Partagez | .
 

 "Knock, knock". Who's here ? "The death !"

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
Auteur
Message
Invité
Invité
WALKING WITH THE DEADS

MessageSujet: "Knock, knock". Who's here ? "The death !"   Lun 27 Juin 2016 - 14:39


Anya D. Miles
22 ans • Américaine • Employée chez McDonald’s • Emerald Freedom

i've got a war in my mind

Anya a toujours été une personne renfermée et froide, du fait qu'elle ait été plusieurs fois été impactée psychologiquement; à cause de la séparation de ses parents adoptifs, ou encore du fait qu'elle ne supportait pas les jeunes de son âge. Elle se méfie beaucoup des inconnus et se comporte donc de façon froide pour essayer de se former une sorte de carapace. Comme elle n’a jamais trop su vers qui se tourner, Anya est une personne influençable, ce qui est un paradoxe à son côté méfiant. Le fait qu'elle soit renfermée sur elle-même a joué un impact sur ses relations amicales et même relations sociales, tout simplement. Elle est très émotive mais elle fait en sorte de ne pas le montrer, car elle veut prouver aux autres qu'elle arrive à être une personne forte. Enfin, elle est très maniaque. En effet, son côté perfectionniste veut qu'elle fasse les choses jusqu'au bout, au surtout que tout soit fait parfaitement. Que ce soit la cuillère bien placée au dessus de l'assiette même les accessoires à son lieu de travail qu'elle ne peut s'empêcher de remettre en place; chose qui agace un peu certains et certaines.
Autonome depuis toute jeune, Anya a toujours été une personne efficace ; elle fait très bien tout ce qu’elle entreprend et le fait jusqu’au bout; cela peut être un point positif à son perfectionnisme. Elle est très altruiste et n'hésite pas à prêter main forte et à soutenir les gens qui sont dans le besoin, ou qui ont besoin d'elle. Attentionnée, elle prend soin des quelques personnes qu'elle apprécie, et surtout qui l'apprécie. Sa solitude a permis à Anya d’être une jeune femme calme et humble. Elle supporte très mal les gens qui sont très égocentriques et qui ne cessent de se jeter des fleurs. Elle est très observatrice ; vu qu’elle est entourée d’inconnus, cela lui permet d’essayer de cerner les différents personnages. Ainsi, elle peut essayer de s'adapter face au comportement des étrangers.


and blood on my hands

Anya mesure 1m71 pour 57 kilos. Elle a une magnifique chevelure blonde -qu’elle laisse lâche ou qu’elle attache, et ils peuvent parfois se boucler si elle les arrose-, ainsi que de beaux yeux bleus clairs. Petit détail : elle possède un grain de beauté à droite, non loin de ces lèvres. Du côté de ces vêtements, elle porte très souvent un bonnet ; qu’il fasse froid ou non, elle se sent bien plus à l’aise avec. Contrairement aux autres jeunes filles de son âge, elle n’a pas une très grande garde-robe. De ce qui est des chaussures, elle porte toujours une paire de basket car cela lui permet d’éviter d’avoir mal aux pieds, et surtout de pouvoir mieux se déplacer. Plutôt frileuse, elle se vêtit en général d’un pull ou d’un haut avec des manches longues. Elle porte des vêtements courts seulement lorsqu’il fait suffisamment chaud. Puis, elle porte des jeans simples, car elle trouve cela suffisamment confortable.
Côté « accessoires », elle possède un petit sac à dos dans lequel elle essaie toujours d’avoir une petite bouteille d’eau. Après, elle possède aussi une petite lampe torche ; cela peut toujours servir d’avoir de quoi s’éclairer. Après, son sac peut se remplir de petites trouvailles. Mais elle fait en sorte d’avoir son sac pas trop chargé pour éviter d’être désavantagée en cas d’altercation à l’extérieur.
Du côté des armes, Anya n’a jamais trop aimé utiliser les armes, mais comme elle n’a pas le choix elle garde toujours avec elle une batte de baseball, offerte par un ancien « ami » à elle, fan de baseball.

