Partagez | .
 

 Someday in winter

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant
Auteur
Message
Duncan Donhadams
Messiah
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 20/07/2016
Messages : 295
Age IRL : 41

MessageSujet: Re: Someday in winter   Dim 21 Aoû 2016 - 16:20

Apparemment la jeune femme n’était pas seule dans l’immeuble puisqu’elle entendait des pas dans l’appartement du dessus. Duncan regarda instinctivement vers le plafond en quête d’entendre le moindre bruit mais à ce moment précis il ne pût rien percevoir de spécial. Cette nouvelle quelque peu inattendue perturba un peu le musicien. Si les bruits provenaient d’un rôdeur, il fallait l’éliminer aussitôt. Cela ferait une menace de moins dans les parages. Mais si cela provenait d’un autre humain cela était plus gênant. Oui parce que cela voulait dire qu’il y avait une personne qui se cachait là haut. Une personne qui n’était pas intervenue lors du combat de tout à l’heure. Une personne qui pouvait surgir à n’importe quel instant et surprendre le duo quand il le souhaitait. Il y avait bien le fauteuil qui bloquait la porte mais ce simple meuble ne pouvait pas empêcher quiconque de pénétrer dans ces lieux. Qui plus est un cadavre marchant n’a pas d’intelligence contrairement à l’homme qui peut être malveillant à chaque instant. Ce qui lui semblait louche c’était surtout que si celui qui vivait là haut était vivant il ne soit jamais descendu voir qui vivait en dessous.

Le grand gaillard ramassa sa barre d’une main ferme et était prêt à monter voir ce qui se tramait là haut. Il lui fallait absolument connaître l’identité de celui qui se planquait au dessus d’eux. Quand l’ancien batteur était confronté à un problème de ce genre il aimait le résoudre le plus tôt possible ! D’un pas volontaire il se dirigea vers l’entrée du domicile voulant à tout prix éclaircir cette mystérieuse affaire quand soudainement Selene l’interpella. C’était comme si elle souhaitait l’empêcher de quitter la pièce. L’ancien magasinier arrêta net sa progression en se retournant et regardant la jeune femme. Elle s’asseyait doucement vers l’autre fauteuil délabré de la demeure. Elle semblait inquiète et insistait à nouveau pour qu’il reste à ces côtés. Pourquoi ? Peut être qu’elle avait peur qu’il fasse une mauvaise rencontre au-dessus et qu’il ne revienne pas ? Après tout elle devait en avoir ras le bol de la solitude. Le colosse là regarda de ses yeux contemplatifs et réalisa qu’elle n’avait pas la même capacité athlétique que lui ni la même corpulence. Elle semblait être en manque de force. Combien de temps n’avait-elle pas mangée correctement ? Il jeta un rapide coup d’œil au plafond puis fit marche arrière se dirigeant maintenant vers son sac qu’il avait laissé déposé sur le sol.

Il n’était pas sur que ce qui était au-dessus du duo soit réellement une menace alors cela pouvait attendre un peu. Pour le moment il devait rester ici et là rassurer. Tout en attrapant son sac il lui dit :

- « Tu as sans doute raison ? Je vais rester un peu à tes côtés. Un peu de repos ne me fera pas de mal après tout. Et puis je suis en charmante compagnie alors que demander de mieux ? » Il lui adressa à son tour un sourire toujours en fouinant à l’intérieur de son sac.

- « Ce n’est peut être qu’une personne âgée qui est impotente ? Ou alors une personne handicapée dans l’impossibilité de descendre ? Ou un enfant qui se cache ? Toujours est-il que je vais quand même y aller, ça je te le promets et si c’est une personne qui cherche les ennuis je peux te dire qu’il ou elle va passer un sale quart d’heure ! » Après plusieurs minutes à farfouiller il sortit une petite boite de plastique avec à l’intérieur un sandwich. L’ancien manutentionnaire lui tendit le réceptacle en lui disant :

- « Tiens c’est cadeau ! Tu dois prendre des forces si tu veux survivre. »
Revenir en haut Aller en bas
Selene Sweetnam
leader | Messiah
Modérateur
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 07/11/2015
Messages : 1263
Age IRL : 26

