Partagez | .
 

 Fuck Up World

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4
Auteur
Message
Abel Underwood
Modérateur
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 11/05/2016
Messages : 156
Age IRL : 26

MessageSujet: Re: Fuck Up World   Mer 15 Juin 2016 - 9:11

Tamara n’osait pas avouer – ou admettre – qu’ils en étaient réduits à un choix drastique. Abel non plus ceci dit mais alors que le moteur s’élevait à nouveau dans les airs, il commençait à comprendre ce qui se tramait : ils rameutaient les morts. Sans doute estimaient-ils qu’ils n’étaient pas loin – ce qui était le cas – alors ils attiraient l’essentiel des rôdeurs du secteur pour limiter leurs mouvements. Rester bloqués entourés de bouffeurs de chairs ou courir jusqu’à leur voiture et tomber sur le comité d’accueil… du moins, c’était ce que devinait le cinquantenaire. Simplement ce qu’il devinait.

- Je n’ai pas encore d’idée non…, répondit-il d’un air pensif.

Suivant l’exemple de la jeune femme, bête qu’il était de ne pas y avoir pensé plus tôt, il ôta sa veste pour la fourrer dans son sac. Le tissu de son T-shirt trempé de sueur collait à sa peau, épousant le dessin de son corps plutôt correct pour son âge. Il hochait la tête aux propositions de son alliée, mais rien ne venait. Ils n’avaient pas de quoi fabriquer un piège et ils étaient bien peu nombreux pour une embuscade. A moins que…

- On y va.

Tamara venait de suggérer de se rapprocher, ce qui faisait partie de son ébauche de plan, alors il obtempéra. Le Desert Eagle en main, Abel ouvrait la marche, craignant autant de tomber sur un vivant que sur un macchabée. Ils arrivèrent pourtant sans encombre à l’endroit souhaité par la vendeuse et purent s’apercevoir en un coup d’œil que deux types faisaient le pied de grue devant leur voiture. Le 4x4 manquait néanmoins, sans doute l’origine du bruit de moteur. Que faire désormais ? Telle était la question. Engager le combat ? La surprise compenserait la supériorité de l’AK-47 mais si jamais ne serait-ce qu’une autre personne était cachée en renfort, c’était la mort assurée.

- Je crois qu’ils essayent d’amener les rôdeurs par ici… pour nous bloquer, tu vois ? Et nous obliger à revenir vers notre voiture…

Et c’était exactement ce qu’ils avaient fait soit dit en passant. Un crissement de pneus assez proche indiquait que quelqu’un arrivait. En trame de fond, les rumeurs de grognements s’élevaient en chant spectral. A les entendre, ils étaient indénombrables, excités, et affamés – comme toujours. Abel vérifia alors le chargeur de son arme : le temps de la réflexion était terminé. Seul importait de ramener Tamara indemne, les cas de conscience, il s’en ferait plus tard.

Dernier virage, le 4x4 apparut dans leur champ de vision, à une trentaine de mètres. C’était la blonde qui conduisait, seule, le visage tendu par la concentration. Suivi par une horde, elle ne faisait que passer, cherchant à rejoindre une avenue transversale. Le cinquantenaire débloqua alors la sécurité du flingue et tira à plusieurs reprises, jusqu’à ce que l’un des pneus avant éclate. Le pare-brise aussi avait volé en éclat. La voiture fit une embardé pour reprendre le contrôle mais même à vitesse réduite, la conductrice ne parvint pas à se rétablir et s’encastra dans un lampadaire. Quelques rôdeurs changèrent alors de cible pour se diriger vers l’ancien agent, mais la plupart se ruait plutôt vers la carcasse métallique où la blonde était prisonnière.

- Je m’en occupe, déclara Abel un peu crispé, dis-moi si les autres arrivent. S’ils viennent, on passe par cette ruelle pour les contourner et récupérer notre caisse.

Il pointa du doigt un étroit passage entre deux immeubles semblables à celui qu’ils avaient traversé plutôt. Tant que les charognes ne l’obstruaient pas, c’était le point de fuite idéal. D’ailleurs, la première arrivait à sa portée. Il voulu lui tirer dans la tête à bout portant mais un « clic » lui indiqua que l’arme était vide. Marmonnant quelques mots châtiés, le cinquantenaire attrapa le rôdeur et lui fracassa violemment le crâne avec la crosse du Desert Eagle. Le suivant, il le projeta à terre et écrasa sa tête ramollie de son talon. Le troisième, eut le genou pour l’empêcher de marcher, ce qui lui laissa le temps d’éclater la tête d’un quatrième contre un mur.


