Partagez | .
 

 That's what happened to American Dream | ft Zack

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
Auteur
Message
Zack M. Atkins
leader | American Dream
Modérateur
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 22/03/2016
Messages : 1306
Age IRL : 24

MessageSujet: Re: That's what happened to American Dream | ft Zack   Sam 16 Juil 2016 - 18:09


Le temps s'était comme arrêté depuis que le blond avait posé sa question. Il avait l'impression que la réponse n'arriverait jamais, il avait envie de leur crier à la figure de répondre, les secouer pour qu'ils parlent plus vite, mais il n'en fit rien se contentant de serrer les dents et de zieuter les deux hommes tout juste rencontrés d'un air dur. Le plus âgé, Malcolm, prononça alors le nom de sa sœur et une légèrement lumière s'alluma en lui ; alors il la connaissait ! Il n'avait cependant pas prêté attention aux visage de plus en plus déconfit des deux hommes et s'était contenté de hocher la tête à ses questions, un espoir fou brillant au fond de ses yeux.

Et Nick parla, rapidement. Tout s'enchaînait bien trop vite pour que l'homme d'affaire ne comprenne réellement ce qu'il se jouait. Et l'annonce tomba. Mordue. Le sol sous le blond sembla s'effriter aussi rapidement que tout en lui venait de s'éteindre, son visage était devenu livide et de ses yeux grands ouverts n'émanaient qu'une incompréhension. Mordue ? Soudain, il prit conscience de ce que ça signifiait, comme s'il avait espéré jusque là qu'ils lui disent qu'elle avait quand même survécu, qu'elle allait bien, que ce n'était qu'un mal entendu... Mais ils n'en firent rien, se contentant tous deux de le regarder avec des airs désolés. « C'est pas possible... » Il porta une main tremblante à sa bouche récupérant la photo que lui tendant Malcolm. Non... il ne pouvait pas l'avoir perdu, pas elle... Il avait d'abord dû faire le deuil de ses parents, de Stewart, et maintenant de sa petite sœur... Non. C'était un cauchemar, une sale blague, ce n'était juste pas possible. La question de l'aîné resta un instant en suspens alors que Jonah posa une main sur son épaule ; se sentant défaillir, Zack s'agrippa légèrement au bras du publicitaire, regardant devant lui d'un air horrifié. « Elle... C'est... ma sœur. »

La nouvelle était difficile à entendre et encore trop fraîche pour avoir l'air parfaitement réelle, mais l'homme d'affaire n'entendit pas immédiatement les râles des putrides qui s'approchaient. Quand Jonah reprit la parole, il ferma une seconde les yeux et prit une profonde inspiration, tentant de contrôler ses tremblements ; mettre ça de côté un moment, comme si ce n'était pas vrai, comme si ce n'était pas arrivé. Se détachant de son acolyte d'un pas mal assuré, il s'abaissa pour reprendre son sac, y fourrer la photo, et glissa sa main en poche pour reprendre son poing américain. « On y va. » Il se mit en route vers l'endroit par lequel ils étaient entrés où quelques silhouettes se dessinaient désormais ; à quatre, ils ne devraient pas avoir trop de mal à les gérer. Arrivant à la hauteur d'un premier, le blond envoya violemment son poing orné de son arme en plein dans son crane, l'achevant immédiatement ; l'avantage avec la colère, c'est qu'elle ôte toute trace de peur, et sa douleur désormais contenue s'était mue en une colère folle. Il en attrapa un deuxième auquel il réserva le même sort.

« On a repéré un phare juste en face au bout de la côte en arrivant ! » avait affirmé Nick, criant légèrement pour se faire entendre. Bien, c'est là-bas qu'ils iraient, ce serait nettement plus défendable que cet énorme bâtiment entouré d'un labyrinthe de cuve à eau et autres bâtisses. Zack accéléra le pas, dégageant un nouveau putride qui était sur sa route. Le-dit phare se dressait un peu plus loin, derrière deux petites maisons, sans ralentir la cadence, il jeta un coup d’œil en arrière pour s'assurer que les trois autres étaient toujours là.



Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
WALKING WITH THE DEADS

MessageSujet: Re: That's what happened to American Dream | ft Zack   Mer 20 Juil 2016 - 18:25

Zack avait vraiment l'air détruit, et honnêtement je le plaignais. Je sais, c'est étrange venant de moi mais il reste un allié, voir maintenant un ami. Je suis peut être un trou du cul mais je souhaitais pas qu'il lui arrive ça, loin de là. Alors que je sentais qu'il tentait difficilement de prendre sur lui, je retirais ma main de son épaule en tapant amicalement celle ci puis repris ma batte en main et mon flingue à portée pour commencer à suivre mon coéquipier. Nick et Malcolm fermaient la marche. Rapidement, je fus contraint d'exploser quelques crâne, courant à la suite de Zack vers le phare, à travers les bois qui le séparaient de la station de traitement.

Entre deux coups portés à la tête de quelques voraces, je jetai de rapides regards vers Zack : il semblait… hargneux. Comme plein de sauvagerie, suite à ce qu'on venait de lui annoncer… Ce n'est peut être pas une mauvaise chose qu'il s'endurcisse, bien au contraire, mais nous devons tout de même rester vigilants : entre force et témérité, il n'y a qu'un pas, et il pourrait être fatal. Il faudra garder un oeil sur lui Zack dans les prochains jours.

A force que nous avancions, les voraces se faisaient de plus en plus rares, et arrivâmes enfin au niveau de la pointe de terre : le phare se dressait, face à nous, encore un peu au loin.

La situation s'étant calmée, je pris le temps de me retourner vers Malcolm et Nick pour leur dire quelques mots, le sourire au lèvres. « C'est pas beau ça ? Deux baraques, un garage et un phare rien que pour nous ! Et la plage à côté en plus ! Que demande le peuple ? » Jetant un coup d'oeil autour de moi, essoufflé par notre course, je repris, un peu plus sérieux. « Y a pas l'air d'y avoir la masse de bagnoles ici… Tout à l'heure on remontera vers la station pour voir si on peut s'en dégoter une ou deux. » « Je pense qu'il y a moyen qu'on répare le pick-up avec lequel on est arrivé avec Nick, et il doit rester deux trois caisses sur le parking. On verra bien. » répondis Malcolm, toujours sérieux et un peu perturbé par ce qui venait d'arriver à Zack. « Parfait, on en profitera pour nettoyer ce qui reste de rôdeurs un peu trop turbulents... » Je tournai la tête vers Zack, toujours un peu plus en avant. « Zack ? On visite d'abord les maisons ou le phare ? »
Revenir en haut Aller en bas
Zack M. Atkins
leader | American Dream
Modérateur
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 22/03/2016
Messages : 1306
Age IRL : 24

MessageSujet: Re: That's what happened to American Dream | ft Zack   Mer 20 Juil 2016 - 21:03


Après de longues minutes qui parurent pourtant filer à une vitesse folle pour l'homme d'affaire, il ralenti la cadence en entendant la voix de Jonah un peu derrière, zieutant les alentours en serrant frénétiquement ses doigts autour de son arme. Et alors qu'il avait arrêté sa course, rejeté sa rage pourtant encore trop présente sur les putrides qui s'étaient pointés, le temps sembla ralentir, en venant presque à s'arrêter. Alors c'était à ça que ça allait ressembler maintenant ? Tuer pour ne pas sentir le poids accablant de la culpabilité et du vide ? Soupirant bruyamment , le blond n'écoutait que d'un air distrait la conversation qui se jouait non loin de lui.

Son prénom cependant, prononcé par son acolyte, le ramena à une certaine réalité et il se tourna vers lui, la respiration saccagée et le regard à la fois perdu et plein de colère. Visiter d'abord les maisons ou le phare ? Zack ferma une seconde les yeux comme pour reprendre une certaine contenance et essayer de juger le commencement logique. Haussant les épaules, il répondit d'une voix légèrement suffisante, comme à son habitude. « Peut-être plutôt les maisons, histoire de pas se retrouver bloqués dans le phare. » S'ils allaient au phare d'abord et qu'une autre masse de putréfiés s'amenaient ils pourraient relativement vite se retrouver coincés. Regardant tour à tour les trois hommes, il ajouta en prenant dans sa main droite son couteau : « Elles ont pas l'air très grandes, si on se met deux par maisons ça devrait aller. » Attendant un instant l'aval des autres, il prit la direction de la maison de gauche.

