Partagez | .
 

 Come with me, there's no need to talk

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
Auteur
Message
Ayden W. Forestier
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 02/11/2015
Messages : 201
Age IRL : 22

MessageSujet: Re: Come with me, there's no need to talk   Dim 18 Sep 2016 - 22:56

Si Sally avait un bon coup de crayon, le portrait ne disait rien à Ayden. Il ressemblait à tellement de personne en même temps sans pour autant quelqu'un de défini. Non vraiment il ne parvint pas à voir qui cela représentait. Alors, conclusion ? Il haussa les épaules, amusé de ne pas trouver. Cependant, il constata avec un certain bonheur que la femme prenait le temps de détailler chaque trait, s'émouvant même devant. C'est pour ça qu'il adorait l'art, parce qu'il était facile de toucher quelqu'un à travers de simples traits dessinés au crayon gris.

Suite au compliment de la dame, Ayden se mit à sourire. Elle reconnaissait sa galanterie et ça, ça lui faisait chaud au coeur. Mais le coup de lui murmurer à l'oreille le fit frissonner. Pire, quand elle posa ses lèvres sur sa joues, il s'était retenu afin de ne pas tourner la tête et lui voler un baiser. Non, il ne devait pas craquer. Sally était sans doute juste sympa avec lui, un peu aguicheuse sans le vouloir et... Il hallucinait. Ouais, voilà, il hallucinait, se faisait des idées alors que les doigts féminins traînaient sur les siens lui offrait une douce chaleur. Et puis il comprit. Non, il ne rêvait pas. Il laissa la brune guider sa main comme elle le semblait, fixant ensuite avec étonnement l'emplacement choisi. Les doigts de l'handicapé tressautèrent mais il ne les enleva pas, se contentant de contempler pour être sûr et certain qu'il ne se faisait pas des films. Un instant, il cru même qu'il dormait, c'est pourquoi il se mordit le bout de la langue mais la douleur qu'il ressentait était réelle. Alors oui, il comprenait.

Ayden laissa une poignée de secondes s'écouler avant d'oser faire un mouvement. Lentement son pouce glissa sur l'épiderme de Sally, caressant chaque centimètre qu'il pouvait atteindre. Les yeux azurés du trentenaire se mirent à observer les alentours. Ils étaient plutôt bien isolés et, alors qu'il caressait un peu plus cette peau sous ses doigts, l'homme ses lèvres des siennes, se demandant d'un coup s'il s'agissait d'une bonne idée. Elle était mariée, mère de famille. Et si Wade débarquait et les prenait sur le fait. Un soupir mêlant malaise et désir se fit entendre, échappant à l'artiste. Mauvaise idée... Très mauvaise idée... Mais... Et s'il n'en avait plus l'occasion ? Elle avait su attirer son attention et il voulait aller plus loin mais là ? Aux yeux de tous ? Non. Que faire ? Renoncer ou jouer le jeu jusqu'au bout ? Rester sage ou profiter ? Trop perturbé, il ne parvenait même pas à avoir l'idée de prendre papier-stylo afin de communiquer ses nombreuses questions. De toute façon, même s'il avait pu, il n'aurait pas eu envie de bouger et de couper court à l'instant. Il se recula cependant et observa l'allée menant au lycée. Ce serait tellement facile de se lever et d'aller se réfugier dans une salle, n'importe laquelle...

Perdu dans ses esprits, l'artiste ne s'était pas rendu compte qu'il s'était automatiquement levé, les doigts toujours entre ceux de Sally, l'invitant ainsi à se lever avec lui. Plus rien ne comptait plus que son questionnement du coup et... Son envie naissante qui deviendrait rapidement visible si la mère de famille persistait.


