Partagez | .
 

 Life is Strange

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3, 4  Suivant
Auteur
Message
Reese B. Maddox
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 25/04/2016
Messages : 350
Age IRL : 24

MessageSujet: Life is Strange   Dim 19 Juin 2016 - 21:59

Reese poussa un long soupir, essayant de garder son calme. Elle regarda le long de l'allée en plissant les yeux, essayant de capter la lumière qui passait difficilement à travers la vitrine du magasin. Elle déglutit avec difficultés, sentant l'angoisse lui tenir le ventre. Tenant son sac tout contre elle, ouvert comme il le fallait, elle glissa une boite de conserve à l'intérieur en essayant de faire le moins de bruit possible. Une fois cela fait, elle remonta avec précaution la fermeture, son couteau coincé entre ses doigts, regardant à gauche, et à droite, si un mort ne surgissait pas pour signer sa dernière heure.

Depuis combien de temps était-elle là ? Elle avait passé les portes du magasin, sous la grille, une petite demi-heure plus tôt, et tout de suite, elle avait compris que l'endroit était habité. Avec précaution, elle était allée trouver une cachette, dans une allée, se mettant au sol pour glisser sous une étagère quand un zombie fit son apparition au bout du long couloir. Les grognements étaient nombreux, ci et là. Trop nombreux pour qu'elle puisse en canaliser le flux d'un coup et en solitaire. Aussi avait-elle pris la décision d'être aussi discrète qu'une souris et agile qu'un chat, choisissant de se servir ça et là en évitant avec soin les rôdeurs qui vivaient désormais dans le coin.

Jon n'était pas avec elle. Trop fatigué par le voyage, par la fuite de Seattle et les recherches qui avaient été infructueuses, ils avaient faim, l'un comme l'autre, mais Jon avait trop donné de lui pour se permettre pour l'instant de remettre le nez dehors. Notamment parce qu'avec la période très creuse qu'ils avaient traversé durant l'hiver et la blessure qui l'avait affaibli, son ami se voyait souvent obligé de s'arrêter et récupérer une condition physique acceptable dans cette situation s'avérait particulièrement compliqué.

Perdue dans ses pensées, elle pencha la tête près d'une étagère pour regarder de l'autre côté. Un rôdeur. Un seul pour l'instant. Elle mit un pied devant elle et bouscula une petite bouteille en verre qui teinta au sol, puis se cogna contre le fer du meuble. La brune se figea. Le rôdeur se retourna. Il fallait disparaître maintenant.

Damn it, grogna Reese en s'esquivant, fonçant à pas félin au bout du magasin. Un grincement se fit entendre, mais elle n'en prêta pas attention, trop occupée à mettre de la distance entre le rôdeur qui l'avait vu et elle.

La brune regarda à gauche, puis à droite et vit une petite porte menant vers un placard interdit au public. Elle n'hésita pas bien longtemps pour s'y rendre, posant sa main sur la poignée et s'y glissant sans regarder à l'intérieur. Elle referma sur elle, sans prendre la peine de se retourner, plutôt contente d'avoir trouvé une planque sans que le rôdeur ne soit avec elle sur ses talons. Avec un peu de chance, il l'aurait perdu de vue, retournerait à ses affaires, et elle pourrait reprendre ses investigations discrètes là où elle les avait laissé.

Sortant sa lampe torche de son sac, elle prit la peine de se retourner. Quitte à être ici, songea-t-elle, autant voir ce qu'il y avait. Allumant la lumière, elle s'attendit à tomber sur des étagères, des produits ménagers, voire à l'extrême limite un nettoyeur haute pression. Mais certainement pas à croiser deux yeux noirs la fixant elle, ne voyant qu'elle, un visage tout à fait humain, et tout ce qui allait avec finalement. Un corps, des bras, des jambes, bref. La totale quoi !

Sauf que la seule chose qui réussit à retenir le hurlement d'horreur qui manqua de s'échapper de sa gorge, se fut la main de l'homme plaquée contre sa bouche qui la figea sur place. Il n'y eut qu'un petit bruit aigu qu'elle ravala avec difficulté, et ses yeux noisettes regardant son vis-à-vis en lui demandant très clairement : QU'EST CE QUE TU FAIS LA TOI OH ?!

