Partagez | .
 

 Death's embrace.. when everything goes down

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant
Auteur
Message
Axel J. Kennedy
Bras droit | Sanctuary Hills
Modérateur
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 31/10/2015
Messages : 718
Age IRL : 24

MessageSujet: Re: Death's embrace.. when everything goes down   Mar 12 Juil 2016 - 12:38


    Tout partait en vrille. Si nous avions au départ une once de chance de nous en sortir sans encombres, elle était désormais réduite à néant. Le cri de Shawna avait alerté les macchabées à l'extérieur, et quelques un ne tardèrent pas à fracasser les vitres de la maison. C'était le moment de partir, et je n'avais aucunement l'intention de rester mourir ici. Serrant les dents, je pose un instant mes yeux sur Shawna qui tremble comme une feuille et décroche lentement sa main de mon bras en lui adressant un regard où se mêle panique et volonté d'être rassurant.

« Je reviens, restes là. »

    Une chance pour moi qui dormais toujours en bas : mes affaires étaient toutes entreposées à côté du canapé. L'inconvénient ? La fenêtre juste au dessus. M'y dirigeant prestement, je fourre dans mon sac les quelques affaires qui traînent, hisse ma guitare sur mon dos, le sac par dessus, le fusil dans les sangles. Mais ça ne peut pas se passer aussi bien ; nouvelle vitre brisée et un mort qui manque de peu de refermer ses dents sur mon bras gauche. Il le tient désormais de ses mains putrides avec une étrange force ; une seconde d'étonnement avant de lui assener un coup de machette fatal. Toutes mes affaires paquetées sur le dos, je me remet en direction de la métisse. Quelques uns d'entre nous ont déjà prit la direction du garage.

« Allez on s'en va. »

    Mais la brune est désemparée, c'est comme si elle ne m'entendait pas, dans un état second. Tirant légèrement sur son bras, elle oppose une résistance qui accentue un peu plus mon stress. Les grincements du bois de la porte se font de plus en plus entendre ; elle va céder sous peu. Soupirant franchement en levant les yeux au ciel, mon regard se voile d'une colère et une peur difficilement contrôlable. Tirant un peu plus fort sur le bras de la brune, je commence à marcher en direction du garage en récupérant son sac au passage.

« Bouge-toi ! »

    Mon ton est certainement un peu sec mais c'est le dernier de mes soucis, nous n'avons plus le temps de traîner, et peu m'importait d'arborer un ton rassurant, il fallait qu'on parte. A peine passé la porte du garage qu'un cadavre s'amène ; lâchant un instant la coiffeuse pour mettre de la distance entre eux, je lui réserve le même sort qu'aux précédents, poussant légèrement le corps du pied pour ne pas qu'il gène la sortie des voitures.

    Vite ! Ouvrir la porte arrière de la Jeep, y pousser Shawna. Ouvrir le coffre, y balancer nos affaires. Quoi d'autre ? Je me tourne et regarde rapidement les alentours. Ma bicyclette ! Hop, dans le coffre aussi ; pas vraiment mise comme il faut mais pas le temps de descendre le siège arrière, je prends néanmoins mon fusil en plus de la machette. Me précipitant vers l'avant du véhicule, je jette un nouvel œil aux miens, croisant rapidement le regard de Carmen, elle aussi prise dans toute cette panique. Sans parler, je lui intime silencieusement de faire attention ; sa moto, c'est vraiment pas une bonne idée, mais inutile de perdre du temps à essayer de la faire changer d'avis. Jasper arrive enfin du salon et je m'adresse à lui en lui balançant les clés de la Jeep sans vraiment lui laisser le choix.

