Partagez | .
 

 Life

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Auteur
Message
Kaidan E. Hunter
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 24/08/2014
Messages : 299
Age IRL : 25

MessageSujet: Life   Mar 28 Juin 2016 - 13:26

Le mois d'avril était arrivé. Le temps, printanier, oscillait entre belles journées douces et ensoleillées et averses interminables. Mais ce n'était pas le temps qui était responsable de la morosité de Kaidan. La date fatidique du 10 avril était arrivée, et il y avait de quoi lui faire broyer du noir. Ce jour-là, il aurait dû fêter les deux ans de son couple avec Claire. Seulement voilà, celle-ci n'était plus. Et même s'il arrivait à vivre au quotidien avec ce drame, à passer outre, une sourde culpabilité le rongeait toujours. Celle de ne pas avoir pu la protéger, et de ne pas avoir réussi à la sauver. Il l'avait simplement regardée s'enfoncer dans la mort, en essayant de faire de son mieux pour elle mais sans pouvoir contrer l'inéluctable.
La nuit était tombée, et le jeune homme regardait à l'extérieur par une fenêtre. Les gouttes de pluie s'écrasaient contre le verre avec un crépitement lancinant. Il contemplait quelque chose au dehors sans vraiment voir quoi que ce soit. Maintenant que la pollution lumineuse avait disparu en même temps que l'éclairage public ou privé, il était possible d'expérimenter ce qu'était la véritable obscurité. À la main, il tenait un verre dans lequel il faisait tournoyer machinalement un liquide translucide. C'était tout ce qu'il avait pu dénicher pour l'occasion en sortant faire un tour : une bouteille de vodka à peine entamée, dont il s'était servi pour trinquer tout seul. Ce n'était pas à ce genre d'alcool fort qu'il aspirait pour l'occasion, mais il devrait s'en contenter. Et puis, au fur et à mesure du temps, il avait continué à boire, histoire d'oublier son humeur, de panser la douleur. Il s'était servi dans un verre trop grand, et la puissance du liquide lui avait irrité la gorge, le faisant toussoter. Mais après plusieurs verres, il était déjà passé outre tout cela.

Lassé du spectacle monochrome de la nuit, l'archéologue quitta sa chambre pour se rendre au salon, toujours armé de sa bouteille de vodka et de son verre. Il commençait à se sentir engourdi et un peu dans les vapes, résultat d'un alcool fort absorbé beaucoup trop vite et sans modération, qui plus est par un estomac vide. Il avait donc besoin de s'affaler dans un fauteuil... et son plan s'arrêtait là pour le moment. Ce fut avec une lenteur pataude qu'il descendit les marches, avant d'atteindre le salon d'un pas peu sûr. Il n'y était pas seul : Carmen s'y trouvait déjà. Personne d'autre ne s'y trouvait. Il était sans doute tard, il n'avait pas pensé à vérifier l'heure ni à garder une montre sous le nez. Il s'affala dans un fauteuil avec un soupir lourd, laissant aller sa tête en arrière dans le dossier. Après un instant de contemplation du plafond, il posa les yeux sur Carmen, et s'adressa à elle d'une voix pâteuse.


« T'es toute seule ? »

C'était l'évidence même, mais Kaidan n'était plus vraiment de première fraîcheur. Avec une concentration laborieuse, il entreprit de se servir un nouveau verre, opération brillamment réussie sans rien renverser autour de lui et sans en mettre partout. Il posa ensuite sa bouteille près de lui, et porta le verre à ses lèvres. Il sentait son esprit et son corps s'engourdir. S’enivrer n'était pas dans ses habitudes, mais il devait avouer que cela avait l'avantage de l'aider à oublier, et à rendre la douleur plus supportable. Il y avait encore des jours où ce manque était cruel, et seul le temps finirait par apaiser durablement les choses.


Alea jacta est
On verra bientôt que d'oser vivre, ce n'est pas la fin du monde. Juste d'un monde.  by lizzou.
Revenir en haut Aller en bas
Carmen L. Mendoza
leader | Sanctuary Hills
Administratrice
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 14/06/2015
Messages : 733
Age IRL : 25

MessageSujet: Re: Life   Sam 2 Juil 2016 - 23:06


Je suis en pleine conversation avec grand-mère Ama et l'esprit de la nature, ça se voit pas ?

