Partagez | .
 

 La rencontre des anges

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
Auteur
Message
Abigail Breckenridge
Bras Droit | Messiah
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 11/05/2016
Messages : 294
Age IRL : 22

MessageSujet: Re: La rencontre des anges   Lun 25 Juil 2016 - 13:08

Abigail tournait en rond. Elle évitait du mieux qu'elle pouvait de poser son regard sur la fille afin d'éviter de sentir la colère lui remonter à nouveau dans les veines. Les dents serrées, elle observait les alentours, afin de prévenir d'une attaque quelconque de morts ou de ceux qui pouvaient accompagner la fille. Surveiller. Ne plus s'en mêler. Rester calme. Respirer. Serrer les poings et se taire.

Et puis soudain, elle se rendit compte qu'elle n'avait pas regardé derrière elles depuis quelques minutes. Les cris avaient très bien pu attirer les morts des alentours. C'est lorsqu'elle se retourna enfin qu'elle grimaça devant le tableau qui se profilait. « Et merde. » marmonna la jeune femme, morose. Une petite dizaine de rôdeurs s'étaient approchés.

« On finira de causer plus tard. » lança-t-elle à Selene et la fille. Elles devaient au plus vite s'éloigner. Déjà parce que le nombre de rôdeurs étaient risqués, d'autant plus si elles devaient surveiller leur prisonnière. Pour le moment, la fille n'avait pas prononcé un seul mot et il était hors de question de la laisser repartir sans savoir comment elle avait pu avoir leur adresse.

Abigail attrapa le bras de la fille, ferme mais sans lui faire mal. « Tu ferai mieux de venir avec nous. » lui dit-elle en l’entraînant vers la voiture. Elle laisserait Selene conduire, tout simplement parce qu'elle n'avait pas de permis et qu'elle n'avait jamais appris à se servir d'une voiture. Elle pensa alors au fait qu'elle devrait apprendre, un jour, ça pourrait lui être utile. Le chien les suivit, il continuait de grogner, sur la défensive, mais Abi pensa qu'il savait que, pour le coup, elle n'allait pas faire de mal à sa maîtresse et qu'elle souhaitait juste la mettre à l'abri pour ne pas la perdre.

La fille et Abi montèrent à l'arrière. « Tiens ton chien tranquille. » déclara la blonde sans même jeter un regard à l'animal qui s'était installé entre les deux jeunes femmes. A vrai dire, elle n'avait jamais été très rassurée en présence de chien. Ce n'est pas qu'elle ne les aimait pas. Mais elle s'en méfiait. Alors elle tenait fermement la machette, prête à lui asséner un coup s'il bougeait une oreille.

En quelques secondes, elles étaient montées dans la voiture,Selene avait verrouillé les portes et démarré le moteur. Elles devaient trouver un endroit plus tranquille pour régler cette histoire et tant pis pour la récolte du jour. Le regard de Selene croisa celui d'Abigail dans le rétroviseur. Elle semblait avoir comprit le message de sa congénère: elles devaient faire attention. Elles savaient de quel massacre elles étaient capables ensemble, à quel point leur colère et leur violence pouvaient être exacerbées. L'une était la poudre, l'autre était la flamme. Un moindre geste, une moindre parole pouvait déclencher l'explosion. Si elles savaient déclencher leur folie meurtrière, elles devaient pouvoir aussi la calmer et l'apaiser. Elles le devaient.

Selene avait semé les morts et elle s'arrêta au niveau de Smith Lake. L'eau devrait pouvoir limité les risques d'attaques de morts et la vue était assez dégagée en cas d'attaque de vivants. Le silence s'était imposé. La tension était palpable. Abigail ouvrit la portière et sortit après que Selene ait déverrouillé sa porte. A son avis, elles ne devaient pas rester enfermées. En cas d'attaque du chien, il serait difficile de se défendre. Elle fit alors un signe de tête à la fille de sortir. Le chien descendit le premier du véhicule, suivit de près par sa maîtresse. Abi claqua la portière et avant que la fille n'aille bien loin, elle la stoppa.

