Partagez | .
 

 La belle, l'embrouille et la bête.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
Auteur
Message
Invité
Invité
WALKING WITH THE DEADS

MessageSujet: La belle, l'embrouille et la bête.   Ven 8 Juil 2016 - 23:30

" Putain mais lâche moi !!

C'est pas la peine. j'ai joué, j'ai perdu. J'ai beau essayer de m'en défaire avec tout ce que j'ai pu apprendre, j'ai beau lui porter tout les coups possible, il ne bouge pas. C'est un roc, et j'le savais. J'ai plus trop le choix maintenant qu'il a réussi à me tomber dessus, j'vais devoir lui rendre ses merdes pour qu'il me foute la paix. Enfin.. Ce que j'ai encore. En espérant que ça calme le loup.


C'est bon ! C'EST BON GRANT ! OKAY ! T'as gagné PUTAIN ! FAIS PAS CHIER.

Et il me lâche. Quelle relation.. compliquée entre nous. Ca a commencé par une bière, ça a fini dans son lit, puis dans le mien. Quand la mort a décidé de prendre le pouvoir sur ce monde, j'pensais jamais le revoir. Non, j'pensais même plus à lui. Puis j'l'ai retrouvé à Seattle. Il a été sympa et réglo avec moi ce con, alors j'l'ai arnaqué. J'en avais rien à foutre, j'étais sûre de m'en débarrasser.

Mais j'avais tort. Grant m'est tombé dessus comme la misère sur un pauvre. Et ça fait mal.. J'ai joué, j'ai perdu, et ça me rend totalement irritable ! D'ailleurs j'le regarde comme une panthère acculée, prête à lui déchirer le visage de mes propres griffes. Enfin, si j'avais la moindre chance en attaquant le loup de front.
Ses cris résonnent dans l'appartement. Il m'ordonne de lui rendre ses trucs. Alors j'vide mon sac devant lui. J'essaye de l'embobiner, en lui faisant croire que j'ai tout sur moi.


M'reste que ça. Le reste.. j'en ai eu besoin. Tu comprends.. Grant.. C'était pas contre toi.. mais.. c'est comme ça maintenant, pour survivre, faut parfois faire des choses .. qu'on regrette.

Mentir, encore mentir. Ca je sais faire, et j'le fais bien. J'arrive même à faire couler une larme sur mes joues. Mais il me connaît et.. il n'est pas convaincu. Il me hurle encore de lui rendre ses affaires. TOUTES ses affaires. Fait chier. En un long soupir, j'finis par accepter. J'ai pas vraiment le choix..

Okay.. OKAY ! Gueule pas.. Viens. "

Mais j'l'emmène pas sans essayer de trouver une.. solution. J'envisage même d'lui faire la peau, si ça peut me débarrasser de lui.. Grmbll.
Revenir en haut Aller en bas
Grant S. Levine
Seven Sins
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 24/03/2016
Messages : 163
Age IRL : 31

MessageSujet: Re: La belle, l'embrouille et la bête.   Sam 9 Juil 2016 - 0:12

Pas peu fier de moi, sur ce coup. La pêche a été excellente. J'ai enfin réussi a retrouver ma bonne vieille Faye. Elle et moi, on a quelques comptes à régler. Les miens. J'l'ai suivie. Comme un prédateur, attendant le meilleur moment pour bondir sur sa proie. Attendant surtout qu'elle me mène à sa piaule. Et une fois sur place.. c'est avec un large sourire que j'me suis engouffré dans son antre. Maintenant j'suis juste là, derrière elle, comme une ombre silencieuse avec un énorme sourire. Un juge prêt à rendre son verdict. Ca va faire mal.

" Salut, pétasse. Tu vas bien ?

