Partagez | .
 

 Come in, it's too dark outside

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  Suivant
Auteur
Message
Zack M. Atkins
leader | American Dream
Modérateur
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 22/03/2016
Messages : 1293
Age IRL : 24

MessageSujet: Re: Come in, it's too dark outside   Jeu 16 Juin 2016 - 13:06


La jeune femme ne semblait pas vouloir se calmer et accepter l'idée que Zack n'allait pas les tuer ou la violer dès qu'il en aurait l'occasion. Il commençait à être foutrement agacé par ses sous-entendus et  peinait à garder son masque de gentil gars prêt à aider son prochain ; mais pouvait-il seulement lui en vouloir ? Si avait été à leur place, il ne se serait pas non plus fait confiance. Tout comme il ne leur faisait pas réellement confiance ; ils étaient deux, lui était seul, et même s'ils étaient encore faible après leur traversé de ce qui avait semblé être l'enfer, ils pourraient sans doute prendre le dessus. Et puis d'ailleurs, il y gagnait quoi lui à les accepter dans son abri alors qu'ils n'avaient certainement pas grand chose à offrir en retour ? Peut-être simplement de la compagnie, peut-être qu'il supportait mal la solitude au final, malgré le fait qu'il se persuade du contraire. Comme s'il pouvait avoir besoin de quelqu'un... c'était absurde ; il s'en était toujours sorti seul, profiter des autres c'était son truc, et ça l'avait mené suffisamment loin dans la vie pour qu'il n'y ressente aucune once de culpabilité.

Le blond regardait les haricots rouges dans son assiette et en humait l'odeur en fermant un instant les yeux. Il s'était attendu à ce que la brune ne laisse pas passer ses mots, ils les avait prononcé d'un air détaché malgré le fait qu'il était on ne peut plus sérieux. Elle faillit s'énerver quand son frère la coupa, lui intimant de ne pas en rajouter. Nan mais sérieusement elle se prend pour qui ? Si elle a si peur que ça, qu'elle retourne dehors. L'homme d'affaire avait haussé un sourcil agacé alors qu'il réagissait intérieurement à cette altercation ; qu'est-ce que ça pouvait bien lui faire qu'elle finisse par mourir là dehors ? Si elle n'était pas apte à survivre ou à accepter une quelconque aide et bien tant pis pour elle, il ne s'en porterait pas plus mal. Zack soutint un instant le regard d’Émilie avant de croiser celui, plein d'excuse et un peu embarrassé, de Gabriel. Il se contenta de hausser les épaules en forçant un léger sourire comme si ce n'était pas grave, ça ne l'empêcherait pas de dormir ; ou peut-être bien que si... Y avait-il une personne en ce monde qui parvenait à dormir entouré d'inconnus ? Mieux valait rester sur ses gardes, même face à des vieux ou des gosses.

Les bourrasques de vent et de neige cognaient toujours contre les vitres et faisaient légèrement craquer le bois de la petite bâtisse, mais parfois tout était mieux que le silence. L'assiette du plus âgé s'était déjà bien vidée et il n'en restait désormais plus qu'un tiers, il en prit une nouvelle fourchette à regret, ne voulant pas arriver au bout. Sûrement qu'il devrait sortir bientôt pour trouver d'autres vivres... Peut-être pourrait-il leur demander leur aider en gage de remerciement ? Mais les jumeaux ne semblaient pas être du genre à piller... C'était pourtant une solution bien plus simple que de se crever à faire toutes les boutiques des environs ; si on omettait évidemment le fait qu'en pleine forêt, il n'y avait pas de boutique. L'homme répondit alors à la question que Zack avait posé, non sans une certaine peine dans la voix. Ils n'avaient en effet pas vraiment eut de chance dans leurs rencontres, et le blond se senti égoïstement ravi de ne pas être une femme dans ce nouveau monde ; rien qu'à voir les sorts qui leurs étaient réservés... une chance pour eux, il n'était pas fou au point de se mettre à violer quelqu'un. Et quand bien même ça arriverait, les femmes n'auraient rien à craindre. Il baissa la tête vers son assiette, faisant mine de se concentrer afin de masquer le mélange d'air à la fois rieur et plein de dédain qui flottait dans son regard.