« Ok, on va pas jouer pendant des heures, d'accord ? On reprend la conversation là où on l'avait laissé. T'étais sur le point de nous dire comment t'avais eu cette adresse ? » Et elle planta son regard glacé dans celui de la jeune femme. Elle devait leur dire. Elle voulait la supplier de leur dire, de les laisser en paix, qu'ils avaient assez souffert. Un mélange de colère et de désespoir. Et elle sentait la fureur, elle sentait sa dernière chance lui brûler les doigts, les démanger les poings et lui serrer la tête. Elle ne devait pas flancher, mais la violence, le déchaînement grattait comme un animal en cage dans son âme.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Charlie Bushbury
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 31/10/2015
Messages : 189
Age IRL : 22

MessageSujet: Re: La rencontre des anges   Jeu 28 Juil 2016 - 12:54

Alors que j’étais immobilisée, Gary grondait férocement, prêt à passer à l’attaque lorsque je lui demanderais. Toutefois, l’une des femmes, celle qui ne me tenait pas, conseilla à l’autre de s’éloigner avant que mon chien ne l’attaque. La femme expliqua alors que c’était leur maison que je cherchais. Je me demandais si c’était les femmes qui vivaient avec Robert. Je savais qu’il n’était pas seul, c’est pour cela qu’il n’était pas resté avec moi, mais ce n’était pas peut-être qu’un subterfuge et un mensonge. Elle me raconta ensuite que la dernière fois que des gens étaient venus, ils avaient tué l’un des leurs et étaient tous morts. Mais peut-être me mentait-elle… Peut-être était-ce eux les méchants dans l’histoire et peut-être que Bobby avait été tué. Je blêmis fortement, mais la femme avait dit « l’une » et pas « l’un », cela exemptait alors Robert, probablement.

Me mentait-elle ? Il n’y avait pas grand intérêt pour elle de me mentir, j’étais seule et sans de défense. Je n’étais pas un grand danger. La femme me menaça alors : si je ne parlais pas rapidement pour dire qui m’avait annoncée l’endroit et les raisons pour lesquelles je me trouvais ici, j’allais mourir ici.

Je savais que j’allais mourir quoi qu’il puisse arriver, mais je ne pouvais pas trahir mon ami de cette façon alors que Robert m’avait aidée de bien des façons. Abigail me prit alors par le bras, fermement, pour que je les suive. Je regardais derrière moi. Des monstres se rapprochaient. Entre deux maux, j’aurais toutefois préférer choisir les monstres. Au moins, il suffisait de les tuer et on était tranquille. Ce n’était pas la même chose avec des humaines pleine de vie. Gary nous suivit de près, montrant toujours les crocs.

- Lâche-moi, il se calmera, annonçais-je à la fille qui me demandait de calmer mon chien, alors que nous montions dans une voiture.

Ce n’était pas la première fois que je montais dans une voiture de deux personnes inconnues, pensais-je en repensant à Jon et Reese. Toutefois, les deux filles semblaient beaucoup plus dangereuses et je n’étais pas rassurée à l’idée de les suivre, par la contrainte.

- Je vous en ai déjà dit bien assez, dis-je enfin, assez folle pour tenter de ne pas avoir peur de la mort. Je ne veux pas lui causer une mort, si je suis ici, c’est seulement pour ramener cette personne avec moi, j’ai besoin de son aide… Soupirais-je encore.

J’avais l’impression de me planter mon propre couteau. J’étais en train de mettre fin à ma vie, étais-je donc suicidaire ? Les deux femmes ne pouvaient-elles pas comprendre que leur dire pouvait mettre un terme à la vie de Robert ? Je devais faire un choix entre ma vie et la sienne. La sienne passait avant moi, il était mille fois meilleur que toutes les personnes que je n’avais jamais rencontré.
Revenir en haut Aller en bas
Selene Sweetnam
leader | Messiah
Modérateur
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 07/11/2015
Messages : 1262
Age IRL : 26