J'm'adresse à elle en la regardant de haut, bras croisés, appuyé contre son mur. Putain, mais comme c'était facile de m'la faire. Ca n'a pas changé ça..
Elle tente bien de se barrer mais je bondis et la serre entre mes mains. Elles se referment comme les crocs d'un loup. Mais la conne est farouche et sait se défendre. J'me mange de ces mandales et de ces prunes qui piquent bien comme il faut. Elle s'bat comme un homme. Un homme que j'aurais étalé au sol en faisant " bouh hihi ", mais un homme. A ses frappes, j'oppose ma force, mon expérience, ma résistance. J'ai même pas besoin de frapper sur elle. Non, j'vais pas faire ça quand même. Ce serait dommage d'abîmer un si joli visage. Par contre, ma poigne est sans pitié. Et au bout du compte, elle se rend. En gueulant. Elle n'aime pas perdre, et moi, j'adore gagner.


Mes trucs. Et bouge ton cul connasse. J'ai pas que ça à foutre.

Maintenant qu'elle est calmée, j'lui achève les nerfs en lui pointant le gros canon de mon fusil droit dans la gueule. Si elle bouge, elle n'en a plus, et ça va être chiant pour survivre ça. Elle vide donc son petit sac comme une écolière prise sur le fait. Et c'qu'il contient ne me séduit pas.

MES TRUCS PUTAIN !! GROUILLE TOI OU J'TE REFAIS LE CUL.

Je charge le matos histoire de montrer que j'suis pas en train de déconner du tout. Vraiment, si elle ne m'obéit pas, j'fais des trous dans son plafond. Et après s'il pleut, elle sera grave dans la merde. Pour ce qui est de son intégrité physique.. bah. J'vais pas la buter non plus.. J'ai besoin besoin qu'elle soit convaincue du contraire.

Non mais t'es sérieuse ? Tu crois que ça marche encore sur moi, tes conneries ? Où sont MES affaires ?! Putain Faye je déconne pas.. JE DÉCONNE PAS ! MERDE !!

Elle obéit, en m'demandant de ne pas gueuler. Quoi, elle a peur qu'on s'retrouve avec des rôdeurs ? Concrètement, là, même une horde de non morts chevauchant des loups noirs corrompus devrait être le dernier de ses soucis.

J'gueule si j'veux, connasse. "

J'reste bien sur mes gardes, parce que je la connais. Je la CONNAIS ! Et elle est du genre à m'planter une lame dans la gorge en un geste de ninja. J'en ai pas très envie. J'la suis, ravi à l'idée de récupérer l'matos bientôt.

Pendant ce temps, un adorable imprévu.. arrive !


Revenir en haut Aller en bas
Reese B. Maddox
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 25/04/2016
Messages : 348
Age IRL : 23

MessageSujet: Re: La belle, l'embrouille et la bête.   Sam 9 Juil 2016 - 0:21

Je respire doucement, lentement, profondément. Mais chaque inspiration est une torture de plus. Ma main posée sur mon flanc, essayant de faire cesser le saignement qui s'arrête et reprend sans cesse de plus belle. La poisse. Un gémissement m'échappe alors que je me redresse du siège arrière de la voiture que je suis en train de squatter. Ça fait un mal de chien. J'ai beau tenir mes côtes comme je le peux, en essayant d'étouffer la douleur, j'ai l'impression que c'est pire à chaque fois. Bordel... A tous les coups, je vais crever ici. Je m'effondre à nouveau, retombant en arrière. J'sais plus où mettre mes jambes, j'en ai marre, j'ai mal, j'en crève à petit feu. Mon T-shirt sans la mort, la sueur et le sang séché, mais ma plaie, elle, s'ouvre à chaque fois que je fais un quelconque mouvement, et ça m'épuise...

J'ai compris le message, je te jure. Tu peux arrêter, que je souffle doucement au toit de la voiture. J'en viens à lui parler. Elle est l'obstacle avant Dieu, je n'ai pour l'instant pas la force de me tirer de là pour y aller directement.

J'ai perdu la trace de Kerwan. Je n'ai pas vu Jon depuis trois longs, très longs, jours. Je crois qu'il est mort. Quand on s'est retrouvés tous les deux dans un entrepôt habité par une horde et qu'on a été contraint de nous séparer. Je ne sais pas par où il est allé. Tout ce que je sais, c'est qu'en escaladant la fenêtre pour me balancer dans une poubelle, j'avais pas vu venir le gros morceau de fer tranchant qui m'a ouvert une partie du flanc. J'ai mis vingt vraies minutes à sortir de cet enfer. Du reste, je n'ai pas eu la force ni le temps de retourner jusqu'à l'abri. La douleur m'a obligé à m'arrêter, une bonne dizaine de fois en route. De fuir aussi, en prenant la première voiture avec un plein pouvant m'empêcher de mourir.