Il releva le visage après quelques secondes, passant sa main libre sur son front. Posant les yeux sur la brune, il remarquait son trouble quant au fait d'avoir eut à se remémorer ce moment, d'un coup elle s'était faite relativement moins agressive et avait presque l'air d'une victime ; n'étaient-ils pas tous des victimes de ce nouveau monde ? Au départ du moins. Après il y avait ceux qui se laisser surmener par ce poids, et ceux qui se donnaient le droit par n'importe quel moyen de se hisser sur le piédestal qui les rendaient invincible, en apparence du moins. Rechassant cette pensées qui menaçait une nouvelle fois de le distraire, Zack prit un air grave en hochant la tête. « Je comprend votre réticence alors, après avoir vu ce genre de choses on se méfie de tout. Je suis désolé. » Il ne l'était pas le moins du monde, mais ça ne faisait de mal à personne de le faire croire pas vrai ? Prenant son air le plus sincère, il s'adressa directement à Émilie d'un ton nettement plus calme que celui avec lequel il lui avait parlé précédemment. « Je ne vous ferai rien, d'accord ? » Un léger sourire confiant avait ponctué sa phrase, elle pourrait le croire ou pas c'était égal, l'ironie étant que l'homme d'affaire était pour le coup parfaitement sincère, bien que si ça n'avait tenu qu'à lui il aurait opté pour un ton bien plu agacé, mais il y avait certaines choses qui ne changeaient pas, et il avait rapidement apprit grâce à son métier que le monde dans lequel ils vivaient, bien qu'il ait changé, n'était qu'un monde d'apparence.

S'éclaircissant la gorge, il se leva pour déposer son assiette vide dans le lavabo. Plus qu'une cigarette, il avait maintenant envie de dessert et s'étonnait presque à rêver d'un de ces galas de la haute, plein de pourritures guindées, mais avec un buffet tellement grand dont on en voyait presque pas le bout. Il soupira avant de se retourner pour répondre à la question que lui avait retourné Gabriel. « Je suis arrivé ici y a deux semaines à peu près, j'ai dû croiser un groupe deux semaines avant... Mais avec l'hiver, et toutes les bouches à nourrir, mieux valait que je ne m'attarde pas trop. » Devait-il préciser qu'il était parti pour que les parents puissent continuer à nourrir leurs enfants plutôt que lui ? Il aurait pu, mais une fois encore ce n'était qu'un mensonge masqué. La réalité étant que ce dernier groupe qu'il avait croisé n'existait pas, il omit cependant d'ajouter qu'il en avait rencontré un de trois personnes bien plus récemment, et qu'il n'avait eut aucun scrupules à se servir dans leurs maigres réserves. Adressant un sourire un peu plus détendu à ses invités, il reprit la parole d'un ton compréhensif. « Vous pouvez passer la nuit ici si vous le souhaitez, reprendre des forces. Et quand le temps sera calmé, libre à vous de reprendre votre route. » Une manière de signifier qu'il les aidait volontiers, mais qu'il ne souhaitait pas former un groupe ; trop facilement repérable, trop d'inquiétudes. Trop d'états d'âmes.



Revenir en haut Aller en bas
Gabriel Fowler
Messiah
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 27/04/2016
Messages : 413
Age IRL : 27

MessageSujet: Re: Come in, it's too dark outside   Ven 17 Juin 2016 - 17:53

Lorsque Zack affirma à nouveau, toute la sincérité du monde dans sa voix, qu'il ne ferait rien à Émilie, celle-ci maugréât un rapide 'ok' et enfourna une nouvelle dose de haricots. Elle savait qu'elle avait été trop loin dans ses accusations mais elle ne s'en excuserait pas. Gabriel le savait pertinemment, car il était pareil.

Bien trop vite, l'assiette se retrouva entièrement vide. Si Gabriel s'était écouté, il aurait léché jusqu'à la dernière goutte de sauce qui maculait encore le fond de son assiette. À la manière d'un chien qui n'a rien mangé depuis des jours, il rêvait de pouvoir récupérer la moindre parcelle de nourriture encore à sa portée. Mais au lieu de ça, il se leva et alla récupérer l'assiette de sa sœur, tout aussi vide que la sienne. Puis il alla les déposer à la suite de Zack dans le lavabo.
Il retourna s'asseoir aux côtés de sa sœur, tellement épuisé qu'il aurait bien voulu se laisser tomber sur le lit et sombrer dans un sommeil profond. Il écouta néanmoins la réponse de Zack. Il semblait que croiser des gens n'était pas la meilleure chose qui puisse arriver. Et finalement, peut-être que rester seul était la solution pour rester en vie. Mais d'un autre côté, en groupe on était plus fort que seul... Mais ils avaient beau être plusieurs, ça n'avait pas empêché son père de se faire mordre. Ni son frère d'ailleurs. Et n'avoir personne d'autre que soit sur qui veiller... comme ce devait être facile.