« Prend le volant. »

    Il l'a déjà fait une fois, en quittant le motel, je sais qu'il est apte à garder son sang froid et nous sortir de là. Remarquant Alsea non loin, je me contente de la siffler en ouvrant la porte avant du véhicule côté passager. Malgré le stress dont elle est elle aussi victime, elle s'amène rapidement et grimpe, s'installant au sol devant le siège, avant de me caler à mon tour dans le siège en zieutant rapidement Shawna à l'arrière, priant pour qu'elle ne se décide pas à sortir de la voiture.

    Il faut partir. Vite.





« Tout le monde dit que la ''survie'' n'est pas facile,
que ce n'est qu'un état second clôturé soit par une renaissance, soit par la mort.
J'ai eu ma renaissance.
»

Revenir en haut Aller en bas
Nola Hughes
Sanctuary Hills
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 02/07/2016
Messages : 51
Age IRL : 17

MessageSujet: Re: Death's embrace.. when everything goes down   Mer 13 Juil 2016 - 3:47




Le temps presse, Kaidan ne retient plus la porte, ce n'est qu'un maigre verrou qui retient le plus gros de la horde, et certains zombies tentent de passer par la fenêtre. Nola est prête, son sac sur le dos, son couteau de cuisine rouillé à la ceinture, elle en tient un autre -pris à l'instant dans la cuisine- fermement, et dans sa deuxième main, son fusil d'assaut, certes sans munitions, mais la crosse peut toujours aider.

Carmen, Erik, Jasper, Kaidan, ils sont eux aussi prêts à partir, résolus que leur maison est perdue. Shawna encore sous le choc est déboussolée, elle fait une crise d'angoisse et ne veut pas partir, alors Axel tente de la raisonner, et finit par l'amener jusqu'au garage de force. Ils empruntent le couloir menant au garage, suivis de Sonic qui les couvre, derrière se presse Alsea ainsi que le reste du groupe.

Arrivés dans le garage, Axel se dépêche de préparer la Jeep, il pousse Shawna à l'intérieur, met sa bicyclette dans le coffre, ses affaires, mais il ne peut pas tout faire seul, alors Nola décide de prendre ses responsabilités, le reste du groupe prenant plus de temps à arriver. Elle se dépêche d'aller ouvrir la porte du garage. Mais même en faisant attention, le bruit attire quelques zombies, 5 ou peut-être 6, l'adolescente ne prend pas la peine de les compter. Elle court en direction du reste du groupe.

" 'Faut se bouger là, les mort-vivants s'approchent du garage !

Jasper passe devant, prenant les clés de la Jeep, et il se précipite au volant du véhicule. Le reste du groupe arrive, mais les monstres sont déjà là. Sonic a fait son choix, elle pense à la communauté, pas à sauver sa peau. Elle s'adresse à Axel qui est prêt à partir.

Allez-y, démarrez, je monterai avec Erik ! Bougez-vous bordel ! "

Ne prêtant même plus attention au véhicule, elle se dirige vers le premier mort-vivant ayant atteint le garage. Il grogne, les mains en avant, marche assez rapidement pour un zombie, il est mort récemment comme en témoigne ses vêtements et son visage, pas encore attaqué par la pourriture. Une montée d'adrénaline. Nola évite les mains du monstre, attrape son bras de la main gauche, et plante d'un coup sec son couteau dans le crâne du macchabée qui tombe lourdement sur le sol. Mais à peine Sonic a-t-elle eu le temps de récupérer son couteau qu'elle entend déjà les autres arriver.

Elle se tient devant la dodge noire métallisée attendant Erik. Devant elle, Carmen sur sa moto, également prête à partir.

" 'Fais gaffe en partant, il y en à pas mal d'autres qui arrivent. "

Evidemment que Carmen ferait attention, mais Nola voulait lui dire au revoir à sa façon, n'étant pas sûr de revoir la chef l'ayant accueilli ici, malgré les nombreux différends entre les deux femmes, elle appréciait Carmen pour ce qu'elle était, une véritable meneuse de groupe au grand cœur. Kaidan et Erik arrivent.

