Partagez | .
 

 Explorateurs de l'autre vie

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3, 4  Suivant
Auteur
Message
Abel Underwood
Modérateur
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 11/05/2016
Messages : 156
Age IRL : 26

MessageSujet: Explorateurs de l'autre vie   Lun 20 Juin 2016 - 9:28

ON EST ICI:
 

Aujourd’hui, il avait décidé d’aller en ravitaillement. Il était certain que la zone visitée il y a quelques jours avec Lilou, du côté du lac Crescent, pouvait encore être explorée. Quelques maisons perdues dans une zone boisée, à l’écart de la civilisation, même autant de temps après le début de l’épidémie, elles devaient être encore inviolées. Depuis leur mésaventure en ville, le cinquantenaire n’osait plus faire appelle à Tamara. Pas encore. Il lui confiait Victoria et choisissait un autre binôme ; voire un trinôme.

Cette fois, Rebecca avait été la première à vouloir l’accompagner. Abel ne savait pas grand-chose d’elle : il la croisait simplement dans le chalet et, si sa mémoire était bonne, elle était déjà là au stade. Elle s’était montrée volontaire et ça faisait déjà longtemps qu’il avait mis ses réflexes misogynes, s’il en avait, de côté. Alors aucun souci pour lui si elle souhaitait être de l’aventure. Liam s'était ensuite joint à leur duo. Encore quelqu'un que l'ancien agent n'avait pas pris le temps de connaître... c'était incroyable comme il avait été renfermé.

Comme lui avait appris la vendeuse : il avait préparé un sac avec une gourde d’eau et une lampe torche. Dans une poche de son pantalon treillis, la lame de son couteau-papillon dormait paisiblement. Dans l’armurerie du camp, il hésita longtemps à reprendre l’un des Desert Eagle ramené en début de mois, mais il jeta finalement son dévolu sur un Beretta 92F ; plus classique, plus maniable, plus de coups.

- J’ai repéré quelques baraques dernièrement, expliqua-t-il à ses comparses en mettant le contact de la voiture, vers le Lac Crescent, isolées… je suppose qu’il pourrait y avoir quelques choses à récupérer et peu de morts.

Le ratio entre « lieu perdu » et « quantité de charognes » commençait sérieusement à se transformer ces derniers jours, mais il fallait garder espoir. Un point de départ tout du moins. L’endroit visé était à peine à dix minutes en voiture ; bien moins quand on ne se souciait plus des limitations de vitesse. En chemin, il croisa à nouveaux les carcasses métalliques égarées déjà aperçues avec Lilou, monuments immuables désormais. L’épaisseur des bois n’était pas rassurante, heureusement que le soleil de midi rayonnait fièrement à son zénith et dissipait les ombres.  

Abel suivit alors la Lake Crescent Road, jusqu’à ce que les premiers toits émergent des feuillages. Il y avait quoi… cinq ou six habitations, certaines avec des cabanons. Conserves, médicaments, outils civils, vêtements, ils devraient bien pouvoir dénicher quelque chose. Le cinquantenaire coupa le contact et attendit… pas de mordeurs pour l’instant. Ça ne signifiait pas que la zone était clean, mais c’était un bon commencement. Il inspira en reniflant et désigna la plus grande des bâtisses, sur la gauche de la route :

- On garde celle-là pour la fin ? On fait d’abord les petites. On entre, on fait un tour de vérification et si c’est bon, on  prend ce dont on a besoin.

Ce n’était peut-être pas la première mission en extérieur de ses acolytes, voire même qu’ils étaient sortis plus souvent que lui et dans ce cas là, c’était parfaitement ridicule qu’il lui répète les consignes. L’ancien agent vérifia que tout était bon – phares éteints, frein à main levé, … – et inspecta également que le chargeur de son revolver était bien garni. Simple manie. Il espérait ne pas avoir à s’en servir mais s’ils étaient submergés… prêt, il allait ouvrir sa portière quand un détail attira son attention. La silhouette d’une camionnette, garée entre deux petites maisons.

