Partagez | .
 

 Nice to meet you... Give me all you have !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
Auteur
Message
Hernando Álvarez
Messiah
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 19/05/2016
Messages : 494
Age IRL : 29

MessageSujet: Nice to meet you... Give me all you have !   Dim 26 Juin 2016 - 19:33


Nice to meet you...

Give me all you have !



Mi-Décembre 2015


Cela faisait plusieurs jours que les deux hommes n'étaient pas sortis de la petite maison qu'ils occupaient. L'hiver étant rude cette année, ils préféraient quitter le logement qu'en cas de nécessité. Ce n'était pas par flemmardise ou manque de motivation, c'était davantage une optimisation de leurs temps car si vivre à l'extérieur de grandes villes avait de nombreux avantages comme le risque moins élevé d'être entouré d'une horde de apestosos comme Hernando nommait les rôdeurs, une certaine tranquillité vis-à-vis des Hommes, il y avait également des points négatifs non négligeables en conditions de survie. Les principaux étant le manque de ressources, qu'il s'agisse de nourriture ou d'essence, d'autant plus qu'ils devaient faire de nombreux kilomètres afin de trouver de quoi manger. Alors, ils préféraient regrouper leurs sorties en cette saison.

« Bon, faudrait voir à s'bouger un minimum parce que là on a limite plus rien à bouffer à part une vieille conserve. » dit Hernando en balançant celle-ci vers son ami. « Ouais j'sais bien, mais j'le sens pas trop aujourd'hui d'aller en ville en avalant les kilomètres tu vois. » Mike marqua un petit temps d'arrêt en levant les yeux au ciel avant de regarder le latino avec de gros yeux « Eh mais je sais ! On va dans les montagnes derrière, y a des chalets c'est obligé ! » lui lança-t-il tout heureux de son idée. « Sérieusement ? La montagne en plein hiver ? Mike el genio ! » répondit Hernando en applaudissant l'afro-américain. « Nan mais tu crois qu'c'est l'idée du siècle ou quoi ? Tu t'sens de crapahuter des heures pour rien ? » lui demanda-t-il en s’asseyant sur brutalement sur le canapé.

Un silence régna durant près d'une dizaine de minutes. Hernando avait beau trouver ce pseudo éclair de génie idiot, limite suicidaire, il devait bien admettre que se rendre en ville ne l'enchantait guère non plus. S'il y avait une chance même infime de trouver une habitation ou une cabane dans les montagnes, la probabilité d'y trouver des réserves ou objets intéressants était bien plus grande que de se rendre en ville où il faudrait faire plusieurs lieux afin de ramener un butin valant le coup de cette sortie. Sans compter sur le danger présent dans les villes où d'autres Hommes s'y aventuraient plus facilement car qui dit ville, dit plus de maisons à fouiller et potentiellement plus de vivres. « Vas-y acho, on y va, mais si y a rien tu vas m'entendre ! »

La décision étant prise, Mike et Hernando se préparèrent en enfilant plusieurs couches de vêtements, en s'équipant de leurs armes, sans oublier des sacs afin de récupérer un maximum de choses. Ils avaient pour habitude de ramener avec eux un objet, même une babiole des différents lieux qu'ils avaient explorés, comme une sorte de trophée, qu'ils exposaient ensuite sur les étagères et meubles de la maison. Une fois prêts, ils montèrent dans le pick-up et partirent en direction de Tiger Mountain.

Leur véhicule n'était pas vraiment fait pour grimper des côtes comme celle présentes et encore moins lorsque que le sol était boueux. Ils progressèrent aussi loin qu'ils purent, mais force est de constater qu'ils ne parviendraient pas à avancer davantage, Hernando et Mike finirent par descendre dudit véhicule lorsque le terrain était un peu plus plat. Ils devaient de toute façon s'enfoncer dans la forêt présente et le pick-up n'irait pas plus loin. N'ayant jusqu'à présent rien trouvé, ils cachèrent du mieux possible le véhicule en le couvrant de branche au maximum sans non plus y passer des heures. Ils savaient que de trop insister en voulant progresser avec l'engin était bien trop risqué, ils pourraient se retrouver coincer et surtout alerter toutes la faunes locales.

Comme à leur habitude, ils firent leur petit rituel consistant à siffler le réservoir afin de ne pas se retrouver en rade à leur retour. C'était à la base une idée de Hernando, sans trop savoir d'où cela lui venait, il s'était dit qu'il s'agissait d'une bonne chose à faire. A chaque fois, ils prenaient soin de mettre le précieux liquide dans des bouteilles en plastique tout en répartissant le poids entre eux deux. Évidemment, le réservoir n'était jamais plein vu la rareté de l'essence, alors ils avaient chacun trois bouteilles dans un sac, ce qui n'allait pas forcément les aider pour leur marche.

