Partagez | .
 

 Leave alone or live together ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
Auteur
Message
Carmen L. Mendoza
leader | Sanctuary Hills
Administratrice
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 14/06/2015
Messages : 731
Age IRL : 25

MessageSujet: Re: Leave alone or live together ?   Lun 8 Aoû 2016 - 23:07


Non.

Sa voix avait été ferme, malgré que chacun des arguments d'Axel lui donnait envie de hurler et tempêter. Son excuse concernant la mort d'Ana ou le fait que son attachement à ce groupe jouait sur sa décision lui donnait surtout l'impression d'avoir à écouter de fausses argumentations à la manière d'un enfant refusant d'admettre ce qu'il pensait vraiment.

Tenir à un groupe, c'est risquer sa vie pour tenter de sauver tout le monde Axel. C'est accepter l'idée que personne n'est invincible et que l'on peut y rester n'importe quand, quel que soit les conditions, et certainement pas fuir au moindre petit problème. Et si Ana était encore de ce monde, ne t'inquiète pas qu'elle te l'aurait dit avec beaucoup moins de diplomatie que moi.

Sa voix avait tranché, alors qu'elle l'accusait de tous les maux en plongeant ses yeux noirs dans les siens, le détestant de vouloir la laisser tomber dans une situation aussi précaire. Même Shawna qui était dans un état presque végétatif n'avait pas tenu de tels discours, ou encore Kaidan qui avait été enrôlé de force par l'amérindienne pour ameuter le plus gros de la horde avec elle.

Tu es sensé être mon soutien, pas me lâcher dès l'instant ou le bateau commence à couler je te rappelle.

Ce n'était pas pour rien si elle l'avait toujours considéré comme un bras droit, ou un frère d'arme. C'était parce qu'il avait toujours su être là pour elle, dans cette vie et dans l'ancienne. Alors pourquoi cherchait-il à tout plaquer maintenant ? Ça relevait plus de la trahison que d'un sentiment de peur.

Y'a pas à savoir quoi que ce soit. L'idée de te barrer en solitaire est juste stupide. Lança t-elle avec arrogance en détournant son regard, préférant se concentrer sur l'horizon pour essayer de garder ses nerfs et éviter l'infarctus.

Quand au reste... Elle n'avait pu s'empêcher de froncer les sourcils en l'écoutant sortir le nom de Jasper, comme si il s'agissait d'une question de jalousie. Lentement, elle avait de nouveau tourné la tête vers lui en répliquant immédiatement.

Excuse moi, mais je ne vois pas vraiment le rapport avec le reste de cette conversation là tout de suite.

Sans compter que le psychologue, lui au moins, ne l'abandonnait pas. Manqua t-elle de rajouter sans pour autant le faire, préférant tenter de garder un semblant de discussion posée plutôt que de rameuter le reste du groupe suite à des hurlements de rage.




HELP, I'M ALIVE
My heart keeps beating like a hammer,
Hard to be soft, Tough to be tender. If we're still alive, My regrets are few If my life is mine, What shouldn't I do? Come take my pulse the pace is on a runaway train (⚡) june.
Revenir en haut Aller en bas
Axel J. Kennedy
Bras droit | Sanctuary Hills
Modérateur
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 31/10/2015
Messages : 709
Age IRL : 24

MessageSujet: Re: Leave alone or live together ?   Mar 9 Aoû 2016 - 12:58


    Commençant à faire les cents pas, je me contentais de fourrer les mains dans mes poches et secouer la tête en soupirant. Bien sûr qu'elle n'allait pas accepter mes propos, pas même les tolérer, mais j'avais au moins espéré qu'elle essaye de comprendre ce que je lui disais, au moins ça... Mais non, la Carmen que j'avais devant moi était toujours la mule têtue qu'elle était auparavant, et dans un sens, je me senti étrangement rassuré de comprendre qu'elle ne se laissait pas couler. Mais ses paroles ne faisaient qu'en rajouter un peu plus à ma culpabilité et à mes peurs. Bien sûr, elle n'avait pas tord, je ne pouvais décemment pas tout plaquer comme ça et les laisser derrière, mais tout me semblait tellement compliqué. Rester avait l'air aussi difficile que partir. Ne trouvant pas les mots pour lui répondre, je me contentais de détourner le regard en serrant les dents alors qu'elle jugeait l'idée stupide.

