Partagez | .
 

 Rebuild, Renew

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant
Auteur
Message
Axel J. Kennedy
Bras droit | Sanctuary Hills
Modérateur
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 31/10/2015
Messages : 710
Age IRL : 24

MessageSujet: Re: Rebuild, Renew   Mer 14 Sep 2016 - 23:02


    Lâchant un instant Shawna, je me dirigeais vers ce qui devait servir d'écurie. Il y avait quelques box, tous vides de tout animal à mon plus grand soulagement. Aucune âme qui vive. Plus j'avance cependant, et plus une odeur de mort me prend les narines. Fronçant le nez, je serre un peu plus ma machette et pousse la porte en bois du dernier box ; là, un cadavre, bel et bien mort. Soupirant légèrement, je m'avance un peu pour le sortir de là quand des coups de feu retentissent. Ni une ni deux, je fais demi-tour et me précipite vers l'extérieur, marquant une pause rapide à côté de Shawna qui attend toujours devant.

« Reste devant la maison ! »

    Arrivant à la porte, je m'engouffre dans une grande pièce à vivre que j'aurais certainement admiré dans d'autres circonstances, mais là je m'inquiètes surtout de ce qui a pu arriver. Cette inquiétude qui m'horripile au plus haut point ; encore un inconvénient à être en groupe. Arrivant finalement à la hauteur de l'agitation, je regarde un peu interdit les corps au sol.

« Ca va ? Vous n'avez rien ? »

    Une pointe de panique peut se lire dans mon regard qui se fait encore un peu plus inquiet en voyant Carmen. Qu'est-ce qu'il s'est passé au juste ? Ca ne peut pas être uniquement ces trois cadavres qui l'ont mise dans cet état. Ouvrant la bouche, je capte les discussions qui se jouent. Un macchabée... qui n'a pas été mordu ? C'est quoi cette histoire ? Fronçant les sourcils, je les suis vers l'entrée, ne cessant de me poser des questions quant à cette nouvelle information. Qu'importe, nous en discuterons plus tard, tout n'est pas terminé ici.

« C'est clean à l'intérieur maintenant ? Il y a une écurie dehors, juste un mort. A voir ce qu'il y a encore aux alentours. »

    M'accordant un rapide regard dans la pièce principale, je reste un instant interdit devant l'espace. Le retour à la campagne c'est une chose, mais je n'avais pas vraiment grandi dans une ferme aussi luxueuse. Quoi que ce n'était pas une ferme, c'était un ranch, mais qu'importe.

« C'est pas mal i... un groupe de mort ? Regardant Carmen un sourcil haussé, je soupire une nouvelle fois. J'espère qu'ils sont loin maintenant, je pense qu'aucun de nous n'a envie de fuir encore. »

    Un peu de repos ne ferait cependant de mal à personne et, si l'endroit était suffisamment calme et sécurisé, peut-être pourrions-nous au moins y passer une nuit et aviser demain quelle décision sera la plus adéquat.





« Tout le monde dit que la ''survie'' n'est pas facile,
que ce n'est qu'un état second clôturé soit par une renaissance, soit par la mort.
J'ai eu ma renaissance.
»

Revenir en haut Aller en bas
Shawna J. Clarke
Sanctuary Hills
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 19/01/2016
Messages : 844
Age IRL : 28

MessageSujet: Re: Rebuild, Renew   Ven 16 Sep 2016 - 23:02


A vrai dire Shawna n’avait pas vraiment eu le choix. Elle s’était laissée entraînée par Axel lorsqu’il lui avait attrapée le bras. Et pour faire quoi ? Se balader dans les alentours, voir si cette baraque pouvait devenir leur nouveau repère ? A quoi bon, si c’était pour devoir fuir encore une fois. La métisse n’était vraiment pas emballée par tout ça. Alors quand le brun décida de rester à l’extérieur cela la soulagea quelque peu. Personne ne pouvait prévoir ce qu’ils allaient découvrir dans la maison et elle n’avait vraiment pas envie d’y mettre les pieds. Une fois plus c’était les autres qui faisaient le sale boulot, puisque de toute façon elle était incapable de quoi que ce soit, d’autant plus dans cet état. Se laissant presque traînée par l’ancien serveur, elle le suivit jusqu’à la grange. L’endroit semblait calme, mais ce n’était sûrement qu’une impression… A chaque fois, il fallait que quelque chose vienne perturber leur tranquillité, et la coiffeuse était presque certaine que cela serait encore le cas. Bientôt.