Pour le moment, aucun danger venait perturber leur avancée, cela était éprouvant. Ils devaient alors faire une pause afin de reprendre des forces pour ne pas forcer trop et être totalement HS. Durant la dernière, Hernando tapota énergiquement le bras de Mike. Celui-ci étant sur le point de hurler sur son ami à cause de la fatigue, le tatoué plaqua sa main sur la bouche de l'afro-américain pour qu'aucun son n'en sorte, tandis qu'il mit son index sur ses lèvres pour indiquer à Mike de rester silencieux. Le latino en était sûr, il avait vu quelque chose bouger un peu plus loin, en revanche, impossible de savoir s'il s'agissait d'un apestoso ou d'un être humain. Par contre, cette chose semblait être seule.

Hernando mima avec ses mains cette observation et les deux hommes se mirent en position de chasse. Chacun sortant les armes, ils prirent en premier leurs armes blanches. Une batte de baseball pour Hernando et un couteau pour Mike. Il était inutile d'opter pour les armes à feux qui seraient bien trop bruyante surtout contre une personne seule dans la nature. Ils se dirigèrent vers leur cible en silence, faisant des petits pas rapides tout en prenant soin d'être les plus discrets possibles en étant accroupis et en se cachant derrière des troncs.

Mike fit comprendre à son ami que leur cible était une jeune femme et qu'elle était bien humaine et non tournée. C'était à première vue la victime parfaite, mais il fallait toujours se montrer méfiant. Hernando garda sa batte tandis que l'afro-américain se saisit de son pistolet pour faire face à toute éventualité. Arrivant à la auteur de la fille, le latino lui lança d'un ton sans appel « Hola chica ! » avec un sourire en coin.



MIKE : #576A6E / HERNANDO : #A59450
Revenir en haut Aller en bas
Breann Yates
Messiah
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 07/12/2015
Messages : 114
Age IRL : 20

MessageSujet: Re: Nice to meet you... Give me all you have !   Lun 27 Juin 2016 - 23:22

J'en ai marre. Oui, vous m'entendez bien, j'en ai marre ! Je marche depuis des jours, j'attends que Tim se bouge les fesses pour soudainement apparaître et se moquer de moi, je m'efforce de laisser des traces de mon passage derrière moi, et rien ! Toujours rien ! J'en ai assez, je veux qu'il revienne, je ne veux plus être toute seule, dépendre seulement de moi, je vais mourir ou devenir folle ! Je ne dors plus, comment dormir quand on sait que ces... choses peuvent vous tomber dessus à l'improviste ? Je ne peux pas monter la garde continuellement... Et la nourriture ? Je picore, je fais ce que je peux pour faire durer les provisions que je trouve miraculeusement, j'ai même tué mon premier lapin hier, mais très franchement, je tiens à peine debout. Il faut dire que vomir après avoir éviscérer le pauvre animal n'a pas aidé... Ah, rien que d'y penser, j'en suis malade. Vraiment, je n'envie pas le job des bouchers. Et je ne regrette pas d'avoir été végétarienne si longtemps.

Et comme un malheur n'arrive jamais seul, il fait froid. Vraiment froid. L'hiver ne m'avait jamais paru aussi rude lorsque j'avais un toit au-dessus de ma tête la nuit. J'ai beau tout faire pour me tenir chaud, je ne cesse de trembloter misérablement. Tu parles d'une survivante... Toute seule, je ne vais pas tenir longtemps. En tout cas pas si je ne rejoins pas la ville. Je suis sûre que là, je retrouverai des gens. Seule, je suis une véritable incapable.

J'en suis loin encore, de ma métropole, mais je ne désespère pas. Je suis sur le bon chemin, je vérifie toujours sur ma carte, il faut juste ne pas se démotiver et ignorer la douleur dans mes jambes. Moi et le sport... Très bien, j'avoue, je regrette de ne pas avoir honoré plus souvent de ma présence la salle de sport où je m'étais inscrite il y a six mois. Mais je regrette encore plus ma voiture. Je regrette absolument tout, je hais cette nouvelle vie, je hais avoit tout perdu, surtout les gens. Non, je n'ai pas perdu Tim. Non. Je m'accroche à cette idée depuis la nuit où j'ai abandonné précipitamment tout le monde derrière moi pour sauver ma peau. J'entends encore les cris. Non, je ne dois pas y penser. Avance juste, Bree, avance, concentre toi sur tes pieds.

Le sol est boueux, ça glisse, ça passe à travers mes chaussures, mes chaussettes commencent à être mouillées. Je déteste la forêt. Je déteste la nature. Je veux retrouver les trottoirs en bitume, les bâtiments gris et hauts qui cachent le ciel, les lampadaires, les bus, les métros... Je veux de nouveau être une citadine. J'en ai marre, l'ais-je déjà dit ?

