Partagez | .
 

 Darling, you give love a bad name

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5
Auteur
Message
Reese B. Maddox
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 25/04/2016
Messages : 350
Age IRL : 24

MessageSujet: Re: Darling, you give love a bad name   Ven 8 Juil 2016 - 9:23

Il n'y avait eu que Moxley pour la regarder de cette manière par le passé. Elle se souvint parfaitement de ses yeux brillants lors du premier baiser qu'ils avaient échangé, de cet instant charnière de sa vie où elle avait accepté de tomber dans ses bras. Elle n'était pas seulement tombée. Elle avait chuté, là-dedans, corps et bien. Elle s'y était laissée en partie, pour des yeux bleus, comme ceux de Grant, qui brillaient exactement de la même manière. Avec envie, surprise, désir, et... Et plus. Il y avait tout à y lire, absolument tout. Des secrets par centaines, et plus encore. S'il avait été capable de l'écouter, et si elle lui avait posé une question, qu'importe la question, Reese était certaine qu'il lui aurait immédiatement répondu s'il y avait eu derrière la promesse d'un autre baiser.

Mais sa remarque n'eut aucun effet sur Grant. Elle aurait pu ne pas parler, qu'ils en seraient tous deux au même point. A se fixer droit dans les yeux en attendant quelque chose. Pour sa part, une réponse ou quelque chose, des mots au moins. Pour Grant, qu'elle recommence. Reese le comprit sur l'instant, sans qu'il ait besoin de faire quoique ce soit, surtout parce qu'elle reconnut dans le regard de l'homme exactement la même expression qu'il avait déjà vu plus d'une fois chez un autre par le passé.

Et Grant lui rappliqua du rouge à lèvres, lui faisant de ce fait passer un message on ne peut plus clair. Bon. La brune ne put s'empêcher de le fixer, essayant d'articuler une phrase, quelque chose, comme pour essayer de comprendre ce qui était en train de se produire entre eux. Ça allait vite. Trop ? Elle avait suscité tout ça. Elle les avait amené là avec ses idioties. Elle était responsable de cette situation pour le moins étrange à ses yeux, sans comprendre ce qui était en train d'arriver et ce qu'elle faisait naître chez un autre. Était-ce un jeu ? Elle n'en savait rien. Elle avait une mine si inquiète sur l'instant qu'elle ne jouait plus vraiment pour sa part, plus comme quand ils étaient dans la cuisine, ou dans le dressing, ou quand il s'était amusé à la maquiller. Elle plia nerveusement ses doigts en pinçant les lèvres et lui attendait.

Elle céda. Elle céda parce qu'elle sentit ses poumons s'écraser dans sa cage thoracique, son cœur s'emballer, et comme une main la pousser vers l'avant. Elle aurait pu presque lui tomber sur les lèvres cette fois, mais la brune se maintint avec douceur, ses mains encadrant le visage de Grant pour décider jusqu'à quand et comment. Sans pouvoir cacher une pointe de tendresse dans cet échange ci, alors qu'elle fermait les yeux et appréciait ce baiser autant que son vis-à-vis. Reese y donna une partie d'elle sans s'en rendre compte, se laissant aller peut-être un peu trop vivement, un peu trop complètement. Sans pouvoir se retenir tout compte fait. Plus délicate par instant, plus intense à d'autres, alors que ses lèvres ne pouvaient quitter celles de Grant, bien loin du but premier de cette blague. Elle laissa son vis-à-vis lui répondre, elle le laissa poser ses grandes mains fermes sur elle, sentant son palpitant s'emballer un peu plus.

C'était comme si elle avait mis ses doigts dans une prise, ressentant tous les électrochocs comme des secousses qui crispaient ses muscles et agitaient un peu plus son cœur. Elle avait l'impression d'être sur le point d'exploser, avec un choix crucial à prendre alors qu'elle n'arrivait pas à se décoller de lui : devenir folle et se laisser aller ou regagner immédiatement la raison. Elle eut du mal à se défaire de ses baisers, énormément. Mais entre deux, elle réussit avec peine à articuler :

