anipassion.com
Partagez | .
 

 Fuck Up World

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3, 4  Suivant
Auteur
Message
Tamara C. Kroeger
Tam Capone
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 31/10/2015
Messages : 832
Age IRL : 22

MessageSujet: Fuck Up World   Mar 31 Mai 2016 - 17:34

Comme souvent ça me prenait, j’avais envie d’aventure. Je voulais me sentir vivante en jouant la sauveuse de princesse en détresse. J’avais envie de trouver de jolis tissus pour faire des vêtements aux gens. Je n’avais pas encore eu la main dessus. J’en parlais depuis si longtemps. Mais je n’arriverais à rien si je n’avais pas de matière première. Si je pouvais mettre la main sur une petite machine à coudre manuelle qui me permettrait de faire des points plus rapidement, je ne dirais pas non. Cependant, je ne savais pas avec qui y aller, tous mes amis étaient occupés. Je réalisais alors qu’Abel devait être disponible.

Je savais qu’il faisait des efforts pour s’intégrer au groupe et qu’il voulait sortir de son confort. Mais je n’avais pas envie qu’il lui arrive quelque chose par ma faute. J’avais déjà donné avec la mission. Je m’étais cassé la gueule et j’avais tout foiré. Aujourd’hui, je prendrais mes lunettes pour commencer au lieu de faire la fanfaronne. J’attrapais ma veste à capuche et mon sac en bandoulière qui était plus pratique quand je mettais mon carquois sur mon dos. J’attrapais pour finir mon sac. J’avais donc le nécessaire pour partir. J’avais une dizaine de flèches dans ma réserve, il faudrait aussi que je m’en trouve des nouvelles, tant que je n’étais pas à moins de cinq, je ne m’en inquiétais pas trop.

Je sortis de ma chambre pour aller frapper à une porte un peu plus loin. Cette fois si, je fis preuve d’un peu savoir vivre et j’attendais patiemment qu’on me dise d’entré ou qu’on m’ouvre la porte. Mon sourire s’élargissait un petit peu plus quand je vis le visage d’Abel m’accueillir dans sa chambre. Il ne m’avait sans doute pour le moment jamais vue avec tout cet attirail, mais il fallait bien que ça commence un jour. Moi aussi j’étais une survivante et malgré mon apparence frêle, je faisais partie des plus coriaces.

- Bonjour vous deux. J’espère que vous allez bien. Je suis venue pour te parler Abel.


J’avais signé en même temps pour faciliter la tâche à Victoria je m’étais beaucoup amélioré au cours de ces deux dernières semaines. La petite m’avait aidé comme convenu à me fabriquer des rideaux, elle avait fait un superbe travail même si elle c’était légèrement esquinté les doigts en se plantant une ou deux fois l’aiguille par inadvertance. C’est le métier qui rentre comme on dit. Nous avions beaucoup ri toutes les deux et c’était de magnifique souvenir que nous avons créé.

- Tu m’avais dit que tu te sentais prêt pour affronter l’extérieur et je pense que le moment est venu. On a une tonne de choses qui commence à manquer et j’aimerais aussi trouver du fil. Mes réserves commencent à tomber à plat à force de rafistoler les vêtements ou ce genre de chose.


J’affichais une petite tête triste face à cette terrible nouvelle. Ce n’était pas vraiment malheureux et ça pouvait vite s’arranger, mais j’avais un peu peur de son choix. Je ne savais qu’il pourrait toujours laisser Rose garder Victoria, elle était vraiment géniale cette fiche. Je n’avais pas souvent eu l’occasion de lui parler par le passé, mais j’étais bien contente de pouvoir passer un peu plus de temps avec elle maintenant. Elle ne faisait pas l’unanimité dans le groupe pour autant, enfin moi ça me faisait rigoler.

- Ce n’est pas parce que je suis déjà prête que tu dois te sentir pressé, réfléchis bien avant de me dire oui ou non.

