Partagez | .
 

 The war zone

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3
Auteur
Message
Abigail Breckenridge
Bras Droit | Messiah
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 11/05/2016
Messages : 294
Age IRL : 22

MessageSujet: Re: The war zone   Mer 17 Aoû 2016 - 9:54

Le souffle court, elles s'étaient enfermées dans l'appartement. Ca leur laissait un laps de temps pour ou moins court pour établir un plan, quelque chose, n'importe quoi. Abi avait la rage. Elle voulait les tuer. Parce qu'ils l'avaient menacés mais aussi parce qu'ils avaient voulu toucher à Selene. Et on ne touchait pas à un membre de sa famille. Encore moins à Selene. Elle savait que ce « voyage » était ce qui ferait revenir son amie, mais elle ne comptait pas s'arrêter à ces deux abrutis. Le monstre qui avait détruit sa meilleure amie devra payer, lui aussi.

Pour le moment, elles s'occupaient des deux blonds. Et elle ne comptait pas les laisser gagner. Ils pensaient qu'elles étaient des gamines attardées, plus téméraires et plus stupides que courageuses et réfléchies. Vraiment ? Bien. C'est ce qu'on verra. Elles s'étaient faufilés dans la pièce à vivre, décidant néanmoins de se cacher et de se faire discrètes. « Bien joué, ça les ralentira le temps qu'on mette en place un plan. » chuchota la blonde tout en rechargeant son arme. C'est vrai qu'Abi avait toujours plus ou moins été celle qui exécutait plutôt que celle qui planifiait, ou du moins, c'était celle qui agissait réellement dans l'urgence. Cependant, aujourd'hui, il était inévitable qu'elle se soucis d'un plan. « Il faudrait les attirer quelque part. On sera plus fortes avec nos copains les cadavres. On leur fait faire un petit jeu de piste... Une chasse au trésor... » Les attirer dans un piège était selon elle la solution la plus efficace. Physiquement, ils étaient plus forts, il ne fallait pas qu'elles oublient. Néanmoins... ils étaient beaucoup trop imbus d'eux même et fiers pour croire que deux gamines ne les amèneraient volontairement dans un piège. Il fallait ruser. Il fallait jouer.

Mais Selene n'eut pas le temps de répondre. La porte de la chambre de l'appartement s'ouvrit et Jonah apparut dans la pièce. Abi grimaça légèrement, toujours le flingue à la main. Ce type l’insupportait. Elle aurait voulu lui signifier son agacement, mais au vu du personnage, elle était certaine qu'il en serait ravi. Dans leur dos, Zack fit son apparition à son tour. Mais l'attention de la blonde fut attiré par une ombre dans le dos de Jonah. Ou, plus précisément, au niveau de ses jambes. Mais elle remonta très vite son attention sur le Connard. Elle ne voulait pas que son regard la trahisse, mais elle avait deviné ce qui se tramait dans son dos. Jonah avait commis une terrible erreur : il n'avait pas vérifié la pièce avant de s'y engouffrer et de rester sur le pan de la porte. Elles non plus, à vrai dire, dans la panique, n'avaient pas vérifié. Manque de chance, c'est pour ta pomme beau blond. « C'est bon. Vous avez gagné... » déclara soudainement Abigail en s'avançant légèrement vers Jonah, les mains tendues comme pour lui donner ses armes.

