Partagez | .
 

 I leave because I have to

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
Auteur
Message
Gary Warren
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 25/09/2014
Messages : 902
Age IRL : 24

MessageSujet: Re: I leave because I have to   Mar 4 Oct 2016 - 18:07

Gary avait descendu les escaliers, un peu comme un con, machinalement, en cherchant à rejoindre l'extérieur pour prendre un grand bol d'air frais. Mais sauf que sur le moment, il perçut des voix en bas dans la cuisine, et se figea comme un abruti en se demandant s'il dérangeait. Il voulait rien interrompre, et encore moins participer à une discussion où on pourrait le prendre à partie. P't'être que le fait que les Karlson étaient déjà une affaire à gérer suffisamment énorme, il avait pas envie de se rajouter quoique ce soit sur ses épaules...

Sauf qu'il entendit les voix, et reconnut celle de Christina. Elle était éveillée, évidemment, et il aurait du s'en douter. L'autre, c'était le ténor de Samson, avec qui il avait eu quelques discussions par le passé, et avec qui il avait échangé quelques astuces de survie. Là où Samson était un nomade émérite, Gary se trouvait être un chasseur qualifié. Ils avaient des connaissances sur tout qui débordaient, et qui étaient utile dans ce genre de moment. L'homme descendit, et une marche grinça sous son poids.

On l'avait forcément entendu. Alors, c'était plus la peine de faire comme s'il avait jamais été là. Le leader s'approcha de la cuisine, et se pointa dans la lumière toute éphémère du moment. Croisant le regard de la petite brune, il lui adressa un signe de la main avant de hocher la tête pour saluer Samson. « Désolé, j'ai... » L'air d'un con. « Entendu la conversation et- » En grande partie, donc. Il avait pas les premiers échanges, mais assez maintenant pour savoir de quoi ça causait. Et en type honnête et franc, il se tourna vers Samson :

« Tu veux partir ? » Demanda-t-il de but en blanc à l'ancien sans-abri, qui en avait trouvé un de choix ici, et qui préférait le laisser. C'était juste pour confirmation, il était pas con, il savait que la décision était déjà prise par l'homme, et il n'était personne pour venir le contredire de toute façon. Il avait pas assez la grosse-tête pour le croire, alors il lança un peu sèchement : « Pars. »

Oh, il voyait venir d'ici les gros yeux de Christina et sa détresse à ce propos. Non, il ne fallait pas, il fallait le convaincre de rester, de se tourner vers d'autres activités, et blablabla. Encore une fois, il n'était pas là pour ça, et personne pour se permettre de faire changer une personne décidée d'avis. Samson avait besoin de cette distance, mais ça n'empêchait pas de bien faire les choses, même si on était pas d'accord avec ces choses :

« Mais pas à poil, hein. » Signifia-t-il. Oh, pas de doute qu'il avait probablement un sac de prêt pour l'occasion. Mais fallait penser à des trucs que peut-être il envisageait pas. Et puis, si a terme il finirait par tout perdre, ça l'empêchait pas de partir bien équipé : « J'veux pas qu'on se demande si tu vas bien pour ça. J'veux être certain que tu sauras te démerder et qu'y'aura moyen de te revoir en vie. Parce que, enfin, tu pourras revenir ici autant qu'tu voudras quand tu l'voudras, tu connaîtras la route, ça sera déjà pas mal... Naturellement. Mais, bref... Faut qu't'ai plus qu'une chance, faut qu'tu sois prêt. »

Il fronça les sourcils, venant s'installer avec eux. Le leader n'avait aucune idée des stocks dans lesquels il pourrait taper pour finir à Samson un nécessaire avec viable pour deux semaines au moins. Il savait que Kassandra allait lui faire une tête au carré s'il y allait trop fort :

« T'as déjà un CV qui a de la gueule pour la survie, mais c'pas que ça. T'as conscience qu'le monde est pas vraiment comme c'que t'as connu. » Et sur ces mots, il regarda Christina avec un regard presque doux. Elle, elle savait, elle en revenait à peine. Il était pas là pour la brusquer. Mais elle témoignerait toujours mieux que lui, parce que c'était plus frais, de la vérité.




