Partagez | .
 

 Fuck Up World

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant
Auteur
Message
Tamara C. Kroeger
Tam Capone
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 31/10/2015
Messages : 832
Age IRL : 22

MessageSujet: Re: Fuck Up World   Jeu 9 Juin 2016 - 11:44

Au fond de moi j’étais tout simplement terrorisé, mais je ne devais montrer aucun signe de faiblesse sinon elle s’en servirait contre moi. Je faisais de mon mieux pour avoir les mains assurées. Mon regard passait d’Abel à K. et ainsi de suite. J’avais l’impression que mon compagnon avait de la suite dans les idées, c’est donc naturellement que j’avais décidé de me calquer sur lui. Il était bien plus malin que moi. Dès que je devais réfléchir un peu trop longtemps au pour et au contre je m’en lassais. Je n’aurais pas cru que l’homme paniquerait autant au couteau que je plaquais contre la gorge de Sara. Peut-être qu’il s’en servait pour tirer son coup. Abel décida d’en rajouter une couche pour que la situation devienne encore plus stressante pour l’homme.

- Tu ferais mieux de l’écouter, il sait ce qu’il dit. Il a été témoin de beaucoup de mes folies depuis le début de cette merde.

Comme pour montrer qu’il fallait faire attention à moi, j’appuyais légèrement sur le coup de la femme que j’avais entre les bras. Il pouvait certainement deviner la goutte de sang qui était en train de perler de l’entaille que je lui avais faite. Je jouais le jeu d’Abel, c’était notre seule façon de survivre à cette connerie. J’avais peur et j’avais toujours du mal à croire qu’il venait de dire que j’étais sa fille. J’affichais un petit sourire en coin pour ne pas éclater de rire à cette annonce, ce qui devait me donner un air encore plus fou. Il écarte l’homme de la voiture et je m’approchais doucement de l’autre côté. Nous aurions pu nous sauver à condition que les deux autres ne viennent pas tout cacher.

Il m’attrapa par la main et me tira avec lui dans une ruelle alors que les tirs d’AK-47 nous suivaient de prêt. Je courais de toutes mes forces, slalomant tant bien que mal entre les différents véhicules et les objets abandonnés sur le sol. Abel était devant moi et je ne le voyais pas ralentir l’allure ce qui devait signifier qu’il n’avait rien. J’étais un peu soulagé alors qu’un virage dans la rue nous cachait temporairement des autres. Je reprenais ma respiration un instant alors qu’Abel me demandait si tout allait bien. Je tâtais de mes mains mon corps pour vérifier avant de lui répondre.

- C’est bon. On devrait trouver un endroit ou se cacher en attendant que ça se tasse. Tu n’es pas touché non plus, rassure-moi ?

Je remarquais dans un coin un grand immeuble. Il devait avoir plusieurs entrées et sorties et une dizaine d’étages. Il pouvait être l’endroit idéal. Nous trouverons sans doute des mobs dans certains appartements, mais on pourra toujours fermer la porte derrière nous et continuer notre chemin ailleurs. Je l’attrapais par le bras alors qu’il me confirmait qu’il allait bien. Nous ne devrions pas trainer. Il ne mettrait pas longtemps à rappliquer dans la zone. Je m’engouffrais alors dans l’immeuble. Je regardais derrière nous une dernière fois avant d’emprunter les escaliers pour me rentre dans l’étage suivant.

- Alors comme ça je suis ta fille, je ne suis pas assez sexy pour être ta femme ? J’avoue que j’aurais bien aimé avoir un papa comme toi ! Au moins tu es cool.

J’affichais un petit sourire en coin alors que je continuais de monter les marches sans savoir où j’allais. J’aimais bien embêter les gens et ce genre de remarque était parfait. Je savais que ce n’était pas vraiment le moment adéquat pour chambrer Abel sur son âge. Je n’avais jamais vraiment fait attention à la différence d'âge qui nous séparait avant. Il s’agit de détail que je préfère ignorer. Je me contente de savoir que c’est un être vivant doué d’intelligence. J’ouvrais une porte pour sortir des marches, nous étions au deuxième étage du bâtiment.

