Partagez | .
 

 The Real You

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
Auteur
Message
Abel Underwood
Modérateur
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 11/05/2016
Messages : 156
Age IRL : 26

MessageSujet: Re: The Real You   Sam 9 Juil 2016 - 16:31

Elle plaisanta, mais sa tentative de sourire fut un pitoyable échec. Ses lèvres s’étaient tendues, ou plutôt tordues, sans véritable conviction. Il comprit l’effort qu’essayait de faire Tamara, alors il ne dit rien pour ne pass lui brûler les ailes ; mais il était évidemment hors de question qu’elle prenne des risques à l’extérieur dans sa situation. Médicalement, une fausse couche n’était pas plus facile à gérer qu’une grossesse, et c’était sans compter le choc psychologique.

Toutefois, le cinquantenaire était heureux de savoir que la vision d’une « famille » ne la rebutait pas. A vrai dire, il l’imaginait un peu l’envoyer bouler, en lui disant que se ranger n’était pas son truc. On avait pu lui reconnaître des traits de louve dans sa ferveur à défendre les siens, sa liberté naturelle la penchait plutôt du côté félin. La voir se détendre un peu allégea le bloc de plomb toujours lourdement posé sur ses intestins. Il ne voulait pas la briser, alors si elle retrouvait la force de sourire… c’était un bon début.

La question de Victoria fut remise sur le tapis, son regard brun se brouilla un peu. C’était vrai que dans sa stagnation dans le passée, il n’était pas seul. Son comportement avait aussi figé sa fille, dans un entre-deux, une attente de la mère qui ne reviendrait pas. Ce serait délicat de lui apprendre à aller de l’avant. Même si la question n’était pas qu’elle appelle Tamara « maman », mais qu’elle comprenne – et accepte – qu’une autre femme puisse avoir une présence auprès de son père.

- Hum-hum, fit simplement l’agent d’un air pensif.

Les derniers aveux de l’amazone lui donnèrent un peu le vertige. Il était ravi et flatté, bien sûr, mais dans le même temps, il se demandait s’il méritait vraiment cette affection. Qu’avait-il fait sinon accepter la main qu’on lui tendait ? Il vivait dans un gouffre obscure jusqu’à ce que la lumière de la vendeuse vienne l’en chasser. Il avait redécouvert le monde, et les gens, grâce à ce qu’elle lui avait apporté. Abel eut une pensée pour tous ces gus qui, avant, payaient des séances de psy à 100$ de l’heure. Lui il avait eu mieux, il était revenu de son traumatisme, et avait en plus gagné une amie. Une petite amie, aussi ridicule que ce terme paraissait à son âge.

- Qui a dit qu’il s’agissait de deux personnes distinctes ? commenta-t-il en fixant intensément ses yeux, peut-être que tu joues la fille solitaire parce qu’au fond, s’attacher aux autres, c’est plus délicat. Ça fait peur. On est pas déçu quand on est seul.

Et on n’est pas blessé non plus. Parce que le cinquantenaire ne se vantait pas d’être un modèle de sagesse, mais il avait au moins compris une chose : le grand amour, ce n’était pas les papillons dans le ventre, les voyages à Venise et les déclarations passionnées sous un soleil couchant. Ce n’était même pas ces petits rien, comme regarder l’autre continuer de dormir paisiblement un dimanche matin, ou partager un chocolat chaud devant un film en hiver. Non. Le grand amour, c’était une plaie béante, impossible à soigner. C’était un leurre, parce qu’il ne se révélait que quand l’autre était parti… et depuis qu’il était seul, Abel n’était pas guéri, mais il ne s’était plus écorché.

- Mais ça me touche beaucoup que tu dises ça. J’espère que tu resteras encore longtemps dans mes bras dans ce cas.

