Partagez | .
 

 Year Zero

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
Auteur
Message
Dante Lassiter
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 31/10/2015
Messages : 2641
Age IRL : 29

MessageSujet: Re: Year Zero   Mar 30 Aoû 2016 - 18:54

La remarque, qu'il avait faite quelques secondes plus tôt, était en soit idiote, Dante le savait, mais pourtant elle était vraie tout comme celle faite par son amie. Du moins en partie. Le canadien pouvait se montrer maladroit dans tous les sens du terme par moment et ce, depuis tout petit. Il se souvint d'une fois où il avait à peu près 10 ans. Sa mère lui avait demander s'il pouvait apporter les assiettes sur la table. En soit, cela n'était en rien d'insurmontable, à un détail près ; elles étaient en porcelaine et sa mère n'avait pas manqué de le souligner à plusieurs reprises avant de les lui donner afin qu'il fasse le plus attention possible. Mais ce qui devait arriver arriva. Au bout de quelques pas, il se prit les pieds dans le tapis et tomba violemment dans un fracas d'assiettes pulvérisées au sol avec des morceaux volant un peu partout dans le couloir. Était-ce à cause de cette sorte de pression communiquée par sa mère que la maladresse du petit se retrouva accentuée ? Ce n'était pas impossible.

Quoi qu'il en soit, avec l'âge celle-ci s'était estompée et heureusement. « Nan, mais t'en fais pas, je suis pas un grand bavard alors les grossièretés je les garderai pour moi, enfin j'essayerai. Mais si tu me confies ton enfant j'en prendrai soin et pour prévenir tout risque de chute par exemple, j'ai déjà une solution en tête ! Je l'attache autour de ma taille comme les africaines ! Comme ça, il sera collé à moi comme un paresseux à sa branche ! » dit-il presque fièrement face à l'idée qu'il venait de sortir. En s'imaginant la scène, un sourire fit son apparition sur le visage du jeune homme. Il aurait l'air ridicule avec ça autour de lui et il visualisait parfaitement sa tête de blasée avec l'enfant collé à lui entrain de pleurer pour une raison dont Dante ne parviendrait pas à identifier rapidement, évidemment.

« Tant mieux alors, ça m'évitera de lui vomir dessus devant cette.... offrande ! » ria-t-il en disant ça bien que cela n'était pas forcément faux, ce que Tam ne douterait certainement pas. « Et t'en fais pas, tu seras une super maman, j'ai aucun doute là-dessus. » ajouta-t-il avec un sourire en caressant légèrement le ventre de amie . Car s'il se plaignait en quelque sorte, il n'en oubliait pas pour autant toutes les incertitudes face auxquelles la brune devait faire face. Avoir un enfant n'était déjà pas une décision facile de base, alors avec le monde actuel dans lequel ils vivaient tous, cela l'était encore moins.

« Je comprends et puis si on est encore en vie c'est bien parce qu'on y tient, qu'on espère trouver un certain équilibre, réussir à retrouver une routine et vivre. Donc quoi de plus naturel que de fonder une famille ? C'est aussi une preuve que malgré tout ce que chacun a pu vivre l'espoir et l'envie de vivre sont bel et bien présents. » Après tout, qui serait assez maso pour vouloir mourir mais tout faire pour que cela n'arrive pas en réussissant à survivre ? « Pour Abel, il suffit de voir comment il se comporte avec sa fille pour justement voir qu'il n'est pas un mauvais père. C'est juste... juste la différence d'âge qui me fait un peu peur, mais bon, c'est pas le plus important. »




#306B57
Revenir en haut Aller en bas
Tamara C. Kroeger
Tam Capone
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 31/10/2015
Messages : 832
Age IRL : 22

MessageSujet: Re: Year Zero   Mer 31 Aoû 2016 - 11:59

Pour moi, Dante était un homme parfait. Il savait quoi dire pour me remonter le moral, même si c’était gauche et maladroit. Il avait toujours trouvé ce qu’il fallait pour me rassurer. Nous étions toujours aussi proches, même si chacun avait pris une route différente. Je n’avais pas besoin de lui parler pour le comprendre et ça avait toujours été comme ça. Aujourd’hui, j’avais trouvé en lui le soutien dont j’avais besoin. Il me fallait ce petit quelque chose que juste lui pouvait m’apporter. Il me rassurait en disant qu’il garderait les grossièretés pour lui, mais en même temps, je savais très bien qu’il ferait ce genre d’effort.