Go tell that long tongue liar. Go and tell that midnight rider. Tell the ramblr, the gambler, the back biter. Tell'em that god's gonna cut'em down. You can run on for a long time, sooner or later, God'll cut you down.
Revenir en haut Aller en bas
Christina Karlson
Modératrice
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 01/07/2014
Messages : 907
Age IRL : 50

MessageSujet: Re: I leave because I have to   Mer 5 Oct 2016 - 10:01

Christina n’était pas pleinement convaincue des arguments de Samson. Le monde lui paraissait aujourd’hui trop chaotique pour qu’il reprenne un semblant d’ordre. C’était comme un épais agglomérat d’algues, qu’il faudrait identifier et séparer. Pourtant ses intentions étaient louables, si bien que la femme se contenta de pincer les lèvres, en haussant vaguement une épaule.

- Réfléchis encore un peu… ce n’est pas pressé. Elle lui fit un sourire. Après tout, ils venaient tout juste de revenir, avec Alan. Peut-être avait-il envie de profiter un peu de leur présence pour sonder davantage l’extérieur ?

Ce fut à cet instant qu’un grincement se fut entendre. Les deux comparses froncèrent les sourcils et se retournèrent vers la porte des cuisines. Puis Gary fit soudainement son apparition… comme s’il avait pressenti quelque chose ! L’homme de la situation ! Le timing était parfait, et Christy fut contente de le voir. Il allait trouver les bons mots. Les arguments. C’était certain ! Aussi écarquilla-t-elle les yeux juste avant de les plisser, sur le « pars » non équivoque de celui qu’ils voyaient tous comme leur chef de bande. Ça paraissait rude, mais ça ne l’était pas. La femme haussa finalement un sourcil cherchant à comprendre pourquoi il réagissait comme ça. Mais ce dernier gardait le regard rivé sur leur compagnon. Christina écouta simplement, et se décala légèrement pour laisser Gary s’installer près d’eux. Un frisson lui parcourut l’échine quand il planta ses yeux dans les siens en évoquant le dehors. Elle secoua doucement la tête.

- Ce n’est pas une bonne idée… murmura-t-elle dans un souffle.

Oui Samson avait le bagage optimal pour s’en sortir dans la nature, mais ce n’était PAS suffisant. Personne ne pouvait être prêt, personne ne pouvait être sûr de rien !! Pourtant Gary avait certainement raison sur un point. Le jour où l’ancien vagabond avait fait sciemment son sac en vue de partir, il avait fait son choix. Définitif. Il allait partir, c’était un fait. La question restait « quand », mais cette soirée et cette conversation rendaient inévitablement son idée plus réelle… et son départ serait de toute évidence des plus proches…




- There are far worse things than death in this world -

Where worlds collide, blood divides
When darkness falls, fate calls
Revenir en haut Aller en bas
Samson Armstrong
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 01/11/2015
Messages : 71
Age IRL : 33

MessageSujet: Re: I leave because I have to   Sam 8 Oct 2016 - 15:14









I leave because I have to





Un craquement que Samson attribua à l'escalier ou au plancher se fit entendre, et presque aussitôt Gary entra dans la cuisine. Lui et Samson avaient quelque fois discuté, de choses et d'autres. Principalement des échanges de connaissances, Gary étant fin chasseur et Sam un vrai survivant avant l'heure. L'un pouvait conseiller sur la manière de prendre des bêtes, en tuant ou en piégeant ; l'autre expliquait comment parvenir à rester au chaud en toutes circonstances, comment trouver de la nourriture là où on ne l'aurait jamais soupçonné.

Gary ne se cacha pas d'avoir entendu la conversation entre Christina et Samson. Il ne parut pas même surpris ou choqué par le départ annoncé. Au contraire, il encourageait presque Samson dans son projet. Il savait qu'il ne servirait à rien d'essayer de le raisonner. Il avait décidé, il agirait selon, alors tenter de le faire changer d'avis n'y changerait rien. Gary savait ça, aussi ne faisait-il qu'insister sur le fait que si Sam voulait partir, il devait être parfaitement préparé.
Samson hocha la tête. Il ne pouvait qu'être d'accord avec ça, lui qui ne se laissait jamais prendre au dépourvu.