Il se pencha pour oser déposer un baiser sur ses lèvres. Signe que rien ne changeait, ou plutôt si, que tout venait de changer. Ils n’étaient plus de simples amants brûlant que tout opposait qui communiaient régulièrement d’une étreinte de feu. Aujourd’hui, un lien invisible et indiciblement puissant venait de se créer. La douceur tendre était de mise. Il poussa un soupir avant d’ajouter :

- Quant à Victoria, je pense qu’on devrait lui en parler tous les deux. Dès qu’on sera sûrs je veux dire. Si jamais la solution la plus prudente est de t’avorter, alors…

Alors quoi ? Alors on oubliait tous ? Non… les mots ne pouvaient être repris, et le cinquantenaire voulait cette famille unie désormais, coûte que coûte. Lui, sa fille, Tamara. Quoi qu’il se passe désormais, elles passaient avant tout le reste. Tout le reste.


♪ Depuis la nuit des temps ne voyez-vous pas que les troupeaux meurent. ♪
Revenir en haut Aller en bas
Tamara C. Kroeger
Tam Capone
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 31/10/2015
Messages : 832
Age IRL : 22

MessageSujet: Re: The Real You   Lun 11 Juil 2016 - 15:30

Je ne savais pas vraiment si je devais aimer ou non cette discussion. Tout me paraissait si nouveau, si incompréhensible. Petit à petit, je retrouvais une consistance. Je n’avais plus de raison d’avoir peur, du moins pas dans l’immédiat. Abel avait décidé d’être un homme et de ne pas m’abandonner à mon sort. Je le regardais avec beaucoup de respect, c’était un homme intelligent et brillant. J’avais même l’impression qu’il pourrait égaler les plus grands sages que j’avais connus. Alors qu’une nouvelle fois, il parlait de moi, j’avais l’impression qu’il avait lu le livre de ma vie et l’avait appris par cœur.

Raconter des choses sur mon passé n’avait jamais été facile, mais avec Abel tout semblait si naturel. Il y a de ça quelques mois c’était tout juste si on s’adressait la parole et aujourd’hui, j’étais là dans ses bras, heureuse comme jamais. Les inquiétudes étaient balayées et mises sous le tapi. Du moins je ressentais une chose dans ce genre-là. Je me sentais fragile dans ses bras, j’étais un oisillon tombé du nid qu’il était en train de couver. J’étais importante pour une personne de plus et non pas juste une connaissance. C’était un miracle sans pareil pour moi qui était si sélectif par le passé.

- Je l’ai dit. J’ai toujours voulu mettre un nom sur l’attitude que j’ai eue au cours des différentes périodes de ma vie. Mais tu as sans doute raison. Je devrais arrêter de donner de l’importance à ce genre de détail.

Je devais simplement intéresser à Abel. Je savais que dans le monde dans lequel on vit, seul aujourd’hui compte. Demain tout peut basculer à cause d’une connerie. Je me remémore silencieusement l’attaque des pillards le mois avant. Comment est-ce que je vais pouvoir le laisser partir seul ? Pourquoi je m’inquiète autant alors que tout va bien pour le moment ? Je le regarde alors tendrement. J’affiche un faible sourire alors qu’il me veut encore dans ses bras avant de m’embrasser.

Pendant une fraction de seconde, j’avais l’impression que rien n’a changé. Peut-être que c’était comme ça que devaient être les choses. Peut-être que je n’aurais pas dû y réfléchir autant de temps. Tout semblait plus simple maintenant, en y réfléchissant un peu plus tout avait toujours été simple en réalité. J’avais compliqué les choses pour des stupidités. Je prolongeais un peu le baiser pour pouvoir en profiter plus longtemps. Aujourd’hui, nous avions des choses à faire et il nous faudrait de la force pour y arriver. Je finis par rompre le contact à contrecœur.

- Faisons les choses dans l’ordre alors. Il faut que nous trouvions Skyler pour lui parler. Gagner du temps ne fera que reculer l’échéance ce qui ne sera certainement pas une bonne chose.

J’inspirais alors une grande bouffée d’air frais. J’avais ce désir de prouver que je pouvais me montrer forte face à la situation. Je me cachais depuis trois jours qui m’avaient paru une éternité. Il était temps d’affronter la réalité et en parler avec quelqu’un qui pratiquait la médecine. J’aurais dû aller voir Rose, mais quelques choses m’en empêchaient. Peut-être parce que je craignais de la décevoir ou que j’avais peur de voir Victoria avec elle. J’avais peur de la réaction de cette petite, je ne voulais pas lui voler son papa, mais peut-être qu’elle le croirait.

