Partagez | .
 

 I'm going be that nail in your coffin [Terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
Auteur
Message
Invité
Invité
WALKING WITH THE DEADS

MessageSujet: I'm going be that nail in your coffin [Terminé]   Dim 26 Juin 2016 - 0:35


Dani (Mega) Lane
20 ans • Américaine • Sans emploie • Travelers

i've got a war in my mind

Qui a envie d'être adulte ? Responsabilités, problèmes sur problèmes, relations compliquées... Dani a toute une liste contre l'envie de grandir. Surtout mentalement. Son corps lui, n'échappe pas à l'inévitable, pourtant l'esprit de la jeune fille est bien accroché à son enfance. Il ne faut pas s'attendre à une demoiselle remplie de maturité. Pourtant Dani a un cerveau, et un très bon cerveau. Elle sait s'en servir quand elle en a envie. Une intelligence pas vraiment exploitée dans le passé mais qui ne l'empêche pas d'avoir des réflexions pouvant en étonner plus d'un. Il faut juste arriver à ce moment là, car c'est rare, elle n'aime pas vraiment se prendre au sérieux. Alors oui, elle arrive bien à survivre. Dani possède une très bonne intuition et une curiosité légèrement excessive. Sûrement relié à son intelligence, la petite voit des détails et suit une intuition qui ne lui a encore jamais fait défaut. Principalement en terme de survie. Le chemin de droite ou de gauche alors qu'une horde est sur ses talons, elle prendra automatiquement la bonne route, même dans la précipitation. Tuer celui là ou ne pas le tuer pour x raisons. Son choix est souvent le bon. En tout cas, jusqu'ici elle n'a pas à s'en plaindre, elle est toujours en un seul morceau. Pour sa curiosité c'est simple, Dani est tout simplement et purement une fouineuse. Elle met son nez partout pour satisfaire une inssassiable curiosité, sur tout, sur n'importe quoi. Incroyable cette petite, oui et elle ne se gênera pas pour s'en vanter. Elle est la meilleure, la « Mega » ! Un grand sourire aux lèvres, les poings sur les hanches, Dani se sent l'âme d'une super-héroïne, l'humilité en moins. Il faut dire qu'elle n'a pas froid aux yeux. Courageuse comme pas deux, elle n'hésitera pas à mettre sa vie en danger, que ce soit pour sa propre survie ou celle d'un autre. Elle préfère de loin l'action à la passivité. Très peu pour elle la peureuse qui se cache et fuit !

Une pile sur patte, elle ne peut pas tenir sur place. Toujours en train de bouger, Dani préfère courir que marcher et ce, depuis toujours.  Cependant, la demoiselle ne supporte pas l'autorité et c'est bien pour cela qu'elle préfère se débrouiller seule. Bornée et pas qu'un peu, du moment où elle dit non, c'est non et on aura beau lui expliquer par "a + b", Dani n'en démordra pas... Jusqu'à ce qu'elle se rende compte seule et dans une intense réflexion que finalement elle avait peut être tort. Elle déteste qu'on lui donne des ordres, qu'on l'oblige à faire telle ou telle tâche. Encore une enfant dans la peau, elle peut vite s'emporter, susceptible comme elle est. Sa vie en communauté n'est pas forcément une bonne idée, c'est qu'elle montre vite les crocs et se bagarre facilement quand il y a un désaccord. N'est-elle pas la plus forte ? Alors pourquoi ne pas le prouver ? Même si elle prend une trempe et qu'elle boudera pendant une éternité...  Enfin. Vous ne serez pas forcément déçu en la croisant. Dani est un rayon de soleil, ses yeux pétillent malgré un monde en perdition. Peu importe le merdier dans lequel elle est, elle verra la lumière au bout du tunnel plutôt que l'obscurité et la mélasse dans laquelle elle avance. Elle se donnera à cent pour cent pour prouver que malgré tout ce qui se passe, la vie vaut la peine d'être vécue ! En fait, elle se trouve bien plus à l'aise dans ce monde là que dans le précédent, même si pour l'instant personne ne semble avoir le même point de vue qu'elle.

