Partagez | .
 

 Abel to Cain

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant
Auteur
Message
Tamara C. Kroeger
Tam Capone
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 31/10/2015
Messages : 832
Age IRL : 22

MessageSujet: Re: Abel to Cain   Lun 20 Juin 2016 - 11:50

Je me serais attendu à beaucoup de choses, mais pas à ça. Je me sentais soulagé et de ne pas le voir me mettre à la porte ne faisait que renforcer ce que je pensais. J’avais envie de lui sauter dans les bras, lui faire des bisous et lui dire que c’était un homme génial. Après tout, il m’avait prévenue qu’il était ouvert d’esprit que je ne pourrais pas le surprendre si facilement. J’avais envie de lui raconter tout le reste de ma vie maintenant. Enfin, je savais que j’aurais largement le temps. Je n’étais pas vraiment pressé ce qui devait être dit l’était. Je pouvais enfin respirer librement, j’avais presque envie de chanter la reine de neiges bien que je ne connaissais pas vraiment les paroles en réalité.

Il s’installa à côté de moi, visiblement, je l’avais tout même un peu troublé avec mes mots. Je savais que ce n’était pas toujours facile de savoir comment réagir, faire comme si de rien était ou alors le prendre dans l’équation. Ce n’était pas vraiment un jugement, je dirais plutôt une adaptation. Je le regardais avec les yeux pétillants et heureux. Mon sourire se dessinait un peu plus sur mon visage.

- Ne t’en fais pas pour moi, j’ai fait mon métier avec passion. Je ne regrette en rien et personne ne m’a jamais forcé la main. C’était une façon comme une autre de gagner sa vie. Je peux parfaitement comprendre le parallèle avec le porno pas la peine de te justifier.

Je m’approchais un peu plus d’Abel glissant mon bras dans le sien et je déposais ma tête sur son épaule. J’étais à l’aise avec lui. Je savais parfaitement qu’un jour serait au courant de mon secret et tout le monde connaitrait également mon véritable prénom que je déteste tant. En attendant, je pouvais profiter de l’instant présent qui était sans doute bien plus important que le reste.

- En vérité, je me suis senti obligé de te le dire en voyant une lueur dans ton regard. Celle que je connais presque par cœur. J’aurais pu me taire et laisser les choses se faire naturellement, mais c’est une chose que je ne voulais pas te cacher. Tu es le premier qui compte autant pour moi ici et je préférais te le dire plutôt que tu l’apprennes plus tard dans la bouche de quelqu’un d’autre.

C’était une marque de confiance. Alors qu’il ajoutait que mon secret était bien gardé avec lui, j’étais soulagé. J’avais bien compris que les événements que nous avons traversés ensemble nous avaient rapprochés, mais je ne pensais pas encore pouvoir lui faire autant confiance. J’étais positivement surprise. L’entendre rire m’apaisait un instant, j’avais toujours sa tête sur son épaule et je me sentais si bien, comme si plus rien ne pouvait nous arriver. Il me précisait que son ex-femme était beaucoup plus jeune, pour la première fois j’avais le droit à quelque information sur celle avec qui il avait partagé sa vie. Jusqu’à maintenant, il en parlait en la désignant comme la mère de Victoria. Pendant un temps, j’avais simplement cru que l’épidémie les avait séparés, mais visiblement, c’était un peu plus complexe que ça. Ce qui impliquait qu’il était officiellement célibataire.

- Je vois. Comme dit l’expression, mieux vaut tard que jamais. Victoria reste une fille géniale, tu peux être fier d’elle. Je suis sûre qu’elle deviendra une battante.

Mon courage, je l’avais gagné en affrontant des dragons dans Skyrim, des tortues dans Mario et même des personnages buguer dans Saints Row. Il se serait certainement très différent pour sa fille qui devrait affronter le monde extérieur, lui interdisant presque de grandir normalement. Je fermais les yeux un instant, j’avais l’impression que je pouvais récupérer ma nuit ici.