- Bon maintenant, à savoir ce qu’on fait. On cherche une planque ou les autres escaliers pour redescendre quand ils monteront. Si j’avais du courage, je te proposerais certainement de nous enfermer dans une pièce où il y a des mobs comme ça, ils ne nous y chercheront pas. Mais je n’aime pas du tout cette idée.

C’était pratiquement suicidaire de faire un truc comme ça. J’aimais bien ma vie et je n’avais pas vraiment envie de la voir disparaitre maintenant. J’avais encore tout un tas de trucs cool à vivre, du moins c’était ce que je me répétais à cet instant présent tellement la peur se faisait ressentir. Je serais fermement ma dague comme pour essayer de me calmer, mais cela n’était pas vraiment efficace.



★ The Heart Is An Organ Of Fire ★

Mes AnnexesJ'écris en #ccff99

Revenir en haut Aller en bas
http://www.walkingdead-rpg.com/t6813-listing-des-comptes
Abel Underwood
Modérateur
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 11/05/2016
Messages : 156
Age IRL : 26

MessageSujet: Re: Fuck Up World   Jeu 9 Juin 2016 - 18:08

Tamara était indemne, il était rassuré. Abel était livide : c’était la première fois qu’il tirait sur quelqu’un – de vivant du moins. C’était aussi la première fois qu’il se faisait canarder à l’AK-47 d’ailleurs. Il était essoufflé, des sueurs froides coulaient dans son dos. Guettant le moindre bruit, il hocha la tête pour signifier qu’il allait bien et suivit sa comparse dans un autre immeuble. Il était plus grand, donc recelait potentiellement de plus de planques, ce serait parfait dans un premier temps. Puisqu’ils avaient un moment de répit, le cinquantenaire inspecta les chargeurs des armes qu’il avait volées : ils étaient pleins – hormis celui de celle qu’il avait utilisée. L’un des Deasert Eagle atterrit dans son sac, le deuxième restait dans sa main, et son Smith & Wesson demeurait coincé dans sa ceinture.

Inspectant les environs du premier étage, il sourit nerveusement à la plaisanterie de la jeune femme. C’était la première chose qui lui était venue, pourtant lorsqu’il était assailli par quelques rêves charnelles, ce n’était clairement pas le rôle de sa fille que tenait la vendeuse. L’estomac d’Abel était encore trop noué pour qu’il aborde le sujet avec toute la subtilité requise, mais il sut formuler une petite répartie :

- Je ne voulais pas révéler notre petit secret à n’importe qui.

Au deuxième étage, ils firent halte. Les locaux devaient certainement être le siège d’un prestataire de service. Il y avait quelques bureaux isolés, puis un grand open space qui avait des airs de centre d’appels. La lumière du jour révélait les lieux aux travers les fenêtres brisées. Le vent avait balayé feuilles de papiers et autres dossiers légers, ils jonchaient désormais le sol dans un parfait chaos administratif. Au plus proches des vitres cassées, les intempéries des derniers mois avaient abîmé la moquettes et les meubles synthétiques. Il n’y avait que deux cadavres ici, d’ores-et-déjà libérés de leur malédiction.

Prenant le temps de souffler, Abel s’appuya sur un mur en écoutant sa camarade. Il aurait voulu avoir « la » solution, mais seules des hypothèses se dessinaient à sa portée. Besoin de larguer du leste : il posa le Desert Eagle sur le bureau le plus proche. Ce n’était pas un homme de combat, clairement pas, mais il ne regrettait rien. Pas même d’avoir tiré sur un gosse. C’était effrayant de réaliser ce qu’il serait capable de faire pour préserver les gens qui comptaient pour lui. Au début, l’agent pensait que seule Victoria méritait sa protection, mais ces derniers temps, son cœur s’était ouvert à d’autres. Tamara. Lilou. Pour elles aussi, il se tirerait de ce mauvais pas.

- Ils ont un blessé, répondit Abel, ça va les ralentir un peu, et ils ne sont que 4. C’est pas énorme pour ratisser efficacement la ville.

