Partagez | .
 

 Explorateurs de l'autre vie

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant
Auteur
Message
Invité
Invité
WALKING WITH THE DEADS

MessageSujet: Re: Explorateurs de l'autre vie   Ven 24 Juin 2016 - 15:33

La suédoise ne put s'empêcher d'avoir de la compassion pour la jeune fille mal en point qui se trouvait devant eux. Elle était seule et Rebecca n'était pas médecin et ne savait pas ce qu'elle avait... Tandis que Liam avait été chargé de regarder aux alentours la biologiste était chargée de fouiller la camionnette en quête d'explication sur ce qui aurait pu causer ceci où ce qu'elle faisait là. Peut être s'était elle choppé une infection et qu'elle cherchait tout simplement des antibiotiques. En tout cas c'est avec prudence que la jeune femme sortir de la maison pour s'approcher de la camionnette, supposée être celle de l'adolescente.

Fort heureusement, la porte n'était pas fermée à clef et Rebecca put se hisser rapidement à l'intérieur du véhicule. Regardant derrière elle, elle referma le véhicule ne voulant évidemment ne pas faire l'erreur de se faire surprendre bêtement. Ne sachant pas vraiment quoi chercher, elle se contenta de regarder au pieds du postes de conducteurs et du passager. Une chose intéressante qui pouvait expliquer ce qui était arrivée à la demoiselle était situé, enfin quelques traces. Il y avait quelques champignons qu'elle avait du laissé tombé là avant de sans doute les manger dans la maison où ils l'avaient trouvée. En y regardant de plus près, elle pouvait reconnaître que le champignon n'était pas toxique et comestible... à conditions qu'ils soient assez cuits pour rendre digeste divers substances qui étaient indésirable pour le corps, heureusement, ce n'était pas mortel, mais ça pouvait provoqué une sacrée indigestion, et ajouté à ça que le corps étaient faible la plupart du temps, ça pouvait ne pas être beau à voir à première vue... Sa première hypothèse était que la faim l'avait sans doute faite se précipiter de les manger et/ou de les cuire trop vite, en se hâtant...

Elle trouva aussi une bouteille d'eau tout ce qu'il y avait de plus normal à côté. Ne prêtant pas attention à savoir si il y en avait d'autre ou pas, la suédoise, ouvrit le bouchon pour sentir à l'intérieur, à première vue, l'eau était saine, mais peut être qu'elle l'avait prise dans une source toxique ou quelque chose dans le genre. La jeune femme était qualifiée pour l'étude de l'eau, mais à l’œil nue, elle ne valait pas mieux que n'importe qui. Elle s'empressa de jeter le contenu par précaution, rinça la bouteille avec un peu d'eau qu'elle avait sur elle, puis la remplit avec une de ses propres bouteilles qu'elle avait amené. Au moins si c'était l'eau la responsable, elle serait tranquille.
La jeune femme fut alertée quand elle entendit des pas et des voix venant de sa direction... la biologiste prit son couteau, son flingue, et se mit à l'arrière de la camionnette, se cachant à toute hâte... Peut être que finalement, l'adolescente n'était pas seule ici, ou que d'autres personnes avaient eu la même idée qu'elle...

Quand elle jeta un coup d’œil pour voir où ils étaient, elle se sentit un peu idiote de savoir que c'était simplement ces deux compagnons qui revenaient avec la jeune femme, affaiblie mais qui étaient réveillée, assise sur le marchepied de sa camionnette. Elle ne s'attendait pas à ce qu'ils reviennent aussi vite.
Rebecca sortit de sa cachette et passa par la porte du passager pour ensuite rejoindre le reste du groupe... Tenant une de ses bouteilles d'eau à la jeune fille:

- Tient... J'ai aussi pris la liberté de vider ta bouteille d'eau et de la reremplir avec la mienne, au cas où ça ne soit pas les champignons qui soient responsables de ce qui t'es arrivée.

Rebecca était un peu maladroite sur la façon de lui parler mais elle était sincère, et se sentit un peu gênée d'être surprise entrain de fouiller dans sa camionnette, ce qui n'était pas forcément l'idéal pour accorder sa confiance ou pour être sympathique avec elle, même si ces intentions n'était pas de lui piller quoique ce soit...
Revenir en haut Aller en bas
Abel Underwood
Modérateur
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 11/05/2016
Messages : 156
Age IRL : 26

MessageSujet: Re: Explorateurs de l'autre vie   Ven 24 Juin 2016 - 17:12

Des champignons ? Les lèvres de l’inconnue s’étaient faiblement animées pour lui donner cette indication. Il n’en laissa rien paraître, mais Abel se sentit légèrement inquiet. Si cette gosse s’était gavée de fruits vénéneux, qui sait ce qu’elle risquait ? Sans les infrastructures hospitalières qu’ils avaient connues, une intoxication pouvait la conduire à la mort ; et il n’avait pas vraiment envie de voir une enfant succomber dans ses bras. Avaient-ils de quoi la soigner au chalet ? Rose était médecin, mais de quel œil Gary et Arthur verraient le fait qu’ils rentrent avec une personne de plus ?