Faut... Non. Interrompu la seconde d'après. Elle n'allait pas y arriver à ce train-là. Fallait dire aussi qu'elle avait beaucoup du mal à y mettre tout son cœur, sa conviction, tout ça. Elle n'y arrivait juste pas. Et elle se voyait sur le point de renoncer, là, tout de suite, alors qu'ils se dévoraient sur place. Mais bordel, que faisait-elle de sa vie ? De ce qu'il lui restait de temps ?! Soudainement, elle se sentit au milieu d'une pièce cent fois trop grande pour elle, à l'étroit dans son propre corps. Soudainement, elle entrevit avec une pointe de peur ce que ce regard brillant avant pu lui faire quelques années plutôt, et la loque qu'elle avait pu être quand elle avait choisi d'essayer... Il y avait suffisamment de problème dans cette vie, trop pour vouloir s'en rajouter un autre sur le tas, n'est-ce pas ? Alors avec fermeté cette fois, elle le repoussa, les deux mains plaquées sur son torse avant de lui dire droit dans les yeux et sans faiblesse dans la voix : Faut que j'y aille.

Et la sentence était irrévocable.
Il le fallait.



Don't let me down
I think I'm losing my mind now. It's in my head, darling I hope that you'll be here, when I need you the most, so don't let me down ©alas.
Revenir en haut Aller en bas
Grant S. Levine
Seven Sins
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 24/03/2016
Messages : 163
Age IRL : 31

MessageSujet: Re: Darling, you give love a bad name   Ven 8 Juil 2016 - 13:36

Le message est bien reçu, pour mon plus grand bonheur, comme mon plus grand malheur, même si je ne m'en préoccupe pas encore. Tout ce qui compte pour moi, c'est cet instant que nous sommes en train de vivre. Comme si une forme de passion irrépressible prenait le contrôle de mon fonctionnement. Un seul contact de ses lèvres et voilà que je fonctionne à son essence. A nouveau elle vient m'embrasser. Mon coeur se met à battre comme un tambour guerrier, rythmant les bras tendu et les poignes fermes autours des pommeaux, histoire de faire chanter l'acier. Nous ne sommes pas sur un champ de bataille, mais c'est bel et bien l'acier que j'entend. Il chute. Il est réduit en charpie et gît là, au sol. Il s'agit de cette espèce d'armure que je portais, pour me donner de fiers airs de guerrier. Une étiquette, pour simplement me dire avec le sourire qu'on ne m'y prendra plus. Tu parles.
Elle fait tout voler en éclat, et le loup ressemble soudainement à un pauvre chiot avide de câlins et d'attention.

Cette fois, je ne reste pas de marbre. Ce second baiser qu'elle m'offre semble alimenter tout mon être. Je me réveille, et je réalise que c'est réel. Non, je vous rassure, je ne vais pas commencer à cueillir les fleurs bleues. Je vais juste apprécier ce moment, accepter ce qu'elle me donne, et proposer ce que je peux offrir en échange. Ca commence par les caresses de mes lèvres contre les siennes. De timidité, il y en a bien peu, car c'est rapidement la passion qui m'emporte. Mes mains se posent sur elle, pour la sentir, la définir en d'autres caresses, et finir par la coller contre moi, de peur qu'elle ne s'échappe et ne laisse qu'un souvenir derrière elle. Je m'agrippe à elle, serrant ses hanches de mes doigts, comme pour lui signifier à nouveau toutes les choses que je lui dis, dans l'intensité de mon baiser.

Beaucoup de filles sont restées suspendues à mes lèvres, mais j'ai l'impression de goûter à mon premier baiser. Encore une étrange affirmation qui me trotte dans le crâne et me fait froncer les sourcils un court instant, alors que mes yeux sont clos. C'est quoi au juste, mon problème ? Depuis quand j'm'en fais pour ce genre de conneries ? Depuis quand j'me pose des questions quand j'embrasse une nana ? C'est pas dans mes habitudes. C'est pas moi. J'suis le Grant dominant, elles sont les pauvres filles que j'laisse derrière mon sillage. C'est ça le deal. Je crois.. Merde.

Elle se sépare de mes lèvres pour tenter de parler, mais comme un vampire sur sa proie, je resserre mon étreinte et lui ressert un peu de mes lèvres. Quelle générosité, n'est ce pas ? Mais je la sens s'agiter, je la sens hésiter. Elle se débat, quelque chose la gêne, et je sais que la fin de ce moment arrive, avec les tonnes d'excuses et d'explications rougissantes à se taper. Pfuh.