a storm is coming

Le 26 septembre 1994 ne fut pas un jour comme les autres. En effet, la jeune Anya Dana Miles venait de voir le jour, aux alentours de 21h45. Elle n'eut le temps d'apercevoir sa mère que quelques secondes, puis ne la revit plus jamais. Anya était considérée comme "orpheline" car elle ne connaissait pas ses parents; elle les avait perdu, en quelques sortes.
Tout commença lorsque sa mère rencontra un homme qui ne fut qu'un coup d'un soir, et l'ayant mise enceinte lorsqu'elle avait 19 ans. Elle ne s'aperçut de cette grossesse que lors du 9ème mois -au moment d'accoucher- car celle-ci avait fait un déni de grossesse. Elle décida alors d'abandonner sa fille aux pieds d'un orphelinat avant de s'enfuir lâchement, car elle ne pouvait pas s'occuper de sa fille à 19 ans. Comment allaient réagir ses parents s'ils apprenaient qu'elle était maman ? Non, c'était inconcevable pour elle. Elle préféra donc s'en séparer pour éviter d'attirer trop de soupçons.
Anya était donc considérée comme une enfant non désirée, et elle se retrouva dans un orphelinat. Elle fut élevée, nourrie, logée et blanchie par des femmes qui s'occupaient très bien d'elle. Sa mère n'aura jamais pu l'entendre dire ses premiers mots vers 2 ans, ni même la voire faire ses premiers pas à l'âge d'un an et demi. Mais ça, elle ne le saura jamais.

L'enfant ne posa que de rares questions sur ses parents, choses auxquelles ces même femmes ne pouvaient y répondre. Elles lui avaient raconté qu'Anya avait été retrouvée devant le grand grillage de l'orphelinat. Pas un bout de papier ni lettre n'accompagnaient la jeune blonde; seulement son petit bracelet à la naissance avec son nom et sa date de naissance. D'ailleurs, elle continuait de conserver ce bracelet, seul objet qui marquait son identité.
A trois ans elle put être envoyée à l'école, et ce fut au tout début très difficile. Elle dût accepter le fait que les autres enfants aient leurs parents, de l'amour et de l'affection. Elle, n'en n'avait jamais reçu, ou pas vraiment. Puis rapidement elle s'y fit, mais était toujours gênée lorsqu'il fallait parler de ses parents devant ses camarades de classe ou sa maîtresse d'école, voire lorsqu'il y avait la fête des pères et des mères. En parlant d'éducation scolaire, Anya était une enfant qui était très calme et attentive en classe. Elle était plutôt intelligente mais il y avait certaines matières qu'elle n'aimait pas, comme l'histoire et les mathématiques. Mais malgré ces deux petits points "négatifs", elle s'en sortait toujours à l'école.

A son orphelinat, elle avait quelques amis dont un jeune garçon, fana de baseball. Le garçon avait trois ans de plus qu'elle, et ils étaient meilleurs amis. Par chance ils allaient dans la même école, alors cela permettait à Anya de voir son meilleur ami à la récréation. Mais il y avait une chose qu'elle ne lui avait jamais dite: elle était amoureuse de lui. C'était son premier amour, et lorsqu'il parti à l'âge de 7 ans chez une famille qui avait décidé de l'adopter, il laissa l'une de ses battes de baseball préférée à la jeune blondinette; en guise de souvenir à leur amitié. Quant à elle, les rares familles qui se présentaient prenaient de petits enfants; environ 2 à 3 ans. Personne ne voulait d'elle alors elle restait à l'orphelinat. Puis, les années passèrent et la jeune Anya passait de classe supérieure en classe supérieure, mais perdit la trace de son meilleur ami lorsqu'il alla dans une famille.
Elle n'avait pas réussi à retrouver une amitié aussi forte avec une autre personne, à sa grande tristesse. Mais elle se promettait de ne jamais oublier le visage de ce garçon, au cas où elle le croiserait à nouveau. Un jour, qui sait.

Peu après qu'elle ait fêté ses 10 printemps, elle fut finalement adoptée par un couple qui n'arrivait pas à avoir d'enfants. Ils prirent deux enfants: une petite de trois ans et elle; qui serait sa grande-sœur. A l'orphelinat, elle n'avait jamais encore jamais vu cette petite fille, vu qu'elles n'avaient absolument pas le même âge. Mais tout de suite le courant était très bien passé entre les deux et grandirent en se considérant presque comme de vraies sœurs. Malheureusement, Anya dû changer d'école car elle était partie à l'autre bout de Seattle. Ce changement la perturba un peu car elle perdait le peu d'amis qu'elle avait eut, mais finalement elle s'en refit des nouveaux. Ses parents adoptifs étaient très aimants et les deux "sœurs" étaient très gâtées par leur famille. Les années passaient et la jeune Anya était rentrée au collège. Elle n'eut pas de souci particulier, simplement qu'elle restait souvent toute seule car elle ne supportait pas les jeunes filles qui se prenaient pour des pimbêches ou des pouffes alors qu'elles n'avaient déjà que 14 ans. D'ailleurs, ce fut la même chose au lycée, mais surtout au niveau de ses relations avec les garçons; ils ne voulaient d'elle que des choses non sérieuses, et surtout pour du cul. Elle était plutôt dégoûtée des jeunes de son âge.