" C'est maintenant ou jamais Happy, on a plus le temps ! "

Tout était arrivé à une vitesse incroyable, quelques minutes à peine. Les morts entrent maintenant dans le garage, la porte ne va pas tarder à céder, si ce n'est déjà le cas, et quelques morts-vivants doivent déjà être à leurs trousses, étant passés par la fenêtre du salon. Nola le sait, si elle a de la chance, cette journée sera terriblement longue. Des gouttes de sueur et de sang tombent lentement vers les yeux de Sonic, elle s'essuie le front avec la manche de sa veste, voyant les morts-vivants doucement approcher " 'Fait chier ! ", tout avait si bien commencé.

Revenir en haut Aller en bas
Carmen L. Mendoza
leader | Sanctuary Hills
Administratrice
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 14/06/2015
Messages : 733
Age IRL : 25

MessageSujet: Re: Death's embrace.. when everything goes down   Jeu 14 Juil 2016 - 16:57


A quel moment la situation avait-elle pu leur échapper à ce point ?
C'était plus fort qu'elle. A chaque fois que son regard se posait sur un des pans de mur de cette maison, alors que leur sanctuaire s'effondrait sous leur yeux, elle ne pouvait s'empêcher de se rappeler leurs débuts ici, alors que Jack les avait accueilli une première fois. Cette maison avait été une véritable bouée de sauvetage lancée en pleine tempête, qui leur avait permis à tous de se remettre de la mort d'Ana, jusqu'à faire la rencontre d'autres survivants qui désormais, formait sa famille. Famille qu'elle allait devoir protéger jusqu'au bout maintenant, alors que le temps leur était compté.

Vers les voitures. Parvint-elle à lâcher alors que Kaidan lui faisait la remarque, et qu'elle venait couper en deux la machoire d'un wendigo un peu trop proche de l'archéologue.
Ils devaient fuir, mais avec toute cette horde amassée autour de leur foyer, la fuite risquait d'être plus compliquée que prévu. Du coin de l'oeil, elle observa Axel tirer Shawna de force alors que Jasper était désigné pour prendre le volant, Nola qui faisait preuve d'un redoutable sang froid, Erik. Mais même avec toute la volonté du monde, la horde les empêcherait de passer. Attrapant Kaidan par le bras alors qu'elle refermait la porte donnant accès de la cuisine au garage, elle entendit la porte d'entrée céder, grimaçant légèrement.

J'espère que tes cours de tir vont être utiles.

D'un signe de tête, elle lui indiqua la moto sur laquelle ils allaient prendre la route à leur tour alors que les voitures affichaient complète, et que certains wendigos attirés par le bruit s'étaient approché de leur lieu de rassemblement, rapidement mis hors d'état de nuire par leur groupe. Briser un crâne, s'installer, zipper sa veste en cuir en espérant que l'épaisseur suffirait à esquiver une morsure, son tomahawk fermement sanglé à sa hanche alors qu'elle comptait le peu de balle qu'il restait dans son chargeur. 5. A tout casser.  Chacun de ses gestes s'étaient fait mécanique, s'empêchant de trop penser, de trop se rappeler. Le sang frais sur les vêtements d'Ana, la perte, la douleur. Ce n'était clairement pas le moment de s'en rappeler. Nola la tira de ses pensées, leur intimant de faire attention. Venant de la part de l'ado, c'était presque une déclaration d'amour qui la fit sourire brièvement, hochant la tête alors qu'elle rentrait dans la voiture.

Promis. Lâcha t-elle à la jeune femme en lui tendant sa hache de pompier désormais inutilisable sur sa moto, avant de s'approcher à hauteur des deux véhicules.

On va essayer de les ralentir avec Kaidan, les attirer avec des coups de feux, qu'ils ne vous empêchent pas de partir. Il y à une départementale à quelques kilomètres de là, on s'y rejoint sans s'arrêter !