Il réfléchissait à haute voix en fait. Prudemment, il rattrapa son arme et alla faire le tour des fenêtres pour voir s’il apercevait leurs assaillants en contrebas. RAS pour l’instant. Quelques morts se baladaient par contre, attirés par le bruit des coups de feu. Il revint vérifier l’escalier, tendant l’oreille, avant de poursuivre :

- Du coup… on pourrait attendre. Je ne sais pas trop ce qu’ils veulent au camp mais comme tu as dit, sans doute lui nuire d’une façon ou d’une autre. Je ne suis pas certain que ça vaille le coup de risquer leur peau indéfiniment… on a fait pas mal de bruit, les rôdeurs arrivent, espérons qu’ils soient raisonnables.

Et s’ils ne l’étaient pas ? Abel entrevoyait un autre scenario : Flint pourrait avoir choisi de ne pas les traquer à travers la ville. Ce serait une perte de temps. En plus, il avait pris le risque de séparer son équipe une fois, il ne refera certainement pas la même erreur. Par contre, il déciderait peut-être de sécuriser le périmètre autour de la voiture du duo d’Evergreen et préparer un get apens pour quand il reviendrait. C’était en tout cas l’option la plus maligne.

- Plus on reste au même endroit, moins on aura de chance de s’en sortir nous aussi. C’est aussi possible qu’ils nous tendent un piège à la voiture alors… il faut qu’on en trouve une autre. Et on repart par une autre route.

Au pire des cas, ils repartaient avec deux nouvelles armes, et pas n’importe lesquelles. Ça ferait du bien à l’armurerie du camp. Le choix de la tactique reposait sur le jugement de la jeune femme désormais.


♪ Depuis la nuit des temps ne voyez-vous pas que les troupeaux meurent. ♪
Revenir en haut Aller en bas
Tamara C. Kroeger
Tam Capone
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 31/10/2015
Messages : 832
Age IRL : 22

MessageSujet: Re: Fuck Up World   Ven 10 Juin 2016 - 10:32

Notre petit secret, rien que ça. J’affichais un sourire amusé. La situation était galère, mais au moins, il me faisait bien rire. Je pouvais me détendre un peu ce qui me permettait de mieux réfléchir à ce qui se passerait maintenant. Nous devions trouver une porte de sortir de cette merde et le plus vite serait sans doute le mieux. Il regardait par la fenêtre, les mobs commençaient à venir dans toutes les directions. Les échanges de tirs les avaient attirés, j’aurais dû y penser à ça plutôt qu’essayer de se tirer dans un coin. Ma méthode était bonne aussi, mais il faudrait espérer qu’un autre bruit les attire ailleurs.

- Ils sont peut-être que quatre, mais ils sont bien mieux armés que nous, même si on a récupéré deux de leurs flingues. Je n’avais jamais entendu un AK-47 tirer et je ne sais même pas si lui reste des munitions.

Avant qu’il ne le dise, je n’avais pas réalisé qu’il avait tiré dans le fameux K. Je ne savais pas trop si dans ma fuite je n’avais entaillé la gorge de Sara un peu plus profondément, mais en réalité, je ne préférais pas y penser. Je n’avais pas envie de me sentir meurtrière pour le reste de ma vie. Je regardais l’arme qu’Abel avait posée sur le bureau. Je la touchais du bout des doigts, pas très convaincu de voir un truc pareil. Trop de mauvais souvenir avec les armes de ce genre. Dante, le Canada, notre fuite… Tout un tas de trucs que tout le monde ignorait et qui me rendait mal à l’aise. Abel reprit alors la parole. Je l’écoutais attentivement. Nous devions reprendre la route se serait donc la décision la plus sage.

- Si on attend encore on risque de se faire submerger en effet. Reste bloqué toute la nuit ici, je doute que ce soit une bonne idée en effet. Tu crois qu’ils sont réellement que quatre et pas issue d’un autre groupe comme nous ?