Anya grandit et mûri bien vite, un peu plus rapidement que la moyenne. Elle était très heureuse dans sa nouvelle famille malgré les quelques disputes qu'il y avait entre ses parents. Elle avait très peur qu'ils ne se séparent un jour ou l'autre, car les tensions entre ses disputes s'amplifiaient. Le moment fatidique arriva lorsqu'elle eut 16 ans. La procédure de séparation arriva et Anya faisait des allées et des venues chez son père et sa mère. Elle faisait en sorte d'être avec sa petite sœur, ne serait-ce que pour leur moral à toutes les deux. Cet événement la bouleversa et se jura qu'elle n'aurait aucun mari, par peur de souffrir autant que sa mère adoptive. D'ailleurs, cela l'avait tant affectée que ses résultats scolaires avaient baissés. Par chance, il réussi de justesse ses examens et décida de rentrer à ses 19 ans à la faculté. Son année fut une chute libre pour elle. Au début elle s'en sortait à peu près, sauf que petit à petit elle arrêta d'aller en cours, n'allait pas non plus aux examens. Elle préférait sortir, traîner dans les rues avec quelques uns de ses amis. Déjà qu'elle n'aimait pas trop étudier, la fac l'en avait dégoûté. Son père avait donc réussi à lui trouver un poste au McDonald du coin, et elle pu y entrer à l'âge de 21 ans. Elle comptait rester ici le temps de se faire suffisamment d'argent pour après partir là où elle le souhaiterait. Elle ne vivait plus non plus chez son père ou sa mère; elle avait décidé de se prendre en main.

A peine un an qu'elle travaillait au fast food que les choses basculèrent radicalement, du jour au lendemain. Tout d'abord, elle appris par le biais des médias qu'il y avait des cas de maladie. Sauf que bien vite, la situation commença à prendre un autre tournant. Les information commencèrent à montrer d'autres images; comme des agressions en pleines rues. Anya n'arrivait pas à comprendre comment une telle chose avait pu arriver. Normalement, les gens contaminés auraient pu être mis en quarantaine et tout était réglé, non ? Sauf que la, personne ne semblait pouvoir être dans la capacité à pouvoir cesser la maladie et les agressions, en plus de ce qui semblait être du cannibalisme. La blonde commençait réellement à avoir peur de ça, de tout ce qu'ils montraient aux informations. A son fast food, quelques employés ne venaient déjà plus, ayant prétexté qu'ils étaient eux aussi malades et qu'ils devaient partir au plus vite. Anya elle, décida au bout de trois semaines de ne plus venir après avoir prévenu son patron -au risque de perdre son emploi- et alla se réfugier chez sa mère, qui habitait encore avec sa sœur. Ensemble, elles firent comme la plupart de la population: dévaliser un maximum de magasins pour prendre le plus de vivres possible, en attendant que tous ces soucis passent. Elles restèrent alors cloitrées toutes les deux chez leur mère, assises derrière leur poste de télévision. Elles faisaient donc ce qu'avait conseillé les autorités: rester chez soi ou fuir.

on the highway to hell
-Pars devant Anya, on te rejoindra !

¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤

Maintenant, il n'y avait plus d'électricité. La mère adoptive d'Anya se plaignait de ne pas avoir de groupe électrogène avec elle. Une fois qu'on vivait avec l'électricité, difficile de s'en passer, n'est-ce pas ? Et comme la télévision ne fonctionnait plus, les trois femmes écoutaient par le biais de leur radio -qui fonctionnait avec des piles- les quelques informations qui pouvaient encore se faire entendre par des gens qui arrivaient à avoir des nouvelles de ce qui se produisait, au dehors. Au travers d'une fenêtre qu'elle ouvrait par moment, Anya pouvait apercevoir des gens courir, et d'autres déambuler dans la rue de façon plutôt étrange; cela devait sans doute être les contaminés. Les trois femmes vivaient comme elles pouvaient, dormaient d'un œil au cas où que quelqu'un veuille pénétrer dans leur maison pour voler ou les tuer. Toutes trois vivaient sous une constante tension; cela pouvait mener à des disputes. En effet, elles faisaient en sorte de bien cohabiter ensemble sauf que lorsqu'une des sœurs ne voulait pas exécuter l'une des tâches qu'on lui avait demandé de faire, et bien cela partait en vrille. Comme elle était devenue indépendante, Anya n'aimait pas trop être dérangée lorsqu'elle se reposait dans sa chambre, seul lieu d'intimité -hormis la salle de bain- qui lui restait. Mais elle avait décidé de retourner chez le domicile matriarcale pour sa sécurité, et surtout pour avoir sa "famille" encore à ses côtés.

Un mois est passé et les vivres commencent à se faire rare. Les repas sont limités à deux, voire un par jour, avec un rationnement très strict. Dehors, le chaos semble s'être largement empiré et les trois femmes ne veulent surtout pas mettre le nez dehors. Sauf qu'elles n'auront plus le choix au bout d'un moment. La mère faisait tout pour repousser au maximum ce moment, car elle savait que ses filles seraient très certainement des proies des infectés. Et elle s'était préparée à ce moment. Elle avait fait en sorte d'avoir toujours près d'elle son plus gros couteau de cuisine. Elle avait demandé à Anya de garder toujours sa batte de baseball avec elle, et la plus jeune avait déjà pour mission de garder le futur sac à dos rempli de vivre qu'elles auraient mis au préalablement. Les deux plus âgées avaient donc comme objectif de surveiller et de défendre la plus jeune tout au long de leur future fuite hors de Seattle.

Peut-être 5 jours après, elles n'avaient en effet, plus suffisamment de vivres. Nous étions en décembre, et le froid s'était bel et bien installé; la neige n'allait sans doute pas tarder. Les femmes se préparèrent avec hâte, et firent comme elles l'avaient prévu. Tout d'abord, elles prirent la voiture de la mère et s'enfoncèrent dans les petites rues afin de retrouver les rues principales. La mère n'avait pas le temps de s'amuser à passer et à contourner la ville pour aller à l'opposé. Sauf qu'elle avait fait le mauvais choix. Trois rôdeurs à contourner, c'était plus simple. Mais une vingtaine qui s'étalait sur toute la route, c'était beaucoup plus difficile. La mère n'avait pas le courage de leur foncer dedans, alors elles durent descendre du véhicule. Les trois femmes commencèrent à courir en restant suffisamment groupées, sauf que la petite horde d'infectés fonçaient droit vers elles.
Alors qu'elles comptaient les contourner, la plus jeune chuta littéralement au sol; sans doute dû par le fait qu'elle courait beaucoup trop vite et qu'elle avait un sac assez lourd sur les épaules. Elle lâcha un cri de douleur, ce qui amena les infectés à se ramener vers elle. Sa mère se planta devant elle et se débrouilla pour la relever, mais alors qu'elles allaient se remettre à courir, elles furent stopper par plusieurs rôdeurs. Anya qui, avait déjà pris un peu d'avance, se retourna et retourna vers sa sœur et sa mère pour les aider.

¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤

- Pars devant Anya, on te rejoindra !

Elle savait pertinemment que sa mère ne réussirait pas à donner le premier coup. Sa plus jeune fille était blessée et elle était un poids pour les deux autres car elle allait les ralentir. La mère ne cessait d'hurler que tout irait bien pour elles et qu'elles s'en sortiraient.

- On se retrouve vite de l'autre côté, maman !

Elle dût alors faire demi tour et se remis à courir du plus vite qu'elle pouvait, sa batte de baseball en main. Par moment, elle frappait un ou deux rôdeurs qui s'écroulaient, mais semblaient se relever ensuite. Puis enfin, elle réussi à passer sans trop d'encombre cette petite horde d'infectés qui fonçaient tout droit vers les deux membres de sa famille. La jeune blonde s'arrêta un instant et se retourna, les larmes aux yeux. Elle savait qu'elles n'allaient pas s'en sortir et, pour sauver sa peau, couru le plus vite qu'elle put dans le sens opposé à la horde. Ses perles d'eau salées roulaient le long de ses joues devenues si humides, et frappait si violemment dans les infectés qu'elle croisaient que ceux-ci reculaient de plusieurs mètres.

