Partagez | .
 

 Slow Ride

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3
Auteur
Message
Stewart A. Jenkins
bras droit | American Dream
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 15/05/2016
Messages : 52
Age IRL : 20

MessageSujet: Re: Slow Ride   Dim 21 Aoû 2016 - 15:40

S'efforçant de ne pas dévorer des yeux trop ouvertement la silhouette masculine et sombre qu'il avait en face de lui, Stewart expliqua rapidement la naissance tant attendue de la cinquième petite descendante de Bill Norris, patron adoré de ce bar tout en retournant à l'intérieur. Son collègue lui lança un regard entendu. Il savait très bien à quoi il jouait avec ce client tout neuf, pour l'avoir déjà vu à l'oeuvre auparavant. La sexualité de Stewart n'était un secret pour personne, et si au début certains clients l'avaient mal pris, il avait eu une façon toute particulière de leur faire comprendre de s'occuper de leurs fesses. Et Stew étant Stew, certains d'entre eux s'étaient même avoués deux-trois petites choses à eux-mêmes. Son manège était donc connu, on savait à quoi s'en tenir. Marcus savait qu'il devrait s'éclipser en premier pour ne pas assister à cette parade amoureuse, qu'il commençait à connaître par cœur. En revanche, cette façon de regarder l'élu du moment avec des étoiles dans les yeux, ça changeait, tout comme son standing. Stew évitait les riches normalement... Il avait peur de susciter chez eux une sorte de pitié mal placée.

Inconscient des réflexions de son collègue et ami, Stewart servit une coupe à son tout nouveau coup de cœur et porta le premier toast de nombreux autres, qui eurent raison de la bouteille. Les deux collègues régalèrent Zack de potins sur la vie du bar tout en prévoyant le futur de la petite dernière de la famille Norris, s'enthousiasmant de sa naissance. Elle arrivait dans une famille heureuse et aimante, après quatre garçons qui risquaient fort de lui mener la vie dure en voulant la protéger de tout. Ils avaient hâte de connaître son prénom, et Stew réfléchissait déjà à ce qu'il pourrait offrir à la minuscule demoiselle. Il s'entendait bien avec le fils de son patron, qui lui avait été très reconnaissant d'avoir sorti son père des embrouilles. Il s'était toujours montré très amical envers lui, Stewart voulait tout faire pour lui renvoyer ce bon sentiment, surtout depuis qu'il avait été choisi comme parrain du troisième. Il était heureux de se sentir intégré dans une famille comme celle-ci.

Vint le moment où la bouteille se retrouva vide, et où Marcus décréta qu'il comptait bien profiter de cette soirée de libre pour aller retrouver sa dulcinée plus tôt. Il alla ranger ses affaires, laissant un court instant Zack et Stewart en tête à tête. Il se pencha vers lui, souriant largement : « J't'avais dit ou pas que mon bar était le meilleur ? » Il lui tapa l'épaule du coude, montrant qu'il le charriait. « Bon, j'espère que tout ce qu'on a dit n'a pas été trop obscur pour toi, et que tu t'es amusé malgré ça. Toujours mieux qu'un diner avec des coincés du cul, pas vrai ? » Marcus revint, prit congé, et Stew ne tarda pas à suivre son exemple. En quelques gestes experts, il rangea correctement ce qui resta sur son comptoir, le nettoya, puis s'adressa de nouveau à son homme : « Maintenant que tu as vu le bar, tu veux voir le quartier peut-être ? A moins que tu préfères rentrer te pieuter. T'es pas si vieux que ça, pas vrai ? » Tiens, c'était une bonne question ça... Quel âge avait l'autre exactement ? Il était plus âgé que lui, ça, c'était certain, mais de combien ? Bah, il n'allait quand même pas lui demander de sortir sa carte d'identité, ce n'est pas comme si ça avait la moindre importance à ses yeux... Il était juste curieux.

Il se posta près de l'homme, s'appuyant contre le comptoir, l'observant un court instant avant d'annoncer sa déduction : « Nah, t'as pas l'air si vieux, mais t'as l'air crevé. Qu'est-ce que t'en dis, on fait le tour et je te ramène dans ta tour, mon bon prince ? Je suis partant pour jouer au chevalier ce soir. » Il n'osait pas le dire de but en blanc, mais à cette heure et habillé comme ça, Zack allait affoler tous les détrousseurs restants, et il ne voulait pas voir sa photo dans le journal le lendemain. Ce serait trop bête, alors qu'il venait tout juste d'apparaître dans son bar après l'avoir fait tant attendre. Il voulait encore en profiter un peu ! Il décolla ses fesses de leur support et lui fit galamment signe de prendre la tête de leur expédition. Ils auraient tout le temps nécessaire pour parler davantage en prenant sa voiture pour se rendre dans les beaux quartiers, d'où l'autre devait très certainement venir.