- J’ai bien vu que tu as des cernes toi aussi. Qu’est-ce qui t’a empêché de dormir toi ? Moi à chaque fois que je fermais les yeux, je revoyais la blonde dans mes bras. J’avais l’impression de lui trancher la gorge à chaque fois, j’aurais peut-être dû au final…



★ The Heart Is An Organ Of Fire ★

Mes AnnexesJ'écris en #ccff99

Revenir en haut Aller en bas
http://www.walkingdead-rpg.com/t6813-listing-des-comptes
Abel Underwood
Modérateur
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 11/05/2016
Messages : 156
Age IRL : 26

MessageSujet: Re: Abel to Cain   Mar 21 Juin 2016 - 22:26

Il fut un peu surpris par la précision que Tamara avait été prostituée par pur plaisir. Certes, c’était fort possible que certaines filles y trouvent leur compte, mais dans ce cas, pourquoi pas la pornographie ? Les préjugés avaient la vie dure. Le proxénétisme était généralement dépeint comme un réseau illégal, sous couverture, où les femmes n’étaient pas forcément bien traités et les macs pas forcément bienveillants. C’était bien évidemment plus agréable de ne pas se figurer sa cadette comme une toxico « utilisée » sur le lit miteux d’un motel mais… il y avait sans doute à creuser et Abel n’était pas sûr de vouloir tout déterrer tout de suite.

De toute façon, ses pensées furent étiolées par Tamara. La sentir glisser son bras dans le sien, la tête sur son épaule, lui procurer un frisson chaleureux qui se réfrigéra brusquement quand elle avoua avoir perçu son désir. Ce n’était pas tant d’être pris en flagrant délit qui le vexa, plus le fait d’être comparé à ses anciens clients. Pouvait-il lui en vouloir ? Lui-même s’était fait la réflexion qu’il devrait faire une croix sur une relation-oreiller pour ne pas être pris pour un profiteur. A haute voix, cette image lui plaisait encore moins : le vieux célibataire qui profite de l’ancienne fille de compagnie. Néanmoins, il était réellement touché quand la jeune femme confiait l’apprécier sincèrement, alors le cinquantenaire réussit à acquiescer avec l’ébauche d’un sourire.

Elle reprenait le dessus. C’était inévitable. Lui, n’osait plus bouger, par peur de faire une maladresse, et Tamara, remettait son armure plaque par plaque. Les questions firent un bond dans le présent. Ce qui l’empêchait de dormir ? Pas mal de chose… mais surtout la vue de ce garçon. K. Encore, toujours. Il l’avait tué sans même le vouloir, d’une simple flexion de l’index.

- C’est bien que tu ne l’aies pas fait, répondit Abel d’une voix un peu absente, même si on avait pas le choix… autant avoir les mains cleans le plus longtemps possible ? Il marqua une pause avant d’ajouter, c’est ce que j’ai fait qui m’a empêché de dormir. J’avais déjà fait beaucoup de cauchemars à cause des rôdeurs… après le stade, quand on s’est installé ici, j’ai passé des nuits d’insomnies à veiller sur Victoria. Mais la sensation d’avoir tué quelqu’un… c’est encore pire que ça.

Bien pire. La barrière entre malades et sains ne lui était jamais apparue aussi clairement. Avoir admis qu’on se battait contre un virus, contre la mort, permettait de relativiser chaque fois qu’un putréfié quittait ce bas-monde. Mais en chaque être vivant, il y avait un espoir. Il poussa un soupir. Après tout, ce n’était que de l’adaptation. Comme chaque espèce soumise à la probabilité d’une extinction : les plus forts survivaient, les plus malins, les mieux protégés, les mieux organisés. Hier, Abel avait été au sommet de la chaîne alimentaire.

- Tu sais quoi ? Cette nuit si tu n’arrives toujours pas à dormir, tu n’as qu’à venir me chercher. On pourra tuer le temps dans la grande salle en se racontant des bouts de nos vies d’avant. Ce serait comme radio nostalgie, mais sans la musique, ce qui n’est pas plus mal.