Très clairement.



Don't let me down
I think I'm losing my mind now. It's in my head, darling I hope that you'll be here, when I need you the most, so don't let me down ©alas.
Revenir en haut Aller en bas
Kerwan Day
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 17/01/2016
Messages : 257
Age IRL : 19

MessageSujet: Re: Life is Strange   Lun 20 Juin 2016 - 14:14

Life is Strange × ft. Reese & Kerwan

Des vacances. Voila ce que faisait Kerwan, à roder dans les petites villes et villages qui se trouvaient aux alentours de Seattle. Peu avant il avait laissé un dénommé Liam, avec qui il avait pu trouver quelques vivres, à Spokane. Désormais, le grand brun avait fait route à un endroit qu'il n'avait pas vraiment eu le temps de fouiller: Tacoma. Là-bas il y avait rencontré Tamriel, une jeune femme que Kerwan avait connu au travers des MMORPG. Il s'était dit qu'il devait retourner dans cette ville pour y effectuer de nouvelles fouilles et recherches. Il ne comptait pas partir de là-bas tant qu'il n'avait pas retourné la ville de fond en comble, quitte à y passer toute une semaine entière ! Bon, il comptait fouiller les bâtiments les plus importants, voire d'aller dans quelques maisons pour y passer la nuit. M'enfin. Comme il était seul, il faisait tout ce qu'il voulait, quand il le voulait !
Au volant de son pick-up noir, Kerwan conduisait doucement. Le volume de sa musique était à zéro; il était concentré. Il regardait autour de lui les rôdeurs qui se pointaient gentiment vers le véhicule, mais le conducteur se contentait de les ignorer royalement. A vrai dire, il cherchait un autre magasin à faire, que le petit commerce indépendant qu'il avait fait la fois précédente; dont ses récoltes n'ont été que très maigres: un paquet de riz pour deux, à partager. Cela avait été mieux que rien, mais Kerwan avait gagné de la bonne humeur, des rires et de la douceur en compagnie de Tamriel. D'ailleurs, il ne put s'empêcher un rictus lorsqu'il passa devant le bâtiment, qui n'avait pas changé d'une pierre. Il y avait même encore le tas de cadavres au sol, signe du concours des deux jeunes gens.

Un peu plus tard, Kerwan tomba face à un magasin. Il décida de poser un peu plus loin son carrosse et parti rapidement en direction du bâtiment. Il dût se démerder comme il put pour passer rapidement la grille, et pénétrer à l'intérieur du bâtiment qui était très sombre. Armé de sa lampe torche, il regardait partout autour de lui; marchant à pas de loup. C'était un assez grand magasin, et le grand brun espérait trouver des petites choses sympathiques, à l'intérieur. Néanmoins il y avait un grand nombre de rôdeurs qui traînaient dans les environs, au vu de tout le boucan qu'ils émettaient de part leurs grognements et autres sons bizarres. Mais Kerwan s'était dit que, pour une fois, il voulait essayer d'éviter l'affrontement direct avec les infectés qui tournaient dans le magasin. Il voulait jouer à l'espion, celui qui arrivait à voir, à fouiller et à prendre sans se faire repérer. Mais cela n'allait pas être aussi simple qu'il l'espérait.
Pour le moment, l'investigation commençait à peu prêt bien. Kerwan marchait le plus silencieusement possible et arrivait à se déplacer sans trop de problème. Lorsqu'il voyait qu'un rôdeur s'approchait d'un peu trop près, il arrêtait sa lampe torche et se déplaçait, dans la pénombre du magasin. Les fenêtres étaient toutes aussi sales et poussiéreuses les unes que les autres; et cela ne permettait pas à la lumière solaire de traverser suffisamment dans la pièce. Mais Kerwan faisait avec, son œil s'acclimatant plus ou moins à la faible luminosité et à l'ambiance morbide du lieu. Mais la luminosité et la faible vue de Kewan finit par lui jouer un tour. Parfois, il arrivait à trouver une conserve ou deux, voire un paquet entier de pâtes ou de riz. Sauf que là, il ne vit pas l'étagère qui était à côté de lui et il fonça dedans. Un lourd son se fit entendre ainsi qu'un "aïe !" sortant des lèvres du jeune homme. Un amas de grognements et de gémissements se firent entendre, et il fit de grands yeux. Il ralluma sa lampe torche et aperçu un bon nombre de rôdeurs qui venaient en sa direction.