C'est à cet instant que le mort attrapa le mollet de l'homme avec une force presque surhumaine pour un cadavre sans jambes. Ils se déplaçait en rampant, d'où sa lenteur, et couché au sol, il n'avait pas attiré le regard de Jonah. D'un coup de pied vif dans l'autre jambe de son ennemi, elle le fit chuter au sol, avant même qu'il n'ait eu le temps de se retourner pour tirer une balle dans la tête du mort. Il était frais celui-là. Un mois, peut-être même moins. Encore vif. Ca devrait lui prendre un peu temps. Tant pis pour le piège, ils s'étaient piégés tous seuls. Derrière elle, Selene pointait son arme sur le crâne de Zack, à quelques centimètres. Jonah se débattait, mais le corps du mort pesait lourd et la mâchoire de ce dernier trop près de son visage. Abi leva les yeux au ciel et dans un soupire, elle tira son couteau de cuisine qu'elle planta dans le crâne du monstre qui s'affala sur Jonah. D'un coup vif, elle écrasa le poignet de l'homme sous son pied, qui déjà avait tenté de lever sa main armée vers Abigail.

« Tututu... C'est pas bien d'embêter les jolies demoiselles... » dit-elle dans une moue, le sang du rôdeur coulant sur le bas du visage de son adversaire. « Au fait... Règle numéro 1 : on vérifie TOUJOURS les pièces dans lesquelles on se cache. »



 
bloody creature poster girl
The night is when, the ghosts all come out. Playing with my head, spin it all around. This room is like a prison cell, I'm all by myself. I'm waiting for my friend to come and break me out.
Revenir en haut Aller en bas
Zack M. Atkins
leader | American Dream
Modérateur
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 22/03/2016
Messages : 1256
Age IRL : 24

MessageSujet: Re: The war zone   Mer 17 Aoû 2016 - 11:48


La balle avait fusé alors que l'homme d'affaire ouvrait la porte du toit menant à l'intérieur de l'immeuble. Par chance, elle n'avait fait qu'effleurer son bras bien qu'il n'ait pu retenir un sifflement de douleur mêlée à l'agacement. Après avoir nettoyé la voie, ils s'étaient tous deux engouffrés dans le bâtiment à la recherche des deux demoiselles et Jonah ne tarda pas à supposer l'emplacement de leur cachette. Hochant la tête d'approbation, l'aîné observa son partenaire faire, sortant une cigarette pour en coller le papier sur le judas. Certes, l'idée était astucieuse, mais Zack ne pu s'empêcher de lever les yeux au ciel. Et une deuxième clope gâchée. Elles vont vraiment le sentir passer, se dit-il en soupirant.

Et maintenant l'attente. Et si ça se passait mal là-dedans ? Le publicitaire avait beau savoir ce qu'il faisait, à deux contre lui avec des armes à feu il risquait gros. Mais la confiance qu'il avait en son acolyte prit le dessus ; bien sûr qu'il allait y arriver. Il zieutait rapidement la légère blessure causée par la balle qu'il avait sur le bras droit quand le signale de Jonah se fit entendre de l'autre côté de la porte. S'engouffrant dans l'appartement, Zack tomba directement dans la pièce principale où les deux femmes étaient prises en grippe par les armes de Jonah. Haussant un sourcil amusé, l'homme d'affaire regardait tour à tour les visages de chacune des personnes présentes dans la pièce ; chacune, sauf ce putride qui rampait au sol et que personne ne vit. Ou presque. Au dernier moment, il repéra au mouvement au sol derrière son partenaire mais c'était déjà trop tard.

La seconde d'après blondinette le faisait basculer et il se retrouvait au sol, flanqué d'un putréfié, tandis que Zack copinait avec le canon de l'arme de la brune. Il pencha légèrement la tête sur le côté, plantant sur elle son regard plein de cette supériorité hautaine qui le caractérisait ; du coin de l'oeil il observait la blonde qui s'occupait de Jonah... et du macchabée. Il profita du fait qu'elle soit occupée pour mettre à bien la petite idée qui avait germée dans son esprit ; son regard se voilà soudain d'un mélange d'amusement et de rage. Rapidement il fourra sa main gauche dans sa poche, en extirpa son poing américain et, avant qu'elle n'ait pu réellement réagir, dégagea de sa main droite le bras tendu de la brune pour lui assener un coup violent dans la joue de sa main armée. Mais il se s'arrêta pas là, alors qu'elle perdait l'équilibre, il prit de sa main libre son couteau de chasse et lui planta un coup franc dans le flanc. Quand elle tomba au sol il s'abaissa rapidement, peut-être un peu trop, mais ne prêta pas immédiatement attention à la vive douleur qui le tiraillait du côté gauche ; ne pas forcer lui avait dit le toubib, mais évidemment, ça lui était passé au dessus. Un nouveau coup de poing acheva d'assommer la femme ; l'assommer ? Haletant, il posa machinalement une main sur son propre flanc et senti le liquide chaud et poisseux qui en découlait. « Bordel. »