MessageSujet: Re: La rencontre des anges   Jeu 28 Juil 2016 - 19:09

« Ça fait chier », c’était à peu près la phrase qui tournait en boucle dans l’encéphale malade de Selene. Ça faisait chier d’être tombée sur cette inconnue, chier qu’elle ait l’adresse du chalet, chier que les rôdeurs s’invitent pour interrompre leur discussion… et les grognements du berger allemand lui tapaient sur le système. Elles n’avaient pas le choix, il fallait emmener cette fille, hors de question de la laisser se balader avec les coordonnées du refuge en poche. Pourtant, ça ne lui plaisait pas : dans l’espace exiguë du Four Runner, l’autre pourrait toujours lâcher son molosse, s’en prendre à l’irlandaise, voire les deux. Dans un certain sens, elles étaient à armes égales, alors la musicienne ferait mieux de ne pas la sous-estimer.

Nerveuse, elle avait roulé jusqu’au Smith Lake, plus par instinct qu’autre chose. Ses yeux bleus ne cessaient de sauter vers les rétroviseurs, pour s’assurer qu’elle semait les monstres et surveiller l’inconnue. Elle n’avait pas l’air mauvaise, vraiment pas. Inutile de la connaître plus pour savoir que ce serait typiquement le genre de femme duquel s’entichait régulièrement Bobby. Mais encore une fois, les souvenirs sanglants rappelaient la pianiste à l’ordre. Elle ne pouvait pas se montrer trop tendre, ni négligeante. Pas quand la vie des siens étaient en jeu.

Une fois la voiture arrêtée, Selene laissa Abigail rappeler leur « invité » au thème du jour. Il fallait d’abord qu’elle fasse taire la voix glacée dans sa tête et cesser les tremblements maladifs de ses mains. Ce serait bien plus simple de la tuer, la dépouiller, et déserter les lieux, mais… si son intuition était juste, c’était bien le géant qui l’avait conviée. Pour lui, l’étudiante était prête à se montrer un peu plus magnanime. Un peu. Quand elle descendit du véhicule, ce fut pour entendre leur aînée tenir tête. Celle-ci ne voulait rien dire mais comptait embarquer un membre de leur communauté, la bonne blague.

L’arbalète en main, la musicienne s’approcha du trio, ses yeux aussi illisibles que des glaciers, l’expression fermé. Il y avait un peu de vent ici, sans doute fuyait-il les montagnes qui se découpaient à l’horizon. Il faisait danser ses cheveux châtain qu’elle rejeta en arrière pour dégager son visage ivoirin. Sans un mot, elle adressa à sa complice un regard qui voulait dire « sors ton flingue si tu en as emporté un », avant de préciser laconiquement :

- Qui que tu cherches, il ne risque rien. C’est toi qui va mourir pour pas grand-chose si tu continues comme ça.

Cette fois, un sourire sans joie étira ses lèvres pâles. Lasse, Selene se pinça l’arête du nez et se mit en position de tir. Ce n’était pas la femme qu’elle verrouilla dans son viseur, mais le chien, toujours prompt à la défendre. Elle était à trois ou quatre mètres. Impossible de le rater, mais ça la ferait chier putain ! Elle ne pouvait pas juste parler pour qu’elles puissent aller de l’avant ?

- Tu crois que tu vas pouvoir débarquer chez nous, réquisitionner un membre de notre communauté et l’emmener avec toi pour je ne sais quelle raison ? Elle baissa la pointe de son carreau, cessant de faire comme si elle allait empaler le berger allemand, tu rêves. Tu n’as aucune idée d’à qui tu as affaire.

Nouveau coup d’œil complice vers la blonde. La pianiste le savait : dans ce genre de moment, elles étaient étonnement connectées. Depuis Costco et leur massacre. Unies par le même saut dans les bras froids de la folie. Deux meurtrières, deux anges damnés, depuis bien longtemps…

- Si tu nous expliques qui t’a donné notre adresse et pourquoi tu as besoin de lui, je te promets de réfléchir à ce qu’on peut faire pour toi. Mais si tu t’obstines à ne pas parler, ton chien meurt. Et toi ensuite. Et qui que tu sois en train de chercher, il ne saura jamais que tu es venue dans le coin, Selene haussa les épaules, feignant un air blasé, à toi de choisir.