♪ Depuis la nuit des temps ne voyez-vous pas que les troupeaux meurent. ♪
Revenir en haut Aller en bas
Tamara C. Kroeger
Tam Capone
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 31/10/2015
Messages : 832
Age IRL : 22

MessageSujet: Re: Fuck Up World   Mer 15 Juin 2016 - 12:49

Visiblement on s’était fourré dans une belle merde. Je n’arrivais pas à comprendre pourquoi il y avait des survivants qui s’en prenaient aux autres, mais bon y avait bien des tueurs en série avant, alors je suppose que ce n’est pas vraiment étonnant. Les idées manquaient pour se sortir de ce piège plutôt horrible. Je préférais garder mes esprits alors qu’Abel proposait d’agir. C’est la force des choses qui nous avait emmenés là plutôt que notre volonté. J’avais l’impression d’étouffer avec la chaleur environnante, mon cerveau avait de plus en plus de mal à réfléchir, il fallait trouver une porte de sortie, mais laquelle ?

- Je doute qu’on ait réellement le choix en fait…

Abel expliquait ce qu’il comprenait. J’étais à des années-lumière de me douter de ça. Les mobs me faisaient peur, je préférais largement les esquiver que de jouer avec. Cependant, eux n’en avaient rien à foutre. C’était à croire qu’ils vivaient avec comme on garde un animal de compagnie avec soi. C’était vraiment très effrayant. S’ils étaient capables de faire une horde, qu’est-ce qui les empêcherait de tuer des gens ? Ils n’avaient strictement aucune limite, je m’en rendais compte maintenant. Je jouais nerveusement avec une mèche de cheveux alors que les deux hommes se retournaient en direction du bruit que faisait le véhicule en approche.

- Ils sont ultra tordu les mecs, ça ne doit pas être la première fois qu’ils s’en prennent à des survivants. Ils sont super organisés et savent parfaitement quoi faire.

La fille était à l’intérieur en train d’utiliser tout sa concentration pour ne pas rouler trop vite et faire le maximum de bruit en même temps. Le véhicule criait de passer une autre vitesse si forte que je pourrais en avoir de la peine. Ils étaient donc trois ici visiblement, l’homme qu’Abel avait blessé devait donc garder la voiture. J’étais en train de réfléchir alors que je sentais du mouvement à côté de moi, mon ami était debout en train de viser la voiture, après quelques coups de feu, il réussit à tirer dans un pneu. Le véhicule finit sa course dans un poteau. Mon dieu, je n’aurais jamais cru sa de lui. Je n’y aurai sans doute jamais pensé. Les coups de feu allaient attirer les zombies et les vivants, il fallait s’enfuir.

- Mon dieu, mais tu es fou ma parole ! J’avoue que j’approuve totalement.

Je lui souriais avant de sortir ma dague pour tuer les futures mobs qui approcheraient, ils seraient sans doute nombreux, mais il fallait se tenir prêt. Abel les tuer avec son arme à feu, cependant, je n’aurais jamais eu le temps de tirer avec mon arc vu le nombre de machins qui nous déferlait dessus. Il ne fallait pas rester ici, c’était bien trop dangereux. Il fallait s’enfuir. Bizarrement, c’est le moment précis que choisit Abel pour indiquer une route de sortie. Alors qu’il avait fini de vider son chargeur sur les mobs, je le tirais par les bras en ajoutant quelques mots.

- On s’en fout, ils sont trois ici, ça veut dire que la voiture est gardée par celui qui est blessé ! Go go go ! On y va vite, on le maitrise et on se sauve.

La route n’était pas longue, on ne c’était pas tant éloigné que ça de notre véhicule. La horde était toujours à nos trousses, mais aucun humain ne paraissait en vue. Ils devaient avoir des mobs sur le cul aussi et peut-être qu’ils s’occupaient aussi de la fille qui devait être dans un sale état. Je reconnaissais la voiture dans laquelle on avait voyagé entre mille, mais je ne voyais personne pour le moment. En faisant rapidement le tour du véhicule, je remarquais le corps inerte de notre ancien agresseur alors qu’il se tenait le ventre. Il s’était visiblement vidé de tout son sang. Je regardais Abel avec une expression assez proche de la peur ou de l’inquiétude. Je n’avais pas peur parce qu’il avait tué quelqu’un, mais plutôt de sa réaction quand il s’en rendrait compte. Pas la peine de lui cacher plus longtemps.

- Je crois qu’ils ont abandonné leurs amis à son triste sort, le côté positif, c’est qu’au moins, on peut partir maintenant.