    « Ça pour être prêt, je le serai. Mais je ne peux pas non plus transporter trop de choses. Si je veux avancer, je dois voyager léger. Il me faudra trouver le juste milieu entre surchargé et sans rien.
    Rien que pour la nourriture, j'aurai de quoi tenir en cas de coup dur, mais je compte bien mettre tes conseils en application.
    »


Gary termina par reconnaître que Samson savait à quoi il serait amené à se frotter s'il quittait le chalet. Son regard vers Christina n'avait rien de malveillant, bien au contraire. Samson savait y lire toute l'amitié et la compassion que Gary pouvait avoir pour la femme. Elle qui était partie dans l'espoir de retrouver son fils, elle avait vécu le drame de perdre un autre enfant. Alan et elle ne pouvaient clairement pas les personnes qui encourageraient Sam dans son projet. Ils devaient faire le deuil de leurs fils avant de voir les choses d'un autre œil. Il ne le pourraient jamais. Perdre un enfant, c'est comme perdre un morceau de soi. Samson l'avait vécu. Lui qui avait perdu ses enfants et sa femme n'était plus qu'une infime partie de l'homme qu'il avait pu être. C'était peut-être ce qui le poussait à partir désormais. Il avait touché le fond il y avait longtemps, et maintenant il remontait.

    « Je comprends que vous puissiez être inquiets pour quelqu'un d'ici. Après tout, nous nous en sommes bien sorti, tous ensemble. Amis, famille, communauté, peu importe comment vous appelez ça, j'ai du mal à y trouver ma place. Aussi, je dois trouver cette place qui est la mienne, ce qui implique mon départ.

    Je sais que le monde, là, dehors, peut faire peur. Et je comprends, Christina, qu'après ce que tu en as vu, et ce que Alan et toi avez vécu, tu ne veuilles voir personne d'autre vivre la même chose. Mais moi, j'ai tout perdu voilà presque seize ans maintenant. Le monde tel que tu l'as vu, je le connais depuis longtemps. Des gens qui mènent leur existence sans voir ce qui les entoure, ne faisant que poursuivre la quête vers ce qu'ils désirent le plus. Simplement, il y a quelques différences. Les gens sont des morts qui marchent, et ils ne courent plus après l'argent ou la célébrité, ni après l'amour ou le bonheur, mais après la viande.
    Le monde est tout aussi hostile qu'avant, mais nous sommes maintenant obligés de sortir de notre zone de confort, poussés dans nos retranchements. C'est le retour aux fondamentaux, à une vie où seul le plus adapté sera capable de tenir le coup. Et si nous voulons que nous, les vivants, l'emportions sur les morts, il va nous falloir plus que de rester terrés au fond d'un chalet de montagne.
    »


Samson se montrait tout en ambivalence. Réaliste, presque pessimiste, mais à la fois plein d'espoir et de projets. Il portait un regard désabusé sur la nouvelle vie qu'ils menaient, parce qu'il la menait depuis longtemps, au fond. Rien n'avait vraiment changé. Il fallait toujours se méfier de tout et de tout le monde. Juste un peu plus qu'avant. Malgré cela, il était convaincu qu'il restait du bon quelque part, et il voulait partir à sa recherche.

    « Comme je le disais, je n'ai pas encore décidé du jour de mon départ. Ce soir, demain, dans une semaine… c'est aussi incertain que notre propre survie. Mais… Le regard de Samson croisa celui de Christina, à la fois désapprobateur et résigné. Si ça peut en rassurer quelques uns, je peux rester dans les environs quelques temps. Faire des rondes dans un périmètre donné, passer quelques jours dehors, revenir souvent au chalet… On découvrira peut-être de nouvelles choses, et petit à petit je m'éloignerai. »



















Revenir en haut Aller en bas
Gary Warren
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 25/09/2014
Messages : 902
Age IRL : 24

MessageSujet: Re: I leave because I have to   Sam 8 Oct 2016 - 17:23

« Tu sauras mieux que nous quand ça sera le bon moment. » Souffla l'homme avec la certitude que Samson l'entendrait.