Grimpant d'un unique pas les trois marches, menant à la porte, il y cognait bruyamment pour que les potentiels putrides à l'intérieur s'amènent. Enclenchant la poignée, la porte n'était par chance pas verrouillée et il pénétrait dans une petite pièce qui sentait le renfermé ; contre le mur un lit simple trônait. Certainement qu'ils étaient entrés par l'arrière des maisons. La porte de la pièce était fermée et, l'ouvrant, le blond tombait nez à nez avec un putréfié qu'il repoussa lourdement avant de lui assener un coup de couteau fatal quand il revint à la charge. S'engouffrant dans un petit couloir menant à une grande pièce, un canapé et un fauteuil étaient à droite, tandis qu'une petite cuisine et une table étaient sur la gauche. Se dirigeant vers cette dernière, l'homme d'affaire ne fit pas attention au putride affalé dans les escaliers et c'est Nick, qui avait apparemment décidé de le suivre, qui s'en chargea. Le bruit alerta le plus âgé qui se tourna vivement, remerciant silencieusement le meilleur ami de son acolyte.

« Écoutes, pour Molly... » le ton du brun avait été désolé, mais ça ne fit qu'augmenter un peu plus la colère de Zack. « Pas maintenant. J'essaye de pas y penser le temps de rendre cet endroit clean. On aura tout le temps d'en parler plus tard. » Son ton avait été acerbe et son regard aurait glacé n'importe qui sur place s'il le pouvait ; non, ce n'était pas encore le moment. S'il se focalisait sur ça il allait complètement perdre pied. Garder son sang-froid avait toujours été chose aisée pour l'homme d'affaire, sinon tous les richards de la ville seraient certainement morts, mais là... c'était différent. La dernière fois qu'il avait réellement laissé outre-passer sa colère, il avait fait un mort, il y a de cela trois ans.

Les deux hommes scrutèrent rapidement l'étage où il y avait deux pièces dont un lit dans une ; les deux pourraient être aménagées pour en faire des chambres. Aucun putride ici. Une autre porte au rez-de-chaussée avait mené à une cave relativement grande où un mort les attendait de pied ferme. Une dizaine de minutes après être entrés dans la maison, ils en ressortirent, certains maintenant que l'endroit était vide. Restait plus qu'à attendre des nouvelles des deux frères.



Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
WALKING WITH THE DEADS

MessageSujet: Re: That's what happened to American Dream | ft Zack   Sam 23 Juil 2016 - 0:49

A peine Zack avait-il parlé de visiter les maisons en binômes qu’il était déjà parti, sans même attendre de savoir qui irait avec lui. L’observant entrer, une moue hésitante au visage et les sourcils froncés, je finis par tourner la tête vers mes deux autres coéquipiers vers qui j’haussai les sourcils d’un air de dire “bon bah espérons que ça sera pas comme ça tout le temps”. « Je vais aller avec lui. » déclara Nick, l’air sûr. « Nick, si tu veux j’y vais, toi il te connaît pas encore... » « Oh ta gueule. Toi t’as pas connu sa soeur. » Il n’avait pas tort sur ce point. Je le laissai donc passer devant moi, l’air à la fois assuré mais aussi hésitant à l’idée de se frotter à celui qui n’était encore pour lui qu’un inconnu très froid.

L’observant donc entrer sans dire un mot, je finis par me retourner vers Malcolm, sourire au visage. « Bon ! C’est parti frangin ! » Malcolm me répondit par un sourire maigre mais expressif bien à lui. « Comme au bon vieux temps ! » « Exactement ! » Je m’approchai de lui pour lui taper gentiment l’épaule. « Putain je suis tellement content de vous retrouver. Je savais que vous étiez vivant. Tu m'as manqué, vieux con. » Mon frère me sourit à nouveau, puis nous partîmes vers la deuxième maison, qui semblait identique à celle que Zack et Nick étaient en train de contrôler. Malcolm n’avait pas perdu la main : il tenait toujours parfaitement bien son arme, se plaçait à chaque fois contre le mur pour ouvrir les portes, prenait soin de frapper à chaque fois pour vérifier la présence éventuelle de rôdeur… Il y avait toujours chez mon frère ce petit mécanisme qui me montrait bien qu’il n’avait pas changé depuis tout ce temps, et malgré la pointe de mélancolie que je lisais dans ses yeux - sans doute au sujet de la soeur de Zack - ça me faisait plaisir de le retrouver inchangé.