- C’est pour des moments comme ça que je suis bien triste de plus avoir d’appareils photo. J’aurais aimé pouvoir immortaliser chacun de ses moments qui sont si importants dans nos vies. Crois-moi, je te prends au mot et je veux te voir comme ça.

La situation avait été un peu tendue de base, mais doucement tout rentrait dans l’ordre des choses. J’affichais un magnifique sourire. On a toujours dit que les femmes enceintes étaient toujours plus heureuses que les autres, il faut croire que me concernant ce sera une vérité. J’imaginais déjà dans ma tête Dante avec un air tout penaud ne sachant absolument pas quoi faire pour se sortir de cette mauvaise passe. J’aimais beaucoup le taquiner et, quelle que soit la vie dans laquelle j’étais, je savais parfaitement que ça ne changerait jamais.

- Tu es trop adorable quand tu dis des choses comme ça.

J’étais vraiment touché, entre ça et la petite caresse qu’il était en train de faire sur mon ventre. J’avais un ami en or et je ne l’échangerais pour rien au monde. Je sentais une vague d’émotion me submerger une nouvelle fois, mais je fis de mon mieux pour garder mon sang-froid. J’avais fini par comprendre que les hormones allaient me jouer des tours pendant toute la durée de ma grossesse. Je devrais faire de mon mieux pour contenir mes émotions plus que farfelues. Je souriais alors qu’il parlait de famille. Il y avait bien longtemps que je n’avais plus de nouvelle de la mienne. Il ne me restait plus personne et j’étais seule avec lui depuis si longtemps.

- Tu sais, un grand homme a dit un jour que la famille ne s’arrête pas avec le sang. Ce n’est pas non plus là où elle commence. Elle est toujours avec toi pour les bons moments comme les mauvais. Alors je peux t’affirmer que j’ai déjà une famille, c’est ce que je vois quand je te regarde Diabo. Tu es mon frère et je n’ai pas besoin d’avoir un enfant pour avoir ma routine. C’est vrai que ça va tout chambouler, mais je sais au fond de moi que tant que tu seras avec moi tout se passera bien.

Une larme perlait sur le coin de mon œil droit sans que je puisse agir. J’affichais un petit sourire en coin. Je venais peut-être de citer un personnage d’une série télé que j’aimais beaucoup, ce discours m’avait tout simplement bouleversé. Je regardais Dante droit dans les yeux alors qu’il s’inquiétait pour toi.

- La différence d’âge ? Je sais que ça fait beaucoup, mais que veux-tu j’ai toujours aimé les hommes plus vieux que moi, tu es bien placé pour le savoir.

J’accompagnais cette remarque d’un petit clin d’œil. Si j’avais suivi Dante dans ses histoires pas très légales, c’était par amour, non pas pour lui, mais pour un autre homme. Celui qui m’avait trouvé trop jeune et pas assez mature pour lui. Je me rappelais sans doute toujours de la quarantaine bien passé qu’il avait à l’époque et de ses magnifiques yeux hazel. Je ne l’ai jamais revue et il doit certainement être déjà mort à l’heure qu’il est, mais je ne l’oublierais sans doute jamais.



★ The Heart Is An Organ Of Fire ★

Mes AnnexesJ'écris en #ccff99

Revenir en haut Aller en bas
http://www.walkingdead-rpg.com/t6813-listing-des-comptes
Dante Lassiter
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 31/10/2015
Messages : 2641
Age IRL : 29

MessageSujet: Re: Year Zero   Dim 4 Sep 2016 - 22:15

Les petites tensions provenues de l'annonce par Tam semblaient être bien loin maintenant alors que de simples minutes venaient à peine de s'écouler et pourtant à les entendre rien n'aurait pu laisser penser que le ton était différent et que des larmes avaient coulées. Cela ressemblait davantage à une conversation entre deux amis. « Bon, la prochaine fois faut qu'on essaye de te trouver ça, un polaroid ça serait sympa, mais dans tous les cas faudrait trouver des pellicules parce qu'un appareil numérique va pas aider à garder ces moments et puis... C'est pas la même chose, ça ne l'a jamais été. » dit-il d'un ton empli de nostalgie.