Et si ça ne se passait comme ça ? Un instant son regard croisa celui d'Axel, lâchant brièvement avant de démarrer en trombe.

Si je ne suis pas arrivée d'ici une heure, c'est Axel qui vous donnera les directives.

Nola avait eu raison. A peine la moto avait-elle franchi la sortie du garage qu'elle eut l'occasion de voir la horde contourner la bâtisse pour venir à leur rencontre, alors qu'elle bifurquait en catastrophe pour éviter les mains décharnées des premiers wendigo. Un premier coup de feu tiré par Kaidan incita une petite partie de la horde à suivre la moto, alors que l'amérindienne se concentrait sur la vitesse du véhicule, suffisamment lente pour inciter les monstre à les suivre, alors qu'elle entendait le vrombissement des voitures dans son dos.

Avec un peu de chance, ils y arriveraient. Avec un peu de chance.


HELP, I'M ALIVE
My heart keeps beating like a hammer,
Hard to be soft, Tough to be tender. If we're still alive, My regrets are few If my life is mine, What shouldn't I do? Come take my pulse the pace is on a runaway train (⚡) june.
Revenir en haut Aller en bas
Kaidan E. Hunter
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 24/08/2014
Messages : 299
Age IRL : 25

MessageSujet: Re: Death's embrace.. when everything goes down   Mar 19 Juil 2016 - 11:34

Maintenant que le sauve qui peut était lancé, il ne fallait plus s'attarder dans la maison. Kaidan ne prit pas vraiment la peine de regretter cette perte, trop pressé par un sentiment d'urgence absolue. Il n'avait jamais connu une telle situation de siège, mais il n'avait nulle envie de commencer maintenant. S'ils ne bougeaient pas, ils finiraient par être submergés. À une autre époque, en d'autres lieux, ils auraient peut-être eu des bâtiments pouvant tenir face aux assauts des créatures. Mais les vitres cédaient les unes après les autres. Tous se battaient. Et les premiers membres du groupe mettaient déjà les voiles vers les voitures après avoir empoché quelques maigres possessions. Côte à côte avec Carmen, il tâchait de l'aider à repousser les morts-vivants qui s'engouffraient par les fenêtres brisées, en grimpant par-dessus leurs congénères précédemment éliminés.
Il était en train de soupeser les bénéfices et les risques d'une dernière tentative pour récupérer des objets et des denrées utiles, lorsque la jeune femme l'attrapa par le bras pour l'entraîner à sa suite vers les véhicules. Tant pis pour toute tentative désespérée de ravitaillement... il allait falloir faire sans. L'archéologue la suivit jusqu'au garage, où elle lui désigna la moto. Son premier instinct fut de sentir son cœur s'emballer subitement. Foncer droit dans une masse de rôdeurs sans le moindre morceau de tôle en guise de protection ne lui semblait pas le meilleur moyen de survivre. D'autant qu'ils allaient visiblement ouvrir la voie, et qu'il était chargé de tirer sur la horde grouillante. Avec une grimace d'appréhension qui traduisait son manque de conviction, il se contenta d'une réponse laconique.


« On est deux.

Toutefois, autant mourir en tentant quelque chose, non ? Kaidan s'installa derrière Carmen, tâchant de ne pas penser à son incertitude quant à ses capacités à tirer efficacement dans la tête de ses choses sur une moto lancée à pleine vitesse. Il barricada dans un coin de son esprit la voix insidieuse qui lui soufflait qu'ils reproduisaient le désastre de la bataille de Crécy en France durant la guerre de Cent Ans, et que comme les chevaux de l'ost français leur deux roues allait finir englué dans une forêt de mains avides et décharnées. L'angoisse lui comprimait la poitrine, mais il ferait ce qu'il fallait. Il expira profondément, puis vérifia le chargeur de son arme à feu. Au moment de s'élancer, il passa un bras autour de la taille de Carmen afin de ne pas finir stupidement désarçonné, l'autre restant mobile pour qu'il puisse tirer sur les rôdeurs.

