Partagez | .
 

 Friendship never ends

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3, 4  Suivant
Auteur
Message
Dean Harrison
médic | Northern Creek
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 30/09/2015
Messages : 138
Age IRL : 39

MessageSujet: Friendship never ends   Jeu 11 Aoû 2016 - 9:41

Juin 2016

Quelques heures plus tôt, Dwight avait ramené de nouveaux inconnus dans le domaine. C’était la quatrième fois depuis le début de l’épidémie, si on omettait de mentionner l’arrivée impromptue des jumeaux. Il y avait d’abord eu Julianne, qui avait davantage ramené le norvégien que l’inverse, et qui n’était restée que deux jours. Puis Nathaniel et sa famille. Et Fawn. Fawn avec laquelle Dean s’était très bien entendu, mais qui avait également choisi de partir… Qu’en serait-il de ces deux-là ?

Le médecin ôta ses lunettes, et se frotta l’arête du nez, alors que Levia entrait dans la salle de bain, qu’ils avaient aménagée depuis un moment en infirmerie. Elle avait été le théâtre de bien des drames déjà : la morsure de Leah, la balle logée dans l’épaule de Dwight, la grippe de Feather… L’homme avait un vilain mal de crâne, et fronça légèrement les sourcils, espérant le chasser.  

- La douleur partira d’ici quelques jours, redit-il, avant que la jeune femme n’ait le temps de parler. Il faisait évidemment référence à Noah et à son épaule luxée. Il l’avait remise en position quelques minutes plus tôt, sans trop de difficultés. Le geste lui était resté, malgré les longues années passées sans le pratiquer. Ça fait mal, mais ce n’est pas grand-chose. Il fit un sourire rassurant. Quelques jours de repos et tout rentrerait dans l’ordre.

Il plongea son regard clair dans celui de la fille. Elle paraissait exténuée mais gardait au fond des yeux une véritable énergie.

- Vous, tout va bien ?

La question était plus polie et rhétorique qu’autre chose. Car pour bien des maux, le docteur n’avait aucun remède. Pas de médicaments. Rien. C’était pour ça que Noah devrait se contenter de serrer les dents, jusqu’à ce que son bras ne le lance plus autant…

- Un bon repas et du sommeil vous fera certainement du bien. On est pas trop mal installé ici, commenta-t-il. C’est loin de tout – assez tranquille – et on a quelques ressources. Surtout avec l’été qui arrive, le potager produit quelques légumes. L’endroit était même luxueux, quand on venait de l’extérieur. Et il n’était effectivement pas question que de l’espace que proposait la demeure. Dwight vous a installés ? Vous savez ce que vous prévoyez de faire ?

Rester ? Combien de temps ? Probablement que le duo ne le savait pas encore. Tout cela – leur rencontre avec le grand blond, leur venue ici – devait être trop inattendu. Dean, pour sa part, en discutait avec du détachement. Pour tout dire, il n’en pensait pas grand-chose. Il avait déjà vu trop de gens arriver et repartir. Aussi savait-il qu’il valait mieux ne pas attendre grand-chose. Cela évitait bien des peines.




.: People keeps haunting us long after they’re gone :.
Revenir en haut Aller en bas
Levia T. Isaakovitch
Sanctuary Hills
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 04/03/2014
Messages : 1178
Age IRL : 23

MessageSujet: Re: Friendship never ends   Jeu 11 Aoû 2016 - 13:53

Levia avait l'impression d'être dans un autre monde. Dès qu'elle avait franchi le portail, aidant Dwight a mené Noah jusqu'à l'infirmerie, la juive avait eu la sensation que l'enfer ne s'était pas déchaîné ici. Pas le même en tout cas. Même si elle avait probablement tort et qu'elle ne pourrait le découvrir que plus tard, ce havre de paix était une bénédiction. Un miracle. Et elle n'en avait jamais demandé tant lors de sa prière. Or, c'était ce qu'on lui avait offert. Northern Creek...

Euh... Oui, merci, tiré de ses pensées, la petite brune avait l'air perdu en fixant le médecin du groupe. Un type pas bien grand, mais au regard d'un bleu saisissant. Elle le fixa durant une courte durée, intimidée d'abord, mais surtout reconnaissante envers lui pour avoir pu aider Noah qui souffrait depuis des jours parce qu'elle n'avait pas été fichu de prendre soin de lui. Le poids de son échec pesait lourd sur ses petites épaules, la culpabilité rythmant le tout dans un orchestre atypique et dissonant. Elle allait bien. Mais elle aurait aimé que Noah s'en tire à meilleur compte et qu'elle en pâtisse également. Merci d'avoir pris soin de lui.