Mais quand enfin elle se recule, me repoussant même, c'est pour me dire qu'elle doit y aller. Aller où ? Depuis quand ? Merde, pas prévu ça. Une mine déçue s'affiche sur ma tronche. J'balance un peu la tête parce que ça me fait chier, pour une fois que j'tombe sur une fille qui m'fait de l'effet, elle veut s'casser. J'regarde dans le miroir, puis j'la regarde, elle, fixement. Et j'sais pas vraiment c'que c'est, mais j'sens au fond d'elle qu'elle sait que l'feu ça brûle, et qu'elle n'a pas forcément envie de s'faire incinérer sur place. Alors je hausse les épaules. Si elle doit partir, alors qu'elle parte. J'vais pas la forcer. Pas maintenant, pas après ça.


" C'est con.

Que dire de plus ? Ouaip, c'est con que ça se termine ainsi, aussi rapidement. Et j'parle pas forcement de suite qui finit sur une partie d'jambes en l'air. J'aurais pu penser comme un mec bien, un gentleman comme j'l'affiche si fièrement aujourd'hui sous ma chemise et ma barbe taillée. Soupirant légèrement, j'me retourne encore vers le miroir, lui laissant clairement le champ libre. Moi, j'me frotte la tronche, j'suis trop coloré à mon goût là.

Derrière mes grands airs, ça me fait royalement chier. J'ai juste envie de poser mes deux mains sur son visage, et de l'embrasser encore et encore. Puis recommencer. J'ai pas envie qu'elle se barre. Mais vraiment pas. Sans même savoir si j'vais la revoir, comment j'vais la revoir. Bordel.. Non j'peux pas.


Ecoute, j'sais que.. c'est bizarre. Okay, ouais, ça l'est.. Mais j'ai.. Je..

Je n'avais jamais eu à affronter la difficulté de dire quelque chose, jusqu'à maintenant. Ca fait bien des choses nouvelles à encaisser et ça m'fait bien soupirer.

Pfuh... J'ai pas envie qu'tu partes. J'ai pas envie parce que.. franchement.. j'ai envie qu'on sorte là, ensemble, pour aller à c'te resto. J'ai mis ma chemise, quoi !

Je n'sais pas si tourner ça vers l'humour est une très bonne idée. Alors j'me rattrape.

J'sais pas de quoi t'as peur, mais j'te ferai pas de mal. Enfin.. j'vais essayer de pas t'en faire. Genre.. jamais. Et si malgré tout j't'en fais, bah j'te dirai que j'suis désolé. Parce que j'serais vraiment.. désolé.

J'me regarde dans les yeux, à travers ce miroir. J'suis pas expert, mais au moins, j'suis honnête, là. Poussant sur mes deux poings pour me redresser, j'me retourne pour la regarder prendre une décision.

Mais c'toi qui voit, chérie. "


Revenir en haut Aller en bas
Reese B. Maddox
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 25/04/2016
Messages : 350
Age IRL : 24

MessageSujet: Re: Darling, you give love a bad name   Ven 8 Juil 2016 - 14:28

« C'est con ». Évidemment que ça l'était; Elle avait pas besoin qu'il lui dise pour le savoir. Reese réussit à prendre une grande inspiration, profonde, sans parvenir pour autant à articuler quoi que ce soit. Elle se passa une main sur les lèvres, pour tenter d'estomper le rouge qu'elle y avait toujours. Jon allait la trouver ridicule. Mais elle savait déjà ce qu'elle allait lui raconter. Qu'elle s'était amusée, comme une enfant, pour passer le temps. Si Jon rentrait à l'abri, ce soir. Elle savait pas encore si ça serait le cas, elle savait pas non plus s'il rentrerait seul. Peut-être que Moxley serait avec lui. Peut-être. Elle n'y croyait pas vraiment. Mais au fond, elle le craignait un peu.

Elle hocha la tête, se remettant sur ses jambes maladroitement. Son sac était encore dans le dressing, elle devrait le récupérer avant de partir. Sur l'instant, Reese avait juste enclencher le mode pilote automatique, pour s'assurer de ne pas faire demi-tour et de s'emmerder avec des histoires indécentes. Non. Pilote automatique. Dressing. Sortie. Abri. Il n'y aurait rien d'autres que ces objectifs là en tête, pas même un regard en arrière pour s'éviter de se sentir bête. Elle ne serait pas comme toutes ses nanas qui se dandinent en se disant « haaan mais ça vaut le coup ». Rien de tout ça ne valait le coup, Grant ne lui ferait pas revenir là-dessus.