- Si on meurt maintenant... je suppose qu'on aura l'air bien cons. »

Se faire happer par les morts-vivants alors qu'ils tentaient de se frayer un chemin à travers une horde sur une moto ne lui semblait pas vraiment glorieux. Mais il disait surtout cela pour exorciser la tension. Et puis, ils y furent. Au dehors, près des premières créatures qui tendaient leurs mains vers eux pour les saisir au vol. Leur manque de coordination et de vivacité était un atout pour les survivants. Le jeune homme sentit des ongles racler contre son bras sans causer de dommages, mais le contact glacé lui hérissa les cheveux sur la nuque. Dans l'adrénaline et la tension du moment, toute angoisse reflua. Il tendit le bras, visa, et tira une première fois. Gêné par le mouvement, il n'atteignit pas la tête du rôdeur qu'il visait, et la balle éclata son épaule à la place. Mais la détonation avait immédiatement attiré l'attention sur eux. Ils ouvraient pour de bon la voie, maintenant.


Alea jacta est
On verra bientôt que d'oser vivre, ce n'est pas la fin du monde. Juste d'un monde.  by lizzou.
Revenir en haut Aller en bas
Carmen L. Mendoza
leader | Sanctuary Hills
Administratrice
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 14/06/2015
Messages : 733
Age IRL : 25

MessageSujet: Re: Death's embrace.. when everything goes down   Ven 29 Juil 2016 - 0:30


Elle avait eu le temps de voir les voitures démarrer et prendre de la distance, alors qu'elle restait juchée sur la moto, Kaidan à ses côtés. Ca avait tout l'air d'une mission suicide, mais avaient-ils vraiment le choix ? Pas vraiment...
Elle avait démarré en trombe, alors que Kaidan lançait l'idée selon laquelle ils risquaient fortement de ne pas en sortir vivants.

T'as vraiment le chic pour remonter le moral toi... Lâcha t-elle entre ses dents serrées alors qu'ils remontaient le long de la horde et que les premiers coups de feux étaient tirés par Kaidan, rapidement rejoint des siens. Le but n'était pas de viser leur crâne, c'aurait été inutile vu leur équilibre précaire sur une moto. Mais au moins, la déflagration fit tourner la tête de nombreux infectés vers eux. Presque inconsciemment, elle ne put s'empêcher de se rappeler d'Ana lui parlant de ses cours de décomposition corporel alors qu'un des wendigos tournant la tête dans leur direction tendait la main vers eux, un râle s'échappant de sa bouche en arrachant un frisson à la navajo. Trop abîmé pour savoir si il s'agissait d'un homme ou d'une femme. Sans doute que dans la panique, Ana lui aurait parlé de la différence de la machoire ou du chignon occipital chez un homme et une femme, mais Carmen préféra accélérer plutôt que de rester sur place pour déterminer si oui ou non, il s'agissait d'un homme ou d'une femme. L'heure n'était plus aux cours de médecine, mais à la survie. Allongeant la distance d'une dizaine de mètre, elle s'autorisa à ralentir, incitant le groupe à les considérer comme un repas facilement accessible.

Elle ne put s'empêcher de jurer en voyant les derniers monstres envahir son champ de vision, alors que la plupart d'entre eux se dirigeait en direction des coups de feux. Il restait tout de même quelques autres qui ne perdaient pas espoir de suivre les voitures qui avaient désormais disparu de l'horizon. Dans le doute, mieux valait tirer encore. Ses deux dernières balles allèrent se ficher dans le corps d'un malade qui ne sembla même pas saisir la situation, alors que le plus gros de la horde terminait de déambuler vers eux. L'espace d'une seconde, elle ne put s'empêcher de s'imaginer submergée par cette marée humaine, sans vouloir imaginer la suite. Elle devait se concentrer, même Kaidan y arrivait relativement bien au vu de leur situation un brin stressante.