« Sûrement oui. »

    A quoi bon essayer de la faire changer d'avis ? Si je partais j'atteindrais un point de non retour, je le savais, et après ? Que se passerait-il alors que j'avancerais dans l'ignorance ? Soupirant une nouvelle fois, je décidais de taire toutes ces voix contradictoires dans ma tête ; mieux valait ne plus réfléchir pour l'instant. D'autant plus que sa réponse concernant Jasper avait été franchement froide, pleine de reproches ; dardant sur elle un regard à la fois froid et inquiet, je ne pu retenir un petit rire excédé. L'air supérieur qu'elle prenait m'horripilait franchement, même là elle n'était pas foutu d'admettre qu'il y avait quelque chose entre eux.

« Y en a pas. Laisse. »

    Secouant une nouvelle fois la tête, je la regardais désormais avec un regard triste, serrant les dents. Certes, je n'avais pas le psy à la bonne, mais pourquoi elle s'obstinait à faire comme si de rien n'était ? Prenant une profonde inspiration, je jetais un œil à Alsea qui reniflait une motte d'herbe un peu plus loin.

« J'ai bien remarqué Carmy que vous êtes proches, et je me doute qu'il a été là pour toi quand moi j'ai pas été foutu de le faire. »

    Serrant les poings, j'avais reporté mon attention sur elle. Je n'étais pas certain d'être prêt à entendre certains reproches, certains faits, mais j'en avais plus qu'assez de faire comme si de rien n'était. Et oui, je ne pouvais nier cette culpabilité qui était la mienne quand je repensais à la manière dont nous nous étions déchirés elle et moi suite à la mort d'Ana ; l'amertume de mes dernières paroles illustrait d'ailleurs bien mon ressenti, même si j'aurai aimé ne rien laissé transparaître. Alors non, je n'étais pas prêt à mettre mes à-priori de côté et à accueillir le psy les bras ouverts, mais je pouvais essayer de faire un effort, ou au moins en donner l'illusion. Soupirant, je haussais les épaules.

« Enfin bref, tu n'as pas à te justifier ni quoi que ce soit, c'est ta vie après tout. On a qu'a continuer à faire comme si de rien n'était et tout le monde s'en portera bien. »

    Comme si de rien n'était sur tout. Comme s'il ne pouvait rien nous arriver, comme si je n'avais pas parlé de partir, comme si nous parlions de tout et rien ; comme avant. Me détournant, j'amorçais le retour vers les voitures, las de ces querelles idiotes ; si nous n'étions pas capable de discuter posément, autant ne plus aborder ces sujets.





« Tout le monde dit que la ''survie'' n'est pas facile,
que ce n'est qu'un état second clôturé soit par une renaissance, soit par la mort.
J'ai eu ma renaissance.
»

Revenir en haut Aller en bas
Carmen L. Mendoza
leader | Sanctuary Hills
Administratrice
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 14/06/2015
Messages : 731
Age IRL : 25

MessageSujet: Re: Leave alone or live together ?   Jeu 11 Aoû 2016 - 23:44


Aucun rapport avec leurs discussion, il lui admettait au moins ça, c'était mieux que rien...
Mais elle ne put s'empêcher de noter la pointe de déception dans son regard, alors qu'il faisait remarquer qu'ils avaient tout de même l'air bien proche. Il fallait bien admettre qu'après Plusieurs jours les routes, leurs oeillades et leurs murmures prononcés loin du groupe avait dû avoir de quoi susciter le doute, sans qu'ils ne cherchent à en savoir. C'était un secret sans en être un, et tout le monde était satisfait.
Enfin... Tout le monde, sauf Axel.
L'amérindienne ne put s'empêcher de soupirer longuement, venant ramener du bout des doigts les mèches épaisses qui lui retombaient sur le visage, à défaut d'être convenabmement attachés.

Il à été très présent, c'est vrai.

