieurs fois, mais il pinça de nouveau les lèvres.

- Je n’arrête pas de me dire que si je n’avais pas mentionné cette histoire d’antidouleurs pour Ann, ça ne se serait pas produit…

Et qu’importait si Levia était celle qui l’avait proposé en première ! Ou qu’ils soient dans une sévère pénurie de médicaments en tout genre !




.: People keeps haunting us long after they’re gone :.
Revenir en haut Aller en bas
Levia T. Isaakovitch
Sanctuary Hills
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 04/03/2014
Messages : 1178
Age IRL : 23

MessageSujet: Re: Friendship never ends   Mar 13 Sep 2016 - 18:09

Levia pouvait sentir le bleu qu'elle avait à la mâchoire comme jamais. Elle pouvait sentir l'une de ses molaires bouger encore, déchaussée par le coup qu'elle s'était violemment pris lors de cette sortie. L'hématome lui rongeait une partie du visage, l'empêchait de trop parler convenablement, ou encore de sourire sans avoir mal. De même, elle portait une marque à sa lèvre qui en disait long sur ce qu'avait été l'altercation. Par moment, elle goûtait la saveur du sang, son sang, quand elle se passait trop souvent la langue sur des plaies douloureuses.

Mais même ça, ça ne l'empêchait pas de continuer. Si la rencontre avec ces deux survivants avaient été violente, pour le moins perturbante, et si elle avait besoin de s'isoler par instant pour décompresser, Levia avait du mal à renoncer, à perdre espoirs. Noah, lui, était moins optimiste qu'elle, vendant la peau de quiconque osait s'approcher d'eux. L'humanité n'avait plus rien de sain maintenant, et il regrettait souvent que sa compagne, même après la correction qu'elle s'était prise, ne le voit pas.

Oui. La juive avait été surprise par la venue de Dean, premier à lui tenir compagnie et à s'en vouloir de ce qu'il lui était arrivé. Elle savait que tant que son hématome ne se serait pas estompé, elle en entendrait des excuses. Une fois, avec Noah, nous sommes allés sur l'ancien campus de l'université, pour essayer d'y retrouver une amie. Nous sommes tombés sur des gens qui ont essayé de nous voler. On a pu s'enfuir quand une horde a déboulé dans la zone, ajouta-t-elle.

Elle se souvint de la chambre de Sasha, de son amie américaine qui voulait tant lui faire voir Seattle sous un autre angle. Sasha, qui l'avait faite embauché au bar en jouant du sourire auprès du patron, pour lui rendre service. Pinçant les lèvres, elle comprit que Dean était encore venu culpabiliser auprès d'elle. Les gens étaient sciemment mauvais, oui. De mauvais opportunistes. Mais malgré ce qu'il lui était arrivé, Levia n'arrivait pas encore à condamné tout le monde. Elle comprit néanmoins à quel point Dean pouvait être à côté de la plaque parfois. Il avait l'air de ce médecin, indispensable certes, mais qui craignait tout et rien. Le moindre bruit de vent dans les feuilles le perturberait, et ceux, jusqu'à ce qu'il se décide à s'endurcir pour de vrai. Son détachement n'était plus possible, ni cette nonchalance derrière laquelle il se cachait pour survivre.

Ne vend pas tout le monde.

Expression maladroitement utilisée, mais il verrait probablement où elle voulait en venir :

On trouvera des gens qui vaudront la peine, d'autres moins. Il faut juste ne plus être naïf et l'affronter, Dean.

Parler était douloureux, mais Levia se contenta d'une petite grimace en posant sa main fraîche sur sa joue endolorie. Ça passerait. Quelques jours, quelques semaines, et elle ne se souviendrait même plus de sa molaire absente, ou de la tête qu'elle avait aujourd'hui.

Et tu n'y es pour rien. Tu ne feras pas que les gens deviendront gentils, ou pas, avec nous. On avait besoin de ces médicaments, j'y retournerais s'il le fallait. C'est juste comme ça, maintenant...

Mais la brune baissa les yeux, honteuse d'avoir l'air aussi ferme avec Dean alors qu'il ne le méritait pas le moins du monde. Elle renifla un peu, ravalant une certaine frustration en tentant de faire mine que tout allait bien, avant de souffler :

Désolée.

Désolée oui. Désolée de ne pas pouvoir faire mieux. Désolée que l'état d'Ann ne s'améliore pas malgré ses efforts. Désolée de ne pas pouvoir faire un autre miracle pour lui.




Who, who are you really? And where, where are you going? I've got nothing left to prove cause I've got nothing left to lose. See me bare my teeth for you... Who, who are you?
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
WALKING WITH THE DEADS

MessageSujet: Re: Friendship never ends   Aujourd'hui à 15:05

Revenir en haut Aller en bas
 

Friendship never ends

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 4Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant

 Sujets similaires

-
» And what's small turn to a friendship. [pv Aaron]
» Friendship never fades [PM] (Sujet anniversaire ♥)
» now we can't be friends, fascination ends, here we go again. (le 07 juin à 14h25)
» FILONA ✖ Friendship never end
» What about friendship? [pv Cathy]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Walking Dead RPG :: Archives RP :: RP Terminés-