J'espère que ça suffira !   Lança t-elle à l'archéologue alors qu'elle redémarrait la moto pour que la horde continue de suivre leur lancée, bien éloignée du départ des deux autres véhicules. Au moins, le groupe aurait pu s'en tirer sans trop de dommage avec un peu de chance. Combien de temps forcèrent t-ils la horde à les suivre ? Elle n'en avait aucune idée, 5 kilomètres tout au plus. Ca restait un détour conséquent qui leur laisserait le temps de rejoindre le lieu de rendez-vous de toute manière. Par chance, le retour en direction du point de rendez-vous ne fût pas encombré en dehors de rares wendigos errants sur la route tandis qu'elle ralentissait l'allure.

Ca va ?  

Pauvre Kaidan. Manquerait plus qu'il ne se mette à vomir, après tout les détours qu'ils avaient dû faire pour rejoindre leur route principal. Mais au moins, ils retrouvaient enfin les deux voitures. Dérapant plus qu'elle ne freina, Carmen laissa tout juste le temps au jeune homme de descendre de la moto d'un pas titubant qu'elle fit de même. Un instant, son regard croisa celui de Jasper qui sortait à son tour de la voiture, ne pouvant s'empêcher de lui sauter dans les bras, se serrant contre lui en fermant les yeux. L'espace d'une seconde, elle avait sincèrement cru ne plus le revoir, et se retrouver désormais dans ses bras avait le don de lui retirer un poids des épaules. Qu'importait que le reste du groupe se pose des questions sur cet élan d'affection, elle s'en moquait bien. Ce ne fût qu'après quelques secondes d'étreinte qu'elle se recula enfin, observant les autres membres du groupe avec soulagement.

Tout le monde va bien ?  

Visiblement, oui. Enfin, le soulagement gagna son coeur alors qu'elle pouvait enfin respirer à nouveau librement.


HELP, I'M ALIVE
My heart keeps beating like a hammer,
Hard to be soft, Tough to be tender. If we're still alive, My regrets are few If my life is mine, What shouldn't I do? Come take my pulse the pace is on a runaway train (⚡) june.
Revenir en haut Aller en bas
Axel J. Kennedy
Bras droit | Sanctuary Hills
Modérateur
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 31/10/2015
Messages : 718
Age IRL : 24

MessageSujet: Re: Death's embrace.. when everything goes down   Sam 30 Juil 2016 - 16:19


    Les derniers mots prononcés par Carmen avant qu'elle ne s'en aille sur sa moto avec Kaidan derrière n'avaient en rien arrangé l'angoisse qui me prenait de plus en plus et contre laquelle je luttais en tentant de garder mon sang-froid. L'expression de mon visage avait dû se décomposer à ces paroles, mais elle n'avait laissé à aucun de nous le temps de répondre et tous deux étaient finalement partis ouvrir la marche en servant d'appâts au plus gros des macchabées qui tambourinaient contre la porte.

    Et nous avions filé, laissant derrière-nous cette maison qui nous avait jusqu'alors offert un confort plus qu'acceptable. M'accoudant contre la vitre en calant mon menton dans ma main, j'avais hésité un instant à secouer Jasper pour qu'il suive la moto mais ce n'était pas le but ; ils servaient justement d'appât pour que nous puissions partir par un autre chemin, pour nous rejoindre plus loin. Soupirant bruyamment, je ne pouvais désormais qu'espérer que tout se passerait bien pour eux. Notre voiture avait ouvert la voie et Jasper qui semblait être un pro des fuites depuis que nous avions eu à quitter le motel quelques mois plus tôt zigzaguait entre les quelques morts restés là. Je lui avais jeté un regard, lui aussi semblait nerveux malgré le calme apparent qu'il tentait de garder. Et Shawna... était toujours recroquevillée sur elle-même à l'arrière du véhicule.

