Partagez | .
 

 Abel to Cain

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4
Auteur
Message
Tamara C. Kroeger
Tam Capone
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 31/10/2015
Messages : 832
Age IRL : 22

MessageSujet: Re: Abel to Cain   Jeu 30 Juin 2016 - 23:25

J’esquissais un petit sourire en coin alors qu’il me fit un compliment. Il s’était visiblement habitué à m’entendre parler de mob. Il aurait dû être avec moi quand je fréquentais le monde du jeu vidéo. Je lui en aurais appris des mots futiles qui ne servaient plus à rien après. J’étais donc bien contente de pouvoir encore employer un des mots qui me rappelait ma vie d’avant. Il n’était pas question de palabre pendant cent quinze ans sur l’étymologie de ce mot. J’avais bien l’intention de passer aux choses sérieuses… Visiblement Abel était sur la même longueur d’onde.

Plus je le regardais, plus j’oubliais les quelques moments d’errance qu’il y avait eu quelques minutes avant. Il n’était plus question que de lui dans la même pièce que moi. Sans vraiment m’en rendre compte, je faisais abstraction de tout le reste. Il n’était pas question de passé ni de futur. Rien de tout ça n’importait. Seul l’instant présent était vraiment important. Pourquoi lui plus tôt qu’un autre ? Je ne le saurais sans doute jamais, mais je n’avais pas envie d’avoir cette réponse. Il était différent, ça, je le savais. Par contre, j’étais bien incapable de l’expliquer. J’étais pourtant attiré vers lui comme un aimant.

Alors qu’il m’embrassait passionnément, j’avais l’impression d’être sienne. Je savais que ce n’était pas de l’amour. Je ne l’avais jamais côtoyé, mais j’étais persuadé que ça ne pouvait pas être ça. J’avais envie de croire que notre relation ne s’arrêterait pas à un plan cul. J’avais déjà été l’objet de beaucoup d’hommes et je savais à quoi m’en tenir. J’avais envié de plus quelques choses peut-être d’un peu plus entier et surtout important. Je ne voulais pas être celle qu’on jette après en avoir profité, mais je ne savais pas être différente. Il me donnait envie de m’accomplir en tant que femme rien que grâce à son baiser que je lui rendais.

D’un coup Abel appuyait sur le bouton pause. Il écarta ses lèvres des miennes pour coller son front au mieux. Il était légèrement plus grand que moi, mais j’avais l’impression de me sentir dominer dans cette situation. J’affichais un petit sourire en coin alors que mon souffle reprenait un rythme normal. J’aurais pu dire quelques choses, ouvrir ma bouche pour sortir une connerie, mais pour une fois, je n’avais rien à dire. Je glissais discrètement une main dans son dos. J’aurais été Engel à ce moment-là, nous serions déjà tous deux nues dans le lit. Mais aujourd’hui, j’aspirais à être moi-même.

J’avais eu tant d’identité ses derniers temps, il était temps que je me libère de tout le reste. Je plongeai mes yeux dans son regard noisette. J’avais envie de me perdre en lui et disparaitre. D’un geste décidé, je le poussais légèrement pour le forcer à s’assoir sur le lit à côté. Pourquoi rester debout alors que nous pouvions simplement nous installer un peu plus confortablement ? Je souriais bêtement en réalisant que j’étais en chaussette. J’avais oublié mes chaussures dans la chambre d’Abel. Je passais une main dans ses cheveux alors que m’agenouillais à côté de lui. Je profitais de l’occasion pour l’embrasser dans le cou. On pouvait simplement, je remontais doucement pour lui chuchoter à l’oreille.

- J’espère que tu aimes les tatouages, parce que je n’en ai pas que sur mes bras.

Je souriais toujours, mes yeux étaient pleins de malice. Au fond de moi, j’étais persuadé qu’il s’en doutait. En même temps, j’en avais même sur le visage et le cou alors ça laisser une idée du reste. Je laissais ma main toujours dans ses cheveux descendre dans sa nuque.