Ne quittant pas Axel du regard lorsqu’il entra dans la grange, les angoisses de la belle revinrent dès l’instant où il disparut à l’intérieur de la vieille bâtisse. Elle se mit alors à regarder autour d’elle, espérant qu’aucun mort n’aurait l’idée d’apparaître. Et c’était étrangement durant ce genre de moment qu’ils avaient tendance à faire entendre leurs râles insupportables. Mais là, ce fut tout autre chose qui fit sursauter Shawna et effraya le chaton qui tomba sur le sol. Un coup de feu. Venant de la maison. Elle se figea alors, laissant une fois de plus une expression de peur prendre possession de son visage. Que c’était-il passé ? Pourquoi les autres avaient-ils tiré ?

Axel sortit précipitamment de la grange et se mit à courir en direction de la maison. Affolée, Shawna se mit à le suivre sans vraiment se rendre compte qu’elle s’était mise à courir à son tour et qu’elle avait laissé son animal derrière elle. Et malgré la courte distance entre les deux bâtiments, elle se sentit très essoufflée une fois devant la maison. Après ces semaines à errer ci et là, la faim, la soif, la fatigue, le moindre effort lui était insupportable. Elle mit donc du temps à reprendre son souffle, attendant devant la porte comme lui avait dit Axel. Elle prit une nouvelle inspiration pour tenter de calmer sa respiration saccadée et après quelques minutes elle réussit à se calmer. Passant le pas de la porte, elle hésita un instant, se demandant si elle pouvait rejoindre les autres à l’intérieur… Mais elle se ravisa et resta là. Qu’avaient-ils découvert là-dedans ? Et pourquoi ce coup de feu ? Elle avait terriblement envie d’aller y jeter un coup d’œil mais la peur l’en empêchait.

Elle fit alors volte-face et croisa les bras. Le calme semblait être revenu dans la maison. Peut-être qu’ils pourraient rester là, quelques temps. Trop de questions chamboulaient son esprit et elle était incapable de gérer tout ce flot d’émotions. Il n’y avait plus qu’à espérer que personne n’avait été blessé avec ce coup de feu, sinon elle craquerait, c’était sûr. Attendant toujours le retour des autres, elle continua de regarder autour d’elle. Puis, elle crut entendre des bruits de pas sur sa gauche. D’abord elle pensa que c’était un des membres du groupe, elle n’avait pas fait attention à la direction qu’avait pris les autres… Alors, lorsqu’elle découvrit deux silhouettes à la démarche douteuse s’approchant dangereusement de la maison, elle ne sut quoi faire. Entrouvrant les lèvres, aucun son ne sortit de sa bouche dans un premier temps. C’était sûrement le coup de feu qui avait dû les alerter. Très bonne idée d’ailleurs, que de tirer… (Et après, on venait se plaindre quand elle criait…). Bref, il fallait qu’elle réagisse, qu’elle appelle les autres… Alors difficilement, elle réussit à prononcer quelques mots. Presque inaudible d’abord, puis voyant que les rôdeurs se rapprochaient elle parle suffisamment fort pour que les autres l’entendent… Eh ! Vous… Vous êtes où ?! Axel ? Carmen ? Y’en… Y’en a d’autres qui arrivent… VITE ! » Elle se sentait de plus en plus mal. Elle avait envie de disparaître, de fuir tout ça mais elle était incapable de bouger. Il n’y avait plus qu’à croiser les doigts, il fallait que les autres aient entendu son appel…






Revenir en haut Aller en bas
Jasper McCarthy
Sanctuary Hills
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 01/11/2015
Messages : 1870
Age IRL : 26

MessageSujet: Re: Rebuild, Renew   Ven 23 Sep 2016 - 9:43

Il avait du mal à se dire qu'ils allaient vraiment s'arrêter là. Il ne montra qu'à peine du dégoût lorsque plusieurs cadavres furent découverts et qu'un coup de feu fit dévaler les escaliers à un des marcheurs situés à l'étage supérieur.