Le ton ironique avait cinglé comme un fouet, avant qu'elle ne tourne lentement la tête vers lui, rejetant doucement la bouffée de nicotine qu'elle avait aspiré plus tôt. Sans doute que les noms ne lui diraient rien, mais qu'importait. Pas besoin de 8 années de diplômes pour constater qu'elle était la seule personne du salon tout de même.
Kaidan. Depuis le temps, il devait tout de même savoir comment elle réagissait sans avoir à s'en formaliser.
La démarche titubante, le regard vitreux, une bouteille à la main. La jeune femme fronça un instant les sourcils en observant le médiéviste s'approcher d'elle. boire autant ça ne lui ressemblait pas. C'était plutôt elle la dévergondée, qui fumait des joints en cachette avec Erik, Axel ou Jasper, et buvait du whisky quand Jack était apte à lui en proposer. Mais lui...
Il avait plutôt la gueule du premier de la classe un peu coincé qui avait passé son enfance avec une raie sur le côté et des lunettes à double verre, avant que la nature ne devienne carrément plus clémente avec lui.

Mais malgré son accueil un peu froid, elle le laissa tout de même prendre place à côté d'elle, alors qu'elle tirait à nouveau sur sa cigarette en observant le liquide transparent de la bouteille. Plus par curiosité que réelle envie, elle attrapa le goulot de cette dernière pour en boire une gorgée, grimaçant rapidement en sentant le goût acre de la vodka le long de sa gorge. Pour un peu, et elle aurait tout recraché sur le pauvre homme, sauf qu'elle s'en abstint sagement.

On fête quelque chose pour picoler autant ?

Ca ne lui ressemblait tellement pas après tout... Peut-être qu'il avait besoin de parler d'un truc qui lui pesait sur le coeur. La mort de sa petite amie ou quelque chose dans ce goût là. Ce groupe avait de toute manière une certaine attirance pour les cas particuliers, songea t-elle pour elle même. Entre Jack le bourru, Jasper qui avait vu sa petite amie se faire dévorer, la mort de sa soeur ou encore Erik qui avait perdu sa femme... Il y avait de quoi faire.
Repoussant la bouteille vers lui avec un air dégoûté, elle resta silencieuse un instant alors qu'il buvait son verre, avant de lui proposer avec lenteur une cigarette qu'elle sortit de son paquet.

Tu veux en parler ?

Pourquoi elle était aimable, franchement ? C'aurait été plus pratique de le laisser cuver dans son coin tandis qu'elle était perdue dans ses songes, mais non. Il avait fallût qu'elle joue les Ana Lucia, à essayer d'être sympathique avec les membres de ce groupe qui essayaient de compter sur elle.


HELP, I'M ALIVE
My heart keeps beating like a hammer,
Hard to be soft, Tough to be tender. If we're still alive, My regrets are few If my life is mine, What shouldn't I do? Come take my pulse the pace is on a runaway train (⚡) june.
Revenir en haut Aller en bas
Kaidan E. Hunter
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 24/08/2014
Messages : 299
Age IRL : 25