Seule, sans sa mère et sa sœur. Ni son père, dont elle n'avait plus cherché à avoir de nouvelle.
Et maintenant, où aller ?

Elle continuait de courir, encore et encore, sauf que le crépuscule approchait dangereusement. Elle se savait pas où aller et que faire; elle était désorientée. A la base, son but était de fuir la ville, sauf qu'elle se retrouvait toute seule, maintenant. Et la seule idée qu'elle eut pour passer la nuit, c'était de se réfugier dans un gros conteneur dans lequel il y avait encore pleins de déchets. C'était mieux que rien. Elle ne dût dormir qu'une petite voire deux heures, et elle repris alors sa route lorsque le soleil fut à nouveau là pour éclairer les rues de Seattle. A peine sortie de sa poubelle qu'Anya se remis à courir le plus vite qu'elle put, cherchant désespérément quelque chose ou quelqu'un qui aurait pu lui venir en aide. Sauf que Seattle était une très grande ville, et pour ses petites jambes cela n'allait pas être une mince affaire. Elle ne connaissait pas la ville par cœur, alors elle découvrit en même temps qu'elle mit les pieds dans certains quartiers pour la première fois. Elle faisait en sorte d'éviter de croiser trop de rôdeurs, pour éviter de devoir se confronter à eux et ainsi risquer sa vie.

Nous étions en fin d'après-midi lorsqu'elle s'arrêta non loin d'une épicerie abandonnée, située dans un petit quartier assez tranquille. Elle pénétra à l'intérieur et découvrit plusieurs bouteilles d'eaux, cachées dans l'arrière boutique. Elle se munit d'un sac qui se trouvait là et en fourra trois à l'intérieur. Elle ne pris pas le temps de chercher de la nourriture, car elle savait que le soleil allait bientôt finir sa course pour laisser place à l'astre des nuits. Et à nouveau, elle se réfugia dans une benne à ordures. A nouveau, cette nuit fut longue, très longue, saupoudrée de quelques petites frayeurs à cause des infectés qui passaient non loin de là. Et lorsque le jour réapparu enfin, elle repris à nouveau sa folle course.

La faim commençait réellement à se faire sentir, au vu de ses forces qui commençaient à l'abandonner et au vu de son estomac qui grognait son cesse, quémandant quelque chose à manger et non à boire. Sauf qu'elle n'avait rien, mis à part un peu d'eau. Et déjà, la seconde journée de fuite allait bientôt se terminer. Elle se réfugia encore une fois dans un conteneur et y passa la nuit. Elle dormit presque à poing fermé, tant elle était fatiguée, et se réveilla tôt le matin pour repartir.
Sauf que maintenant, ses jambes n'arrivaient plus à suivre son mental. Elle voulait courir, courir vite, très vite, et le plus loin possible. Sauf qu'elle n'y arrivait pas, elle n'y arrivait plus. Alors elle essayait au moins de marcher vite. En plus de n'avoir presque plus aucune force pour l'aider à avancer, Anya avait une odeur corporelle plutôt forte et nauséabonde. A force d'avoir couru et cohabité avec les ordures, sa présence pouvait se faire sentir à plusieurs mètres ! La jeune blonde restait aux aguets, guettant le moindre signe d'un infecté ou bien même d'une personne comme elle, qui aurait pu discrètement lui faire signe de venir s'abriter.

Rien, toujours rien, et le troisième jour allait à nouveau se terminer.

Elle s'était dit que ce soir, elle essayerait de marcher un peu plus longtemps, pour voir si elle n'aurait pas loupé quelque chose. Et donc elle continua de marcher, à la recherche de n'importe quel signe. Et ce signe, elle l'aperçu enfin. Au loin, elle vit un immense lycée, et devant l'entrée, elle cru apercevoir des petits points bouger. Elle qui avait perdu tout espoir de rencontrer de la vie; une petite flamme c'était à nouveau allumée en elle. Et ses jambes se mirent à courir à nouveau, en direction de ce fameux lycée, le Garfield High School. Elle n'en n'avait jamais entendu parler, mais au vu des grands bâtiments, il semblait plutôt prestigieux. Elle appela, fit signe, et remarqua que les points qu'elle avait vu précédemment étaient en fait des humains, des vrais ! Ceux encore dotés d'une conscience pour ne pas dévorer leurs congénères. Elle arriva comme elle put jusqu'à eux, en dégringolant comme une crêpe au sol lorsqu'elle arriva à leur pieds. Après s'être relevée difficilement, elle expliqua qu'elle avait besoin d'aide et d'un abri. Elle leur assura que ne leur voulait aucun mal et puis, vu son accoutrement, cela aurait été vraiment compliqué de croire le contraire. Les deux gardes, après avoir discuté, la laissèrent pénétrer les lieux et quelqu'un l'amena voir le "chef", discutant avec lui afin de savoir si elle pouvait faire partie des leur durant un temps, afin d'avoir un peu de repos et peut-être quelque chose à manger.