J’avais peur à l’idée qu’un groupe de pilleurs puisse exister aussi proche de chez nous. Cela impliquerait que nous devrions faire encore plus attention à l’avenir. Je ne voulais pas avoir peur même à l’intérieur d’Evergreen, surtout pas quand j'essayerais de trouver le sommeil dans mon lit. J’étais en train de monter tout un tas de plans plus improbable les uns que les autres. J’observe un peu Abel. Je savais qu’il n’avait pas non plus la réponse à cette question et que pour le moment, il était préférable de ce concentré sur notre avenir proche. Je réajustais mon carquois sur mon dos et vérifiais mes flèches. Je n’en avais pas abimé durant notre fuite et j’étais rassuré, déjà que je n’en avais pas beaucoup, si en plus j’en avais la moitié en miette se serait problématique.

- Je pense que tu as raison, nous devons prendre la route. Trouver un véhicule en état de rouler avec de l’essence ne devrait pas être trop dur… Tu reprends le flingue s’il te plait, je n’ai pas le courage de le mettre dans mon sac. On sort par l’autre sorti, ce sera un peu plus sur.

Je repris le chemin tout droit. Je cherchais une porte avec un gros deux écrit dessus. Il se trouvait à l’exact opposé du premier escalier. Nous serions rapidement à nouveau dehors. J’espérais ne pas tomber nez à nez avec les deux autres c’était compliqué. Je remarquais un sous-sol alors que nous descendions les marches. Je m’arrêtais une seconde pour réfléchir. S’il y avait un sous-sol, c’est parce qu’il devait certainement avoir un parking sous terrain. Ce serait sans doute la manière la plus rapide de trouver une voiture à condition qu’il y en ait encore. Nous avons croisé quelques cadavres sur la route à l’intérieur de l’immeuble. Cependant, je n’ai jamais fracturé une voiture et je doute qu’elles soient ouvertes. Je ne sais pas quelle décision prendre, surtout qu’après réflexion, il y a peut-être une lourde porte qui bloque l’entrée et la sortie. Je me renfrogne, tant pis. On irait dans la route.

- On devrait sans doute essayer un parking. C’est là où nous aurons la plus grande concentration de voiture et peut être qu’on trouvera ce qu’on cherche.

Je connaissais un peu la ville, mais en levant les yeux vers les panneaux, un magasin était indiqué un peu plus loin, on devrait certainement partir dans cette direction. On pourrait toujours essayer d’ouvrir les voitures que nous croiserons sur la route. Histoire de ne pas passer à côté de notre moyen de locomotion jusqu’à la maison.



★ The Heart Is An Organ Of Fire ★

Mes AnnexesJ'écris en #ccff99

Revenir en haut Aller en bas
http://www.walkingdead-rpg.com/t6813-listing-des-comptes
Abel Underwood
Modérateur
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 11/05/2016
Messages : 156
Age IRL : 26

MessageSujet: Re: Fuck Up World   Ven 10 Juin 2016 - 18:32

Tamara suggéra que leurs ennemis du jour venaient d’un autre camp. Il ne savait pas trop quoi en penser. A voir leurs dégaines, ils n’avaient pas l’air de gens installés. Néanmoins, rien ne garantissait qu’ils ne fussent pas tout un groupe de nomades patibulaires prêts à s’approprier un refuge par la force. Dans tous les cas, c’était une hypothèse à ne pas écarter pour l’instant. Abel ne craignaient pas tellement pour le chalet ; ses habitants avaient survécu à l’enfer, ils sauront se défendre en cas de siège. Le souci le plus immédiat c’était que lui et Tamara retrouvent leur foyer en un seul morceau.

La jeune femme était d’accord pour ne pas s’éterniser, alors qu’ils décollèrent. Le cinquantenaire couvrait ses arrières avec l’un des Desert Eagle, mais ce fut son couteau papillon qu’il utilisa pour libérer les quelques mordeurs qui se dressèrent sur leur route. Tant qu’ils étaient isolés, il pouvait gérer. Il devenait même réellement habile quand il s’agissait de dénuder et replier sa lame d’un geste. La vendeuse s’arrêta en voyant la porte du sous-sol. Son aîné comprit ce qui la travaillait, mais son instinct lui dictait que c’était une mauvaise idée. Dieu seul savait si des monstres ne s’étaient pas égarés sous terre, sans personne pour venir les en déloger.