MessageSujet: Re: Someday in winter   Dim 21 Aoû 2016 - 17:36

Selene hochait doucement la tête à l’entente des suppositions de Duncan. Oui, ça pouvait être tout ça, ou simplement une personne comme elle qui n’osait pas se montrer. Trop effrayée, trop faible, trop épuisée. Elle n’avait jamais entendu que des pas. Pas de coups, pas de voix, pas de meubles qui se déplacent… peut-être le locataire était-il malade, ou blessé ? Avant, la musicienne ne se posait pas toutes ces questions, parce qu’elle savait qu’elle ne monterait pas. Mais maintenant qu’elle était accompagnée… explorer les zones d‘ombre devenait plus envisageable.

Ou bien n’était-ce que dans sa tête ? Une hypothèse qu’elle n’osait pas non plus aborder à haute voix. Mais la solitude durait depuis si longtemps… peut-être que son cerveau avait commencé à créer une présence imaginaire. Savoir qu’une personne vivante pouvait se tenir juste au-dessus de sa tête la rassurait, inconsciemment. La pianiste se souvenait, chaque fois qu’elle l’entendait marcher, qu’il restait des gens en ce monde. Etait-ce un hasard s’il n’y avait plus aucun bruit depuis que l’homme s’était manifesté dans les escaliers ?

Ses yeux glaciers s’écarquillèrent de surprise quand Duncan lui tendit un sandwich, à l’abri d’une boîte Tupperware. Elle le regardait avec étonnement, ses mains fébriles hésitant à saisir ce cadeau, interloquée par tant de générosité. Ils se connaissaient à peine et la jeune femme savait à quel point les denrées alimentaires étaient essentielles désormais. Selene voulut refuser, dire qu’elle ne pouvait pas, mais c’était la vérité qu’elle se rationnait beaucoup trop et que sans un petit bonus, elle tomberait avant la fin de la journée.

- Merci…, murmura-t-elle en attrapant le don, je… j’ai rien à donner en échange.

Réaction réflexe. La musicienne n’aimait pas l’idée d’être redevable et savait que bien qu’il soit plus costaud, son aîné aussi aurait besoin de ce sandwich un jour ou l’autre. Et il se souviendrait qu’il l’avait donné à une gamine à qui personne ne donnerait plus de quelques jours. Comme une enfant timide, l’étudiante ramena à elle ses jambes pour être en tailleur sur le fauteuil et libéra le repas qu’elle entreprit de couper en deux avec ses doigts.

- Je t’en laisse une moitié, décida-t-elle d’un ton sans équivoque.

Elle mordit alors presque religieusement dans cet en-cas inespéré. C’était tout bête, mais c’était… carrément différent des gâteaux secs et des vieilles conserves qu’elle était réduite à ingurgiter depuis plusieurs jours. Un peu comme aller au restaurant après plusieurs semaines à se nourrir de pâtes au beurre et de steak haché. Selene ne se rendit même pas compte qu’elle avait cessé de parler pour engloutir le demi-sandwich comme une vorace. Elle rougit légèrement après son méfait, essuyant discrètement la commissure de ses lèvres pâles.

- Le dernier mec que j’ai rencontré m’a tout pris, expliqua-t-elle brusquement, à cause du temps, on avait été obligé de passer quelques jours ensemble. Hum… il avait l’air réglo, il m’a même appris à mieux me servir d’un pistolet. Et puis… un matin je me suis réveillée, et il n’était plus là, la pianiste eut une petite moue en hochant la tête, il n’avait laissé que mon flingue et mes vêtements.

Elle se souvenait clairement de lui. Sa voix, ses mimiques, ses conseils… ça lui avait appris à ne jamais baisser sa garde. Les autres pouvaient être plus forts, plus grand, plus malins… mais l’unique personne sur laquelle elle devait compter aveuglément, c’était elle-même. Bien décidée à ne pas tout manger, même si son ventre réclamait un complément à ce qu’il venait d’avaler, elle tendit la boîte avec le demi-sandwich à Duncan en poursuivant :

- Depuis, j’ai eu beaucoup plus de mal à trouver de quoi manger. Moins de chance je suppose. Et avec la neige et les températures, même si ça ralentit les rôdeurs, ça rend les recherches plus compliqué…

Oui, car le givre et le verglas rendait certaines perspectives d’escalades trop périlleuse. Sans compter qu’elle n’était pas équipée pour rester des heures à l’extérieur à endurer un climat glacial. Pour éviter les engelures, Selene limitait ses sorties et leur durée. Ça l’obligeait également à être moins nomade, et donc réduisait son périmètre d’exploration. Poussant un soupir, elle déplia doucement ses jambes pour se mettre debout. Ils avaient un feu à faire, non ?