Liam revenait enfin. Le périmètre était clean, il avait même pris le temps de se dégoter une conserve de maïs. Dangereux mais honorable. Le cinquantenaire le remercia d’un signe de tête mais à voir la réaction de la jeune fille, elle n’était pas en mesure d’avaler quoique ce soit. Impossible pour l’ancien agent de réprimer une expression de pitié presque paternelle, qui ne s’effaça pas quand elle consentit à boire. Victoria aurait-elle fini dans cet état là s’ils n’avaient pas eu la chance de rallier le camp ? Famélique et empoisonnée ? Il ne s’était jamais senti si soulagé de la savoir en sécurité.

L’inconnue parlait déjà de rembourser l’eau qu’elle avait utilisée. Franchement ? Ce n’était pas grave. Ils n’avaient pas l’eau courante à Evergreen, mais ils n’étaient pas non plus à une demi-gourde près. Abel allait la retenir, s’apprêtant à lui dire que ce n’était rien, mais elle était déjà sur ses pieds. Quand elle vacilla pour s’assoir sur la marche de sa camionnette, il était là pour adoucir sa chute, prêt à la rattraper si elle tombait dans les pommes. Elle était vraiment mal en point, ça faisait peine à voir.

Rebecca les rejoignit à son tour, offrant sa bouteille d’eau à la gamine. Finalement, ce n’était peut-être pas si mal qu’aucun d’eux ne se serve dans les réserves de l’inconnue… c’était bête de risquer l’intoxication générale. Une nouvelle fois, le cinquantenaire hocha subrepticement la tête en signe d’approbation, devant le geste de la biologiste. Instinctivement, il sentait que c’était à lui de parler, alors il allait le faire.

- On venait voir ce qu’on pouvait trouver dans le coin, on ne s’attendait pas à tomber sur quelqu’un.

Inutile de préciser d’où ils venaient, pas pour l’instant. D’après sa dernière expérience des étrangers, la méfiance primait désormais, même face à une gamine. Que Liam n’ait trouvé personne ni signifiait pas qu’elle était seule. Elle avait un camion, Maple Grove n’était qu’à quelques minutes. Peut-être un groupe qui venait de là-bas.

- Et toi, qu’est-ce que tu fais là ? Il n’y a personne avec toi ? C’est plutôt dangereux pour une enfant de traîner toute seule…

Ce qui était un euphémisme d’ailleurs. Personne n’était à l’abri. Avec la façon dont tournait actuellement le monde, la solitude, c’était la mort assurée. D’ailleurs, comment cette petite aurait-elle fait si personne ne l’avait trouvée ? Que devaient-ils faire désormais ? L’agent n’avait pas vraiment envie d’avorter leur mission ; mais si elle était vraiment seule, ils ne pouvaient décemment pas la planter là et vivre leur vie. Faire les fouilles, lui en donner une part et lui souhaiter bonne chance ? C’était déjà plus humain, mais la part paternelle d’Abel lui soufflait que ce n’était pas assez. Il lui fallait un toit, des repas réguliers et un suivi médical. Il y avait tout ça chez eux, mais ce n’était pas à lui de décider…

Ses yeux consultèrent silencieusement Liam et Rebecca sur la marche à suivre. Peut-être faire leur exploration et aviser après ? Il ne savait trop rien…

- Tu veux bien nous dire comment tu t'appelles ?


♪ Depuis la nuit des temps ne voyez-vous pas que les troupeaux meurent. ♪
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
WALKING WITH THE DEADS

MessageSujet: Re: Explorateurs de l'autre vie   Lun 27 Juin 2016 - 14:17

L'espace d'un instant Malou se mit à apprécier les prévenances de l'homme qui la soutenait.
Tel un petit animal blessé elle était prête à se laisser aller à cette douceur qui lui rappelait son propre père au temps où il avait encore le courage, la joie de s'occuper de ses enfants.
Soucieuse néanmoins de ne pas l'ennuyer trop longtemps avec son état, elle respira plusieurs fois profondément; l'eau fraîche lui avait fait du bien, elle sentait la vie affluer à nouveau dans son corps.

C'était sans compter le troisième individu, une femme en fait, qui sortait de sa camionnette style camping-car pour annoncer avec un air de merlan frit avoir jeté son eau par terre avant de la remplir avec la sienne, quel toupet !
Bondissant sur ses jambes frêles, elle la foudroya du regard et lança:
je l'avais fait bouillir sur mon réchaud cette eau, putain ! Tu me prends pour une conne ou quoi ?
Qu'est-ce qui me prouve que la tienne n'est pas polluée ? Elle vient d'où ?