Le contrôle de la maison fut rapide : aucun vorace à l’intérieur. Nous pûmes donc sortir de la baraque tranquillement, discutant brièvement de ce qui nous était arrivé durant ces six mois de séparation. Je pris soin au passage de saisir un trousseau de clé abandonné dans l’entrée : celle du phare se trouvait sans doute dans le lot. Zack et Nick étaient déjà en bas à notre retour. Au regard de Nick, je compris tout de suite que Zack avait dû être aussi aimable avec lui qu’avec moi le premier jour. Il s’y fera bien.

Je jetai un coup d’oeil à Zack, qui arborait toujours un air aussi sombre que tout à l’heure. Je fronçai légèrement les sourcils, quelque peu méfiant. On ne sait jamais ce que Zack pourrait avoir envie de faire sous l’impulsion de la tristesse et de la colère. J’ai pas vraiment envie qu’il flingue mon pote ou mon frangin.

D’un air sérieux, une fois tout le monde réuni, je repris la parole, l’air relativement sérieux. « Bon allez, le phare maintenant. » Tranquillement, nous nous mîmes à avancer vers l’édifice, scrutant calmement les lieux qui nous entouraient : une petite plage, des rochers : le top. Si il fait un peu trop chaud cet été, on pourra se croire en vacances.

Arrivant devant la porte principale du phare, une ouverture à double-battant, je lançai un regard en arrière pour vérifier que tout le monde soit là, puis appuyai sur la poignée… fermé, forcément. Après avoir fini par trouver la bonne clé, nous entrâmes donc à l’intérieur, très peu éclairé et encore encombré de bazar… « Eh bah putain ! Ils ont dû oublier de payer la femme de ménage ces enfoirés ! Haha ! » L’odeur de poussière était plutôt désagréable, mais avec un bon coup de balais, l’endroit deviendrait sans doute très sympathique.
Revenir en haut Aller en bas
Zack M. Atkins
leader | American Dream
Modérateur
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 22/03/2016
Messages : 1306
Age IRL : 24

MessageSujet: Re: That's what happened to American Dream | ft Zack   Lun 25 Juil 2016 - 18:48


Les deux hommes n'eurent pas à attendre longtemps avant que les frères arrivent jusqu'à eux et heureusement pour Nick qui ne semblait pas très à l'aise dans cette ambiance tendue. Évidemment, ce n'était pas de leur faute et le blond ne pouvait pas se permettre de leur reprocher quoi que ce soit, mais comment ne pas en vouloir au monde entier dans ce genre de situation ? La personne à qui il en voulait le plus était lui-même, alors à partir de là, il avait du mal à faire comme si de rien n'était. L'homme d'affaire ne manqua pas cependant de croiser le regard empreint d'inquiétude du publicitaire mais il jugea préférable de ne pas relever, se contentant de hocher la tête en serrant les dents à la proposition d'aller voir le phare.

Les quatre hommes poursuivirent donc leur visite de l'endroit qui jusqu'à présent était relativement peu ''habité'' et leur offrait un potentiel coin de vie bien appréciable. Depuis que le monde était tombé, Zack avait apprit à apprécier les bienfaits de la nature, être en retrait de la ville ; chose qu'il ne s'était jamais prit la peine de faire avant tout ça, principalement parce-que les petits conforts non négligeables dont il bénéficiait suffisaient amplement. Jonah ouvrit alors la porte principale du phare et tous furent prit par une odeur de renfermé mélangé à la poussière qui avait dû s'entasser ici depuis tout ces mois ; tout comme le bordel qui bloquait un déplacement pratique. A la blague du publicitaire, Zack se contenta de sourire légèrement, n'ayant pas le cœur d'ajouter que s'il avait encore un téléphone il aurait appelé sa propre femme de ménage. Plissant un peu les yeux pour voir dans l'obscurité, il essaya de se faire à l'idée qu'il n'aurait d'autre choix que de mettre la main à la pâte et aider les autres dans la remise en état de cet endroit. « Va y avoir du boulot. » A eux quatre ça irait sûrement vite et ils prendraient leurs marques en un rien de temps, mais commencer une telle tâche avait toujours quelque chose de réellement peu attirant.