Et ce dernier donnait l'impression d'avoir sérieusement songé à tout ça. Il y allait pas sur un coup de tête, ce qui rassurait largement Gary. De toute façon, c'était pas le genre du personnage, qui faisait pas les choses quand ça lui prenait, un peu comme une envie de pisser. Et si Christina n'était absolument pas convaincue, ça se comprenait aussi parfaitement. Mais les horreurs qu'elle avait traversé parlaient pour elle, et Gary ne savait pas si ça valait le coup d'argumenter plus longtemps là-dessus. Samson ferait les choses dans l'ordre. Il les ferait correctement. Il n'y avait pas de doute à avoir la-dessus.

« On est tous bien placés ici pour comprendre. On a tous vécu la chute du stade, on a vu des horreurs. Alors ouais, c'normal de s'inquiéter pour ceux qui nous ont vu au plus bas. » Fit-il avec un rictus qui aurait pu ressembler à un sourire. En disant ça, il attrapa la main de la femme à côté de lui pour finir de la rassurer. Elle ne devait pas s'en faire. Samson veillerait sur lui, pendant qu'eux continueraient à veiller les uns sur les autres. Et sur la route, le vagabond croiserait très probablement des gens pour l'aider dans sa quête de ce qu'il voulait. Difficile de savoir, quand on ne savait pas où on allait, quand on était arrivé. Mais... La fin n'était pas un but en soi. C'était aussi le voyage qui valait le détour. « T'en fais pas. Samson aura l'occasion de faire marche arrière si ça fonctionne pas pour lui. » Souffla-t-il a sa voisine.

En disant ça, il se refusait d'accepter, entre autre, que Samson puisse y rester. Dans sa tête, un type qui avait vécu toute sa vie ainsi, et qui en plus avec un sens des réalités à toutes épreuves, ne pouvait pas mal finir. Il avait des chances de survivre, de continuer, de voir d'autres choses. Et de revenir avec de bonnes, ou de mauvaises nouvelles, le moment venu. Eux ne pouvaient pas forcer le destin, encore moi un type déjà convaincu de rester. C'était perdre du temps et de l'énergie pour rien...

Quoiqu'il en soit, le leader passa sur un autre sujet soulevait par le vagabond, restant parfaitement impassible. Il avait conscience de bien des choses, dont du fait qu'ils étaient surtout cachés dans un chalet. Mais il voyait tellement d'esprits meurtris, pour l'instant, que c'était clairement pas encore le moment pour faire autre chose que se cacher. Chaque chose en son temps :

« Tu soulèves une évidence. Mais nous sommes tous encore fatigués, on a aussi besoin d'temps pour lécher nos blessures, tu sais... J'préfère pas trop les presser. Quand on aura des habitudes solides qui nous permettront d'plus perdre inutilement des vies, là... Là, on verra pour s'ouvrir. » L'homme était confiant. Il avait des gens pour l'accompagner dans ses démarches, l'aider à consolider tout ça. La brune à ses côtés était la première sur qui il comptait pour être son moteur. Gary lui adressa un regard rassurant, qui en disait suffisamment long sur ce qu'il pensait d'elle pour lui faire reprendre du courage. Christina était plus forte qu'elle ne le croyait. Et s'il fallait lui montrer pour ça, il était prêt. « Tant que tu as bien en tête que tu es le bienvenu ici quand tu veux venir te poser pour quelques jours, c'est l'essentiel. »

Il souffla ça en relevant son nez vers Samson, sans en dire plus pour autant. Pour sa part, tout le monde connaissait sa position sur le sujet.