- Va pour un parking, acquiesça Abel tandis que son flingue les précédaient à l’extérieur.

Personne. Peut-être était-ce un hasard, peut-être son hypothèse était la bonne, dans tous les cas, ils ne devaient pas relâcher leur prudence. D’un signe de tête, il désigna une charogne, avançant mollement dans leur direction, laissant cette fois le soin à Tamara de s’en occuper. Le temps que le cadavre s’effondre, l’agent avait essayé d’ouvrir les portes des voitures les plus proches. La seule qui se laissa faire avait deux pneus complètement à plat, les autres étaient inviolables.

- Prépare une flèche, conseilla-t-il à mi-voix alors qu’ils avançaient vers un magasin, si jamais tu en vois un, n’hésite pas à tirer. C’est eux ou nous, ajouta-t-il après une seconde, comme pour s’alléger la conscience.

Il était tellement tendu, le gros calibre levé en permanence, que ses épaules lui firent mal au bout de dix minutes. La chance ne semblait pas prête à leur sourire, car aucun des véhicules croisé ne fut favorable à leurs besoins. A chaque seconde écoulée, une autre forme de panique gonflait dans le cœur du cinquantenaire : pas celle d’être abattue, mais celle d’être bloqué dans une ville hostile toute une nuit. Il n’avait pas eu à connaître la rudesse de la survie en extérieur depuis la fuite de Seattle. Les choses étaient pires désormais : plus de rôdeurs et moins de ressources.

Ils allaient arriver au magasin que cherchait à rejoindre Tamara mais juste avant de débouler sur le parking le plus proche, Abel la retint par le bras pour l’attirer contre le mur de la rue qui les protégeait encore. Ce n’était pas un ou deux mordeurs qui faisaient le pied de grue, c’était une bonne vingtaine. Leurs râles formaient une litanie morbide, entêtante, ambiante. Beaucoup trop pour qu’ils puissent s’en débarrasser, et ils leur barraient la route.

- On ne peut pas passer par là, constata l’ancien agent, faut qu’on cherche autre part…

En amorçant son demi-tour, il aperçut qu’un mort exclu du gang se promenait en retrait et venait de les apercevoir. Il accéléra soudainement l’allure, bras tendus, mâchoires ouvertes, et fut accueilli par le couteau papillon du cinquantenaire dans la tempe. Mollement, la charogne s’écroula et se mura dans le silence. La voie de leur retraite était libre, pour l’instant…


♪ Depuis la nuit des temps ne voyez-vous pas que les troupeaux meurent. ♪
Revenir en haut Aller en bas
Tamara C. Kroeger
Tam Capone
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 31/10/2015
Messages : 832
Age IRL : 22

MessageSujet: Re: Fuck Up World   Dim 12 Juin 2016 - 11:10

Le parking semblait lui plaire. Je ne voyais pas ce que nous pourrions faire de plus pour trouver un véhicule. En réalité, il y en avait plein partout, mais je n’avais jamais vandalisé une voiture alors à part perdre beaucoup de temps précieux, je ne voyais pas vraiment ce que je pourrais faire. Visiblement Abel non plus. Lui comme moi étions incapable de trouver un véhicule pour le moment. La seule voiture qui avait daigné s’ouvrir avait deux pneus crevés et plus d’essence. Aujourd’hui la bonne fortune avait décidé de lâchement nous abandonner à notre sort visiblement.

-Je gère.

Un mob venait dans notre direction. Je sortais ma dague de ma main gauche avant de gentiment m’approcher de lui et lui planter la lame dans sa tempe. Je n’avais pas tremblé une seule seconde. J’avais réussi à garder mon sang froid en m’en prenant à un être toujours vivant alors ce n’est pas ses créatures d’outre-tombe qui vont me faire douter de moi. La route était encore longue devant eux. Il faudrait avancer au plus vite.

Alors qu’il me demandait de m’armer, j’avais déjà une flèche dans les mains. J’étais prête à bander mon arc et tirer à la moindre occasion. J’étais sur la défensive, chaque bruit me faisait trembler de peur. Il n’était plus question d’être la fille pétillante que tous connaissaient, mais plutôt la brune prête à tout pour sauver sa peau. J’avais déjà fait beaucoup par le passé et je n’étais pas près de reculer devant l’impossible. Enfin ça c’était sans compter la horde de rôdeurs devant nous.