Car avec toute cette technologie, il avait l'impression par moment d'être d'une autre génération même s'il adorait avoir le dernier smartphone sorti, un bon pc et tout un tas de gadget lorsqu'il vivait encore à Toronto. Cela ne l'empêchait pas de trouver un certain abus quant à son utilisation. Même si les personnes avaient la possibilité de prendre une infinité de photos via les téléphones ou les appareils photos numériques, au final beaucoup en prenant des inintéressantes pour simplement montrer sur les réseaux sociaux le repas prit, leur animal de compagnie etc... Alors que les photos prises pour capturer un moment précis et significatif d'une vie se retrouvaient mêlées à toutes les autres au fin fond d'un dossier dans un ordi, mais il n'y avait plus tous ces albums photos pouvant être rouverts avec plaisir où chaque instant pris était important.

Dante fut profondément touché par les mots de son amie, à tel point qu'il avait un sourire gêné et que, comme un enfant, il avait une envie folle de baisser les yeux. Chose qu'il ne fit pas, il voulait résister à cette réaction idiote, il préféra garder son regard plongé dans celui de Tam. Et puis, sans réelle délicatesse, il serra son amie dans ses bras pour une longue étreinte « Ça me touche énormément Engel, rien ne nous séparera je te le promets. » lui dit-il d'une voix tremblante tout en lui caressant le dos. Quelques larmes coulèrent le long de ses joues jusqu'à s'échouer sur le haut de la tatouée.

Ces moments là avaient une sorte de pouvoir apaisant auprès du canadien, comme si toutes les inquiétudes et mauvaises pensées étaient absorbées de son esprit et envoyaient à l'autre bout du monde. A chaque fois, il en sortait avec un état d'esprit plus détendu. Il finit par se décoller de son amie qui lui répondit concernant la différence d'âge. Et elle marqua un point. Dante ne pouvait qu’acquiescer, et même avec toute la volonté du monde qu'il aurait pu mettre en œuvre pour la contredire si l'envie lui prenait, il n'aurait trouvé aucun contre-argument. « C'est pas faux en effet... » répondit-il en hochant la tête de bas en haut.

Une question lui vint alors à l'esprit et il s'empressa de la formuler « J'y pense, sa fille, elle est au courant pour vous et pour la grossesse d'ailleurs ? Elle a réagi comment ? Enfin, elle l'a pas mal pris ou ne s'est pas énervée ? » C'était plus qu'une question, il les débitait à la suite sans laisser le temps à Tam de répondre, mais s'il se les posait c'était aussi parce qu'il avait très mal réagi à l'annonce de la grossesse de sa mère alors qu'il avait déjà dix ans. Heureusement, avec le temps les choses s'étaient arrangées, mais il n'avait pas été facile à vivre que ce soit auprès de ses parents comme de sa sœur.




#306B57
Revenir en haut Aller en bas
Tamara C. Kroeger
Tam Capone
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 31/10/2015
Messages : 832
Age IRL : 22

MessageSujet: Re: Year Zero   Mar 6 Sep 2016 - 1:03

J’aimais beaucoup prendre Dante dans mes bras, j’aurais pu passer la journée à lui faire des câlins et ce moment de proximité avec lui me faisait un bien fou. Nous n’avions plus le temps ni l’habitude de nous retrouver que tous les deux. Ni lui ni moi n’étions responsables, c’était simplement la vie qui nous empêchait de faire ce genre de chose. Il n’avait pas besoin de me promettre qu’on ne serait jamais séparé, au fond de moi, je le savais. On ne peut pas séparer une famille, enfin si on peut géographiquement parlant, mais l’autre aura toujours une importance capitale. Je souriais, je n’avais plus le cœur à pleurer d’émotion, mes larmes avaient déjà bien trop coulé.