Avançant difficilement dans le couloir, le blond rejoint le petit vestibule où, là aussi, quelques meubles étaient entassés ; ils devraient pouvoir trouver des trucs intéressants mais le but premier était uniquement de s'assurer qu'aucun putride n'avait été enfermé dans le phare. Lui et Jonah en avaient découvert en container plein il y a peut-être un peu plus d'une heure de cela, alors pourquoi n'y en aurait-il pas ici aussi ? Il fallait s'attendre à tout. Poussant la porte de ce qui devait être la dernière pièce, il y entra lentement ; ici non plus il n'y avait pas de mort. Presque déçu, le blond haussa les épaules et fit marche arrière pour retourner au petit vestibule où se trouvait un escalier menant certainement au haut du phare ; y montant, il sortit sur le petit balcon tout aussi vide que le reste -vide de vie en tous cas- et s'accouda contre la balustrade.

Le phare n'était pas très haut et ne leur permettrait pas d'avoir une vue suffisamment dégagée sur la station d'eau et le parc plus en avant, mais ça n'avait pas d'importance pour l'instant. Fixant ses yeux sur la mer, le blond se laissa porter par le bruit des vagues ; là, il y viendrait sûrement de nombreuses fois. Entendant que quelqu'un montait, il ne prit pas la peine de se retourner pour voir de qui il s'agissait ; personne n'avait envie de voir ce qu'il y avait au fond de ses yeux, et il n'avait pas spécialement envie non plus de montrer à quel point tous ses espoirs avaient été anéantis et ô combien il perdait pied. « Il est vraiment bien cet endroit. » Se contenta-t-il de dire, comme si de rien n'était. Non. Il ne devait pas montrer comme il était affecté, pas encore. Leur travail ici n'était pas terminé.



Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
WALKING WITH THE DEADS

MessageSujet: Re: That's what happened to American Dream | ft Zack   Jeu 28 Juil 2016 - 18:47

Songeant déjà à ce que l’on pourrait faire de ce bâtiments et de tout ce bordel, je trainais des pieds en suivant Zack, l’air distrait. L’endroit semblait être en travaux, ou du moins en rénovations étant donné les bâches en plastique qui recouvraient les meubles et les outils de travail que nous pouvions trouver dans les trois pièces du phare. Je suppose qu’on gardera le nécessaire en ce qui concerne les meubles, on balancera le reste à la mer. Tant pis pour la pollution, j’emmerde les ours polaires. Aujourd’hui on est dans la même merde qu’eux.

Une fois que nous eûmes contrôlé chaque pièce du bâtiment, je pus m’attarder un peu plus sur ce qui traînait là, dans la dernière salle du phare. Sur un des meubles traînait une boite à outils encore pleine, ça pourra sans doute servir. Rapidement, je fouillai un peu dans celle-ci, seul dans la pièce, et dénichai une boite de clous et un marteau… Une petite idée qui me traversa l’esprit m’arracha un petit sourire mauvais. Je tournai d’un air intéressé le regard vers ma batte, rangée dans mon sac, le manche dépassant toujours. Cet après midi, je vais me faire un petit plaisir en la pimpant un peu… Avec deux trois clous, elle ne sera que plus efficace. Ou plus douloureuse. Ou les deux. Dans tout les cas, ça me plaît.