Relevant son visage empreint d'une folie difficilement contrôlable, il se rendit compte qu'il avait une fois de plus tout oublié ; la peine de ses perte, la culpabilité, la douleur. Et s'il l'avait tuée ? Il n'en avait rien à foutre, il avait oublié l'espace d'un instant et c'était tout ce qui comptait. Dardant son regard froid sur la blonde, un rictus carnassier étira ses lèvres. « Et maintenant tu vas faire quoi hein ? » Ils avaient gagné. Elle n'était plus rien. Seule et sa copine morte. Peut-être aurait-elle mieux fait de ne pas venir du tout au rendez-vous fixé par Jonah, mais l'amusement aurait été moindre.



Revenir en haut Aller en bas
Selene Sweetnam
leader | Messiah
Modérateur
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 07/11/2015
Messages : 1253
Age IRL : 26

MessageSujet: Re: The war zone   Mer 17 Aoû 2016 - 17:27


Selene reprenait son souffle adossée à la porte. Abigail l’avait dit : ce n’était qu’un gain de temps, de la poudre aux yeux. Elle ne pensait réellement pas que les mordeurs les tueraient, mais espérait qu’ils gâcheraient leurs munitions dessus. A voir le silence qui s’instaura après que les morts se furent engouffrés dans la cage d’escalier, c’était raté. Pas de cri, pas de déflagration. Les attirer quelque part ? Oui… mais pour ça, il aurait fallut qu’elles puissent prendre du recul. La musicienne emprisonna brièvement sa tête dans ses mains ivoirines, tendue comme jamais. Ça n’aurait pas dû se passer comme ça : elles devaient tomber sur Jonah à deux contre un. Les jeux n’étaient plus les mêmes à forces égales, et l’affrontement sera bientôt inévitable.

- J’ai une idée, murmura-t-elle, mais…

La pianiste n’eut pas le temps d’exposer les esquisses de plan qui se construisaient à toute vitesse dans sa tête, parce que l’antéchrist était déjà là. A vrai dire, elle ne pensait pas qu’il puisse savoir où elles se trouvaient aussi rapidement. La jeune femme avait imaginé les deux hommes explorant le bâtiment dans la pénombre, voire se séparant, leur offrant mille et une façons de les surprendre. Mais non. Il était là, dressant fièrement ses canons, arrogant et horripilant. Pourtant il n’avait pas compris. Ce n’était pas une traque, c’était un combat de fauves. S’il s’attendait à la voir plier, il serait déçu. Bien déçu.

Selene le défiait d’un regard froid, vide, alors que Zack se joignait à la réunion. En l’espace d’une seconde, l’étudiante comprit que ce n’était pas un appartement comme les autres : c’était la salle du jugement. Le dénouement de cette vendetta, parce qu’il n’était plus question de s’éclipser pour retarder l’échéance. L’air se chargeait de plomb et dans un coin, la silhouette chimérique que seule la musicienne pouvait voir hochait lentement la tête. Un encouragement, alors qu’elle fredonnait une mélodie glaçante.

- Au moins change de registre, rétorqua-t-elle avec une ébauche de sourire moqueur, parce que t’es loin de me faire peur, sérieusement.