Enfin. Si, peut-être. Ou pas. Elle l'écouta en se figeant comme il lui avait demandé, en lui disant que tout ça était bizarre et en s'accordant pour faire de l'humour. Reese secoua la tête, amusée comme agacée. Non, ne pas se laisser attendrir. Et il l'aida bien avec la suite de ses déclarations qui la firent se sentir encore plus idiote. Lui lançant un regard foudroyant, elle serra la mâchoire.

J'ai pas peur, objecta-t-elle brutalement et presque froidement, même trop pour elle, comme un réflexe fâcheux qui vous revient en pleine poire. De quoi j'aurais peur, hein ? C'est ridicule. Je sais pas ce que tu vas t'imaginer... C'était très bien, mais j'ai plus envie de jouer. J'ai des... Choses, à faire.

« Des choses à faire ». Evidemment.
Elle se trouva dure, mais maintint son regard. Les sourcils froncés, presque fâchés, le sourire disparu, à dire vrai elle ne savait pas vraiment quoi faire. Elle aurait pu prendre les choses avec plus de légèreté, et le quitter en lui disant « a la prochaine hein, on se recroisera bien à l'occasion si on survit à tout ça », ç'aurait été léger, sympa, prometteur. Mais non. Non. « J'sais pas de quoi t'as peur », qu'il lui avait dit. Et Reese n'avait pas peur, de rien du tout, de personne. Elle n'était plus une gamine pétée de trouille à force de penser aux lendemains, elle avait réussi sa vie, entreprit quelque chose, et ses plus grandes terreurs, elle les avait foulé du pied avec un mépris assumé. Ça l'énervait qu'il puisse seulement le penser.

C'était qu'un... deux baisers, ok ? Rien de fou finalement ! Essaya-t-elle de le convaincre avec un sourire qui se voulait sympathique mais qui était plutôt forcé. Et puis sérieusement, tu veux quoi ? Tu es rentré ici pour me voler, et maintenant tu veux plus me faire de mal ? Tu me diras que tu es désolé et tout ira bien, vraiment ? Tu... Tu crois que c'est logique peut-être ? argua-t-elle en sentant une pointe de colère dans sa propre voix et ses vieux réflexes d'avocate lui revenir en plein visage. Voilà qu'elle se lançait dans la rhétorique. Puis sûr, lui dire que son comportement n'avait aucun sens pour justifier le sien, c'était encore plus logique évidemment. Je suis censée en venir probablement à la conclusion que tu es désolé, ça t'arrive de temps en temps de te comporter comme un sale type, mais avec moi jamais et blablabla. Ouais, on m'a déjà fait mais je suis pas née de la dernière pluie hein.

Surtout qu'à Seattle, la dernière pluie, c'était la veille, alors fallait pas non plus la prendre pour une andouille. Elle poussa un soupir, se pinçant l'arête du nez, un peu frustrée de se comporter comme ça, sans réussir à croiser son regard bleu et à le soutenir. Parfois, elle se détestait toute seule. En fait, c'était pas parfois. C'était souvent. Très souvent.

Ecoute, comme dit, c'était sympa. Je suis pas toute seule d'habitude, mais je vais rester dans le coin encore un bout. Alors si on s'recroise, on s'recroise et ça sera sûrement aussi sympa. Mais faut que j'y aille parce que... Enfin. Bref. Elle se racla la gorge, se passant une main  nerveuse dans les cheveux, avant de lui lancer : Et désolée, j'me suis comportée comme une idiote aujourd'hui.



Don't let me down
I think I'm losing my mind now. It's in my head, darling I hope that you'll be here, when I need you the most, so don't let me down ©alas.
Revenir en haut Aller en bas
Grant S. Levine
Seven Sins
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 24/03/2016
Messages : 163
Age IRL : 31

MessageSujet: Re: Darling, you give love a bad name   Ven 8 Juil 2016 - 15:20

Bienvenue dans nos magnifiques montagnes russes. Ici, on passe du sommet aux enfers en moins d'temps qu'il n'en faut pour dire apocalypse. Ca a l'air marrant de s'taper la gueule contre le sol et de rebondir ensuite, comme un ballon, mais concrètement, j'ai la flemme. J'ai pas envie d'y être et d'en ressortir, j'ai pas envie d'avoir la tête à ça et de devoir penser à autre chose. J'ai pas envie de gâcher les sourires qu'elle m'a offert, ils avaient l'air si sincère. Alors j'me détache directement de tout ça. Le baiser c'était y a trente secondes, donc y a au moins trente ans quoi.