- Attends… je ne me souviens pas avoir vu ça la dernière fois…


♪ Depuis la nuit des temps ne voyez-vous pas que les troupeaux meurent. ♪
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
WALKING WITH THE DEADS

MessageSujet: Re: Explorateurs de l'autre vie   Lun 20 Juin 2016 - 14:32

Liam réalisa que ça faisait depuis longtemps qu’il n’avait pas mis le nez dehors, du moins qu’il n’avait pas participé à une exploration avec ses camarades du chalet. En fait il vivait en parfait autarcie. Il trouvait refuge là –bas, faisait ce qu’on lui demandait de faire mais évitait de se mêler aux autres. De ce fait il ne connaissait que quelques-uns des membres du camp. Pour beaucoup ils ne les avaient vu que durant le transit, après que ce qu’il appelait encore le dernier bastion de l’humanité soit tombé aux mains des rodeurs. Du stade il ne gardait pas que des mauvais souvenirs mais les bons avaient été ensevelis par la rancœur. La rancœur d’avoir perdu ce qu’il avait pensé être une lueur d’espoir dans cette noirceur permanente. C’était peut-être pour ça qu’il ne voulait pas se mêler aux autres plus que de raison. Parce que nouer des liens dans un monde où l’insécurité était permanente était très difficile et la plupart du temps cela se finissait mal, très mal. Liam ne voulait pas se faire des amis pour ne pas avoir à supporter la douleur provoquée par la perte d’un être proche.

Mais quand il avait eu vent d’une expédition visant à réapprovisionner le ravitaillement du chalet il avait décidé d’y participer de suite. Mettant de côté la peur qui depuis le début de l’apocalypse ne l’avait jamais quitté. Une certaine appréhension de se confronter à ses êtres qui n’avaient plus rien de vivant mais qui pour autant parvenaient à dépasser les lois de la physique et se relevaient avec hargne pour se mélanger parmi les vivants et les bouffer. Mais l’endroit où ils devaient se rendre n’était pas loin, à dix minutes en voiture maximum et avec un peu de chance ils n’auraient pas à croiser des rampants. Mais par mesure de précaution ils avaient pris des armes. Liam quant à lui avait jeté son dévolu sur un Glock 17, un semi-automatique très léger et compact, idéal pour lui qui n’était pas un professionnel du tir. Il s’était aussi entiché d’une machette avec une lame aiguisée d’une trentaine de centimètre qu’il gardait sur lui en permanence.

En ce moment il attendait devant la voiture que les autres personnes arrivent. Puis quand tout le monde répondit présent ils entrèrent dans la voiture et Abel celui qui avait commandité l’expédition mis le contact de la voiture et démarra. Liam ne connaissait pas du tout les alentour et il n’avait jamais visité le lac Crescent. La route se déroula sans encombre mais Liam était quelque peu sur ses nerfs. La forêt qui bordait la route des deux côtés était insondable et probablement un refuge de choix pour les infectés et autres créatures qui se terraient dans les bois. Et puis il y avait toujours le risque de tomber sur une embuscade, d’autant plus que la route étriquée était propice à ça. Il contempla ensuite avec un pincement au cœur les carcasses métalliques échouées sur le bitume telle une sorte de vestige du passé. La rancœur le submergea et un élan de nostalgie s’empara de lui, comme à chaque fois qu’il sortait dehors. Il aurait tout donné pour retrouver sa vie d’avant.

Quelques minutes plus tard des bâtisses perdues au milieu de ce no man’s land de végétation apparurent. Une demi-douzaine d’habitation à peine. Toutes portaient les stigmates de l’abandon. Les murs étaient décrépis et partiellement recouverts par du lierre. Certaines fenêtres étaient même brisées, les volets grands ouverts. Mais malgré l’état de décrépitude des environs il y avait surement de nombreuses choses à glaner. Probablement des armes. Surtout dans un pays comme les États-Unis, paradis des guns. Et encore mieux, il ne semblait y avoir personne dans les environs. Abel dicta les dernières recommandations : garder la plus grosse maison pour la fin, prendre ce qu’on trouvait… puis il vérifia si son arme était bien chargée. Liam en fit de même par pure mécanisme. Et puis il s’empara de sa machette s’apprêtant à sortir. Mais Abel émit soudain des doutes.

