Partagez | .
 

 Please, hear my call for help...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3
Auteur
Message
Rosaleen A. Glanmor
Modératrice
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 07/12/2015
Messages : 507
Age IRL : 24

MessageSujet: Re: Please, hear my call for help...   Jeu 1 Sep 2016 - 22:18


''Please, hear my call for help..."
ft. Ayden




La galloise n'avait pas bronché quand Ayden lui avait pris la main, la serrant un peu trop fort. Elle s'était contenté de le regarder, attendant une quelconque réponse de sa part, une réaction, n'importe laquelle... Et il avait compris. Bien sûr. Il n'était pas idiot, comment avait-elle pu penser qu'il se contenterait de ces simples explications ? Rosaleen le regarda signer, la mâchoire serrée pour ne pas se laisser emporter par ces souvenirs qui l'écrasaient à chaque seconde un peu plus, anéantissant peu à peu toutes les traces de ce qu'elle était auparavant.

Une fois qu'il eut terminé elle baissa la tête, se mordant l'intérieur de la lèvre inférieure comme pour chercher ses mots, peser le pour et le contre. Elle devait lui en parler, parce-que tant qu'elle ne l'aurait pas fait, elle ne pourrait pas envisager la possibilité d'avancer. Haussant les épaules, elle sourit une nouvelle fois ; un sourire mécanique, faux, vide de toute joie.

Je ne suis pas certaine qu'on pourra rendre ça plus facile à vivre.

Relevant le visage vers le français, elle lui adressa un regard à la fois désolé et plein de peine. Peut-être qu'une fois qu'elle lui aurait tout dit, il partirait, peut-être qu'il ne pourrait plus la regarder en face et préférerait reprendre le cours de sa vie. Cela faisait plusieurs semaines maintenant qu'il venait chaque jour, mettait un peu de couleur dans cette pièce si sombre, qu'il s'occupait d'elle... Elle lui en était déjà infiniment reconnaissante pour tout cela, alors s'il souhaitait partir et ne plus se retourner après ça, elle comprendrait. Tant qu'elle n'aurait pas à soutenir un regard plein de pitié, elle payerait n'importe quel prix.

Soupirant finalement, elle se recula légèrement, remontant contre elle ses jambes en les serrant un peu, comme elle le faisait désormais pour se sentir un peu plus en sécurité. Tous ces tocs qu'elle avait, se recroqueviller dans un coin quand quelqu'un entrait, prendre contre elle ses jambes, tout cela n'était que des symptômes post-traumatiques qui étaient devenus inconscient mais la rassuraient d'une certaine manière. Elle leva légèrement ses mains et les regarda, comme si une quelconque alternative y était cachée, mais la rousse savait pertinemment qu'il n'y en avait aucune : elle devait passer par là. Inspirant profondément elle ferma les yeux un instant et chercha ses mots. La cave froide, ces pommes qu'il lui apportait, cette promesse de douche et de linge propre... et tout le reste. Les tremblements la reprirent, un peu plus fortement qu'auparavant et elle eut l'impression tout à coup de manquer d'air. La boule qui pesait au fond de son ventre menaçait de faire monter les larmes à tout moment, et Rosaleen savait pertinemment qu'elle ne pourrait rien faire pour éviter cela.

Je... Il n'y en avait qu'un qui s'occupait de moi. Il m'avait apporté à mangé, à boire, même un livre... Et un jour, la veille de mon retour il... il m'a dit que je pouvais prendre une douche alors nous sommes montés.

Ses mains tremblaient de plus en plus. Regardant toujours le sol, elle ne put retenir un sanglot et plaqua rapidement une main sur ses lèvres pour ne pas laisser sortir cette plainte qu'elle étouffa difficilement. Les larmes avaient recommencé à couler mais elle n'y prêta pas attention. Elle devait aller jusqu'au bout, si elle ne le faisait pas là, elle ne le pourrait jamais.