- Tu sais, je crois que sans toi, je n’aurais jamais eu la force de survivre à tout ça.

Les mobs dehors, les conditions de vie qui diminue et tout le reste. Sans lui je serais encore qu’une pauvre canadienne qui ferait de la couture dans une petite boite, mais avec lui, j’étais devenue quelqu’un d’autre. La survie était difficile et sans un soutien constant, j’aurais sans doute fini par perdre de ma superbe.

J’étais simplement incapable de répondre à sa question. Je me doutais bien qu’Abel avait fini par le faire du moins je l’espérais, mais je n’avais pas eu la chance d’être présente. Résultat, je ne lui en avais pas reparlé, j’attendais qu’il fasse le premier pas et qu’il vienne me le dire. Ce n’était pas que je craignais la réaction de sa petite, mais plutôt que je ne voulais pas lui mettre la pression. Je savais qu’Abel avait l’intention de lui parler, je pouvais compter sur lui pour qu’il lui parle. Il cherchait sans doute le bon moment. Je serais contente qu’il le fasse avant que j’aie un ventre de trois kilomètres de long. Je pourrais toujours mentir par omission à sa petite si ça arrivait d’ici là, mais ce n’était pas ce que je préférais.

- Elle ne le sait pas encore, du moins pas à ma connaissance. Je t’avoue que sa réaction me fait encore plus peur que celle d’Abel. Je l’aime beaucoup cette petite, elle est tout simplement adorable. Mais son père la certainement surprotéger, il n’a jamais eu d’aventure depuis qu’il a divorcé de sa mère du coup elle l’a beaucoup idéalisé. Je préfère ne pas trop lui mettre la pression sur le sujet. J’attends de voir comment la situation va évoluer.

Je m’inquiétais sérieusement pour la petite. J’avais peur qu’elle pense que je la délaisserais si j’avais un vrai enfant alors qu’en réalité ma relation avec elle ne changerait sans doute jamais. Sauf peut-être si sa véritable mère arrivait au campement. J’étais un peu perturbé à cette idée, mais je ne devais sans doute pas trop m’en faire même si au fond de moi je sentais qu’Abel l’aimait toujours. Je réfléchissais un instant repensant alors à l’idée de Dante concernant le polaroïd.

- Tu sais, on devrait peut-être partir à la recherche d’un appareil photo de la sorte tant que je n’ai pas un ventre de trois pieds de long. Pour le moment, je ne suis pas encore un poids pour ce genre de sorti.

Les sorties vers l’extérieur allait sans doute me manquer dans les mois qui venaient. Mais j’aurais certainement d’autres occupations ici. Skyler m’avait expliqué beaucoup de choses, elle avait été absolument géniale avec répondant à toutes les questions que je me posais. Je réalisais alors que j’avais beaucoup parlé de moi, mais que maintenant que le choc était passé, je pourrais toujours essayer de savoir comment se passer sa vie ici. C’est avec beaucoup de tact que je lui posais la question suivante.

- Et toi alors ? Tu ne me caches pas une amante ?



★ The Heart Is An Organ Of Fire ★

Mes AnnexesJ'écris en #ccff99

Revenir en haut Aller en bas
http://www.walkingdead-rpg.com/t6813-listing-des-comptes
Dante Lassiter
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 31/10/2015
Messages : 2641
Age IRL : 29

MessageSujet: Re: Year Zero   Dim 18 Sep 2016 - 14:02

Ce que Tam disait n'était pas pour rassurer son ami car ce dernier craignait lui aussi la réaction de l'enfant dont il ne se rappelait pas du prénom, plus par inattention qu'autre chose. Dante ne connaissait pas la petite fille, déjà que de nature il n'était pas bavard, alors avec des enfants de cet âge c'était limite plus compliqué pour lui car il ne voyait pas quoi leur dire si ce n'était des banalités futiles. Malgré le fait qu'il aurait dû se montrer rassurant, n'aimant pas mentir à son amie, le canadien se montra donc honnête « C'est sûr qu'il y a un certain risque qu'elle le prenne mal, qu'elle craigne d'être délaissée par son père et elle pourrait du coup t'en vouloir. » puis il s'arrêta. Un souvenir lointain fit son apparition : la naissance de sa sœur. Il avait dix ans lorsque celle-ci vint au monde et jusqu'à là, il était l'objet de toutes les attentions de ses parents et avait très mal pris la naissance.