C'était un fait. C'était un lien étrange qu'ils avaient fini par tisser malgré leur départ rempli d'animosité, alors qu'elle se découvrait plus sensible, plus douce à ses côtés. Une chose qui ne lui était pas arrivé depuis une éternité au bas mot, qui lui permettait d'oublier ses problèmes du quotidien quand elle se retrouvait avec lui.

Et il compte énormément pour moi. Lâcha t-elle du bout des lèvres, peu après que son meilleur ami décrétait que c'était ses affaires et que dans un sens, elle faisait bien ce qu'elle voulait.
Encore heureux, manqua t-elle de cracher au brun alors qu'il se levait en la laissant seule, et qu'elle fronçait les sourcils en le voyant s'éloigner en direction des voitures.

Attends !

Elle n'avait pas pu s'empêcher de se relever vivement, l'attrapant par le bras pour l'inciter à lui faire face.

Ecoute. Oublie mes histoires de coeur une seconde, concentre toi sur ce groupe. On à tous peur à un moment de notre vie, c'est normal. C'est la fin du monde. Il suffit d'un instant pour que l'avenir tu voulais change du tout au tout, ça nous arrive à tous.

Parfois, elle se sentait submergée par cette peur qui lui tenait le ventre. L'espace d'une demi seconde, avant de se rappeler qu'un groupe entier comptait sur elle pour rester en sécurité. Combien de nuit avait-elle passé debout, à redouter le moindre râle de wendigo dans les parages ? Elle se confiait si rarement et pourtant... Si le seul moyen de retenir Axel ici était de lui confier ses doutes, elle le ferait bon gré mal gré.

Ce n'est pas le monde qu'on espérait, mais c'est dans ce monde qu'on est plongé. Il à été taillé en pièce, et reconstruit par ce qu'il reste des survivants. J'ai cru pendant longtemps, que je pourrai réussir à protéger ce qu'il me restait de famille, faire comme avant. Mais je me suis trompée, Ana est morte, et Lex aussi probablement, je ne me fais pas d'illusion concernant l'état de New York... Mais maintenant je sais que le monde à changé, que la route sera longue avant qu'on retrouve un réel endroit ou vivre. Je suis prête à l'affronter, mais toute seule, je ne pourrai pas... On à besoin de toi ici. Qu'il s'agisse de Shawna, Jasper, Erik et Nola, Kaidan, ou moi. Et si tu pars... Je ne suis pas sûre de réussir à tenir aussi facilement.

Les paroles avaient franchi ses lèvres sans qu'elle ne parvienne à réellement les contrôler, s'épanchant enfin quand ses yeux commencèrent à la brûler légèrement. Enfin, elle reprit sa respiration en relâchant le bras du libraire, rajoutant une dernière fois.

S'il te plaît, reste.





HELP, I'M ALIVE
My heart keeps beating like a hammer,
Hard to be soft, Tough to be tender. If we're still alive, My regrets are few If my life is mine, What shouldn't I do? Come take my pulse the pace is on a runaway train (⚡) june.
Revenir en haut Aller en bas
Axel J. Kennedy
Bras droit | Sanctuary Hills
Modérateur
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 31/10/2015
Messages : 709
Age IRL : 24

MessageSujet: Re: Leave alone or live together ?   Lun 15 Aoû 2016 - 17:54


    Je n'avais pas cillé quand la brune m'avait annoncé que Jasper comptait beaucoup pour elle. Évidemment, je n'étais pas aveugle et m'en doutais, mais l'entendre de sa bouche rendait la chose encore plus réelle. Au fond, elle pouvait faire ce qu'elle voulait, qui ne souhaitait pas avancer ? Ceux qui se laissaient couler dans ce nouveau monde n'allaient pas loin ; s'ils n'était pas déjà pour la plupart morts. Je m'étais contenté de hocher la tête en serrant un peu les dents. Jasper, pourquoi lui ? S'il y avait bien une personne que je peinais à cerner au sein du groupe, c'était bien le psy, toujours ce petit air fourbe qui donnait le sentiment qu'il y avait toujours autre chose derrière. Je m'étais décidé à ne pas reprocher quoi que ce soit à Carmen, n'oubliant pas néanmoins dans un petit coin de ma tête d'avoir une discussion prochaine avec le concerné.