Alors que je me levais du lit, je glissais ma main dans celle d’Abel. J’avais besoin de son courage et sa présence. Je savais parfaitement que je serais contrainte de la lâcher dans le futur, nous ne nous étions jamais affichés. Je ne savais pas si cela changerait, mais pour le moment, je devais me focaliser sur Skyler.

- On va la chercher ou Sky’ au faite ? Je lui ai bien parlé plusieurs fois, mais je ne sais pas trop où la trouver.

Je m’approchais doucement de la porte de ma chambre, je l’entrebâillais pour vérifier que personne n’était dans le couloir. C’était devenu une habitude depuis ses derniers temps et puis agir comme un ninja commando c’était aussi très bon pour mon moral. J’avais toujours eu envie de rester une enfant tout en grandissant, c’était sans doute non compatible avec l’ovni qui venait de me tomber dessus. Je regardais alors Abel tout en l’entrainant à l’extérieur de cette chambre avec moi. Il était temps d’aller jusqu’au bout.



★ The Heart Is An Organ Of Fire ★

Mes AnnexesJ'écris en #ccff99

Revenir en haut Aller en bas
http://www.walkingdead-rpg.com/t6813-listing-des-comptes
Invité
Invité
WALKING WITH THE DEADS

MessageSujet: Re: The Real You   Jeu 14 Juil 2016 - 12:14

Skyler était à l’entrée d’Evergreen, elle scrutait l’horizon dans l’espoir de voir la silhouette de Miles ou bien de Cobain. Avait-elle laissé assez d’indices pour qu’ils puissent la retrouver ? Avaient-ils compris qu’elle se trouvait ici ? Miles tiendrait-il sa promesse ? Celle de la rejoindre et d’apaiser ses peurs ? Oh comme elle avait envie d’y croire. Jouant nerveusement avec le collier de sa maman, ses dents se serraient et se desserraient au gré de ses pensées. Tantôt inquiète, tantôt soulagée de savoir qu’elle n’était pas seule dans cette épreuve. Il y avait Charlie, mais il y avait aussi Archibald. Deux personnes importantes avec qui elle pourrait se reconstruire, dans le pire des cas... Ils étaient ensemble, maintenant et pour toujours. Le docteur se leva, ils ne viendraient pas aujourd’hui… C’était certain. Elle mit ses mains dans son treillis et alla retrouver Archibald qui jouait avec Charlie. « Speedy ! » Crie, le jeune garçon avant de se jeter dans ses bras, s’accrochant à elle comme une petit singe. « Mon petit prince… » Elle embrassa sa tignasse brune : « Tu as vu papa ? Il va bientôt revenir ? » Skyler le serre un peu plus contre son corps, elle ferme les yeux, prend une grande inspiration et répond finalement avec douceur : « Oui… Il est en route, ne t’en fais pas. Il ne va pas nous abandonner comme ça. Il ne pourrait pas faire une telle chose. » Elle s’éloigne pour lui embrasser mille fois le visage. Archibald regarde la scène en souriant, Skyler le regarde. Elle coinça Charlie pour pouvoir libérer son bras gauche et le passer autour des hanches de son meilleur ami. « On va survivre et tous ensemble. » Archibald embrassa ses cheveux : « Je serai toujours là Skyler, quoiqu’il arrive. Always. » Skyler relève sa tête, embrasse sa joue et tout en serrant son neveu rentra dans le bâtiment. « A la sieste… - Oh non ! Mais pourquoi ! –Tu préfères dormir ou faire tes devoirs ? » Charlie fait la moue, il grogne : « Bon d’accord… Mais Archi aussi alors ! » Le concerné se met à rire. « Ok bonhomme, on fait comme ça ! »
Charlie couché sous la surveillance de son meilleur ami, elle donna un baiser pour bien dormis aux deux hommes de sa vie avant de sortir : attrapant au passage un livre et son calepin. Elle l’avait trouvé durant leur exode, un lexique référençant les types de plantes : leurs vertus médicales, comment les cultiver… Un tas d’informations qui auraient endormi n’importe qui, mais qui vivifiaient l’esprit du doc. Depuis l’annonce de Rose concernant sa grossesse, Skyler n’avait eu de cesse de chercher des moyens naturels pour faciliter ce merveilleux moment où la vie se créer. Elle était enjouée pour tout dire et se sentait privilégié d’avoir été choisis par son mentor pour s’occuper d’elle. Sky allait tout faire pour ne pas qu’elle soit déçue. Elle ne supportait pas laisser tomber les gens de toute façon, encore moins quand une autre vie était en jeu. Au fond, elle allait pouvoir faire ce don, elle avait toujours rêvé : être médecin, pédiatre. Cette idée lui redonnait le sourire, la faisait même rire d’allégresse ! La vie trouvait toujours son chemin. Malgré l’épée de Damoclès qui était sur leurs têtes : une nouvelle fois, les événements du quotidien redonnaient la foi à Skyler. Miles et Cobain reviendraient. Ils resteraient en famille, Skyler en docteur et les hommes de sa vie participant également à la vie du camp. Plongée dans ses recherches, elle n’entendit pas Adèle lui parler. Sortie de ses pensées, elle lui offrit un beau sourire : « Tamara et Abel te cherchent… » Les concernés arrivèrent dans son champ de vision. Elle se leva : « Merci d’être venus me chercher. » Skyler ferme son calepin, l’utilise en marque-page avant de s’approcher des deux survivants. Ces derniers se tenaient la main, ce qui agrandit le sourire de la demoiselle :