★ The Heart Is An Organ Of Fire ★

Mes AnnexesJ'écris en #ccff99

Revenir en haut Aller en bas
http://www.walkingdead-rpg.com/t6813-listing-des-comptes
Abel Underwood
Modérateur
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 11/05/2016
Messages : 156
Age IRL : 26

MessageSujet: Re: Fuck Up World   Ven 17 Juin 2016 - 8:28

L’approbation de Tamara le fit sourire malgré la situation critique. S’ils s’entendaient aussi bien en terrain hostile qu’entre les murs chaleureux du chalet, alors c’était réellement le début d’une longue collaboration. Le nombre de rôdeurs ne cessait de croître néanmoins et ils étaient de plus en plus nombreux à se rabattre vers le duo d’Evergreen Ridge. Au signal de la vendeuse, ils s’engouffrèrent dans la ruelle, quelques minutes avant que Flint et son acolyte ne déboule.

Alors que le cinquantenaire fuyait, la main serrée sur son revolver déchargé, le son de l’AK-47 s’éleva au-dessus du concert de grognements. Leur plan s’était retourné contre eux : maintenant c’étaient leurs ennemis qui devaient se défaire des charognes s’ils voulaient sauver leur pote. L’ancien agent se surprit à espérer qu’ils s’en sortent. Certes, il aurait été prêt à tuer ces types si sa survie, et celle du camp, était en jeu ; mais il n’était pas encore un sadique. Il n’enverrait pas trois êtres humains en pâture aux bouffeurs de chair sans ressentir une once de culpabilité.  

Cette pensée altruiste vola en éclat quand ils retrouvèrent leur véhicule. Il était persuadé d’avoir touché ce gosse dans le bras… mais dans le feu de l’action, la peur, l’adrénaline, peut-être que… La jeune femme le regardait mais lui, gardait les yeux rivés sur le visage exsangue de K. et l’auréole rouge sur son abdomen. Ses comparses devaient l’avoir laissé là sans se soucier de son état, il risquait de se transformer. Abel balbutia quelque chose d’incompréhensible en se tournant enfin vers Tamara, le désespoir accroché dans ses prunelles. Son premier meurtre, et pourquoi ?

Une foule de questions cascadaient dans sa tête sans aucune logique : est-ce que ses parents étaient vivants ? Quelqu’un allait-il le pleurer ? Allait-il être enterré ? Quel était son vrai nom : Kevin ? En toile de fond, on entendait encore des coups de feu, de plus en plus espacés, puis un hurlement déchirant couvrit le reste et fit vriller le cerveau d’Abel. Est-ce que ces types le méritaient ? Ils n’étaient pas très avenants mais peut-être qu’ils cherchaient sincèrement de l’aide… c’était difficile de s’en souvenir maintenant. Il ne visualisait plus que le sang sur ses mains ; il n'était peut-être pas si prêt que ça...

Tam, elle était sauve, il devait se raccrocher à ça. Mais l’affectionnerait-elle toujours après ses performances ? Un autre cri grimpa jusqu’au firmament, masculin cette fois. Certes, elle dégommait du cadavre depuis si longtemps qu’elle devait avoir perdu le compte, mais lui… à sa première sortie depuis des mois, il était responsable du décès de trois personnes. Au moins. Sans doute.

- Ouai, ouai, … on y va, appuya-t-il en décalé, bien trop tard.

Dans un élan d’humanité, il rangea son arme à feu pour la remplacer par le couteau papillon. Retenant sa respiration, il enfonça sa lame aiguisée dans la tempe de K. et le repoussa délicatement sur le côté. Laissant à Tamara le soin de conduire sur le chemin du retour, Abel s’assit à la place du mort, le regard plongé dans l’horizon. Lentement, les nouvelles règles se frayaient un chemin dans son esprit. Le plus fort l’emporterait toujours. On devait se battre, comme des loups, pour protéger ceux qui nous sont chère… la vie n’a pas de prix, alors pour la préserver, on doit être prêt à payer la note.

Le cinquantenaire réalisait aussi que le temps qui leur restait, à tous, était désormais trop court. L’hésitation n’avait pas sa place dans un monde où chaque pas pouvait le tuer. Ni les mœurs, ni les « on dit ». Sa main gauche se leva doucement pour venir serrer l’une de celle de Tamara. Non, il ne voulait pas qu’elle soit sa fille… il voulait autre chose.


♪ Depuis la nuit des temps ne voyez-vous pas que les troupeaux meurent. ♪
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
WALKING WITH THE DEADS

MessageSujet: Re: Fuck Up World   Aujourd'hui à 4:52

Revenir en haut Aller en bas
 

Fuck Up World

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 4 sur 4Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4

 Sujets similaires

-
» CNN: Food prices rising across the world
» Vente Elysien Forge World (GI)
» Rock My World
» Forge World
» Nouveauté Forge World

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Walking Dead RPG :: Archives RP :: RP Terminés-