Go tell that long tongue liar. Go and tell that midnight rider. Tell the ramblr, the gambler, the back biter. Tell'em that god's gonna cut'em down. You can run on for a long time, sooner or later, God'll cut you down.
Revenir en haut Aller en bas
Christina Karlson
Modératrice
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 01/07/2014
Messages : 907
Age IRL : 50

MessageSujet: Re: I leave because I have to   Dim 9 Oct 2016 - 13:10

Christina se contenta d'afficher une moue dubitative, lèvres pincées en écoutant Samson et Gary poursuivre la conversation. Ils essayaient de se montrer compréhensifs, mais la femme avait l'impression qu'ils ne comprenaient pas. Ou bien c'était elle qui était incapable de se mettre à leurs places. La comparaison de l'homme à la peau sombre, sur le monde passé et sa superficialité, ne pouvait être plus inadaptée. Elle lui parut naïve. Peut-être qu'elle se trompait.

-  Ça n'a rien à voir... Elle le dit, mais l'homme ne pourrait s'en rendre compte que lui-même.

Elle secoua la tête. Elle ne serait jamais d'accord, mais la question n'était pas là. Après tout, qui était-elle pour intimer quoi que ce soit à quiconque ? Elle avait quitté leur refuge trois mois plus tôt, et n'y était revenue que depuis deux jours. C'était maigre. Elle voyait déjà Samson partir vers sa mort, et cela l'attristait. Son esprit partit vers Sven, un quart de seconde. Trop longtemps. Toujours à fleur de peau, après ce qu'elle avait vécu, elle sentit bêtement des larmes lui monter aux yeux. Elle fit mine de se frotter les yeux à cause du sommeil.

- Oui peut-être que le faire en douceur, c'est bien. Ils pourraient ainsi avoir régulièrement de ses nouvelles. Ou s'inquiéter sans arrêt en attendant son retour. Dans tous les cas, elle ne convaincrait personne de rester. Surtout pas Samson, dont elle était finalement si différente. Tu sais mieux, ce qu'il te faut, admit-elle en se levant. Elle posa une main sur l'épaule de l'ancien sans-abri. Excusez-moi, je vais retourner me coucher.

Elle parut vouloir ajouter quelque chose mais ne trouva pas les mots. Réfléchis. Sois prudent. Attends encore un peu. Aucun n'aurait d'importance. Si bien qu'elle hocha simplement la tête, en guise de bonne nuit pour les deux hommes. Son regard s'appuya davantage sur Gary, pour la confiance qu'il lui inspirait. Il ferait ce qu'il fallait.

Elle rejoignit l'étage et fut parcourut d'un frisson en gravissant les escaliers. Elle ferma une seconde les paupières. Le monde extérieur, ce cauchemar, ne la quitterait pas de sitôt. Jamais même plutôt. Elle voulait préserver les habitants de ce chalet de ce qui se tramait plus loin, mais s'en savait incapable. Merde !

Quand elle se glissa dans le lit conjugal, Alan se réveilla de son demi-sommeil et elle se blottit contre lui.

- Sers moi fort, souffla-t-elle sans d'autres explications.




- There are far worse things than death in this world -

Where worlds collide, blood divides
When darkness falls, fate calls
Revenir en haut Aller en bas
Samson Armstrong
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 01/11/2015
Messages : 71
Age IRL : 33

MessageSujet: Re: I leave because I have to   Lun 10 Oct 2016 - 22:18









I leave because I have to





Christina n'approuvait pas ce qui se disait, c'était plus qu'évident. À la fois, elle savait que rien de ce qu'elle pourrait dire influerait sur la décision du sans-abri. Elle dit qu'un départ en douceur serait peut-être une bonne solution. Elle devait espérer que Samson change d'avis d'ici un vrai départ. Elle s'excusa pour regagner son lit.

    « Bonne nuit, Chris. »


Samson se souvenait de la période après l'accident, quand il avait dû vivre dans la maison vide. Plus un bruit, plus un rire, plus une présence. Rien que lui et ses sombres pensées. Il aurait aimé avoir quelqu'un qui lui souhaite bonne nuit à l'heure du coucher. Il savait parfaitement que cela n'aurait rien changé, car chaque nuit il revivait l'accident dans chacun de ses détails. Il revoyait le visage de sa femme terrifiée, ceux de ses enfants dans le rétroviseur, il ressentait la glissade de la voiture sur la route mouillée, il voyait les voitures devant déraper, il ressentait les chocs. Christina devait certainement revoir ces moments qui la traumatisaient. Au moins avait-elle encore Alan. Elle devait retrouver en lui quelque chose de ses enfants. Un sourire, la couleur de ses yeux, quelque chose. Ce serait peut-être difficile, douloureux pour elle de voir son homme sans y voir ses garçons disparus. Un jour, ce serait son seul moyen de se remémorer à quoi ils avaient pu ressembler.