Malou était furieuse. Elle qui prenait un soin maniaque à ne pas gaspiller une once de ce précieux gaz en bonbonne, ne le réservant pratiquement que pour cela, voilà que cette poufiasse s'était servi de sa flotte bien stérilisée pour arroser les mauvaises herbes !
Faut croire que t'as jamais manqué de rien toi pour gâcher de l'eau comme ça... laissa t-elle tomber en prenant l'homme brun en face d'elle à témoin.
L'adolescente planta ensuite son regard vif dans ceux de la jeune femme et trouva dommage qu'elle soit si nulle: ses yeux étaient magnifiques et l'éclair fugace de loup sauvage, solitaire qu'elle ne manqua pas de percevoir dans les iris verts lui plaisait bien.

A nouveau méfiante, peu habituée à écouter sa carcasse chétive renâcler, elle sauta d'un bond dans son van, récupéra son blouson noir et son sac à dos dont le rouleau à pâtisserie dépassait, ressortit, verrouilla les portes et replaça les clefs dans la même poche de pantalon qui contenait le rasoir coupe-choux.
Désolée, expliqua t-elle, j'ai besoin d'être avec mes affaires... comme vous en fait, précisa t-elle craignant de les avoir choqué avec sa brusquerie.
Se sentant à nouveau protégée elle était enfin disponible aux explications, ce qu'elle ne manqua pas de faire.
Sur un ton de reproche elle balança: moi non plus je ne pensais croiser quelqu'un; c'est toujours désert par ici d'habitude ! Avant d'ajouter d'un ton plus calme:
Je suis en panne d'essence et j'ai plus rien à bouffer, je voulais visiter cette maison même si je n'aime pas trop faire ça.
Elle les étudia tous les deux du regard.
La femme avait encore l'air de s'excuser d'exister, le blond dans son coin ne pipait mot et semblait même vouloir se casser, une envie d'uriner ? Quant au brun aux gestes protecteurs, elle décida de s'en méfier.
Même si elle n'avait pas d'à priori négatif contre lui, il avait la tête de quelqu'un qui avait déjà bien roulé sa bosse; le type n'était pas né de la dernière pluie et paraissait imperturbable.
D'ailleurs, c'était lui qui parlait, c'était vers lui que les acolytes tournaient leur regard interrogateur pour recevoir son approbation, bref, une âme de chef, un adulte, un vrai avec tout ce qui allait avec.

C'est donc sans surprise qu'elle encaissa le coup des questions débiles du genre: « papa et maman ne sont pas avec toi ? », « c'est dangereux tu sais... » et tout le toutim du style flic qui veut tout savoir et rien payer.
Elle faillit lui demander s'il voulait aussi sa carte d'identité mais laissa tomber; une petite voix lui soufflait que ce genre de rétorque d'ado immature ne marcherait pas avec lui; c'était un malin ! aussi, sur un ton très posé elle laissa tomber le plus naturellement du monde: tu sais, c'est dangereux partout et pour tout le monde maintenant, seulement il faut bien vivre quand-même, non ?
Se grattant la tête comme si elle réfléchissait, elle proposa:
on a qu'à les fouiller ensemble ces baraques; je n'ai pas besoin de grand chose, juste deux ou trois conserves, quelques fringues de rechange et un bidon d'essence, vous n'aurez qu'à prendre le reste.

S'avançant déjà vers la première bâtisse, elle fouilla dans son sac, en sortit le paquet de cigarettes qu'elle avait pris avec le consentement silencieux de Selene, dans le chalet vers Brinnon, l'ouvrit et articula: vous voulez une clope ? Moi c'est Malou...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
WALKING WITH THE DEADS

MessageSujet: Re: Explorateurs de l'autre vie   Mer 29 Juin 2016 - 12:03

L'adolescente avait l'air furieuse, vu son état précédent, la suédoise pouvait comprendre qu'elle soit aussi sanguine avec elle, surtout qu'elle s'était un peu permis de fouiller sa camionnette pendant qu'elle était dans les vapes. Cela ne lui rendait pas forcément raison loin de là. Après tout elle repartait avec la même quantité d'eau qu'avant alors, qu'est ce que ça pouvait lui faire ? Même si Evergreen n'avait pas l'eau courant, la rivière était à trois kilomètres de là où ils étaient et Rebecca y allait régulièrement faire des provisions, en plus de la traiter comme il se devait, Rebecca était loin d'être orgueilleuse, mais elle s'y connaissait certainement mieux qu'elle sur ce sujet, son eau était au minimum aussi bonne que la sienne, alors par mesure de précautions... Elle s'apprêta à lui répondre quand elle insinua que la jeune femme était une bourgeoise, enfin c'est comme ça qu'elle l’interpréta, l'adolescente n'avait pas du avoir la vie facile et devait manquer de beaucoup, vu la manière dont elle avait tourner sa phrase. Même si elle ne lui en voulait pas, elle était un peu agacer, la biologiste s'était toujours intéressé à la préservations de l'environnement et des ressources et de savoir comment les gérer, elle ne savait visiblement pas à qui elle parlait et de tout manière elle savait que quoi qu'elle disait cela ne changerait pas grand chose. Une adolescente bornée qui croyait tout savoir mieux qu'elle.
La jeune femme ne répondit pas de la même manière, garda son sang froid et lui répondit d'un ton calme et posé.