Enfin pour le moment, finissons de visiter cet endroit ! Zack semble déjà être monté là haut alors que Nick et Malcolm discutent dans la pièce par laquelle nous sommes entrés. Refermant rapidement la caisse à outil, formant au passage un nuage de poussière plutôt désagreable, je décide de me diriger vers mon frère et mon pote, pour leur dire rapidement un mot. « Les gars ? Ca vous dérangerait de retourner vers la station pour voir si il reste encore beaucoup de voraces ? » Malcolm acquiesça et me répondit. « Pas de problèmes, j’y pensais justement. On va en profiter pour faire un peu de ménage et je vais tenter de réparer le pick-up. » « Pas con, il servira. » Nick prit la parole à son tour afin de prendre par au travail. « Je vais chercher un autre véhicule au passage, comme ça on en aura un autre au cas où. » Répondant par un rapide hochement de tête et un clin d’oeil amical, je me dirigeai sans tarder vers les escaliers en colimaçon qui menaient au sommet du phare pour y retrouver Zack, qui n’avait, soit dit en passant, sans doute pas trop la forme.

En effet, au sommet, je retrouvai l’homme d’affaire, accoudé à la rambarde pour contempler la mer. Je ne m’attendais pas vraiment à ce qu’il dise le premier mot, mais ça ne me dérangea pas pour le moins du monde, bien au contraire. S’il avait besoin de parler, même pour ne rien dire, histoire de se détendre un peu, tant mieux : il fallait le faire. Cependant, je sentais bien que c’était surtout pour cacher sa douleur que mon coéquipier avait décidé de dire quelque chose. Soupirant en profitant de l’air frai, je me plaçai juste à côté de lui et répondis d’un ton tranquille. « A qui le dis-tu. » Un moment de silence suivit. Il n’était pas franchement pesant, au contraire. Du moins, en ce qui me concerne, il me détendait. Un peu de calme, ça fait du bien, de temps à autres. D’une voix empathique (marrant venant de moi hein ?), je décidai cependant de briser ce silence pour m’adresser à nouveau à Zack. « Zack. Pas la peine d’essayer de te cacher, je sais que ça va pas. Et c’est normal. » Je me tus un court instant, regardant l’homme d’affaire les sourcils froncés. « J’ai aucune idée de ce que tu ressens, mais je te garantis que je peux au moins l’imaginer… étant donné que c’est un peu ce que j’ai fais pendant six mois, quand j’étais séparé de Malcolm et Nick. » Je tournai à nouveau le regard vers la mer, et continuai à parler. « Tu sais, je t’avais dit que je savais qu’ils étaient vivant ? Bah, j’ai un peu menti. En vérité, j’ai toujours eu peur d’apprendre un jour leur mort… Seulement voilà, c’est comme ça et pas autrement. Des gens meurent, d’autres non. Ce monde est une putain de blague… Et après tout c’est quoi le but d’une blague hein ? » Je m’étais remis à regarder Zack. « Faire rire. Bon, je conçois que pour le coup c’est… de l’humour très noir. Et que ça te fasse pas rire pour le coup mais… Je veux juste dire qu’il faut passer à autre chose maintenant. Le monde est absurde et on le sait, alors rigolons un peu de cet absurde au lieu d’en chialer. Chiale un bon coup si t’en as besoin, mais après ça, va falloir qu’on continue comme avant, ou on crèvera tous… Et c’est pas nécessaire. » Voilà, j’ai dis ce que j’avais à dire, maintenant je me tais et je le laisse cogiter là dessus. Tranquillement, je laisse mon regard se promener sur la plage qui entoure la pointe de terre où nous avons trouvé notre nouveau chez-nous. Une silhouette semble galérer à marcher dans le sable, au loin. D’abord, je fronce les sourcils, puis un sourire s’affiche sur mon visage. Donnant quelques petits coups sur le bras de Zack pour le faire réagir, je pointe la silhouette du doigt d’un air amusé. « Tiens, regarde ça… Viens voir, on va s’amuser un peu. » Sans vraiment l’attendre, je descend à toute allure les escaliers pour commencer à farfouiller dans le bordel du phare… Une chaîne ! Parfait ! C’est exactement ce que je cherchais. Encore un petit quelque chose… Du gros scotch ! Que demande le peuple, encore une fois ! Ricannant comme un gamin, je me précipite à l’extérieur et saute la clôture qui sépare le phare de la plage. La silhouette - un rôdeur, évidemment - ne m’ayant pas repéré, titube toujours, les pieds s’enfonçant à chaque fois mollement dans le sable mouillé. D’un air espiègle, je jette un coup d’oeil vers Zack, à l’arrière et lui fait signe de regarder.