Je ne voulais pas le forcer à faire un choix. Ce n’était pas mon but. J’avoue que je serais bien contente de passer du temps en temps à tête avec Abel. Sans aucune arrière-pensée, voyons. C’est sans vraiment me demander qui pouvait croire à ce genre de chose que je souriais aux deux personnes présentes dans la pièce.



★ The Heart Is An Organ Of Fire ★

Mes AnnexesJ'écris en #ccff99

Revenir en haut Aller en bas
http://www.walkingdead-rpg.com/t6813-listing-des-comptes
Abel Underwood
Modérateur
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 11/05/2016
Messages : 156
Age IRL : 26

MessageSujet: Re: Fuck Up World   Mer 1 Juin 2016 - 20:12

Quand on frappa à la porte, il était occupé à déplier et replier son couteau papillon à une main. Mine de rien, ça demandait un peu de maîtrise. Puisqu’il était bien décidé à ne pas passer le restant de ses jours enfermé dans le chalet, il fallait qu’il soit prêt. Dans un instant crucial, il devrait être capable de se servir de sa lame sans hésiter ni cafouiller.

C’était Tamara, équipée comme une amazone. Abel sourit en l’invitant à entrer d’un signe de tête : cette allure lui allait bien. Sans doute mieux qu’à n’importe quelle autre femme du refuge. Elle disait être venue pour lui parler et avant même qu’elle n’ait à s’expliquer, le cinquantenaire avait compris de quoi il retournait. Braver le monde extérieur, quitter le cocon qui le protégeait depuis environ six mois. Cette période semblait si longue qu’en y pensant, ça lui donnait le tournis. Il voulait avoir l’air détendu mais ses mâchoires s’étaient crispées et son teint avait légèrement pâli. Il regarda autour de lui d’un air absent, comme s’il flottait à la frontière d’un rêve, puis assura d’une voix blanche :

- Je viens, pas de problème.

Il se trouvait au bord du grand bain mais ne savait plus s’il avait envie de plonger. Le pédiluve était pas si mal au final, n’est-ce pas ? Abel s’accroupit à la hauteur de Victoria et, avant d’être capable de lui signer quoique ce soit, la serra dans ses bras. C’était une appréhension intense de sentir que c’était peut-être la dernière fois, que sa fille pouvait devenir orpheline parce qu’il avait voulu jouer au héros pour quelques conserves et du fil. Plongé dans ses yeux noisette, l’ancien agent retrouva la raison qui le motivait à se battre : il voulait la protéger, il voulait briller dans ses prunelles. Il n’attendait pas comme un vieux boulet que les autres risquent leurs vies. Il aimait profiter des bonnes occasions, mais n’était pas un fainéant ; et il ne supporterait pas le regard des autres. Abel se souvenait encore de ce que lui avait dit Bruce, que ce n’était pas en la couvant qu’il lui rendait le mieux service… « tu vas aller voir Norman et Rose, ok » demanda-t-elle avec des mains tremblantes « Papa va sortir… faire des courses avec Tam, il sera de retour ce soir ».

Inutile d’ajouter l’incertitude, il savait qu’elle avait compris. Il le décela dans ses traits de porcelaine incapables de masquer son inquiétude, et dans l’étreinte qu’elle offrit en retour. Le père ne voulait pas flancher, alors il repoussa délicatement sa fille et se redressa. Avec des gestes qui lui parurent trop lent, il enfila sa veste de demi-saison, glissa son couteau dans sa poche, et s’empara d’un gros sac de camping qu’il avait réussi à se procurer. Machinalement, il jeta un œil à l’horloge ramenée des boutiques de tourisme proche, mais réalisa après quelques secondes qu’il ne l’avait toujours pas réglée. Ne pouvait fuir l’inévitable, Abel vint se positionner face à sa cadette, l’air fébrile mais décidé.

- Ça va aller ne t’en fais pas. Je ne pouvais pas avoir de meilleure compagnie pour mon baptême du feu, et je suppose que ce ne sera pas si terrible.