Une fois encore, il rit brièvement et tourna légèrement la tête pour enfouir son nez dans les cheveux de la jeune femme. Son parfum l’enivrait, inlassablement. Il commençait vaguement à comprendre ce qu’avait voulu dire Tamara en présentant Dante comme son meilleur ami. Ce n’était pas qu’il ressentait quelque chose de similaire, mais plutôt qu’il se découvrait un attachement qui n’avait rien à voir avec ses cloisons d’antan. L’amazone solaire n’était ni une colocataire, ni une collègue, ni une conquête, ni une petite amie… il l’adorait, dans une confusion émotionnelle et charnelle, avec une étonnante distance. Son désir s’était évaporé, et il n’était plus certain de vouloir le ressentir. C’était bien la première fois, qu’il s’imaginait être proche d’une femme sans que cela implique une forme de sexualité…

- Je ne veux pas te paraître envahissant, assura-t-il, on peut aussi parfaitement rester fixer le plafond toute la nuit chacun de notre côté.


♪ Depuis la nuit des temps ne voyez-vous pas que les troupeaux meurent. ♪
Revenir en haut Aller en bas
Tamara C. Kroeger
Tam Capone
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 31/10/2015
Messages : 832
Age IRL : 22

MessageSujet: Re: Abel to Cain   Jeu 23 Juin 2016 - 11:26

J’étais rassuré par sa présence à mes côtés, je me demandais même si je n’étais pas en train de trouver en lieu un nouveau confident. Maintenant, il me connaissait réellement, sans détour. Je pouvais deviner encore qu’il se posait quelques questions me concernant, mais on pourrait sans doute en discuter plus tard avec plus de détail. J’avais toujours préféré profiter de l’instant présent plutôt que de long discours. Je ne suis pas doué avec les mots. C’est bien pour ça que je préfère faire des câlins à tous les gens que j’apprécie. C’est une façon bien plus simple de leur montrer mon amour.

- Comme si on pouvait considéraient avoir les mains propres après avoir tué autant de mobs sur les routes. Avant, ils étaient humains, ils avaient des vies eux aussi et de la famille. Si j’avais dû la tuer pour te sauver, je n’aurais sans doute pas hésité très longtemps.

J’étais impulsive et je le savais parfaitement. Si j’en avais la possibilité, je tuerais une dizaine de pillards pour sauver le camp. J’aimais les miens et j’étais prêt à tout pour les défendre. J’avais envie de faire le rapprochement entre les jeux vidéo et notre situation. Je devais me rendre à l’évidence qu’on n’était pas dans GTA online, ici c’était la vraie vie. Il n’était pas question de respawn à la fin des hostilités. Une fois qu’on est mort, c’est pour de bon. Abel se sentait coupable de l’avoir tué, mais ce n’était même pas vraiment de sa faute. Je tournais légèrement ma tête vers lui pour lui faire un beau sourire.

- Oui il est mort, mais arrête de te sentir responsable. C’est de leur faute à eux. Ils nous ont suivies, ils nous ont menacés. Ils auraient très bien passé leur chemin et rien de tout ça ne serait arrivé. Je peux comprendre que c’est dur, mais tu n’avais pas le choix et tu nous as sauvés.

C’était lui le héros de notre histoire, il avait su comment réagir et au bon moment. Il était bien plus malin que moi. Sans lui, je ne serais sans doute jamais revenue en vie de cette expédition. J’aurais préféré me poignarder que de leur livrer le camp. Un petit coup de dague dans la carotide et je serais morte dans la seconde, tant pis si je me transformerais en rôdeur, j’ai toujours voulu faire partie du décor dans les jeux vidéo.

- L’idée me semble plutôt pas mal. Je n’étais pas vraiment du genre à écouter radio nostalgie par le passé, mais on pourra toujours se raconter des anecdotes stupides. Je suis sûre qu’il a dû t’arriver des trucs hilarants avec des acteurs et moi je te donnerais la liste complète de mes pseudo.

Il était simplement adorable, je n’aurais jamais cru m’entendre aussi bien avec un homme de son âge. J’ai souvent été en contradiction avec les personnes plus âgées que moi simplement parce qu’il ne partageait pas mes idées. Avec Abel c’était différent, il me respectait pour ce que j’étais et n’était pas rebuté, que ce soit par mon caractère ou mes tatouages. J’étais moi et ça faisait du bien.