Go back and forward, but all is melting like the snow ♪ Taking all from us, all we thought was left to know ♪ On what we treasure falls a dusty snow ♪ taking us backwards, but where we will never know.
Revenir en haut Aller en bas
Duncan Donhadams
Messiah
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 20/07/2016
Messages : 295
Age IRL : 41

MessageSujet: Re: Someday in winter   Sam 27 Aoû 2016 - 20:04

Ces simples mots sur l’identité de la présence qui pouvait être au-dessus d'eux semblaient avoir calmé la jeune femme. Duncan faisait celui qui était à l'aise et serein quand à la menace potentielle de l'étage mais tant qu'il n'aurait pas été jeté un coup d’œil pour voir ce qui causait ce bruit il ne serait pas tranquille. Plus vite ce problème serait résolut et moins il y aurait de danger.

Quoiqu'il en soit son offrande sembla ravir la jeune femme. En effet dés qu 'elle eut posé ses yeux bleus pétillants sur la petite boite en plastique, elle fut comme émerveillée et hypnotisée par son contenu. La demoiselle était à la fois étonnée et surprise de recevoir un tel cadeau. L'ancien magasinier esquissa aussitôt un sourire quand elle le remercia. Sans lui répondre il là regarda séparer le peu de nourriture en deux portions égales avec ses doigts fins.

Selene était une jeune femme polie et courtoise puisque même affamée elle refusait la moitié de son offre. Sans doute était elle gênée et peu habituée à recevoir des offrandes de nos jours ? Le grand gaillard là regarda du coin de l’œil manger. Il ne voulait pas l’a mettre encore plus dans l’embarras. Elle devait être réellement morte de faim car elle engloutit son maigre repas en quelques secondes seulement. Il faut dire que ce butin n'était pas si colossal que ça après tout. Le musicien s'imagina à ce moment lui aussi entrain de savourer divers plats copieux et garnis à volonté. Savourant les parfums et les arômes jadis connus. Ces courtes pensées lui donnèrent immédiatement l'envie de dévorer un bœuf garnit de frites mais il devait se reprendre et ne pas succomber à la faim.

Il voulut lui dire qu'elle n'était pas obligée de lui donner quelque chose en échange. Il ne l'avait pas fait pour ça. Il voulut simplement lui dire qu'un cadeau était un cadeau et qu'elle pouvait le conserver mais il n'en fit rien. Peut être la peur de la mettre encore plus mal à l'aise ?

Les paroles de la demoiselle qui suivirent sortirent tout à coup le batteur de ses rêves de gourmandises et de divagations. En effet celle ci c’était un peu détendue et pouvait ainsi ce confier et raconter les mésaventures qu'elle avait subies. Duncan écouta sans intervenir tel un père écoutant les problèmes de sa fille en compatissant à ses malheurs et à sa douleur morale. A cet instant précis, il se demanda comment un homme de son caractère aurait réagit s'il avait subit le même sort. Aurait il pourchassé celui qui l'avait trahit ? Et après qu'aurait il fait ? Le passer à tabac ? Le tuer ?

La jeune femme le sortit à nouveau de ses songes. Elle venait de terminer son minuscule repas et sembla tout à coup plein d'entrain. Ce petit encas lui avait sûrement remonté le moral à défaut de lui remplir l'estomac mais elle se releva prête à en découdre avec n'importe quelle tâches à faire. Il fallait effectivement se bouger et agir. Faire le feu en premier ? Monter voir là haut ? Le choix du manutentionnaire était vite fait mais il préféra toutefois demander l’avis de Selene :

- « Tu veux commencer par quoi ? Le feu ou aller rencontrer notre intrus ? »
Revenir en haut Aller en bas
Selene Sweetnam
leader | Messiah
Modérateur
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 07/11/2015
Messages : 1263
Age IRL : 26