« Hey… Vous me cherchiez, tout va bien ? »

Dit-elle d’une voix légère et douce. Elle tentait de garder la tête de haute, arborer un sourire pour redonner l’envie aux autres de faire pareil. Ils étaient en vie contrairement à tant d’autres et cela serait une injure de ne pas croquer cette dernière à pleines dents. Au nom de tous ceux qui étaient tombés : ils devaient tous embrasser la chance de pouvoir encore respirer et être humain.
Revenir en haut Aller en bas
Abel Underwood
Modérateur
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 11/05/2016
Messages : 156
Age IRL : 26

MessageSujet: Re: The Real You   Jeu 14 Juil 2016 - 19:32

Exactement : il fallait faire les choses dans l’ordre. Après tout… peut-être était-il possible d’avorter ? Abel ne réalisait pas encore tout le poids que pesait un bébé à une telle époque, alors il se faisait doucement à l’idée, mais à coup sûr : s’il devait choisir entre Tamara et cet embryon, il n’hésiterait pas. Trouver Skyler était également une excellente suggestion. Le cinquantenaire ne se voyait vraiment pas aller parler à une femme qu’il connaissait déjà. Pas encore. Il avait besoin de ce qui pourrait ressembler le plus à l’anonymat, et à la confidentialité, alors ils n’avaient pas énormément de choix dans le coin.

La vendeuse se leva la première, glissant sa main dans la sienne. Avant de la suivre, il contempla de longues secondes leurs doigts entrelacés. De nouvelles questions existentielles revenaient l’assaillir, sorties d’un passé qu’il voulait oublier. Cette union était-elle méritée ? « Juste » ? Un souvenir lui revenait. Lily, qui l’entraînait à sa suite pour voir le médecin qui confirmerait sa grossesse, avec le même air déterminé que Tamara. A l’époque, c’était la première fois qu’ils étaient aussi complices depuis un long moment. Leur couple avait été ressoudé par un bébé. Était-ce ce schéma qui se répétait ? Venait-il de sceller un nouveau couple par un enfant ? Il se sentait mal soudain. Victoria avait été, en grande partie, utilisée par ses parents. Ce n’était pas le genre de scénario qu’il était fier de reproduire…

- Hum ? Ah je ne sais pas, mais on va bien finir par la trouver.

En compagnie de sa cadette, ils tentèrent leur chance dans plusieurs pièces du chalet. Le balcon, sa chambre, les cuisines, la grande salle, même les salles de bains. En désespoir de cause, ils avaient fini par demander de l’aide, non sans se lâcher la main en public, et quelqu’un fut enfin en mesure de les emmener vers la jeune femme. Apparemment, apocalypse ou pas, les médecins spécialistes restaient difficiles à joindre !