J'arrête brusquement de marcher, je crois avoir entendu un des grognements que l'expérience m'a appris à redouter. De grosses gouttes de sueur font leur apparition, et je m'écarte du chemin pour mieux me perdre à travers les bois, tant pis pour mon itinéraire initial. Je sens la peur s'installer en moi. Je déteste ces monstres, je déteste tout ce qu'ils représentent, et je hais plus que tout le bruit qu'ils font. Ces grognements d'outre-tombe, qui font courir de long frisson le long de votre échine, qui vous promettent un sort terrible... J'ai vu ce qu'ils font. Une bile amère envahit mon bouche à ce souvenir, et je dois m'arrêter un instant pour vomir. Arrête de te faire du mal inutilement, Bree... Il faut que je continue à avancer.

C'est ce que je fais, tel un robot. Avancer, avancer, avancer... Il n'y a que comme ça que j'aurais une chance de retrouver Tim. Mon sac pèse lourd sur mes épaules, prendre toutes ces conserves m'a certes sauvé la vie, mais elles pèsent leur poids. Et je dois rester vigilante pour qu'elles ne fassent pas de bruit en se cognant les unes aux autres si jamais un de mes vêtements ne glissent et cessent de remplir le rôle de silencieux. Un pas après l'autre, encore et toujours, pour je ne sais pas vraiment combien de kilomètres restants... J'en ai marre.

Et puis soudainement, un nouveau bruit me fait sursauter et plaquer mes mains contre ma bouche pour étouffer un possible glapissement. Des pas ? Mais pas de grognements ? Alors... Serait-ce un bon signe ? Je me retourne et découvre deux hommes, armés, qui m'observent avec méfiance et intérêt. Je ne suis plus si certaine que ce soit un bon signe. Je baisse doucement mes mains, les étudiant en retour. Un afro-américain et un hispanique. Bien plus grands que moi, mieux armés et curieusement, je ne suis pas sûre qu'ils viennent en paix. J'avoue que depuis l'attaque, j'ai peur de mes semblables. Mais je me force néanmoins à répondre à l'interpellation, glonfant la poitrine pour me faire un peu plus grande. J'en ai mâté des plus difficiles. Enfin, du temps où les règles de vie en société étaient encore de mise...

« Hola, hombre. Que passito ? »renvoyais-je d'une voix stable sans faire aucun effort sur mon espagnol scolaire et un peu oublié. Je n'ai pas eu tellement d'occasions pour le travailler, excusez-moi.




"Pretty girls don't know the things that I know
Walk my way, I'll share the things that she won't"
Revenir en haut Aller en bas
Hernando Álvarez
Messiah
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 19/05/2016
Messages : 494
Age IRL : 29

MessageSujet: Re: Nice to meet you... Give me all you have !   Mar 28 Juin 2016 - 20:23

La réponse en espagnol de la brune fit sourire les deux hommes, même Mike qui ne le parlait pourtant pas plus que ça, il comprenait des mots ou des phrases simples, mais pas de là à tenir une conversation. En revanche pour Hernando, c'était autre chose étant donné qu'il était parfaitement bilingue. L'accent de la jeune femme s'entendait, et de loin, mais il fût tout de même surpris d'entendre la réponse dans cette langue. Il fallait bien avouer qu'au Nord-Ouest des Etats-Unis, il y avait bien moins de personnes la parlant que dans les états du sud ayant notamment une frontière commune avec le Mexique. C'était une petite chose, une sorte de détail pour d'autres, mais pour le tatoué ça avait tout de même une certaine importance car la jolie brune avait fait l'effort de répondre dans une autre langue que la sienne.

Il ne manqua d'ailleurs pas de lui faire remarquer « Hm, muy bien ! ¿Entonces, hablas español? »
lui demanda-t-il en doutant du fait qu'elle le parle réellement vu l'accent prononcé, mais sait-on jamais. La question pouvait paraître anodine, mais en réalité non car Hernando se comportait généralement de façon différente avec ses compatriotas ou ceux parvenant à s'exprimer dans ce langage, c'était plus fort que lui, au plus grand désarroi de Mike, qui ne faisait aucun favoritisme même envers les afro-américains ; une proie reste une proie, comme il le répète.

L'hispanique lança un petit regard malicieux à son ami pour lui faire comprendre de ne pas sauter tout de suite sur le gibier, rien ne leur garantissait qu'elle était effectivement bien seule et qu'elle ne représentait pas une menace pour eux. Ils ont appris de leurs erreurs et de l'excès de confiance qu'ils pouvaient avoir en se disant qu'en s'attaquant à une femme ils ne risquaient rien. Lors d'une situation identique, leur victime féminine cachait parfaitement son jeu, tandis qu'eux était en totale confiance. Les armes furent rangées rapidement de leur côté, trop même, et la blonde prît le dessus. Alors maintenant, ils restaient sur leurs gardes en étant aux aguets des moindres gestes suspects.