Mais pour rien au monde Gabriel n'aurait voulu se retrouver seul. Sans sa sœur, il aurait sans doute déjà perdu la raison depuis longtemps. Comment cet homme, installé impassiblement en face de lui, pouvait t-il être aussi serein, sembler aussi calme, alors qu'il était si seul ? Un bref instant, il le détailla, tentant d'analyser son expression. Il avait l'air un peu hautain. Une attitude de patron, à n'en pas douter. Aucune peur ne l'animait. Comment pouvait t-on paraître aussi apaisé ?
Lorsque Zack leur proposa de passer la nuit ici, la suite fit un peu tiquer l'ancien instituteur. La façon dont il leur avait dit qu'ils pourraient repartir, laissait sous-entendre qu'ils n'étaient pas vraiment les bienvenus sur le long terme. Cela chagrina un peu Gabriel qui avait espéré pouvoir reprendre quelques forces dans les jours à venir. Mais tant que la tempête durerait, ils pourraient rester, c'est ce qu'il avait dit.

Émilie laissa échapper un bâillement à s'en décrocher la mâchoire, furieusement contagieux, que Gabriel imita aussitôt.

« Merci, on a vraiment besoin de dormir l'un comme l'autre. Si ça ne vous dérange pas, ma sœur peut t-elle vous emprunter le lit pour la nuit ? »
La concernée ne répliqua rien, trop épuisée pour suggérer de dormir par terre. Et le fait d'avoir mangé chaud lui rendait encore plus difficile le fait de garder les paupières ouvertes.
« Je vais vous donner un coup de main pour la vaisselle. »

Non pas qu'il y avait urgence mais Gabriel avait envie de faire un peu plus connaissance avec leur hôte avant de pouvoir fermer les yeux en toute tranquillité. Il déposa un baiser sur le front de sa sœur et se releva avant de ne plus s'en sentir capable. Se dirigeant vers le lavabo, il laissa à Zack le soin de frotter, quant à lui, il dégotta un serviette sèche avec laquelle il entreprit d'essuyer la vaisselle propre. Sa tête recommençait à tourner furieusement mais il se força à rester debout. Au moins encore un peu. Il n'avait pas vraiment de raisons de se méfier de Zack, mais c'était plus fort que lui. Son côté 'frère protecteur' prenait le pas sur la logique.

« Lorsque la tempête se sera calmée, on vous aidera à refaire le plein de provisions. Et ensuite on vous laissera en paix. Enfin si c'est ce que vous voulez. Ma sœur n'a pas un mauvais fond vous savez. Elle a juste... des réactions de filles. »
Sa propre remarque le fit doucement sourire. Il termina d'essuyer la dernière assiette et la déposa là où il avait vu Zack les prendre. Puis il fut prit d'un vertige un peu plus violent que les autres et se sentit partir en avant sans pouvoir se rattraper. Il s'attendait à heurter un meuble ou le sol mais au lieu de ça, il se retrouva dans les bras de Zack qui se tenait juste devant lui. S'appuyant légèrement sur les épaules du blond, il parvint à se redresser.
« Désolé. Je ferais peut-être mieux de m'asseoir tout compte fait. »

Allongée dans le lit, les couvertures tirées jusqu'au menton, Émilie, elle, avait déjà sombré dans un sommeil profond, sa poitrine se soulevant de façon lente et régulière au rythme de sa respiration.
Revenir en haut Aller en bas
Zack M. Atkins
leader | American Dream
Modérateur
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 22/03/2016
Messages : 1293
Age IRL : 24