Abel ne sut pas s’il fut frappé d’abord par sa jeunesse ou son grand sourire. Encore si peu habitué à aller vers d’autres gens que les rares habitants qu’il connaissait, il n’avait jamais fait attention au fait que Skyler était encore une gamine. Oh il savait qu’elle était étudiante, et ce n’était pas un problème, c’était juste… cette appréhension quand on se retrouvait face à quelqu’un qui semblait à peine sorti de l’adolescence. On se demandait s’il était sûr de s’y connaître.

Il ravala vite son a priori néanmoins. Parce que ses yeux brillaient d’intelligence, et parce que son expression était contagieuse. L’agent se sentit même embarrassé de voir qu’il était accueilli avec autant de cordialité. De son côté, il n’était pas l’élément le plus social du chalet. Il sourit malgré tout, essaya du moins, mais le plomb dans son estomac venait de se changer en un métal plus lourd. Parler à deux de la grossesse de Tamara, c’était une chose. Mais être devant quelqu’un de méconnu pour en avouer le secret…

- Oui, oui, euh… désolé de te déranger, commença le cinquantenaire, on avait… on voudrait avoir ton avis de spécialiste sur une question. Ton avis de médecin même, mais sans passer par Rose… le secret professionnel est toujours valide ?

Il demandait plus pour le principe. Dans tous les cas, rien n’empêcherait Skyler d’ébruiter ce qu’ils lui diraient et aucune entité ne saurait la radier de son ordre. Il se contentait de gagner du temps, pour peser ses mots, l’instant, le poids de ce moment. Aussi, il avait un peu peur de ce que lui dirait l’étudiante. Combien de chance que Tamara meurt en couche ? Ou d’une tentative d’avortement ? Quelle probabilité que le bébé soit sain ? Une césarienne était-elle possible dans les conditions actuelles ? Les vraies réponses étaient plus effrayantes que l’incertitude. Pourtant, il finit par se lancer :

- Tam est… enceinte. Depuis pas longtemps. On voulait savoir déjà, si tu saurais confirmer la grossesse. Et puis… que tu nous conseilles sur ce qui serait le moins dangereux pour elle. On ne peut pas envisager un avortement naturel ?


♪ Depuis la nuit des temps ne voyez-vous pas que les troupeaux meurent. ♪
Revenir en haut Aller en bas
Tamara C. Kroeger
Tam Capone
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 31/10/2015
Messages : 832
Age IRL : 22

MessageSujet: Re: The Real You   Mar 19 Juil 2016 - 11:20

Pour le moment, j’étais déterminée et sereine. Après tout qu’est-ce que j’aurais gagné à paniquer ? Absolument rien ! J’ai appris à prendre la vie comme elle vient et aujourd’hui ne changerait rien. Je reste fidèle à moi-même. J’ai un peu peur, je ne le cacherais pas, c’est en partie pour ça que j’ai glissé ma main dans celle d’Abel. Le temps de reprendre un peu de courage. Fouiller le chalet de fond en comble à la recherche de Skyler m’avait plutôt fait rire en réalité. Malgré la situation des plus improbables. Je ne quittais pas l’homme d’une semelle, j’avais un peu peur qu’il disparaisse, même si c’était ridicule.

Finalement, on n’a pas vraiment eu le choix et on a demandé un peu d’aide. J’essayais un instant de me mettre dans la tête des gens, ils devaient certainement se poser des questions. Peut-être qu’ils n’en avaient rien à faire de notre requête et que j’étais totalement parano. Je préférais ne pas y réfléchir plus longtemps, sinon j’allais me dire que c’était marqué sur mon front que j’étais enceinte. Abel avait beau encore douter concernant cette information, je savais que c’était le cas depuis la seconde ou c’était arrivé. Je gardais la tête haute et faisait de mon mieux pour ne pas avoir l’air coupable.