Mais peu importe, au final elle a toujours aimé sa solitude et aujourd'hui plus que jamais.


and blood on my hands

Sortant de l'adolescence, on peut reprocher à Dani de ne pas encore avoir un corps de femme mais entre la femme et celui d'une petite fille. Élancée sans réelles rondeurs et d'une taille avoisinant les 1m60, elle ne porte pas d'habits larges pour la simple raison qu'ils ne sont pas pratiques. Hormis son blouson cachant une arme dans un holster, c'est un total look cuir depuis peu, depuis qu'elle en a trouvé et qu'elle en a déduit que c'était plus pratique pour ne pas se retrouver en fin de journée avec des tâches impossible à nettoyer. Cheveux souvent relevés en une queue haute, elle n'aime pas vraiment les avoir long et encore moins détachés pour ne pas qu'on les lui attrape. Dani cache toujours une lame dans ses bottes de combats  ainsi qu'un grand couteau de chasse plaqué contre sa cuisse.
Son sac à dos ne contient pas grand chose, beaucoup de barres protéinées et de l'eau ainsi que plusieurs recharges pour son arme de poing et son si précieux carnet qu'elle tient comme un journal intime.

a storm is coming

Dani est née sous la patronyme de Danielle Mega Lane.  Elle est une enfant qui n'a pas vraiment eu de chance durant son enfance. Son père partit pour ne plus jamais revenir, elle a grandi avec sa mère jusqu'à ses dix ans. Dani a toujours aimé sa mère, même si celle-ci passait plus son temps dehors avec des hommes. Elle était une de ses femmes croyant au prince charmant et qui était clean jusqu'à ce qu'elle tombe enceinte et que son prince reparte à toute vitesse sur son cheval blanc très loin d'elle. La malheureuse n'a pas eu le courage d'avorter, mais n'ayant ni famille, ni boulot, elle n'a pas ressenti cet instinct maternel. Pas d'amour inconsidérable pour ce petit être qui avait fait fuir l'homme de sa vie – oui, même après trois mois il l'était – et qui la mettait alors dans une position difficile. Obligée de passer de petit boulot en petit boulot, jusqu'aux trois ans de la petite Danielle, tout se passait plutôt bien. Mais plus elle grandissait, plus elle coûtait de l'argent. Habitant dans un petit village de Géorgie, loin de tout, sa mère décida de ne pas l'envoyer à l'école. Seulement, Danielle découvrait le monde sur ses deux petits pieds. Elle commençait à s'exprimer à comprendre ce qui l'entourait et c'est alors qu'elle commença à se montrer très active. Toujours à gambader, il était fréquent qu'un voisin vienne voir sa mère pour lui rapporter sa petite fille qui venait fouiner chez eux. Elle essaya tout, jusqu'à l'enfermer dans sa chambre quand elle devait sortir pour aller boire un coup avec les hommes célibataires – ou pas, après tout, le prince charmant peut toujours quitter sa femme pour ses beaux yeux -  et oublier le temps d'une soirée, ou d'une journée entière qu'elle avait un enfant attaché à son pied.  C'est ainsi que l'engrenage se mit en marche. Une simple soirée dans sa chambre, Danielle trouva le moyen de faire le mur en sautant dans les buissons par la fenêtre. Frais médicaux à payer, sa mère condamna sa fenêtre. Puis la fois suivante, elle ne put s'échapper. En revenant sa mère installa un petit poste dans sa chambre pour l'occuper un peu et quelques livres. Puis la fois suivante, elle passa la nuit avec son nouveau prince charmant. En revenant avec une certaine inquiétude, malgré l'estomac vide de sa fille, celle-ci était vivante. Alors... Tout va bien ! Si la vie n'est pas belle ? La gamine ne se plaint pas et elle peut vaquer à sa vie sans elle....