MessageSujet: Re: Someday in winter   Dim 28 Aoû 2016 - 14:28

Duncan sembla avoir deviné ses intentions de s’activer un peu. Elle passa une main dans ses cheveux avant de relever ses yeux bleus vers le plafond. Toujours rien. L’immeuble ne semblait pas seulement silencieux, mais aussi désincarné. La réponse la plus rationnelle était que le locataire soit parti pendant la nuit. Toutefois Selene avait surtout peur de découvrir qu’il n’y avait jamais eu personne ; qu’elle avait imaginé tous ces bruits. Elle haussa alors les épaules en prenant la décision :

- Un feu, ce serait génial. Pour là-haut… je suis ici depuis deux jours et je n’ai pas eu de problème alors…

La musicienne n’osait pas proposer de laisser tomber, mais c’était un peu ce que signifiait son sourire gêné quand elle s’avança vers son nid pour récupérer son glock. Ce n’était pas tant qu’elle craignait que les autres pièces de l’appartement dissimulent encore un cadavre, elle les avait inspectées, mais qu’elle avait l’habitude d’être armée désormais. Et puis, après la leçon inculquée par Stew, il était hors de question qu’elle laisse un inconnu dans la même pièce que son flingue, aussi gentil soit-il. La pianiste ne parvint pas à regarder son aîné pourtant : elle vérifia que la sécurité était mise et coinça l’arme dans sa ceinture avant de s’aventurer vers les autres pièces à vivre.

Bien évidemment, elle avait déjà tout vérifié, afin de dénicher ce qui pouvait être vitalement utile. Vivres, médicaments, produits d’hygiène, même les serviettes féminines faisaient l’objet d’une quête. Parce que la peur et la malnutrition avait beau bouleverser son organisme, il venait toujours un moment où la nature appelait à remettre les choses en place. L’étudiante n’avait pas trouvé grand-chose d’exploitable pour rester en vie ; par contre, pour faire un feu, c’était une autre histoire. Cartons, paperasses, journaux, cahiers, c’était dingue de constater comme on s’entourait de possessions si secondaires.

Sous un bureau, elle trouva une corbeille métallique, suffisamment grande pour un petit foyer. Avant de revenir dans le salon, Selene y entassa toutes ses trouvailles. Duncan n’était pas en reste : lui aussi avait déniché de quoi enrichir un feu de camp. Elle n’avait aucune idée de comment allumer, ni entretenir, un foyer avec les moyens du bord ; mais rien qu’à l’idée de voir jaillir des flammes, la musicienne avait un peu plus chaud. Regardant autour d’elle, elle essaya de délimiter une zone propice pour leur entreprise.

- Ici ? Elle pointa du doigt un point assez éloigné de ses couvertures, à côté d’une table à laquelle les anciens propriétaires devaient diner, si on la pousse un peu, on devrait avoir un coin sympa, non ?

L’approbation de son aîné était importante, notamment parce qu’elle ne se sentait pas de bouger des meubles seule, à la force de ses muscles affaiblis. Avec des gestes précautionneux, elle sortit de sa poche le briquet que lui avait confié l’ancien batteur. En faisant tourner l’objet entre ses doigts fins, des questions lui venaient. L’homme était là, il avait accepté de lui tenir compagnie. La pianiste savait d’où il venait, ou en tout cas, qu’il errait depuis qu’il avait perdu sa femme, mais quelle était sa destination ? Ça, elle n’en avait aucune idée.

- Où est-ce… que tu allais ? demanda timidement Selene, je veux dire… tu as des projets pour… hum…

« Survivre », était-ce le mot qu’elle cherchait ? Sans doute… mais à quoi pensait-elle ? Un refuge ? Un camp ? Un havre ? La jeune femme n’avait entendu parler de rien de tout ça. Enfin, il y avait bien eu cet endroit d’où venait la sœur d’Abigail, mais son instinct lui avait suggéré de ne pas s’en approcher. Peut-être parce qu’elle ne croyait pas en l’espoir d’une bulle de sécurité au cœur même de Seattle. Celle-ci éclaterait tôt ou tard, si ce n’était pas déjà fait. Si une porte de sortie à ce cauchemar existait, elle était hors de la métropole, peut-être même hors de leur pays. Et si elle n’existait pas, alors…