Le pire dans tout ça, c’était qu’elle était sincère. Cette femme n’avait qu’à lui donner des informations pour qu’elle consente à envisager une autre solution qu’un bain de sang. Qu’elle parle. C’était l’issue la plus raisonnable, parce qu’elle ne flancherait pas ; et elle ne la laisserait pas partir. L’inconnue avait intérêt à se décider vite d'ailleurs, car de mémoire, Abigail était encore moins patiente qu’elle : des taches d’hémoglobine sur le sol de leur atelier pouvaient encore en témoigner.


HRP:
 


Go back and forward, but all is melting like the snow ♪ Taking all from us, all we thought was left to know ♪ On what we treasure falls a dusty snow ♪ taking us backwards, but where we will never know.
Revenir en haut Aller en bas
Charlie Bushbury
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 31/10/2015
Messages : 189
Age IRL : 22

MessageSujet: Re: La rencontre des anges   Sam 6 Aoû 2016 - 22:42

La femme me dit que quel que soit la personne que je cherchais, elle ne risquait rien. Cela n’était évidemment pas valable pour moi. Je ne savais que faire. Je n’avais pas envie de dénoncer Robert, mais je n’avais pas envie de mourir non plus. Soudain, la femme pointa son arme sur mon chien. Le rouge monta à mes joues, la colère m’envahissait. Je souhaitais lui faire mal. Je ne voulais même pas qu’elle envisage de tirer sur Gary.

Elle m’expliqua ensuite qu’elle tuerait d’abord mon chien, puis ensuite qu’elle me tuerait. Qu’elle me tue si ça la chante, mais pas Gary ! Non, pas mon chien, le seul être vivant qui me rattachait à William. Elle m’indiqua ensuite clairement que je ne savais rien d’eux.

- Justement, c’est bien ça le souci. Je ne vous connais pas et je ne sais pas de quel groupe vous venez, dis-je encore, avec l’énergie du désespoir. Si vous ne faites pas parti de son groupe, je donnerais des informations aux mauvaises personnes. Je ne peux pas risquer sa vie.

J’avais envie de leur crier que je ne voulais pas non plus sacrifier ni la vie de Gary ni la mienne, mais j’étais prête à sacrifier la mienne si cela pouvait « sauver » Robert. Peut-être qu’il s’agissait des personnes avec qui se trouvaient Robert, je n’en savais strictement rien. Il ne m’avait pas donné de photos d’elle, procédé qui n’existait plus vraiment. Je ne les connaissais pas suffisamment pour savoir si elles étaient avec Robert. Si les jeunes filles n’étaient pas avec lui, j’étais en train de le sacrifier.

J’étais en pleine hésitation, cherchant à savoir si je devais leur dire ou non. La femme avait les mains sur son arme et semblait « sérieuse ». J’étais sûre qu’elle serait prête à tirer s’il le fallait. Je ne savais pas quoi faire. Devais-je dire ou non la vérité ? J’avais envie de récupérer mes armes avant de pouvoir leur dévoiler quelque chose.

- J’ai peur que cela joue contre lui si je vous dévoile son identité. Comment pourrais-je savoir s’il ne lui arrivera rien de fâcheux si je vous dis son nom ? Demandais-je.

Je savais que je jouais à la « maligne ». Poser mes « conditions » n’était pas du tout une bonne idée, mais je n’avais pas tellement le chien.

- Menacer mon chien, par contre, ça ne va pas du tout me donner envie de vous dire quoi que ce soit. Lâche ton arme, indiquais-je en essayant de garder mon calme.