Le temps était long pour Dani, la faim était au début insupportable. Âgée de cinq ans, elle se souvient de la première fois qu'elle l'avait laissée deux jours entiers, presque trois sans manger. Pour oublier la faim, la petite fermait les yeux et imaginait que son ventre était rempli d'un gros coussin qui prenait toute la place. Pas question de penser à un ingrédient, cela ne faisait que raviver la faim et rendait son ventre encore plus douloureux. Pourtant malgré tout cela, quand le visage de sa mère ouvrait sa chambre, elle ne pouvait s'empêcher de sourire, de l'adorer. Son parfum fleuris la rendait joyeuse et alors elle savait qu'elle pourrait manger et jouer dehors jusqu'au prochain soir. Son enfance fut ainsi rythmée, sa mère lui appris à lire et à écrire, le reste Dani a appris sur le tas, à travers les livres et la télévision. Néanmoins, sa mère ne sortait pas tous les soirs et elle ne l'abandonnait pas plus de deux jours. Cela était suffisant pour Dani qui ne comprenait pas vraiment ce que cela signifiait, après tout, elle revenait à chaque fois, cela était sûrement normal.  Puis quand elle eut sept ans, sa mère décida de se marier avec une nouveau prétendant. La vie fut de suite plus belle pour la petite qui ne restait plus enfermée dans sa chambre et qui avait même droit à des repas « en famille ».  C'est à cette période qu'après s'être cassé le bras en faisant la casse-cou, le médecin la diagnostiqua hyperactive. Impossible de la tenir en place, elle était toujours en train de courir à droite, à gauche, à fouiner ici et là. Et cette perte d'énergie la poussait à manger beaucoup et presque toute la journée. Fourrée avec une pomme ou des barres de chocolat, Dani se donnait tout ce qu'il fallait pour tomber de fatigue le plus tard possible. Elle n'aimait pas dormir, ce qui est encore le cas, alors elle ne dort pas beaucoup. Cependant, quand elle tombe inconsciente dans les bras de Morphée, impossible de l'en sortir tant qu'elle n'a pas fait ses cinq heures de sommeil. Elle dort profondément, mais elle dort peu.

Ainsi, jusqu'à ses dix ans, la vie était belle. Sa mère et son beau-père étaient loin de rouler sur l'or, mais elle n'en demandait pas plus. La campagne, la liberté... Ils la laissaient faire ce qu'elle voulait, quand elle voulait et elle aimait ça. Mais la tableau se cassa la figure quelques mois avant son anniversaire. Son beau-père laissa sa mère pour une autre. Quelque chose au fond d'elle se mit en alerte rouge. Mais c'est seulement quand sa mère verrouilla la porte de sa chambre qu'elle comprit. Oui. Elle allait de nouveau rester cloîtrée ici, dans cette petite chambre, sans eau, sans nourriture. Sa mère était au plus bas, elle le sentait, elle ne l'avait jamais vu comme ça. Alors un soir elle l'entendit partir et elle attendit son retour. Un jour. La faim commençait à être douloureuse, la soif encore plus, l'été arrivait à sa fin, mais la chaleur était toujours là. Deux jours. Dani est roulée dans son lit, les yeux rivés sur la télé. Sa bouche est sèche et son estomac crie famine. De nouveau elle ferme les  yeux pour l'imaginer rempli, ce qui atténue légèrement sa douleur. Trois jours... Pas de présence dans la maison hormis la sienne. Elle ne bouge plus de peur d'utiliser le peu de ressource qu'elle a. La faim n'est plus insupportable, mais la soif... La soif c'est le pire. Dix ans, c'est un âge plus que suffisant pour être conscient qu'elle est plus proche de la fin qu'autre chose. Elle se met à lécher tout ce qui semble frais, la fenêtre, sa peau quand elle sent qu'elle transpire. Et toujours pas de maman en vue. C'est le quatrième jour à l'aube qu'elle est réveillée par un bruit. A demi-consciente, elle entend plusieurs voix et tout à coup un bruit sourd qui l'aurait fait sursauter si elle avait eut assez de force pour cela. Elle tente d'ouvrir les yeux en vain, ils semblent définitivement clos. Son corps est soulevé. La voix d'une femme qu'elle connaît résonne, mais c'est trop difficile de se concentrer. Elle perd alors conscience et se réveille dans une chambre toute blanche, sentant une odeur bizarre. Des gens en tenue de médecins viennent vers elle, lui pique le bras à plusieurs reprise, change souvent une poche reliée à elle, lui donne à manger et à boire et n'arrêtent pas de lui demander comment elle se sent. Ne connaissant pas cet endroit ni ses gens, Dani refusera de parler les vingt-quatre premières heures. Puis une femme vint à son chevet. Une vielle dame qu'elle avait déjà vu plusieurs fois étant donné qu'elle était sa voisine. Elle l'avait plusieurs fois vu se chamailler avec sa mère sans vraiment savoir la raison.