- Vu l'état dans lequel tu étais j'ai pris des précautions. Et ça ne change rien pour toi, tu as la même quantité, d'eau, et ne t'en fais pas pour la qualité... Pour ma quantité à moi, ça me regarde.

Elle sentit le regard pesant que l'autre lui lança et ne savait pas trop comment réagir et surtout comme l'interpréter. Elle détourna la regard tout simplement et attendit que la demoiselle récupère ses affaires et finisse par s'expliquer, d'un ton plus adoucit qu'il y avait quelques minutes. Visiblement elle était seule, peut être qu'elle mentait mais la jeune femme ne ressentait rien de négatif à part un peu d'animosité et de méfiance, ce qui était pour le coup peut être bon signe.

Écoutant la discussion sans intervenir, et sans vraiment chercher à la suivre non plus, elle espérait simplement qu'ils en finissent avec cette histoire, la blonde n'appréciant pour le moment pas vraiment la nouvelle recrue temporaire qu'ils avaient avec eux. Cette dernière proposa de fouiller les maisons ensemble, puis une cigarette en se présentant, cet objet polluant et inutile l'énervait toujours autant même après l'apocalypse, mais après tout, après la purge de l'humanité ça ne ferait pas forcément de mal, on était plus à ça près. La suédoise fit un signe de refus avec la main avant d'annoncer à son tour son nom.

- Je pars de mon côté on ira plus vite si on se sépare.

La jeune femme avait déjà fait trop d'effort de sociabilité pour la journée et avait besoin de se retrouver un peu seule un moment, puis ce qu'elle disait n'était pas faux, il seraient plus efficaces en se séparant, l'endroit était désert et pas très grand, en cas de problèmes ils pourraient aisément se rejoindre, puis elle n'était pas assez idiote pour se laisser surprendre bêtement si un Odöda trainait dans les parages, elle restait toujours prudente et il en était de même pour les autres... surement.
Revenir en haut Aller en bas
Abel Underwood
Modérateur
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 11/05/2016
Messages : 156
Age IRL : 26

MessageSujet: Re: Explorateurs de l'autre vie   Jeu 30 Juin 2016 - 8:17

Abel admirait le sang froid avec lequel Rebecca avait géré la crise de l’inconnue. La petite semblait avoir retrouvé un peu d’aplomb, mais se montrait dès lors beaucoup trop agressive. Ça faisait pas mal de rage latente prisonnière de cette silhouette frêle et le cinquantenaire avait beau ne pas être psychologue, il savait que ça lui porterait préjudice. Un jour, elle aboiera sur quelqu’un de plus fort, plus mauvais, sans scrupule, et dieu sait ce qui lui arriverait…

Elle marquait néanmoins un point sur le fait que le nouveau monde était dangereux pour tous les êtres vivants. Toutefois, l’agent se contenta de hocher la tête, sans argumenter face à la définition de « vivre » qu’apportait la dénommée Malou. « Vivre », ce n’était pas errer avec un camion en panne, manger des champignons vénéneux et insulter les rares personnes qui accepteraient de l’aider… non, ça, c’était juste « exister ». L’adolescente, brusquement sur pieds, s’improvisait déjà maîtresse d’expédition quand Rebecca suggéra de se séparer. Abel leva les yeux au ciel, déclina la cigarette et intervint enfin, obligeant alors la gamine à s’arrêter pour écouter.

- Non-non, personne ne se sépare. Alors s’il faut, on va tous prendre un moment pour se calmer un peu.

Il comprenait parfaitement que la biologiste ait été irritée par la réaction de Malou. A vrai dire, le doyen n’avait pas apprécié non plus. Mais au moins les trois qui provenaient du chalet, ils étaient un groupe – à défaut d’être une famille. Hors de question de prendre des risques inconsidérés pour une querelle futile. Il refusait de devoir expliquer ça à Gary, et aux amis de la blonde, si jamais il lui arrivait quelque chose pendant qu’elle était seule et qu’elle ne rentrait pas. Placé entre les deux femmes, Abel avait les mains levées en signe d’apaisement et se tourna d’abord vers la plus jeune :

- On a compris. T’es maligne, tu veux pas qu’on touche à tes affaires. Mais elle a voulu te rendre service, comme nous tous ici d’ailleurs, ce n’est pas très… correct, d’agresser comme ça une personne qui fait un geste pour ton bien être, surtout si tu ne la connais pas.