    Après une trentaine de minutes de routes et quelques détours, nous étions arrivés au point de rendez-vous ; Erik et Nola nous suivaient juste derrière. Durant le chemin, je n'avais eu d'autre choix par moments que d'ouvrir la fenêtre et utiliser le pistolet du psy ; je n'avais pas réellement prit le temps de m'habituer aux armes à feu depuis le début de cette apocalypse et avais au final plus ralenti les cadavres que réellement les tuer, mais c'était toujours mieux que rien. La voiture arrêtée, je descendis du véhicule après avoir troqué le pistolet contre ma machette, suivit d'Alsea qui était toujours calée à mes pieds

« Bon, il ne reste plus qu'à attendre. »

    J'étais tendu et ça s'entendait. Nous étions tous les cinq arrivés jusqu'ici mais deux manquaient toujours à l'appel et rien ne nous garantissait que nous étions réellement en sécurité à attendre ici. Après peut-être encore vingt minutes à tourner en rond, le bruit d'un moteur se fit entendre et le deux-roues de la brune ne tarda pas à entrer dans notre champ de vision ; ils avaient l'air indemnes malgré leurs démarches mal assurées.

« Ca va. »

    Les dents serrées, je me retins de justesse de pester sur Carmen en lui disant que si elle n'avait ne serait-ce que l'idée de refaire ça je la foutrais de force dans le coffre, mais je devais bien me rendre à l'évidence que s'ils ne l'avaient pas fait, nous ne serions probablement pas sortis vivants de la maison.

« On va par où maintenant ? »

    Mieux valait ne plus se séparer. Mon angoisse était légèrement retombée à les voir tous là sains et saufs, mais je n'étais pas rassuré à l'idée de rester ainsi dans la ville après tout le boucan que nous avions fait. Nous allions devoir aller bien plus loin, sur les routes, et avec le peu de réserves que nous avions pu emporter, l'entreprise semblait loin d'être agréable.





« Tout le monde dit que la ''survie'' n'est pas facile,
que ce n'est qu'un état second clôturé soit par une renaissance, soit par la mort.
J'ai eu ma renaissance.
»

Revenir en haut Aller en bas
Erik Ziegler
Sanctuary Hills
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 03/01/2016
Messages : 358
Age IRL : 31

MessageSujet: Re: Death's embrace.. when everything goes down   Dim 31 Juil 2016 - 16:13

Un gros bordel. J'en suis tout étourdi.. Mes mouvements sont chaotiques, désorganisés, et je ne comprends pas pourquoi. Comment puis je perdre les pédales dans un moment pareil, là où tous comptent sur moi, sur mon efficacité.. sur ma présence, tout simplement. Comment puis je être présent alors que je me sens à des milliers de miles d'ici ? Perdu quelque part entre les hurlements de Shawna, et les paroles floues des autres. Le grondement du moteur de la Jeep, les grognements des rôdeurs qui, implacables, viennent maintenant sceller notre destin. C'est ainsi que j'échoue.
Les yeux grands ouverts, je reste presque immobile maintenant, levant et baissant mon arme dans un non sens total. Je ne sais même pas ce que je fixe, ce que j'aimerais viser. Le néant, ou l'ennemi ? L'arme se lève et se met à épouser le vacillement approximatif d'une silhouette. Ce n'est pas un humain. Ce n'en est plus un.. c'est tout ce que je sais. Le canon s'aligne sur son crâne et.. Pan. Je tire, je tue. J'en reste bouche bée. Pourtant je l'ai déjà fait.

Les hurlements de Sonic me font sortir de ma torpeur, enfin. Comme si dans ce vacarme difforme, dans ce brouhaha cosmique, sa voix était devenue mon guide. Je reviens enfin à moi, je retrouve enfin mes esprits. Je respire vite et fort, j'ai froid dans le dos, mes jambes tremblent, et je me rend compte qu'il me faut les clés pour nous envoler à bord de la Dodge.