La vieille dame, Katherine, lui explique que tout ira bien désormais, qu'elle sera mieux traitée et que tout le monde ici ne lui veut que du bien. Dani se détend alors, mais tout ce qu'elle réclame c'est sa mère. Cependant, le jour d'après une autre dame vient la voir pour parler de choses qu'elle ne comprend pas vraiment. Loi, maltraiter, services sociaux, restriction... Pleins de mots qui n'ont aucun sens pour la petite fille. Sûrement est-ce en voyant ses grands yeux ronds que la dame décide de changer son langage. Pourtant en l'écoutant de nouveau, Dani se rend compte qu'elle la préférait quand elle racontait tout plein de choses incompréhensibles. « Ta maman a mal agis avec toi, elle n'a plus le droit de t'approcher pour le moment, alors tu vas avoir une nouvelle famille qui t'aimera et ne te fera plus de mal. » D'abord muette, Dani va vite devenir folle de rage. Comment ça elle a mal agis ? Mais elle l'aimait non ? C'était pas normal ? Dani, elle, elle l'aimait sa maman ! Pourquoi lui enlevait-on sa maman ? Elle qui est si triste en ce moment... C'est injuste, c'est encore plus douloureux que ses jours passés dans sa chambre. Elle tente de fuir, mais elle n'y arrive pas. Elle griffe, elle mord, mais personne ne la laisse partir, personne ne l'écoute. La vieille dame a déménagé et on lui dit qu'elle devra aller avec elle, que Katherine s'est portée volontaire pour la prendre à sa charge. Jamais elle n'aurait pensé qu'elle ne verrait plus jamais sa mère. Une semaine passe et elle est envoyée par avion jusqu'à Seattle, sa nouvelle ville, sa nouvelle maison, sa nouvelle vie.

Durant les deux premières années, Dani se montrera très difficile, mais Katherine est patiente, très patiente. Elle a ce regard plein de bonté que Dani déteste quand elle est en colère mais qu'elle adore tout de même. La vieille dame n'ayant pas de métier et ayant un bel héritage dans la poche décide d'éduquer Dani elle-même. Une période difficile car Dani ne supporte pas l'autorité et que pour apprendre il en faut. De plus son hyperactivité est problématique, alors la vieille dame décide de l'aider en l'inscrivant dans plusieurs sport. La jeune fille, garçon manqué sur les bords s'oriente vers les sports de combats et l'athlétisme, plus précisément la course. Une flèche, elle semble faite pour la course, agile et n'ayant pas froid aux yeux, la combat lui était presque destiné. A quatorze ans, elle laisse son passé derrière elle et voit le présent. Elle aime sa vie, elle aime se bagarrer et revenir chez la vieille dame pour manger avec elle, même si elle la sermonne à cause des bleus qu'elle a. Elle a rarement passé une journée sans avoir la peau marquée depuis ce temps-là. Son égo se gonfle, ses entraîneurs la félicitent pour son implications et ses compétences alors l'adolescente commence à se sentir invincible. La tête dans ses rêves de jeunes filles, elle continue de lire et regarder les histoires de super-héros. Elle veut elle aussi en devenir une. La drague, les garçons ? Très peu pour elle ! Même si beaucoup se trompe à son sujet en la voyant avec son visage presque angélique, Dani remet vite les choses en place. Son langage est loin d'être soutenu, elle ne mâche pas ses mots, elle ne retient pas ses coups. Cependant, quand elle s'emporte trop, Dani ne mesure pas les conséquences et c'est pour cela qu'elle se retrouve souvent au poste de police pour de petites agressions.

- Man ! C'est lui qu'a commencé ! Il m'cherche, il m'trouve hein merde !
- Ton langage Danielle !