- Et merde !

Il se mis alors à courir aussi vite qu'il put, cherchant à tout prix à s'éloigner des infectés qui se ramenaient en surnombre. Kerwan ne savait pas trop où il était et cherchait la sortie, ou un endroit où se cacher. C'est alors qu'il vit une porte et sans hésité, il fonça alors droit vers elle. Il réussi à passer de l'autre côté et referma vite. Le grand brun éteignit sa lampe torche et ne bougea plus, haletant. Il serrait fortement sa hache entre ses phalanges et sentait en lui son cœur faire bien des pulsations. Pour le coup, la peur l'envahit. Il avait peur. Là. Tout de suite. Il ne savait pas comment allait se dérouler le reste des choses, mais il avait peur. Il était tout seul, dans le noir, et le froid. En tout cas, il put entendre les grognements qui se propageaient dans le magasin, plus ou moins près de la cachette de Kerwan. Il espérait que les surtout que les rôdeurs ne sachent pas tourner une poignée de porte. Et mis à part quelques coups donnés sur la porte, il ne se passa rien. Et il attendit, seul. Il attendait le moment propice pour ressortir et s'en aller de là.
Alors que tout semblait s'être calmé, Kerwan entendit alors du bruit de l'autre côté, mais ce bruit n'avait pas l'air de provenir des infectés. C'était un bruit différent, et il alarma le grand brun; à l'affut. Alors qu'il continuait d'écouter la source du son qui semblait rapidement se rapprocher de l'espèce de placard où était caché Kerwan, la porte s'ouvrit et se referma à une vitesse éclair. Le grand brun se recula et ouvrit les yeux, surpris. La "chose" se retourna et éclaira alors de plein fouet le jeune homme, qui ferma à moiti les yeux pour éviter l'aveuglement. Et en voyant la future réaction de ce qui semblait être une jeune femme, Kerwan s'approcha alors d'elle et posa sa main sur les lèvres de l'autre, la forçant de se taire. Il ne voulait pas que les infectés se rappliquent à nouveau. Il attendit alors quelques secondes, et parla alors tout doucement.

- Ecoute moi. Je ne vais rien te faire de mal. Je vais retirer ma main, mais tu ne cries surtout pas. C'est clair ?

Et tout doucement, il retira sa main de la bouche de l'inconnue, avant de se reculer. Maintenant, ils étaient deux dans un tel merdier.
code by lizzou × gifs by tumblr




 
 


   
••• ••• ••• ••• ••• •••
   • Look. Do you see in front of you ?
There are the Hell's door. Good luck my friend ! •
© Mzlle Alice.

   

Revenir en haut Aller en bas
Reese B. Maddox
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 25/04/2016
Messages : 350
Age IRL : 24

MessageSujet: Re: Life is Strange   Lun 20 Juin 2016 - 14:37

Ecoute moi, avait-il dit. Elle eut pourtant toutes les peines du monde à le faire, parce que le hurlement qui avait failli lui échapper était en train de se produire dans sa tête. Ses yeux traduisaient la surprise et la peur, c'était digne des films d'horreurs qu'elle avait plusieurs fois regardé et qui l'avaient empêché de dormir pendant des semaines ! Un type dans un placard, au moment où elle s'y attendait le moins... Mais difficile de savoir si c'était effectivement un film d'horreur ou alors tout simplement un sketch à ses yeux. Alors, bon, pour l'écouter, il avait fallu qu'elle se concentre avec force, prêtant l'oreille à ses mots.