Jasper était juste soulagé au point d'en oublier toutes ces fouilles. Après tout, chacun avait déjà ratissé la moitié du lieu. Lui avait suivi Carmen, tout simplement parce qu'il lui servait assez bien de béquille. Elle ne tenait pas bien debout et l'appui lui faisait mal. D'ailleurs, vu les découvertes des autres, ça l'arrangeait bien de suivre la petite chef de près et d'observer les pièces alentour. La grange accolée au lieu était sans doute l'endroit où il voulait le moins aller. Il la voyait pleine de rôdeurs, tapis dans l'ombre, grattant la porte dès lors qu'un bruit extérieur les aurait attirés. Les tirants de leur mutisme.

« Si on s'installe ici pour de bon, on aura sûrement tout le temps de sécuriser ce camp. Créer des crevasses par exemple, suffisamment profonde pour en piéger quelques-uns. Grillager une partie, nous faire un petit cocon plus tranquille. »

Dans un bref éclat, il se rappela un peu du quartier où ils avaient habité pendant de longs moises. C'était un joli coin tranquille aussi par là-bas, et ils avaient été salement surpris... Le souvenir de cette nuit était encore bien frais dans son esprit et il jeta un regard aux personnes les plus proches une seconde. Mais personne n'était mort. Voilà, c'était la mélodie finale, la dernière note grave et lourde de sens. La note qui lui donnait un peu la nausée et qui lui rappelait qu'ils étaient en sécurité nulle part. Un brin d'espoir c'était beau, mais il ne fallait pas trop se reposer sur ses rêves. Les seuls endroits qu'ils pourraient juger d'archi sécuritaire seraient sûrement les prisons, les bunkers, les plateformes surélevés ou encore la statue de la liberté. Se poserait tout de même la question du rationnement oui, mais dans l'idée, c'était les lieux où ils auraient réellement pu dormir d'une nuit quasi sans rêve. Quasi.

Le blond cligna des yeux avant de s'éveiller cette fois pour de bon lorsque la coiffeuse alerta le groupe de l'arrivée de rôdeurs. Combien ? Cinq, dix, quinze ? Déjà ? Pourquoi ? Le coup de feu bien sur. Les armes à feu étaient maudites. Elles les attiraient comme des mouches. Comme les hurlements de terreur d'ailleurs.
D'autres viendraient, ils mettraient du temps mais ils viendraient. Même étouffé à l'intérieur du ranch, le bruit du coup de feu était suffisamment puissant pour que les plus proches entendent.

« Toi, tu ne bouges pas. T'es suffisamment arrangée. Tu vas pas courir le rôdeur dans l'immédiat ok... ? Et il vaut mieux éviter un nouveau coup de feu. »

Éviter, c'était une bonne chose. Mais la plupart s'étaient certainement déjà donné l'ordre tout seul. Il s'avança en soutenant toujours Carmen attendant précisément qu'Axel, Erik, Nola ou Kaidan se chargent du nettoyage. Surtout qu'ils étaient deux. Les marcheurs arriveraient peut-être plus nombreux ensuite, mais vu l'étendue brune et verte qui s'étendait devant lui, il doutait qu'une armée ne vienne dans l'immédiat. Il l'espérait plutôt....


“L’endroit le plus sombre est juste sous la bougie.” p. korean
Le silence qui suit un grand désastre est le son le plus paisible qu'on peut entendre à la surface de cette terre. Elif Shafak.

Revenir en haut Aller en bas
Kaidan E. Hunter
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 24/08/2014
Messages : 299
Age IRL : 25