Il... Il est venu et il m'a forcé à... Il m'a arraché ma pierre il m'a tout pris il m'a... « violée »

Ses mains s'étaient agitée de plus en plus vite. La galloise ne savait pas comment le dire, comment amener la chose, elle était complètement désemparée, à la merci de ses souvenirs. Et le dernier mot, celui qui avait tout brisé en elle, qui avait ôté tout ce qu'elle était, ne lui venait pas. L'avait-elle seulement appris en langage des signes ? Secouant la tête et les mains en même temps elle avait finalement fini par le murmurer, aussi rapidement que tout le reste. Et elle n'avait pu tenir plus longtemps, pleurant un peu plus fort en encerclant ses genoux de ses bras tout en y déposant son menton. Elle avait l'air d'une enfant qui ne supportait pas son entrée bien trop soudaine dans la dure réalité de la vie. La jeune femme qui pensait être libérée d'un poids après en avoir parlé se rendit compte qu'au final le vide en elle était toujours présent, les démons attendaient toujours là, tapis dans l'ombre. Et, par dessus tout, elle n'osait pas regarder Ayden, par peur de ce qu'elle verrait au fond de son regard.

copyright acidbrain


Revenir en haut Aller en bas
Ayden W. Forestier
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 02/11/2015
Messages : 201
Age IRL : 22

MessageSujet: Re: Please, hear my call for help...   Ven 16 Sep 2016 - 11:41

Le temps venait de se figer. Les bruits extérieurs n'existaient plus. Le monde ne tournait plus. D'un coup, Ayden voyait la vie en noir et blanc. Violer ? Le cœur de l'homme battait si vite qu'il était compliqué de pouvoir suivre son rythme. À contrario, sa respiration était terriblement lente en plus d'être profonde. Violer ? La gorge de l'artiste se retrouvait bloquée par une boule et l'estomac du bonhomme semblait être alourdi par un de ces fameux boulet en plomb de prisonnier dans les films. Violer ? C'est tout le corps du muet qui se mit a trembler, sa mâchoire se contracta et la colère se mit à réchauffer chaque pore de sa peau. Violer ? Ayden se leva et son regard océan fixait la fenêtre sans apercevoir le dehors.

Dans un geste automatique, le brun serra son poing gauche, si fort que les articulations blanchirent. Le sang cognait sans remords contre les tempes du français. Il réalisait à quel point la semaine de disparition de la rousse avait été un cauchemar. Un ange qu'on avait privé de son innocence... Le français aurait voulu crier, hurler sa colère et faire comprendre au monde entier à quel point il haïssait le responsable de ce calvaire. Comment osait-on s'en prendre ainsi aux gens sans défense ? Et puis Alex revint à la mémoire du brun. Elle avait dit avoir vu des silhouettes au loin, quand ils avaient retrouvé Rosaleen. S'agissait-il des ravisseurs ? Ils avaient dû déguerpir assez vite alors puisque lors de sa sortie avec Lex, ils n'avaient trouvé aucun indice montrant qu'ils étaient dans les alentours. Le français s'imaginait déjà discuter de tout ça avec la dresseur. Ce qui le bloqua finalement. Un coup d'oeil vers la galloise et il se mit à soupirer, toutes ses pensées négatives s'évaporant d'un coup. Non, il ne pourrait pas en parler à Lex. Ni même à Ian à qui il donnait quelques nouvelles, de temps en temps. Ni à personne. Il était le seul au courant de cet enfer et il ne comptait certainement pas mettre les autres au courant. Ce ne serait qu'ajouter un poids sur les épaules de la blessée.

Les yeux d'Ayden se fermèrent un instant puis il les rouvrit avant se retrouver le sol, près de son amie. Doucement il passe le bras autour de ses épaules, hésitant un instant afin de voir si elle acceptait ce contact. Il comprenait enfin l'ampleur de ses plaies mentales. Il comprenait ce besoin de se confiner, ce besoin de solitude. L'homme déglutit difficilement, toujours en colère mais il savait que l'important était de soutenir l'européenne. Faut dire, c'est tout ce qu'il pouvait faire, de toute façon. Retrouver les coupables ? S'il s'écoutait, il partirait dans l'instant pour se mettre à leur rechercher, quitte à parcourir tout le pays mais il fallait se rendre à l'évidence, trop de choses l'en empêchait. La première se trouvait entre ses bras, la seconde était de garde. Et puis c'était sans compter tous ses autres amis et le camp entier qu'il voulait protéger. Plus sérieusement encore, il n'allait pas demander à Rosaleen de lui décrire ses bourreaux, ce serait sans doute une torture mentale pour elle et l'illustrateur voulait lui éviter une douleur supplémentaire. D'autant que même avec le visage des cons en mémoire, il avait très peu de chance de les trouver, soit parce qu'ils pouvaient être morts, soit parce que lui-même pourrait mourir avant de les retrouver. Et surtout... Le pays étaient grand. Peu importait de toute façon, il n'irait pas risquer sa vie dehors sans données sûres.