Oh merde, Reese... Regarde ta tête.

J'ai un petit rire qui me secoue les épaules. Je suis blanche comme un cul, des cernes marquées, je transpire à grosse goutte. On pourrait me confondre avec un zombie. Sauf que je parle et que j'ai encore pas mal d'humour...

Je sais pas ce que je fous ici. J'ai réussi à quitter la voiture en me traînant jusqu'à un appartement miteux au premier étage. Pas un chat, pas un bruit. J'ai faim, mes réserves s'amenuisent, et surtout, j'ai mal à en hurler. Mais hurler, je n'en ai franchement plus la force. La fièvre s'est installé depuis quelques jours, elle était légère d'abord. Maintenant, elle me fait fondre le cerveau par les oreilles et le nez. Je vais mourir dans une piaule pourrie qui sent le renfermé et la moisissure. Si c'est pas en me vidant de mon sang, ça sera d'une pneumonie. Pas plus mal, tant que c'est rapide. Il me semble que je tourne de l'oeil, je n'en suis pas très sûre.

C'est une voix lointaine qui me tire de mon sommeil improvisé. Une voix de femme, celle d'un homme, quelques insultes. Pourquoi ils hurlent ? C'est totalement con. Je me sens assez fraîche pour me lever et aller voir. « Fraîche », c'est un grand mot. J'ai pas vraiment le choix si je veux pas être la suivante sur la liste... J'attrape le fusil à pompe que j'ai récupéré à la va-vite, regarde qu'il est bien chargé, et prend la peine de me lever finalement. Je me rends compte que j'ai même pas sécurisé la porte. Quelle sombre conne je peux faire parfois... Enfin. Les bruits viennent d'en haut, un étage au-dessus Les bras ballants, j'avance d'un pas lent vers la dispute. Le quartier est désert, mais est-ce qu'il le restera avec deux cons dans ce genre-là ? Un soupir m'échappe.

Juste un coup de crosse derrière le crâne pour les faire taire. Courage Reese. Il me faut au moins ça pour me motiver à grimper les marches. D'un pas tellement lent que j'ai l'impression que je pourrais vivre une vie entre chaque.

Parler, c'est un supplice aussi. J'ai l'impression d'avoir couru un marathon. Je tire mon gilet noir sur mon t-shirt souillé par le sang. Un gémissement m'échappe à nouveau. Bordel. Je titube comme un rôdeur qui n'a pas planté un croc depuis des semaines. J'ai faim, j'ai soif, mais j'ai trop mal pour avoir vraiment envie de manger ou de boire. Les voix me semblent diffuses, lointaines, et pourtant incroyablement proches. Ça chauffe un peu en haut, j'accélère l'allure pour me planter devant la porte qui semble la bonne. Ça parle de rendre des affaires. Ça parle de pas déconner. De refaire le cul aussi. Je n'ai pas envie d'assister à ça. J'ai juste envie qu'ils se taisent. Alors je pousse la porte et lève mon fusil en demandant très franchement :

Vous avez été fini à quoi vous deux pour gueuler comme des putois en pleine fin du monde ?... Est-ce que par hasard, vous peindre une cible sur le cul avec marqué « croquer ici » serait pas mieux pour tout le monde ? Y'en a qui essaie de survivre, alors faites un putain d'effort...

Une femme, brune, pas très grande, me regarde soudainement sans comprendre ce que je fous là. Si seulement je pouvais lui répondre... Pour l'instant, elle doit juste comprendre que mon fusil à pompe a très envie qu'elle arrête de hurler comme une dinde prête à se faire enfourner. Mes yeux se portent vers l'autre et...
Oh.
L'autre.

Oh. Dites moi que c'est la fièvre.