Elle tenait encore son Beretta, il ne lui suffisait que d’une ouverture. Comme… ce corps qui rampait péniblement derrière Jonah, mais que ce dernier, aveuglé par son numéro, n’avait pas vu. Lentement, les yeux bleus de la pianiste passèrent de Zack à son leader, et inversement. Comme si elle lisait les pensées de sa complice, elle comprit immédiatement où Abigail voulait en venir en faisant mine de se rendre. Utiliser la suffisance de l’ennemi à son avantage : c’était vrai que le criminel avait tellement l’air d’aimer voir les autres se coucher devant lui qu’il ne se méfierait pas de suite. Espérons.

Alors tout s’emballa. Le cadavre qui attrape le mollet de Jonah, le coup de l’irlandaise, la lutte, Selene qui dresse son arme pour dissuader l’autre acolyte de s’en mêler. L’espace de quelques secondes, elle l’observa de son regard teinté de folie. Quelques secondes seulement, avant d’amorcer la pression sur la gâchette, mais c’était déjà trop. D’une parade vive, Zack écarta son bras et sa déflagration ne fit que l’effleurer. Avant qu’elle ne puisse réagir, son poing s’écrasa lourdement sur son visage, manquant de lui déboiter la mâchoire. A moitié sonnée, l’étudiante ne vit pas venir la lame. Elle ne sentait que l’intense brûlure de l’acier qui perforait ses chairs, lui coupant le souffle.

Cet instant parut se suspendre. Ses membres étaient paralysés, refusant de répondre à son cerveau qui n’assimilait plus qu’une bombe de douleur. Elle voulut pourtant, lever son bras, pointer l’extrémité de son revolver sous le nez de l’ancien financier, faire feu à bout portant. Sincèrement, elle essaya, mais ses jambes se dérobèrent sous elle et un second coup l’assomma en ouvrant une plaie sur sa lèvre supérieure.

Il faisait noir. Ses paupières devaient être fermées. Elle ne sentait plus rien d‘autre que le goût ferreux du sang dans sa bouche et son flanc droit qui s’embrasait à chacune de ses faibles inspirations. Selene n’entendait plus rien – plus vraiment. Il lui semblait distinguer le cri de rage d’Abigail, des coups de feu, des pas, mais c’était dur de faire le point. Elle avait la sensation d’être absorbée vers « autre chose », comme si sa conscience glissait vers un gouffre en se raccrochant péniblement aux parois. Ça y est : elle n’avait plus vraiment mal. Son ouïe n’était plus qu’un sifflement.

Elle pensa à Gabriel. Dans la brume chaotique qui étiolait ses songes, son visage apparaissait distinctement. La musicienne était heureuse au final : il n’aurait plus à supporter une compagne souillée et déshumanisée. Il n’aurait même pas à l’enterrer ; il était libre. Et elle… elle lui avait dit qu’elle l’aimait. Non, elle lui avait écrit, c’était à la fois pareil et mieux. Alors c’était bon, elle pouvait mourir.

A moins que…


Go back and forward, but all is melting like the snow ♪ Taking all from us, all we thought was left to know ♪ On what we treasure falls a dusty snow ♪ taking us backwards, but where we will never know.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
WALKING WITH THE DEADS

MessageSujet: Re: The war zone   Jeu 18 Aoû 2016 - 15:59

Je ricanai lorsque la brune tenta de me faire comprendre qu'elle n'avait pas peur. Pauvre conne, tu n'as encore rien vu. Cependant, mon sourire se retomba brusquement lorsque je sentis quelque chose m’attraper subitement la jambe. Mauvais point Parks. Et cette connasse de BLONDE DE MES DEUX qui me flanque un coup dans le genoux là ! Putain même David était moins fourbe en me plantant un couteau dans la jambe par derrière ! La prochaine fois c'est elle qui passe à la batte, rien à foutre ! Lâchant un bref et sec gémissement de douleur en heurtant le sol, je ne tarde cependant pas à me retourner pour me débattre face au gentil vorace au dessus de moi qui essaye avec impatience de déguster mes tripes. Connasse de blonde putain. Finalement pour elle je trouverais pire que la batte.