Prenant la main de la brune, Dante poursuivit d'un ton calme et plein de compassion « Tu sais, quand Helena est venue au monde j'ai eu l'impression que le mien s'effondrait, j'étais jaloux, je ne l'aimais pas et puis les choses ont fait que je l'ai aimé plus que tout. Alors, même si la fille d'Abel le prend mal, que la relation au début n'est pas évidente, elle pourra changer d'avis du jour en lendemain que ce soit en voyant votre enfant, un sourire qu'il lui ferait, la main prise ou quoi que ce soit. Le plus important est que son père garde le lien qu'il a avec elle actuellement, qu'il ne change rien même s'il est normal qu'il s'occupe de votre enfant. Mais il faut que toi aussi tu ne mettes pas de distance, c'est primordial. » Il était nécessaire que la petite ne se sente pas délaisser, sans quoi la situation pourrait être extrêmement délicate et compliquée à gérer.

L'idée de la sortie afin de trouver un polaroid avait fait écho à l'esprit de Tam, ce qui réjouissait le blond. Elle avait entièrement raison, il était préférable d'organiser cette petite expédition plutôt que d'attendre six mois avec un ventre rond comme un ballon. Ce serait totalement idiot pour elle, comme pour Dante, il s'agirait d'une mission suicide. « Faut qu'on s'organise ça alors ! Et comme ça, tu pourras prendre des photos de votre enfant et les regarder dans quelques années pour te rappeler de la phase bébé ! Même si je doute que tu puisses l'oublier un jour. » lui dit-il en souriant.

Jusqu'à présent souriant, comme la plus part du temps avec Engel, ce sourire s'estompa et il se crispa. Elle venait de toucher à un sujet sensible ; les sentiments de Dante. Pourtant, il répondit aussitôt la question terminée « Non, non, pas d'amante. »  ce qui était juste étant donné qu'il ne se passait rien dans sa vie de ce côté, du moins pas concrètement. Car le canadien prenait de plus en plus en conscience de la réelle signification des sentiments qu'il éprouvait pour Kassandra. Tous les deux se tournaient autour depuis un moment, mais pour l'instant rien de concret de ne s'était passé. D'une petite voix, il finit par exprimer ce à quoi il était entrain de penser. « Disons qu'il y a bien Kass, tu le sais, mais ça en est au point mort.... Je sais que ça vient de moi, il faut que j'arrive à prendre le dessus, à me surmonter mon problème par rapport au contact avec les autres, mais en même temps, c'est nouveau pour moi de ressentir ça et c'est perturbant. » termina-t-il en baissant la tête car il était vraiment perdu et ne parvenait pas à contrôler cela, tout en restant dans le questionnement perpétuel du ; est-ce que je ne me fais pas des idées ? Aucun des deux n'avait été clairement exprimé un réel intérêt à l'autre, en tout cas, Dante n'avait rien perçu.




#306B57
Revenir en haut Aller en bas
Tamara C. Kroeger
Tam Capone
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 31/10/2015
Messages : 832
Age IRL : 22

MessageSujet: Re: Year Zero   Mer 21 Sep 2016 - 1:59

Je sentais que la conversation était en train de dériver doucement, le tout restait tout de même très important. J’étais content qu’il me raconte autant de choses pour me rassurer. Je savais que je pouvais compter sur lui comment souvent dans les citations à problème ? Oui la petite pourrait devenir un problème, mais je ferais bien attention à ce que personne ne la délaisse, moi y compris. Je l’aimais beaucoup et ce n’est pas parce que j’avais mon propre enfant que je ne pouvais pas m’occuper d’elle. Cela me demanderait sans doute de faire un peu attention, mais ce n’était qu’un détail. J’étais assez grande pour faire la part des choses et je savais au fond de moi que cela ne me demanderait pratiquement aucun effort.