Qu’elle touche à mon chien et cette chienne allait mourir.
Revenir en haut Aller en bas
Abigail Breckenridge
Bras Droit | Messiah
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 11/05/2016
Messages : 294
Age IRL : 22

MessageSujet: Re: La rencontre des anges   Lun 22 Aoû 2016 - 15:32

Abigail leva les yeux au ciel. Cette petite peste commençait sérieusement à l'agacer. C'était qui avait l'adresse de chez eux et elle faisait encore des manières ? Si elle avait dit le prénom de la personne qui lui avait donné ce putain de morceau de papier, peut-être qu'elles auraient risqué l'amener au chalet, les yeux bandés. Peut-être qu'elles auraient pu faire passer le message à cette fameuse personne. Au lieu de ça, elle continuait à parler et Abigail s'impatientait. Elle baissa son arme et soupira bruyamment.

« Ok, laisse tomber. » dit-elle à Selene avec une moue agacée. « Je sais pas qui t'a donné cette adresse -reprit la jeune femme en se tournant de nouveau vers l'inconnue- mais quoi qu'il en soit, on va la garder. Tu n'as pas intérêt à t'y rendre ou tu risques d'avoir un comité d'accueil très peu convivial. » Elle haussa les sourcils, comme pour lire dans les yeux de cette dernière si elle avait bien compris qu'elle ne pense même plus à mettre les pieds au chalet.

Puis avec un signe de tête, elle invita Selene à remonter dans la voiture. Cette cruche avait voulu jouer, et bien elle avait perdu. Selene prit la place du conducteur, comme à son habitude et Abi s'installa du côté passager. L'inconnue les questionna du regard. « On a pas l'temps pour tes conneries. » répondit Abigail à son regard interrogateur. Elles allaient partir et la laisser là. Mais pas aussi facilement. Non, l'étrangère devait comprendre qu'elles ne rigolaient pas, qu'elles ne jouaient pas, elles. Que cette fille n'avait pas intérêt à se pointer au chalet où elle la tuerait sans scrupules. Définitivement. Abigail jeta un regard à Selene qui comprit presque immédiatement l'intention de la blonde et acquiesça en démarrant le véhicule.

La blonde passa de nouveau la tête par la fenêtre, observant un court instant la fille qui semblait soudain perdue. « On va te laisser ici. On est sympa, on t'a pas touché et on a pas touché à ton chien. Ce qui, en soit, m'aurait vraiment fait plaisir. J'aime pas les chiens. » Elle haussa légèrement les épaules avant de lui sourire légèrement. « N'oublie pas : pas de chalet. » ajouta Abi avant de tendre le bras et d'appuyer sur le klaxon. Le bruit résonna dans le silence du monde. Elle appuya encore et encore et encore jusqu'à apercevoir une première tête décharnée qui s'avançait vers le petit groupe. Abigail rentra la tête dans l'habitacle et Selene démarra. Elle appuya une dernière fois sur le klaxon, pendant que l'Irlandaise faisait un signe d'au revoir de la main à travers la fenêtre. Si cette fois cette garce n'avait pas compris qu'elle n'était pas la bienvenue, elles ne pouvaient plus rien faire pour elle.

Les morts se faisaient de plus en plus nombreux. Si elle est assez intelligente, elle se jetterait dans l'eau qui les ralentit pour gagner du temps. Mais ce n'était plus son problème... Bonne chance Charlie.



 
bloody creature poster girl
The night is when, the ghosts all come out. Playing with my head, spin it all around. This room is like a prison cell, I'm all by myself. I'm waiting for my friend to come and break me out.
Revenir en haut Aller en bas
Selene Sweetnam
leader | Messiah
Modérateur
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 07/11/2015
Messages : 1262
Age IRL : 26

MessageSujet: Re: La rencontre des anges   Lun 22 Aoû 2016 - 17:13

Alors là… on pouvait dire que cette fille en avait une paire. Ce n’était pas très beau, mais il n’y avait pas vraiment d’autre moyen de décrire le courage de l’inconnue – ou son inconscience. En plus d’être têtue et de s’obstiner à ne pas vouloir nommer ses sources, elle ordonnait à la musicienne de baisser son arme. Comme si elle était en position de négocier. Selene rit doucement en soufflant par les narines, de la même façon que si on venait de lui raconter un calembour.