Gary et Sam se retrouvaient seuls. Le silence s'installa, rompu par les grincements de l'escalier que Christina gravit jusqu'à sa chambre.

    « Elle ne sera jamais plus la même. Comme nous tous. Personne ne sera jamais plus le même. Le monde a changé, il nous oblige à changer aussi. Moi, j'ai changé voilà quinze ans, et ce que je suis devenu n'était pas bien beau à voir. Une épave, un déchet. Les gens me regardaient parfois avec pitié, compassion, dégoût, mais la plupart du temps ils se contentaient de m'ignorer.
    Maintenant, je me retrouve un peu. Pareil mais différent, tu vois ce que je veux dire ? Le même qu'avant, mais comme… épuré. Vidé de tout ce qui faisait de moi un rebut. Le vrai Samson, avec en plus une expérience de la vie qui fait de lui quelqu'un d'apte à survivre.
    Si la rue m'a appris quelque chose, c'est bien à survivre. J'ai appris à faire avec peu, à m'occuper de moi-même, à éviter tout ce qui peut être dangereux d'une manière ou d'une autre, à voir un abri là où n'importe qui ne verrait rien. J'ai ce qu'il faut pour vivre là, dehors, tu le sais.
    »


Samson s'étira en soupirant. Il pensait aller dormir avant de prendre un nouveau tour de garde. Le jour ne se lèverait pas avant au moins quatre heures. Il prendrait le dernier tour juste avant l'aube. Il fit mine de se lever mais s'arrêta dans son geste, comme si sa chaise lui collait aux fesses.

    « Christina n'a vu qu'une partie du monde de maintenant. Les Geignards… ils ne sont pas le seul danger. Toi, tu le sais. On a vu des horreurs quand tout le monde a été pris de panique. Pillages, vols, saccages, viols, meurtres… Ce n'étaient pas des morts qui faisaient ça, mais bien des vivants.
    Les vivants sont dangereux, tout autant que les morts. Les ressources du chalet, l'abri qu'il offre, les armes qui y sont gardées, il suffirait que quelqu'un vienne à en avoir connaissance pour qu'il les convoite. Tout le monde ici serait alors en danger.
    Je chercherai d'autres communautés. Des gens qui auront des choses que nous n'avons pas, qui savent faire des choses dont on n'est pas capables. Seul, je ne représente un danger pour aucun groupe. Si je venais à trouver des gens, je pourrais m'intégrer quelques temps, assez pour juger si un échange avec eux est envisageable. Je ne ferai rien qui mette qui que ce soit en danger. Parce que les morts sont un fléau, mais les vivants sont capables des pires horreurs.
    »



















Revenir en haut Aller en bas
Gary Warren
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 25/09/2014
Messages : 902
Age IRL : 24

MessageSujet: Re: I leave because I have to   Lun 10 Oct 2016 - 22:47

« Les hommes ne sont plus des hommes, maintenant. » Commenta-t-il froidement après le départ de Christina. Il avait suivi la silhouette de la femme jusqu'à ce qu'elle disparaisse, et avait écouté le discours de Samson en comprenant ce qu'il disait. P't'être aussi en s'retrouvant un peu à l'intérieur, fallait croire. L'impression d'être vide, de toutes ces dernières années, de ce qui avait fait de lui un homme au sein d'une société. Un homme qui n'existait plus tout à fait. Il se racla la gorge. « Plus des loups, des bêtes. » Fit-il avant de sourire tristement : « Ça va pas aller en s'arrangeant. »

Il se souvenait de quand il avait retrouvé Rose et Norman, ainsi que Daryl. Du fait que tout ça avait été compliqué, qu'il avait eu un aperçu des connards qui roulaient sur les routes du monde désormais. Ce qu'il y avait de pire qui ressortait. Puis, le couple de connard avec la rouquine dans la pharmacie, qui lui avait collé une balle dans l'épaule. Il eut un rire un peu nerveux, se passant la main sur la nuque.