" PUTAIN ! Les clés !! Merde !!

Je regarde partout, me laissant envahir par la panique. Je ne peux pas.. pas maintenant. Pas comme ça ! Ca suffit ! Je secoue très fort la tête et me frappe le front

Mais merde Happy !! Concentre toi.. Y a pas le temps pour... Là !! ELLES SONT LA !!

Dans cet éclair de génie, je me saisis des clés et fonce vers la voiture, m'arrêtant simplement pour loger du plomb dans l'oeil d'un affreux. Histoire de prouver que maintenant, je gère. Je déverrouille la voiture.

MONTE ! "

Et je démarre. On se casse de ce qui était encore notre planque, et qui maintenant n'est plus qu'un souvenir auquel il vaut mieux ne pas trop s'accrocher. Maintenant, de la route. De la route derrière les autres, sans penser à rien. Se barrer, et sauver les miches de Sonic.. c'est tout ce qui m'importe. Rien d'autre n'a d'importance. Rien ? Vraiment ?
Le véhicule de tête s'arrête, et j'en fais de même. La brume revient dans mon esprit, et je ne peux rien faire contre ça. Peut être que Sonic me parlait durant ce voyage et que je.. je n'ai pu lui offrir que des gémissements incohérents en guise de réponse. Je ne comprends pas ce qui m'arrive.

Je sors du véhicule et.. une horrible envie de vomir me retourne les entrailles. Je cours sur quelques mètres et m'effondre à genoux, coassant mon mal-être, sans que rien ne sorte. Je tremble toujours. Je dois être blanc comme un mort.. Est ce que c'est ça, la peur ? Pourquoi me saisit elle maintenant ? Je suis las de voir mon état se balancer entre lucidité et ivresse. Quelle ivresse au juste ? Je n'ai strictement rien bu. Je serre de la terre et de l'herbe entre mes mains, de rage, d'impuissance, de dégoût peut être. Le dégoût de moi-même. Je n'ai pas été à la hauteur..


" Fait chier.. Fait chier... Pfuh... chier.. !

Je redresse le torse, m'appuyant sur mes genoux. Je regarde les autres comme une marmotte au rapport, et m'effondre finalement sur le cul. Mon coeur est sur le point d'exploser. Je me sens faible. Et là, je réalise ce qui m'arrive. Je n'avais rien mangé encore. Rien avalé avant de partir. Juste bu deux gorgée d'eau. J'avais prévu de grignoter quelques restes à mon retour. Mais hélas, la mort en a décidé autrement. Cette faiblesse est celle d'un homme de 40 balais qui a juste envie d'un putain de hamburger bien gras et de sa bière. Un homme dont le corps commence à imposer ses limites. Un homme qui n'avait pas la force pour ça. Pas aujourd'hui..

... Va vraiment falloir que j'm'occupe de mon régime.. Putain... Pfiuh. "

La pression redescend. Je me sens mieux. Fébrile toujours, mais mieux. Tremblant sur mes jambes, je m'envoie l'un des derniers petit saucisson qu'il me restait, et m'accorde un peu d'eau sucrée, que je garde dans la bouteille de mon sac. Pas terrible le goût.. mais l'effet est immédiat. Honteux de mon état, je ne dis plus rien, attendant simplement que les deux autres arrivent, et que les décisions se prennent.


Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
WALKING WITH THE DEADS

MessageSujet: Re: Death's embrace.. when everything goes down   Aujourd'hui à 17:29

Revenir en haut Aller en bas
 

Death's embrace.. when everything goes down

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 3 sur 4Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant

 Sujets similaires

-
» Commande Death at Koten
» Cities of Death
» Mes Death Skullz
» Death Guard contre Crimson Fist de Tarkand
» [Validée]Death The Kid

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Walking Dead RPG :: Archives RP :: RP Terminés-