…Tu sais ce qu’il te reste à faire… n’hésite pas… n’hésite pas…


Son arbalète s’était relevée d’un coup, ses gestes guidés par « l’autre » ; cette voix meurtrière dans l’enceinte de son crâne. La femme ou le chien d’abord ? Choix difficile, surtout sachant qu’à partir du moment où elle en aurait abattu un, l’autre se défendrait très certainement sauvagement. Bon. Après tout, elle lui avait fait une annonce plus tôt : elle regarderait son animal mourir avant de le suivre. Revenir sur ses dires, ce n’était pas bien. La pianiste pointa le carreau vers le berger allemand quand Abigail lui soupira de laisser tomber.

Elle s’était figée. Non. Elle ne voulait pas laisser tomber. Si cette fille était avec un groupe ? Si elle trouvait le chalet ? Si… Selene tremblait légèrement désormais, en proie à un véritable conflit intérieur. Il y avait son poison qui murmurait encore, et encore, de tuer l’inconnue. Mais quand son index voulait presser la gâchette, d’autres visages s’imposaient à son esprit. Gabriel d’abord, si gentil, si intègre, qui refusait de se laisser effrayer par la noirceur qui la rongeait. Et puis… Flann. Cette amie si particulière. Comment aurait-elle réagi en apprenant que l’étudiante qu’elle avait connu se transformait en criminel qui abattait les étrangers de sang froid ?

La vérité, c’était que cette femme avait l’air… de ce qu’elle était. Une paumée avec son chien. Et au fond, la musicienne n’avait pas envie de se salir les mains ; pas aujourd’hui. Suivant l’invitation de l’irlandaise, elle recula jusqu’à la voiture sans lâcher son arme et s’installa à la place du conducteur. Dans tous les cas, elle espérait qu’ils soient bientôt partis du chalet, alors… même si un autre groupe qui leur voulait du mal rôdait dans la région, il y avait une chance qu’ils soient loin avant que leur planque soit découverte.

Mais n’empêche, est-ce qu’elle faisait le bon choix ? Encore, ça la taraudait. Ça la hantait, même. Elle était un loup qui gardait des agneaux, elle en avait conscience, mais est-ce que cela signifiait de mordre ses proies à la jugulaire à chaque fois ? Ses yeux bleus croisèrent les orbes clairs d’Abigail et comme souvent, elle comprit sans qu’aucune parole ne soit échangée. Un juste milieu. Elles ne la laissaient pas en vie : elles lui « laissaient une chance » de rester en vie. Nuance. Alors que la blonde pressait le klaxon, Selene scrutait l’horizon, attendant de voir quand les premières silhouettes putréfiées se présenteraient.

- T’avais juste à nous dire qui t’as filé le plan…, dit-elle avec une moue déçu en mettant le contact.

Dernier rugissement sonore et elle mit le Four Runner en marche, soulevant un nuage de poussière. Les morts étaient déjà en bonne marche, nombreux et – comme toujours – affamés. L’inconnue avait une bonne dizaine de minute d’avance, peut-être quinze, mais dans la mesure où les charognes pouvaient affluer de tous les côtés, elle avait intérêt à bien choisir son plan de retraite. Au revoir. Adieu ?

***

Ça faisait un moment que le lac et l’étrangère avaient disparu dans le rétroviseur. La pianiste se torturait toujours les méninges. Elle aimait à se dire que ça avait été la décision la plus « sage », la moins extrême. Une partie d’elle espérait que ça avait suffi et que cette femme soit morte déchiquetée, mais une autre, plus discrète, espérait qu’elle soit en vie. Quelque part ; et qu’elle se contente de ne pas chercher à les retrouver. En tout cas : inutile d’en parler aux autres. Or de question d’affronter leurs interrogations, leurs regards de jugements, leurs suggestions, ou même leurs craintes. L’épisode était clos, cette brunette n’avait jamais existé.

- Avant de rentrer, faudrait qu’on trouve au moins de quoi rentabiliser l’essence qu’on a perdu pour cette fille, pensa subitement Selene à haute voix.