- T’es persuadé que la camionnette n’était pas présente la dernière fois que tu es venu ? De toute façon s’il y a bien quelqu’un ça ne sert à rien de se cacher, on est cramés à des kilomètres à la ronde avec le bruit que le moteur a fait en arrivant, répondit Liam. Hum je propose qu’on aille vérifier ça par nous-mêmes.

Sur ces mots Liam ouvrit la portière du véhicule en faisant le moins de bruit possible et sortit attendant ses comparses. Tenant fermement la machette d’une main, se préparant à toutes les éventualités.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
WALKING WITH THE DEADS

MessageSujet: Re: Explorateurs de l'autre vie   Lun 20 Juin 2016 - 15:34

Citadine des quartiers pauvres, n'ayant jamais eu la chance de partir en vacances ni même de faire un voyage scolaire, Malou contemplait - seule dans son van semi-blindé qui avait servi d'ambulance à Brinnon - l'extraordinaire paysage que lui offraient la montagne.
Malgré le peu d'essence qui lui restait, elle avait craqué et avait suivi la route 101 tout le long de la rive de Crescent Lake, dans la direction de Sappho.

C'était l'après-midi, il faisait beau et la flânerie était devenue tellement rare en ces temps obscurs qu'elle se sentait ivre de bonheur face à l'immensité.
Elle stoppa la camionnette aux abords d'un petit sentier dans la forêt, attrapa un sac plastique, son canif et entreprit de cueillir des fraises des bois puis des champignons.
Ces derniers semblaient alléchants; à court de réserves depuis deux jours, elle mourrait de faim, cela tombait bien !
Tout en remplissant sa pochette, elle se souvint d'un cours de botanique en classe primaire. La maîtresse avait montré des photos de champignons vénéneux, insistant sur les dangers, décrivant les symptômes avant la mort d'une telle manière que toute la classe en avait frémit d'horreur.
Fière de se rappeler aussi clairement d'une leçon, elle laissa en terre la famille des amanites et ramassa tous les autres.
Rapidement le sachet fut plein et l'adolescente salivait déjà à l'idée de la fricassée qu'elle se ferait sur son petit réchaud dont la bouteille contenait encore un peu de gaz.

En fin de journée, elle redémarra et fit demi-tour: elle voulait contempler le coucher du soleil sur l'eau avant de préparer son festin.
Elle s'arrêta sur le bas côté d'une vue imprenable, prit des feuilles, son crayon et s'assit sur l'herbe avant d'esquisser les premiers traits d'un panorama paradisiaque illuminé par les couleurs flamboyantes de l'astre au bord de l'horizon.
Mais quand la nuit tomba, une peur sourde, certainement partagée par tous les survivants de la planète la prit aux tripes.
Même si l'endroit était désert, elle redoutait de se laisser surprendre par un mangeur d'homme.
Elle grimpa dans son véhicule et décida de se diriger vers les quelques maisonnettes qu'elle avait repérées à l'allée. Elles étaient certainement vides mais l'idée de proximité avec ce qui avait été jadis un lieu plein de vie la rassurait.