MessageSujet: Re: Rebuild, Renew   Ven 23 Sep 2016 - 21:45

Depuis qu'ils avaient mis les pieds dans le ranch, tout s'était accéléré. Il y avait le pendu d'abord, que Kaidan avait pour de bon rendu à la mort. Puis, un couple de suicidés qui avaient été anéantis avant qu'il ne réagisse. Carmen avait d'ailleurs soulevé un point important : était-il possible que ces créatures se relèvent sans morsure contaminante ? Il semblait bien que oui, puisque aucune trace n'avait été relevé sur les cadavres en décomposition. Après cet événement, la fouille des lieux s'était poursuivie. Nola avait été voir dans le sous-sol, remontant avec des bouteilles d'alcool et une information : il y avait encore un mort au sous-sol, qui avait été exécuté. Quoi qu'il se soit passé par ici, ça n'avait pas dû être beau à voir. Mais n'était-ce pas devenu le lot quotidien ?
Alors que Jasper prenait soin de Carmen, qui souffrait de sa blessure à la jambe récoltée plus tôt en plus des privations habituelles, des cris d'alarme retentirent depuis l'extérieur, là où se trouvaient Axel et Shawna. Le message était clair : rôdeurs. L'archéologue interrogea les autres du regard avant de se saisir de sa hache. Puisque Carmen était sur le carreau, avec un Jasper qui veillait au grain, c'était à qui le suivrait pour tuer les derniers morts-vivants. En arrivant à l'extérieur, il se porta au-devant des macchabées d'un pas vif, avant de se camper sur ses jambes pour les recevoir. Il s'occupa du premier en lui enfonçant son arme dans le crâne, réduisant en bouillie son arcade sourcilière, laissant le second aux bons soins de celui qui l'avait accompagné. Il n'avait même pas regardé de qui il s'agissait.

Le calme revenu, le jeune homme essuya sa lame sur les vêtements de la créature avant de faire volte-face. Son regard se posa sur un dernier bâtiment, plus petit, que personne n'avait encore fouillé. À vue d'oeil, on aurait dit des habitations. Il s'en approcha, s'emparant de la poignée avant d'imprégner une poussée à la porte. Celle-ci resta obstinément close. Fermée à clé. Prenant une inspiration, il donna quelques coups dessus avant de parvenir à la forcer. À l'intérieur, il ne trouva aucune source de danger. Seulement des lieux abandonnés depuis un bon moment. Cela sentait un peu le refermé, la poussière et le bois. Il fit rapidement le tour du propriétaire : le rez-de-chaussée se composait d'une vaste pièce à vivre avec une table, des chaises, une télévision et quelques fauteuils, d'une cuisine et de toilettes. À l'étage, on trouvait plusieurs chambres individuelles apparemment réservées aux employés. Il ne s'y trouvait plus d'effets personnels, ce qui indiquait que les employés étaient partis depuis belle lurette. En revanche, il y avait là de la literie, des draps... pas mal de choses utiles. Il dénicha même quelques bouteilles d'alcool dissimulées sous un ou deux matelas. Son tour effectué, il redescendit histoire d'aller faire part de sa trouvaille aux autres.

À la nuit tombée, tout le groupe se retrouva dans le bâtiment de fonction pour y passer la nuit. Puisqu'il fallait récurer et aérer le bâtiment principal, il avait été décidé de s'y coller dès le lendemain, lorsqu'il ferait jour et qu'ils pourraient tout surveiller. Même s'il y avait moins de place par ici, ils pourraient se débrouiller pour dormir tranquille, même s'il fallait que certains prennent le canapé ou s'étendent par terre. Ils avaient pris le temps pour se reposer après s'être assuré que tout était sûr. Carmen, notamment, en avait bien besoin. Kaidan s'était finalement faufilé à l'étage où il avait récupéré les bouteilles retrouvées cachées, puis il était redescendu voir les autres avec un petit sourire aux lèvres.


« Regardez un peu ce que j'ai trouvé... »


Alea jacta est
On verra bientôt que d'oser vivre, ce n'est pas la fin du monde. Juste d'un monde.  by lizzou.
Revenir en haut Aller en bas
Carmen L. Mendoza
leader | Sanctuary Hills
Administratrice
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 14/06/2015
Messages : 731
Age IRL : 25

MessageSujet: Re: Rebuild, Renew   Sam 24 Sep 2016 - 21:45


Ca pourrait être une idée, de se poser ici...

Elle devait bien l'admettre, ils n'avaient nulle part ou aller si ils décidaient de repartir sur les routes après tout. Inspirant profondément en sentant la migraine lui vriller à nouveau les temps, la brune ferma un instant les yeux alors que le cri de Shawna lui faisait relever la tête. Des wendigo, encore. Serrant les dents, elle avait commencé à poser la main sur le manche de son arme que déjà Jasper lui interdisait formellement de participer au combat.
Et de toute manière, elle pensait sérieusement que si Jasper décidait de la lâcher là, tout de suite, elle allait s'effondrer sur le sol pour ne plus en bouger avant un très long moment. Hochant la tête en abandonnant l'idée de se jeter dans la mêlée, elle observa Kaidan et les autres s'occuper des morts jusqu'à ce qu'il n'en reste plus. Enfin, le calme revenait sur le ranch, et avec lui l'espoir de passer une première nuit tranquille.