Elle lui fit un maigre sourire, qui étira ses traits et fit apparaître les cernes de fatigue sous ses yeux. Ces dernières étaient tellement marquées qu'elle avait eu la chance jusqu'ici de ne pas croiser un miroir pour lui rendre son image. Sinon quoi, elle se serait sentie obligée de faire des excuses à toutes les personnes qu'elle avait pu croiser dans cette maison pour la mine de cadavre qu'elle affichait. Les questions fusèrent, la brune s'y attarda un temps, sans sembler vraiment comprendre ce qu'il se tramait. Elle avait du mal à faire la traduction, la fatigue n'aidant pas du tout...

Non, pas encore mais... Mais elle ne sut quoi lui dire ensuite. Elle n'avait aucune idée de ce qu'ils allaient faire. Elle avait joué des pieds et des mains pour que Noah accepte de la suivre jusqu'à la maison de Dwight, mais rien n'assurait qu'ils pourraient y rester, ni que son compagnon en avait envie de toute façon. Même si jusqu'ici, tous ceux qu'ils avaient croisé s'étaient montrés sympathiques et prévenants, bien que méfiants... Je n'en sais rien, désolée... Noah va se reposer quelques jours, moi je vais vous aider pour payer ma dette et on verra ensuite ce qu'on fera, je dois voir avec mon ami...

La juive en fut d'autant plus désolée de ne pas pouvoir répondre correctement à ces questions. Elle entendait tous les avantages à la vie en communauté, elle voyait qu'avoir un médecin était une aide précieuse, qu'avoir un jardin entouré par des murs, un luxe incroyable. Mais elle n'était pas seule à décider, et trop épuisée mentalement et physiquement pour assurer quoique ce soit :

Il a mauvais caractère et il est très... Comment on dit déjà ? Solitaire.

Un petit rire résonna dans la pièce. Levia regarda autour d'elle, à la recherche d'une chaise pour s'asseoir. Ça faisait des heures qu'elle était debout, que ses muscles étaient crispés, qu'elle se montrait vigilante à l'extrême parce qu'elle devait veiller sur Noah depuis des plombes et ici encore plus, vu que le pire pouvait arriver. Mais là, elle avait besoin de relâcher un peu la pression sur ses jambes. Sauf qu'elle n'osa pas le demander, n'osa rien dire, rien faire. Elle ne réussit pas à bouger d'un millimètre, regardant juste l'une des chaises à disposition d'un œil épuisé. Le relâchement viendrait plus tard...
Pas encore.

Vous êtes là depuis longtemps ? Avec votre famille ?... Je... Je ne sais pas si j'ai vu tout le monde ici ou non.




Who, who are you really? And where, where are you going? I've got nothing left to prove cause I've got nothing left to lose. See me bare my teeth for you... Who, who are you?
Revenir en haut Aller en bas
Dean Harrison
médic | Northern Creek
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 30/09/2015
Messages : 138
Age IRL : 39

MessageSujet: Re: Friendship never ends   Jeu 11 Aoû 2016 - 19:04

Levia semblait presque s’être perdue. Elle paraissait distraite, peinant visiblement à réaliser les deniers évènements et sa présence ici. Dean pouvait comprendre. Il se rappelait exactement du sentiment puissant qu’il avait ressenti à l’automne précédent en découvrant cet abri. Il avait pourtant mis plusieurs jours à l’identifier comme du soulagement, bien trop perturbé à l’époque par tout ce qu’il avait pu vivre sur la route entre chez lui et ici.

La jeune femme essaya de remettre ses idées en place et l’homme esquissa un sourire, quand elle mentionna le caractère difficile de son compagnon. Il ne s’était effectivement pas retenu de pester ouvertement alors que le médecin arrangeait son épaule. Dean ne se limiterait pas à le juger uniquement sur cette expérience, mais la case « grande gueule casse-couille » lui pendait effectivement au nez. A voir.

- Ça peut faire beaucoup de changement, il faut le temps de réaliser, consentit-il, avant d’ajouter : si Dwight a accepté de vous amener jusqu’ici, c’est qu’il vous a déjà jaugés, et qu’il estime qu’il peut vous faire confiance. Il vous laissera rester si c’est ce que vous décidez.