MessageSujet: Re: Life   Mar 19 Juil 2016 - 12:06

Kaidan ignora la réponse cinglante et cynique de Carmen à sa question stupide. Il avait pour ainsi dire l'habitude. Et de toute façon, c'était plus pour briser le silence qu'autre chose. Avec une concentration absolue, mais qui vue de l'extérieur ressemblait davantage à la tête de Mowgli hypnotisé par Kaa dans le Livre de la Jungle de Disney, il observa le verre qu'il venait de vider à moitié, tout en y faisant tourner le liquide translucide. De la vodka. Et pas forcément de la bonne, en plus, même si pour se bourrer la gueule tout était bon. Que n'aurait-il pas donné pour un de ces bons vins français qu'il avait appris à apprécier durant son séjour en Europe... S'il se réveillait un jour de la gueule de bois qu'il aurait sans doute le lendemain, il faudrait peut-être qu'il songe à se mettre en quête d'un caviste. Il devait bien y avoir quelque part sur ce territoire un magasin qui vendait du vin importé. Et pas une de ces foutues copies de Californie qui tentaient d'imiter le maître. Même si, il fallait l'avouer, les crus californiens s'étaient améliorés ces dernières années.
Le verre porté à ses lèvres. La tête jetée en arrière. Cul sec. Le liquide brûlant se déversa dans sa gorge jusqu'à son estomac. C'était comme tenter de remplir quelque chose de vide avec du vent. Jamais l'alcool ne comblerait la douleur ou ne l'apaiserait. C'était plutôt un moyen de saouler sa conscience jusqu'à ce qu'elle déclare forfait, et que la souffrance soit écartée le temps d'une bonne cuite. Il n'était pas du genre à boire pour oublier, pourtant. Mais la situation n'avait jamais semblé aussi désespérée. La perte était déjà grande en soi, mais quand en plus le monde s'était écroulé... C'était trop. Le médiéviste était pourtant un optimiste dans son genre. Il continuait à croire que l'épidémie pourrait être soignée un jour. Après tout, l'humanité avait toujours trouvé une solution à toutes les pandémies, de tous temps. La peste noire, la grippe espagnole, le choléra... En cet instant de désespoir toutefois, tout lui semblait perdu. Alors il buvait. Il se resservit un verre quand un sourire crispé accompagna la réponse qu'il fit à Carmen.


« Si on veut, ouais.

C'était la fête. Le jeune homme lui jeta un regard, conscient qu'elle l'observait avec cette mine réprobatrice, et pourquoi pas une moue un brin écœurée. Cela suffit pour qu'il verse une partie de la vodka sur lui-même plutôt que dans son verre. Avec un grognement, il se concentra pour ne plus renverser une goutte de liquide ailleurs qu'à l'endroit prévu à cet effet. Il reboucha la bouteille, puis la posa avec un claquement sur la table proche. S'enfonçant un peu plus dans le fauteuil, il ferma les yeux un instant. Bon. Ses perceptions et sa raison s'engourdissaient peu à peu. Il avait beau tenir l'alcool de manière relativement correcte, s'enfiler de la vodka pure comme un coureur de marathon qui vidait aussi sec une bouteille d'eau, c'était trop pour son organisme. Et tant mieux, car c'était exactement ce qu'il cherchait lorsqu'il avait commencé à boire. Il haussa un sourcil un peu surpris en constatant que Carmen voulait visiblement jouer au psy, mais il se prêta au jeu avec un geste désinvolte.

- Oh, y a pas grand chose à raconter. On aurait dû fêter les deux ans de notre couple aujourd'hui, avec Claire. Seulement, cette épidémie s'en est mêlée, et elle est partie. Fin de l'histoire. Santé.

Sur ces mots, Kaidan leva son verre en direction de la jeune femme comme pour porter un toast, avant de le vider d'un trait. Ce fut presque pire que la fois précédente. L'alcool fort le fit tousser, ce qui écorna quelque peu sa crédibilité. Heureusement pour lui, il approchait à grands pas de l'état dans lequel il y était joyeusement indifférent. Lorsque la quinte de toux fut passée, il marqua un temps de pause avant de se resservir. À ce train là, il aurait fini toute la bouteille dans quelques minutes. Le verre vide toujours à la main, il lâcha un soupir. Une vague de mélancolie parvint à se frayer un chemin dans son esprit brumeux. Des restes de culpabilité qui s'accrochaient à sa conscience vacillante, anesthésiée par l'alcool.

- Même maintenant, je me dis encore que c'est ma faute. Ce qui lui est arrivé. On aurait dû rester en France... ou alors, j'aurai dû mieux la protéger. »

À nouveau, l'archéologue contempla le plafond. Même s'il était parvenu à continuer à vivre – à survivre – dans ce monde en ruines depuis que Claire était morte, même s'il avait fini par se relever et aller de l'avant, la douleur et la culpabilité ne le quittaient jamais totalement. Il y avait toujours des moments où cette perte devenait insupportable. Cela durait un temps, puis il s'en remettait. C'était le processus normal du deuil. La culpabilité s'y ajoutait toutefois. Le sentiment qu'ils auraient dû rester en France, que peut-être la situation n'était pas la même là-bas, ou qu'il aurait dû l'empêcher de se faire mordre. Ou être mordu à sa place, pourquoi pas ? Mais on avait beau se rejouer la scène dans sa tête, on ne pouvait pas changer le passé. Le jeune homme poussa un nouveau soupir, gardant le silence. Depuis son arrivée dans le groupe, la version officielle était que sa petite amie avait été tuée dans ses bras. Pas qu'elle avait été contaminée, et tout ce qui avait suivi. Parce qu'il vivait avec la terreur glacée qu'on découvre qu'il avait tué un homme innocent de sang-froid, alors qu'il nageait en plein délire. Pas le genre de personne qu'on aimerait avoir près de soi en ces temps troubles. Cette peur le rendait malade. Mais l'alcool pouvait malheureusement émousser cette prudence. Pour l'heure, tout était sauf. Ce ne serait pas forcément le cas s'il se sentait en veine de tout dévoiler.