Bref, je l'écoute, parce que de toutes façons j'ai rien de mieux à foutre. Et ça a l'air de lui faire du bien de me sortir tout ça, comme si elle avait besoin d'évacuer le surplus du Grant que je suis, et que j'avoue, j'ai pris grand plaisir à insinuer en elle. J'l'entend dire et argumenter le comment du pourquoi elle n'a pas peur, et j'me dis que c'est assez crédible pour camoufler un mensonge. Alors j'y crois pas. Juste un baiser ou deux, bah. Si peu. Fixant le sol, je penche légèrement la tête avec une petite grimace de désaccord, quand même. C'était loin d'être deux simples baisers pour moi, mais puisqu'elle le dit. Elle me reproche de pas être logique, à vouloir lui piquer des trucs et faire copain copine avec ensuite. Ouais j'sais. Là aussi j'penche la tête, mais en étant d'accord. C'est différent. J'm'allume une bonne vieille clope.

Puis elle me parle de la dernière pluie, c'est chouette, celle là j'me la prend deux fois dans la gueule. Génial, au moins pour la douche, c'est réglé. Elle me dit qu'elle n'est pas seule, et là j'ai un léger sourire. C'est qui cet autre ? C'est ce qui lui inspire une telle réaction après avoir volontairement goûté à mes lèvres ? C'est son mec ? Même pas peur hé. Puis j'suis pas seul non plus. J'suis Loyal envers le Big Boss, la Vipère, Le plan cul, le Redneck et son engeance. J'fais partie d'une bande de gros salopards qui viennent, prennent, et s'en foutent ensuite. Va expliquer ça toi. Du coup j'détourne le regard de la partie du sol où il était fixé. Pour fixer le sol ailleurs. Là elle me dit qui si on se revoit, bah on se revoit. Ouais, si on se revoit. Si. Putain de SI. Haha. Et SI on se revoit quand j'suis en meute, on fait quoi ? J'commence à réaliser le merdier dans lequel je suis oui. Je souffle un peu d'fumée.

Mais là où je ne peux juste pas fermer ma gueule, c'est quand elle me dit qu'elle a été une idiote. Non. Ca j'peux pas l'accepter. Alors j'me replace devant elle, en lui offrant ce regard auquel elle a du mal à résister, la pauvre. Je pose mes mains sur ses épaules, et j'lui offre un grand sourire.

" Une idiote ? J'crois pas non. T'veux que j'te dise ? Tu m'as montré à quel point j'peux être quelqu'un d'autre. Et tu sais c'est qui ce quelqu'un d'autre ? C'est ce mec que j'enviais d'être quand j'payais ma dette. Celui que j'ai essayé d'être quand j'étais en sursis. L'idée que j'ai abandonné quand j'ai pigé que j'étais foutu, dans un monde où ton passé foire ton avenir.

Je tire sur la clope, et je souffle.

Tu m'as fait sourire, rire même. Et tu m'as donné de ton .. truc là.. qui colle aux dents. T'as été gentille avec moi. T'as pas cherché à m'enfoncer, alors que moi, j'ai commencé notre rencontre en faisant de la grosse merde.

Je tire encore sur la clope. Et là ça me fait tousser, parce que ça fait beaucoup. Mais c'est nécessaire.

Kuf.. T'veux que j'te dise ? T'es le miracle que j'attendais, même quand il n'me restait que ça d'espoir.

Je lui montre un espace très court entre mon pouce et mon index.

J'ai pas d'chance, t'arrives trop tard. Du coup moi, j'joue quand même le jeu. J'me dis.. que j'vais t'suivre, là où tu veux m'emmener. J'me retrouve bien fringué et avec la tronche rafraîchie. Puis j'me retrouve avec tes lèvres contre les miennes. Et j'me dis que c'est cool, c'est vachement cool d'être un type bien.

Un petit rictus, car je sais que je n'le serai jamais, de toutes façons.

C'était bon, mais j'ai pas les moyens d'faire ça. Et puis t'as des choses à faire, chérie. Alors bah.. bonne chance. Ravi de t'avoir rencontrée. "

J'écrase la clope contre le mur, histoire de lui laisser un dernier souvenir. J'ouvre la chemise d'un coup sec, et j'l'envoie valser dans un coin. Et j'me casse. Je m'éloigne, à contre-coeur, en espérant de toutes mes forces qu'elle me demande de rester. En espérant de toutes mes forces que c'est moi qui m'retourne et saute dessus, parce que putain.. j'ai pas envie de ça. J'ai pas envie d'partir. Mais j'avance.