    Alors que je m'éloignais, je fronçais les sourcil quand une main agrippa mon bras pour me stopper, dardant sur Carmen un regard à la fois las et excédé. Attendre quoi ? Les discussions étaient closes. De mon côté du moins, ce qui ne semblait pas être le cas de la Navajo. Ç'aurait été n'importe qui d'autre que je me serais contenté de partir quand même sans prêter attention à quoi que ce soit, mais la brune n'était pas ''n'importe qui'', et après ce que je lui avait dit concernant mon potentiel départ, je lui devais bien un moment d'attention. Peut-être aussi parce-que je savais que si je lui tournais le dos en envoyant valser sa main, cela signerait peut-être la fin définitive de notre amitié qui s'était déjà passablement effrité depuis le début de cette apocalypse. Et je ne pouvais pas me résigner à gâcher tout ça ; j'étais peut-être franchement têtu, mais pas complètement con.

    Prenant une profonde inspiration en fermant une seconde les yeux, j'écoutais sans mot dire les potentielles représailles de ma meilleure amie. Cependant, au fur et à mesure qu'elle parlait, mon regard s'apaisait, devenant plus compréhensif qu'agressif ; cette lourde peine que je sentais dans sa voix y était peut-être pour beaucoup et mon égoïsme m'explosa en pleine figure. Comme une sensation de déjà vu. Comme ce moment de mon ancienne vie où j'avais décidé de quitter le domicile familial sous prétexte de sauver ma peau. Et au final à quoi m'avait mené le fait de quitter le Montana ? Je n'avais rien pu sauver du tout et m'étais contenté de survivre en attendant que peut-être les choses changent. M'éloigner des miens n'avait rien arrangé, ça n'avait au contraire fait que fragiliser les piliers sur lesquels je m'appuyais. Et maintenant que les choses avaient enfin changé, que j'avais laissé derrière moi une survie sans fondement pour réellement me mettre à vivre, voilà que j'envisageais une nouvelle fois de tourner le dos à tout ce que j'avais ? Pour quoi au juste ?

    Les mots de la Navajo entraient et sortaient de ma tête sans que j'en percute précisément le sens, trop absorbé par cette réflexion cruellement réaliste que je venais de me faire. Quand elle me lâcha enfin le bras, je la regardais d'un air à la fois incrédule et lourd de peine, jusqu'à apercevoir ses yeux brillants de tristesse. Elle avait déjà tant perdu et essayait comme la plupart de se reconstruire, avancer, et je venais comme une fleur pour tout foutre en l'air. Son ton avait provoqué en moi comme une décharge, celle de la culpabilité que je ne reconnaissais que trop bien à présent. Un silence. Un moment où nous nous toisions tous les deux dans l'attente de quelque chose, n'importe quoi qui mettrait un terme ou non à la situation. Et une nouvelle fois, une petite voix au fond de moi se demandait pour quelle raison j'avais toujours ce besoin inconscient de tout gâcher ; pourquoi ne pourrais-je pas simplement une seule foutue fois me contenter de ce qu'est fait la vie ? Soupirant, je secouais la tête avant de m'avancer d'un pas et prendre ma meilleure amie, au bord des larmes, dans mes bras. Ma joue posée contre ses cheveux, je la serrais peut-être un peu trop fort, mais qu'importe ; elle était désormais le pilier le plus solide qu'il me restait, et je me rendais compte que je n'avais aucune envie de le briser, ni même de briser ceux qui étaient entrain de se construire.

« Je suis désolé. Pour tout. »

    Mes mots avaient été presque chuchotés, étouffés par cette lourde peine provoquée par une prise de conscience tellement forte qu'elle vous comprime le cœur au point d'à peine pouvoir respirer.

« Je sais que j'enchaîne les conneries, et que rien de tout ça ne pourra être oublié mais... M'éloignant légèrement, je me passais une main nerveuse dans les cheveux. J'en reviens pas de ce que je vais dire. Mais je regrette presque les moments où tu me traînais dehors, dans tes boîtes louches, et où on pouvait juste parler de tout et de rien. »

    J'avais adressé à Carmen un petit sourire qui contrastait avec la peine visible dans mes yeux. Oui, je n'aurais jamais cru dire ça un jour, et à dire vrai, penser à l'ambiance de ces lieux ne m'enchantait guère, mais avant il n'y avait pas tout ces enjeux, tous ces problèmes. Et la brune n'avait pas peur de parler de ce qu'elle avait sur le cœur, nos discussions ne tournaient pas en engueulades constantes. Soupirant une nouvelle fois, je déposais une main affective sur sa tête.