Oui… ça, ça lui changerait les idées. Retourner à leurs expéditions classiques, sans vivants, sans même beaucoup de morts, et rentrer avec des vivres ou des bricoles que Bobby sauraient bricoler. Il fallait au moins ça, pour lui rendre le sourire qu’elle avait en arrivant à Bell Hill.


Go back and forward, but all is melting like the snow ♪ Taking all from us, all we thought was left to know ♪ On what we treasure falls a dusty snow ♪ taking us backwards, but where we will never know.
Revenir en haut Aller en bas
Charlie Bushbury
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 31/10/2015
Messages : 189
Age IRL : 22

MessageSujet: Re: La rencontre des anges   Jeu 25 Aoû 2016 - 16:50

Je n’avais pas réussi à convaincre les deux filles de mon « honnêteté ». Du moins, je n’étais pas parvenu à le faire prendre conscience que je n’étais pas un danger pour elle, loin de là. La plus jeune des deux me prévint de ne pas me rendre au chalet. Elle avait gardé l’adresse pour ne pas prendre le risque que je la perde et que celle-ci tombe sur des mains indésirables. Mes lèvres étaient fermées, ne sachant trop que faire. Je n’avais pas réussi à trouver Bobby, comme je l’avais souhaité et j’allais encore me retrouver seule, pendant un très long moment et peut-être même toute ma vie.

Puis, alors que les deux filles montèrent dans leur voiture et après un second avertissement, la plus jeune klaxonna. La connasse, pensais-je. Elle allait rameuter des mordeurs. Elle voulait que j’y passe, je ne voyais que cette solution. Je repris mon fusil que les femmes avaient laissé là avant de partir rapidement, me laissant peut-être une chance de m’en sortir – très infime, certes. Je fus tentée de leur crever un pneu, mais la voiture s’éloignait déjà et je ne voulais pas gâcher mes très maigres munitions.

Un lac se trouvait juste à côté, les monstres commençaient déjà à affluer. Je regardais de tout côté. Je ne pouvais pas aller vers la forêt, je me ferais manger en un rien de temps et ce n’est pas du tout ce que je souhaitais. Le lac était ma seule roue de secours, le seul moyen pour que je puisse m’en sortir, assurément. Je pouvais le faire, je devais le faire. L’eau ne devait pas être trop froide en cette période de l’année, mais elle ne serait peut-être pas très chaude. Le lac ne semblait pas très grand et même si je n’étais pas une excellente nageuse, je pourrais le traverser, peut-être. Je n’avais pas le choix. C’était le seul moyen pour espérer survivre.

Sans plus réfléchir, j’attachais fortement mon sac autour de moi. Il n’était pas très lourd, il ne me ferait pas couler, mais ce sera toujours un poids à trainer. Alors, je sautais dans l’eau, aussi loin que je pouvais sans me blesser. L’eau était beaucoup plus froide que je ne le pensais, me coupant la circulation. J’allais mourir si je continuais trop longtemps. Sans faire plus de bruit, je longeais à bonne distance la rive du lac, ne pouvant pas m’amuser à le traverser (et n’étant pas rassurer par ce qui pouvait se trouver sous l’eau). J’échappais au monstre comme je le pouvais.

Je retournais vers Seattle, je trouverais peut-être des réponses à mes questions : où se trouvait Will ? Que faisait-il ? Avec qui était-il ? Mais il me faudrait y répondre seule à présent, ne pouvant compter sur personne.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
WALKING WITH THE DEADS

MessageSujet: Re: La rencontre des anges   Aujourd'hui à 19:35

Revenir en haut Aller en bas
 

La rencontre des anges

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

 Sujets similaires

-
» ANGÉLIQUE___ «Marquise des Anges »[5%]
» Préambule du Chapitre trois : « Anges et Démons »
» Les anges pleurent la fin du Monde...
» Anges et Démons
» Les anges du chaos [COMPLET]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Walking Dead RPG :: Archives RP :: RP Terminés-