Sans songer un instant à vérifier sa jauge, elle appuya sur la pédale d'accélération; elle avait hâte de se poser et de dîner. Au petit matin elle inspecterait les bâtisses quitte à devoir utiliser le lourd pied de biche bien en vue dans sa sacoche à outils pour pompiers.
Elle repéra deux petites habitations; tout semblait désert. Elle amorça une manoeuvre afin de se ranger convenablement entre les deux logements mais au moment de se mettre bien droit, elle cala.
A peine surprise, tant cela lui arrivait régulièrement, elle tourna la clef de contact.
Rien.
Son regard affolé se posa alors sur le compteur, plus précisément sur l'indicateur d'essence et pâlit; c'était la panne sèche.
Fait chier !!!
cracha t-elle en frappant furieusement le volant.
Suivit un silence lourd qui envahit l'habitacle. Qu'allait-elle devenir perdue au milieu de nul part ?

Dans un soupir, elle se leva. Chaque chose en son temps.
Avec énormément de chance, il resterait peut-être un petit jerrican planqué au fond d'un des garages? Elle irait voir ça demain.
Attrapant l'unique casserole de son attirail, elle alluma le réchaud qui crachota une flamme, vida les champignons dedans, touilla avec délice tandis qu'une joie simple chassait les nuages de sa mésaventure.
Quand tout fut bien cuit, elle avala le coktail des bois à grandes bouchées sans soucier des quelques cuillérées amères, parmi la mixture.
Le ventre plein, elle se coucha sur le brancard qui lui servait de lit, rêvassa un moment et s'endormit comme une souche.

Il devait être aux alentours de 3 heures du matin quand un premier spasme, violent, la réveilla.
D'instinct, elle se plia en deux: cela faisait un mal de chien.
Haletante, elle dut se lever tant la nausée et le besoin de déféquer se firent sentir d'un coup.
Oubliant toute crainte, tordue de douleurs, elle sortit afin de se soulager dans un coin avant de remonter péniblement à l'abri.
L'abominable manège dura toute la nuit.
Au matin, exsangue, pâle comme la mort, elle eut des sueurs froides accompagnés de tremblements.
Elle n'allait pas mourir, certes mais l'intoxication était sévère.
Pour comble, il n'y avait même pas une aspirine dans ce foutu camion; juste des bandages, une paire de ciseaux et du désinfectant !

Une dernière fois, elle ressortit mais son ventre était vide, son estomac aussi malgré des contractions et crampes persévérantes.
A présent elle crevait de froid, claquait des dents et ses jambes devenues incapables de supporter son poids se dérobèrent sous elle; elle tomba à même le sol derrière son véhicule.

Le soleil était au zénith.
A demi inconsciente, plus squelettique que jamais, Malou n'était plus que gémissements et râles, s'affaiblissant au fur et à mesure que le temps passait.
Recroquevillée, le visage dans la poussière, c'est tout juste si son corps trouvait encore la force de se tortiller à chaque assaut.

Elle entendit à peine le moteur d'un véhicule qui s'approchait, encore moins la porte qui claqua, annonciatrice d'une présence humaine.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
WALKING WITH THE DEADS

MessageSujet: Re: Explorateurs de l'autre vie   Mar 21 Juin 2016 - 18:50

Bien que cela faisait un moment que les Karlson étaient partis, la suédoise avait encore un peu de mal à s'y faire, et se remettait tout doucement... Jamais elle n'aurait cru qu'elle serait autant affectée par ce genre de chose et c'était tout nouveau pour elle... Bien heureusement la situation idyllique en ce contexte, lui laissa tout le temps de faire son petit deuil personnel. Elle s'était faite bien plus discrète que d'habitude et vaquait seulement à ses occupations habituelles, chercher de l'eau, aider à gérer et trouver les ressources... mais elle ne faisait pas plus.

Un ravitaillement avait été annoncé par Abel et pour une fois, Rebecca ne se fit pas prier et se porta immédiatement volontaire. La jeune femme avait fait déjà fait ses preuves face aux autres membre de la communauté mais elle avait besoin de se prouver à elle même qu'elle était encore capable de faire preuve de sang-froid. Liam aussi s'était proposé, ils étaient donc trois. Comme d'habitude elle dut mettre son côté asocial de côté, bien qu'elle ne connaissait pas vraiment les deux hommes qui l'accompagnait et qu'elle était toujours un peu mal à l'aise quand elle ne connaissait pas la personne, mais elle avait appris à gérer ce petit défaut récemment.