Car Malou l’avait dit non ? L’eau était rare. Pourtant la biologiste n’avait pas hésité à balancer la sienne pour l’offrir à la petite. Le cinquantenaire n’avait pas pu s’empêcher de lui parler un peu comme une enfant, réflexe paternel, mais la sauvageonne manquait visiblement d’un cadre. Au final, elle pouvait boire et c’était Rebecca qui n’avait plus rien ; alors qui avait le plus de droit de se plaindre ? D’ailleurs, il se tourna vers sa comparse en essayant de se faire le plus convaincant possible :

- Même si ça a l’air désert, on doit rester ensemble. C’était déjà dangereux que Liam rentre dans une des baraques seul, mais c’est fait. N’importe quoi peut déraper, à n’importe quel moment. Je ne prends pas le risque que l’un de nous se fasse choper en solo.

Et il en savait quelque chose. Lors de sa première sortie du chalet, avec Tamara, il n’avait suffit que d’un instant pour que leur virée passe de l’ordre au chaos. L’arrivée d’une autre voiture, rien que ça. Ici, même si le silence ambiant leur donnait l’impression d’être seuls au monde, qu’est-ce qui garantissait qu’une bande malveillante ne se pointerait pas d’ici une minute ? Ou qu’une horde de monstres passerait dans le coin ? Ou même que la blonde ouvre une porte derrière laquelle se cachaient plusieurs créatures ? Abel chercha du soutien en regardant finalement Liam. Pour le bien de tous, ils devaient rester groupés…


♪ Depuis la nuit des temps ne voyez-vous pas que les troupeaux meurent. ♪
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
WALKING WITH THE DEADS

MessageSujet: Re: Explorateurs de l'autre vie   Sam 2 Juil 2016 - 12:19

Liam pensait avoir fait une bonne action en fouillant la zone et en tentant de rapporter quelque chose de consommable mais c’était sans compter l’état lamentable de la jeune fille. Quand celle-ci vit la boite de maïs il sembla au blond qu’elle était à deux doigts de tourner de l’œil. Elle sursauta, se campa sur ses genoux et s’éloigna quelque peu de l’endroit où elle siégeait manquant de vomir. Mais  elle n’avait aucune substance à régurgiter ce qui était logique vu son état. Il s’en voulait d’avoir causé encore plus de trouble chez elle mais après tout il n’était pas vraiment responsable. Il n’était pas censé savoir que la vue de la nourriture provoquerait une telle répulsion.  Il n’arrivait toujours pas à déterminer de quel mal souffrait cette gamine. Lui qui pensait que c’était à cause du manque de nourriture mais visiblement ce n’était pas ça et pourtant son état général laissé présager un début de famine. Cependant  l’enfant accepta la gourde qu’Abel lui tendait depuis quelques minutes. Elle en but le contenu d’une seule traite, à grandes rasades. Quand elle la redonna l il n’en restait que la moitié. A peine eu-elle rendu l’eau au brun qu’elle parlait déjà de leur rendre la pareille. Liam se sentit désolé pour elle, malgré son état elle se sentait extrêmement redevable alors que ce n’était pour l’instant pas le plus important, sa santé l'importait le reste non. En plus malgré le fait qu’ils n’aient pas une source inépuisable de ce précieux liquide ils étaient loin d’en manquer au chalet. Liam sentit de nouveau un pincement au cœur. Cette enfant semblait si fragile mais pourtant elle ne devait pas manquer de force pour avoir réussie à survivre jusqu’à là. Ses yeux refermaient tant de souffrances. C’était totalement inhumain qu’une jeune de son âge ai dû subir un tel traitement. Bien évidemment personne n’avait été préparé à l’apocalypse même les individus les plus endurcis mais un adulte avait en théorie bien plus d’armes qu’une jeune de son âge. Déjà sur le plan physique mais aussi sur le plan mental. La jeunesse était synonyme d’épanouissement, d’ouverture au monde, de découverte de soi-même mais comment pouvait-t-on réussir ces étapes dans un monde tel que le leur. Un monde où chaque jour il fallait se battre pour survivre, se battre en oubliant bien souvent tous les codes moraux qui régissaient autrefois la société et qui maintenant étaient abscons voire inexistant. La gamine leur lança un regard d’excuse et leur demanda en bredouillant ce qu’ils étaient venus faire ici. Liam ne répondit pas. Il préférait laisser le soin à Abel d’expliquer tout ça. Après tout c’était lui le leader de l’expédition.