« Je ne vais rien te faire de mal. Je vais retirer ma main, mais ne cries surtout pas. C'est clair ? » Très clair. Elle avait hoché la tête plusieurs fois, la respiration saccadée par la peur, attendant avec une impatience non feinte qu'il la lâche enfin et qu'elle puisse se barrer très loin d'ici en hurlant comme une fille. Ses jambes n'attendaient finalement que son top départ... Mais il ne parvint pas. Reese était comme paralysée, incapable de chercher plus loin que le bout de son nez. Elle fixa l'individu avec de gros yeux, alors qu'enfin elle pouvait respirer par la bouche convenablement. Mais elle avait la crainte bizarre que si elle l'ouvrait, le hurlement qui raisonnait encore dans sa tête ne sorte là.

Elle eut l'impression d'avoir toutes les peines du monde à se calmer. Dans sa tête, c'était en train de bouillir, comme une cocotte placée sur le feu. Elle se sentait à l'étroit dans cette pièce comme dans ses vêtements, et vu la proximité imposée qu'il y avait avec cet illustre inconnu, elle savait qu'elle n'allait pas tarder à craquer très prochainement.

Très très prochainement.

Whaaaat the fuck ?! Chuchota-t-elle en hurlant, d'un air effarouché en le foudroyant du regard. T'as été fini à la pisse pour te planquer comme un putain de stalker pervers ?! C'est quoi ton problème, bordel de merde !! T'as combien de cases en moins, sombre connard !?

Oui, elle était furieuse. Qu'importait le fait qu'il ait été dans ce placard avant elle, il lui avait fichu une sacrée trouille et c'était bien suffisant pour qu'elle s'énerve. Elle sentait son cœur battre à tout rompre dans sa poitrine, en agressant son vis-à-vis. Reese se permit même de planter son doigt sur le pectoral du bonhomme qu'elle ne connaissait pas en déballant sa tirade accusatrice de grosse psychopathe en puissance. Et évidemment que non, elle ne mâchait pas ses mots, elle ne le pouvait tout simplement pas.

Est-ce que son agression verbale avait des risques de ne pas plaire à son vis-à-vis ? « des risques », c'était sans doute très faible. Il allait lui faire une tête au carré si elle réussissait à l'énerver, mais sur le coup, le sang bouillant de colère, elle s'en cognait complètement de le foutre en rogne lui aussi. Elle avait eu peur, quoi ! C'était beaucoup pour son petit cœur de pierre tout fragile !

J'te jure, les gens comme toi, ça me donne envie de devenir violente, si je me retenais pas je t'en collerais deux dans le nez et ça te passerait tes envies de psychopathe en puissance !

Elle grogna. Un peu fort. A la suite, elle se plaqua juste la main contre la bouche pour essayer de contenir le reste de sa frustration. Ils gardèrent le silence tous les deux en essayant de percevoir si des rôdeurs les avaient entendu...
Merde. Elle était prise entre deux envies très fortes : se barrer d'ici en collant un coup de pied dans le tibia à ce stalker, et ne surtout pas sortir pour ne pas avoir à gérer une horde. Le deal était compliqué. Un pervers ou des rôdeurs ?



Don't let me down
I think I'm losing my mind now. It's in my head, darling I hope that you'll be here, when I need you the most, so don't let me down ©alas.
Revenir en haut Aller en bas
Kerwan Day
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 17/01/2016
Messages : 257
Age IRL : 19

MessageSujet: Re: Life is Strange   Lun 20 Juin 2016 - 18:14

Life is Strange × ft. Reese & Kerwan

Après avoir "relâché" ses lèvres de la jeune femme, le grand brun ne tarda pas à se faire "gueuler" dessus, menacé et insultait. Il avait presque envie de la remercier avec ironie pour toutes ces insultes. C'était la première fois qu'il se retrouvait dans cette situation. En attendant, il restait silencieux, laissant la jeune femme se défouler sur lui. Il laissait par moment échapper un rictus; chose qui devait certainement énerver davantage la jeune femme. A vrai dire, elle avait sans doute raison de se mettre sur ses gardes et de menacer son "agresseur". Sauf que lui n'avait pas du tout ce genres d'intentions. Mais d'abord il préférait laisser la jeune femme se défouler sur lui. D'ailleurs, c'était plutôt drôle de la voir ainsi. Lorsqu'elle termina enfin de grogner contre lui, Kerwan pris alors la parole et essaya de reprendre la même gestuelle qu'elle, d'un air amusé. Bien sûr, il essaya de garder un volume de voix assez modéré.