Car c’était ce que j’étais à ce moment précis. Je me sentais coupable d’obliger Abel avec ce choix qui n’était ni le sien ni même le mien. J’aurais voulu être maître de mon corps un peu comme certaines espèces de mammifères qui pouvaient stopper une grossesse. J’aurais voulu pouvoir faire beaucoup de choses pour éviter ça. Je sentais bien que l’agent n’était pas non plus rassuré par cette histoire. Pourquoi la male chance était avec nous ? J’arrêtais de me poser une tonne de questions quand enfin, mon regard croisa celui de Skyler. Nous l’avions enfin trouvé.

J’aimais beaucoup sa frimousse. Elle avait un magnifique sourire dessiné sur le visage. Je réalisais que c’était aussi pour ça que je l’aimais beaucoup. En temps normal malgré nos énormes différences nous avions quelque point commun. J’aurais aimé lui sourire en retour, mais j’en étais simplement incapable, j’avais envie de m’écrouler à ce moment précis. Je regardais Abel d’un simple coup d’œil qui allait prendre la parole, lui ou moi ? Il semblait chercher ses mots, juste pour faire le pallier en attendant je prononçais quelques banalités. Est-ce que c’était une façon de noyer le poisson ? Peut-être un petit peut.

- Salut Sky’ on te cherche depuis une bonne demi-heure je dirais.

J’aurais voulu ajouter des choses, mais mes mots étaient noués dans ma gorge. J’étais alors silencieuse. J’attendais doucement que quelques choses se produisent. Je n’avais plus envie d’avoir la désagréable impression d’être le centre de l’attention. C’est avec soulagement que j’entendais la voix d’Abel rompre le silence temporaire. J’avais peur de la réaction de Sky concernant les informations. Personne n’était au courant qu’on passait du bon temps Abel et moi. Peut-être que ça lui ferait un choc d’apprendre une telle chose. Je laissais Abel reprendre la parole une seconde fois alors qu’il exposait la situation à notre doc. Il avait été clair et concis, j’en aurais sans doute était incapable. Il avait transmis toutes les informations utiles. Mon visage était un peu plus éteint alors que j’ajoutais d’une voix un peu monocorde.

- C’est ça…

C’était l’inquiétude qui me rongeait de l’intérieur. J’aurais voulu être sereine, mais je savais bien que c’était compliqué d’être maman et que cela l’était encore plus dans un monde comme celui où nous vivions actuellement. Mon regard passait d’Abel à Skyler, j’avais presque l’impression d’être une enfant fautive qui avait fait une énorme bêtise à ce moment-là.



★ The Heart Is An Organ Of Fire ★

Mes AnnexesJ'écris en #ccff99

Revenir en haut Aller en bas
http://www.walkingdead-rpg.com/t6813-listing-des-comptes
Invité
Invité
WALKING WITH THE DEADS

MessageSujet: Re: The Real You   Lun 25 Juil 2016 - 0:13

Skyler savait qu’elle était jeune. Un peu trop pour certain, c’est ce qu’on lui reprochait le plus pobablement. Elle avait faits des efforts, montrer que cela n'était pas synonyme d'incompétence. Par ailleurs, est-ce que cela comptait à l’heure d’aujourd’hui ? À la fin de toute chose, pouvaient-ils vraiment s’arrêter sur les années d’expérience ? Elle avait vécu, survécu aux horreurs de ces derniers mois, ses mentors étaient, pour la plupart, morts. C’était justement parce que très peu de personnels travaillant dans les hôpitaux avaient survécu que Skyler savait ses connaissances des plus importantes. Elle était première de son année avec Archibald, elle avait fait ses preuves à de nombreuses reprises : elle pouvait au jour d’aujourd’hui soigner une personne sans avoir un résident près d’elle. La présence Rose dans le camp, pourtant, l’apaisait. Lui donnait la confiance qui lui manquait cruellement parfois. Elle avait tellement de respect pour cette chirurgienne que Sky suivrait envers et contre tous ses indications. Si ce modèle avait bien plus de connaissances qu’elle, une partie de l’étudiante était toujours fière de voir qu’on lui demandait son avis. Souriant un peu plus en entendant Abel lui faire savoir qu’ils avaient besoin d’elle, elle prêta une oreille encore plus attentive.