Bon, fini de déconner, il est temps de passer aux choses sérieuses. Sortant discrètement mon couteau de ma ceinture alors qu’Abi venait de laisser crever le rôdeur sur moi, je grimaçant légèrement en sentant le sang malpropre couler sur mon visage. Cependant, alors que sa petite et pathétique fierté naïve l'envahissait à nouveau, j'entamai un vif mouvement du bras, entaillant légèrement sa cheville de mon couteau. J'aurais voulu lui trancher le tendon d’Achille, j'avoue, mais quand on est couché par terre la tête à l'envers, c'est pas facile de viser correctement vous voyez...

Immédiatement, profitant de la diversion je repoussai le cadavre et me relevai subitement, saisissant à nouveau mon flingue, mais laissant cette fois mon fusil passer dans mon dos, l'accrochant rapidement à mon épaule par la lanière.

C'est à ce moment que je vis Zack agir. Le bon geste. Un sourire carnassier déchira mon visage alors que mon regard sadique s'était planté dans celui de la brune qui pâlissait à vue d'oeil et se laisser lentement tomber au sol. Mon coéquipier sembla l'achever brutalement d'un nouveau coup qui fit gicler quelques goûtes de sang de sa lèvre, après lui avoir copieusement enfoncé son couteau de chasse dans le bide. Un léger rire cruel. Je regarde le corps au sol. J’entend Zack s'adresser à la blonde, et c'est à ce moment que je me retourne vers elle, l'air plus sadique que jamais. « Et voilà où tu te retrouves Blondie. A vouloir te la jouer conne, tu as réussi à faire crever deux de tes potes… » Sortant lentement ma batte de mon sac, les traces de sang encore incrustées dans celle ci, je commençai à m'approcher très lentement d'elle, l'autre main toujours armée de mon revolver… « Maintenant c'est ton tour. Quand on joue pas avec nous, on est puni. »

Un court instant, je regade enfin Zack et constate avec un peu de retard ce qui lui est arrivé. Sa plaie s'est rouverte… Et merde on a pas besoin de ça, le toubib est pas avec nous… Il pâlit à vue d'oeil, comme l'avait fait la brune, mais il tient le coup. Boitant, courbé, il reste debout, faible et fort à la fois. Grimaçant en voyant la grande auréole rouge sur son t shirt s’élargir, je lui demande du regard si ça ira bien. Espérons le… Parce qu'il est hors de question de laisser fuir cette connasse, et surtout de perdre un allié. Un ami.
Revenir en haut Aller en bas
Abigail Breckenridge
Bras Droit | Messiah
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 11/05/2016
Messages : 294
Age IRL : 22

MessageSujet: Re: The war zone   Jeu 18 Aoû 2016 - 19:21

Et puis soudain, tout bascula... La surprise de l'entaille lui fit relever la pression de son pied tandis que derrière elle se jouait son pire cauchemar. Lorsque, suivant le regard du blond, elle tourna la tête vers Selene et Zack, elle découvrit l'horreur. Sa meilleure amie s'effondra sur le sol, un couteau planté dans le flan. Abigail hurla, elle ne voulait pas y croire, elle ne voulait pas l'admettre. Pas maintenant. Pas à cause d'elle. Pas pour eux...

Elle aurait voulu se jeter sur le corps de la brune, crier aux deux monstres qui venaient de briser des vies de s'en aller, de les laisser tranquille. Mais elle ne bougea pas. Tout semblait flou. Plus rien n'existait à part la mare de sang qui se formait sous le corps de Selene. Elle sentait le sol se dérober sous ses pieds, elle perdait l'équilibre, elle perdait tout. Les yeux rivés sur le cadavre, sur le visage inexpressif, elle entendait au loin les voix des assassins. Mais elle ne les écoutait pas. Elle voulait seulement la ramener. Chez elle. Lui permettre d'avoir une dernière caresse sur sa joue pâle de la part de Gabriel. Une dernière étreinte de Bobby. Un dernier baiser d'Arun. Et sans qu'elle ne le contrôla, les larmes coulèrent. Chaudes. Brûlantes.