- Je ferais tout pour qu’elle ne se laisse pas délaisser. Victoria peut compter sur moi pour ça. J’ai toujours fait attention à bien m’occuper des gens qui comptaient pour moi et ce n’est pas aujourd’hui ce que ça va changer.

Dante était largement bien placé pour le savoir, il avait profité de mes petites attentions depuis facilement près de treize ans maintenant. C’était beau de voir qu’on arrivait toujours autant à se supporter malgré les années qui était passées et nos vies respectives qui n’avaient pas toujours était facile. Je savais que Dante avait une petite sœur et je savais qu’il y tenait beaucoup, cependant il ne m’en avait jamais parlé plus que ça. Sans doute parce que je n’avais jamais été douer avec les relations familiales. J’étais fille unique et j’avais rapidement démissionné de mes parents choisissant de vivre seuls parce que je jugeais ça plus pratique. J’aimais la présence de personne autour de moi, mais je n’arrivais pas à supporter mes parents qui ne m’acceptaient pas comme j’étais et c’était bien ça le problème. J’étais différente de la plupart des gens, il fallait me prendre comme ça.

- Tu as grandi et tu as pris conscience de la réalité. J’en parlerais à Abel dans ce cas. Il va falloir que je sois assez présente pour l’aider à ne pas faire la même erreur que tes parents. Surtout que la pauvre Victoria contrairement à toi n’est pas capable de parler à n’importe qui.

Il ne fallait pas oublier que la petite était sourde et que c’était un problème assez handicapant pour elle. Heureusement, c’était encore qu’une enfant et elle n’avaient pas vraiment besoin de pouvoir parler ou entendre pour se faire comprendre. Je souriais doucement à Dante alors qu’il parlait de s’organiser la sortie polaroid. L’idée était simplement géniale j’avais hâte. Il faudrait qu’on se carapate en cachette pour ne pas éveiller les soupçons et ne pas se faire engueuler si on cherchait uniquement ça. Faire le mur ça m’avait toujours excité quand j’étais chez mes parents, on pourrait refaire une version ici à Evergreen.

- On devrait faire le mur et partir sans rien dire. J’avoue ça me ferait marrer, surtout si Abel m’engueule après comme un père inquiet. Oui j’avoue ça fait un peu creepy, mais j’aime bien… Je suis étrange que veux-tu.

Un nouveau sourire apparait sur mon visage, c’était étrange, mais j’assumais, c’était le principal non. J’espérais que Dante me laisserait tranquille dans mon délire alors que la discussion dérivait doucement sur lui. J’avais envie d’en savoir plus. Je sentais bien qu’il se tramait un truc en Kass et lui et je ne pouvais être que plus heureuse. J’étais un peu peiné lorsqu’il m’avoua que c’était au point mort. J’avais promis de ne pas intervenir dans cette histoire, mais ça me démangeais de plus en plus de mettre un coup de pied dans la fourmilière.

- Tu sais que je vais finir par intervenir si tu ne te mets pas au boulot. Elle te dévore des yeux presque à chaque fois qu’elle te regarde. Je ne pourrais pas vraiment te dire que je comprends parfaitement, sans te mentir un peu.

Cette affirmation me faisait penser au fait que j’étais en cloque et que j’appréciais Abel sans pour autant l’aimer. Est-ce que cela poserait un problème dans l’éducation de mon enfant ? J’en doutais, mais j’avais peur de voir ce que l’avenir me réserver.

- Vous feriez un super couple en plus.