Ce fût Kaidan qui trouva en premier le petit bâtiment ou devait dormir des employés, qui leur servit de refuge pour la nuit. Pour la première fois depuis des semaines, ils réussissaient enfin à dormir allongé dans de vrais lits. Malgré la petitesse du lieu, il n'en restait pas moins un réel endroit ou s'allonger, alors que le ranch était désormais grand ouvert dans l'espoir de chasser l'odeur des corps. Corps qui furent déplacés dès le lendemain matin, et enterrés alors que timidement, le groupe prenait ses marques sur l'ancien ranch. Une vraie nuit de sommeil et un repos forcé firent du bien à la Navajo, alors qu'elle s'attelait à la tâche à son tour, et que la répartition des chambres se faisait enfin. Depuis leur arrivée, aucun wendigo n'était revenu dans le coin, et au bout de 3 jours, l'idée de rester ici définitivement avait germé dans l'esprit du groupe d'un commun accord sans pour autant l'avoir exprimé clairement entre eux. C'était un endroit de rêve pour se sédentariser à nouveau, et le simple fait d'observer à nouveau les voitures avait quelque chose de purement décourageant si il s'agissait de faire un long trajet, encore une fois. Et si la fouille leur avait surtout fait découvrir de la literie, quelques vêtements et paquets de cigarette abandonné, il n'en restait pas moins un endroit aux murs solides qui avaient des airs de palace après tout ce temps en extérieur.
La nuit était tombée sur le ranch, après une nouvelle journée de nettoyage intense et de rangement de leurs effets personnels, alors que comme elle l'avait chuchoté à son amant avec amusement, la brune avait finalement opté pour la plus grande chambre. Au grand désespoir de Nola.

Elle venait tout juste de terminer d'enfiler des vêtements propres pour rejoindre les autres dans l'immense salon, que déjà Kaidan leur faisait part de sa trouvaille au cours des dernières fouilles. De l'alcool. Sérieusement ? Un fin sourire l'avait trahie, alors qu'elle observait les bouteille, récupérant la plus proche pour en lire l'étiquette. Du whisky. A croire que Jack avait déposé des effets personnels dans le coin, ne put-elle s'empêcher de penser en se rappelant du scotto américain.

Est-ce que c'est vraiment une bonne idée ...

Evidemment que oui. C'était une bonne idée. Pour la première fois depuis l'anniversaire de Shawna, ils se retrouvaient ensemble, en sécurité et surtout, en vie. Ils avaient survécu au pire et désormais, ils avaient de nouveau un toit sur la tête. Oui, ça valait forcément le coup. Se rappelant de l'époque du BlackList en faisant tourner la bouteille en l'air avant de la rattraper par le goulot, l'ex gérante fit couler l'alcool dans le verre de chacun, récupérant le paquet de Marlboro qu'elle avait découvert dans le salon pour le jeter au milieu de la table en libre accès. Levant son verre face aux membres du groupe, la brune rajouta avec un air presque serein.

Je suppose qu'on peut dire que c'est la crémaillère de cet endroit ? Oh, et Nola... Sans rancune pour la chambre. Dit-elle avec un clin d'oeil amusé en venant faire teinter son verre contre celui de l'adolescente, buvant d'une traite son fond de whisky avant de se laisser tomber sur sa chaise entre Axel et Jasper, récupérant une cigarette au passage.

On l'a jamais vraiment dit à voix haute, mais... Je pense qu'on pourrait rester ici pour de bon, non ? Et si c'était le cas, la fête pouvait bien commencer maintenant. Un nouveau trajet en voiture va me faire péter les plombs de toute manière. Avoua t-elle avec un léger rire.