Don't let me down
I think I'm losing my mind now. It's in my head, darling I hope that you'll be here, when I need you the most, so don't let me down ©alas.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
WALKING WITH THE DEADS

MessageSujet: Re: La belle, l'embrouille et la bête.   Sam 9 Juil 2016 - 1:06

Avec le canon de l'autre con dans l'équation, j'ai pas beaucoup de solution. Ce genre d'engin pourrait me réduire en sauce bolo maison. Alors comme je n'en ai pas envie, bah j'obéis. Et ça me rend de très, très TRÈS mauvaise humeur. Intérieurement, je fulmine. Je n'ai qu'une chose en tête.. mon flingue. Il est planqué le long de ma cuisse et c'est une excellente nouvelle. J'dois simplement attendre le bon moment. Grant n'a pas eu l'idée de me fouiller. Peut être se dit il qu'avec son gros calibre, il a de quoi me maîtriser. De toutes façons, il a toujours été foutrement vantard sur ce point..

Ses paroles me font lever les yeux au ciel. Mais quel gamin. Il n'a pas changé.. Toujours le même connard autoritaire imbuvable. Toujours le même péteux hautain. J'crois que je le déteste. J'ai envie de gueuler dessus comme on gueule sur un égout nauséabond. Puis de lui arracher un oeil. Un seul. J'en ai marre. Me faire avoir par lui, ça me.. Frrrr..

Mais bon, j'me rend vite compte que Grant n'est pas le seul soucis dans cet appart'. Alors qu'on allait passer à la fameuse pièce où l'autre con pense pouvoir récupérer ses trucs, y a une meuf qui sort de nulle part et qui vient nous faire la morale. J'me retourne et je la regarde. Non mais j'l'ai jamais vue ! Et elle pointe son flingue sur nous ? PIRE ENCORE, SUR MOI ? J'regarde Grant pour voir si lui y comprend quelque chose, puis en plissant les yeux, je m'avance de deux pas vers elle, l'air franchement PAS amicale.


" Mais putain t'es QUI toi ? Qu'est ce que tu FOUS ici ?! Non mais j'y crois pas, c'est quoi cette HISTOIRE ENCORE ?!

Et comme je suis totalement outrée, contrariée, et que faut pas trop m'faire chier, je sors le flingue et j'le pointe droit sur elle. Surprise pour Grant gâchée, mais bon. Surprise pour elle !

Tu vas lâcher ton truc et t'barrer, vu ?!

Je ne me préoccupe même plus de Grant. Pour le coup de toutes façons, je sais qu'il sera d'mon côté. Enfin.. c'est ce que je crois. J'y crois dur comme fer. Et j'me fourre bien le doigt dans l'oeil... C'était pas prévu qu'ils se connaissent !

Attends, tu la connais ? Mais c'est QUI ?! "
Revenir en haut Aller en bas
Grant S. Levine
Seven Sins
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 24/03/2016
Messages : 163
Age IRL : 31

MessageSujet: Re: La belle, l'embrouille et la bête.   Sam 9 Juil 2016 - 2:08

C'est vrai, je me la pète un peu. J'suis là, j'donne les ordres, elle m'obéit, j'suis un peu le boss et ça m'fait rire. J'me venge et c'est légitime. C'est un juste retour des choses. MES choses. J'balade Faye au bout d'mon canon, selon mes envies. J'pourrais bien lui demander de faire la poule qu'elle le ferait. En ronchonnant, mais elle le ferait. Bref, tout à mon aise, j'la suis vers sa caverne, histoire de retrouver enfin les conneries sans valeur pour lesquelles l'honneur m'a poussé à être ici.

Et là, y a une voix. Une troisième voix. Je connais cette voix. Je l'écoute se plaindre comme si elle était simplement la voisine du dessous. Celle du genre à taper avec son balais quoi. J'regarde Faye qui se retourne, en me disant au départ que c'est p'tête sa pote. Et ça.. putain ça serait emmerdant. Alors je me retourne, et je pointe le fusil sur elle, sans vraiment chercher à capter qui c'est. J'dois bien dire, cette chevelure me rappelle quelqu'un.. mais... c'est bizarre. Faye ne la connaît pas, vu comme elle se met à gueuler dessus. C'est donc une pauvre inconsciente qui vient de se jeter dans un nid d'enflures.