- Caralho ! Oui je me remets à jurer en brésilien, ça arrive fréquemment quand on y fait un petit peu attention. On n’a pas le choix de toute façon.

J’ouvrais la marche alors qu’on rebroussait chemin et j’entendais alors un bruit de moteur au loin. Il était de retour. Je ne sais pas dans combien de temps ils seraient sur nous, mais on devrait trouver une porte de sortie au plus vite. J’attrapais comme à mon habitude Abel par le bras et lui fit prendre à gauche dans une petite ruelle. Elle était jonchée de détritus partout et elle était bien trop étroite pour qu’ils puissent l’emprunter avec leur véhicule. Pendant un temps je me demandais comment nous ferions pour passer alors que j’essayais tant bien que mal de me faire un passage entre deux poubelles.

- Je suis désolé de t’avoir embarqué dans cette merde. Les mobs c’est facile à gérer, mais les vivants c'est autre chose. C’est la première fois que je croise des gens hostiles. J’ai rencontré d’autres personnes dehors, mais pour la plupart ils étaient gentils. Je suis bien trop naïve et j’aurais dû prendre en compte cette éventualité.

Ce n’était pas les meilleurs moments pour faire un mea culpa, mais j’avais besoin de le dire, parce que je m’inquiétais vraiment de l’avenir d’Abel dans cette mission qui ressemblait de plus en plus à une mission suicide. Alors que finalement après beaucoup d’effort j’arrivais à me frayer un chemin. Il y avait devant nous quelques mobs. Il y en avait que quatre ce qui n’est pas très compliqué à gérer. Ne voulant pas risquer de casser mes flèches, je ressortis ma dague et avec l’aide d’Abel nous arrivons à en finir avec eux. Le vrombissement de la voiture se rapprochait un peu plus. J’avais du mal à garder mon sang-froid. On devait se dépêcher si on voulait survivre comment avaient-ils pu nous retrouver ? Nous avions fait tout notre possible pour disparaitre. Le côté positif c’est qu’avec leurs voitures ils attiraient tous les mobs contrairement à nous.

- Comment c’est possible ? On ne doit pas trainer, il nous faut une porte de sortie où les affronter, mais on ne doit pas rester sans rien faire.

Je n’étais vraiment pas prête à m’en prendre à des humains, mais si je n’avais pas le choix et bien je le ferais. C’était la vie avant doute le reste.



★ The Heart Is An Organ Of Fire ★

Mes AnnexesJ'écris en #ccff99

Revenir en haut Aller en bas
http://www.walkingdead-rpg.com/t6813-listing-des-comptes
Abel Underwood
Modérateur
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 11/05/2016
Messages : 156
Age IRL : 26

MessageSujet: Re: Fuck Up World   Lun 13 Juin 2016 - 18:40

Elle était brésilienne ? Ce n’était pas vraiment le moment pour se poser ce genre de question, mais il ne l’avait pas encore soupçonné. Suivant la belle tandis qu’ils rebroussaient chemin, un moteur en approche se faisait entendre. Étaient-ce les mêmes types ? Du renfort ? D’autres survivants ? Sans le savoir, toutes les hypothèses étaient valables. Tamara choisit néanmoins de ne pas chercher à vérifier en l’entraînant dans une ruelle étroite, option sur laquelle il n’avait rien à redire.

- Tu pouvais pas savoir, rétorqua Abel quand sa cadette s’excusa, ça devait bien arriver un jour, alors…

Il eut un sourire tendu. Au fond, il préférait que ce soit arrivé en sa compagnie, parce qu’il pourrait veiller sur sa sécurité. Tant que Victoria était entre les murs du chalet, son esprit pouvait se focaliser sur un autre de ses coups de cœur. Gardant ces pensées pour lui, ce n’était de toute façon pas le lieu ni le moment idéal pour un peu de lyrisme, le cinquantenaire déplia son couteau une fois à portée du comité d’accueil. Eviter de se faire mordre, assurer une prise, enfoncer la lame dans la boîte crânienne… le métier rentrait plutôt bien.