MessageSujet: Re: Come in, it's too dark outside   Ven 17 Juin 2016 - 23:03


Ce repas et la discussion qui en avait découlé avait semble-t-il calmé les mœurs et ils étaient tous les trois repus ; plus qu'à l'ordinaire en tous cas car Zack ne doutait pas qu'il aurait fallu plus de trois boîte comme celles-ci pour réellement leur permettre de dormir le ventre plein, mais ç'avait dû être un met de choix pour les jumeaux qui étaient arrivés presque à l'article de la mort. Le blond s'était rassit dans son fauteuil et, fixant l'extérieur qui s'était maintenant bien assombrit, il se laissa bercer un instant par le bruit des flocons contre la fenêtre. Bien que le vent n'était pas vraiment rassurant, c'était agréable de ne pas entendre sans cesse les râles des putrides, bien trop constant en ville. Qui aurait cru un jour qu'il apprécierait un jour ce ''calme'' de campagne plutôt que les sons citadins ? Il avait bien fallu que le monde tombe pour qu'il se mette à apprécier ce genre de petites choses. Le brun reprit la parole, tirant l'homme d'affaire de ses pensées ; il regarda tour à tour le frère, la sœur, et le lit, avant de hocher la tête. « Bien sûr, il devrait même y avoir suffisamment de place pour deux si vous vous serrez un peu. Ou alors il y a un sac de couchage dans le coin. » Ce n'était pas le grand luxe, si toutefois ces gens avaient un jour connu ce qu'on appelle le grand luxe, mais il n'avait pas mieux à offrir, la seule autre pièce du chalet était une petite salle de bain à peine assez grande pour une personne. Il se contenterait de son fauteuil, pas vraiment agréable mais au moins il pourrait rester en alerte, proche de l'entrée et des armes.

La jeune femme ne se fit pas prier et le blond sourit légèrement en voyant ses paupières tomber rapidement, elle peinait à rester éveillée ; tant d'insouciance après ce qu'ils semblaient avoir traversé... Il n'était peut-être pas la meilleure personne sur laquelle ils pouvaient tomber, mais la brune semblait à ce moment précis à dix mille lieues de tous ces questionnements, elle devait certainement avoir pleinement confiance en les aptitudes de son frère. Ce dernier proposa d'ailleurs à Zack de l'aider à ranger un peu. Faire la vaisselle. Dieu qu'il détestait ça... Où était son lave vaisselle hein ? Il n'avait malheureusement eut d'autre choix que de s'adapter à ce nouveau mode de vie, tombant dans une certaine pauvreté et un manque de confort qui l'exaspéraient parfois au plus haut point. Le plus âgé accepta cependant la proposition de Gabriel et se mit au travail. « Merci. » A nouveau un sourire, presque sincère cette fois étant donné qu'il fallait bien avoué que si le brun n'avait pas proposé cela, la vaisselle serait certainement restée dans l'évier jusqu'à ce qu'il ne puisse plus faire autrement. L'eau était froide, gelée même au vu du froid qui régnait dehors. Elle venait d'une source, loin d'être tarie, mais évidemment, plus aucun réacteur ne permettait de la chauffer, tout comme l'éclairage de la pièce qui nécessitait désormais des bougies. Le blond avait bien encore une lampe de lampe de poche qui fonctionnait, mais il préférait la garder au cas où il se retrouverait dans une situation où il n'aurait pas le choix.

Le brun semblait enclin à converser et il avait l'air étrangement moins nerveux que lorsqu'il devait parer aux risques d'attaques verbales de sa jumelle. Les tasses lavées et séchées, ils s'attaquèrent aux assiettes. S'armant d'un sourire reconnaissant, l'homme d'affaire reprit. « Je serai ravi que vous m'aidez ! Seul ce n'est pas toujours simple de chercher de la nourriture tout en faisant le guet en même temps. Quand vous serez de nouveau en forme et que le temps s'y prêtera, on pourra se rendre au village le plus proche. » Comment les mettre dehors alors qu'il avait la possibilité de profiter de leur aide et de remplir encore un peu ses placards ? Il y avait en effet un petit village pas loin avec quelques boutiques, il était bien allé dans une mais avec la tempête il n'avait pas encore prit le temps d'aller dans l'épicerie.