★ The Heart Is An Organ Of Fire ★

Mes AnnexesJ'écris en #ccff99

Revenir en haut Aller en bas
http://www.walkingdead-rpg.com/t6813-listing-des-comptes
Abel Underwood
Modérateur
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 11/05/2016
Messages : 156
Age IRL : 26

MessageSujet: Re: Abel to Cain   Ven 1 Juil 2016 - 18:01

Il se laissa guider sur le lit, sans opposer de résistance, et ferma les yeux en savourant les lèvres qui s’attardaient dans son cou. Abel eut un sourire quand Tamara s’inquiéta de son goût pour les tatouages. C’était rhétorique, bien évidement, et il n’interrompit même pas son plaisir pour répondre. En fait… il avait déjà un peu trop déconnecté pour être en état d'avoir un débat sur les tatouages en général, mais une chose était certaine : avant même de l’avoir vue en tenue d’Eve, le cinquantenaire savait qu’elle serait magnifique. Le temps de quelques secondes encore, l’agent laissant les doigts de la jeune femme descendre le long de sa nuque, puis il tourna la tête avant de retrouver la chaleur de ses lèvres.

Cette fois, il n’hésita pas à la faire doucement basculer pour l’allonger sur son matelas, sans cesser de l’embrasser passionnément. L’une de ses mains s’était naturellement posée sur ses hanches et remonta délicatement, glissant sous le tissu, découvrant la peau brûlante de son ventre. Il n’osa pas remonter plus haut, pas tout de suite. Ses doigts dessinaient des arabesques sur sa chair douce, glissaient parfois jusqu’à ses cuisses avant de revenir l’effleurer autour du nombril. Quand enfin, il abandonna ses lèvres, ce fut pour plonger dans son cou, embrassant ou aspirant tendrement.

Abel n’était pas pressé. Il n’était pas un expert sexuel, mais il avait bien compris l’importance des préliminaires. Il n’était pas du genre à sauter les étapes, couper droit vers l’acte, déployant le feu d’artifice avant même d’avoir allumé la flamme. Non : il comptait bien s’appliquer à embraser Tamara petit à petit. Ne pas gâcher ce moment, ne pas le laisser se terminer…

Combien de temps le cinquantenaire s’était-il contenté de la caresser timidement avant que ne tombent sa chemise et le haut de sa partenaire ? Aucune importance. Il découvrait la face cachée de l’iceberg, le kaléidoscope de tatouages qui décorait l’amazone. Ça lui allait si bien qu’il ne parvenait pas à l’imaginer sans. Admiratif, il la contempla un instant, offrant une trêve à leurs baisers réciproques. C’était la deuxième fois de la journée qu’il se faisait couper le souffle. Abel avait envie pourtant : glisser une boutade, une citation, un compliment… mais il sentait que ce serait de trop. Il se contenta de sourire alors, avant de fondre à nouveau sur elle.

Ses lèvres se déposèrent sagement sur les siennes, puis cheminèrent jusqu’à son cou, enjambèrent sa clavicule, glissèrent entre ses seins, s’aventurèrent sur son ventre, avant d’amorcer un demi-tour. Cette fois, elles se firent plus audacieuses, osant bifurquer pour englober un téton, poursuivre leur route, et ainsi de suite. L’ancien agent commençait à se sentir assez étroit dans son jean, une sensation oubliée depuis un moment. Pourtant, au lieu de se libérer, il décida d’une seconde trêve pour faire redescendre sa pression – et augmenter celle de Tamara.

Ses caresses redevinrent plus pudiques alors qu’il la dévorait des yeux, la dominant toujours. Ses doigts effleuraient ses joues avec douceurs, enveloppaient ses épaules, suivaient ses bras jusqu’à ses poignets. Abel ne pouvait détacher ses yeux, et ses pensées, de cette guerrière du nouveau monde : elle était diaphane sans son armure. Il avait presque peur d’aller jusqu’au bout, car c’était ce moment, en équilibre sur le fil du désir, qui était magique. La jeune femme demandait plus pourtant, ses yeux de fauves brillaient, il était temps. Lentement, l’ancien agent s’attaqua alors à sa ceinture, sa fermeture, puis tira doucement, jusqu’à dénuder les jambes de l’amazone.