La blonde les rejoignit avec une autre bouteille à la main revenant de son exploration du véhicule. Constatant que la gamine était réveillée elle lui adressa la parole sur un ton quelque peu maladroit qui reflétait une certaine gêne. Elle lui expliqua qu’elle avait pris l’initiative de jeter la bouteille d’eau et de la reremplir avec la sienne pour éviter tout risque d’une nouvelle intoxication. Le grand blond apprit alors que des champignons étaient la cause du mal de la jeune fille. Sûrement une indigestion n'étant sûrement pas comestibles. Liam ne connaissait que trop bien les ravages que pouvaient provoquer ces trucs, lui qui dans sa jeunesse avait été un grand amateur de champignon hallucinogènes. Quand on n’en connaissait pas la variété il valait mieux les laisser. C’était autrefois un principe élémentaire mais avec l’apocalypse et la famine qui en résultait ce n’était visiblement plus d’actualité. A peine leur compagnon de route eut-elle finit sa phrase que ce fut le drame. La gamine qui semblait avoir retrouvé une certaine vitalité se campa férocement sur ses jambes frêles, lança un regard de fureur à Rebecca qui en actant ainsi avait pensé être juste et lui répondit avec une hargne non contenue qu’elle n’était pas conne et qu’elle avait elle-même stérilisée son eau en la passant au réchaud. Liam fut surpris voir même choqué qu’une fille comme elle qui ne payait pas de mine aux premiers abords puisse renfermer autant de fureur et avoir un caractère aussi explosif. A première vue il l’avait pris pour une frêle créature qui avait réussi à survivre jusqu’à là au petit bonheur la chance, peut-être avec l’aide de quelques personnes extérieures qu’elle avait rencontré sur la route, bref quelqu’un de visiblement inoffensif. Mais le blond venait de comprendre à quel point ce n’était pas le cas au vu de l’aplomb avec lequel elle leurs faisaient face. Mais ce n’était pas vraiment le problème. Le souci c’était la façon dont elle se comportait avec eux et particulièrement avec Rebbeca. Eux qui n’avaient eu aucune intention néfaste, eux qui auraient très bien pu profiter de son état pour lui voler toutes ses ressources. La blonde avait peut-être agit maladroitement mais c’était à la base pour le bien de la jeune femme et au final ce qu’elle avait fait était loin d’être débile mais relevait d’une prudence exemplaire.

Heureusement l’enfant sembla se calmer quelque peu et s’excusa même de son comportement. L’atmosphère qui était devenue électrique sembla se calmer un peu. Rebecca justifia alors son geste en expliquant qu’au vu de l’état de la jeune fille elle avait pris des précautions et que dans tous les cas la quantité d’eau qu’elle disposait ne changeait en rien. La jeune fille s’expliqua ensuite avec Abel lui donnant les raisons pour laquelle elle se trouvait toute seule ici. Visiblement elle était tombée en rade d’essence, chose assez problématique dans une pareille situation. Peut-être qu’ils arriveraient à trouver un jerrycan dans cet enfer de végétation. Mais c’était fort improbable. L'essence ayant toujours été une denrée importante et en quantité limitée, encore plus maintenant. Tout le monde dans les premiers temps s’étaient jetés vers cet « or noir » n’hésitant pas à dévaliser les stations-services,  à siphonner d’autres véhicules car cette substance était la clé pour pouvoir se mouvoir rapidement et sans limites. Et forcément maintenant il en manquait même si on pouvait encore en trouver dans certaines zones.

Liam écouta d’une oreille attentive le reste du discours mais ne prit pas la parole laissant Abel et l’adolescente échanger ensembles. Une fois terminé la jeune sortit une cigarette et en proposa à l’assemblée peut-être pour marquer leur ralliement passager. Rebecca ne sembla pas apprécier, marquant une sorte d’énervement et refusa d’un geste de la main avant d’annoncer à son tour qu’elle préférait se séparer arguant sur le fait qu’ils iraient probablement plus vite. Mais Liam n’était pas dupe, cela cachait autre chose. La jeune blonde semblait avoir été froissée par la réaction de la gamine ce qui était d’ailleurs très compréhensible et souhaitait sûrement s’éloigner du groupe et plus particulièrement de Malou à cause de ça. C’est ce que Abel sembla comprendre aussi et ni une ni deux s’opposa tout de suite à Rebecca, endossant une nouvelle fois le costume de médiateur. Plus le grand blond avançait plus il trouvait cet homme doué. Finalement Abel se tourna vers lui, attendant visiblement que Liam prenne parti. Il ne savait pas du tout quoi penser, effectivement c’était dangereux de se déplacer seul mais lui-même l’avait fait et n’avait rien rencontré. D’autant plus que quand ils avaient débarqué moteur hurlant, les mordeurs éventuellement présent auraient dû se diriger vers eux.  Mais l’enjeu était plus important que leur sécurité, il en allait de la cohésion du groupe. S’ils n’étaient pas véritablement une famille ils appartenaient néanmoins au même clan et la jeune fille même si elle était extérieure au chalet était désormais avec eux pour le moment et il fallait donc composer avec elle. Et partir sur une mauvaise base pouvait se relever très dangereux. C’est pourquoi le blond décida de rentrer dans le jeu de Abel.