HELP, I'M ALIVE
My heart keeps beating like a hammer,
Hard to be soft, Tough to be tender. If we're still alive, My regrets are few If my life is mine, What shouldn't I do? Come take my pulse the pace is on a runaway train (⚡) june.
Revenir en haut Aller en bas
Nola Hughes
Sanctuary Hills
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 02/07/2016
Messages : 51
Age IRL : 17

MessageSujet: Re: Rebuild, Renew   Dim 25 Sep 2016 - 16:42




On a enterré tous les corps hier, de bonne heure, tout le monde a aidé et à la fin on était tous en cercle autour des amas de terre, ambiance secte assurée. Dans la journée on a lavé le ranch comme on a pu, laissant le cas de la cave pour plus tard. Ensuite, on s'est réparti les chambres, la nuit est tombée et on est partis se coucher. J'ai enfin dormi dans ma propre chambre, après 3 semaines à camper et cauchemarder et je me suis réveillée ce matin sans me souvenir de mon rêve, signe d'une bonne nuit. Comme tout le monde j'ai aidé pour le ménage, puis j'ai posé mes affaires dans ma chambre. Sur le bureau il y a mon cahier de dessin, mes quelques crayons et stylos et les photos de moi et ma grand-mère. Sur les étagères mes deux bonnets, le noir et celui des Sonics ainsi que mes deux couteaux de cuisine, près de mon lit ma hache et dans le placard ma M16 toujours vide, et mes affaires d'hiver. C'est un bon début.
Pour la journée j'ai laissé la garde aux autres et je me suis contentée de ne rien faire, admirant le paysage pendant 10 minutes, dessinant pendant une heure, me reposant pendant une autre ... un semblant de vie d'adolescente en fait. Et la nuit tombée, j'ai mangé rapidement et je suis allée me coucher, profitant de ma propre chambre, mon propre lit.

Je me réveille ce matin en pleine forme, après une nuit de sommeille qu'on pourrait considéré comme miraculeuse ... j'ai dû dormir pratiquement 6 ou 7 heures. Je reste presque une heure dans mon lit à ne rien faire sinon admirer ma chambre. J'ai une sensation étrange, me voir comme ça, dans un lit, dans une grande chambre, posée, comme si l'apocalypse n'existait pas. C'est même un peu flippant.
Je décide enfin à me lever, je m'habille tranquillement, j'en profite pour faire un semblant de toilette et je descends pour prendre quelque chose à manger. J'ai bien peur que cette journée ressemblera à celle d'hier, et je n'ai pas envie de passer 5 heures à nettoyer et agencer le ranch (surtout qu'on va devoir s'occuper de la cave et c'est un gros morceau).
Bref, en attendant que la motivation tombe du ciel, je m'affale sur le canapé. C'est un bon début.

Je dévisage Carmen, les bras croisés avec mon regard le plus noir possible. Comment a-t-elle osé ? C'est la première chose que j'ai dit en entrant dans cette ferme poussiéreuse, que si je trouvais la plus grande chambre, je la prendrais. Evidemment, l'appart' des propriétaires m'est passé entre les mains, et c'est Carmen qui s'y est jetée tête la première en n'oubliant pas de se foutre de ma gueule. J'ai dû me contenter d'une chambre familiale que j'ai trouvé à l'étage, ce qui reste un véritable palace comparé à mes anciennes habitations. Je passe à côté d'elle en soupirant et je vais dehors. Le ciel est nuageux mais il règne une lourdeur intenable, ça ne m'étonnerait pas qu'un orage craque cette nuit ou demain. Je remarque les taches de sang sur le sol dû aux zombies que Kaidan et moi avons tué le premier jour. Maintenant je ne ressens presque plus rien quand je tranche la tête de ces créatures, j'ai toujours peur de me louper et me faire mordre, mais le geste est maintenant précis et répétitif, peu de chance de me rater.

Je décide donc d'aller me promener dehors en prétextant un tour de garde. En fait je suis intriguée par l'étrange forme que j'avais vu le jour de notre arrivée. Ma M16 dans le dos, ma hache à la main je pars tranquillement faire le tour du propriétaire. Cette solitude me fait du bien, elle me permet de décompresser, penser à autre chose que le groupe et l'apocalypse. J'arrive vers les barrières en bois et je vois à nouveau le mystérieux objet qui se trouve au milieu du champs de blé qui ressemble plus à un immense terrain vague désormais. Je passe le petit obstacle et me dirige tranquillement vers ce qui semble être de plus en plus un véhicule abandonné. Après 5 minutes de marche, je suis juste en face d'un vieux modèle d'utilitaire Chevrolet, couleur bordeaux, rouillé par le temps, les pneus dégonflés. J'avance doucement vers la portière quand un bruit me fait sursauter. Comme on pouvait s'y attendre, il y a un monstre à l'intérieur. Bizarrement, celui-ci à les mains menottées au volant et tape contre la vitre avec tête. Il est salement décomposé, je dirais qu'il a crevé en même temps que ceux qu'on a retrouvé dans la maison. Evidemment, je décide d'ouvrir la porte pour l'achever, mais celle-ci, renforçant l'ambiance lugubre est fermée à clé. Ouais. C'est flippant. Il a dû s'y passer des horreurs dans cette baraque, je pâlis rien qu'en imaginant quelle histoire a pu s'y passer. Je regarde le monstre claquer des dents pendant presque une minute quand le tonnerre me ramène à la réalité. Le ciel se fait plus noir et le vent plus violent. Je décide de rebrousser chemin en laissant le mort-vivant à son triste sort. En rentrant je file tout de suite dans ma chambre pour poser mes affaires, puis je redescends dans la salle commune. Je m'assois vers les autres cherchant un peu d'ondes positives pour parler comme le professeur Trelawney.