★ The Heart Is An Organ Of Fire ★

Mes AnnexesJ'écris en #ccff99

Revenir en haut Aller en bas
http://www.walkingdead-rpg.com/t6813-listing-des-comptes
Dante Lassiter
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 31/10/2015
Messages : 2641
Age IRL : 29

MessageSujet: Re: Year Zero   Jeu 29 Sep 2016 - 14:07

Dante pensait chaque mot qu'il avait pu prononcer, que ce soit ceux pouvant apporter un certain réconfort à son amie, que ceux soulevant des questions ou incertitudes. Il ne s'inquiétait pas sur le fait que Tam fasse ou non une bonne mère parce que, pour lui, c'était évident qu'elle réussirait. Elle savait ce qu'avoir un enfant représentait, les responsabilités, l'inquiétude et autre, alors si elle s'était décidée à le garder ce n'était pas sur un coup de tête.

Elle se dévouerait corps et âme à son enfant et réussirait à gérer au mieux les choses, même si rien ne se déroulait de façon idéale, elle surmonterait les éventuels problèmes ou peurs. Il en était sûr, il suffisait de l'entendre parler de Victoria. Tam a toujours répondu présente pour ceux qui étaient dans sa vie et qui comptaient, ça n'allait pas changer du jour au lendemain, et heureusement.

Le canadien se mit à rire en imaginant Abel pourchasser les deux amis entrain de fuir le chalet pour récupérer un appareil photos. L'homme les incendierait certainement de tous les noms en leur disant qu'ils étaient totalement fous de sortir à deux alors que Tam était enceinte, qu'ils ne se rendaient pas compte du danger, et tout un tas d'autres mots dans le même style. Mais, ça n'allait pas pour autant les empêcher de le faire, accompagnés ou uniquement à deux, ils le feraient.

La conversation changea d'orientation en se dirigeant vers Dante et ses histoires de cœur. En soit, il n'y avait rien de spécial à dire d'après lui, mais ce que disait son amie l'obligea à poursuivre la discussion, car même si c'était avec Tam, il ne s'étalait pas sur ce genre de sujet. « Non, non surtout pas, c'est bon ! Je vais faire des efforts... – commença-t-il à dire en baissant la tête – Mais, tu sais comment je suis avec les autres et quelque soit le sujet ou l'environnement... » Il n'avait pas besoin de développer plus que ça, la tatouée le connaissait parfaitement, mieux que quiconque. Et il y avait bien qu'avec elle qu'il arrivait à être plus détendu, à ne pas ériger des barrières.

Puis, relevant la tête, il planta son regard dans celui de Tam « Tu sais, même si tu me dis qu'elle me dévore des yeux, j'arrive pas à me dire que c'est le cas. Faut que je le vois, que je sente qu'il y a autre chose que des taquineries ou des gestes amicaux, mais ça, c'est compliqué. Et j'ai pas envie de forcer les choses pour finalement tout faire capoter ou être dans l'erreur en m'imaginant qu'elle veut plus. »

Car au final, la crainte du blond était peut-être bien ce dernier élément ; la peur de l'échec. Il n'avait jamais eu de réelle relation amoureuse, si ce n'était des histoires durant au grand maximum deux mois, il n'avait jamais aimé sincèrement une autre personne. Il y avait de l'affection, de l'attrait, mais pas d'amour. Alors, réussir à admettre qu'il éprouvait ce genre de sentiment était déjà une chose difficile et nouvelle pour lui, mais de là à l'exprimer ou le faire ressentir à Kassandra, c'était tout à fait autre chose. Il ne savait pas forcément comment aborder les choses, comment se comporter. Dante se sentait déstabilisé lorsqu'il se retrouvait face à la jolie blonde, ce qui avait pour effet de le conforter dans son mutisme. Là, au moins, il ne ferait pas de gaffe.




#306B57
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
WALKING WITH THE DEADS

MessageSujet: Re: Year Zero   Aujourd'hui à 7:02

Revenir en haut Aller en bas
 

Year Zero

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant

 Sujets similaires

-
» HAPPY NEW YEAR
» We wish you a merry chrismas and !a! happy new year ♪
» Mon dieu à moi... [LIBRE Senior Year-A]
» INTRIGUE DE DECEMBRE: Happy end of the year
» New year's day... pour les fans de U2...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Walking Dead RPG :: Archives RP :: RP Terminés-