Go back and forward, but all is melting like the snow ♪ Taking all from us, all we thought was left to know ♪ On what we treasure falls a dusty snow ♪ taking us backwards, but where we will never know.
Revenir en haut Aller en bas
Duncan Donhadams
Messiah
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 20/07/2016
Messages : 295
Age IRL : 41

MessageSujet: Re: Someday in winter   Dim 28 Aoû 2016 - 16:14

Apparemment la jeune femme ne souhaitait pas se risquer à aller voir si un potentiel locataire vivant ou mort était encore là haut. Non elle préférait faire un feu. Cette décision ne combla pas de joie l’habitué des salles de musculation mais il n’en fit rien apparaître. Une fois la demoiselle debout, Duncan déposa son sac et sa barre sur le fauteuil tout en lui répondant :

- « Soit ! Si c’est ce que tu veux alors on va le faire ce feu ! »

Pendant ce temps Selene était quand à elle partie chercher son arme à feu de petit calibre dissimulée dans ses affaires. Puis elle se mit à fouiner à la recherche d’objets combustibles en tout genre afin d’y mettre le feu.

Le musicien choisit de faire la même chose sans perdre de temps. Il contempla rapidement tout ce qui se trouvait autour de lui et ramassa quelques livres avant de mettre en pièce la pauvre vieille bibliothèque ou était étagés tous ces recueils.

Tout aussi rapide la demoiselle arriva elle aussi avec son butin. Une petite corbeille en métal remplit avec un tas de choses à brûler. Elle prenait les choses en main, ce qui était positif. Elle semblait avoir retrouvé l’envie de s’en sortir. Et elle était décidément pressée de se réchauffer ce qui amusa quelque peu le grand gaillard. Lui désignant du doigt l’emplacement pour réaliser leur chauffage temporaire, Selene attendait visiblement son accord. Duncan triturant un morceau de l’étagère de l’ancienne bibliothèque n’hésita pas à le lui donner et était prêt à se diriger vers l’endroit ciblé pour déplacer les meubles en place quand la jeune fille l’apostropha sur sa destination. A y réfléchir c’est vrai qu’il n’avait pas eut le temps de lui raconter ses projets. En même temps cela ne lui avait pas semblé être une priorité non plus.

- « Ah oui ! Désolé ! Avec tous ces événements c’est vrai que je n’ai pas pensé à te dire quelle était ma destination ! En fait je travaillais dans un supermarché et avec mon ancien employeur cela nous arrivait d’aller nous approvisionner dans un entrepôt à quelques kilomètres d’ici. Alors mes projets étaient tout simplement d’aller y jeter un coup d’œil. Avec un peu de chance il se pourrait que certaines marchandises y soit encore entreposées ? A moins que des pilleurs soient déjà passés ? Quoiqu’il en soit il y restera peut être encore quelques provisions que nous pourrions récupérer ! Enfin … je dis nous … mais … je ne t’oblige pas à venir tu sais … c’est venu comme ça … heu … »

Le magasinier était comme embarrassé par la situation. La compagnie de la jeune femme était plaisante et il avait parlé sans réfléchir. Il là connaissait depuis peu mais leur rencontre semblait leur avoir redonné mutuellement de l’espoir. Alors il lui avait parlé comme s’il là connaissait depuis des lustres.

- « Enfin je voulais dire que je me dirige par-là bas alors si tu souhaites m’accompagner tu es la bienvenue ! Mais avant on a du travail à faire et surtout un feu à faire alors aller hop au boulot ! » Duncan se passa à nouveau la main dans les cheveux tout en faisant un sourire à la jeune femme et se dirigea aussi sec en direction des meubles à déplacer.
Revenir en haut Aller en bas
Selene Sweetnam
leader | Messiah
Modérateur
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 07/11/2015
Messages : 1263
Age IRL : 26