Revenir en haut Aller en bas
Zack M. Atkins
leader | American Dream
Modérateur
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 22/03/2016
Messages : 1306
Age IRL : 24

MessageSujet: Re: Slow Ride   Lun 22 Aoû 2016 - 18:52


Le petit sourire amusé qu'arborait Zack depuis qu'il avait eu droit aux anecdotes du coin ne le quittait pas, cette légèreté contrastant parfaitement avec le regard relativement sérieux et intéressé qu'il dardait sur le barman. La remarque de Stew concernant son bar n'avait fait que l'amuser un peu plus mais il s'était contenté de hausser un sourcil légèrement hautain, un léger sourire en coin. Le gamin comprenait-il seulement dans quel genre d'endroits l'homme d'affaire évoluait d'habitude ? Les deux mondes étaient franchement différents, c'était un fait, mais le blond faisait parti des rares à avoir connu le bas monde avant le luxe alors oui, malgré son petit air supérieur, il ne pouvait nier qu'il avait passé une bonne soirée et qu'il ne regrettait aucunement d'être venu. Et très certainement que le brun y était pour beaucoup. Ce genre de remarques pleines de mesquineries lui changeait d'ailleurs beaucoup des gens qu'il côtoyait au quotidien, tous ces guindés qui avait l'air de jouer leurs vies à la moindre inspiration ; quoi de plus horripilant ? Alors il avait hoché la tête, manquant de pouffer de rire, quand le gamin avait supposé que ç'avait été mieux qu'un dîner de ''coincés du cul'', comme il avait dit.

Accoudé au bar, il avait observé son cadet rendre le coin propre ; il savait parfaitement ce qu'il faisait et, comparé à la tronche qu'il avait tiré au rendez-vous avec Monsieur Andrews, il n'y avait aucun doute que le gamin appréciait son métier. Une nouvelle question fit froncer les sourcils à l'aîné et il pencha légèrement la tête sur le côté, un petit sourire en coin tandis que le barman en rajoutait une couche. « J'ai pris un an y a pas longtemps mais j'ai encore le temps avant la prochaine décennie. » Comme ça, face à lui, il n'avait pas manqué de planter son regard dans ses yeux d'un vert profond. L'homme d'affaire s'était tut un instant, essayant de jauger ce qu'il voyait au fond de ces yeux et peu à peu, son air se fit un peu plus sérieux, il oublia un instant un quelconque amusement. Quelques secondes qui lui parurent interminables avant qu'il ne se rende compte qu'il se laissait complètement happer par ce regard si particulier. Se levant, il s'éclaircit la gorge pour se redonner une quelconque contenance, reprenant par habitude son air guindé. « Mais je suis crevé t'as raison. » Il lui adressa un sourire un peu las, partagé entre cette fatigue qui le tiraillait, et une autre partie de lui qui lui murmurait déjà qu'il n'arriverait pas à dormir aisément.

L'homme d'affaire s'était dirigé vers la sortie, répondant au passage qu'il se laisserait volontiers raccompagner tout en récupérant sa veste pendue au porte-manteau. A peine dehors, il sorti de la poche de pantalon sa boîte métallique où étaient rangées ses clopes et en cala une entre ses lèvres, l'allumant tandis que le brun fermait la porte à clé. « Tu bosses ici depuis quand ? » Expirant lentement la fumée de sa cigarette en dardant sur le cadet un regard en coin, il glissa dans sa poche sa main libre, se mettant en route à ses côtés jusqu'à la voiture. La réponse à sa question l'intéressait vraiment bien qu'elle pouvait paraître banale ; bizarrement, il avait l'envie d'en savoir plus sur le barman et, la situation n'étant en rien professionnelle, il ne s'encombrait plus à masquer son intérêt.

Et finalement ils arrivèrent au véhicule de Stew où Zack grimpa après avoir écrasé sa cigarette. Le trajet ne promettait certes pas d'être aussi confortable que dans sa propre voiture ou celle de son chauffeur, mais c'était secondaire, il avait plus important à penser. « J'habite vers le Madison Park. Tu sais comment y aller ? » Il n'avait pas l'air vraiment sûr de lui alors l'homme d'affaire se chargea de le guider à travers la ville, quittant peu à peu son centre bondé pour rejoindre le quartier un peu plus tranquille où se trouvait son duplex. Sur le chemin, le blond se mit à rire légèrement en calant sa tête contre l'appui-tête. « Tu vas finir par me voir d'un mauvais œil, c'est la deuxième fois que je fous ton plan en l'air. » Zieutant rapidement vers sa gauche sans se débarrasser de son air mesquin, il croisa le regard du gamin ; avait-il remarqué cette légère pointe de déception qui s'était animée dans sa voix ? Secouant la tête en affichant une légère moue amusée, Zack reporta son attention sur la route, essayant de ne pas indiquer un mauvais chemin à son conducteur improvisé.