Tout doucement, je me rapproche du monstre en dépliant un morceau de scotch… Puis me jette subitement dans son dos pour le coller subitement sur sa bouche. Riant comme un débile, j’attrape ensuite ses deux bras qui s’agitent pour essayer de m’attraper et les tire vivement dans son dos pour faire le tour des ses poignets avec le scotch, afin de lui attacher les mains dans le dos. Maintenant, je peux le lâcher un peu pour continuer à me poiler. « Zack ! Zack regarde moi ce con ! T’as vu comment il bouge ? Haha ! » D’un air pressé, je passe la chaîne autour de son coup et l’attache comme je peux, puis tire dessus comme pour le tenir en laisse. Rapidement, je lui fais faire deux trois petits tours comme un animal de cirque, toujours en riant à pleine voix, puis je me décide à me diriger à nouveau vers le phare pour attacher l’autre bout de la chaîne à la clôture. D’un air fier, je me place juste en face de notre captif tout neuf et lui adresse un grand sourire alors qu’il essaye toujours bêtement de bouger sa mâchoire sous le scotch. Je jette un coup d’oeil à l’accoutrement du vorace… Visiblement un ancien petit employé de magasin bidon : chemisette blanche - plus très blanche, avouons le - , cravate rouge, pantalon noir et… même le petit badge. Le sourire toujours aux lèvres, je me penche pour passer le doigt sur le sang qui recouvre le badge afin de voir le petit nom de notre nouveau copain. “Francis”. « Zack ! Je te présente Francis ! Il a la classe, pas vrai ? » Les bras tendus vers le rôdeur d’un air fier, tout sourire, je regarde à nouveau mon coéquipier, espérant lui remonter un peu le moral avec mes conneries. « Francis sera notre nouvelle mascotte ! T’en dis quoi ? Ça claque nan ? »
Revenir en haut Aller en bas
Zack M. Atkins
leader | American Dream
Modérateur
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 22/03/2016
Messages : 1306
Age IRL : 24

MessageSujet: Re: That's what happened to American Dream | ft Zack   Sam 6 Aoû 2016 - 16:02


Non mécontent d'entendre que c'était Jonah qui venait de se caler contre la rambarde à côté de lui, Zack profita également de ce court moment de silence ; il avait confiance en Jonah, et par conséquent ne sentait pas réellement de méfiance envers Nick et Malcolm, il n'avait pas juste pas envie à cet instant précis qu'on lui narre la mort de sa sœur, ni ses derniers mots ni quoi que ce soit. Se munir d'une insensibilité protectrice, au moins jusqu'à ce qu'ils puissent se sentir en sécurité ici, jouer des apparences ç'avait toujours été son fort, mais cette fois-ci fut tout de même plus compliquée. Aux mots compatissants du publicitaire, il posa sur lui un regard plein de culpabilité et de peine qu'il parvenait mal à dissimulé mais se contenta cependant de hausser les épaules en hochant légèrement la tête. L'homme d'affaire avait presque l'impression que s'il se mettait à parler, il s'effondrerait, comme si d'un seul coup c'était son propre monde qui avait été réduit en lambeaux ; n'était-ce pas le cas ? Bien sûr que si, mais il n'avait pas envie de se laisser mourir, seule grondait au fond de lui la colère lui intimant d'engager une vengeance envers le monde entier, sachant pertinemment que rien ne lui rendrait les êtres chers qu'il avait perdu ; perdus par sa faute.

Soupirant légèrement, il reporta son attention sur l'horizon et entrelaça des doigts si fort que ses jointures blanchirent. Zack avait le sentiment que le milliers de points brillants du scintillement du soleil dans l'eau pourraient l'apaiser, que le mouvement des vagues pourraient lui faire oublier un instant ses tourments ; il serait bien ici, avec le temps. Parce-que ce n'était qu'une preuve de plus que le monde continuait d'avancer. C'était d'ailleurs ce que sous entendait Jonah. Leurs nouvelles vies étaient faites ainsi, ils devaient avancer ou mourir, supporter les pertes et les moments difficiles, parce-qu'ils n'avaient pas d'autres choix. Et bien que le blond n'avait pas vraiment envie d'entendre ce discours du type ''c'est comme ça'', il ne pouvait nier que c'était vrai : le monde continuerait d'avancer, avec ou sans lui. Fermant un instant les yeux pour refouler cette colère qu'il ne pouvait se permettre de déverser sur son partenaire, l'homme d'affaire les rouvrit finalement en hochant la tête, scrutant à nouveau l'horizon d'un air songeur en serrant les dents.