« Bien sûr et puis même en dehors du secret professionnel, je suis une personne qui sait garder un secret. » Skyler n’avait jamais trahi quiconque. Jamais. « Ne dis pas de bêtises, on ne me dérange jamais : surtout quand c’est pour aider, qu’est-ce que je peux faire pour vous ? »

Naïve, elle ne comprit pas immédiatement la raison de leur venue. Après tout, cela pouvait être tout et n’importe quoi. Pourtant, n’importe quel médecin aguerrit aurait pût comprendre au premier coup d’œil qu’Abel parlait également au nom de Tamara. Elle attend sagement, en gardant son sourire aux lèvres et pianotant toujours ses doigts sur la couverture du livre. Elle s’arrête en entendant la bonne nouvelle… Ou pas.

« Oh… Je vois. »

Décidément, entre Rose et Tamara : c’était la saison des bébés. Cela lui rappelait inconsciemment que… Qu’elle était seule. Un statut qu'elle ne voyait pas changer de ci-tôt Même mort, une part d’elle sera toujours fidèle à son militaire. Parce qu’elle était comme ça, Skyler, incroyablement utopique parfois. Nul doute que certains l’auraient claqué pour la réveiller. D’un autre côté, même si elle était avec Miles : elle ferait tout pour ne pas être enceinte, et même si c’était le cas : trouverait un moyen d’être avorté. Quelle vie pouvait-elle donner à un nourrisson qui allait grandir dans un monde qui ne tourne plus rond ? Quelle enfance elle pourrait lui donner à part une qui est rythmée par la peur ? C'était probablement parce que les réponses de ces questions n'étaient pas des plus joyeuses qu'ils demandaient un moyen pour Tamara d'avorter en toute sécurité. Elle réfléchit, Skyler étant décidé à aider au maximum les deux survivants devant elle :

« Les tests de grossesse sont précis, si tu en as fait un et que c’est positif alors je pense que la réponse est claire… » Elle regarde Tamara, elle s’approche d’elle et demande tout bas : « Tu es en retard depuis combien de jours ? »

Oui, elle demande comme ce genre d’informations devant Abel, mais après tout… Cela le concernait aussi non. Skyler devait déterminer approximativement depuis quand elle portait la vie. Elle regarde le couple :

« Je peux toujours rechercher dans mes livres si une plante ferait l’affaire, mais… Je ne suis pas biologiste. » Elle réfléchit. « Il y a toujours des pilules d’avortements, mais cela impliquerait de sortir du camp et de descendre dans une ville. » Skyler passa sa main dans ses cheveux : « Je peux aussi regarder dans les quelques livres de l’infirmerie pour voir si je peux t’avorter sans les outils qu’on utilise habituellement. Ça me prendra seulement quelques jours, mais ils arrivaient à le faire avant, sans technologie, ça devrait encore être possible… »


Oui. Elle était du genre à positiver même quand tous espoirs semble envolés. Parce que sans cela : elle se serait mis une balle dans la tête. Et puis… C’était aussi intéressant à savoir. Même si elle avait déjà sa petite idée sur la question. : Skyler allait devoir faire un plan de bataille précis. Elle ne se lancerait jamais dans une opération dont elle ne serait pas à 100 % sure et certaine. Le jeune docteur regarde Abel, puis Tamara :

« Je sais que cela ne me regarde pas et je me mêle probablement d’une histoire qui ne me regarde pas, mais… Vous avez pensé à le garder ? On n’a pas beaucoup de moyens, mais … Je suis certaine qu’on peut faire en sorte que la grossesse se passe bien, l’accouchement et tout ce qui va avec aussi. Même après… »
Revenir en haut Aller en bas
Abel Underwood
Modérateur
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 11/05/2016
Messages : 156
Age IRL : 26

MessageSujet: Re: The Real You   Lun 25 Juil 2016 - 9:15

Finalement… cette petite lui inspirait confiance. C’était peut-être un tort, il ne le savait pas encore, et puis il n’avait pas le choix. C’était elle ou Rose, et Abel ne se sentait pas encore d’ébruiter cette affaire. Il ne devait pas avoir trop mal résumé la situation puisque Tamara se contenta d’appuyer ses dires, alors il attendit, suspendu aux lèvres de Skyler. Visiblement, elle ne s’attendait pas à une telle déclaration, mais elle sut rebondir avec une aisance professionnelle. Seul le temps devait lui avoir manqué pour faire ses preuves au sein d’un hôpital. Quand elle s’approcha pour demander tout bas de combien de temps la vendeuse était en retard, le cinquantenaire ne put s’empêcher de tendre l’oreille et de répondre instinctivement :

- Cinq jours.