Ils arrivèrent en bas du logement du plus âgé avec une quinzaine de minutes de trajet ; tout était calme mais une lumière éclairait constamment le hall d'entrée du bâtiment. Les logements dans cette rue faisaient partis des plus chers de la ville et la présence de vigiles et portiers un peu partout en était une preuve non négligeable. Détachant sa ceinture, Zack tourna une nouvelle fois la tête vers le barman, éclairé par la lumière lointaine des lampadaires un peu plus en retrait. « J'imagine que j'ai l'air trop fatigué pour te proposer un dernier verre ? » Son ton s'était fait amusé, amusement qui se lisait également dans son regard, amplifiant la lueur d'intérêt qui y flottait. Sil montait il en serait ravi, si non, ce ne serait que partie remise. Le plan du gamin n'était pas tombé dans l'oreille d'un sourd, et l'homme d'affaire n'était pas encore assez vieux pour l'oublier.



Revenir en haut Aller en bas
Stewart A. Jenkins
bras droit | American Dream
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 15/05/2016
Messages : 52
Age IRL : 20

MessageSujet: Re: Slow Ride   Lun 22 Aoû 2016 - 22:13

Leur échange silencieux avait de nouveau réussi à le déstabiliser. Curieusement, non, il n'avait pas l'habitude qu'on le fixe de manière aussi... appuyée, comme si on cherchait à lire directement dans son cerveau tout en dévorant du regard son visage. Ça lui faisait un effet... non-négligeable. Il avait l'impression de n'exister plus que pour l'autre en face, et il était bien incapable de détourner le regard le premier, happé par celui de l'autre. C'était absolument grisant et inconnu. Heureusement, ils ne restèrent pas à se fixer pendant plusieurs longues minutes, son compagnon ayant choisi de rompre cet étrange lien en lui donnant raison et baissant les yeux. Stewart recommença à respirer. Il ne s'était pas rendu compte qu'il avait retenu son souffle si longtemps. Belle apnée. C'était peut-être dangereux de traîner avec l'autre s'il en perdait la capacité de respirer, se dit-il avec humour pour faire disparaître cet étrange sentiment qui venait de s'insinuer en lui.

Il nota qu'il avait apparemment raté l'anniversaire de son « bourreau », et se promit que si les choses continuaient à bien se dérouler entre eux, il s'arrangerait pour régler cet oubli. Un petit truc sympa, qui réussirait peut-être à le faire rire... Un cadeau, c'était toujours apprécié.

Alors qu'il fermait le bar, Zack lui posa une nouvelle question personnelle, à laquelle il répondit avec joie. Ce boulot, ça lui avait très certainement sauvé la vie. « Depuis hier. Enfin, c'est l'impression que j'ai, mais ça fait plutôt quatre ans maintenant. » En se dirigeant vers sa voiture toute réparée grâce à l'argent donné par son boulot illégal, il développa rapidement, heureux de lui expliquer et qu'il s'y intéresse. « Y'a toute une histoire derrière, mais je te la fais courte : j'ai aidé le patron, il a voulu me remercier, j'ai accepté son offre. Je regrette pas un instant, et j'espère que c'est aussi son cas ! Remarque, si ça ne l'avait pas été, je ne sais pas ce que je foutrais encore là... Mais il semblerait que ma façon de faire plaise, donc tout va bien. J'vais faire en sorte que ça dure... » Il rougit en s'apercevant qu'il s'était un peu trop confessé et chercha immédiatement à détourner l'attention de l'autre de sa mièvrerie de protégé reconnaissant : « 'Fin pour pas que tu croies que j'ai subitement disparu de la circulation à cause d'un règlement de compte, hein. Tiens, v'là ma bagnole. »

Stewart savait qu'elle ne soutenait pas la comparaison avec ce que pouvait conduire son passager de la soirée, mais il en était fier comme un paon tout de même. Cette voiture, il avait économisé chaque dollar pour se l'offrir, elle représentait une de ses victoires sur la vie. C'était sa liberté d'aller où il voulait, quand il voulait. Il y vivait presque plus que dans son appartemment, en témoignait le tas de bricoles sur la banquette arrière. Des souvenirs, qu'il ne voulait pas mettre dans un placard... ça n'avait de sens que pour lui, les autres n'y voyaient que des breloques sans intérêt, des livres, un album photo qui paraissait à moitié vide... Et qui l'était, d'ailleurs. Stew n'avait pas beaucoup de photos.