Des coups sur son bras le firent revenir à lui, regardant d'abord Jonah en fronçant les sourcils avant de fixer sur son regard sur le point qu'il lui désignait. Là-bas, un putride se traînait difficilement dans le sable. Le spectacle sembla ravir le publicitaire sans que le blond en comprenne réellement la raison, il le suivit néanmoins d'un pas nonchalant, accélérant l'allure quand il le perdit presque de vue à la sortie du phare. Peu motivé à enjambé la clôture, Zack la contourna, les mains dans les poches. Penchant la tête sur le côté alors que le plus jeune s'avance d'un air de prédateur vers le putréfié, il hausse un sourcil interrogateur jusqu'au moment où le malade se retrouve la bouche et les poignets scotchés, bougeant bêtement comme une sardine qui tenterait de s'enfuir. Là, un léger sourire en coin étire les lèvres de l'homme d'affaire tandis qu'il se rapproche un peu plus de l'agitation. « T'es vraiment pas net, tu le sais ça ? » Et pourtant, ce petit numéro lui fit oublier un instant la révélation qu'il avait eu quelques instants plus tôt. Si ça n'avait tenu qu'à lui, il aurait abattu froidement le cadavre, lui assenant une déferlante de colère incontrôlable, mais il ne pouvait nier que ça, c'était aussi étonnant qu'amusant. Il avait l'impression en regardant Jonah d'avoir devant lui un de ces gamins qui attrapent un papillon pour lui arracher les ailes en ricanant. Le publicitaire n'en reste cependant pas là, tirant le mort jusqu'à la clôture où il attache la chaîne. A son tour, Zack détaille le joujou de son cadet et ri légèrement devant son enthousiasme, avant de répondre d'un ton exagérément déçu. « Il m'aurait bien plus intéressé s'il était encore vivant. » A nouveau, le sentiment d'être devant un enfant le repris, l'amusant plus qu'autre chose ; comme ces gosses qui s'amènent à la maison avec un chaton en suppliants leurs parents de le garder. S'approchant du-dit Francis, il s'abaissa de façon à être à quelques centimètre de sa tête et planta ses yeux clairs dans ceux, laiteux, de l'homme en uniforme. Une mascotte, ç'avait presque l'air chouette dit comme ça. « On peut le garder, faudra juste s'assurer qu'il ne puisse pas partir. » Et ils pourraient garder un œil sur lui des maisons et du phare, en espérant que Monsieur Francis n'attire pas ses congénères. Le blond se redressa, se tournant vers Jonah pour lui adresser un sourire un peu plus détendu.

Se reculant légèrement, Zack scruta les alentours d'un air involontairement soupçonneux. « Où sont passés Malcolm et Nick ? » Quand la réponse tomba, il se contenta de hocher la tête, se passant une main las dans les cheveux, avant de s'attarder sur les maisons. « On pourrait peut-être en rendre une vivable avant ce soir ? » Lui qui proposait de faire la bonniche et faire en sorte que la baraque soit clean, décidément le monde ne tournait pas rond, mais ce serait mieux que rien pour occuper son esprit, et le blond n'avait aucune envie de dormir dehors.



Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
WALKING WITH THE DEADS

MessageSujet: Re: That's what happened to American Dream | ft Zack   Aujourd'hui à 4:08

Revenir en haut Aller en bas
 

That's what happened to American Dream | ft Zack

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant

 Sujets similaires

-
» Number Two Contender For US Champion : Zack Ryder vs Bryan Evans
» J.J ~ My American Dream
» Dream of Ewilan
» musique amerindienne
» National Congress and Convention of Haitian-American

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Walking Dead RPG :: Archives RP :: RP Terminés-