Et la pauvre est bien dans la merde. Au moins, son arrivée aura poussé ma vieille amie à sortir l'arme qu'elle planquait. Et j'me traite de gros connard de ne pas l'avoir fouillée.. Elle lui ordonne de lâcher son jouet et de se barrer. L'idée est bonne et elle me fait sourire. J'la laisse faire.. c'est son appart', c'est son merdier. Mais quelque chose cloche. J'regarde cette meuf de plus près, et quand elle me regarde aussi.. oh putain..


" ... ? ... ?! ... !!!! REESE ?!!

Les yeux grands ouverts, le fusil toujours braqué, j'ai l'impression d'halluciner ! J'pensais jamais la revoir après ce.. ce moment où tout à foiré. Un baiser, puis tout s'écroulait. J'me suis barré comme un connard, j'ai pas écouté mon coeur qui voulait que j'me retourne. Et là enfin, ENFIN, je la retrouve. Dans des conditions totalement merdique. Faye réagit. Si je la connais ? Putain mais OUI je la connais ! Et j'en suis très heureux !

Du coup, changement de programme. J'me retourne sur la voleuse et c'est de nouveau sur elle que je pointe le fusil. Faye se retrouve avec deux cracheurs de chevrotine prêts à flinguer. Non, vraiment.. elle ne va pas menacer Reese non plus, cette conne !


FAYE LÂCHE TON PUTAIN DE FLINGUE !

Situation de merde. Ca peut partir à tout moment? Ca peut cracher des balles dans tout les sens. Et je n'ai absolument aucune envie de voir Reese s'en manger une. Pas par ma faute. Alors j'recule, visant toujours Faye. J'm'approche de Reese, lentement. Moi, choisir un camp ? Mais ABSOLUMENT. Et plutôt deux fois qu'une. J'me pose près de la demoiselle, et.. j'suis prêt à m'interposer. J'suis assez fou pour ça.

T'arrives vraiment pas au bon moment chérie..

J'lui glisse ce petit murmure. C'est vrai quoi. J'ai passé combien de temps à la chercher ? J'suis revenu au moins deux fois dans cette maison d'riche, juste au cas où. Et puis, c'est quoi cet état dans lequel elle est ? Qu'est ce qui lui est arrivé ?!

FAYE, FAIS PAS CHIER ! Y en a marre des conneries ! "

Oui, je sais, c'est de ma faute si nous sommes tous les trois dans cette situation. Mais ça ne m'empêche pas d'en avoir marre, de changer mes plans, et de vouloir emmener Reese loin de l'autre conne pour m'occuper d'elle et rattraper le temps perdu. Mes affaires ? Bah qu'elle les garde.. Mais quelque chose me dit que ça ne va pas être si simple..


Revenir en haut Aller en bas
Reese B. Maddox
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 25/04/2016
Messages : 348
Age IRL : 23

MessageSujet: Re: La belle, l'embrouille et la bête.   Sam 9 Juil 2016 - 2:27

Oh mon dieu...

J'ai eu un peu de mal à articuler ça. Sérieusement, je ne suis pas du genre croyante, mais vu comment le karma ou le hasard ou dieu s'acharne sur moi ces derniers jours, je vais vraiment finir par croire qu'une puissance supérieure a très envie de me les briser. Et elle y arrive parfaitement bien, faut croire. Il a fallu, pour l'occasion, après m'avoir balancé aux ordures, perforé la peau et laissé pour morte à la solitude la plus complète, que ça me mette sur la route de Grant en train de se disputer avec une sacrée conne.

Je le lui dis pas, même si je le pense très fort. D'ailleurs, mon regard doit le lui traduire parfaitement le message. Peut-être qu'au lieu de continuer à hurler comme la pauvre dinde qu'elle est, elle pourrait faire un effort considérable et connecter les deux neurones qui lui restent, non ? Je dois trop présumer d'elle. Elle ne doit finalement pas avoir de neurones. Alors je suis peut-être pas bien vive, mais quand cette gourde me braque avec son flingue, j'arme la mienne et ne laisse aucun doute sur mon envie de lui coller un pruneau là où je pense.