C’était en tout cas ce qu’elle lui avait dit. Fiou, il faisait chaud non ? Il ne réalisait même pas comme il se sentait soudainement nerveux. Enfin… « plus » nerveux encore. Les traits de son visage étaient agités de petits tics, ses mains aussi. Il se grattait un sourcil, le dessus du nez, reniflait, lissait ses vêtements, mordillait sa lèvre inférieure, triturait les poils de sa barbe, …

Il s’efforça de rester silencieux pendant que l’étudiante parlait des moyens d’avorter. Abel n’était pas biologiste non plus mais par contre, s’il fallait sortir du camp, ça pouvait être son affaire. Il n’était pas un spécialiste des expéditions, loin de là, mais il se sentirait mal de laisser quelqu’un d’autre risquer sa vie pour Tamara. C’était lui qui l’avait mise enceinte, donc en danger, il ne se défilerait pas devant sa responsabilité. Il s’efforça de ne rien dire pour laisser Skyler poursuivre. L’idée de faire une intervention sans les outils adaptés le fit grimacer un peu, mais il hocha la tête en signe de compréhension.

Alors vint la question fatidique. Le garder ? L’ancien agent retarda le plus possible le moment où il lui faudrait regarder la future maman. Il ne savait plus. Un peu plus tôt, il lui promettait déjà une union, une vie de famille… elle ne l’avait pas rejeté, mais n’avait pas approuvé non plus. Il le réalisait seulement. Était-ce ce qu’elle voulait ? Se « ranger », avec un homme trop vieux, une belle-fille handicapée et un bébé accidentel ? Ce n’était pas un beau tableau, le cinquantenaire était obligé de l’admettre. Il ne voulait pas perdre Tamara mais ne voulait pas voir sa magie s’éteindre dans une vie qui ne lui ressemblait pas. Lui, à sa place, il n’aurait pas signé.

- Je…

Il cherchait ses mots, perdu dans ses yeux. Est-ce qu’il était amoureux ? Sincèrement ? Il avait passé l’âge de se demander ça. Son cœur était trop expérimenté, trop désillusionné aussi. Mais il se voyait se battre pour elle, briser des crânes par centaines, l’extirper du chaos. Dans sa nouvelle vie, elle avait une place de choix. La meilleure, juste après Victoria.

- Je pense que… je suis pour la solution qui lui garantit de meilleures chances de survie.

Parce que s’ils avaient les moyens de suivre une grossesse standard, qu’en était-il des grosses difficiles ? Si elle avait des besoins particuliers en médicaments ? Si le bébé était prématuré ? S’il fallait faire une césarienne ? Abel n’était pas le plus calé pour savoir toutes les mauvaises voies qui pouvaient être empruntées, mais ils étaient revenus à un point proche du Moyen-âge. Et à cette époque, combien de mortalité en couche ? Pour la mère, mais pour l’enfant aussi d’ailleurs. Et s’ils le gardaient, s’attachaient, et qu’au final, le bébé mourrait à la naissance ?


♪ Depuis la nuit des temps ne voyez-vous pas que les troupeaux meurent. ♪
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
WALKING WITH THE DEADS

MessageSujet: Re: The Real You   Aujourd'hui à 11:37

Revenir en haut Aller en bas
 

The Real You

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant

 Sujets similaires

-
» real nan cho
» THE REAL PROBLEM WITH HAITI
» [Real Madrid] Riki Kaka'
» Real Life Bolter!
» Happiness only real when shared. ✘ IML

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Walking Dead RPG :: Archives RP :: RP Terminés-