Il regarda quelques instants Victoria qui mettait ses chaussures. Elle était un peu plus sombre, sensible à la possibilité de ne plus revoir son père, mais était en même temps ravie de pouvoir passer un long moment en compagnie de Norman. Le cinquantenaire avait l’impression de ne jamais l’avoir autant aimée, une affection qui transcendait les canons de l’être humain.

- Je te laisse me guider pour l’équipement, dit Abel on accordant à nouveau son attention à Tamara, tu vas devoir me montrer l’exemple pour à peu près tout aujourd’hui en fait.


♪ Depuis la nuit des temps ne voyez-vous pas que les troupeaux meurent. ♪
Revenir en haut Aller en bas
Tamara C. Kroeger
Tam Capone
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 31/10/2015
Messages : 832
Age IRL : 22

MessageSujet: Re: Fuck Up World   Mer 1 Juin 2016 - 23:58

Je préférais rester en retrait alors qu’Abel expliquait la situation à sa fille. J’étais persuadé qu’elle avait parfaitement compris de quoi il retournait en me voyant arriver. Aujourd’hui, mon sourire était un peu dissipé par rapport à la dernière fois, mais je subissais aussi le stress du dehors. Ce n’est jamais facile d’aller à l’aventure. On ne sait jamais vraiment sur quoi on va tomber. J’étais en train de jouer avec mes doigts, je les torturais dans un sens et dans l’autre. Je remarquais alors l’élastique que j’avais à mon poignet. Je n’avais donc pas encore attaché mes cheveux, ce que je m’empressais de faire pendant que Victoria était en train de mettre ses chaussures et Abel sa veste.

- N’y a pas de raison que ça se passe mal. Oui, on va croiser des mobs, mais on va se préparer correctement et on aura l’avantage.

Abel ajouta qu’il était prêt, mais qu’il avait besoin d’aide concernant son équipement. En tout cas, ce n’est pas dans sa chambre qu’on trouverait le nécessaire. L’inventaire du survivant pouvait varier d’une seconde à l’autre. Il fallait prendre en compte que plus on s’encombrait, moins on aurait de place pour mettre des choses utiles à ramener chez nous. Pour ma part, j’avais dans mon sac, ma gourde, une lampe torche, une pile de rechange, une carte, une boussole et un crayon. Je pouvais déjà lui fournir la lampe torche et la gourde. Je l’invitais donc à me suivre dans le hall du chalet. Pour remplir son sac de quelques trucs utiles.

- Déjà, est-ce que tu as ou veux une arme à feu ? Ce n’est pas nécessaire, ça fait du bruit et faut savoir s’en servir, mais ça peut tout de même avoir une utilité.

Une fois dans le hall, je me dirigeais en direction de la cuisine, juste avant la porte d’entrée, je m’arrête nette pour me tourner vers la droite. J’ouvrais ensuite une porte qui servait de placard à balais avant. Il y avait des lampes torches, des piles, des cartes, des gourdes et tout un tas d’autres trucs qui peuvent être utiles avant de partir en expédition. J’attrapais alors une lampe torche, une gourde et une paire de gants de bricolages. Avant de lui donner le tout.

- Je te conseille de mettre la lampe dans ton sac et de mettre les gants. On ne sait pas trop où on va mettre les doigts et avoir une petite protection en plus contre les affections ou les casseaux de verres, c’est pas mal. La gourde on va aller la remplir, il faut que je fasse pareil avec la mienne.

Je fouille alors dans mon sac et rentre dans la cuisine. Je trouve enfin la gourde, pourtant mon sac est presque vide et la plonge dans la grande réserve d’eau. Pendant qu’Abel fait de même avec la sienne. Normalement, nous devrions être de retour pour le repas du sort alors, il n’était pas question de prendre à manger, au pire si nous voulions nous remplir le ventre, il faudrait trouver de quoi le faire. Après avoir rangé l’objet dans mon sac. Je réajustais mes lunettes sur mon nez. Il était temps de partir à l’aventure.