You & I ? Why not ?
Revenir en haut Aller en bas
Sally Lockharts
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 11/12/2015
Messages : 448
Age IRL : 29

MessageSujet: Re: Come with me, there's no need to talk   Lun 19 Sep 2016 - 23:22

Ayden paraissait totalement paralysé, était-elle allée trop loin, trop vite ? Les quelques instants sans une once de réponse paraissaient durer une éternité. Sally préféra laissait l'illustrateur avoir par lui-même une réaction plutôt que de provoquer une nouvelle fois et de risquer le braquer pour de bon, car à cet instant, c'était précisément ce que la brune pensait. Réussir à faire comprendre à son partenaire qu'on le désirait était une chose, mais il y avait différentes façons de procéder. Bien qu'elle avait commencé en douceur, peut-être s'était-elle trop hâtée par la suite en se montrant trop entreprenante. Cela partait d'une bonne intention pourtant, du moins de son côté, mais Ayden ne l'avait pas forcément interprété de la même manière.

Le verdict finit par tomber à l'aide de douces caresses sur les cuisses de la quadragénaire qui la fit se redresser légèrement dans un soupire de satisfaction. Le muet n'avait jusqu'à présent pas montré un réel intérêt aux avances faites. Certes, son regard se baladait de temps à autre sur les courbes de la brune, mais cela ne durait jamais très longtemps, Ayden en était même gênait lorsque Sally captura ces instants. Elle fut soulagée de la réponse donnée et s'en mordilla la lèvre inférieure. Elle fixa le barbu qui avait l'air de tergiverser. Son questionnement pouvait être de différentes sources ; morales vis-à-vis de lui-même, le fait qu'elle soit mariée, que la situation puisse être gênante par la suite... Une fois encore, la quadragénaire opta pour le silence, si vraiment quelque chose le perturbait, il finirait par le lui dire, mais elle avait visé juste car un soupir se fit entendre.

Sally se leva, non par choix, mais par obligation afin de ne pas se faire arracher le bras par l'illustrateur qui venait de se redresser tout en gardant la main de la brune dans la sienne, ce qui fit apparaître un nouveau sourire sur le visage de celle-ci. Elle regarda autour d'elle et se dit que l'endroit n'était pas forcément des mieux choisis, même si un côté érotisant était présent. Sally posa sa joue sur celle de l'homme et murmura « Ayden, si tu préfères, - elle ramena la main de son partenaire contre elle - on peut aller dans un endroit plus tranquille – puis glissa le bout de ses doigts tout près de son entre-jambes sans qu'il puisse l'atteindre – même si c'est ta chambre, ça me va. » avant de la lâcher sans l'enlever. Elle fit parcourir la sienne le long du bras du muet et la remonta jusqu'à l'omoplate qu'elle agrippa en enfonçant légèrement ses ongles à travers le tee-shirt.

L'un comme l'autre éprouvé du désir, alors pourquoi se priver de ce possible tendre moment à partager ? C'était un homme intelligent, il savait pertinemment que ce serait l'histoire d'un soir, rien de plus. Sally n'avait pas le besoin, ni l'envie, d'exprimer cela. De toute façon, elle avait que rarement du expliquer ses attentes lors de ce type de rencontres, ses partenaires non plus. Il s'agit d'un moment passé entre adultes consentants voulant profiter de quelques heures à passer ensemble et c'était tout. Aucune de ses conquêtes n'avaient ne serait-ce qu'émis le souhait que cela se transforme en relation durable.



#872F2F
Revenir en haut Aller en bas
Ayden W. Forestier
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 02/11/2015
Messages : 201
Age IRL : 22

MessageSujet: Re: Come with me, there's no need to talk   Ven 23 Sep 2016 - 11:10

Combien d'hommes rêveraient d'être à la place du muet ? Et combien perdraient leur temps en réflexions inutiles alors qu'une splendide et très aguichante femme jouait de ses charmes ? Osée et téméraire, elle allait jusqu'à placer d'elle-même la main de l'homme au plus près du saint Graal recherché par tout conquérant. Elle voulait donc le faire craquer et elle y parvenait petit à petit. Ayden ne savait pas trop comment se sortir de ce guêpier mais en même temps, en avait-il envie ? Ce n'était pas tous les jours qu'une personne de sexe opposé venait nous faire du rentre-dedans et là... C'était une chance unique. Pourquoi se prendre la tête à peser le pour et le contre quand il suffisait seulement de s'adonner au plaisir ? Adieu droit chemin, bye morale, hasta luego bienséance ! Le français décidait enfin de jouer le jeu de la brune. Après tout, ce n'était pas comme si ils seraient unis jusqu'à la fin des temps par cette simple relation. Ouais... Pourquoi s'embêter ?