Je n'ai pas un regard pour Grant, faut dire que je suis plutôt occupée avec sa nouvelle petite copine. Je ne sais pas où il les trouve, mais quand même... Il a eu mieux sous la main, il pourrait faire un effort et regagner un peu d'estime de lui-même ! Allons bon, maintenant, je dois poser mon « truc » (elle devait parler de mon fusil à pompe) et me barrer ? Mais elle m'a pris pour mère Thérésa cette morue ou quoi ? Et l'autre me reconnaît enfin, c'est pas trop tôt...

Ce truc, je vais te l'enfoncer si profondément dans la gorge que ça va aller dire bonjour à ton appendice, que je lui lâche en la regardant droit dans les yeux avec un grand sourire crispé, et je retiens le « Connasse » de justesse.

Même avec 39,5° de fièvre, y'a pas que ça que j'ai envie de lui enfoncer dans la gorge. Ah ça, si elle savait. C'est bien la première fois qu'on me parle comme ça, et je ne sais pas pour qui elle s'est prise, mais j'aimerais vraiment qu'elle sache que j'ai envie aussi de lui faire passer un bon gros coup de pompe aussi. Et là, je daigne poser mes yeux sur Grant. Un regard mi-curieux, mi-compatissant. L'air de lui dire que je ne comprends pas ce qu'il se passe, qu'il vaut tellement mieux que ça, et qu'il mérite mieux aussi. Bon, c'est sans doute parce que la fièvre me fait délirer mais je pourrais vraiment partir dans un monologue troublé sur sa situation actuelle. Pourquoi vouloir d'une chieuse pareille quand on pourrait... Ne pas en vouloir !
Bon, c'est confus. Grant change de camp visiblement. Faut dire que tout est assez troublant là. Je pensais que c'était sa copine, mais finalement pas du tout. Et comme il m'appelle Chérie et que j'arrive au mauvais moment et... J'espère qu'elle va pas me faire une crise de jalousie pour ça, sérieusement, je suis pas en état d'assumer ses conneries.

Oh, j'arrive au mauvais moment. Bah désolée, hein... J'ai essayé de te joindre mais ta ligne était occupée... Je lui montrerais bien mon majeur, mais mes côtes commencent à me faire souffrir, et je retiens avec peine un gémissement de douleur quand une pointe me vrille le flanc. Putain...

Tout a l'air... Effroyablement banale avec Grant. Pas comme si on s'était quittés plus ou moins en mauvais terme. Faut dire aussi que j'ai pas vraiment la tête à... Lui tenir tête. Et en parlant de tête, la mienne se met à me tourner et je suis contrainte de m'adosser comme je le peux au chambranle de la porte pour tenir le coup. Mon fusil se baisse à cause du vertige, et Faye et Grant peuvent bien se tirer dessus que ça me dérangerait probablement pas, parce que je sens que je vais retourner de l'oeil. Comme si mes tripes se trouvaient absorber soudainement... Bon, je lui enfoncerais mon canon dans la gorge quand ça ira un peu mieux hein, elle m'en voudra pas je pense. Ma paume presse ma plaie, et quand je la décolle à peine, c'est pour voir qu'elle s'est encore ouverte.

Merde.

Je suis grossière, mais ça ne va pas les choquer. J'aurais mieux fait de les laisser s'entretuer et rester couché.

Réglez vos histoires de couple en silence, merci.

L'ordre passe, et il est ferme. Je lance un regard à Grant, je suis toujours un peu paumée faut l'admettre, j'essaie de comprendre, mais ma fièvre est pas d'accord pour l'instant. On verra plus tard.