« Je vais rester. Mais si tu pars avant moi, je te jure que je viendrais te chercher même en enfer. »

    Mon ton avait été presque amusé, mais mon regard était d'un sérieux inébranlable. Oui, j'allais rester. Je n'étais pas encore certain de me faire à cette décision mais j'allais faire de mon mieux pour l'accepter ; pour elle, pour les autres, et pour moi. Parce-qu'il faudra bien qu'un jour j'arrête de fuir les problèmes. Vivre c'est aussi ça.





« Tout le monde dit que la ''survie'' n'est pas facile,
que ce n'est qu'un état second clôturé soit par une renaissance, soit par la mort.
J'ai eu ma renaissance.
»

Revenir en haut Aller en bas
Carmen L. Mendoza
leader | Sanctuary Hills
Administratrice
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 14/06/2015
Messages : 731
Age IRL : 25

MessageSujet: Re: Leave alone or live together ?   Mar 23 Aoû 2016 - 11:56


Pendant une seconde, elle avait sincèrement pensé qu'Axel finirait par lui tourner le dos, et que leur amitié prendrait fin ici même, sur cette route délabrée.
Pourtant, il finit par s'avancer vers et la prit dans ses bras alors qu'elle restait presque sous le choc de cette réaction, se laissant faire comme une enfant perdue. C'était un réel soulagement, de le voir revenir vers elle après l'avoir entendu dire haut et fort qu'il songeait à partir. A son tour, ses mains vinrent trouver un appui pour lui rendre son étreinte, alors qu'elle fermait les yeux en l'écoutant dire qu'il était désolé. A défaut de pouvoir parler, elle laissa enfin ses larmes rouler librement le long de ses joues, enfouissant un peu plus son visage pour qu'il ne voit pas les preuves de sa faiblesse.

Elle le laissa parler à son tour, et ne put s'empêcher de rire légèrement en l'entendant lui reparler du passé.

Si tu savais ce que je donnerai pour une autre soirée au BlackList... Même virer les clients chiants commence à me manquer.

Parler du passé, c'était peut-être tout ce qu'il leur restait. Le faire revenir à la surface quand le besoin s'en faisait sentir, et ne pas l'oublier pour continuer de tenir, aller de l'avant. La route était longue et parsemée d'embûche, mais en restant liés, ils seraient capable d'affronter tout ça.

Me fais plus jamais de frayeurs comme ça.

Venir la chercher jusqu'en enfer ? Elle s'était laissée faire quand il s'était amusée à déposer une main sur le haut de sa tête quitte à la décoiffer, alors qu'elle faisait mine d'observer les alentours, sourcils légèrement haussés.

Etrange, il me semblait qu'on y étaient déjà... Mais l'idée va dans un sens, et dans l'autre. Dit-elle en pointant un index vers lui, avant de lui sourire sincèremment.

Rentrons. Histoire de dormir un peu avant que le soleil ne se lève...


HELP, I'M ALIVE
My heart keeps beating like a hammer,
Hard to be soft, Tough to be tender. If we're still alive, My regrets are few If my life is mine, What shouldn't I do? Come take my pulse the pace is on a runaway train (⚡) june.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
WALKING WITH THE DEADS

MessageSujet: Re: Leave alone or live together ?   Aujourd'hui à 3:25

Revenir en haut Aller en bas
 

Leave alone or live together ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

 Sujets similaires

-
» Live Fast, Die Young and Make a Beautiful Corpse - Anastasia Vanderbilt ❀
» Live your life to death (Featuring Nayki)
» Vive le Naheulband en live !!!!
» Leave the pain behind and let your life be your own again ♥ THYBALT & HEIDI
» XBOX LIVE NHL12

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Walking Dead RPG :: Archives RP :: RP Terminés-