L'artiste frissonna lors du passage des doigts féminins sur son bras puis sur son dos,  des picotements se manifestant plus amplement lorsqu'il sentit les ongles s'enfoncer dans sa chair à travers son vêtement. Elle savait y faire, la Sally, le désir qu'il éprouvait se faisant de plus en plus réel au point où les poils de ses avant-bras se redressèrent. Comment résister à ce genre d'attaque ? S'ils n'étaient pas en public,sans doute qu'il aurait eu le courage de la porter et sans doute de la faire sienne dans cette cour. Mais trop d'yeux indiscrets étaient encore dans les alentours alors autant ne pas prendre le risque que leur... Échange s'ébruite. Et elle l'avait bien compris, la quarantenaire, que l'illustrateur était du genre un peu pudique et préférait s'isoler. La joue encore contre celle de Sally, Ayden vint simplement, en coup de vent, poser un baiser dans le cou de la belle puis il se recula, laissant ses doigts glisser contre l'épiderme de la femme, sourire espiègle au coin des lèvres. N'était-il pas temps qu'ils aillent discuter ailleurs ?

Une nouvelle fois, Ayden gardait les doigts de Sally entre les siens, l'entraînant dans le bâtiment puis il la libéra de son emprise afin qu'elle soit maîtresse de ses mouvements mais surtout pour ne ps paraître suspects. Durant le cours trajet menant à sa chambre, le muet s'etait demandé combien de personnes, depuis le début de la fin, avaient eu l'opportunité de coucher avec la brune mais bien vite, en apercevant une porte qu'il connaissait bien, il oublia tout, se recentrant directement sur son désir de la posséder. La porte à peine fermée, le brun se mit à dévorer du regard la mère, recommençant à se questionner. Pourtant il ne contrôlait plus son corps. Son instinct avait prit le dessus sur son mental et il se voyait enlacer la femme, mains plaquées sur son postérieur et ses lèvres venant enfin lui voler un baiser.

Le goût de ses lèvres poussait le dessinateur à flancher. Leur douceur abaissait une à une la barrière de ses appréhensions, elles paralysaient son esprit trop inquiet, l'obligeant a révéler cette envie existante dont il n'avait pas conscience avant maintenant. Oui... Ne pas perdre son temps en réflexions inutiles, profiter de l'instant.


You & I ? Why not ?
Revenir en haut Aller en bas
Sally Lockharts
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 11/12/2015
Messages : 448
Age IRL : 29

MessageSujet: Re: Come with me, there's no need to talk   Mar 27 Sep 2016 - 10:44

Sally suivit au plus près l’illustrateur afin d’être menée jusqu’à sa chambre. Ils pressèrent le pas en partageant les mêmes désirs. Elle s’imaginait déjà sentir les mains du beau brun parcourir son corps, sentir ses lèvres se poser sur les siennes. Elle le désirait plus que tout, oubliant tout le reste. C’était comme si ces deux-là se retrouvaient seuls  dans le lycée entièrement vidé de toute vie. Comme si plus aucune notion de temps n’existait, ni aucun danger. Ce qui comptait, à ce moment-là, était d’assouvir cette pulsion, de lâcher prise et de profiter au maximum de ces futurs instants charnels.