Elle pris son Glock 19, rassurée de voir qu'il était toujours présent à l'armurerie du chalet, et son pied de biche, qui pouvait toujours servir sait on jamais, qui l'avaient accompagnée depuis le début. Elle garda son couteau qui était toujours avec elle et pris une bouteille d'eau, qu'elle mit dans son grand sac de randonnée, au final c'était toutes ses propres affaires qu'elle avait pris, même si comme tout était mis en commun, elle ne pouvait plus considérer ses armes comme lui appartenant, mais pour elle c'était encore le cas malgré tout, et habituée depuis l'apocalypse des Odödas à avoir ces affaires, cela la rassura un peu.

La jeune femme rejoignit les deux hommes qui l'attendaient devant la voiture et Abel demarra la voiture et tous étaient partis, à leur destination, le Lac Crescent. La suédoise auraient bien aimé faire du tourisme là bas, quand elle est arrivée, mais malheureusement elle n'avait pas vraiment eu le temps, ce serait l'occasion de voir un peu, même si ils n'étaient clairement pas là pour ça, mais peut être qu'un jour quand tout sera plus calme...

La voiture quitta la route forestière pour arriver au lieu qui les intéressaient, il y avait quelques bâtiments, mais qui pouvait contenir des choses utiles, surtout dans un milieu relativement forestier comme celui ci. Pour le moment et à première vue, il n y avait aucun Odöda, et quand Abel coupa le moteur, aucun des bruits que ces derniers pouvaient faire habituellement se faisait entendre. Malgré tout c'était dans ces moments là où il fallait être le plus vigilent, pour ne pas se faire surprendre bêtement.

Quand Abel annonça qu'une camionnette n'était pas là avant, la jeune femme aurait été d'avis de jouer la discrétion, mais effectivement c'était plutôt stupide et Liam avait raison sur ce point. Vu le bruit qu'ils avaient fait en arrivant avec la voiture, ils étaient déjà repéré si une menace humaine (et vivante) étaient aux alentours. Son pistolet dans une main et le couteau dans l'autre, Rebecca se contenta de suivre ses deux compagnons qui savaient mieux gérer qu'elle ce genre de situation, n'ayant encore jamais vraiment été confrontée à une potentielle menace d'un autre genre, menace dont elle avait malgré toujours eu une méfiance tout le long de sa vie.
Revenir en haut Aller en bas
Abel Underwood
Modérateur
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 11/05/2016
Messages : 156
Age IRL : 26

MessageSujet: Re: Explorateurs de l'autre vie   Mar 21 Juin 2016 - 22:56

Liam n’avait pas tort. S’il y avait véritablement quelqu’un, alors le son du moteur de leur voiture les avait trahis. Est-ce qu’il avait pu se tromper ? Peut-être qu’il n’avait pas fait attention la dernière fois, il était passé en coup de vent. Le visage fermé, Abel fut le dernier à quitter l’habitacle protecteur. La dernière fois qu’il avait croisé des vivants hors du chalet, ça ne s’était pas très bien passé. Il rêvait encore de ce jeune garçon qu’il avait tué, et des hurlements de ceux qu’il avait probablement condamnés… il n’avait pas envie de retraverser ça.

Son revolver en main, le cinquantenaire prit les devant. Son regard perçant scrutait les environs, cherchait à déceler le moindre indice, mais il n’y avait que les baraques abandonnées et les arbres rhabillés par le printemps. L’oreille tendue, il guettait des pas, des râles, des voix, des bruits quelconques… tout était calme. On entendait même vaguement piailler quelques oiseaux courageux. Sans un mot, l’ancien agent suggéra à son acolyte masculin de contourner la camionnette qui posait question par le côté droit pendant qu’il prenait le gauche.