Elle avait été finalement acceptée parmi la communauté. Anya fut très surprise de voir que les dirigeants du lieux n'étaient que des militaires. Les "civils" faisaient profil bas, et si certains osaient l'ouvrir, les gradés n'hésitaient pas à leur rappeler qui décidaient, ici. Ayant rapidement compris les "lois" du lieu, Anya se fit toute petite et se contentait de faire les tâches quotidiennes qu'on lui avait attribué. Elle s'était même liée d'amitié avec quelques personnes, même si elle restait assez distante afin d'éviter d'attirer des histoire.
Sauf que, les militaires en faisaient trop. Beaucoup trop. Les gens comme Anya commençaient à en avoir marre du comportement trop abusif des militaires. Et plus les jours passaient, plus la jeune blonde pouvait sentir ce ras le bol collectif. Sauf qu'elle, étant nouvelle depuis un mois, elle ne souhaitait rien faire paraître, du moins pas pour le moment. Tout bascula durant le mois de février de l'année suivante, où une jeune adolescente se fit agresser par quelques uns des militaires.
Ce fut alors le déclic.
Les civils commencèrent alors à parler tout bas entre eux, essayant de comploter afin de renverser cette dictature militaire; tel un coup d'Etat. Il arrivait à Anya de prendre par aux différents projets qui se préparaient, afin qu'elle se tienne au courant des faits et gestes des civils. C'était surtout les hommes qui comptaient virer voire tuer les militaires. Les femmes étaient tout de même au courant, au cas où qu'il y ait besoin de leur aide. Alors la jeune blonde allait devoir se préparer à un éventuel affrontement. Finalement, elle pensa que devoir se confronter à des rôdeurs était plus simple que des humains, des gens comme elle. Sauf que ces "gens" avaient mal agi, et ils devaient être punis.

Un jour, l'assaut fut lancé sans même qu'Anya n'ait eu le temps de faire quoi que ce soit. Une guerre interne commença alors au sein du lycée, où la jeune blonde pouvait entendre les cris, des coups de feu et autres sons qu'elle n'aurait préféré ne jamais entendre. Elle eut tout juste le temps de vite partir se cacher dans le gymnase avec d'autres personnes. Ils faisaient de leur mieux pour se cacher, mais un nombre beaucoup trop important de civils étaient là. Elle, elle avait réussi à se cacher avec une autre jeune fille dans l'un des toilettes, en montant sur la cuvette du toilette.
Elle était silencieuse, complètement apeurée. Et à peine fut-elle installée qu'elle entendit des coups de feu non loin, ainsi qu'une longue série de cris en tout genre. Elle ferma les yeux et se boucha les oreilles pour éviter d'entendre. Sauf que c'était si difficile, si dur de ne pas entendre les cris transperçant les tympans. Et au bout de longues et interminables minutes, plus rien, pas même un son.
Lorsque Anya se déboucha les oreilles, elle entendit à la place les civils qui avaient pris place dans le gymnase. Se sentant davantage en sécurité, elle sorti des toilettes et découvrit le massacre. La scène qu'elle vit était presque comparable à une mise à mort d'un tas de juifs dans les camps de concentrations. C'était une image gravée à vie. Peu après, les corps des victimes dans lesquels il y avait homme, femme et enfant furent regroupés regroupés. Une longue incinération s'en suivie afin d'éviter tout risque que d'éventuels rôdeurs apparaissent.
Les jours suivants, Anya resta le plus souvent dans sa "chambre" car voir tous les corps qui avaient été tués par les militaires. Puis grâce à l'aide de ses quelques amis, elle réussi petit à petit à aller mieux; malgré que ce souvenir la hante encore parfois, dans ses rêves.