« Tu t'es perdue ma jolie ? » lança Mike d'un ton taquin. Sur ces mots, Hernando porta sa main à son visage d'un air désemparé. Quelle belle entrée en matière coño ! La prochaine fois dis lui direct qu'on veut la dépouiller ce serait ptet plus fin. se contenta-t-il de penser en secouant la tête à défaut de le formuler. Inutile d'alarmer davantage la brune, il était préférable de ne pas relever cette sorte de maladresse. Hernando fit un petit pas en avant, juste un, en baissant légèrement la batte de baseball qu'il tenait jusqu'à présent fermement. « Où sont tes amigos, c'pas possible qu'tu sois seule de c'temps. » lui demanda-t-il d'un air inquiet.

Inquiet en apparence du moins, car l'information était importante pour la suite des événements.En fonction de la réponse de la jeune femme et du ressenti sur la véracité de ses propos, l'afro-américain et l'hispanique se comporteraient différemment. Si la jolie brune était bien seule, les deux hommes profiteraient au maximum d'elle en la dépouillant, tandis que si elle ne l'était pas, ils attendraient certainement que ses amis arrivent pour... Les dépouiller également en fait. Le timing changerait, c'était la seule grosse différence notable, en plus de leur comportement évidemment puisqu'il serait nécessaire de se montrer sur leurs plus beaux jours.

Sans même attendre une réelle réponse, Hernando fut distrait par les chaussures de la belle brune. Elles semblaient pourtant ordinaires, et des chaussures restaient...des chaussures, mais il y avait quelque chose qui faisait que le latino ne parvenait pas à détacher son regard de celles-ci. Un mélange étrange de boue et de neige s'accrochait fermement. Un large sourire s'afficha sur le visage de Mike. Ce dernier s'étant habitué à cela, fixa la jeune femme et lui dit « Excuse-le, il est pas fétichiste où j'sais pas quoi comme connerie, c'est juste que des fois il fait une fixette sur un truc sans rapport avec c'qui s'passe et il part dans son monde tu vois. » conclut-il en rigolant. Donnant un petit coup de coude à son ami, l'afro-américain se tourna vers lui afin qu'il se réveille, ce qui arriva puisque Hernando releva la tête en se contentant de simplement lâcher un « Hm ? » interrogateur.



MIKE : #576A6E / HERNANDO : #A59450
Revenir en haut Aller en bas
Breann Yates
Messiah
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 07/12/2015
Messages : 114
Age IRL : 20

MessageSujet: Re: Nice to meet you... Give me all you have !   Jeu 30 Juin 2016 - 23:21

Ah, il semble que j'ai fait une touche en utilisant l'espagnol. Yes, bravo moi, bonne initiative. En vérité, c'était purement par hasard et parce que cette langue sonne bien, elle me fait irrésistiblement penser au soleil et franchement, avec ce temps, c'est juste ce dont j'ai besoin. Je réajustais mon sac sur mes épaules, restant sur mes gardes. Deux hommes seuls face à une jeune femme... Hum, j'ai assez lu d'articles traitant de criminalité pour savoir ce que je risque. Surtout lorsqu'il n'y a même plus la menace de la peine judiciaire à la clé pour me protéger. Enfin, ils ne peuvent tout de même pas tous être devenus de parfaits sauvages en si peu de temps, non ? Je croise les doigts. Je continuais sur ma lancée, me souvenant tant bien que mal de mes cours et de ce que mes amies hispaniques avaient bien voulu m'apprendre. « Passe-moi le sel s'il te plaît. », « Cette musique est nulle. » « Ne traverse pas au rouge. » , « Tu es tout seul beau gosse ? »... Non, ces phrases-là risquent de ne pas trop me servir. Surtout la dernière. Je m'efforçais de réprimer mon soudain fou rire en imaginant l'expression que l'homme pourrait arborer si j'osais le la lui dire en face et arrêtais mon choix sur quelque chose de plus correct et générique : « Non hablo muy bien muy bien, lo siento. Hace mucho tiempo que no me dejo llevar... » Eh, au moins je reste honnête !

Si le typé espagnol m'avait à la bonne pour le moment, j'étais moins sûre pour son ami. Lui, il ressemblait parfaitement au loup qui vient de tomber miraculeusement sur une brebis esseulée alors qu'il mourait de faim. Je calmais ma respiration qui menaçait de s'accèlérer, appliquant une technique zen. Ils ne vont pas me sauter dessus, tout va bien se passer... Nous sommes des gens civilisés en prise avec la dure réalité actuelle, nous pouvons nous entraider. Oh mon Dieu, mais même moi je n'y crois pas... Enfin, en l'occurence, je devrais plutôt dire « Dios mios. ». L'air fatigué de... Enrique, allez, je te baptise, parce que j'aime Enrique Iglesias, me confirma ma théorie pessimiste. J'allais y passer, à un moment ou à un autre. Il faut que je leur fausse compagnie au plus vite.