Une grimace se forme sur le visage de la jeune adolescente. Elle déteste qu'on l'appelle par son prénom entier. Oui, désormais c'est Dani, et juste Dani. C'est bien plus cool ! Elle sait que Katherine le sait et vice versa, c'est quand elle est en colère contre elle qu'elle l'appelle ainsi. C'est une bonne personne, elle fait beaucoup pour elle, mais adolescente avec le yoyo des hormones, Dani ne voit qu'une chose surtout, la laisse autour de son cou. Obligée de suivre ses règles étant donné qu'elle vit chez elle et qu'elle n'est pas encore majeure pour pouvoir faire les choses comme elle l'entend sans avoir à rendre de compte. Malgré une furieuse envie d'en arriver là, Dani est pourtant totalement contre l'envie de grandir. Elle n'aime pas les adultes et tout ce que ça implique de le devenir. Ils sont tellement terre à terre, ennuyants, sérieux... Quelle plaie ! Alors même si jusqu'à ses 19 ans on l'a traitée de gamine immature, Dani, elle a toujours préféré cela à la triste mutation en adulte. Jusque là elle n'a connu qu'un petit amour de vacance quand Kat l'a envoyée en camping de l'autre côté du pays. C'était mignon, c'était nouveau. Elle y a perdu sa virginité, mais une fois de nouveau chez elle, Dani est passée à autre chose et comme jusque là, elle ne s'est pas plus intéressée que ça aux garçons. C'est arrivé sans prévenir, quand on est entre jeunes sur la plage c'est simple, mais à Seattle, n'ayant pas d'amis à proprement parlé vu qu'elle n'a jamais été à l'école, Dani ne cherche pas à aller dans les bars ou boites de nuits pour draguer. Bientôt majeure, elle voit le jour béni et chéri pointer le bout de son nez. Pourtant ce qui arrive va être bien plus au-dessus de ses espérances. Cela va être très douloureux, mais jamais elle ne se sentira plus vivante que lorsque que l'épidémie aura envahit le monde entier.

on the highway to hell

«  Dani Daily
J 84 ADE (Après le Début de l’Épidémie )

Man, c'est le merdier ! Je suis toute seule dans cette maison de banlieue de Seattle de l'autre côté de la ville. J'ai vu le truc arriver de suite, même si la vieille me disait que tout allait s'arranger. Elle me sortait tout plein d'exemples où tout le monde pensait que la fin arrivait et où finalement rien ne s'est passé comme prévu et où la vie a repris son court comme avant. Mais là, man, merde alors, rien ne s'est arrangé ! Tout a empiré en fait. Kat voulait qu'on bouge plus de chez nous, mais on peut pas m'enfermer, moi j'ai besoin de bouger alors je suis sortie. Plus vite qu'on le pensait les gens ont commencés à devenir inquiets puis complètement fous. Ça envoyait des briques dans tous les sens, l'armée s'en est finalement mêlée et tout est parti en co... cacahuète. J'ai jamais vu ça ! Dans les rues ça schlinguait la peur et la violence à plein nez. Je sais pas pourquoi mais j'arrive à sentir ce genre de trucs, une putain d'intuition – pardon la vieille – qui m'a pris aux tripes et j'ai compris que ça s'arrangerait pas comme Kat me l'avait promis. Le truc c'est qu'elle m'aurait presque refilé le virus de la peur celle-là. Elle tremblait, elle me sortait tout plein de conneries comme si notre heure était arrivée. Vas y pour les « je te l'ai jamais dis de vive voix, mais Dani je t'aime, je veux que tu le saches. » Ah putain ! Quelle niaiserie ! Pire que ce que je pouvais voir dans les films presque. Mais je dois dire qu'aujourd'hui je reviendrais bien en arrière juste pour me mettre une claque et lui dire que moi aussi je l'aimais cette vieille bique... Enfin, on va pas sortir les mouchoirs hein, j'ai pleuré sur sa tombe le temps qu'il fallait, maintenant je pense surtout à ma survie.

Et oui elle est morte. C'était prévisible, soixante quinze balais la vieille. Quand un mec à la gueule bizarre est rentré par la porte de notre véranda et lui a bouffé le bras, ça a scellé son triste sort. Elle m'a gueulé d'aller chercher l'arme sous son matelas... J'en revenais pas mes oreilles man ! Kat cachait un flingue sous son pieu... Si elle était pas morte ensuite je l'aurais embrassé pour lui dire comme elle est cool ! Mais... Au final, même si j'ai tiré le premier chargeur partout sans le tuer le bougre, j'ai finis par lui planter une balle dans le front et il s'est cassé la gueule sans se relever. La vieille était dans un piteux état la pauvre, il avait pratiquement bouffé tout son bras le temps que je vide presque deux chargeurs dessus. A partir de là, j'ai dis au revoir à Kat et j'ai laissé son corps inerte dans notre baraque pour m'enfuir. Elle allait me manquait, elle me manque encore, mais je devais et je dois encore survivre.