Tendrement, il s'était mis à câliner la rousse, la tenant doucement contre sa poitrine. Si son coeur avait reprit une cadence normal, sa respiration elle, était toujours aussi lente. La colère laissait place au questionnement. Comment aider Rosie à s'en sortir ? Ce cauchemar n'aurait de fin que lorsqu'elle parviendrait à se relever mais elle ne semblait pas vouloir sortir la tête de l'eau, pire, elle faisait comprendre qu'elle préférait se noyer dans sa détresse. Ce moment était aussi particulièrement difficile à vivre pour le muet. Clairement, s'il était doté de paroles, il aurait pu lui transmettre une vague d'apaisement de par des mots d'encouragement chuchotés mais non, il n'en était incapable. La langue des signes était bien moins chaleureuse sauf si l'on prenait en compte le regard et le visage du pratiquant, hors, elle, ne le regardait plus, elle ne regardait plus personne. Aussi eut-il comme seul solution de prendre une feuille qui trainait là et le feutre dans sa poche pour communiquer.

- Je t'aiderai. Je serai toujours là pour toi, n'aie pas peur. Je suis ton ami, je ne t'abandonnerai pas. Je t'aiderai à aller mieux, même si tu le refuses. Je ne te laisserai pas dans cet état. Qu'importe le temps que ça me prendra. Tu comptes beaucoup trop, Rosie, pour que je te laisse sans rien faire.

L'artiste se mit à relire ses propos et une faible once d'égoïsme lui prit. C'est lui qui souhaitait l'aider à aller mieux mais si elle refusait, fallait-il qu'il force les choses. Et puis il se souvint du monde dans lequel il vivait. Plus rien n'était comme avant. Les morts revivaient, ils étaient parqués dans des salles de classes, dans un lycée qui était un camp militaire depuis l'épidémie. Non, il ne pouvait pas la laisser aller ainsi. Il fallait qu'elle s'en sorte, elle ne pouvait pas ressembler à un de ces malades qu'on croisait au dehors pendant les ravitaillements. Il passa alors le mot entre les doigts féminins et colla la joue contre les cheveux de feu de la belle. Elle s'en sortirait. Cela prendrait du temps mais elle finirait par s'en sortir.


You & I ? Why not ?
Revenir en haut Aller en bas
Rosaleen A. Glanmor
Modératrice
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 07/12/2015
Messages : 507
Age IRL : 24

MessageSujet: Re: Please, hear my call for help...   Ven 16 Sep 2016 - 17:55


''Please, hear my call for help..."
ft. Ayden




La bombe était lâchée. Elle avait tout raconté, même ce qu'elle aurait préféré garder pour elle à jamais. Le français savait maintenant ce qui était arrivé là-bas, ce qui l'avait détruite. Nul doute que l'état dans lequel elle était désormais, ainsi recroquevillée à pleurer bruyamment, devait lui faire parfaitement comprendre à quel point tout cela avait engendré en elle un néant sans issue apparente. Rosaleen ne voulait pas relever la tête, elle avait plus peur que jamais de croiser son regard ; qu'y verrait-elle ? De la pitié ? Du dégoût ? De la haine ? Qu'importe, elle n'était plus apte à affronter quoi que ce soit. Aussi, quand il se releva, la rousse se contenta d'enfouir un peu plus son visage dans ses genoux, les serrant encore contre elle comme si ça allait changer quoi que ce soit. Peut-être allait-il maintenant s'en aller pour de bon, laisser derrière lui ce fantôme plein de honte et d'angoisses qu'elle était devenue ; ce serait certainement la meilleure chose qu'il pouvait faire, pour lui. La Galloise n'avait aucunement envie de lui demander de rester, d'être là, parce-qu'elle n'avait l'intention d'infliger à personne sa descente aux enfers, si elle devait avancer seule, elle le ferait, bien qu'elle doutait fort d'y parvenir réellement.