Je tressaillis en voyant Enrique s'avancer d'un pas et reculais instinctivement. Ce n'est pas que la batte qu'il tient entre ses mains ne me revienne pas, mais presque. Je n'ai pas d'armes sur moi, je suis partie trop vite. Et bon, même si lui lance des cailloux à la figure, ça risque de ne pas le retenir très longtemps. Mes « amigos » hein ? Tu ne veux pas savoir, tout comme moi. Je ne veux rien savoir. Je veux juste que Tim apparaisse soudainement et se débarasse d'eux sans qu'un seul coup ne soit donné, je veux pouvoir retourner en ville, retrouver mon appartement et mes affaires et juste attendre que l'armée arrive et prenne en charge la situation. Je ne suis qu'une civile, une journaliste pour de la presse de bas-étage, je n'ai jamais été préparée pour affronter ce genre de situations ! Les nerfs en pelote, je sentis les larmes monter. Génial. Parce que j'ai bien besoin de passer pour la faiblarde que je suis, oui. Bon, allez, à trop le faire attendre, il va finir par comprendre. « Je ne suis pas seule, j'ai été séparée de mon groupe. Mon ami à un peu de retard, mais il va me rejoindre. Et vous ? »

Pour qu'un mensonge soit bon, il faut qu'il y ait une part de vérité dedans. C'est au moins à ça que m'aura servi mon ex. Je m'attendais à une réponse immédiate, mais Enrique préféra observer fixement mes chaussures. Alors ça, c'est une première. J'ouvris grand les yeux et cherchais une explication chez son compère en le désignant d'un geste de tête. Qu'est-ce qu'il nous fait ? Il veut mes chaussures ? Il se rend compte qu'il doit faire le double de ma pointure ? Ou peut-être que je porte les mêmes que... je ne sais pas moi, sa mère ? Qu'est-ce qu'il nous fait ? J'écoutais l'explication de l'autre, très surprise. Bon, chacun son truc... Je décidais de le prendre avec humour. Haussant les épaules, je lui lançais : « C'est la première fois qu'un homme préfère fixer mes chaussures plutôt que ma poitrine, ça me change ! Taille 36, intéressé ? » Je leur souris, fis tomber un peu de neige restée coincée sur les dites-chaussures pour les leurs faire admirer, puis repris d'un ton amical : « Sur ce, ravie de vous avoir croisés, Enrique, Kanye. Buena suerte y adios ! »

Je leur adressais un petit signe de tête et repris ma route, contrôlant ma respiration, m'interdisant de jeter un coup d'oeil en arrière. Ils sentent la peur, ces animaux là... Je résistais bien, oh, cinq secondes avant de revenir sur ma décision et de discrètement regarder dans leur direction. Je ne sais pas pourquoi, mais je suis sûre qu'ils ne sont pas du genre à me laisser partir bien gentillement...




"Pretty girls don't know the things that I know
Walk my way, I'll share the things that she won't"
Revenir en haut Aller en bas
Hernando Álvarez
Messiah
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 19/05/2016
Messages : 494
Age IRL : 29

MessageSujet: Re: Nice to meet you... Give me all you have !   Lun 4 Juil 2016 - 20:00

Hernando ne pût masquer le sourire naissant lorsque la jeune femme se mit à parler davantage espagnol. Il eut d'ailleurs un mélange de sentiments entre l'étonnement qu'elle persiste à ne pas parler dans sa langue maternelle malgré ses difficultés, l'envie de rire en entendant cet accent extrêmement mauvais, mais aussi une sorte de respect pour la brune qui, comme l'avait si bien dit, ne parlait pas très très bien cette langue.

Riant de bon cœur, le jeune lui répondit, mais en anglais « Bon, on va oublier un peu l'espagnol ce s'ra plus simple pour toi. » indiqua-t-il en souriant. Le tatoué était comme ça, il avait le contact facile et aimait discuter même avec ses potentielles victimes, c'était plus fort que lui. Peut-être était-ce des restes de son ancienne profession d'éducateur où le dialogue avait une place très importante.

La brune répondit ne pas être seule, qu'elle faisait partie d'un groupe et même qu'elle attendait qu'un ami la rejoigne. Le puerto-ricain était sceptique, car si elle était bel et bien dans l'attente, pourquoi continuer à avancer en pleine nature ? A part rendre cette tâche bien plus compliquée, Hernando n'en voyait pas l'intérêt. Il aurait été plus judicieux et logique pour elle de rester à un endroit fixe le temps que son soit disant la rejoigne.

Mais il fut interrompu dans son raisonnement par les chaussures de la jeune femme qui alla jusqu'à lui demander s'il était intéressé. C'était évidemment une boutade, mais sans s'en rendre compte, elle se rendait de plus en plus intéressante aux yeux des deux hommes, surtout de Hernando. En plus de trouver qu'elle avait de beaux yeux, le latino aimait son petit minois. Elle avait en plus fait l'effort de parler un peu espagnol, elle était drôle et seule. Pour le moment en tout cas.