♪ Depuis la nuit des temps ne voyez-vous pas que les troupeaux meurent. ♪
Revenir en haut Aller en bas
Tamara C. Kroeger
Tam Capone
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 31/10/2015
Messages : 832
Age IRL : 22

MessageSujet: Re: Abel to Cain   Ven 1 Juil 2016 - 22:49

Le temps semblait s’arrêter. Je savourais chaque petite parcelle de ce temps passé avec lui. J’avais peur que tout ceci s’arrête, qu'il s'agisse d'un moment d’égarement sans lendemain. J’avais envie de croire qu’il s’agissait bien plus que ça. Je m’étais attaché à Abel, s’il décidait de m’ignorer demain c’était sans doute bien triste. Plus nos lèvres restaient en contact plus j’avais l’impression de me sentir fiévreuse. J’avais le cœur qui bondissait dans ma poitrine et mon souffle qui devenait de plus en plus saccader.

J’avais fait cette dance de dizaine et des dizaines de fois, mais c’était bien la première ou je n’attendais rien en retour. J’aurais pu prendre les choses en mains, mais j’avais envie de me laisser faire, laisser cet homme m’entrainer avec lui dans ce tourbillon d’émotion qui était en train de me remplir. Jouer les professionnelles aurait de toute façon gâché ce moment qui se voulait simple. Il n’était plus question d’Engel et un client, mais bien de Tamara et d’un homme qui me montrer le chemin vers la liberté. C’était ce qu’il représentait pour moi. Une nouvelle façon de voir le monde. Ajouter une nouvelle vie à mon existence. Est-ce que je pourrais le comparer à une blanche colombe ? J’en doute, personne n’était tout blanc et c’est justement l’ombre qui nous a rapprochés. Tout n’est question que de noirceur et de péché.

Les minutes s’écoulaient. Je ne saurais pas dire combien, mais finalement, Abel n’avait plus de chemise et moi plus de haut. Je sentais ma peau frémir sous chacune de ses caresses. J’avais la chair de poule et la fraicheur de la pièce n’y était pour rien. C’était principalement à cause de l’excitation. Je n’avais plus la force de parler, ni même l’envie. Il y a des moments comme ça où parler n’est pas important. Et puis pour ajouter quoi ? Il était peut-être temps de laisser place à la folie. J’avais qu’une envie, entrainer Abel dans les méandres du plaisir. Il avait une certaine expérience que je n’avais pas. Celle que l’âge apportait. J’étais agréablement surprise de chacun de ses gestes. Plus le temps passait plus j’avais du mal à ne pas lui sauter dessus.

Mes yeux lui criaient d’aller de l’avant, mais en même temps je savourais ce moment. Je l’aidais sans aucun regret à retirer mon pantalon. J’étais enfin libéré de son emprise. Il ne restait plus que ma culotte en ultime rempart. Je savais qu’il était en train de jouer avec moi. Son regard me prouvait qu’il était fier de me faire languir. Je ne savais pas maquer cette envie toujours plus présente qui ne faisait que de grandir.

J’avais gardé une main sur sa nuque. J’en profitais alors pour attirer son visage au niveau du mien pour pouvoir de nouveau porter ses lèvres aux miennes. Pendant que je détournais son attention, ma seconde main en profita pour descendre le long de son torse et finir sa course sur son jean. Si j’avais perdu le mien, il n’y avait pas de raison que je le déshabille également. Une fois ce petit méfait accompli je l’enserrais de mes bras et fis en sorte de reprendre le dessus.

Je me redressais au-dessus de lui et tout en le repoussant je me levais pour pouvoir lui retirer ses chaussures et ses chaussettes. Il était primordial de faire les choses correctement. Se donner du bon temps c’était parfaitement possible, mais le corps parfaitement nu. J’en profitais pour retirer également mes chaussettes avant de remonter sur le lit. Je m’installais au-dessus de lui. C’était à mon tour de jouer un peu. De savourer son corps tant que l’hostilité n’avait pas commencé. Je m’appliquais à l’embrasser sur le torse puis à remonter le long de son cou. Je venais même par moment mordiller ses lèvres. Une de mes mains jouait dangereusement avec l’élastique de son survêtement. Il voulait prendre son temps et bien j’en ferais de même. J’attendrais qu’il finisse de me déshabiller pour aller plus loin.