« Écoutez je sais que nous sommes partis sur de mauvaises bases. Je ne me prononcerai pas sur la légitimité de ce qu’a fait Rebecca ni sur ta réaction Malou, c’est du passé et ça ne m’intéresse pas. Ce n’est pas le plus important. Le plus important aujourd’hui c’est que nous sommes un groupe, peut-être que vous le n’avez pas choisi mais pourtant c’est bel et bien le cas. Et un groupe sans cohésion ne peut exister. Alors je pense effectivement comme Abel ce n’est pas une bonne chose de se séparer et ça va plus loin qu’une simple question sécuritaire même si cela relève aussi de la plus haute importance. On n’a pas réussi à survivre jusqu’à là avec de la mésentente mais avec de l’entraide et passer outre peut se relever très dangereux dans un monde comme le nôtre. »

Liam était quelque peu confus. Lui qui depuis l’apocalypse n’avait jamais eu à entrer dans les conflits, ni à s’engager dans un débat et encore moins à tenir le rôle de médiateur. Lui ce n’était pas un chef mais quelqu’un qui écoutait et agissait quand on le lui demandait. Il craignait que son discours censé apaiser les discordes et appuyer celui de Abel ne soit au final que confusion.
HRP : Désolé du retard comme je vous l'ai dis par MP j'ai eu une semaine chargée mais c'est bon je suis enfin de retour ^^
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
WALKING WITH THE DEADS

MessageSujet: Re: Explorateurs de l'autre vie   Lun 4 Juil 2016 - 18:31

Le manque de confiance que Malou portait habituellement à l'égard des adultes s'était transformé en manque de confiance total envers quiconque s'approchait d'elle depuis l'apocalypse.
Seule, chétive, de santé fragile, armée d'un simple rouleau à pâtisserie elle n'était pas dupe, sa survie pouvait être mise en danger à chaque instant, jusqu'au moment fatal où elle ferait la mauvaise rencontre de trop.
Son seul moyen de protection était son caractère désagréable et agressif. De part ses pauvres expériences elle avait conclu de manière immature qu'il valait mieux être l'agresseur que l'agressé et ne s'en privait pas; jusque là cela avait marché, elle ne comptait pas s'adoucir de sitôt.

Si l'on rajoutait à cela le fait qu'elle avait été élevée à la va comme je te pousse et encore, à peine, n'importe quel individu côtoyant cinq minutes ce genre de sauvageonne malpolie et arrogante, tirait bien naturellement des conclusions très négatives et malheureusement hâtives à son sujet, passant littéralement à côté de ses bons côtés bien cachés sous l'armure d'intransigeance.
Et c'est exactement ce qui se passa.
Une fois de plus personne n'avait compris le subterfuge hasardeux et indélicat, prenant pour argent comptant cette hargne primaire de survie comme étant le trait principal de sa personne sans deviner la grande faiblesse qui se cachait la-dessous.

Malou en était la première satisfaite d'ailleurs mais c'était sans compter sur la fragilité de la carapace.
Autant elle pouvait s'acharner sur quelqu'un jusqu'à le faire craquer autant en d'autres circonstances elle se retrouvait complètement démunie et c'est ce qui se produisit.
Peu habituée à tenir compte de la sensibilité des autres, elle aurait dû tourner les talons sur le champs quitte à se débrouiller seule avec son camion plutôt que devoir supporter un mot de plus de la bouche de gens qu'elle considérait comme stupides. Car pour Malou tous les adultes se ressemblaient, tous avaient les mêmes réactions stéréotypées à son contact.
A tort ou à raison elle pensait que la maturité de leur intelligence n'était pas plus élevée que la sienne, voire même en-deçà puisqu'ils étaient plus vieux aussi les méprisait-elle profondément.

Pourtant, en de très rares occasions, l'adolescente avait eu la surprise de rencontrer des individus qui sortaient de l'ordinaire, se détachaient de la masse informe que représentait pour elle l'adulte en général.
Dans ces cas précis, qu'elle pouvait compter sur les doigts d'une main, la jeune fille perdait ses repères et du même coup ses moyens de défenses.


Au premier regard lourd d'animosité qu'elle avait lancé à la femme, Malou n'avait pas vu l'étincelle; ce n'est que quand elle se détourna pour annoncer qu'elle fouillerait les maisons seule que le déclic se fit.
Bras ballant, mâchoire inférieure pendante elle regarda la silhouette faire un pas pour s'éloigner avec le désir fou de la rattraper sans oser pour autant tant elle était envahie de sentiments contradictoires.
Contrairement à d'autres, Rebecca lui avait répondu calmement, sans leçon de morale, la prenant pour un humain à part entière et non pour une personne misérable et elle n'avait pas l'habitude.
Une vérité qu'elle n'avait pas deviné jusque là explosa dans sa tête juvénile:
la femme avait été généreuse au point de lui offrir son eau pour la protéger et elle l'avait blessée par sa méchanceté...