- Tu sais, même si tu squattais dans mon lit, je ne te trouverais pas envahissant. J’ai longtemps été dans l’exubérance et du coup j’apprécie la proximité des gens. D’ailleurs, si tu as besoin d’un peu de compagnies pour mieux dormir, tu sais où me trouver.

Je ne pus m’empêcher de rire après mon commentaire. Mon ancienne vie n’était plus un tabou et j’en avais souvent rigolé avec les rares personnes au courant. Maintenant que lui aussi, il allait devoir en rire à son tour. Je ne voulais surtout pas qu’un malaise se créer à cause de ça. Il m’était inimaginable de perdre une connexion avec quelqu’un pour une chose que j’avais faite il y a des années de ça.

- Dans d’autres conditions, je t’aurais plutôt proposé d’aller boire un verre et de finir à poil dans le pacifique, mais on est au milieu de la montagne donc ça semble un peu compromis.



★ The Heart Is An Organ Of Fire ★

Mes AnnexesJ'écris en #ccff99

Revenir en haut Aller en bas
http://www.walkingdead-rpg.com/t6813-listing-des-comptes
Abel Underwood
Modérateur
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 11/05/2016
Messages : 156
Age IRL : 26

MessageSujet: Re: Abel to Cain   Ven 24 Juin 2016 - 18:06

- Si c’est pour se baigner nus, on a pas le Pacifique mais on a les lacs Shuterland pas loin. C’est pas aussi exotique je te l’accorde…

Il n’avait pas osé rire au début mais avait cédé en voyant la jeune femme rayonner par son hilarité. Abel réalisait que ce n’était pas vraiment son passé qui lui pesait, plutôt la peur de la réaction des gens qu’elle appréciait. De lui-même, il ne se serait jamais permis de plaisanter sur l’ancien travail de Tamara. Même maintenant qu’elle lui avait donné l’autorisation d’ailleurs, il ne pense pas qu’il s‘autoriserait à demander sa compagnie dans son lit. Les vieilles images avaient la vie dure : il ne pourrait s’empêcher de se visualiser comme le vieux pervers qui louait des jeunettes juste pour se sentir moins seul à la nuit tombée. Il s’en voulait, car c’était un peu comme penser que sa cadette était encore une prostituée, mais il avait besoin d’un peu de temps. Du temps pour s’accepter lui, pas elle.

- En tout cas, ce sont de sacrées propositions que tu fais là… j’aurais été ton père, je serai scandalisé, taquina-t-il avec un sourire.

Abel avait toujours été habitué à communiquer avec des personnes plus jeunes. La plupart des acteurs représentés par son agence avant moins de 50 ans. Pas uniquement par choix, surtout parce que les comédiens dans les années 2010, c’était comme les musiciens : ça explosait. On matraquait tellement les esprits avec des émissions de téléréalité prétendant que tout un chacun pouvait accéder à la célébrité que le tiers de la population s’imaginait artiste. Beaucoup de paumés, de gens qui n’avaient pas envie de bossé ou d’opportunistes qui croyaient se faire des millions en citant une ligne de script. Ça oui, le cinquantenaire en avait vu des cas. Mais il y avait aussi cette jeune génération qui osait, qui ne se laissait plus mettre des barrières, ni discrédités, ni découragés…

- Tiens par exemple, commença-t-il maintenant qu’il était enveloppé d’un nuage de nostalgie, une fois, un type est venu me voir. Je ne me souviens plus de son nom, mais il avait l’air… « normal ». Dans notre jardon, on aurait dit « homme caucasien, yeux bleus, cheveux châtain mi-long, 1m80 et fine musculature ». Tu vois le profil quoi ? Le genre plutôt pas mal, complètement dans l’ère du cinéma américain.

Et idole des spectatrices de 13 ans aussi. Abel souriait déjà en repensant à ce mec. A peine 26 ans, calme, poli, une attitude tout à fait professionnelle. Il avait l’air un peu perché sur les bords, mais quand on fréquentait des acteurs à longueur de temps, on finissait par ne plus voir l’emphase avec laquelle beaucoup s’exprimaient ou la bulle qui les isolait du monde réel.