Les vitres étaient assez propres, aucune feuille morte ne s’était déposée sur le véhicule, pas de toile d’araignée sur les rétroviseurs… ça ressemblait de plus en plus à un moyen de transport qui avait servi récemment. A demi-plié en deux, l'arme dressée devant lui, Abel avançait précautionneusement. Devait-il s’annoncer ? Que faisaient en général les gens dans ce cas là ? Zut, il n’en avait absolument aucune idée. Trop tard pour s’interroger, il avait atteint l’arrière de la camionnette et ses yeux se posèrent sur une silhouette anorexique le nez dans la poussière. Il l’aurait même crut morte s’il n’avait pas entendu une respiration sifflante.

- Merde…

Il rangea son arme et s’approcha pour prendre le pouls au poignet de l’inconnu. Plutôt faible mais il existait. A première fois, elle n’avait pas de blessure ouverte. Peut-être une fracture, mais c’était impossible de le dire. Avec délicatesse, il retourna la malade sur le dos pour découvrir une adolescente – ou une gamine – rachitique et pâle comme une craie. De mémoire, ce n’était pas conseillé de déplacer les gens quand on ne savait pas ce qu’ils avaient mais… la fin du monde changeait un peu les règles.

- C’est une gosse, commenta Abel à ses complices, elle est peut-être avec des gens. Tu pourrais faire un tour rapide du périmètre voir s'il y a quelqu’un ? Il s’était adressé à Liam et porta ensuite son regard vers Rebecca, et est-ce que tu peux fouiller sa camionnette ? Y’a peut-être quelque chose qui va expliquer ce qu’il lui est arrivée, ou de quoi l’aider…

Chef d’entreprise dans l’âme, Abel prenait naturellement le lead de l’expédition sans savoir si ses acolytes du jour joueraient le jeu. De son côté, il se repencha vers l’inconnue et posa une main sur son front. Elle avait de la fièvre et frissonnait. Est-ce qu’elle avait chopé un sale virus ? A la voir aussi maigre, elle pouvait très bien être tombée à cause du manque d’eau ou de nourriture. C’était bien sa veine, tiens ! Pourquoi il n’était pas venu avec Rose ? Elle l’aurait diagnostiquée en deux temps trois mouvements et, avec un peu de chance, la gamine aurait vite était sur pieds. Là, il ne pouvait que la regarder comme un abruti et sortir sa gourde d’eau, au cas où elle en aurait besoin.

- Hey, demanda-t-il finalement, tu m’entends ? Hey, tu es avec nous ? Qu’est-ce qui t’es arrivé ?


♪ Depuis la nuit des temps ne voyez-vous pas que les troupeaux meurent. ♪
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
WALKING WITH THE DEADS

MessageSujet: Re: Explorateurs de l'autre vie   Mer 22 Juin 2016 - 2:37

Liam s’était surpris lui-même en prenant la place de leader pendant quelques instants. Lui qui depuis l’apocalypse s’était toujours retranché derrière des autres personnes avec un instinct de survie plus développé que lui. Mais sa suggestion avait l’air d’avoir fait l’unanimité puisque toutes les personnes étaient désormais sorties du véhicule. Il attendit quelque instant et vit qu’Abel avait décidé de prendre les devants. Il l’observa quelques secondes, ce mec dont il ne connaissait rien semblait y faire. Il observait minutieusement les alentours, son arme fermement serré dans sa main, regardant loin devant lui. Liam essayait de faire de même mais avec moins de succès. Il plissait, fronçait les yeux mais sans arriver à distinguer autre chose qu’une étendue de végétation  luxuriante et quelques bâtisses oubliées. Vestiges étranges de l’homme cherchant toujours à coloniser ce qu’il n’avait pas et à substituer la nature par des artefacts construits de ses mains. Liam avait toujours rêvé de s’installer dans ces maisons atypiques mais il n’avait jamais pu, trop obnubilé par le travail et sa volonté de monter un cabinet d’avocat en plein Seattle. Mais maintenant c’était bien trop tard de toute façon.