- Bon, et bien je pense qu’on a tout. J’ai une carte dans mon sac pour savoir où l’on va. Je t’en donnerais une quand on reviendra pour que tu la gardes. On doit se rapprocher de notre point de chute en voiture, tu veux conduire ou je prends le volant. Et oui, malgré les apparences, je sais conduire.

J’accompagnais cette dernière phrase d’un clin d’œil. J’étais parfaitement prête à lui laisser le volant s’il le désirait, pendant qu’il se décide je fais demi-tour et me dirige vers la porte extérieure du chalet. Quand c’est l’heure de l’aventure, il ne faut pas la faire attendre. Sinon, il parait que ça porte malheur.



★ The Heart Is An Organ Of Fire ★

Mes AnnexesJ'écris en #ccff99

Revenir en haut Aller en bas
http://www.walkingdead-rpg.com/t6813-listing-des-comptes
Abel Underwood
Modérateur
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 11/05/2016
Messages : 156
Age IRL : 26

MessageSujet: Re: Fuck Up World   Ven 3 Juin 2016 - 11:11

- Je vais prendre un flingue oui, acquiesça Abel, juste au cas où.

Ça faisait du bruit, certes, mais en cas de situation critique, ça devait certainement faire la différence. Avant l’armurerie, il suivit la jeune femme pour récupérer torche, gourde et gant. C’était intéressant de la voir faire. Si habile, si organisée, comme si ce n’était rien d’autre qu’une banale randonnée. Les « mobs » ne lui faisaient pas peur alors que lui, craignait plus que tout de se retrouver submergé à nouveau. Hochant la tête en signe qu’il comprenait les recommandations qu’on lui donnait, le cinquantenaire remplit lui aussi sa réserve d’eau. Quand Tamara lui demanda s’il voulait conduire, il n’hésita pas une seconde :

- Je vais le faire. Ça me distraira un peu je pense. Tu seras ma copilote.

Il tenta un sourire puis la suivit vers l’endroit où étaient conservées les armes à feu de leur camp. Abel choisit un Smith & Wesson, classique, pas difficile d’utilisation. C’était mieux que de s’encombrer d’un autre calibre qu’il ne saurait pas manier. Il s’assura que la sécurité était mise puis coinça le revolver dans sa ceinture. Dehors, le ciel était couvert et boudait à laisser s’exprimer le soleil printanier. L’ancien agent n’était pas superstitieux, mais il se surprit à regretter que sa première expédition ne se passe pas un jour radieux… histoire de se donner du courage.

En s’installant au volant du véhicule qu’ils allaient utiliser, il eut un bref instant d’hésitation. Comment on faisait déjà ? La conduite c’était supposé être comme le vélo et revenir instinctivement. Mais le fait est que pendant des mois, il n’avait pas approché une voiture, ni n’avait songé à conserver ses réflexes. Il se sentirait presque comme le jour de son examen du permis, mais le bruit délicieux du contact qui démarre lui remit les idées en place. Ça faisait si longtemps qu’il n’avait pas senti un volant vibrer entre ses mains, ni une carlingue vrombir en se gavant d’essence.

- On dirait que c’est partie… par où on va ?

Il eut un pincement au cœur envoyant le chalet s’éloigner dans son rétroviseur. Plus la distance entre lui et Victoria se creusait, plus il se sentait mal, mais les instructions de Tamara l’obligeaient à rester concentré. Certes, il n’y avait pas grand monde sur les routes – personne en fait – mais il devait veiller à ne pas heurter un animal, ou un rôdeur, ou une carcasse de voiture abandonnée. S’il plantait leur moyen de transport, non seulement les leaders allaient lui en vouloir mais en plus, il condamnerait leur duo à rentrer à pieds.