Les dernières assiettes essuyées et rangées, Gabriel revint lentement dans sa direction, blanc comme un linge en titubant. Quelques secondes plus tard il perdait franchement l'équilibre tant la fatigue jouait sur sa tension. Voyant le coup venir, Zack l'avait rapidement rejoint afin de le rattraper, le tenant un instant pour s'assurer qu'il n'allait tomber à peine l'aurait-il lâché ; il semblait frêle comme ça, indéniablement à bout de force. L'éclairage médiocre de la pièce ne permettait pas de voir distinctement la moindre poussière, mais quand le brun releva la tête vers l'homme d'affaire, il se perdit un instant dans son regard à la fois si clair et si profond, oubliant tout le reste. Il ressenti une légère pointe de déception que Gabriel n'ait pas été un voyageur solitaire, qui sait de quelle manière il aurait pu lui faire payer sa ''dette'' ? Les yeux du bruns s'étaient légèrement voilés par la fatigue alors que ceux de Zack semblaient briller d'une lueur étrange. Comprenant que le moment était foutrement mal choisi pour qu'il se laisse aller à ses envies, il s'éloigna légèrement du plus jeune en le tenant toutefois par le bras pour l'amener jusqu'au fauteuil. « Vous feriez mieux de vous reposer, ici ou par terre dans le sac de couchage. Une bonne nuit de sommeil vous fera le plus grand bien ! » Son visage était marqué par une bienveillance feinte, alors que dans ses yeux perlait encore le trouble qui l'avait prit quelques secondes plus tôt.

Sans en demander d'avantage, le blond se dirigea vers le coin à côté des fenêtres et prit son paquet de cigarette. Dehors le vent soufflait moins fort, malgré la neige lourde qui tombait toujours. Il enfila son manteau et ses bottes et lança à l'intention de Gabriel : « Je sors quelques minutes, n'hésitez pas à prendre une couverture en plus si besoin. » Et sur ce il ouvrit la porte, laissant entrer dans la pièce un courant d'air pas vraiment agréable, et la referma tout aussi vite. Il avait besoin d'une clope, penser à autre chose. Restant sous le petit perron pour se protéger tant bien que mal du froid, il s'y prit à plusieurs fois pour allumer sa cigarette puis s'adossa contre le mur en bois, y calant sa tête. Dans quoi j'me suis lancé encore ? La nuit va être longue. Tirant une longue bouffée sur son bâton de nicotine, il ferma un instant les yeux. Restait plus qu'à espérer que les jumeaux n'aient pas dans l'idée de se jouer de lui, bien qu'avec leur faiblesse actuelle, il pouvait peut-être s'estimer un peu tranquille pour un jour.



Revenir en haut Aller en bas
Gabriel Fowler
Messiah
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 27/04/2016
Messages : 413
Age IRL : 27

MessageSujet: Re: Come in, it's too dark outside   Sam 18 Juin 2016 - 0:05

Titubant, Gabriel se lassa entraîner jusqu'au fauteuil dans lequel il se laissa choir de tout son poids. Dans d'autres circonstances, il aurait peut-être remarqué la façon dont le blond le dévorait des yeux. Mais il était bien trop épuisé pour remarquer quoi que ce soit sur l'instant. Ce ne fut qu'une fois dans le fauteuil qu'il eut une drôle d'impression lorsque son regard croisa celui de son hôte. Ce n'était ni une certitude, ni même un véritable soupçon. Simplement une impression, un peu comme lorsqu'on sait qu'il y a quelqu'un derrière soit sans même se retourner. C'était de l'ordre de ce genre d'impression. Mais lorsque le contact visuel se brisa, l'impression mourut aussitôt et sombra dans l'oubli.

Toujours chancelant, Gabriel fut un peu surprit de voir Zack se vêtir pour sortir. Puis il comprit qu'il avait l'intention de fumer. Étrange. Ça ne l'avait pas dérangé de fumer à l’intérieur pourtant. Pourquoi prendre la peine de sortir maintenant ? Pour ne pas les incommoder ? Si tel était le cas, l'attention était délicate et Gabriel adressa un sourire amical à Zack lorsqu'il lui annonça qu'il sortait. Une fois le tourbillon glacé provoqué par l'ouverture de la porte s'étant calmé, il prit quelques secondes pour savourer la quiétude et la chaleur des lieux. Bon sang, combien de fois avaient t-ils rêvé de se retrouver dans un endroit comme ça pour pouvoir souffler un peu ? Et voilà qu'ils y étaient.