C'est seulement au moment où elle fit s'approcher Jonah qu'elle revint à la réalité. Elle aurait peut-être voulu mourir. Mais Abi était une teigne. Elle ne trouverait la mort que lorsqu'elle aurait réussi à avoir sa vengeance. Et quelle vengeance... ! Elle reviendrait. Plus forte. Plus dangereuse. Elle ferait les choses bien, cette fois. Seule, et bien. Elle les détruirait. Tous. Jusqu'au dernier. La rage montait en elle comme jamais auparavant. La fureur s'emparait de tout son corps, ses membres tremblaient. Jonah ne se trouvait qu'à quelques centimères d'elle lorsqu'elle lui cracha violemment dans les yeux et lui donna un coup de tête dans le nez. Le cou n'était pas assez fort, malgré sa colère, pour lui casser quoi que ce soit mais une fois encore assez surprenant et douloureux pour le faire grimacer et l'occuper les quelques secondes qu'il fallait à la blonde pour se faufiler. Pour ne pas risquer d'être toucher par l'arme de Jonah, elle passa derrière Zack qui semblait en difficultés. Son ami n'oserait pas tirer et le toucher. Elle remonta les escaliers et se rendit sur le toit où elle prit l'escalier de secours qui donnait de l'autre côté de la rue.

Plus vite que jamais, l'esprit embrumé, elle se retrouva dans la rue. Elle jeta un regard derrière elle et vit Zack qui la suivait difficilement. Alors comme ça, l'handicapé croyait l'attraper ? Très bien. Tel sera pris qui croyait prendre. Et l'asticot ferait moins le malin une fois qu'elle l'aura rapporté à Messiah. Elle ralentit légèrement, le laissant à une bonne distance pour qu'il ne la perde pas. Au bout de quelques minutes de course, Abigail arriva à leur voiture garée à l'entrée de la ville. Elle se cacha soigneusement attendant que le blond ne débarque. Mais il n'arriva jamais. Abigail pesta, sortit de sa cachette et la vit allongé, évanoui, sur la route, le sang couvrant presque l'intégralité de son t-shirt. « Connard. » siffla-t-elle entre ses dents avant d'aller tirer le corps de Zack et de le fourrer avec difficultés dans la voiture, pendant qu'au loin, les monstres se faisaient de plus en plus pressants.



 
bloody creature poster girl
The night is when, the ghosts all come out. Playing with my head, spin it all around. This room is like a prison cell, I'm all by myself. I'm waiting for my friend to come and break me out.
Revenir en haut Aller en bas
Zack M. Atkins
leader | American Dream
Modérateur
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 22/03/2016
Messages : 1256
Age IRL : 24

MessageSujet: Re: The war zone   Jeu 18 Aoû 2016 - 21:51


Les deux hommes avaient finalement pris le dessus sur la situation mais à quel prix ? Zack, malgré ses efforts pour ne pas flancher, sentait pertinemment qu'il ne tiendrait pas longtemps avec cette blessure réouverte au flanc ; peut-être auraient-ils mieux fait au final de rester au phare. Il observait d'un air suffisant la réaction de la blonde, elle se décomposait de plus en plus au fur et à mesure qu'elle se rendait compte de l'état de son amie. Oui, il l'avait probablement tuée, et alors ? Ce n'était pas la première fois et ce ne serait pas la dernière. Les larmes des autres ne l'avaient jamais atteint, tant qu'il ne connaissait pas les concernés ça n'avait aucun impact sur lui alors il n'avait aucunement l'intention de se rendre malade avec cette histoire. Et de toute façon, comme l'avait si bien dit Jonah, c'était au tour de la blondinette d'y passer maintenant, alors elle n'aurait pas à vivre avec la perte de son amie morte par sa faute.