★ The Heart Is An Organ Of Fire ★

Mes AnnexesJ'écris en #ccff99

Revenir en haut Aller en bas
http://www.walkingdead-rpg.com/t6813-listing-des-comptes
Abel Underwood
Modérateur
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 11/05/2016
Messages : 156
Age IRL : 26

MessageSujet: Re: Abel to Cain   Sam 2 Juil 2016 - 11:42

Abel ne fut qu’à moitié surpris de la voir prendre le contrôle de la situation. C’était dans sa nature, elle était une déesse guerrière, alors il se laissa dominer avec un plaisir non dissimulé. Lui aussi fut débarrassé de son jean, presque entièrement nu, révélant son corps mûr, sa musculature fine et sèche. La sensation de la peau de Tamara contre la sienne était indescriptible, sinon par l’image d’un peu d’artifice de stimuli : chaleur, douceur, frissons, désir, tout n’était plus qu’un tourbillon de couleurs. C’était au tour de la jeune femme de le faire languir, ses baisers bondissaient de son torse à ses lèvres, de ses lèvres à son ventre, de son ventre à son cou… le cinquantenaire peinait à étouffer ses soupirs de plaisir, son membre dur épousait l’entre-jambe humide de la vendeuse. Séparés simplement par une fine barrière de tissu.

Quand le supplice devint véritablement insoutenable, l’agent attrapa dans une main les deux poignets de sa partenaire et l’attira à lui avec une fermeté érotique. Juste assez pour qu’elle comprenne qu’il reprenait les rennes, parce qu’il ne voulait ni lui faire mal, ni la « posséder ». Dans son regard enflammé, il lisait qu’elle en avait envie aussi ; les prémices étaient terminés.

Abel fit pivoter leurs corps, à nouveau, pour se trouver au-dessus et envoyer valser l’ultime rempart qui protégeait l’intimité de la vendeuse. Il revit son tatouage raté, ça lui tira un sourire, mais ne l’arrêta en rien. Avant de se délivrer lui-même de son caleçon, il se pencha entre les cuisses de Tamara pour effleurer d’autres lèvres du bout de sa langue. C’était jouissif de sa sentir se tendre et se détendre à chaque fois qu’il l’embrassait, si proche de son sexe, de son clitoris, sans jamais le touche. Pas encore. Le cinquantenaire s’installa alors, position traditionnelle pour commencer, et ils communièrent enfin.

Pas un seul instant, il n’avait pensé à se protéger. Il avait 53 ans, était passé par des mois de dépression et d’angoisse, sa fertilité devait être proche de 0. Quant aux maladies… ce n’était même pas qu’il songeait naïvement que la jeune femme était saine, c’était juste qu’honnêtement : ils mourraient peut-être demain. Lui, elle, le camp, assaillis ou bien lors d’une expédition. Hors de question de perdre cet instant parce qu’ils n’avaient pas de préservatifs.

Au départ, les allers-retours étaient lents, mesurés ; Abel prenait soin de ne pas brusquer sa complice. Elle qui avait dû endurer tellement de choses, dans sa vie d’avant. C’était un réflexe masculin vieux comme le monde, vouloir prouver qu’on était différent. Quand il ne fermait pas les yeux, le visage trahissant le plaisir, le cinquantenaire pouvait l’admirer. Belle. Radieuse. En fait, il l’appréciait bien plus qu’il ne le pensait. Ce bout de femme de 30 ans, débarquée dans sa vie comme un ouragan, atypique. Elle l’avait changé…

Il ne disait rien parce qu’il n’y avait pas de mots et parce que l’effort lui coupait le souffle. Tant qu’il avait l’avantage, il en profitait, contrôlant les mouvements de son bassin, s’appliquant à aller toujours un peu plus loin puis à reculer jusqu’à la limite de se retirer. Il savait qu’elle était et resterait indomptable. Viendrait le moment où elle changerait la donne, où elle le bousculerait de ce missionnaire trop docile pour une position plus téméraire. Une où elle mènerait la danse, et il n’attendait que ça : la suivre dans un gouffre de volupté.