Ils arrivèrent devant la camionnette et Abel demanda silencieusement à Liam de la contourner par le côté droit pendant que lui prenait le côté gauche. S’adonnant de la tâche confiée Liam contempla le véhicule. Il semblait être totalement neuf, du moins donnait l’impression de n’avoir pas été abandonné, soumis aux intempéries diverses… de ce fait les vitres étaient propres et aucun feuillage ne s’était déposés dessus ce qui était étonnant vu l’environnement alentour. Il avait de plus en plus le pressentiment que quelque chose de pas net se tramer ici, que quelqu’un était effectivement présent. Il ne restait plus qu’à savoir les intentions de la personne qui avait trouvée refuge ici. Un simple rescapé terrifié ou bien un mec mal attentionné qui attendait patiemment une occasion pour les aligner avec son gun. Il s’attentait à presque tout, même à un mordeur ayant appris l’usage de la conduite mais surtout pas à ça. Ce qu’il vit lui glaça le sang. Une personne était étendue à l’arrière de la camionnette le nez dans la poussière, d’une maigreur à faire peur si bien que s’il ne l’avait pas observé de plus près il aurait cru que c’était un rodeur. Abel prit une nouvelle fois les devants et s’enquit de la santé de la personne lui portant les premiers secours avec attention et une délicatesse que Liam imagina presque paternelle. Il la retourna et Liam put découvrir que la personne était en fait une enfant. Il eut un pincement au cœur quand il imagina les supplices qu’avait pu endurer cette gamine probablement sans famille. Le véhicule était-elle à elle ?

Il entendit Abel lui demander de faire le tour du patelin pour voir s’il n’y aurait pas quelqu’un. Décidément c’était un sacré « donneur d’ordre » mais au moins lui semblait savoir ce qu’il faisait, alors Liam qui de toute façon n’avait jamais eu l’âme d’un leader du moins depuis l’apocalypse les quitta prestement pour faire son tour. Il serra encore plus fort  la machette. Même s’il n’avait vu aucun rodeurs débarquer à leur arrivée il n’excluait pas leur présence et dans ce cas il valait mieux être prêt sous risque de paniquer et de se faire bouffer. Il l’avait appris à ses dépens de nombreuses fois. Il fit rapidement son tour et ne constata rien de particulier. Les lieux semblaient vides. Et même si à la base il devait attendre tout le monde pour commencer l’exploration des baraques  il fonça dans la première sur sa direction et commença à la fouiller méthodiquement et le plus rapidement possible. Vu l’état famélique de la gamine elle était probablement affamée et s’ils ne trouvaient pas rapidement de la nourriture  elle risquait sûrement la mort. Liam se mit à fouiller les étagères et après plusieurs tentatives infructueuses il trouva enfin quelque chose. Une petite boite de conserve probablement du maïs.  Il se mit à courir vers ses compagnons.

- Bon j’ai vérifié il n’y a personne d’autre que nous et la gamine ici. Je me suis permis de fouiller une maison et j’ai eu la chance de tomber sur une boite de conserve pleine. Il faudra la lui donner… Je crains que son état soit… quelque peu dramatique.

Liam ne put cacher son certain défaitisme  et attendit que la fille commence à bouger.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
WALKING WITH THE DEADS

MessageSujet: Re: Explorateurs de l'autre vie   Mer 22 Juin 2016 - 11:38

Une voix masculine braillant des ordres à ses oreilles sortit Malou de sa torpeur.
Elle avait été retournée par des mains douces et prévenantes; cela aurait dû la rassurer mais paradoxalement elle se mit à crever de trouille et ouvrit de grands yeux effarés qu'elle plissa très vite à cause de la luminosité.
L'homme penché sur elle était entre deux âges, pas moche selon les critères de beauté de l'adolescente et semblait sincèrement tracassé par son état.
Un autre, debout, assez séduisant lui aussi, la regarda avec pitié avant d'obéir aux injonctions.
Jusque là tout allait bien. La jeune fille aurait dû pouvoir refermer ses paupières tranquillement, rassérénée par le fait qu'elle était entre de bonnes mains; le problème n'était pas là.