Les deux mois qui ont suivis ont été complètement fous. J'ai noté plusieurs choses sur ce virus.
a) Il tue les gens et les ramène à la vie.
b) On doit OBLIGATOIREMENT viser la tête. Sinon ils crèvent pas. (encore)
c) Plus cannibale tu meurs. Ils veulent tous nous bouffer. Mais ils se bouffent pas entre eux, bizarre.
d) Une morsure suffis à nous infecter et nous condamner. J'ai pas encore déterminé le temps exacte jusqu'à la mort.
e) Ils n'ont plus aucune conscience. J'ai essayé de communiquer avec, ils réagissent pas, je crois qu'ils sont juste plus là, ce sont des corps guidés par la chaire fraîche sans intelligence.
g) Ses mutés semblent réagir plus au son qu'au visuel. Ce qui appuie l'hypothèse qu'ils n'ont plus aucune intelligence, ils suivent un instinct primaire, suivant un bruit sans analyser ce qu'ils voient.

Les analyser est plutôt dangereux. C'est que récemment que j'ai cherché à en apprendre plus par moi-même sur ses choses. Faut dire que jusqu'ici ma survie a été périlleuse, malgré mes capacités en courses et en combat rapproché, pour le tir je reste encore pas très forte. Puis j'ai tout le temps faim, je dois aussi trouver des munitions ce qui est difficile. Des camps se forment pour aider les gens, j'ai vu des patrouilles, mais je les évite. Pas confiance. Puis pas envie d'être enfermée et épiée jour et nuit. Très peu pour moi man !

Je pense que je vais sortir un peu de la ville. 
D. »

« Dani Daily
J 175 ADE

Avril touche à sa fin. Je suis toujours en vie, c'est déjà pas mal non ? Parce que j'en ai vu des gens mourir et pas qu'un peu. Au début j'étais genre plus que choquée, man, j'en voyais en film, mais en vrai ça fait pas du tout pareil... Heureusement j'ai fini par accuser le coup, après tout c'est le cycle de la vie ! Ceux qui sont trop faibles crèvent les premiers, moi je compte pas y passer avant bien longtemps, je te le dis.

J'ai traîné pas mal de temps à l'extérieur de Seattle, l'hiver a été rude, du coup je me suis trouvé un petit chalet où j'ai pu me faire des soirées tranquille au bord du feu. Au début j'ai cru que j'allais pas passé le mois de Décembre, man pour trouver de la bouffe c'est galère. C'est pas comme si les gens avaient disparus du jour au lendemain. Ils ont la plus part cherché à survivre et donc les magasins sont quasiment tous vides. Heureusement j'ai eu l'intelligence d'aller aux villes et villages alentours, puis j'ai trouvé une épicerie proche d'une banlieue qui avait encore pas mal de conserves. Bref, voyez bien, j'suis toujours là !

D'après ce que j'ai vu après un tour en ville le mois dernier, les deux gros campements ont été envahis par les mutés. C'est pas beau à voir ! Je savais bien que c'était pas une bonne idée d'y aller... Je suis pas un mouton moi, si je veux survivre, je compte sur personne d'autre que sur moi-même ! Maintenant que le temps est un peu plus clément, je vais me remettre à bouger, je vais quitter ce chalet. J'aime pas m'attacher à un endroit particulier, c'est le genre de truc où tu prends trop tes aises et tu te crois en sécurité au moment où tu l'es le moins. L'hiver m'a forcé à rester là, mais maintenant, je bouge !

Ah au fait, je me suis bien améliorée au tir ! Puis à force de couper du bois, j'ai l'impression que mes bras deviennent comme ceux d'un bûcheron... Ça, ça craint...
D. »

« Dani Daily
J 243 ADE

C'est l'été ! Ouai, fini de me peler les miches, fini le nez qui coule et les doigts de pieds gelés au petit matin. Enfin le beau temps, enfin la chaleur ! J'ai cru que je retrouverai jamais ça. De ce que j'ai comme souvenir en Géorgie, c'était bien plus chaud qu'ici... Mais bon, je préfère pas trop y revenir, le passé est passé man !