- Il se présente comme « comédien confirmé », plusieurs représentations à son actif. Il était plutôt dans le théâtre contemporain mais était « persuadé que ses talents pouvaient trouver leur place à l’écran », il avait textuellement cité ce qu’il avait entendu, déjà quand j’ai entendu théâtre contemporain, j’ai eu un peu peur, mais je me suis dit « ok, ok, voyons voir ». Il avait une bande démo de son dernier spectacle…

Il marquait une pause volontairement dramatique. Le cinquantenaire restait impassible, faisant languir sa partenaire au sujet de la chute. Pour le coup, il aurait aimé avoir conservé ses archives d‘entretien, parce que pour parler de « l’art » de cet homme, rien n’aurait valu les images. Abel était éthiquement incapable de les reproduire, même pour les beaux yeux de la gameuse.

- Ça commençait bien… deux hommes se rencontrent, se parlent, s’embrassent… ça part un peu en vrille. Ils se tirent les cheveux, chantent des louages en s'appliquant à être faux, se deshabillent… et… vers la fin ils s’urinent mutuellement dessus, font leur ablution, se roulent dedans même, il se pince l’arrête du temps avec une parfaite imitation du soupir blasée qu’il avait eu lors du visionnage, je crois que c’était censé être une critique de la société, d’une certaine façon.

Est-ce qu’il dénigrait la scène contemporaine ?... oui. Abel était ouvert à énormément de choses, il s’était adapté à l’ère du numérique mieux que la plupart de ses collègues, n’avait aucun problème avec l’homosexualité, ni vraiment avec les étrangers, mais à ses yeux, on ne pouvait pas peindre un tableau avec sa merde, un pinceau dans le cul, et prétendre que c’était de l’art. Surtout pas quand d’autres passaient des années pour apprendre à faire des merveilles qui restaient dans des placards.

- Dis-toi que ce n’était pas le pire, finit-il avec une moue qui en disait long.


♪ Depuis la nuit des temps ne voyez-vous pas que les troupeaux meurent. ♪
Revenir en haut Aller en bas
Tamara C. Kroeger
Tam Capone
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 31/10/2015
Messages : 832
Age IRL : 22

MessageSujet: Re: Abel to Cain   Sam 25 Juin 2016 - 0:45

J’ouvrais des grands yeux ronds alors qu’il parlait de lacs. Tant que j’avais une grande étendue d’eau avec pas trop de vase j’étais partant pour me mouiller n’ importe où. Je n’étais pas trop difficile. Au pire on avait aussi des rivières, je savais qu’elle était nombreuse dans le coin. Telle une enfant de quatre je lui répondais du tac au tac. J’avais hâte d’avoir une excuse pour me promener en micro short et débardeur, même si pour le moment les températures n’étaient pas vraiment superbes.

Ils sont vraiment tout près les lacs Shuterland ? Parce dans ce cas-là, j’ai trouvé comment occupé les longues soirées d’été qui ne devrait plus tarder. L’exotisme on s’en fout tant qu’on a de l’eau fraiche.

Je m’imaginais déjà pataugé dans l’eau et éclabousser tous les personnes qui se trouvaient autour de moi. J’avais plusieurs techniques infaillibles tels que les jeter de cheveux ou les grands moulinés avec mes bras. J’aimais beaucoup l’eau c’est toujours agréable. Je souriais en y pensant. Les pensées étaient bien plus légèrement maintenant qu’on avait abordé tous ceux qui devaient l’être. Je ne pus m’empêcher de sourire quand Abel réagissait à ma proposition des plus inappropriés. Je repensais un instant à mon père, ça devait faire plus de dix ans que je ne l’avais pas vue. Il n’aimait pas vraiment ma façon de penser sur la vie.

T’en fais pas, il n’est pas au courant de ma vie. J’ai plus de nouvelles de lui depuis longtemps. Mais je pense que scandaliser ne serait pas le mot pour décrire sa réaction. Il m’entrainerait certainement confesser mes péchés dans l’église la plus proche et me forcerait à rejoindre un monastère pour expier ma vie entière dans l’espoir que ça rachète mon âme que Satan a corrompue.