time to meet the devil

• pseudo › Hanae
• âge › 19 ans

• comment as-tu découvert le forum ? › Idem que l’ancien personnage
• Ton ancien personnage ?  › Il n’a pas changé : Lindsey Ross
• et tu le trouves comment ? › Toujours aussi cool
• présence › En période de cours surtout les week-end et sinon assez régulière

• code du règlement › Okay- Obi
• crédit › Bazzart, Tumblr et Google
   
passeport :
 

   fiche (c) elephant song.
Revenir en haut Aller en bas
Rosaleen A. Glanmor
Modératrice
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 07/12/2015
Messages : 505
Age IRL : 24

MessageSujet: Re: "Knock, knock". Who's here ? "The death !"   Lun 27 Juin 2016 - 14:43

Ooh bon retour et bienvenue à Emerald ! :103:
J'aime bien le prénom et la bouille de la demoiselle !


Revenir en haut Aller en bas
Selene Sweetnam
leader | Messiah
Modérateur
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 07/11/2015
Messages : 1249
Age IRL : 26

MessageSujet: Re: "Knock, knock". Who's here ? "The death !"   Lun 27 Juin 2016 - 14:53

Re-salut Kerwan! Smile


Go back and forward, but all is melting like the snow ♪ Taking all from us, all we thought was left to know ♪ On what we treasure falls a dusty snow ♪ taking us backwards, but where we will never know.
Revenir en haut Aller en bas
Grant S. Levine
Seven Sins
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 24/03/2016
Messages : 163
Age IRL : 31

MessageSujet: Re: "Knock, knock". Who's here ? "The death !"   Lun 27 Juin 2016 - 16:12

Yeah !


Revenir en haut Aller en bas
Dwight A. Momsen
Leader | Northern Creek
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 31/10/2015
Messages : 3295
Age IRL : 22

MessageSujet: Re: "Knock, knock". Who's here ? "The death !"   Lun 27 Juin 2016 - 16:17

Ma réaction en lisant le titre :"Knock, knock. Who's there? The moon... it's far away. You were alone the whole time."
Si ça rien à voir avec League of Legend et bien dommage xD



₪ Crush Your Enemies. See Them Driven Before You ! ₪

Mes AnnexesDwight écrit en #6699cc
Revenir en haut Aller en bas
http://www.walkingdead-rpg.com/t6813-listing-des-comptes
Norman T. Owens
#Shemale
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 10/12/2015
Messages : 1116
Age IRL : 25

MessageSujet: Re: "Knock, knock". Who's here ? "The death !"   Lun 27 Juin 2016 - 19:07

Moi j'ai plus pensé, "knock, knock, who's here ? Me i kill you !"


Re-bienvenue :MisterGreen:


I am just a man
It's just another war Just another family torn Falling from my faith today Just a step from the edge Just another day in the world we live
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
WALKING WITH THE DEADS

MessageSujet: Re: "Knock, knock". Who's here ? "The death !"   Lun 27 Juin 2016 - 20:44

Rosaleen > Merci beaucoup ! Et merci. J'aime bien trouver des prénoms originaux pour mes personnages.~ Very Happy

Selene > Re-hellow ! ^_^

Grant > Je t'imagine tellement lever un verre de bière en gueulant "Yeah !" xD.

Dwight et Norman > Je pensais plutôt à la proposition de Norman. J'ai presque hésité à mettre la phrase du terroriste xD (dont je me souviens jamais de son nom) ! Et à ta plus grande déception Dwight, comme je ne joue pas à LoL à cause d'une tour BEAUCOUP trop vieille (10 ans), et bien je ne peux pas y jouer; et je ne connais donc pas les références. Sorry T_T.
PS: Merci Norman ! Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
WALKING WITH THE DEADS

MessageSujet: Re: "Knock, knock". Who's here ? "The death !"   Aujourd'hui à 10:35

Revenir en haut Aller en bas
 

"Knock, knock". Who's here ? "The death !"

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

 Sujets similaires

-
» Knock Knock ! Guess who's there ?!
» RØBIN ≈ knock knock
» Knock, Knock... Who's There ? The Cry of Fear ~ [PV Evidemment]
» Knock. Knock. Onomatopoeia.
» « Knock knock »

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Walking Dead RPG :: Archives Fiches :: Fiches Abandonnées / Refusées-