Depuis la dernière fois il s'est passé pas mal de choses. Déjà je me suis trouvé une nouvelle tenue. Je suis pas une bonne, j'aime pas passer mes soirées à laver mes vêtements et le sang ça tâche trop pour moi. Surtout que j'ai trouvé le coup de main, à force de chercher à les tuer ben je suis plus à l'aise. Après tout j'ai souvent que ça à faire de mes journées, alors je sors avec mon gun, mon couteau de chasse et mes autres lames. J'essaie de m'en prendre qu'un à la fois, je les sépare quand ils sont trop et hop, un coup dans le crâne, sur le côté c'est mieux. C'est souvent dégueulasse, ça rentre comme dans du beurre, puis quand ils sont tout frais, ben faut avoir de la force pour que le crâne se fende. C'est rare quand je passe une journée sans être aspergée de sang sur moi, sans des chaires entremêlées dans mes cheveux. Sans bleus aussi. Je me cogne souvent en courant dans tous les sens, c'est pénible, mais j'ai l'habitude maintenant. Quand la journée touche à sa fin j'essaie de trouver des gens cachés pour leur apporter un peu mon aide, mais je crois que je vais arrêter, la dernière fois je suis tombée sur des mecs qui faisaient des choses trop pas catholique à des filles et j'ai bien cru que je serais la suivante. Heureusement je cours vite. Les gens sont devenus aussi dangereux que les mutants là. Si seulement ses mutants ressemblaient à Wolverine... Au moins ils seraient sympa à regarder, man !

La musique me manque. J'ai mon i-pod avec moi, je le quitte jamais mais j'ai plus de quoi le charger. C'est horrible, c'est pourquoi là, maintenant qu'il fait beau, je vais essayer de trouver un de ses chargeurs à énergie solaire ou juste quelqu'un de sympa avec un générateur. Je sais pas ce qui risque d'être le plus difficile à trouver... Du coup je me rabats sur les bouquins, j'en prend un, le lit un peu tous les soirs, puis je le laisse et en trouve un autre. Je vais pas m'encombrer avec des bouquins, c'est lourds et toute façon une fois lus, ça sert à rien de le garder.

La solitude fait du bien, y a juste quelques jours où j'ai l'impression que je vais devenir folle. Alors je chantonne, j'écris dans ce carnet et je vais en ville. Je me dis qu'avoir un peu de contact d'humain à humain ça peut pas faire de mal.Enfin si je tombe pas sur un barjot ou une tarée qui voudront me plomber le derrière dès qu'ils m'auront vus. J'ai essayé la compagnie d'un animal. J'ai trouvé un chien y a trois semaines, je l'ai gardé et nourrit puis y a une semaine il s'est blessé à la patte alors que des mutants nous pourchassaient. J'ai préféré survivre à ses dépends, du coup il est mort et ça m'a quand même fait quelque chose. Oh non, je n'ai pas pleuré, depuis la vieille bique j'ai pas versé une larme. Mais du coup je cherche plus à avoir de boule de poils à mes côtés. Là c'était deux semaines, mais si le prochain reste en vie un an avant de se faire avoir, j'aurais sûrement bien plus les boules.

Me revoilà donc seule. Ça fait deux jours que je niche dans un appartement tout en haut d'un immeuble dans Seattle. J'ai décidé de rester un peu au cœur de l'action, mais d'ici peu je bougerai. Je pourrais partir d'ici, descendre un peu pour le sud des États Unis, mais je sais pas pourquoi j'aime bien cette ville. Puis un super-héros ne s'éparpille pas, il reste et protège sa ville coûte que coûte, man ! Les gens ont besoins de moi, même si la plus part le savent pas encore et me connaissent pas. Mais ça c'est qu'une question de temps.