« Haha, non ça va aller j'te remercie ! » lui répondit-il dans un éclat de rire. C'est alors qu'il fut couper dans son élan lorsque la jeune femme décida de leur faire faux-bond. Eh r'viens là ! Tu crois aller où comme ça hein ?! avait-il envie de lui dire. Mais il se retint pour éviter de la voir prendre ses jambes à son cou. C'était pourtant elle-même qui venait de donner une réponse sur la suite à donner au moment où elle se retourna pour certainement regarder ce que les deux amis étaient entrain de faire.

Si vraiment son ami ou son groupe n'était pas loin, elle se sentirait bien plus en sécurité que ça en sachant qu'elle serait vite secourue en cas de danger. Alors pourquoi jeter un coup d'oeil en arrière si ce n'était pour contrôler qu'elle n'était pas suivie. « Eh attends on va rester avec toi le temps que tu r'trouves ton groupe, ce s'rait quand même débile que tu t'fasses attaquer par des apestosos ou des cons. » l'interpella-t-il en trottinant derrière elle jusqu'à la rejoindre. « Et c'est non-négociable ! J'me sentirai mal de partir et de t'laisser seule comme ça dans la nature, ce sera plus sûr si on est avec toi. » lança-t-il tout souriant.

C'était fou comme Hernando prenait toujours un malin plaisir à jouer un rôle de mec sympa. Au fond de lui, ce n'était pas un mauvais type, mais les rencontres l'avaient rendu méfiant et dur envers les autres. La vie n'avait pas toujours était tendre avec l’aîné de la fratrie et lui-même n'avait pas forcément fait les bons choix, mais depuis l'épidémie, le jeune homme était redevenu dur et con, il faut bien dire ce qui est.

Quant à Mike, il décida ce jour-là d'incarner le mec chiant et pas du tout motivé. « Roh t'es chiant mec à vouloir toujours aider. » dit-il en s'adressant à son ami, mais de façon assez claire et forte pour que la brune puisse l'entendre. Approchant son visage de Hernando, il reprit « J'te préviens, on va pas passer toute la journée avec elle. » ajouta-t-il dans un faux chuchotement. Les deux hommes étaient rodés. L'un s'amusait à être le bon samaritain qui devait convaincre l'autre d'aider, tandis que l'autre ronchonner en traînant des pieds.

« Bon, tu connais pas un endroit dégagée dans l'coin pour être plus en sécuriité ? » demanda Hernando d'une voix posée. Mais s'il cherchait de la tranquillité, ce n'était pas tant pour des raisons de sécurité, mais pour pouvoir éventuellement dépouiller la jolie brune car pour le moment, il n'avait pas encore décidé du sort qu'il lui réservait.



MIKE : #576A6E / HERNANDO : #A59450
Revenir en haut Aller en bas
Breann Yates
Messiah
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 07/12/2015
Messages : 114
Age IRL : 20

MessageSujet: Re: Nice to meet you... Give me all you have !   Mer 6 Juil 2016 - 23:25

Oh non, mais pourquoi se sentent-ils toujours obligés de me raccompagner ? C'est fou ça, je ne comprends pas cette manie ! Laissez-moi avancer toute seule, je sais où je vais, je n'ai pas besoin de guide ! Enfin, pas vraiment, techniquement j'ai ma carte. Et je sais aussi vers où je dois me diriger pour atteindre la ville. Donc voilà, à peu près, c'est presque précis, ça passe. De toute manière, comment rater la ville ? Dès qu'il y aura du bitume, ce sera bon. Et plus jamais la forêt ! Je ne veux plus jamais vivre dans la nature de ma vie, le béton, c'est tout ce qu'il y a de bien ! Le béton et les briques. Et les lampadaires. Ah oui, surtout eux... Je n'aurais jamais cru que les nuits puissent être aussi noires. Plus j'y passe du temps et moins je me sens accueillie par la nature en général. Je comprends beaucoup mieux pourquoi est-ce que les êtres humains ont choisi de s'agglutiner tous ensemble au même endroit et à faire en sorte de se défaire de l'emprise de l'environnement. Il veut notre mort ! C'est comme si nous étions une erreur qu'il n'aurait de cesse de vouloir corriger. Eh, ma théorie se tient, regardez ce qui nous tombe dessus maintenant !