- Alors tout d'abord, c'est très aimable à toi de m'insulter gratuitement. Mais je tiens à T'INFORMER que j'étais là AVANT toi. Et non, je ne suis pas un putain de stalkeur pervers comme tu le dis si bien. Je cherchais à bouffer dans ce magasin quand je me suis cogné et j'ai fait du bruit. Et tu ne sais pas quoi ? Je me suis réfugié ici pour éviter de me faire bouffer. Et là, tu la vois cette bosse ?

Il pointa alors son front avec un sacré bleu dessus. Kerwan pouvait sentir une légère douleur en passant son doigt dessus. Il voulait s'amuser d'elle, au vu de comment elle avait accueilli. Il se mis ensuite à rire doucement, où du moins en essayant de contenir au maximum ses sons. Mais il y avait une petite pointe d'agacement dans les paroles et le comportement de la jeune femme avec qui il était enfermé. Et d'abord, elle se permettait de l'insulter alors qu'il était arrivé là, le premier. C'est alors qu'il ne laissa même pas le temps à la jeune femme de répliquer qu'il repris la parole.

- Et puis je te SIGNALE que c'était MA cachette ! Toi tu viens là, t'arrive, tu squattes et tu te permets de m'insulter gentiment. Non mais ça va pas ? C'est quoi ton problème à toi ? Je pourrais te virer royalement de là, tu sais ? Mais bon, le gentil "stalkeur pervers" que je suis va te laisser rester ici, jusqu'à ce que ça se calme.

Énervé comme pas possible, Kerwan se décala de la jeune femme et se tourna, lui tourna le dos. Il faisait mine de bouder.
code by lizzou × gifs by tumblr




 
 


   
••• ••• ••• ••• ••• •••
   • Look. Do you see in front of you ?
There are the Hell's door. Good luck my friend ! •
© Mzlle Alice.

   

Revenir en haut Aller en bas
Reese B. Maddox
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 25/04/2016
Messages : 350
Age IRL : 24

MessageSujet: Re: Life is Strange   Lun 20 Juin 2016 - 18:33

Et il répondait, ce goujat ? Reese le fixa avec de gros yeux surpris, alors qu'il lui rétorquait tout un tas de trucs qui lui arracha un petit rire silencieux. Elle eut un sourire ironique en le contemplant, le détaillant de haut en bas avant de revenir à son regard. Vu de l'extérieur, cette scène devait être tout bonnement incroyable. Deux idiots qui se disputaient en murmures, en essayant de ne pas plus attirer l'attention sur eux. Difficile à expliquer...

Ooooh monsieur était là avant moi ? Mais t'as quel âge, cinq ans ? T'as passé la petite section de maternelle avant de venir me dire que je t'ai volé ta cachette ? Rétorqua-t-elle sèchement en croisant les bras sur sa poitrine.

Et elle, quel âge avait-elle à le défier comme ça et à se comporter comme une enfant ? Son cœur tapait toujours fort dans sa cage thoracique, et elle n'était clairement pas prête à passer au-dessus des fortes sensations qui l'avaient submerger quelques secondes plus tôt. Il lui désigna bien une bosse sur son crâne pour l'attendrir, mais Reese n'en fit rien. Elle fit juste une moue d'enfant avant d'esquisser un sourire moqueur, lui demandant avec le timbre de la maman qui s'adresse à son bébé :

Bouhouhou, pauvre chaton stalker pervers, tu t'es fait mal, tu veux un bisou magique aussi avec ça ?

Elle fronça les sourcils, pinçant les lèvres. Sa main vint s'aventurer vers son sac pour être sûr qu'il était toujours à sa place. Comme s'il avait pu disparaître. Mais les questions qui suivirent arrachèrent à Reese une grosse grimace. Elle fixa son vis-à-vis qu'elle ne connaissait ni d'Eve ni d'Adam, qui OSAIT lui demandait si elle, elle avait un problème, et blablabla. Non mais il allait s'en prendre une plus haut que le tibia s'il continuait !