Un détail la faisait frémir de terreur et si elle n'avait pas été aussi faible, la hargne, la colère l'aurait submergée; elle aurait brandit son rouleau à pâtisserie...
Mais elle était à terre, sans forces, sans armes, à la merci de n'importe quel danger, en parfait état de soumission face à ces deux gus et elle détestait cela.
Cependant le souci n'était pas là non plus.
Il fallait qu'elle réagisse, qu'elle puise au fond d'elle-même le peu d'énergie qui lui restait.

Au bout de quelques instants, tandis que l'homme brun lui demandait si elle l'entendait, et au prix d'une véritable lutte avec son corps, elle réussit à s'assoir face à lui et le fixa intensément, pleine de suspicion:
il y avait une troisième personne quelque part, qui allait d'un instant à l'autre fouiner dans son van, la prunelle de ses yeux !!!
Heureusement, il n'y avait plus une goutte d'essence et les clefs étaient dans la poche de son pantalon mais tout de même, ce camion était tout pour elle: son logement, sa liberté et même son arme la plus fiable pour dégommer les morts-vivants comme elle l'avait fait dans Aurora Avenue, au nord de Seattle.
Dans un élan elle réussit à articuler avec peine:
je vais très bien... Juste... les champignons...
Malou n'était plus que l'ombre d'elle-même; toute agressivité était annihilée au point qu'elle aurait presque pu passer pour une gentille petite jeune fille malade, perdue et effrayée.

A ce moment, arriva le deuxième acolyte, brandissant une boite de maïs, c'en était trop.
A la vue de cette nourriture qu'ils ne manqueraient de lui faire ingérer pour son bien, elle sursauta dans un spasme douloureux, s'écarta tant bien que mal sur ses genoux et tenta vainement de vomir sans y parvenir vraiment. Si cela continuait comme ça, c'est son estomac qu'elle régurgiterait !
Laissant de côté son orgueil, elle accepta enfin la gourde que le type tenait en main depuis un moment, bu plus de la moitié de son contenu à grandes rasades, grimaça à l'idée d'une nouvelle vague de nausées, attendit immobile pour enfin s'apercevoir que rien ne sortirait de sa bouche.

rassurée et heureuse d'avoir un prétexte, elle se leva péniblement, vacillant sur ses jambes puis se dirigea vers la camionnette en lançant d'une voix épuisée: j'ai de l'eau dans mon véhicule... Je vais vous en redonner...
Elle aurait aimé dire « merci » mais le mot ne sortait pas, elle n'en avait pas l'habitude; et puis elle ne connaissait pas suffisamment ces gens pour leur faire confiance.

Au moment de monter sur le marchepied, elle fit un arrêt, la tête lui tournait et dû s'assoir.
Elle envoya vers les deux homme un regard d'excuse avant de bredouiller:
c'est rien, ça va passer... faut juste attendre un peu.
Puis prenant son courage à deux mains, elle demanda: vous êtes venus là pour quoi ?
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
WALKING WITH THE DEADS

MessageSujet: Re: Explorateurs de l'autre vie   Aujourd'hui à 2:52

Revenir en haut Aller en bas
 

Explorateurs de l'autre vie

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 4Aller à la page : 1, 2, 3, 4  Suivant

 Sujets similaires

-
» Un rendez-vous d'explorateurs.
» UN AUTRE CAS D'USAGE DE FAUX ! SENBLE JUDE CELESTIN PA INGENIEUR VRE !
» Une Etoile s'éteint, une autre renait... [Mort d'Etoile de Satin, Ceux qui veulent lui rendre hommage]
» Club de Karaté et autre du meme genre
» Tout peut basculer, d'une minute à l'autre. [Luffy!]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Walking Dead RPG :: Archives RP :: RP Terminés-