Relevant doucement les yeux, elle crut voir à travers son flot de larmes que l'illustrateur serrait les poings, certainement mû par une colère difficilement contrôlable. Etait-il énervé contre elle ? Parce-qu'elle était partie ? Si tel était le cas elle comprendrait. Mais alors qu'il s'apprêtait à se rasseoir, la jeune femme rebaissa rapidement les yeux avant de les refermer. Elle n'arrivait plus à respirer correctement tant la douleur était pénible, lui oppressant la cage thoracique et l'estomac ; elle se sentait prise de nausées et cru un instant qu'elle allait s'effondrer, perdre connaissance. Ne serait-ce pas mieux que de continuer à endurer sans cesse cette souffrance ?

Se crispant machinalement quand le brun passa un bras autour de ses épaules, elle resta interdite un instant, la tête toujours dans ses genoux. Rosaleen ne pouvait plus réfléchir, ni supposer une quelconque issue mais, une nouvelle fois, le fait qu'Ayden ne soit pas parti la sortie de sa torpeur. Après quelques secondes, elle se laissa aller contre lui, déposant sa tête contre son torse en essayant de retenir ses gémissements plaintifs. Le cœur de l'homme qui battait relativement vite ralenti peu à peu et la rousse se concentra là-dessus pour essayer de se calmer un peu elle aussi. Il était là, elle n'était pas seule, plus maintenant. Fermant les yeux, des flots de larmes coulaient toujours sur ses joues mais le gros de l'effusion était passée, ce n'était que le trop plein, ce trop plein depuis trop longtemps contenu. D'une main elle serrait le tee-shirt de son ami, essayant de se rattacher à cette part de réalité pour ne pas sombrer.

Combien de minutes étaient déjà passées ? Elle ne le savait pas et n'en avait rien à faire, tout ce dont elle avait envie était oublier le monde, ses horreurs, et cet avenir incertain qui s'ouvrait sous ses pieds. Elle se contentait seulement de profiter de la présence du français, libérer un peu ce qui la tourmentait. Aussi, prise dans ses pensées, elle sursauta légèrement quand il glissa un papier entre ses doigts. Relevant légèrement le visage, elle posa ses yeux sur le mot d'un air un peu interdit. Un peu tremblotante, elle ne pu retenir quelques larmes supplémentaire en lisant les mots de l'illustrateur, émue par ce qu'il lui promettait. Serrant la feuille dans sa main sans se soucier des plis que cela provoquerait, elle se décontracta à nouveau un peu et reposa sa tête contre lui.

« Merci. »

Ce moment avait été soufflé tout doucement, si bien qu'il était presque inaudible ; nul doute cependant que le brun l'avait entendu. Attrapant à nouveau le tee-shirt de l'illustrateur entre les doigts de sa main libre, elle ferma les yeux, serrant toujours le papier dans l'autre comme si c'était quelque chose de précieux. Peut-être était-ce enfin quelque chose à quoi elle pourrait se raccrocher ? Oui, tout raconter à Ayden ne l'avait peut-être pas libérée de son poids, ça ne lui avait pas permis d'oublier ni même de faire comme si de rien n'était, mais une petite voix au fond d'elle lui soufflait que rien n'était détruit à jamais. Elle se raccrocherait à ce qu'elle avait, à ces mots sur le papier, pour ne pas oublier qu'elle n'était pas seule.

Ses larmes finirent par sécher, laissant sur ses joues des cillons qui ne faisaient que les creuser un peu plus, mais elle ne pleurait plus, respirant calmement. Elle s'étonna durant un court instant à se sentir un peu plus sereine, pas vraiment bien, mais pas non plus torturée comme à l'accoutumée, appréciant par ailleurs le silence apaisant qui régnait dans la pièce. Et, finalement, la Galloise avait finit par s'endormir, profitant pour une fois de cette chaleur qu'elle savait rassurante à côté d'elle et d'un sommeil sans rêves.

copyright acidbrain


Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
WALKING WITH THE DEADS

MessageSujet: Re: Please, hear my call for help...   Aujourd'hui à 2:52

Revenir en haut Aller en bas
 

Please, hear my call for help...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 3 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3

 Sujets similaires

-
» Lieutenant de Cacqueray : Hear the call
» (M) ○ oh, brother i will hear you call - free
» When everything goes wrong, call Superman.[with Chase Turner]
» Gamertag , Call of duty MW2 ( X360)
» Call of Chtulhu LCG

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Walking Dead RPG :: Archives RP :: RP Terminés-