Son discours ne laissait que peu de doute sur qui tenait les commandes ici ! Le norvégien était pourtant loin d’être un despote. Mais il portait clairement la culotte dans leur petite organisation ! Dans tous les cas, le duo jugerait en temps et en heure ce qu’ils désiraient faire. Dean ne pouvait deviner leurs aspirations. Peut-être avaient des gens à retrouver eux aussi, qui savait ?

- On est arrivé un gros mois après que tout commence. On s’était cloitré chez nous et puis… L’homme pinça les lèvres. Il chassa d’un geste de la main ces mauvais souvenirs. Il ne parlerait pas aujourd’hui à Levia de Janelle, Joy, Amelia ou encore Jacen. Il en était d’ailleurs incapable sans sentir les larmes lui grimper aux yeux ! L’autre partie de la question, c’était quoi déjà ? Ah oui : je suis arrivée ici avec mon frère jumeau. Mais la juive n’avait pas encore eu l’occasion de le croiser car Cody était sorti. Dieu seul savait où… depuis la mort de Feather, il se donnait des défis à lui-même et disparaissait parfois plusieurs heures. Dean détestait cette nouvelle habitude. Il est dehors là je crois. Et les deux petites filles que vous avez vues en arrivant. La plus grande est la mienne, l’autre est ma nièce. On a eu une chance folle d’être accueillis dans cette maison.

Il fallait savoir l’admettre. Quelques heures de plus passées dehors, et il ne serait plus resté personne pour se souvenir du nom Harrison ! Les frangins n’étaient pas des survivants ! Ils étaient juste chanceux, pour l’instant.

- Venez. Ayant peut-être deviner la rigidité de Levia, l’ancien anesthésiste invita cette dernière à quitter la pièce, dans laquelle ils n’avaient plus rien à faire. Je peux vous montrer des chambres où vous pourrez vous installez.

Quelques minutes plus tard, après s’être entretenus rapidement avec Dwight et Megan, Dean accompagnait ainsi Noah et son amie à l’étage, pour leur montrer où ils pouvaient s’installer.




.: People keeps haunting us long after they’re gone :.
Revenir en haut Aller en bas
Levia T. Isaakovitch
Sanctuary Hills
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 04/03/2014
Messages : 1178
Age IRL : 23

MessageSujet: Re: Friendship never ends   Lun 15 Aoû 2016 - 1:57

Je veux bien, merci.

Dean parlait avec un détachement incroyable, nota Levia en le regardant droit dans les yeux. Il échangeait avec elle avec une certaine froideur, sans doute propre aux médecins se dit-elle sur le moment. Peut-être était-il tout simplement comme ça, aseptisé à toute sorte de chose, dont le monde dehors. Distant. Ce fut l'impression qu'elle eut tout du moins en étant en sa compagnie dans cette salle de bain reconvertie. Sans mettre une voix sur ce qu'elle pensait sur l'instant, elle se contenta d'accepter poliment la proposition de l'homme de la mener jusqu'à une chambre, ce qui lui faisait drôlement envie.

Si son compagnon avait déjà pris le large, bien que fatigué, elle avait pris le temps de dialoguer un petit peu avec la première personne qu'elle rencontrait ici. Dwight les avait déjà jaugé, retint-elle de l'avis de Dean. Mais les autres, qu'en pensaient-ils ? Étaient-ils vraiment si bienvenus dans ce havre de paix, ou des intrus qu'on suspectait du pire ?
Elle s'était levée en talonnant l'homme de près, jusqu'à ce qu'il la conduise à la chambre qui leur était consacrée. Elle passa dans des couloirs longs, une décoration sympathique, refaite un peu à la post-apocalypse sans perdre pour autant son charme. Levia avait déjà noté de toute façon que la bâtisse en elle même était cossue, impressionnante, et que ce Dwight ne résidait pas n'importe où. Sur le pas de la porte de sa chambre, la petite brune se tourna vers le médecin. Elle devait admettre pour l'instant que si la conversation n'était pas son fort, c'était à cause de la fatigue et de la méfiance qu'elle éprouvait.

Il y avait un fait : elle ne connaissait pas ces gens. Ni Dwight, ni Dean, et Noah lui avait appris à se méfier à force de repousser tout le monde. L'extérieur l'avait changé. Et elle avait besoin de se retrouver un peu.

Je vais rester avec Noah, il a besoin de se reposer, et elle aussi en avait grandement besoin. Mais pas tout de suite. On se verra sûrement plus tard je pense, souffla-t-elle poliment en le fixant avec un petit sourire poli. Merci de ton aide, Dean.