MON problème ? MON problème ? Non mais venant du gars qui cumule les problèmes, je sais pas comment le prendre, tu vois ! Tu te comportes comme un parfait psychopathe trop flippant en apparaissant derrière les jeunes filles qui cherchent à se cacher des monstres dehors, et tu OSES dire que j'ai un problème ! Un petit rire lui échappa et elle rajouta : Le mooonde à l'envers !

Elle pouffa, nerveusement avant de se taire. Peut-être qu'elle y allait un peu fort. Pas contre le type, non. Pour les bestioles dehors qui pourraient les entendre. Elle se calma sensiblement avant de s'offusquer d'autant plus alors qu'il recommençait avec sa cachette et blablabla.

Eh ouais je squatte ! Tu vas faire quoi ? Me mettre dehors peut-être ? le défia-t-elle avec cette phrase avant de s'accrocher au chambranle de la porte et de lui annoncer froidement : Faudra me déloger d'ici, et crois moi, j'retiens un hurlement strident dans le fond de ma gorge. Si je n'ai pas cette planque, tu l'auras pas non plus.

Qu'il ose. QU'IL OSE.



Don't let me down
I think I'm losing my mind now. It's in my head, darling I hope that you'll be here, when I need you the most, so don't let me down ©alas.
Revenir en haut Aller en bas
Kerwan Day
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 17/01/2016
Messages : 257
Age IRL : 19

MessageSujet: Re: Life is Strange   Lun 20 Juin 2016 - 19:15

Life is Strange × ft. Reese & Kerwan

Elle était sérieuse, cette garce ? Elle traitait Kerwan de gros gamin, mais encore de stalker pervers. Aish... Kerwan se maudissait d'être parti se réfugier là-dedans. S'il avait su qu'il était tombé avec une cruche qui ne se rendait même pas compte qu'il se moquait d'elle. Mais en attendait, elle était autant gamine que lui, si ce n'était pas plus, même. Mais plus elle parlait, plus elle commençait à sérieusement à l'agacer et à l'énerver. Et il la laissa parlé, encore une fois. Elle méritait bien une gifle pour qu'elle se calme. Et Kerwan serra son poing de sa main libre, tenant fermement sa hache dans son autre main. Mais il essayait vraiment de contenir son calme, car il ne voulait pas s'emporter. Il était bien plus grand que ça, enfin il l'espérait. Donc il restait silencieux un long moment, la laissant l'engueuler en chuchotant. C'était plutôt drôle, en fait. Il s'imaginait l'entendre réellement gueuler sur lui, et il savait qu'elle gueulerait comme une oie. A cette image, Kerwan ne put s'empêcher de pouffer légèrement de rire.
Mais au bout d'un moment, c'était vraiment trop. Elle n'arrêtait pas de piallier comme une folle, une idiote, et il ne savait trop quel insulte encore. C'est alors que Kerwan déposa son sac ainsi que sa hache au sol, et s'approcha alors de la jeune femme qui s'était mise en travers de lui et de la porte. Comme elle ne cessait de le traiter de pervers, Kerwan afficha un sourire mauvais et posa ses mains sur les épaules de la jeune femme, la plaquant alors contre la porte. Il approcha son visage du sien et son sourire devint de plus en plus sadique. Il souhaitait lui faire un peu peur, à cette petite femme.

- Mais tu vas fermer ta grosse gueule, oui ? Mis à part jacasser comme oie, tu sais faire autre chose ? Ah non c'est vrai. Tu es bien trop conne pour en avoir l'idée. Je pourrais presque t'excuser de ce manque d'intelligence. Et tu sais quoi ? Je m'en contrefous royalement que tu doives me barrer le chemin. Je t'embarque avec moi et te laisserai crever de l'autre côté. Sauf si tu as envie de me courser après en gueulant et en voulant me pincer avec ton petit bec ?

Kerwan se mis alors à rire au nez de la jeune femme. Puis après un moment il se retira et recula. Il en avait assez dit, enfin pour le moment. C'est alors qu'il se tourna et s'abaissa pour attraper son sac. Il en sorti un paquet de bonbon. Il resta en retrait et se mis alors à manger ses bonbons. Il voulait faire passer son agacement dans la nourriture, pour éviter de se défouler davantage sur elle.
code by lizzou × gifs by tumblr




 
 


   
••• ••• ••• ••• ••• •••
   • Look. Do you see in front of you ?
There are the Hell's door. Good luck my friend ! •
© Mzlle Alice.