Ensuite, ce fut la curiosité qui tenir à distances ses craintes. Ses yeux brun embrassait le monde, la forêt, les montagnes, ce décor qu’il pensait ne jamais revoir de si près. Le monde n’était pas en cendre, comme son imagination le lui suggérait, il était là, presque immaculé, paisible. Un leurre mortel. D’ailleurs, une charogne brisa le tableau idyllique, sa chair putréfiée pendant sur ses os, sa mâchoire à nue, ses vêtements hachés. Abel blêmit mais conserva fermement ses mains sur le volant. Il l’évita, tout simplement, et contempla la monstruosité dans son rétroviseur.

- Ils ont tué mon père, lâcha-t-il brusquement, avant… Century, quatre de ces trucs campaient dans notre jardin. Ils frappaient aux portes, aux fenêtres… j’ai attendu un moment, mais ils ne partaient pas. Je ne savais pas ce qu’ils étaient, alors comme ils refusaient de partir, j’ai ouvert la porte en pensant leur faire peur…

Sa voix tremblait légèrement. Il savait que la jeune femme avait clairement dit ne pas s’intéresser à l’histoire de ses compagnons de galère, mais c’était surtout pour lui qu’il racontait ça. Pour expier ses fautes, parce que c’était de ça qu’il s’agissait, pas vrai ? S’il avait réfléchi, s’il n’avait pas ouvert la voie à ces créatures, son père serait peut-être toujours en vie…

- Ils avaient pris plusieurs balles, mais ça ne changeait rien… j’ai réussi à en battre un ou deux – je ne sais plus – et ils ont arrêté de bouger quand j’ai touché le cerveau. Mais en fin ce compte, c’est mon père qui m’a sauvé…


♪ Depuis la nuit des temps ne voyez-vous pas que les troupeaux meurent. ♪
Revenir en haut Aller en bas
Tamara C. Kroeger
Tam Capone
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 31/10/2015
Messages : 832
Age IRL : 22

MessageSujet: Re: Fuck Up World   Ven 3 Juin 2016 - 15:29

Il voulait une arme à feu donc ce n’est pas moi qui allais lui dire dicter le contraire. Simplement je ne pouvais pas vraiment lui apprendre à s’en servir. Dante m’avait inculqué les bases, mais j’étais loin d’être doué avec un engin pareil entre les mains. Une fois que nous étions prêts à partir, je proposais à Abel de conduire, j’aimais bien conduire, mais il n’avait pas touché un volant depuis si longtemps et je sais qu’être uniquement concentré sur la route ça détend. Il saisit l’occasion que je lui tendais et m’installa sur le siège passager après avoir retiré tout le barda que j’avais sur le dos. Alors qu’il mit le contact, il me demandait le chemin. J’avais déjà bien cartographié les lieux et enregistré notre plan de route, donc je laissais ma carte dans mon sac.

- Tu vas tout droit sur 5 kilomètres je dirais et après on doit prendre à gauche. Je te le rappellerais avant d’arriver.

J’avais dans l’idée d’entamer une discussion plutôt banale avec Abel pour passer le temps durant le trajet. Nous n’avions pas vraiment longtemps à rouler si nous ne tombons pas sur une horde en chemin. Je regardais le paysage défiler à travers la vitre. La dernière fois que j’avais pu observer dehors comme ça, c’était quand Dante conduisait le camion qui les emmenait en sécurité. Le voyage avait été long et fatiguant, il lui avait fallu un long moment avant de se remettre. Cependant, il en décida autrement lors qu’il se mit à évoquer la cause des zombies. Ainsi donc il voulait partager son histoire avec Tam.

Je posais délicatement une main sur l’épaule d’Abel. Je n’avais vu aucun de mes proches mourir étant donné que je n’en avais pas. Je pouvais tout de même essayer d’imaginer la douleur que ça fait lorsqu’on nous arrache quelqu’un.