Enfin, en attendant, je ne suis pas sûre que mes nouveaux « compagnons » soient très intéressés par ce type de discussion. « Seule dans la nature »... Je t'en fouterais des « Seule dans la nature » moi. Je me débrouille, j'ai juste besoin de retrouver Tim, pour le reste, je suis encore debout et j'avance. Je n'ai pas besoin que deux hommes dont je ne sais absolument rien et qui se promènent avec des armes me collent au train. Je pinçais les lèvres, mécontente, en continuant obstinément à avancer. Tant pis pour la fatigue. Ces hommes-là doivent suivre la logique des prédateurs : attaquer l'individu le plus faible du groupe ou isolé. Et curieusement, je conviens bien à ces deux descriptions. Je n'étais pas loin de rejoindre l'avis de l'afro-américain. Ils n'allaient pas me suivre toute la journée tout de même !

Enrique se moquait apparemment complètement de l'avis de son partenaire. Beaucoup trop motivé celui-là... Dans d'autres circonstances, je ne me serais pas agacée d'avoir un peu de compagnie, mais le soucis de celle-ci, c'était qu'ils me faisaient tous les deux bien trop peur pour que je sois parfaitement sereine en les sachant dans mon dos en pleine forêt. Le slogan du film Alien me revint en mémoire. « Dans l'espace, personne ne vous entendra crier. » Et dans une forêt ?

Dissimulant au mieux ma nervosité, je dégageais une de mes mèches de cheveux coincée sous une bretelle de mon sac et lui donnais une réponse vague : « Non, je ne connais pas particulièrement ce coin de forêt, navrée. J'ai un lieu de rendez-vous précis sur la carte, et je préfère être entourée d'arbres. Je trouve que les choses sont plus nombreuses sur les routes. » Je marchais d'un bon pas, tentant de surmonter ma fatigue pour ne montrer aucune faiblesse. D'une voix assurée, je décidais de mener la conversation tout en glissant quelques détails sur mon groupe fantasmé : « Vous venez de la ville peut-être ? C'est une sacrée trotte à pieds. Pas trop crevés ? Oh, et par rapport aux armes... Vous feriez mieux de les cacher un peu, ça n'inspire pas franchement confiance et mon compagnon à la gachette facile. Je m'en voudrais que vous vous preniez une balle et que vous gardiez un mauvais souvenir de lui, il est vraiment sympa. » Et il me manque terriblement... « Et vous n'allez pas vous éloigner inutilement de votre refuge en m'accompagnant ? Je dis ça pour vous, je suis touchée par cette initiative, mais vous devez aussi penser à vous... » Oui, c'est ça, soyez un peu égoïstes et pensez à vos propres pieds. Ou sinon je peux aussi les ennuyer à en mourir en leur parlant des miens. Ce sera pour ma deuxième tentative pour les faire fuir : parler de moi, de moi et encore de moi. Les hommes n'y résistent pas, ils tombent comme des mouches au bout de cinq minutes.

Je leur jetais un regard par en-dessous, mémorisant leurs traits. On ne sait jamais... Si je suis amenée à les recroiser un jour ou que je dois mettre en garde quelqu'un contre eux... Ils étaient définitivement trop grands et imposants à mon goût. Trop de muscles. C'est bien la première fois que je m'en plains tiens... Des visages aux traits durs, que même le sourire d'Enrique n'arrivait pas vraiment à adoucir. C'est trop bête que je le rencontre maintenant celui-là, dans un bar, il aurait été tout à fait mon type. Ah mon Dieu, Bree, ce n'est vraiment pas le moment... Pense à ta peau, c'est un peu plus important. Tiens, d'ailleurs... « Ah, et je peux continuer à vous appeler Enrique et Kanye alors, ça vous va ? »




"Pretty girls don't know the things that I know
Walk my way, I'll share the things that she won't"
Revenir en haut Aller en bas
Hernando Álvarez
Messiah
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 19/05/2016
Messages : 494
Age IRL : 29

MessageSujet: Re: Nice to meet you... Give me all you have !   Jeu 7 Juil 2016 - 18:35

La jeune femme ne semblait pas mordre à l'hameçon du duo qui n'allait pourtant pas abdiquer si facilement d'autant plus que plus elle tentait des les repousser et de parler, et plus cela la rendait intéressante aux yeux de Hernando. Il aimait le répondant naturel que la jolie brune avait, le fait qu'elle ne se démonte pas face à eux et qu'elle tente de donner l'impression de pas prêter plus attention à cela aux deux hommes. « Tant pis, continuons en pleine forêt cette p'tite randonnée alors ! » répondit avec un sourire le tatoué.

Oh non, ils n'allaient pas lâcher leur proie aussi facilement, c'était quelque chose d'extrêmement rare et là il n'y avait aucune raison les poussant à arrêter ce petit manège. Quand ils en auront vraiment marre, il suffira aux deux hommes d'agir et de partir au plus vite, mais pour le moment ce qu'ils souhaitaient c'était de savoir s'ils couraient un quelconque danger ou si elle était seule comme ils le pensaient. « Et si tu sais où t'as rendez-vous, c'est parfait on peut t'raccompagner jusqu'à la-bas vu que c'est dans le coin. »  ajouta Hernando d'un ton enjoué.