Revenir en haut Aller en bas
Reese B. Maddox
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 25/04/2016
Messages : 350
Age IRL : 24

MessageSujet: Re: Darling, you give love a bad name   Ven 8 Juil 2016 - 20:57

S'ils s'étaient rencontrés plus tôt, avant ça, tout aurait été parfaitement différent. Elle ne se serait pas intéressées à lui, elle ne serait pas allée lui parler probablement, elle ne se serait pas laissée avoir aussi facilement. Et de son côté, il aurait fait comme il faisait avec 99% des femmes qu'il rencontrait : leurs retourner le crâne pour mieux les baiser. Peut être que, du fait qu'elle aurait été assez indifférente, il aurait voulu essayer pour voir. Peut-être que ç'aurait pu mener quelque part, si ce quelque part était une direction ou un sens, ou une ville où se rendre. Un but ? Reese n'en savait rien.

Mais elle avait beau l'écouter, lui là, planté en face d'elle en lui racontant une histoire, celle fabuleuse du gentil Grant qui s'était redécouvert grâce à sa présence alors qu'il ne connaissait rien d'elle ou de ses travers, Reese ne pouvait pas y croire. Elle sentait battre à ses tempes une horreur sourde et angoissante, l'empêchant d'articuler un traître mot. Sur l'instant, elle se rendit compte d'à quel point Grant pouvait être son genre, et à quel point en même temps, elle voulait le fuir.

Il lui rappelait tout ce que Moxley et elle avaient été : un couple, une aide, un soutien, quelque chose de solide et fragile à la fois, quelque chose d'étonnant qui n'aurait jamais pu exister dans une affection et une tendresse profonde l'un envers l'autre. La violence de Moxley n'existait pas à ses côtés, tout comme Grant lui avait juré pour sa part qu'il ne lui ferait jamais de mal volontairement. Comme si, au bout de quelques heures d'un échange complice et agréable, tout ça aurait pu mener quelque part, déboucher sur quelque chose de bien.

Quelque part. C'était toujours à cet endroit que Reese revenait, inlassablement. Et si c'était cool d'être un type bien comme le laissait entendre son vis-à-vis, la brune était persuadée depuis toujours qu'elle n'était pas une belle personne. Trop fourbe, trop entêtée, trop pénible. Trop elle. Alors comment quelqu'un qui lui ressemblait pouvait susciter des bons sentiments chez une autre, comme Grant ? Comment ? Elle s'interrogea un long moment, les sourcils froncés, en le fixant lui. Elle arrivait trop tard, disait-il. Elle arrivait toujours trop tard. Et même en étant à l'heure, elle gâchait tout. Elle était douée pour ça...

Alors Grant pouvait partir. Ravie de l'avoir rencontré. Il valait mieux pour lui qu'il prenne le large et qu'elle se retrouve toute seule. C'était ainsi qu'elle finirait de toute façon, son cynisme l'en avait persuadé depuis le temps. Elle le laissa s'en aller, mettant un temps qui lui sembla incroyablement long pour sa part à partir également. Quand la maison redevint silencieuse, quand la porte claqua en bas, quand il n'y eut plus aucun bruit qu'elle se lova dans un sentiment qu'elle connaissait mieux que personne, Reese se décida à bouger. Elle n'avait pas eu à le retenir, elle n'en avait pas la prétention comme ça.

Et puis... Mieux valait être seule, de toute façon.



Don't let me down
I think I'm losing my mind now. It's in my head, darling I hope that you'll be here, when I need you the most, so don't let me down ©alas.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
WALKING WITH THE DEADS

MessageSujet: Re: Darling, you give love a bad name   Aujourd'hui à 4:10

Revenir en haut Aller en bas
 

Darling, you give love a bad name

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 5 sur 5Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5

 Sujets similaires

-
» give love on christmas day
» Roses are red, the sky is blue, oh my darling.. I love you... | Nausicaa.
» Absolarion Love.
» Love me now or hate me forever!
» « CENTRAL PARK » New York i love you .

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Walking Dead RPG :: Archives RP :: RP Terminés-