♪ Depuis la nuit des temps ne voyez-vous pas que les troupeaux meurent. ♪
Revenir en haut Aller en bas
Tamara C. Kroeger
Tam Capone
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 31/10/2015
Messages : 832
Age IRL : 22

MessageSujet: Re: Abel to Cain   Dim 3 Juil 2016 - 11:27

La température ne faisait qu’augmenter entre nous. J’avais presque l’impression que je serais victime de combustion spontanée dans les minutes qui allaient suivre. C’est avec délicatesse qu’il reprit le contrôle de la situation. Il faisait preuve d’une force et d’une habilité que je n’aurais jamais soupçonnée. Je lui laissais le contrôle de la situation du moins pour le moment. J’avais envie de voir ce qui m’attendait et je savais que je ne serais pas déçu. Mes yeux pétillaient d’un nouvel éclat, il ne l’avait certainement jamais vu ainsi, c’est l’appel du désir qui se faisait de plus en plus fort.

J’avais de plus en plus de mal à contrôle ma respiration. J’avais l’impression qu’il lisait dans mon corps comme dans un livre ouvert. Il savait parfaitement comment embêter un point sensible. J’avais toujours été gêné qu’un homme mette sa tête entre mes cuisses, pas parce qu’il voyait mon sexe de prêt. Plutôt parce que je savais que je devrais simuler. Ce qui était loin d’être le cas aujourd’hui. Mon corps réagissait de plus en plus fort à ses attaques. Ma respiration devenait de plus en plus saccadée, j’avais simplement envie de lui. C’était limpide, pour la première fois, je savais dans quelle direction je voulais allez.

Je n’avais pas l’intention de me prendre la tête avec des futilités. Tomber enceinte, les maladies, tout ça. J’avais toujours vécu ma vie dangereusement, alors pourquoi en serait-il différent aujourd’hui. Je n’allais certainement pas bafouer ma personnalité et gâcher une partie de jambe en l’air avec cet homme qui m’attire tel un aimant depuis si longtemps. Il finit par passer à l’action et mon corps tout entier répondait présent à son appel animal. J’avais oublié toutes ses sensations depuis si longtemps. Il faisait de moi sa reine et je sentais que cette action nous unirait. Je n’arrivais pas à comprendre si cela venait du manque ou simple parce qu’il était différent, mais j’étais en train de prendre mon pied comme jamais auparavant.

La course d’Abel continuait, arrachant par moment des gémissements de plaisir. Je faisais de mon mieux pour rester le plus silencieuse possible, mais c’était assez compliqué. Mon corps était totalement rempli d’endorphine. J’avais l’impression que j’étais en train de maintenir un lion en cage. Il était en train de m’exciter doucement, m’apportant ce que j’avais envie, mais j’avais comme une envie insatiable de prendre le dessus. Alors qu’il rentrait en moi plus profondément, j’entourais son bassin de mes jambes pour l’empêcher de bouger plus.

Je collais mon corps au sien et j’entrainais une nouvelle fois Abel dans un mouvement qui me permettrait de reprendre le dessus. Il était temps pour lui de me laisser faire. Il avait de la chance, je savais que je faisais. Avant de reprendre le mouvement, je cherchais d’abord ses lèvres. J’avais besoin de lui apporter de l’affection, pour me prouver que c’était plus qu’un simple coup d’un soir. Je laissais ma poitrine frôler son torse nu au rythme de l’agitation de mes hanches qui reprenaient doucement leurs dances au-dessus de lui.

J’aurais pu trouver une position compliquée, mais j’avais envie de simplicité, de pouvoir l’observer alors qu’il prenait du plaisir. Je ne me fis pas bestiale, je me contentais de prendre mon temps. Laissant même des moments de calme. Je ne voulais pas que ce moment de partage magique s’arrête à cause d’un manque d’attention de ma part. Le plaisir était bien plus grand dans cette position, surtout que je pouvais aisément stimuler le reste de son corps que ce soit avec des caresses et des bisous. J’alternais entre des phases plus intimes où je collais mon corps au sien et d’autres plus bestial, où je le chevauchais sans aucune hésitation.