MessageSujet: Re: Someday in winter   Dim 28 Aoû 2016 - 19:06

Tout en écoutant son complice, Selene vida la poubelle de son bazar pour mieux organiser leur foyer. A défaut de brindilles, de vieilles factures et des numéros révolus d’un quotidien devraient suffire ? Ils garderaient les planches de bois démantelées par Duncan pour servir de « bûches ». Ils ne comptaient pas cuisiner dessus dans tous les cas, simplement réchauffer cette pièce. La musicienne interrompit ses gestes quand elle se rendit compte que son aînée l’incluait déjà dans ses projets. Elle était touchée, cela signifiait que lui aussi l’appréciait un peu, mais… n’avait-elle pas des plans ? Aussi effrayée soit-elle de les suivre. Et puis…

- La dernière que j’ai essayé de m’approvisionner dans une grande surface… disons que ça ne s’est pas très bien passé, elle détourna le regard, l’air embarrassé.

Chacune des images restait gravée dans sa tête. Les personnes retrouvées ou rencontrées, l’obscurité claustrophobique, les effluves pestilentiels, les rôdeurs, le feu… et surtout cet officier. Cet homme dont elle ignorait jusqu’au nom, qu’elle avait abattue d’une balle dans la tête. Pour le délivrer ? Oui, parce qu’il était condamné. C’était venu instinctivement, pour ne pas qu’il ait à agoniser longuement, la gorge arrachée, sous les crocs des cadavres. Toutefois, la pianiste ne pouvait pas s’ôter de l’esprit que c’était son deuxième meurtre. Le deuxième en quelques mois.

- Mais je veux bien essayer, assura-t-elle soudainement en reprenant son office, si ce n’est pas trop… pas trop dangereux.

En même temps, qu’est-ce qui ne l’était pas ces derniers temps ? Exister était devenu la première source de mortalité. Les vivants étaient en sursis et Selene sentait bien que rester terrer comme un rat ne résoudrait rien. Parfois, il fallait prendre des risques. C’était ça ou racler les fonds de placards des logements abandonnés jusqu’à avoir épuisé tous les lieux accessibles et mourir de faim. Horrible, quand on pensait à la violence du virus, de réaliser que c’était le manque de nourriture qui risquait d’en emporter le plus grand nombre.

L’étudiante regarda Duncan déplacer les meubles, suspendant à nouveau l’aménagement du fond de la poubelle. Pouvaient-ils rester ensemble ? D’un point de vue objectif, et peut-être aussi égoïste, elle avait besoin de quelqu’un comme lui. Un homme plus fort mais gentil, prêt à l’aider et à la protéger. Comme Bobby… ce Bobby qui avait prit une balle pour elle, mais qu’elle avait laissé à moitié mourant aux mains de quasi-inconnus. Son cœur se serra à cette pensée et la sensation qu’une multitude d’aiguilles venait piquer sa peau d’ivoire lui fit monter les larmes aux yeux. Pour noyer son trouble, elle acheva d’entreposer des lambeaux de papiers au fond de la corbeille métallique. Ça devrait aller pour l’allumage.

La musicienne s’approcha de l’espace dégagé par l’ancien magasinier et posa la poubelle au sol. Avec le briquet qu’il lui avait confié, elle enflamma l’extrémité d’un journal enroulé sur lui-même. L’éclat orangé illumina la pièce d’une lueur nouvelle, chaleureuse, qui faisait presque oublier le désespoir qui suintait de chaque mur. Plongé dans le réceptacle, la flamme commença immédiatement à grignoter le lit de combustible et s’éleva un peu plus haut que prévu. Selene s’écarta avec un « wo-ooh ! » alors que la bête flamboyante pourfendait la température hivernale. Avec précaution, elle ajouta au feu de camp improvisé l’une des planches démontée par Duncan.

- Ça ira là ? Interrogea-t-elle l’air concentré.

En tout cas, ça tenait en place et elle ne semblait pas avoir déclenché d’incendie. Ne restait plus qu’un détail : elle s’éloigna souplement pour entrouvrir l’une des fenêtres de la pièce et revint s’assoir à une distance raisonnable de la poubelle. Plutôt fière, elle sourit en désignant le sol à ses côtés :

- Vous pouvez vous installer cher monsieur, il n’avait même pas eu le temps de bouger qu’elle ajouta pensivement, moi je pensais à quitter la ville… je me dis que trouver un endroit isolé, loin de ces choses, pour attendre que ça passe, ça doit pas être trop mal…