A peine la porte fut elle franchie qu’Ayden montrait un tout autre visage, bien plus entreprenant et laissant tout questionnement ou retenue tomber. Sally faisait face à un autre homme se laissant guider par ses pulsions, oubliant tout sens moral. Toutes les hésitations qu’il avait pu ressentir semblaient être restées sur le palier de la porte. Cela surprit la quadragénaire, sans pour autant la gêner, car même si elle aimait prendre les choses en main lors de la phase de séduction, elle aimait dans ce genre de moments changer de rôle en laissant son partenaire prendre un peu plus le contrôle, sans le lui laisser totalement. Et le but de se rendre ici était tout à fait clair, alors heureusement qu’il se laissait aller.

La brune laissa ses mains se mouvoir selon leurs envies, parcourant le dos du bel homme, tantôt par-dessus ses vêtements, tantôt en les glissant en dessous. Dans ce dernier cas, ses doigts se repliaient afin de laisser de légères marques sur la peau de l’homme. Le désir ne cessait de monter, elle mordilla la lèvre inférieure d’Ayden en collant encore plus son bassin au sien, tout en faisant lentement descendre une main sur son postérieur. Tout chez lui poussait au vice, il n’avait pas uniquement un joli minois, c’était tout son corps entier qui faisait craquer Sally depuis quelques temps. Elle ne se priverait alors pas pour profiter au maximum de cette parenthèse.

Prolongeant ce baiser, la brune fit quelques pas et se laissa plaquer contre le mur. Les lèvres se détachèrent, les regards se croisèrent. Elle dévisagea le muet en le dévorant d’envie, puis d’un air aguicheur, elle lui sourit en passant lentement sa langue sur le côté des lèvres. Elle tendit les bras et agrippa son partenaire pour l’amener à elle, il était hors de question de le laisser partir et encore moins de ne pas avoir l’opportunité d’assouvir ses désirs. Elle l’embrassa avec fougue en passant une main sur le visage de l’illustrateur, puis dirigea l’autre vers le bas du tee-shirt qu’il portait pour le soulever jusqu’à pouvoir totalement lui ôter.

Elle en profita ensuite pour porter une main sur le torse de l’illustrateur. Elle sentait à travers ce contact, le cœur du barbu s’emballer, ce qui fait sourire intérieurement la quadragénaire, qui commençait à se dire que jusqu’à présent, Ayden avait parfaitement réussi à cacher son jeu. Cela ne faisait pas uniquement quelques minutes que lui aussi avait ce genre d’idées en tête, elle en était convaincue, ce qui rendait ce moment encore plus intense.



#872F2F
Revenir en haut Aller en bas
Ayden W. Forestier
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 02/11/2015
Messages : 201
Age IRL : 22

MessageSujet: Re: Come with me, there's no need to talk   Jeu 29 Sep 2016 - 23:53

Avant d'avoir Sally entre les bras, cela n'avait pas déranger l'illustrateur d'être un célibataire endurci, ça ne le dérangeait pas de ne pas avoir de relations sexuelles. Pourtant, elle, elle venait d'arriver et brisait toutes les barrières que le muet s'était imposé sans se rendre compte. Il avait longtemps attendu le retour de Fawn dans sa vie, encore aujourd'hui il espérait pouvoir la retrouver bien que son pessimisme et tout son être lui soufflaient que jamais il ne reverrait la petite amish. Aujourd'hui, pour une fois, il se fichait du monde extérieur ou même intérieur. Il se fichait de savoir si la femme pour qui son coeur battait était encore vivante ou non. Il ne voulait pas savoir. Pas maintenant, pas alors que ses lèvres goûtaient encore et toujours celles de la brune. Ayden dévorait ses baisers, frissonnait au moindre contact et sentait la chaleur s'emparer de son corps entier sans qu'il puisse la contrôler. Il était la marionnette des désirs humains qui l'animait. Déconnecté de la réalité, oui, on pouvait le dire ainsi. Son seul unique but était de profiter du fruit défendu, de manger un bout sans le moindre remord. La quarantenaire, d'ailleurs, montrait également son désir.