Je ne savais même pas s’il était mort ou non. Il pouvait être aussi bien au Canada qu’au Brésil, en réalité, je n’en avais strictement rien à faire. J’aurais pu avoir le cafard de ne pas savoir ou étaient mes parents, mais en réalité je m’en fichais. Ma fille, je l’avais avec moi. C’était toutes ses personnes dans le chalet. L’idée de me voir habiller en none me faisait doucement rigoler. J’avais un peu du mal à m’imaginer tout en noir avec la croix autour du cou. Enfin, ça pourrait sans doute être drôle. J’affichais un petit sourire amusé à mon ami avant de me détacher de lui à contrecœur. Je préférais pouvoir regarder mon interlocuteur.

Je retirais mes chaussures pour pouvoir m’assoir en tailleur sur son lit. Je jouais alors avec une mèche de cheveux. Je le regardais avec beaucoup d’attention pour ne pas louper une miette de son récit.

Je vois parfaitement le genre, ça plairait parfaitement à mes potes. Elles m’avaient soulé avec la gueule de Pattinson là !

J’écoutais la suite de son récit avec attention. J’attendais la suite avec impatience. Mes yeux s’ouvraient de plus en plus grand alors qu’il prononçait des mots supplémentaires. Je finis par rire aux éclats. Je m’en tenais les côtes. Je n’avais pas ri de la sorte depuis de longs moments. J’en avais presque les larmes aux yeux. Je reprenais doucement mes esprits. Je sentais que j’avais les joues bien rouges et j’étais en train de mourir de chaud. Je lui donnais une petite tape sur l’épaule avec mon point.

Je crois que je n’aurais pas ri comme ça depuis longtemps. Je te dois un grand merci. J’avoue, je n’ai rien d’aussi drôle à raconter. Ah moins que…

Je me redressais d’un coup sur le lit, m’agenouillant dessus. Je baissais légèrement le haut de mon pantalon pour laisser apparaitre un petit tatouage ridicule qui se trouvait juste au-dessus de ma culotte au niveau de ma jambe gauche. On devinait vaguement que c’était une tête de chien. Je regardais une fois de plus le désastre que c’était.

Tu vois ce truc moche ? Et bien avec des potes on avait fait une soirée alcoolisée dans un salon de tatouage. En sachant qu’il ne faut jamais se faire tatouer quand on a de l’alcool dans le sang. Enfin, on a picolé comme des perdus et là d’un coup. Il y en a qui me sort que je n’étais pas capable de me tatouer un truc moi-même. J’ai accepté de le faire à condition qu’il roule une belle à son meilleur pote. J’ai été dans le salon, j’ai fait cette horreur et derrière mes deux potes ont fini ensemble. Dire que son pote, je l’aurai bien mis dans mon lit, je suis un peu triste.

Après avoir remis mon pantalon en place, je m’asseyais sur mes chevilles sans plus de cérémonie. Je n’étais pas une fille pudique et pendant une fraction de seconde je me demandais s’il avait vécu ça comme une agression. J’affichais un sourire radieux pour lui faire comprendre que tout était cool.



★ The Heart Is An Organ Of Fire ★

Mes AnnexesJ'écris en #ccff99

Revenir en haut Aller en bas
http://www.walkingdead-rpg.com/t6813-listing-des-comptes
Abel Underwood
Modérateur
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 11/05/2016
Messages : 156
Age IRL : 26

MessageSujet: Re: Abel to Cain   Sam 25 Juin 2016 - 2:22

Il adorait la voir rire. C’était contagieux : il se joignit à elle, frottant machinalement l’endroit où elle l’avait amicalement frappé. Professionnel, il s’était toujours gardé de se « moquer » à proprement parler des comédiens un peu spéciaux qu’il rencontrait. Désormais, on pouvait estimer qu’il y avait prescription. A tous les coups, le concerné était mort, ce qui était triste, mais au moins ça avait marqué la fin de sa carrière, ce qui n’était pas un mal.

Souriant toujours, Abel regardait Tamara pensivement alors qu’elle lui racontait l’un de ses paris de jeunesse. C’était un de ces défis stupides, on était tous passés parce quelque chose de semblable, mais il la regardait sans la juger. Oh bien sûr, il avait bien réalisé que la jeune femme s’était pratiquement déshabillée pour lui montrer son tatouage raté, sans aucune pudeur, mais ce n’était pas ça qui occupait son esprit. C’était plutôt… est-ce que le reste de ses jours pourraient ressembler à ça ? Pas la partie morose responsable des cernes sur leurs visages, mais « ça ». Leur complicité, les rires, le bien-être. Il y avait pire comme fin du monde.