" Cette maison me file vraiment la chaire de poule, c'est pire qu'un scénario de Cluedo le truc ... "

Je leur raconte ma mésaventure. Bien sur, aujourd'hui ces faits divers n'ont plus aucun sens mais ça nous permet de discuter et se rassurer. La nuit tombe doucement, les faibles lumières des bougies éclairant le salon et l'orage qui s'annonce donnent une ambiance un peu lugubre, genre soirée entres potes. Il manque plus que des chamallows grillés. Pour les creepy pastas, pas utile de se faire chier à en trouver, on en vie une.

La nuit est complètement tombée, on est tous dans le salon. Je joue seule aux échecs (ouais c'est carrément déprimant dit comme ça) quand Carmen commence à sortir des verres et les bouteilles d'alcool accumulées durant les fouilles. Elle nous sert tous un fond de whisky pour fêter la crémaillère de notre nouveau refuge. Je lève mon verre, comme tout le monde, et je le bois cul sec. Puis je m'étouffe, évidemment.

" Putain c'est dégueulasse cette merde ! Je me racle la gorge, Ouais ouais sans rancunes ouais, n'empêche que cette chambre me revient de droit Mendoza ! "

Je souris à peine ne voulant pas trop décrédibiliser ma mauvaise humeur. Mais elle a raison la boss, maintenant qu'on est là c'est hors de question de partir, où alors on engage des déménageurs de l'extrême mais j'en ai trop marre de sauter de refuges en refuges moi !

" Ça me semblait évident. "

Je me resserre un verre de Whisky, et je m'étouffe à nouveau. Décidément je ne suis pas faite pour l'alcool. Puis considérant avec tristesse le vide dans mon verre, je me sers à nouveau. Soigner le mal par le mal, disait ma grand-mère. Enfin non, c'était mon grand-mère plutôt qui disait ça.

Je commence déjà à avoir un peu mal au ventre et je sens que mon esprit est en train de partir complètement ailleurs, une sensation étrange, inconnue. En même temps, je n'ai jamais fait beaucoup de soirées, la dernière en date est celle du réveillon avant l'apocalypse, et il me semble que j'avais plutôt bien tenu ... peut-être parce que je m'étais contentée de quelques panachés tandis que les autres filles vidaient les bouteilles de Vodka et immortalisaient leurs exploits sur Facebook ou Instagram. Elles m'avaient surnommée la "rabat-joie" pendant quelques jours d'ailleurs. Mais maintenant qu'elles sont toutes sûrement mortes ça n'a plus d'importance. Ouais je suis fataliste.

Revenir en haut Aller en bas
Axel J. Kennedy
Bras droit | Sanctuary Hills
Modérateur
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 31/10/2015
Messages : 710
Age IRL : 24

MessageSujet: Re: Rebuild, Renew   Lun 26 Sep 2016 - 0:29


    Quelques jours déjà que nous étions arrivés ici, dans ce ranch. Chacun avait mis la main à la pâte pour nettoyer, rendre le tout un peu plus correct et vivable ; certes, ce n'était pas un luxe aussi grand qu'auparavant, mais c'était déjà bien mieux que dans la maison de Jack. Nul doute que nous finirions par nous y faire, trouver nos marques, si toutefois nous décidions de rester ici.