D. »

time to meet the devil

• pseudo › Lisa
• âge › 24 ans

• comment as-tu découvert le forum ? › via google my BFF
• et tu le trouves comment ? › génialissime !!!
• présence › Aussi souvent que possible

• code du règlement › FEAR CUTS DEEPER THAN SWORD
• crédit › de la bannière et du gif, écrire ici
passeport :
 

fiche (c) elephant song.
Revenir en haut Aller en bas
Dwight A. Momsen
Leader | Northern Creek
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 31/10/2015
Messages : 3310
Age IRL : 22

MessageSujet: Re: I'm going be that nail in your coffin [Terminé]   Dim 26 Juin 2016 - 2:04

Bienvenue parmi nous Very Happy



₪ Crush Your Enemies. See Them Driven Before You ! ₪

Mes AnnexesDwight écrit en #6699cc
Revenir en haut Aller en bas
http://www.walkingdead-rpg.com/t6813-listing-des-comptes
Selene Sweetnam
leader | Messiah
Modérateur
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 07/11/2015
Messages : 1305
Age IRL : 26

MessageSujet: Re: I'm going be that nail in your coffin [Terminé]   Dim 26 Juin 2016 - 9:15

Mega bienvenue à toi Smile


Go back and forward, but all is melting like the snow ♪ Taking all from us, all we thought was left to know ♪ On what we treasure falls a dusty snow ♪ taking us backwards, but where we will never know.
Revenir en haut Aller en bas
Norman T. Owens
#Shemale
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 10/12/2015
Messages : 1153
Age IRL : 25

MessageSujet: Re: I'm going be that nail in your coffin [Terminé]   Dim 26 Juin 2016 - 15:49

Hellcome ! Wingardium leviosaaah :111: :smile52:


I am just a man
It's just another war Just another family torn Falling from my faith today Just a step from the edge Just another day in the world we live
Revenir en haut Aller en bas
Zack M. Atkins
leader | American Dream
Modérateur
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 22/03/2016
Messages : 1306
Age IRL : 24

MessageSujet: Re: I'm going be that nail in your coffin [Terminé]   Dim 26 Juin 2016 - 16:27

Bienvenue par ici ! =)



Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
WALKING WITH THE DEADS

MessageSujet: Re: I'm going be that nail in your coffin [Terminé]   Dim 26 Juin 2016 - 18:03

Merciiiiii !
Revenir en haut Aller en bas
Jaden Preston
Administrateur
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 08/09/2014
Messages : 1388
Age IRL : 29

MessageSujet: Re: I'm going be that nail in your coffin [Terminé]   Dim 26 Juin 2016 - 19:36



bienvenue sur le forum !

Te voilà fraîchement inscrit sur The Walking Dead RPG ! Après avoir lu consciencieusement le règlement du forum, voilà quelques petites choses à retenir pour tes débuts parmi nous :

1 – Le délai pour finir ta fiche est de 10 jours. Un délai supplémentaire peut être accordé par un Administrateur.

2 – Si tu as oublié de le faire avant de t'inscrire, jette un petit coup d’œil aux bottins des noms, des prénoms, des métiers et des avatars.

3 – Lors du choix de ton avatar, il est important de bien respecter ces deux points du règlement : Les images choisies doivent être cohérentes avec le contexte, et l'âge de ton personnage avec l'aspect physique de ta célébrité.

4 – Afin d'éviter les RP répétitifs d'intégration dans un camp, nous te conseillons d'intégrer ton personnage à un groupe dès son histoire ! Si tu choisis d'intégrer le groupe des solitaires, il te faudra conserver ce statut durant 1 mois minimum avant de pouvoir t'installer dans l'un des groupes sédentaires.

5 – Si ton histoire comporte des personnages que tu souhaiterais proposer en Scénario, sache qu'il faudra également patienter 1 mois et être actif en zone RP.

6 – Une fois ta fiche terminée, signale le dans ce sujet AVERTIR ▬ FICHE TERMINÉE.

Bonne rédaction !


Bienvenue Smile

Si tu as la moindre question, n'hésite pas :MisterGreen:


You handle your own when you become a man

And become a man when you handle your own
Ain't much I can do but I'll do what I can
But what can I do if I do till it's gone...
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
WALKING WITH THE DEADS

MessageSujet: Re: I'm going be that nail in your coffin [Terminé]   Aujourd'hui à 2:05

Revenir en haut Aller en bas
 

I'm going be that nail in your coffin [Terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 3Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant

 Sujets similaires

-
» LPJE • everything you say can and will be used to nail your ass to the wall and recover my painting.
» Nail ou " N " .~
» True blood.
» repêchage 2012 après presque 5 saisons
» DUNK!!!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Walking Dead RPG :: Archives Fiches :: Fiches Abandonnées / Refusées-