Mais tout ne se passa vraiment comme prévu -la situation avait été pleine d'imprévu depuis le départ alors pourquoi ç'aurait dû changer ?-. Et Abigail se borna à partir en courant. Sérieusement ?! Zack fronça les sourcils ne pouvant retenir un grognement d'agacement. Il se dirigea à son tour rapidement vers la porte de l'appartement, plissant les yeux pour ne pas porter attention à la douleur ; il devait la retrouver. Elles ne devaient pas être seules, elle avaient forcément un groupe, et que se passerait-il s'ils les retrouvaient ? Il n'écouta qu'à moitié les désapprobation de Jonah qui amorça un mouvement pour le suivre, avant de l'entendre lui crier que la brune avait bougé, qu'elle était en vie... Ils devaient avoir les deux. « Reste là ! »

Quelques minutes plus tard il était sorti du bâtiment et s'engouffrait sur l'allée où il avait vu filer blondinette. Savait-elle que sa copine était en vie ? Peut-être bien que oui, peut-être bien que non. L'homme d'affaire opta plutôt pour la seconde possibilité, sinon elle serait revenue pas vrai ? A moins qu'elle ne soit suffisamment égoïste pour la laisser derrière elle. Qu'importe. Au fond il s'en contre carrait franchement.

L'adrénaline l'avait poussé loin, depuis combien de temps la suivait-il ? Un bon petit temps sûrement, il n'avait même pas fait attention à l'endroit, évitant soigneusement les putréfiés qui s'amenaient. La poussée d'adrénaline passée, le blond commença à faiblir. Posant une main distraite sur son flanc, il manqua de s'emmêler les jambes, pestant en marmonnant dans sa barbe. Il aurait pu continuer loin, s'il seulement il n'avait pas cette foutue blessure.

Quelques pas encore, elle était là, au coin de la rue... Sa vue commença à se troubler, tout son corps tremblait et il semblait que son tee-shirt était de plus en plus poisseux de sang. « Pas maintenant... » Il allait crever là ? Bêtement ? Hors de question. S'appuyant un cours instant contre le mur, il prit une profonde inspiration. La dernière avant que tout ne devienne noir.



Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
WALKING WITH THE DEADS

MessageSujet: Re: The war zone   Ven 19 Aoû 2016 - 22:28

“La Connerie”. Abi n’avait même plus besoin de nom. Cette fois, elle pouvait officiellement se faire rebaptiser “la Connerie”. Et avec un grand C putain. Pas la conne non, vraiment “la Connerie”. Parce que là elle en est vraiment l’incarnation. Remarque qu’est ce qu’elle a à perdre à me cracher dessus maintenant hein ? Elle a déjà touché le fond et je garantis que si je la choppe, avec ou sans ce putain de crachat et ce coup de boule de mes deux qui ne m’a même pas fait reculer, je la massacrerai si lentement et douloureusement que même cette pauvre Claire, en la voyant, se dirait que ma batte était aussi douce que les putain de nibards de sa daronne quand elle avait huit mois.


La sentant prendre la fuite, les yeux fermés pour éviter de me foutre de sa salive dans les yeux, je pestai en essuyant rapidement mon visage. Lorsque je les rouvris, la blondinette avait déjà passé la porte… Et Zack, propulsé par une espèce de montée d’adrénaline, s’était déjà lancé à sa poursuite malgré sa blessure. M’énervant bruyamment, je me précipitai vers la porte et m’adressai à Zack, qui titubait assez rapidement en direction du toit de l’immeuble. « Zack ! Ta blessure ducon ! ZACK ! » Pas la peine, il écoutait rien. L’adrénaline bon Dieu… J’espère au moins qu’il va pas crever en chemin. Bon, pas le choix, je dois le suivre, de toute façon l’autre poufiasse est morte… Mais attendez un peu.