★ The Heart Is An Organ Of Fire ★

Mes AnnexesJ'écris en #ccff99

Revenir en haut Aller en bas
http://www.walkingdead-rpg.com/t6813-listing-des-comptes
Abel Underwood
Modérateur
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 11/05/2016
Messages : 156
Age IRL : 26

MessageSujet: Re: Abel to Cain   Dim 3 Juil 2016 - 12:13

Il s’était doutait que Tamara finira par reprendre les choses en main, et il ne fut pas déçu. Son sexe en elle vrombissait, sa respiration était chaotique, sa tête était prise dans un halo de chaleur. Lorsqu’elle se plaquait contre lui, ses seins généreux épousant son torse, il se délectait de ses lèvres brûlantes ; et quand elle reprenait sa position d’amazone héroïque, il ouvrait les yeux pour l’admirer. Ce serait un mensonge de dire que sa cadette n’était pas douée : le cinquantenaire sentait parfaitement qu’elle le poussait au bord de l’explosion et le retenait juste à temps. Le faire languir, encore, un supplice dont il se rendait complice, parce qu’il concentrait des efforts incommensurables pour retenir l’inévitable.

A un moment pourtant, la vendeuse lui porta le coup fatale, dominant encore fièrement son membre. Abel s’agrippa alors à ses hanches et, malgré ses dents serrés, ne put éviter complètement un rugissement de plaisir de lui échapper. Essoufflé et transpirant, sa tête retomba en arrière à l’image de celle d’un soldat vaincu sur le champ de bataille. Ses yeux noisette étaient perdus dans le vide alors que des échos de frissons fourmillaient sur sa peau humide.

Il ne se sentait pas uniquement vidé physiquement, mais aussi de toutes ses pensées noires, ses doutes, ses remords. Tuer des inconnus avait vraiment valu le coup, rien que pour communier de cette façon avec la jeune femme. L’agent ne savait toujours pas ce qu’ils représentaient l’un pour l’autre, mais il était certain d’une chose : il ne voulait pas que ça s’arrête. Sans doute n’avait-il pas été assez clairvoyant en pensant que ce n’était qu’un « plus » dans leur amitié, qu’ils resteraient libres tous les deux. C’était plus compliqué que ça, il s’en rendait compte maintenant qu’il l’attirait à lui pour la serrer dans ses bras.

Il n’avait pas profité de la situation, il ne comptait pas l’oublier jusqu’à ce qu’une autre envie se fasse sentir. Abel avait envie de vivre quelque chose avec Tamara. D’étrange, de complexe – peut-être – mais de passionné, ça c’était sûr. Il s’imaginait même finir par dire la vérité à Victoria ! Mais… il s’emballait, oui. Son rythme cardiaque ralentissait, alors les idées raisonnées reprirent leur place. Peut-être que ce n’était pas ce que souhaitait la vendeuse ? S’afficher ouvertement comme l’amante – la petite amie ? – d’un des doyens du camp. Il y avait fort à parier que les gens pouvaient accepter l’existence des morts qui se relevaient, mais pas encore celle d’un couple avec une telle différence d'âge…

Une autre pensée qui vola en éclat quand il embrassa les lèvres de sa partenaire. Il n’avait pas envie de quitter cette bulle ni la sensation de légèreté associée. D’ailleurs, il n’avait pas fait attention tant il était occupé à gémir, avait-elle eu un orgasme ? Abel avait vécu convenablement et dans un univers réaliste : il savait bien que même en faisant de son mieux, ce n’était pas évident d’amener une femme à l’extase simplement par stimulation vaginale. Néanmoins, il ne se laissait pas convaincre par la fatalité ! Quand il ne faisait pas mouche, il mettait un point d’honneur à jouer les prolongations en utilisant habilement ses doigts. Hors de question que Tamara sorte de cette chambre en disant qu’elle n’avait pas été comblée et la légende des hommes qui s’endormaient après l’acte… c’était bon pour les autres ça !


♪ Depuis la nuit des temps ne voyez-vous pas que les troupeaux meurent. ♪
Revenir en haut Aller en bas
Tamara C. Kroeger
Tam Capone
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 31/10/2015
Messages : 832
Age IRL : 22

MessageSujet: Re: Abel to Cain   Dim 3 Juil 2016 - 22:34

Petit à petit, je l’emmenais toujours plus loin avec moi. Je savais que le jeu ne pouvait durer éternellement. C’était aussi ça qui rendait le jeu si intéressant. Je sentais le plaisir monter en moi. Je savais également lire dans le regard d’Abel pour comprendre que ce petit jeu lui plaisait. J’en profitais tant que je le pouvais encore. Je passais mon regard sur son corps. Il était plus que désirable, j’aimais observer le regard des hommes alors qu’ils sont en train de prendre du plaisir, ils sont souvent moins expressifs que ceux des femmes, mais ça rend le spectacle intéressant.