   

Revenir en haut Aller en bas
Reese B. Maddox
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 25/04/2016
Messages : 350
Age IRL : 24

MessageSujet: Re: Life is Strange   Lun 20 Juin 2016 - 19:32

Quoi ? avait-elle demandé en le voyant s'approcher d'elle dangereusement.

Elle se retrouva plaqué contre la porte derrière, lui à quelques centimètres, en train de lui voler SON air. Elle vit rouge, mais se retint de simplement se mettre à frapper. Ce type était flippant, là. Bon, elle était chiante et ça pouvait se justifier, mais quand même. Les gens flippants, fallait les laisser loin, et là, il avait pas trop compris ce que signifiait justement « loin ». Elle le regarda d'un bout à l'autre dans les yeux, alors qu'il plaquait ses mains sur ses épaules et qu'elle retenait avec peine son genou vers ses couilles :

Ne. Me. Touch-

Impossible de terminer qu'il déblatérait son charabia en l'insultant encore plus qu'elle. Elle écarquilla les yeux, fronça les sourcils, et sentit une pointe d'énervement lui monter dans la cage thoracique. Elle esquissa un grand sourire, aussi psychopathe que celui du bonhomme. Est-ce qu'elle avait peur ? Non. Il lui en fallait beaucoup plus pour qu'elle ait peur. Reese avait connu bien pire qu'un grand dadet brun qui jouait les gars couillus. Une chose était sûre pour elle, si les couiles de l'inconnu était physique, les siennes étaient symboliques, et elles étaient bien plus grosses. Elle le fixa l'air de lui dire « vraiment, tu me poses la question, à moi ? » avant qu'enfin il se détourne d'elle pour aller bouffer des bonbons.

Te pincer ? Non. Pas te pincer.

Elle n'avait pas perdu son grand sourire, ne prenant même pas la peine de se défaire du sac qu'elle avait sur les épaules. Reese avala la distance (réduite il fallait bien l'admettre dans ce placard minuscule) jusqu'à lui, et le choppa par les épaules comme il l'avait fait avec elle. Il voulait jouer à celui qui était le plus flippant ? Très bien, elle perdait. Mais à celle qui cognait en premier, là, elle était championne. Et rien à foutre des années de droit où elle avait appris à cultiver la patience et le respect, tout ça. C'était la FIN DU MONDE. Ça valait bien un grand coup dans le nerf au-dessus du tibia de ce gros crétin !

Et Reese cogna juste. Pile poil où elle fallait, venant ensuite plaquer sa main sur la bouche du type pour étouffer le cri qui aurait pu s'en échapper. Elle le regarda avec un grand sourire, son paquet de bonbon venait de tomber par-terre, mais elle haussa les épaules en lui soufflant doucement :

On m'a dit un jour que la souffrance, c'est de la faiblesse qui s'évacue.

Un sale type, au lycée, qui avait cogné sur Moxley. Elle lui avait fait la tête au carré juste après, évidemment. Elle avait bouffé des coups aussi. Donc ça ne lui faisait vraiment pas peur qu'il puisse répliquer. Elle trouverait bien de quoi le calmer.

Laisse aller tes larmes, je le dirais à personne que t'es une chochotte.

Nouveau sourire. Elle s'était faite un ennemi pour la vie.



Don't let me down
I think I'm losing my mind now. It's in my head, darling I hope that you'll be here, when I need you the most, so don't let me down ©alas.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
WALKING WITH THE DEADS

MessageSujet: Re: Life is Strange   Aujourd'hui à 7:01

Revenir en haut Aller en bas
 

Life is Strange

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 4Aller à la page : 1, 2, 3, 4  Suivant

 Sujets similaires

-
» Life is strange ft. Nora
» (F) AU CHOIX - Chloé Price (Life is strange)
» (M) DYLAN SPRAYBERRY - Warren Graham (Life is strange)
» You met me at a very strange time of my life. |-| w/ Harley Teller
» — bring me to life

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Walking Dead RPG :: Archives RP :: RP Terminés-