C'était sûrement un peu abrupt, mais Levia aurait été incapable d'agir autrement. Elle attendit que l'homme tourne les talons pour rentrer dans sa chambre où là, elle prit place sur le lit à côté de Noah. Son compagnon avait besoin de repos, aussi lui promit-elle de ne pas s'endormir tout de suite. Sur le coup du repas, l'homme se réveilla, observant sa compagne en train de lutter avec Morphée depuis assez longtemps pour en souffrir. Il prit le relais et elle ne se fit pas prier.

Ce fut sur le coup des trois heures du matin qu'elle se réveilla à nouveau, à cause de Noah qui avait fait tomber son flacon d'aspirine. En sursaut, la brune prit le temps de ramasser le tout, de donner à son homme ce qu'il fallait, pour revenir se coucher à ses côtés. Mais elle ne trouva pas le sommeil, contrairement à lui. Alors, Levia décida de se lever, une bougie à la main pour gagner une autre pièce de la maison. Elle ne sut si elle pouvait aller taxer quelque chose à manger, aussi hésita-t-elle un moment avant de sortir de la chambre... Le plus silencieusement possible, la petite brune alla jusqu'à la cuisine, écoutant la paix qui régnait à l'intérieur de la maison des Momsen. Ça n'était pas ordinaire... C'était hors du temps, hors du monde...

Et en tombant nez à nez avec le médecin de la maison, assis à la table de la cuisine, la brune ne put s'empêcher de lui demander à travers un chuchotement :

C'est toujours aussi calme ici ?... Tu ne dors pas ?




Who, who are you really? And where, where are you going? I've got nothing left to prove cause I've got nothing left to lose. See me bare my teeth for you... Who, who are you?
Revenir en haut Aller en bas
Dean Harrison
médic | Northern Creek
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 30/09/2015
Messages : 138
Age IRL : 39

MessageSujet: Re: Friendship never ends   Lun 22 Aoû 2016 - 11:37

Dean ne s’était pas formalisé de la volonté de Levia de se mettre un peu en retrait et de se reposer. Nul doute qu’elle devait discuter avec son compagnon de tout ça ! Le médecin n’aurait pas réagi autrement dans sa situation ! Aussi la laissait-il tranquille et rejoignit-il les autres. Bien content aussi de ne pas avoir à faire davantage la conversation. Quelques heures s’écoulèrent et Megan vint dans leur chambre pour leur proposer de descendre manger, alors que Noah montait la garde et que la jeune femme s’était enfin assoupie. La matriarche insista poliment, mais il soutint qu’il se sentait trop fatigué et resta veiller sa compagne à l’étage.

Sans surprise, les deux inconnus furent au cœur de toutes les discussions pendant le repas. Dwight put raconter à ses compagnons les détails de sa rencontre avec ceux-ci et toutes ses impressions. Ils savaient tous ce qu'il en coutait d’accueillir de nouvelles personnes au sein de leur groupe, et l’attrait que pouvait avoir le domaine pour des étrangers. Mais hormis le norvégien, ils avaient tous élu domicile ici sous le même schéma, et il leur semblait honnête de laisser également une chance à ces deux-là ! Puis ils n’imaginaient pas encore à quel point certains vivants pouvaient être fourbes, et ne se méfiaient pas tant que ça.

La maison plongea ensuite dans la nuit et le silence. Enfin presque…

Avant que Levia ne fasse son apparition, Dean s’était assis à la table de la cuisine, épuisé. Il avait passé une main inquiète sur son visage et se frottait les yeux. Quand est-ce que tout ceci allait s’arrêter ? Ce fut dans cette posture que la jeune femme fit son entrée, et l’homme sursauta légèrement, se redressant vivement. Il força un sourire, avant qu’elle ne parle à voix basse. Il fronça une seconde les sourcils, essayant de comprendre le sens de sa première question.

- C’est la nuit, oui… dit-il, un peu à côté de la plaque. Il ne connaissait pas l’enfer que présentait la survie en dehors des murs du jardin. Les nuits blanches, l’inquiétude constante. Enfin si, il connaissait bien ce second point, mais dans un contexte tout autre… et c’était précisément ce dernier qui le maintenait éveillé. Non… Ann… ma fille… ne va pas très bien, souffla-t-il.

Il était difficile d’expliquer ce dont sa petite fille souffrait. Lui-même ne comprenait qu’en partie, depuis sa place de père, de jumeau et de médecin. Il ne connaissait hélas aucun remède. Il lui sembla deviner une once de suspicion, ou de crainte, dans le regard de la brune. Il se sentit ainsi obligé d’essayer de lui expliquer.