- Je ne vais pas te mentir, dire que je comprends ce que tu ressens. Cependant, je sais que ça fait du bien d’en parler et que beaucoup de secrets sont trop lourds pour être porté tout seul. Tu peux compter sur moi pour écouter, te conseiller au besoin et surtout ne pas juger. J’ai dit que je m’en fichais du passé, c’est vrai, seul le présent compte pour moi. Cependant, c’est un poids avec lequel on doit vivre et ce n’est pas toujours facile. Tu peux compter sur moi.

Ce n’était pas dans mon habitude de faire de long discours ultra sérieux, mais j’avais l’intime conviction qu’il avait besoin d’entendre des choses rassurantes de la sorte. Je réalisais également que je parlais de mon secret. Celui que personne ne connaissait en dehors de Dante. Même Kass n’était pas encore au courant. Elle finirait par l’être, là n’était pas la question. Surtout que je voyais bien qu’il se tournait autour les deux tourtereaux. Peut-être qu’un jour j’en parlerais à Abel, mais j’avais peur de me dire qu’après ça il ne voudrait plus me parler.

- On fait des choix, qui ne sont pas forcément toujours les bons. Tu ne savais rien des mobs, tu ne pouvais pas deviner que c’est la tête qu’il fallait viser, quand on ignore la strate on ne peut qu’encaisser les dégâts et taper dans le tas en espérant que ça passe. Malheureusement, dans la vraie vie c’est souvent plus difficile.

C’était sans m’en rendre compte que j’avais une allusion au jeu vidéo. Il ne comprendrait peut-être pas le charabia que je venais de lui sortir. Cependant, c’était ma façon à moi de lui remonter le moral et lui dire que ce n’était pas de sa faute. D’une certaine façon je venais de le traiter de noob, ce qui me fit légèrement sourire. J’espérais simplement qu’il ne le remarquerait pas ou ne prendrais pas mal mon explication.

- Tu sais, le premier zombie que j’ai tué et bien, j’ai vomi après. C’était lors d’une mission à Evergreen, je lui ai fait un super Headshot avec un revolver que nous avait prêté les militaires et j’ai refait la déco de mes New Rock ensuite. Ce n’est pas très glorieux non plus. Mais j’aime bien y repenser de temps en temps, je trouve ça marrant maintenant.



★ The Heart Is An Organ Of Fire ★

Mes AnnexesJ'écris en #ccff99

Revenir en haut Aller en bas
http://www.walkingdead-rpg.com/t6813-listing-des-comptes
Abel Underwood
Modérateur
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 11/05/2016
Messages : 156
Age IRL : 26

MessageSujet: Re: Fuck Up World   Sam 4 Juin 2016 - 14:27

Abel n’était pas certain de comprendre tous les termes utiliser par Tamara, mais il saisissait l’ensemble. L’un de ses pouces effleura ses lèvres alors qu’il réfléchissait et ses yeux abandonnèrent la route quelques instants pour se tourner vers la jeune femme. Il eut un sourire en coin, indéchiffrable, puis reporta son attention sur l’asphalte qui défilait devant eux. Les tremblements s’estompaient, son cœur reprenait un rythme plus tranquille, même ses pensées semblaient se libérer des chaines de noirceurs qui les entravaient. La vendeuse ne pouvait pas avoir tapé plus juste. Elle ne l’avait pas plaint, ni consolé avec des paroles larmoyantes, ni prétexté que ce n’était pas sa faute. Sa célèbre franchise avait un discours bien différent : « oui, il s’était planté, et alors ?! ».

Comme le disait Tamara à sa manière, on ne peut pas éviter les erreurs, mais on peut encaisser les conséquences et se démerder pour survivre malgré tout. N’était-ce pas ce qui s’était passé ? La jeune femme avait près de moitié moins de son âge, mais elle avait compris les fondamentaux de la survie bien plus vite que lui. Finalement, c’était ce qu’Abel avait envie d’entendre – besoin d’entendre – pour cesser de se noyer dans son propre malheur. Tous les habitants du chalet étaient malheureux, mais chacun avait le choix de se battre ou de baisser les bras…