    Ces premiers jours avaient été relativement similaires : nettoyer, se débarrasser des corps, fureter dans les alentours. Il y avait tellement de choses qui pouvaient être faites ici que j'avais l'impression que je ne pourrais jamais simplement m'asseoir et attendre. Dans l'ancienne maison, en plein dans Seattle, regarder par la fenêtre me suffisait à voir s'il n'y avait pas de macchabées dans les environs, là-bas je me contentais de tourner en rond. Ici... j'avais envie de sortir, traîner dans les alentours, ne serait-ce que juste pour prendre l'air. C'était étrange d'ailleurs comme sensation, cette envie de ''faire quelque chose''. Et c'était étrange aussi d'être ici. Fuir toute cette foutue vie paysanne pour finalement m'y retrouver... et m'y sentir franchement pas trop mal.

    Certes, l'état de Shawna inquiète toujours, mais elle a l'air d'aller un peu mieux ; elle remange, parle un peu, et semble prête à reprendre un peu sa part dans le groupe. Comme quoi, peut-être que cet endroit à bénéfique pour tout le monde, que chacun pourrait y trouver sa place... peut-être qu'au fond, j'ai bien fait de ne pas partir, de rester avec eux.

    Une nouvelle journée à traîner un peu, nettoyer ci et là, m'occuper au mieux de virer cette odeur de pourri de la dépendance pour pouvoir m'y installer ; parce-qu'il faut être lucide : je ne sacrifie pas la tranquilité de mon canapé pour une chambre nulle, là, ici, au moins je serais tranquille. Profitant de ce calme ambiant, je pique un petit somme sur le lit douillet ; rien que ça, c'est le pied après ces semaines passées en voiture.

    Quand je me réveilles il fait sombre, quasiment nuit. Combien de temps est-ce que je suis resté là au juste ? Soupirant, je me passe une main lasse sur le front, et me lève, m'avançant à tâtons contre le mur pour ne pas me cogner à cause de l'obscurité. Quelques minutes après, je me retrouve en bas, zieutant les sourcils froncés mes camarades qui sont là à discuter de tout et rien. Et Kaidan arrive avec des bouteilles, me tirant un léger sourire ; ça, c'est pas de refus après tout ce qui est arrivé. Récupérant un verre au passage, je m'installe sur une chaise, laissant volontairement un trou entre le psy et moi. Depuis notre accrochage sur la route, il faut dire que notre relation ne s'est pas améliorée ; et oui, j'avoue que je n'ai pas cherché à améliorer quoi que ce soit.

    Prenant une gorgée, je suis du regard Carmen qui s'installe entre nous, apparemment ravi de cette petite fête improvisée. Hochant la tête à sa question, je souris légèrement en jetant machinalement un regard aux alentours.

« Je pense qu'on peut rester oui, on a rien trouvé de mieux pour l'instant. »

    Une manière de dire que cet endroit était génial ? Peut-être, mais je n'étais pas prêt à dire à voix haute que je m'y sentais bien, pas prêt non plus à me l'avouer à moi-même ; parce-que ça signifierait clairement que j'ai renié tout ce qu'avaient mes parents pour rien, et ça, c'était hors de question. Fronçant les sourcils, je fais un signe du menton vers Nola.

« Eh ne bois pas trop hein, je n'ai pas envie de te porter après ! »

    Me redressant légèrement en regardant tournoyer le liquide doré dans mon verre, je me demande combien de temps durera ce calme, à quel moment devrons-nous nous inquiéter, fuir à nouveau ? Prenant une nouvelle gorgée, je ferme un court instant les yeux. Qu'importe. J'ai besoin, juste une fois, de relâcher un peu toute la pression accumulée.





« Tout le monde dit que la ''survie'' n'est pas facile,
que ce n'est qu'un état second clôturé soit par une renaissance, soit par la mort.
J'ai eu ma renaissance.
»

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
WALKING WITH THE DEADS

MessageSujet: Re: Rebuild, Renew   Aujourd'hui à 17:33

Revenir en haut Aller en bas
 

Rebuild, Renew

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 3 sur 5Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant

 Sujets similaires

-
» presentation renew
» Kote Dominiken ak Ayisyen ap kwaze fè sou entènet.
» Prime minister: Haiti needs help to rebuild
» Evangelion 4.0 : mise à jour 2013 !!!!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Walking Dead RPG :: Archives RP :: RP Terminés-