- Ça fait des mois qu’elle ne mange plus vraiment, ou à peine. Le choc de… tout ça… a été trop dur à encaisser. J’espérais qu’elle reprendrait du poil de la bête, au fil des semaines… Mais ce n’était pas le cas. Sa santé n’est donc pas au beau fixe. Je… j’étais descendu pour la forcer à boire au moins un peu d’eau sucrée.

Sa voix tremblait légèrement. Le docteur qu’il était connaissait les impacts de la malnutrition sur un enfant. Les carences, les déficiences. La gamine se laissait mourir à petit feu, et elle était plus proche que jamais d’y parvenir. Elle s’était encore réveillée cette nuit, à cause de douleurs suspectes à l’abdomen. Dean ne pouvait que voir cette échéance approcher, la boule au ventre. Sa famille d’antan – et son souvenir après elle - était sur le point de disparaitre pour de bon.

- Tu as réussi à dormir un peu ? Tu as faim ? Demanda-t-il ensuite, alors qu’il se relevait pour préparer l’eau sucrée dont il avait parlé. Il pourrait aussi lui donner quelque chose à grignoter si c’était ce qu’elle cherchait !




.: People keeps haunting us long after they’re gone :.
Revenir en haut Aller en bas
Levia T. Isaakovitch
Sanctuary Hills
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 04/03/2014
Messages : 1178
Age IRL : 23

MessageSujet: Re: Friendship never ends   Lun 22 Aoû 2016 - 15:47

J'espère qu'elle ira mieux.

C'était bien la seule chose que Levia réussit à articuler en regardant Dean après le résumé rapide de ce qu'avait sa fille. Ann. Qui n'avait pas vraiment eu le temps de connaître le monde, celui d'avant, et qui voulait déjà le quitter. Le traumatisme de tout ça avait du être incroyablement violent pour elle, assez pour lui couper tout envie de poursuivre ici. Mais pour un père, devoir renoncer à son enfant, c'était encore plus compliqué, et Levia comprenait. Elle même avait cette pensée naïve que sa famille allait bien à Tel-Aviv, que son frère allait finir par la retrouver, alors que tout était contre elle, et que rien n'indiquait que ça pourrait être seulement le cas. Elle vint s'asseoir à côté de l'homme, restant silencieuse. Il y avait-il encore moyen d'éviter l'inévitable ? Levia aimait y croire. Elle avait demandé un miracle, serait-elle capable d'en demander un second pour un homme de science ?
Elle n'eut vraiment le temps d'articuler quoique ce soit que l'homme lui demanda si elle avait réussi à dormir, et si elle avait faim. Son ventre grogna pour lui répondre, et elle eut un petit rire gêné par la réaction de son corps. Dans tous les cas, ça se sentait qu'elle n'était plus aussi groggy que tout à l'heure :

Oui... Enfin... Je ne sais pas si c'est possible. J'étais trop fatiguée pour venir manger tout à l'heure, mais maintenant je commence à avoir vraiment très faim...

Un nouveau grognement vint ponctuer sa phrase. Elle eut un autre petit rire, cette fois-ci plus amusé que gêné. Elle n'était pas encore assez en forme pour rougir ou se sentir trop idiote. Plus tard peut-être, elle finirait par rire de ce souvenir avec Dean, en espérant que les choses durent assez longtemps pour en arriver là. Un nouveau silence, que Levia interrompit :

Noah a réussi à rendormir encore, il souffre déjà beaucoup moins, raconta-t-elle pour faire la conversation. Ça fait des jours que son épaule lui fait mal, je ne savais plus quoi faire à force... ça fait du bien de le voir fermer les yeux et pouvoir dormir un peu.

On sentait dans sa voix comme elle pouvait être rassurée de la tournure qu'avaient pris les choses. Un miracle, elle aimait le penser. Quand elle avait vu Dwight après avoir appelé une chance pour survivre. Et sur le lot de survivants encore sur terre, elle était tombée sur celui qui était sans doute le plus doux et le plus gentil. Une bonté d'âme sans pareille. Est-ce qu'elle l'idéalisait un peu trop ? Levia n'en était pas sûre. Mais elle lui devait tant. Noah était sauvé, vivant, il pourrait même vivre encore longtemps avec elle. Elle ne serait pas toute seule dehors...