Don't let me down
I think I'm losing my mind now. It's in my head, darling I hope that you'll be here, when I need you the most, so don't let me down ©alas.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
WALKING WITH THE DEADS

MessageSujet: Re: La belle, l'embrouille et la bête.   Sam 9 Juil 2016 - 13:43

Mais pour QUI elle se prend ?! Et QUI est elle ?! Non mais c'est une véritable foire aujourd'hui, ou quoi ? Y a marqué " foire aux glandus " sur la porte de ma piaule ? J'suis référencée comme open bar sur google map ?! Ils me font chier. Et c'est pas bon signe ça. Quand elle me menace de m'enfoncer le fusil, je sens que j'vais exploser. J'ouvre grand les yeux et j'tremble même un peu, c'est pour vous dire comme je suis furieuse.

" NON MAIS.. MAIS !! MAIS C'EST QUOI TON PROBLÈME LÀ ?! Tu vas pas venir me faire chier sinon tu vas voir à quoi tu vas aller dire bonjour toi ! Ca va pas t'plaire j'te le dis !

Totalement outrée, j'en suis presque à miauler le nom de Grant pour qu'il appuie mes propos. Il faut dégager cette folle avant qu'elle ne se mette en tête de nous tirer dessus. Ensuite on pourra régler nos problèmes. Mais ça, c'était sans compter sur ce que je n'savais pas. Grant hurle un prénom en la regardant et.. ET PUTAIN. Il la connaît ! Grant ramène ses minettes chez moi maintenant ? C'est quoi le délire ?!

Mais je ne suis pas au bout de mes surprises. Grant, que j'espérais avec moi, me pointe son arme sur la tronche. Merde. Y a deux fusils contre moi et.. mes chances de gagner sont minces. Beaucoup trop mince.. J'vais devoir fuir. Et je ne sais pas comment.

Traître !

Bien sûr que j'ose. Il me trahit, après tout. Oui j'lui ai volé ses affaires, mais j'l'ai pas tué. J'aurais pu ! Il veut que je lâche mon flingue ? Ca jamais. C'est peut être ma dernière assurance de ne pas terminer en charpie. Je recule lentement, dans l'espoir d'atteindre quelque chose pour me mettre à couvert. Comme si un vieux divan pouvait arrêter des tirs de calibre 12.

Une solution s'offre peut être à moi. La folle flanche. Elle est blessée, elle ne tient plus sur ses jambes, et son fusil n'est pas sûr. C'est ma chance.. je vais la saisir. Je plisse les yeux et je souris en coin. Le flingue braqué sur elle, je pose le doigt sur la détente.

En COUPLE ? Avec LUI ? PLUS JAMAIS !

Mais malheureusement.. Grant qui était occupé à la soutenir en s'inquiétant pour elle me voit faire. Et la réponse est immédiate. Il tire. Dans MA direction ! MAIS IL EST FOU ?! C'est un réflexe qui me sauve la vie. Je plonge derrière le divan et la gerbe de chevrotine termine dans le mur, laissant plein de petits trous qui auraient dû en fait un très gros dans mon ventre. Le choc contre le sol fait mal mais.. au moins je suis en vie.


ENFOIRÉ !!

Je l'entends crier le nom de cette conne, et la traîner vers l'extérieur. Je relève la tête mais un deuxième coup de feu me fait me recroqueviller sur moi-même. Merde.. J'fais vraiment que des conneries. Je ne sais plus ce que je dois faire. Gueuler pour demander une trêve ? Répliquer aux coup de feu ? Les laisser se barrer ? Ils sont hors de ma piaule maintenant, et j'les entends encore marmonner des conneries..

Comme un rat patient qui s'dit que le danger est sûrement passé, je sors encore la tête. J'me fais pas tirer dessus, du coup.. j'avance à quatre pattes, direction le mur, silencieuse au possible. J'ai vraiment l'air conne là. Du coup je marmonne..


Fait chier fait chier.. ! "
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
WALKING WITH THE DEADS

MessageSujet: Re: La belle, l'embrouille et la bête.   Aujourd'hui à 3:26

Revenir en haut Aller en bas
 

La belle, l'embrouille et la bête.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 3Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant

 Sujets similaires

-
» Une belle bande de bouffons ?
» BELLE TAPISSERIE
» Une très belle peinture
» En cette belle et longue nuit sans sommeil... (PV Araya)
» Belle étalon cherche femme...xD

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Walking Dead RPG :: Archives RP :: RP Terminés-