Une fois encore, il ne put résister à l’envie de la regarder. Cette amazone, libérée de bien des prisons. Elle affrontait des horreurs, vivait dans une montagne au sommet de l’apocalypse, et ne se souciait que d’avoir salit ses chaussures. L’ancien agent était trop vieux pour retomber amoureux, mais c’était un frisson semblable qui le traversa. Cette femme l’inspirait, le subjuguait, lui rappelait qu’un jour, il avait été capable de se battre. Elle lui montrait qu’il était taillé pour les jours à venir…

- Ta façon de penser me fait penser à quelque chose que j’ai entendu un jour, dit-il enfin, je ne sais plus qui me l’a dit mais… c’était comme « la culpabilité, ce n’est rien d’autre que le présent jugé par des gens qui regardent en arrière ». Ça te ressemble non ? En tout cas ça me parait vrai… si on ne prend en compte que ce qui est aujourd’hui, alors il n’y a plus de coupables et de victimes… il n’y a que des gens morts et des gens encore vivants… Wow !

Il appuya soudainement sur la pédale de frein. La voiture perdit brutalement de la vitesse pour s’arrêter complètement après quelques mètres. En travers de la route, une petite meute de charogne était de passage, trainant lentement leurs carcasses en décomposition. La rumeur de leurs râles couvrit peut à peu les ronronnements du moteur. Ils n’avaient pas encore vu la boîte de métal arrêtée à moins de quinze mètres, mais il allait falloir prendre une décision avant que ce ne soit le cas.

- T’as une autre route à proposer ? demanda Abel en se tournant vers sa complice, je ne pense pas que la voiture puisse passer à travers ça.

Son attention était toute accordée à Tamara, il ne vit pas venir la charogne en retrait de la horde, qui s’était approchée jusqu’à cogner violemment son front lacéré sur la vitre côté conducteur. Le cinquantenaire sursauta et fit volte face pour découvrir un visage putréfié plaqué contre sa fenêtre. Ses dents claquaient, ses mains frappaient nerveusement, contrarié de ce repas si proche et pourtant impossible à atteindre. Résignée, l’agent pinça ses lèvres et sortit de sa poche son couteau papillon. Il l’ouvrit d’une main tout en faisant précautionneusement descendre sa vitre. Les doigts du rôdeur cherchèrent à se frayer un chemin et – forcément – sa tête aussi. Quand le front fut à portée, il planta profondément sa lame dans la boîte crânienne et le retira sèchement.

Premier meurtre propre de mordeur. Il était livide mais ne pouvait nier l’autre émotion qui se disputait une place dans son cœur avec l’appréhension : la sensation d’être en vie, de triompher. Malheureusement, ce petit manège avait attiré l’attention de deux morts qui déviaient déjà de la horde pour s’intéresser à la voiture. Bientôt, il en aurait une vingtaine acculée sur le pare-brise…

- On recule, décida Abel en enclenchant la marche arrière, dis-moi par où on va après.


♪ Depuis la nuit des temps ne voyez-vous pas que les troupeaux meurent. ♪
Revenir en haut Aller en bas
Tamara C. Kroeger
Tam Capone
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 31/10/2015
Messages : 832
Age IRL : 22

MessageSujet: Re: Fuck Up World   Dim 5 Juin 2016 - 14:45

J’observais les petites mimiques d’Abel que je trouvais adorable. Il n’avait pas réellement besoin de porter une main à sa bouche pour réfléchir, mais il l’avait fait lui donnant ainsi un air semblable à celui du penseur de Rodin. Oui j’avais beau être une geek, j’avais tout de même quelques références en matière d’art. Je n’étais pas non plus la dernière des abruties sans aucune culture. Ne prenez pas vos désirs pour des réalités. Ça pourrait vous faire mal. J’aimerais croire que les mobs n’existent pas en courant dans la ville en hurlant des tas de choses et je finirais au bout de quelques minutes croquées de partout et mortes dans un caniveau.