Alea jacta est
On verra bientôt que d'oser vivre, ce n'est pas la fin du monde. Juste d'un monde.  by lizzou.
Revenir en haut Aller en bas
Carmen L. Mendoza
leader | Sanctuary Hills
Administratrice
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 14/06/2015
Messages : 733
Age IRL : 25

MessageSujet: Re: Life   Sam 23 Juil 2016 - 23:43


Pour une fois, elle s'était contentée de se taire et d'écouter. Il avait parlé, expliquant l'anniversaire mortuaire qui le hantait depuis le début de la journée et qui visiblement, lui avait donné envie de se coller une sacrée cuite. Carmen ne put s'empêcher de grimacer en le voyant vider d'une traite son verre de vodka pure, alors qu'elle peinait à boire la sienne.
Et du peu qu'elle observa, c'était une vodka de mauvaise qualité. En plus.
Mais dans un sens, elle comprenait. Chacun vivait son deuil à sa façon après tout. Son propre deuil avait plus été difficile à gérer pour les gens qui vivaient avec elle, que pour elle même. Axel s'était pris de plein fouet une remarque cinglante sur la mort de ses parentss, Jack devait la maîtriser à chaque nouveau coup de colère... Même Shawna avait été prise de court face au caractère distant et froid de la brune.
La jeune femme haussa les épaules, lasse. Qui sur cette planète n'avait pas perdu au moins un proche finalement ?

Tu devrais discuter avec Jasper, lui aussi à perdu sa petite amie au début de l'épidémie...

Et elle alors ? Devait-elle réussir à se confier à son tour ? Mettre un semblant de mot sur la mort de sa petite soeur, et la disparition de la cadette ? Elle n'en était même pas sûre.

On ne peut pas ramener les morts à la vie, on ne peut qu'avancer sans eux désormais. Tu dois apprendre à l'accepter, à vivre avec. C'est comme ça.

Que leur restait-il de toute manière, à part avancer, et aller de l'avant ? Plus grand chose, elle en avait bien peur. La navajo ne put s'empêcher de soupirer longuement avant de finalement finir son verre d'une traite non sans grimacer, rajoutant encore.

Ma soeur à été mordue, un peu avant qu'on arrive ici. Quand elle est revenue en wendigo j'ai dû l'achever de mes propres mains. J'ai eu envie de mourir, je me suis renfermée sur moi même et au final... Je suis encore là. Dans un sens, elle vit toujours à travers moi.

C'est ce que sa grand mère lui avait dit, peu de temps après l'incinération de sa mère. En se forçant à affronter les obstacles, sa mère vivrait toujours un peu en elle. Tirant à nouveau sur sa cigarette, Carmen fit tomber la cendre dans le cendrier prévu à cet effet avant de faire remarquer.

C'est pour ça que j'me permets ce genre de conseil. Parce que j'ai vécu le deuil, comme chacun des membres de ce groupe.



HELP, I'M ALIVE
My heart keeps beating like a hammer,
Hard to be soft, Tough to be tender. If we're still alive, My regrets are few If my life is mine, What shouldn't I do? Come take my pulse the pace is on a runaway train (⚡) june.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
WALKING WITH THE DEADS

MessageSujet: Re: Life   Aujourd'hui à 2:04

Revenir en haut Aller en bas
 

Life

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» — bring me to life
» Life in UCLA
» 06. My life would suck without you (part II)
» 01. life is beautiful ? …Maybe ! Pv. Finn
» "Life is a ticket to the greatest show on earth."

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Walking Dead RPG :: Archives RP :: RP Abandonnés-