Il s'assit au volant et laissa Zack s'installer dans le siège passager avant de démarrer le moteur, qu'il avait débridé. Il lui adressa un haussement de sourcils significatif en le faisant gronder et rit de sa bêtise. Il avait l'impression de redevenir adolescent. Zack lui donna son adresse, puis au vue de l'expression embêtée de son chauffeur, choisit de jouer le rôle du GPS. Charmant GPS, nota le plus jeune, un de ceux qu'on a pas envie d'éteindre pour qu'il se taise enfin. Quoi que celui-ci ne se gênerait sûrement pas pour le regarder de haut comme il savait si bien le faire s'il se trompait de sortie à un rond-point. Les yeux parfois sur la route, parfois sur son passager, Stewart sourit à sa remarque. « T'inquiètes pas va, j'm'adapte à tout imprévu. » Il lui fit un clin d'oeil et se reconcentra sur la route pour ne pas rater son feu vert. « 'Pis ça ajoute du piment, c'est marrant, non ? » Tu te souviendras peut-être de moi un peu plus longtemps que les autres, avait-il envie de dire. D'où lui venait cette envie de briller devant ses yeux à ce point ? De se distinguer des autres ? Il refusait d'envisager qu'il ne puisse être qu'une tête de plus dans le palmarès que Zack devait avoir, et il n'avait aucune idée du pourquoi.

Ils arrivèrent finalement en bas de chez son compagnon. Stewart eut l'impression de jurer cruellement dans ce décors, avec sa crasse et sa voiture. Ah ces riches... Pourquoi fallait-il que tout soit si propre et rutilant ? Aucune haie mal taillée, aucune voiture boueuse, aucune vitre cassée... Il ressentit presque douloureusement le besoin d'en briser une, juste pour retrouver un peu de normalité, mais il se retint. Pour peu que ce soit celle de Zack... Pas sûr qu'il apprécie. Pour ne pas y penser, il se focalisa sur son passager, qui n'était pas pressé de sortir. Ils s'observèrent de nouveau, l'étrange sensation revenant en force. L'idée du dernier verre fut lancée. Stewart sentit ses pommettes chauffer curieusement. Entrer, là-dedans ? Brusquement, il se dégonflait. C'était beaucoup trop impressionnant pour lui... et il ne se sentait pas près à affronter le lendemain matin avec un homme comme lui, dans son antre, dans son quartier. Il baissa les yeux et se frotta la nuque, intimidé. « Hum... J'adorerais monter, vraiment, mais... » il fit un geste de la main qui n'aida en rien à expliquer ce début de phrase. J'ai peur ? J'ai honte ? J'ai peur de te faire honte ? Impossible de formuler ça à voix haute pour quelqu'un d'aussi fier que lui. A la place, il se détacha également et proposa : « Je préfère t'escorter jusqu'à ta porte, déjà. Si jamais t'as besoin d'un bras. » le charria-t-il encore.

Ils marchèrent côte-à-côte jusqu'à la porte. Puis ils furent devant. Stewart rosissait à vue d'oeil. Finalement, il haussa les épaules pour se donner une contenance et prit un peu de hauteur pour atteindre les lèvres de l'autre, y déposant un baiser chaste et rapide. « Pour pas que tu me fasses poirauter deux semaines encore. » se justifia-t-il aussitôt. Il toussota pour masquer sa gêne et revint à sa voiture. Juste avant de s'engouffer dedans pour démarrer en trombe, il s'adressa une dernière fois à l'homme qu'il venait de planter devant le pas de sa porte : « Ah, et puis maintenant, on est quittes, je sais où t'habites ! J'perds pas le Nord, hein ? » dit-il en lui tirant la langue. Puis il disparut dans sa voiture, fit gronder le moteur et repartit d'où il venait. Salut les riches !


Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
WALKING WITH THE DEADS

MessageSujet: Re: Slow Ride   Aujourd'hui à 10:02

Revenir en haut Aller en bas
 

Slow Ride

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 3 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3

 Sujets similaires

-
» Maximum Ride RPG - Partenariat
» Le topic du slow qui tue
» take a ride with my best friend. 25 oct. (19h)
» ( Dimitri ) Just ride
» Bumpy ride (+) William

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Walking Dead RPG :: Archives RP :: RP Terminés-