- Aucune idée… ils ont peut-être appelé du renfort ? suggéra l’agent sans y croire.

Ou en tout cas, il espérait que ce ne soit pas le cas. En fait… il était déjà au-delà de cette considération : les paroles de la vendeuse avaient semé le doute dans son esprit. Devaient-ils les affronter ? Cette fuite pouvait s’avérer manquant cruellement de sens s’ils ne trouvaient pas de véhicule, mais d’un autre côté… tuer d’autres vivants ? Tuer ou être tués, en étaient-ils arrivés à cette question. Ça le travaillait, non pas parce que l’idée lui était impensable mais au contraire, parce qu’il s’étonnait de s’en sortir capable.

Déboulant dans une avenue à la sortie de la ruelle, les deux acolytes eurent tôt fait de nettoyer les 3 charognes qui zonaient en gémissant. Plusieurs voitures les attendaient, alignées sur le trottoir ou bien au travers de la route, un chaos organisé. Il manquait toujours quelque chose : les clefs, l’essence, la batterie, voire des pièces de moteurs. Et quand les bonnes conditions semblaient réunies, les pneus étaient crevés ou bien la voiture était accidentée.

- Merde ! Ragea Abel en frappa le capot du énième véhicule qu’ils vérifiaient.

Il était en nage, son T-shirt était trempé et s’il n’était pas si difficile de s’habiller ces temps-ci, il aurait bazardé sa veste depuis longtemps. Heureusement, le vrombissement qui les rattrapait à un moment s’était évanoui, mais le jour avançait, infatigable. Le cinquantenaire prit son cou entre ses mains en fixant d’un air dépité les épaves qui s’étalaient sous son regard. Plus le temps passait, plus une évidence devenait une solution. Une horrible solution. Une voiture, il savait parfaitement où il y en avait en état de marche : la leur et… le 4x4 des pillards.

Attiré par l’exclamation de colère de l’ancien agent, un mort pointa le bout de son nez putréfié et claudiqua soudain plus vite en s’apercevant de la présence d’un casse-croûte. Abel marmonna un ou deux jurons bien américains, sur le fait qu’ils ne pourraient pas être tranquilles, essuyant son visage ruisselant d’un air agacé. Il ressortit bien vite sa lame, l’ouvrit, et la planta dans la tempe avec un surplus de vigueur. Un peu de catharsis lui faisait du bien.

- Bon…, il revenait vers Tamara, tu le pensais ce que tu disais ? Qu’on peut les attaquer ?

Il n’avait pas du mal à croire qu’il proposait ça. Il avait du mal à croire que lui, soit si résigné à prendre cette voie. Comme si sa conscience cherchait à le dissuader, il regardait régulièrement les espoirs épuisés qui les entouraient, comme si l’un d’eux allait soudain reprendre vie.

- On ne sait pas où ils sont, mais ils ne savent pas où on est… si on peut les surprendre, on a une chance. On reprend notre caisse, voire on pique la leur, et on rentre… c’est eux ou nous, pas vrai ?


♪ Depuis la nuit des temps ne voyez-vous pas que les troupeaux meurent. ♪
Revenir en haut Aller en bas
Tamara C. Kroeger
Tam Capone
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 31/10/2015
Messages : 832
Age IRL : 22

MessageSujet: Re: Fuck Up World   Mar 14 Juin 2016 - 16:20

C’est le cœur lourd que je regardais l’homme alors qu’il me demandait si je pensais sérieusement ce que je venais de dire. En réalité, je n’étais pas vraiment sérieuse. Je n’étais pas prête à agir de la sorte, mais la vie ne me laissait pas vraiment le choix en réalité. J’avais le regard triste presque même éteint comparé à d’habitude. Cette lueur pétillante s’était transformée en éclaire obscure. J’avais le même regard que lorsque je vivais au Canada, j’étais prête à tout pour suivre et si on devait se servir de l’effet de surprise pour arriver à les vaincre et rentrer avec une voiture, il en serait ainsi. C’est la voix légèrement hésitante que je répondais à Abel.