Ce qui sembla être un petit gémissement faible et sourd me stoppa net, alors que je m’apprêtais à quitter l’appartement, arme au poing. Mon visage intrigué se tourna lentement vers le corps de la brune… Un maigre mouvement des doigts… Nom de Dieu.  Un rire discret s’échappa de mes lèvres en un souffle alors que je m’approchai du corps, laissant Zack prendre de l’avance. La fille pourrait très bien être en train de se transformer me direz vous, après tout, son cerveau n’a pas été détruit… Ce à quoi je vous répondrais de retourner vous pieuter, bande de cons, parce qu’elle venait d’entrouvrir légèrement les yeux… et il n’y avait rien de cadavérique dans son regard, bien qu’il soit inconscient. Une idée mesquine me traversa alors l’esprit, songeant à ce que l’on pourrait faire pour se servir de ce précieux otage. Souriant d’un air cruel, je tonnai d’une voix forte à l’adresse de Zack, en espérant que, de là où il est, il m’entendrait. « ZACK ! ELLE EST VIVANTE ! » A ces paroles suivirent un rire fier de gosse sadique, et alors que je voyais la brune commencer à rouvrir à nouveau légèrement les yeux, je lui flanquai un coup de pied en plein visage afin de les refermer rapidement, la laissant encore plus inconsciente qu’un paresseux dans le coma.

Fronçant légèrement les sourcils, tout de même inquiet pour la santé de mon coéquipier, je me dépêchai d’aller jeter un oeil à la fenêtre… Personne en bas. Merde. Pourvu que… Merde. D’un pas pressé, je me mis à courir vers le toit de l’immeuble pour descendre par les escalier de secours, laissant un temps la brune inconsciente sans surveillance. En bas, personne, les deux avaient disparus. Cependant, Zack, dans sa marche, avait laissé tomber plusieurs gouttes de sang le long de son chemin… Et puis elles s’arrêtent. Là, sur le bitume, une trace un peu plus grande de sang étalé. Et enfin, une lente trainée maigre et irrégulière… Zack n’a pas été blessé plus qu’il ne l’est, vu la quantité peu importante de sang, mais étant donné la trainée… Putain de merde. Il s’est évanoui, et elle l’a trainé. Merde merde merde. Pestant fort, je me met à courir le long de la trace jusqu’à voir celle ci disparaître, d’un seul coup, comme si Zack et Abi avaient… disparus. En voiture, forcément. « PUTAIN DE MERDE ! » Là, Madame la Connerie poussait vraiment mais alors VRAIMENT le bouchon trop loin. Le visage plein de haine, je me mis à courir dans le sens inverse, remontai les escaliers, entrai à nouveau dans l’appartement et me postai juste au dessus de la brune dans les vappe, qui baignait dans son sang. « Dommage ma grande, on va devoir s’amuser que tout les deux. » Essoufflé, je lui flanquai un coup de pied énervé, comme on frappe dans un pauvre petit caillou quand on est un gosse de quatre ans vexé. « Allez… On rentre au bercaille maintenant. »

FIN.

WE’LL BE BACK.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
WALKING WITH THE DEADS

MessageSujet: Re: The war zone   Aujourd'hui à 4:53

Revenir en haut Aller en bas
 

The war zone

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 3 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3

 Sujets similaires

-
» Agriculture en zone urbaine face au deficit d'infrastructure
» La zone métropolitaine contribue à 90% à la recette fiscale
» Zone de stockage
» Forêt interne de Konoha - Zone interdite
» Vidéos Zone litigieuse et opération des gardiens d'anachore

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Walking Dead RPG :: Archives RP :: RP Terminés-