Et là, une vague de paroles sortit de ce petit bout de femme. Un flux qui semblait ne pas s'arrêter. Et puis, plus rien, le silence. Hernando regarda avec de grands yeux Mike qui souriait bêtement. Ok, t'as rien suivi non plus toi.... Il lui était donc inutile de penser compter sur son ami pour s'en sortir. « T'as un d'ces débits... C'est dingue ! » lui dit il en se mettant à rire. « Alors, reprenons... » Le latino resta silencieux quelques secondes, le temps de rassembler et d'assimiler tout ce que la brune avait pu dire.

« C'est gentil de t'inquiéter, mais t'en fais pas pour nous, on est de grands garçons on sait c'qu'on fait. Et si on habite loin et qu'on vient jusqu'ici, c'est pas pour repartir au bout de quelques minutes. Pis les rencontres ça peut toujours être sympa ! » finit par répondre le tatoué. Elle avait vraiment envie de se débarrasser d'eux et à moins d'être aveugle, ça se voyait. Mike prit finalement la parole « [color:53a8=#576A6E ]Et pour ton ami suffit d'nous dire quand on arrive et on range les armes, mais pour l'instant c'est p'tet mieux d'les garder si jamais on croise plusieurs d'ces trucs, ça évitera de s'faire surprendre comme des cons tu vois. » lança-t-il d'un ton sûr.

BIEN ACHO ! avait envie de hurler Hernando. Car la remarque que son ami venait de faire justifiait en tout point le fait de ne pas les ranger tout de suite. La sécurité avant tout et cet argument était parfait car il permettait aux deux hommes de rester armés au cas-où la belle se décide à leur faire faux bond. Le latino avait bien envie de poser une question à la jeune femme, mais il craignait que celle-ci n'est pas l'effet souhaité alors, il la garda pour plus tard et un moment plus propice.

Il repensa aux mots prononcés quelques instants plus tôt par la jeune femme et il se rappela des derniers « Oh et t'en fais pas, on pense à nous là, ça nous fait plaisir. Faut bien s'entraider un minimum tu crois pas ? » demanda l'homme d'un air innocent.  L'initiative, comme elle l'avait si bien dit, n'était en rien gratuite, mais ça elle pourra s'en rendre quand les deux hommes se lasseront de ce jeu.

De forts rires se firent entendre dans la forêt, la raison était la question que la brune venait de leur poser. «[color:53a8=#576A6E ] Eh mais attends, ''continuer'', ça veut dire qu'dans ta tête tu nous appelles comme ça ou bien ? » demanda Mike en rigolant de plus belles. Il ne la prenait pas pour une folle, c'était simplement qu'il avait trouvé ça tellement marrant d'imaginer la jeune femme les nommer ainsi dans son esprit. « Moi ça me va en tout cas, mais je t'appellerai Sarah si ça te va parce que... Parce que rien en fait. » un nouveau rire sortit de la part de Hernando.

Le groupe de trois continuait d'avancer, mais les deux hommes commençaient à avoir mal au ventre à force d'éclater de rire comme ça. Car oui, ils n'arrivaient toujours pas à s'en remettre. Prenant son sac devant lui, le tatoué prit une bouteille d'eau, mais pas la pleine, la vide. « Merdia » dit-il d'un air énervé. « Sarah, t'aurais pas un peu d'eau s'te plaît ? Parce que là on est à sec... » lui demanda-t-il en agitant l'objet vide. Mike commença alors à pester contre l'hispanique, mais il avait tout de suite compris où voulait en venir Hernando avec cette requête. Le but n'était pas de réellement boire, non, c'était pour autre chose ; se faire une idée du contenu du sac de la jeune femme. Si elle n'avait rien dedans, les deux hommes pourraient le voir avec le manque d'effort nécessaire que la brune aurait à le prendre pour en sortir la bouteille. Et à l'inverse, si elle peinait à le prendre, cela pourrait signifier que des choses intéressantes s'y cachent. Peut-être même qu'avec un peu de chance en l'ouvrant, l'un ou l'autre pourrait directement avoir une vue sur l'ouverture de ce dernier.



MIKE : #576A6E / HERNANDO : #A59450
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
WALKING WITH THE DEADS

MessageSujet: Re: Nice to meet you... Give me all you have !   Aujourd'hui à 2:02

Revenir en haut Aller en bas
 

Nice to meet you... Give me all you have !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 3Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant

 Sujets similaires

-
» Nice to meet ya ~ |#| OLLIE&SHIGEAKI
» 07. Hi, I'm Glenn ! Nice to meet you !
» Nice to meet you...
» Heeeeee, dude ! It's nice to meet ya again ! | Mercedes Ferrès.
» «Hello my name is... Nice to meet you.»

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Walking Dead RPG :: Archives RP :: RP Terminés-