« Si tu arrives à en trouver qui conservent leur humanité, là, quelque part au fond, même caché par les horreurs, les perds pas d'vue. Ça sera plus précieux que le reste. Et si tu t'perds pas au passage aussi. J'ai l'impression qu'même le plus intègre d'entre tous pourrait y perdre les pédales... » Le constat, comme cette crainte sourde, était palpable chez lui. « C'juste qu'on est tous au même point maintenant. Toi, t'as eu droit à une préparation de ce que c'est avant, t'as eu quinze ans pour te poser des questions qu'aujourd'hui on s'pose en se disant qu'ça a pas un putain d'sens. »

Ça lui flanquait un peu la trouille, ouais. De pas savoir où tout ça mènerait. Si demain, ils seraient toujours au chalet. Si le toit allait pas leur tomber sur la poire, ou une horde venir les raser. Parce que les rôdeurs étaient de plus en plus dans le coin finalement, alors forcément, ça l'intérogeait. Les incertitudes de l'avenir. Plus qu'avant, évidemment. Gary ne s'était jamais inquiété de savoir s'il allait se faire renverser par une voiture en sortant de chez lui. Mais là, il se demandait toujours si, en laissant Norman aller jouer dehors avec Victoria, ils reviendraient en vie.

« On découvre à peine c'qu'est le sacrifice ou l'fait de se retrouve avec un couteau rouillé cerné par une blinde de trucs qui veulent notre peau. » Lui, moins que Christina, ou d'autres, cependant. Il avait déjà mis sa vie en jeu pour des trucs qui en valaient pas la peine, il s'était pris des balles, et avait failli crever. L'hostilité, ça le connaissait plutôt bien. « Quand tu regardes ça avec le recul, c'est juste complètement dingue ce qu'on a fait y'a bientôt un an. Fuir le stade, et s'dire 'mec, cette nana vient d'se faire mordre, alors soit tu l'isoles, soit tu lui tires une balle'. Qui pense comme ça ? »

Gary se souvenait de la froideur avec laquelle il avait dit à Rose qu'un gamin mordu n'allait pas survivre. Ça le rendait pas malade pour autant, mais c'était perturbant de ce souvenir, et de se voir dire ces mots.

« On est pas tous prêts à lâcher ce qu'on était avant, à s'préparer à être pire. On essaie tous de s'bercer d'illusion en s'disant qu'on peut toujours faire mieux, qu'on peut éviter l'horreur mais... » Son regard suivi l'endroit où Christina était quelques minutes plus tôt. « J'crois pas qu'on puisse. On va progressivement tous devenir ce qu'on craint le plus, et ça sera probablement normal à ce moment-là. »

Il sortit son paquet de cigarette de son jean, se relevant de sa chaise, avant de se rendre compte qu'il n'en avait plus. La merde. Tout ça le rendait grognon, d'parler de ce genre de trucs, il en aurait bien grillé une pour rendre ça moins pire. Mais tant pis. « S'tu prends la prochaine garde, va falloir qu'tu te reposes. » Souffla-t-il simplement par dépit, sans rien ajouter de plus.




Go tell that long tongue liar. Go and tell that midnight rider. Tell the ramblr, the gambler, the back biter. Tell'em that god's gonna cut'em down. You can run on for a long time, sooner or later, God'll cut you down.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
WALKING WITH THE DEADS

MessageSujet: Re: I leave because I have to   Aujourd'hui à 7:01

Revenir en haut Aller en bas
 

I leave because I have to

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant

 Sujets similaires

-
» Leave the pain behind and let your life be your own again ♥ THYBALT & HEIDI
» 02. You can leave your hat on
» the life may leave my lungs but my heart will stay with you (azazel)
» Ricardo Seitenfus claims coup against Préval was suggested
» PEOPLE ALWAYS LEAVE (15/03 14h55)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Walking Dead RPG :: Archives RP :: RP Terminés-