Le cinquantenaire avait eu une grimace amusée en étudiant ce que lui dévoilait sa cadette mais ne se sentant pas encore à l’aise pour aborder les plaisanteries sur sa vie sexuelle, il ne rebondit pas sur sa déception. D’un autre côté, ils avaient tous les deux un point commun qu’il avait besoin de souligner. Certainement sa minute « sagesse du vieux singe » si on pouvait dire.

- Tu sais… pour revenir sur ton père, les parents ont beau être ce qu’ils sont, le fait qu'ils aiment leurs enfants fini par devenir la seule chose qui compte. Ton père n’a juste pas eu le temps de revenir vers toi…

Il n’était pas question de prendre un ton grave, parce que l’expression radieuse de Tamara risquait de disparaître. Conserver son sourire, et son débit de conversation, c’était aussi une manière de chasser ses démons. Qu’importe de quoi sa vie avait été faite, le registre n’avait plus aucune valeur. Ancien agent artistique, ancienne prostituée, les voilà réunis dans la même pièce comme deux amis de toujours.

- Je te dis ça parce que le mien, on ne s’est pas vus ni appelés pendant 25 ans grosso-modo. Il n’a rien vu de ma vie. Ni le début de mon entreprise, ni mes fiançailles, ni mon mariage, même pas la naissance de Victoria. Il a fallu que ma mère meure pour qu’il réapparaisse.

Dans un sens, Abel était soulagé d’avoir renoué avec David Underwood avant l’épidémie. Même si sa fin avait été violente, il pouvait se dire qu’au moment du drame, sa famille était unie. C’était un regret de moins. Ses yeux perçants se remirent à pétiller d’une vieille malice alors qu’il allait préciser la raison de leur froid. Avec le recul, c’était devenu une anecdote assez cocasse et pourtant… dieu sait que la véritable scène était triste.

- On s’était disputés pour trois fois rien en plus…, il laissa volontairement planer le suspens pour annoncer la plaisanterie, j’ai juste couvert ma mère pendant 3 ans alors qu’elle le trompait. Avec un type qu’elle a épousé plus tard d’ailleurs.

Ah les histoires de famille… à bien y penser, c’était quelque chose qu’il n’avait jamais raconté à Victoria. Elle avait commencé à poser quelques questions embarrassantes, mais était trop jeunes pour mettre le doigt sur les zones d’ombres. C’était dingue qu’il puisse en parler avec une telle légèreté aujourd’hui alors que 30 ans plus tôt, la famille Underwood passait les pires moins de son existence. Les pensées d’Abel se figèrent sur ce détail : 30 ans… l’âge de Tamara. Il complotait déjà en faveur de l’adultère quand la jeune femme venait de pousser son premier cri. Ça ne le rajeunissait pas…



♪ Depuis la nuit des temps ne voyez-vous pas que les troupeaux meurent. ♪
Revenir en haut Aller en bas
Tamara C. Kroeger
Tam Capone
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 31/10/2015
Messages : 832
Age IRL : 22

MessageSujet: Re: Abel to Cain   Sam 25 Juin 2016 - 16:29

Je réfléchissais un instant lorsqu’il me disait que mon père n’avait jamais eu le temps de revenir. J’avais beau y réfléchir, je n’arrivais pas à être d’accord avec cette affirmation. C’était un homme plein d’arrogance et d’estime de lui. Je ne parlerais même pas de son égo surdimensionné.

- Peut-être que tu as raison, mais je ne parierais pas là-dessus. Je n’ai plus de nouvelle de mes parents du jour où j’ai eu mes 18 ans. Mon père m’a menacé de bon nombre de fois de me mettre à la rue avant d’être majeur. Je n’ai pas eu l’occasion de lui laisser cette chance. Je suis parti durant la nuit juste la veille.