Sans toi, sans Dwight, je pense qu'on aura pas continué longtemps, admit-elle à travers un murmure, les yeux baissés vers ses mains.

Elle sentait encore la fatigue dans ses doigts, lui tirer les muscles de ses phallanges. Mais elle n'en fit pas cas, préférant relever les yeux vers Dean pour lui demander de but en blanc : « Tu veux que j'aille chercher des choses pour ta fille, dehors ? » Parce qu'il ne semblait pas celui qui pourrait aller faire un tour dans ce monde hostile, qu'il semblait trop propre pour mettre le nez à l'extérieur, et surtout parce qu'elle se sentait redevable envers lui de ce qu'il avait fait.

Si en plus elle obtenait l'autorisation de grignoter, alors ça serait plus que ça. Elle lui devrait le bonheur.




Who, who are you really? And where, where are you going? I've got nothing left to prove cause I've got nothing left to lose. See me bare my teeth for you... Who, who are you?
Revenir en haut Aller en bas
Dean Harrison
médic | Northern Creek
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 30/09/2015
Messages : 138
Age IRL : 39

MessageSujet: Re: Friendship never ends   Mar 23 Aoû 2016 - 14:49

Dean pinça les lèvres. Il savait qu’Ann ne guérirait pas, il s’en était convaincu ces derniers mois. Il subissait chaque épreuve comme une fatalité, incapable de se rebeller. Ainsi était devenue sa vie. Il hocha ainsi simplement la tête pour signifier qu’il appréciait néanmoins la sollicitude de Levia.

- Reste là, je vais te trouver quelque chose à grignoter.

Il termina de touiller le sucre dans son eau, puis abandonna momentanément ce verre pour ouvrir un tiroir. Il sortit une boite de biscuits secs. Ces derniers étaient un brin mou, car la boite avait été retrouvée déjà ouverte et ils n’étaient plus de la première jeunesse. Mais ils ne faisaient pas les difficiles.

- Ça te suffira ? On a commencé à expérimenter le fromage de chèvre, avec celle qu’on a adoptée le mois passé, mais c’est encore à un stade d’essai, et j’avoue qu’il faut avoir l’estomac un peu accroché ! Notamment pour des palais américains peu habitués aux fromages artisanaux ! Sa moue n’était donc pas des plus encourageantes. A elle de voir si elle voulait jeter un œil.

Il revint s’assoir à la table, pour tenir compagnie à la jeune femme alors qu’elle allait commencer à manger. La proposition qu’elle lui fit alors le prit légèrement de court. Il écarquilla ses yeux clairs.

- Oh… euh… je ne sais pas… Sincèrement, il ne croyait plus que quoi que ce soit puisse sauver son bébé. Et était-ce vraiment rendre service à Ann que de la maintenir, contre son gré, dans cette vie ? Mais des médicaments en général pourraient nous être d’une bonne aide, c’est sûr… reconnut-il néanmoins. Ils étaient notamment à court d’antibiotiques, et c’était ce qui avait emporté Feather quelques mois plus tôt. Une vilaine grippe, tout connement. Elle avait dégénéré. A l’occasion, peut-être.

Il fit un sourire et la remercia d’un regard docile. Si Levia et Noah partaient, l’occasion ne se présenterait peut-être pas. S’ils restaient non plus. Mais la jeune femme avait au moins le mérite de proposer. Il se leva de nouveau pour se servir un verre d’eau, et en apporter un à l’israélienne.

- Ton accent, il vient d’où ? Ce dernier était très léger mais se devinait tout de même. Tu voyages avec ton compagnon depuis longtemps ? Enchaina-t-il. Vous vous connaissiez avant ?

La question était un début d’amorce pour la faire raconter une partie de son histoire. Un peu comme il avait partagé – à demi-mot ! – la sienne, au travers des maux de sa fille.




.: People keeps haunting us long after they’re gone :.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
WALKING WITH THE DEADS

MessageSujet: Re: Friendship never ends   Aujourd'hui à 11:38

Revenir en haut Aller en bas
 

Friendship never ends

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 4Aller à la page : 1, 2, 3, 4  Suivant

 Sujets similaires

-
» And what's small turn to a friendship. [pv Aaron]
» Friendship never fades [PM] (Sujet anniversaire ♥)
» now we can't be friends, fascination ends, here we go again. (le 07 juin à 14h25)
» FILONA ✖ Friendship never end
» What about friendship? [pv Cathy]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Walking Dead RPG :: Archives RP :: RP Terminés-