- Sérieuse, non pas vraiment… Je dirais plutôt que je suis résignée et que je n’ai vraiment pas envie de mourir ici alors je suis prête à aller contre mes sentiments.

Je devais donc en conclure qu’il était d’accord pour me suivre dans cette folie. J’avais un peu peur de voir ou cette histoire allait nous entrainer. Je regardais autour de moi, je cherchais une autre solution, mais je devais me rendre à l’évidence, elle n’existait pas. Je remarquais qu’Abel avait un peu chaud avec sa veste et j’avoue qu’il en était de même pour moi entre la course poursuite et le stress, le combo n’était pas vraiment appréciable. J’avais envie de croire Abel alors qu’il disait qu’on n’avait pas le choix, eux ou nous. J’avais l’impression que ses mots raisonnés dans ma tête. Il voulait que je le confirme, mais j’en étais simplement incapable.

- Il nous faut une voiture, c’est une certitude en tout cas. Jusqu’à présent on n’a pas réussi à trouver un moyen de transport correct. Je pense qu’il y a toujours des personnes qui surveillent notre voiture pour s’assurer qu’on ne reparte pas avec. Alors prendre le leur serait sans doute la meilleure solution.

J’avais copieusement évité de confirmer sa question. Je n’avais pas envie de devenir un monstre, même si en réalité j’en étais déjà un. Je repensais à mon passé un instant, tuer des gens qui en avaient après nous pouvait être assimilé à de la légitime défense après tout. Surtout que nous n’étions pas obligés de les tuer, nous pourrions simplement les immobiliser et nous enfuir avec la voiture ensuite. Il faudrait certainement qu’on les attire dans un piège, mais comment ?

- On devrait faire un piège pour pouvoir les surprendre. J’ai beau réfléchir, je ne sais pas trop comment m’y prendre. Tu as des idées de ton côté, en dehors de se cacher dans un bâtiment et attendre, cependant ça pourrait être long jusqu’à ce qu’il nous trouve.

J’étais déjà en train de penser à l’attente qui pourrait se faire très longue caché dans un coin. Il y avait un grand bâtiment un peu plus loin peut-être qu’on devrait s’y rendre, ou sinon aller en direction du bruit pour essayer d’évaluer la situation. Le temps nous manquait avant qu’ils ne viennent nous trouver, j’entendais le bruit du moteur se rapprocher. Ils devaient certainement avoir une tripoté de mob qui leurs coller les basque. Je retirais un instant tout mon attirail pour ranger ma veste dans mon sac. J’avais trop chaud avec cette histoire et si je devais encore courir je serais morte de chaud entre temps.

- Je pense que la meilleure option est de se rapprocher d’eux discrètement, il faut qu’on sache combien ils sont avant de tenter le diable.

Faire marche arrière ne me plaisait pas trop, mais nous avions pris cette décision sans vraiment en parler. Je n’avais jamais marché aussi lentement de ma vie. J’avais bien l’impression que le véhicule était un peu plus sur la gauche. Je passais doucement ma tête pour voir un peu plus loin dans l’intersection. Ils étaient là. Mais visiblement, il n’était que deux. Il avait peut-être une chance. Il y avait le gars à l’Ak 47 et l’autre que je n’avais pas encore vue.

- Ils sont que deux ici, comme je m’en doutais. On fait quoi maintenant ?



★ The Heart Is An Organ Of Fire ★

Mes AnnexesJ'écris en #ccff99

Revenir en haut Aller en bas
http://www.walkingdead-rpg.com/t6813-listing-des-comptes
Contenu sponsorisé
WALKING WITH THE DEADS

MessageSujet: Re: Fuck Up World   Aujourd'hui à 10:37

Revenir en haut Aller en bas
 

Fuck Up World

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 3 sur 4Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant

 Sujets similaires

-
» CNN: Food prices rising across the world
» Vente Elysien Forge World (GI)
» Rock My World
» Forge World
» Nouveauté Forge World

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Walking Dead RPG :: Archives RP :: RP Terminés-