Je me rappellerais toujours de ce jour. J’avais fait le tri dans toutes mes affaires. Je savais que tout ce que je laisserais derrière moi finirait à la poubelle. J’avais laissé bon nombre de jeu et de console qui coutait un rein, mais je démarrais une nouvelle vie. C’était même la partie que je préférais. J’ai vécu chez des amis le temps de me trouver un appart. Je souriais, je n’étais pas nostalgique de cette époque, elle était juste parfaite. J’affichais un petit sourire en coin.

- Tu es resté en contact avec ta mère toi, c’est encore différent. J’ai gardé contact avec aucun membre de ma famille. Ils ne savent même pas que j’ai quitté Toronto pour Seattle. De mon côté, je ne sais même pas s’ils sont rentrés au Brésil. Mon père en parlait souvent quand j’étais jeune, mais les conditions de vie sont bien différentes là-bas par rapport à ici.

J’étais un peu triste pour lui, visiblement ça semblait le toucher un peu. J’écoutais alors son histoire. Il avait couvert sa mère adultère. Son père ne devait certainement pas être un homme exemplaire. Si elle a fini par se marier avec son amant, c’était une histoire des plus adorables. J’avais l’impression qu’il me racontait une histoire qui n’arrive que dans les films. Je jouais toujours avec ma mèche de cheveux alors que j’écoutais. C’était vraiment beau, j’aurais aimé quand j’étais jeune croire au prince charmant, mais visiblement ça n’arrive qu’aux autres.

- C’est vraiment beau ce que tu me racontes. Ton père ne devait pas être un homme facile à vivre. Si elle a fini par trouver l’homme qui lui convient, c’est le principal. Tu étais vieux quand tes parents ont divorcé ? Il lui a fallu trois ans pour prendre une décision, c’est quand même long.

Enfin, pour moi ça représentait beaucoup, mais étant donné que je faisais tout au feeling et sans vraiment réfléchir, je n’étais peut-être pas la mieux placé pour agir. Je n’ai jamais été capable d’avoir une relation aussi longue. La seule personne qui est restée aussi longtemps dans ma vie, c’est Dante, mais c’est bien parce qu’il ne s’est rien passé entre nous.

- Je n’arrive même pas à me représenter ce que trois ans signifient en réalité. J’ai un peu de mal avec la stabilité. Ce doit être pour ça que je n’arrive pas à évaluer l’âge des gens.

J’aime croire que le temps n’avance pas, que chaque jour qui passe ne nous rapproche pas un peu plus de la mort. Je sais au fond de moi que c’est faux, mais bon il ne faut pas contrarier le fou.

- Tu sais, souvent je me demande si je ne suis pas comme ça parce qu’inconsciemment je voulais emmerder mes parents, faire tout mon possible pour qu’il me déteste. Je ne sais pas si c’est vrai ou pas, mais je ne regrette rien de ce que j’ai fait. Sauf peut-être trouver quelqu’un avec qui partageait ma vie. J’ai toujours aimé les enfants, mais je n’ai jamais eu l’occasion d’en avoir. Je crois que c’est ça qui m’attriste le plus et c’est pour ça que je me rattrape avec ceux des autres.

Je lui fais un petit clin d’œil. Je passais beaucoup de temps avec Victoria et je la trouvais simplement adorable. J’aurais pu avoir un enfant, les mecs j’en avais connu, mais aucune ne m’avait convenue.



★ The Heart Is An Organ Of Fire ★

Mes AnnexesJ'écris en #ccff99

Revenir en haut Aller en bas
http://www.walkingdead-rpg.com/t6813-listing-des-comptes
Contenu sponsorisé
WALKING WITH THE DEADS

MessageSujet: Re: Abel to Cain   Aujourd'hui à 2:05

Revenir en haut Aller en bas
 

Abel to Cain

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 4Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant

 Sujets similaires

-
» Caïn Abel, 1er Vampire ...
» Sujet inutile : les significations de vos prénoms :P
» Does Senator Mac Cain have the expertise and the qualities to be President ?
» Le bon coup de Mc Cain
» LES AVENTURES DE Mc CAIN ,LE MILITAIRE...TIRE DE AGORAVOX.FR

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Walking Dead RPG :: Archives RP :: RP Terminés-