Je sens qu’Abel arrive à la limite que son corps peut supporter, je n’ai plus qu’à faire un dernier effort pour nous emmener tous deux au paradis. C’était peut-être un poids un peu lourd pour mes épaules, mais je n’avais pas peur. Je sentais cette boule de chaleur grandir dans mon ventre. Elle était prête à exploser en moi, au même moment Abel était en train de lâcher prise. Je n’aurais pas imaginé mieux pour une première fois depuis la fin du monde. Doucement, je m’approchais un peu plus de son visage. Je le regardais avec des yeux de chat attendri par son visage crispé. C’était une sorte de victoire pour moi et j’avais bien l’intention que ce genre de combat continue entre nous.

Je n’avais pas bougé ne voulant pas le perturber dans ce moment. Mais surtout parce que je n’avais pas envie de le déloger, je voulais rester sienne encore un peu. C’était sans doute un peu égoïste comme agissement, mais j’avais aussi envie de le dominer encore un peu et de l’observer sous cet angle. Je ne voulais pas que la fin de ce moment corresponde également la fin de cette relation unique que j’ai avec lui. J’avais envie de lui proposer de remettre ça un autre jour. De lui dire que ma porte lui serait toujours ouverte, mais est ce que j’étais vraiment légitime ? J’étais une fille qui avait vingt ans de moins que lui. Je n’avais jamais vraiment vécu une relation avec un homme. Pourquoi ça serait différent aujourd’hui ? Je ne savais pas vraiment à quoi m’attendre de son côté non plus.

Finalement, presque à contrecœur, je m’arrachais à lui pour venir m’allonger à ses côtés. Je me sentais transpirante et poisseuse, mais j’étais bien dans ma peau et dans mon âme. Tout semblait si facile nu dans ce lit. Il n’y avait pas de monde extérieur, juste lui et moi. J’avais envie de rompre ce silence, demandait ce qui se passera ensuite. Même lui dire qu’il pourrait revenir n’importe quand. Je ne trouvais pas de mot pour exprimer tout ce que j’avais à dire. Je me rapprochais un peu plus de lui, collant ainsi ma peau à la sienne. Je cherchais une nouvelle fois ses lèvres. Je voulais rester dans ses bras le plus longtemps possible et même remettre ça…

Je lâchais ses lèvres à contrecœur et je collais mon front au sien comme il l’avait fait plus tôt. Une de mes mains parcourait toujours son dos avec tendresse. Je ne cherchais pas à remettre ça, c’est plutôt mon côté tactile qui était en train de parler. Je le regardais droit dans les yeux, je sentais que son regard avait légèrement changé à mon égard, mais je ne saurais pas l’expliquer. Finalement, je finis par rompre le silence pour dire une chose simple.

- Pour la première fois, j’ai l’impression d’être moi.

Il n’y avait pas de faux-semblant et d’étiquette, je ne jouais plus au jeu que la société nous poussait à jouer. J’avais fait tomber mon masque aujourd’hui.



★ The Heart Is An Organ Of Fire ★

Mes AnnexesJ'écris en #ccff99

Revenir en haut Aller en bas
http://www.walkingdead-rpg.com/t6813-listing-des-comptes
Contenu sponsorisé
WALKING WITH THE DEADS

MessageSujet: Re: Abel to Cain   Aujourd'hui à 21:07

Revenir en haut Aller en bas
 

Abel to Cain

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 4 sur 4Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4

 Sujets similaires

-
» Caïn Abel, 1er Vampire ...
» Sujet inutile : les significations de vos prénoms :P
» Does Senator Mac Cain have the expertise and the qualities to be President ?
» Le bon coup de Mc Cain
» LES AVENTURES DE Mc CAIN ,LE MILITAIRE...TIRE DE AGORAVOX.FR

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Walking Dead RPG :: Archives RP :: RP Terminés-