Alors que la femme se débarrassait du haut de muet, ce dernier prit le temps de glisser ses doigts sous le débardeur féminin, profitant amplement de la douceur de la peau sous ses doigts, des quelques frissons qu'ils sentaient à chacun de ses passages. Contre les lèvres de la belle, il souriait tant la perspective de la déshabiller le faisait se réjouir. L'attente se faisait déjà trop longue pour lui alors qu'ils n'étaient là que depuis quelques minutes à peine, lui torse nu et elle qui l'imiterait dans quelques secondes. Le français remontait, avec une lenteur volontaire, le haut de sa belle du jour, profitant amplement de cette chance qu'il avait de pouvoir caresser son épiderme, s'attardant paisiblement sur sa poitrine rebondie. Durant quelques secondes, son regard se perdit dans celui de la dame et un sourire naquit sur ses lèvres alors qu'elle sentait son palpitant le trahir, décrivant en quelques battements l'état dans lequel il se retrouvait. Le tissu trouva le sol. A cet instant, le muet se stoppa net, profitant d'une poignée de seconde pour se rincer l'oeil et admirer la femme qui lui faisait du charme depuis un moment déjà. C'est vrai qu'il l'avait trouvé magnifique et plus qu'à son goût mais c'était aussi vrai qu'il avait rapidement fait une croix sur la possibilité de lui parler, trouvant comme excuse la différence de leur personnalité peu encline à l'entente. Mais voilà qu'elle était là, devant lui à attendre qu'il se décide.

Ayden tenta un instant de garder son calme, de contrôler sa respiration alors que son regard bleu détaillait toujours longuement la dame. Doux, il redevenait doux et vint simplement enlacer la taille fine de la femme, la serrant tout de même fermement contre lui. Là, elle lui fit constater son désir alors que sa cuisse effleurait à peine sa virilité cachée. L'illustrateur glissa une main dans les cheveux de sa compagne et lui intima avec délicatesse de rejeter la tête en arrière tandis que sa bouche venait déguster sa gorge à coups de lents baisers appuyés. Sa main, quant à elle, se glissait à peine sous le bas de sous-vêtement maintenant sa poitrine, caressant ainsi délicatement ses formes plus que plaisante. L'empressement se faisait ressentir mais il souhaite aussi en profiter au maximum. Il finirait bien par voir le galbe d'une hanche puisque tout venait à point à qui savait attendre. Et là, il voulait attendre, profiter du jeu de séduction et arracher au ciel ce plaisir qu'était la luxure et le péché charnel. Résister, il résistait à la tentation alors même qu'il sentait sa respiration à elle chauffer son épaule, son coeur cogner à n'en plus finir et ses mains sur sa peau. Lui aussi frissonnait, lui aussi la désirait, comme jamais il n'avait désiré personne. Plus timide, l'homme s'était calmé, adouci, les questions reprenant son esprit alors qu'il cherchait à savoir quelles étaient les meilleurs façons d'apprivoiser la femme Lockharts. Et s'il se ratait ? Et si rien ne se passait bien ?

L'esprit en ébullition, le corps en automatique, Ayden se voyait paisiblement enlever à la face son dernier vêtements, la laissant alors en petite tenue que l'artiste appréciait fortement. Un sourire taquin, il vint glisser les mains sur ses hanches pour la rapprocher de nouveau de lui. Hors de question qu'il la laisse s'enfuir, il comptait bien profiter plus que jamais de cette merveilleuse opportunité que la vie lui offrait.


You & I ? Why not ?
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
WALKING WITH THE DEADS

MessageSujet: Re: Come with me, there's no need to talk   Aujourd'hui à 23:19

Revenir en haut Aller en bas
 

Come with me, there's no need to talk

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

 Sujets similaires

-
» Mandat kont Aristide - No DYOL to talk!
» I need somebody to talk - Cédie. (0/3)
» 05 - I need to talk ♥ Saphira
» Bill Clinton : Talk is Money (al konprann se piyay!)
» Talk about book♣♠

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Walking Dead RPG :: Archives RP :: RP Abandonnés-