Go back and forward, but all is melting like the snow ♪ Taking all from us, all we thought was left to know ♪ On what we treasure falls a dusty snow ♪ taking us backwards, but where we will never know.
Revenir en haut Aller en bas
Duncan Donhadams
Messiah
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 20/07/2016
Messages : 295
Age IRL : 41

MessageSujet: Re: Someday in winter   Sam 3 Sep 2016 - 21:00

Duncan et Selene terminèrent de déblayer l’emplacement désiré afin de faire leur chauffage temporaire en seulement quelques minutes d’efforts. Quand la jeune femme lui répondit il sembla quelque peu gêné d’avoir osé lui demander de poursuivre sa route avec lui. L’étudiante elle-même semblait mal à l’aise. Etant donné qu’elle avait rencontré des personnes malhonnêtes sur son chemin, le musicien ne voulait pas qu’elle croit qu’il soit le même genre de personnage.

Mais alors qu’elle lui donnait son accord pour le suivre dans son périple le grand gaillard s’émerveilla tout à coup par cette nouvelle. Il y avait encore quelques heures il était seul à arpenter les routes et à se retourner à chaque instant pour surveiller ses arrières. Rongé par le désespoir et la rage d’avoir perdu tout ce qui lui restait sur cette terre. Il était comme les macchabées marchants sauf que lui ne pourrissait pas.

La compagnie de l’étudiante n’était pas superflue. Lui parler lui avait déjà remonté le moral et lui avait fait oublier un peu les malheurs qu’il avait subit quelques jours auparavant. Et être deux sur les routes avait un côté rassurant. De plus Selene était également solitaire et paumée comme lui. Cela lui donnait un but. Protéger l’étudiante était désormais sa mission principale.

- « Je ne peux pas te promettre que cela soit sans risque ! » Lui répondit il tout en là regardant concentrée sur sa tâche à déposer ici et là les matériaux nécessaires à la naissance du feu tant souhaité.  

Son petit cri de joie et de surprise le fit sourire. Les flammes dansantes faisaient refléter les ombres des deux protagonistes dans le petit appartement comme si elles dansaient côte à côte. La demoiselle courageuse comme pas deux attrapa les restants de la bibliothèque et commença à alimenter l’embrasement des papiers divers éparpillés sur le sol.

- « Oui il me semble que c’est bien à cet endroit. » Lui dit il en là voyant ouvrir la fenêtre la plus proche.

- « Parfait ! C’est nickel ! Je vais m'installer ici !» Répondit il immédiatement en se rapprochant du foyer lumineux. En même temps la jeune femme sembla vouloir se confier à lui. En effet elle lui précisa le fond de ses pensées sur le lieu qui lui semblait être le mieux pour survivre dans tout ce chaos.

- «  Oui quitter la ville est une très bonne idée. Il y aurait sans doute moins de danger. Mais il faudrait avoir récupéré des provisions avant de le faire. Et puis il faudrait savoir ou aller ? Ne pas partir à l’aventure. Remarque je te dis ça mais en même temps je suis un peu dans ce cas là. J’ai tout abandonné et suis parti tête baissée vers l’inconnu. » L’homme avait les paumes tendues vers le feu pour se réchauffer un peu.

- « Moi je suis pour ! Mais nous devrions toutefois aller jeter un coup d’œil du côté des entrepôts. Qu’il y ait quelque chose ou non il me semble nécessaire d’aller inspecter les environs ! Qui sait peut être qu’avec de la chance on trouvera un véhicule en état de marche ? Et dans ce cas là on le chargera jusqu’à ras bord de produits de premières nécessités ainsi que de denrées non périssables ! » Le magasinier là regarda en lui demandant :

- « Qu’est-ce que tu en penses ? »
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
WALKING WITH THE DEADS

MessageSujet: Re: Someday in winter   Aujourd'hui à 21:37

Revenir en haut Aller en bas
 

Someday in winter

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 6Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant

 Sujets similaires

-
» Test Winter Assaut par Manik
» Jean-Guillaume de Winter
» Une arme éveillée pour tuer : Winter is coming
» Winter Tournament kits!!
» CATH A. WELLINGTON ► Ariel Winter

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Walking Dead RPG :: Archives RP :: RP Terminés-