Elle aurait dû s'excuser mais ne savait pas le faire; à la place elle laissa ses yeux exorbités par la révélation errer au loin, incapable de prendre une décision jusqu'au moment où le chef ordonna de ne pas se séparer, de rester en groupe.
Soulagée, elle détailla le visage clair de la femme qui se tournait à nouveau vers eux et fut complètement subjuguée par un autre constat: une part de cette personne qui avait eu la malchance de grandir lui ressemblait sur un point: le besoin de solitude, l'incapacité à supporter longtemps la présence humaine, cet instinct d'animal jamais complètement apprivoisable qui l'obligeait à s'éloigner régulièrement des bipèdes.
Comme hypnotisée, elle n'arrivait plus à se déconnecter des grands yeux verts aux éclats de félin.

C'est Abel qui rompit le charme.
Lui aussi parlait gentiment mais il ne put s'empêcher de donner sa petite leçon; que c'était agaçant !
Malou adoucie par la présence de Rebecca n'en fit pourtant pas une histoire et leva juste les yeux au ciel pour marquer le coup avant d'entendre la voix de Liam qu'elle avait cru voir s'éloigner.

Elle se retourna vivement vers lui prête à encaisser de nouvelles remontrances et éventuellement rétorquer mais ce jour devait être marqué d'une pierre blanche car elle fut à nouveau surprise de sa réaction peu ordinaire à ses yeux: il ne jugeait pas; même il s'en foutait; mieux encore ce qui l'intéressait c'était le groupe tout entier qui devait agir main dans la main afin de mieux se protéger.

Emue et un peu honteuse d'elle-même, Malou baissa le nez et rougit.
Elle qui pensait qu'ils étaient là pour lui piquer son van, elle avait tout faux; en quelques mots l'homme venait de l'intégrer aux autres comme s'ils se connaissaient depuis toujours.
Toute cette générosité lui fit si chaud au coeur qu'elle se promit de les aider à trouver le maximum de choses dans les bâtisses.
Au bout de quelques instants, elle releva la tête et sur un très pâle sourire à peine visible elle dit:
tu as raison Liam, je... Je suis d'accord pour l'entre-aide... Je ne suis pas habituée à rencontrer des adultes sympas alors je me méfie, je teste en lançant des saloperies, cela m'aide à savoir qui j'ai en face de moi; en général ça marche car les méchants restent méchants, je n'ai pas de mauvaises surprises.

C'était évidemment sans compter sur la malignité de la nature humaine. Malou n'avait pas encore eu le loisir de rencontrer des faux gentils pour se rendre compte que son fameux test ne valait pas clou.
Rassurée, elle rangea son paquet de cigarette, simple passe-port vers une communication aléatoire et fit quelques pas en prenant soin de se placer entre Rebecca et Liam.
Elle avait vraiment envie d'aller fouiller avec eux et trottait presque d'excitation joyeuse.
Malheureusement, son corps dont elle ne prenait aucun soin se rebella et le malaise dont elle avait l'habitude à présent se manifesta avec les mêmes symptômes de grande faiblesse.
Si elle ne réagissait pas, dans quelques secondes elle tomberait évanouie.

Orgueilleuse, elle lança dans un souffle: j'ai un peu froid... Disons... J'ai peut-être mes bricoles... Je pense qu'il vaut mieux que j'aille me reposer un peu dans ma camionnette, je vous rejoindrai plus tard...
En titubant, elle se dirigea vers l'ambulance, ouvrit péniblement la portière et s'allongea sur la civière.
Elle était contente d'elle: simuler les menstruations était pile poil ce que tout le monde pouvait comprendre mais auquel personne ne pouvait rien faire ! elle ne les dérangerait pas avec sa santé défaillante.
Sur cette pensée, épuisée, elle s'endormit sur le champs.

HRP: le nouveau malaise de Malou est voulu: je pars en vacances et je ne voulait pas bloquer le topic. À bientôt !!!
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
WALKING WITH THE DEADS

MessageSujet: Re: Explorateurs de l'autre vie   Aujourd'hui à 2:54

Revenir en haut Aller en bas
 

Explorateurs de l'autre vie

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 4Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant

 Sujets similaires

-
» Un rendez-vous d'explorateurs.
» UN AUTRE CAS D'USAGE DE FAUX ! SENBLE JUDE CELESTIN PA INGENIEUR VRE !
» Une Etoile s'éteint, une autre renait... [Mort d'Etoile de Satin, Ceux qui veulent lui rendre hommage]
» Club de Karaté et autre du meme genre
» Tout peut basculer, d'une minute à l'autre. [Luffy!]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Walking Dead RPG :: Archives RP :: RP Terminés-