Je ne sais pas pourquoi je pensais à ça maintenant, mais j’avais bien l’intention de ne pas me transformer en tas de viande. J’aimais ma vie et principalement la croquée à pleine dent. J’avais bien l’intention de rester en vie et ne pas devenir un tas de viande digne d’un quatre heures pour un rodeur. Peut-être que c’est mon amour pour les histoires gore qui était en train de parler au fond de moi.

- J’aime bien ta phrase. Je trouve ça très philosophique. Si tu trouves que ça me correspond et bien merci. Le plus souvent, j’essaye surtout de ne pas trop me prendre la tête avec le passé, parce que sinon, j’aurais eu qu’une envie, mettre fin à mes jours.


Ce n’était pas vraiment très joyeux comme histoire, mais c’était sans doute la réalité. J’avais beau sourire et sembler être heureuse. J’ai longtemps été une coquille vide. J’ai fait autant de bêtise que possible dans mon existence simplement pour me sentir vivante. Je n’ai jamais vraiment réussi au final. Je n’avais personne dans ma vie à part mon ancien mac et rien que ça, c’était triste. Aujourd’hui j’avais la possibilité de participer à quelque chose de plus grand que ma petite personne. Evergreen c’était ma bulle d’énergie, ma raison de survivre.

Il s’arrêta d’un coup, la voiture freina fort sur quelques mètres, je ne comprenais pas vraiment ce qui se passait avant de tourner la tête pour voir devant moi. Ils étaient partout et bloquaient la route. Je commençais à vouloir les compter, mais je me rendais bien compte qu’il était trop nombreux, heureusement qu’il avait vue et fait attention à ce détail. Je ne donnais pas longtemps à la voiture pour survivre à un tel choc.

- Oui recule et fait demi-tour. Tu prendras à droite à la prochaine. Je ne pensais pas qu’on tomberait sur autant de zombies, d’habitude le coin est calme.

J’avais le cœur qui se serait un instant. Je n’avais pas voulu que cela se déroule de la sorte. Les mobs étaient partout, je le savais, mais j’aurais au moins aimé avoir le temps de le prévenir que c’était une éventualité qui pouvait arriver. Je me mordais nerveusement la lèvre inférieure. De temps en temps, ça m’arrivait quand le stress ou l’inquiétude se faisait plus fort. Ce petit geste restait tout de même relativement rare.

- Félicitation Abel, tu as tué ton premier mob avec un couteau plutôt qu’en te fracassant la main dessus. C’est moins douloureux hein ?

J’affichais un petit sourire heureux de sa prestation avant de venir lui faire un bisou sur la joue. Je n’aimais pas déranger les gens quand ils conduisaient, mais j’avais besoin de faire partager ma joie comme à mon habitude et c’était un premier pas important pour Abel. Son premier mob ce n’est pas n’importe quoi, surtout après les épreuves qu’il a traversées. J’ai bien compris qu’il revient de loin, qu’il a enfin les mains guéri et qu’il veut nous aider.

- Normalement, si tu prends encore à droite, on devrait être bientôt arrivé.

J’avais hâte de m’éloigner de la voiture, être un peu dans le silence, je savais que traverser la ville serait compliqué, mais avec assez de discipline, nous pourrions y arriver sans aucun problème.



★ The Heart Is An Organ Of Fire ★

Mes AnnexesJ'écris en #ccff99

Revenir en haut Aller en bas
http://www.walkingdead-rpg.com/t6813-listing-des-comptes
Contenu sponsorisé
WALKING WITH THE DEADS

MessageSujet: Re: Fuck Up World   Aujourd'hui à 10:01

Revenir en haut Aller en bas
 

Fuck Up World

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 4Aller à la page : 1, 2, 3, 4  Suivant

 Sujets similaires

-
» CNN: Food prices rising across the world
» Vente Elysien Forge World (GI)
» Rock My World
» Forge World
» Nouveauté Forge World

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Walking Dead RPG :: Archives RP :: RP Terminés-