Il ne manquait plus qu'une cheminée dans un coin avec un bon feu qui crépitait et tout aurait été parfais. Un instant, Gabriel s'imagina un grand feu de joie qui crépitait dans un coin de la pièce, avec, suspendus à d'immenses tourne broches en fonte, des canards et des pintades qui rôtissaient doucement. Dans des marmites, elles aussi sur le feu, des soupes et des ragoûts de légumes en train de mitonner. Et sur le sol, d'épais tapis en peau de bête, vaillamment tuées au fil de l'épée. Une véritable scène médiévale. À mesure que le décor prenait place dans son esprit, il se sentait partir au royaume des songes. Une bourrasque de vent plus forte que les autres fit vibrer les carreaux et il sursauta, le décor d'un rêve qui débutait à peine s'évanouissant comme une flamme que l'on souffle.

'Je vais quand même pas m'endormir dans le fauteuil !' Se relevant prudemment, il chancela quelques instants et se dirigea vers le lit. Sa sœur était étalée de tout son long en travers du matelas. 'Elle manque pas d'air.' La repoussant doucement vers le mur, il se glissa tout habillé sous les couvertures. Alors que sa sœur se mettait à gémir dans son sommeil d'être ainsi bousculée, il la poussa encore un peu et se mit dos à elle. Instinctivement, elle fit de même sans se réveiller et ils se retrouvèrent tous deux dos à dos. Depuis qu'ils étaient livrés à eux-même, ils avaient rarement eut l'occasion de dormir en même temps, l'un des deux montant toujours la garde pendant que l'autre se reposait. Et se retrouver ainsi dans le même lit, c'était comme revenir en enfance, lorsque, au grès d'un mauvais orages, Emy venait le rejoindre sous sa couette. Ils se mettaient alors dos à dos, comme en cet instant, et ils se racontaient des blagues pour se rassurer. Et lorsque la fatigue finissait par les emporter, il arrivait même parfois que leurs pieds se retrouvent collés l'un à l'autre, de façon presque symétrique.

Sentir la respiration de sa sœur, si proche, si lente, si douce... c'était hypnotique. Et il ne fallu pas plus de quelques minutes à Gabriel pour sombrer dans un sommeil profond. Il n'entendit même pas la porte se rouvrir lorsque Zack revint. La bourrasque de vent qui l'accompagnait ne parvint pas plus à le réveiller. Et ce ne fut que le lendemain, alors que le soleil était déjà haut dans le ciel, toujours dissimulé par la tempête, qu'il se rendit compte qu'il s'était totalement abandonné à la fatigue.

***

Plusieurs jours passèrent avant que le temps ne daigne enfin redevenir clément Ce ne fut qu'au matin du troisième jour passé en compagnie de Zack que le ciel laissa entrapercevoir ses nuances d'un bleu azur qui laissait présager une journée radieuse. Il y avait bien encore quelques nuages cotonneux qui assombrissaient par moment le paysage, mais dans l'ensemble, le calme était de retour. Ce qui signifiait qu'ils allaient pouvoir se mettre en quête de plus de vivre. Il faut dire qu'en trois jour, à trois personnes, les réserves de Zack avaient été furieusement entamées. Et même s'ils avaient tenté de se rationner, il était plus que temps de refaire le plein.

Émilie avait fini par se calmer et était redevenu aussi douce et charmante qu'elle pouvait l'être. Cependant, une chose était sûre, elle n'était pas encore tout à faire remise de leur fuite incessante dans les bois. Malgré tous les efforts qu'elle mettait à le cacher, Gabriel voyait bien ses mains trembler lorsqu'elle tenait une tasse. Quant à se tenir debout plus de quelques minutes sans se mettre à tanguer dangereusement, c'était juste impossible. Elle avait épuisé ses dernières forces avec cette marche dans la neige et même ces trois nuits de repos n'avaient pas encore suffit à la remettre complètement d’aplomb. Elle était passé vraiment très près de la mort et, même si elle n'avait pas aimé cette idée, Gabriel avait décidé qu'elle ne les accompagnerait pas au village. Il avait prétexté qu'elle garderait le chalet contre d'éventuels envahisseurs cadavériques. Bien entendu, avec la couche de neige qui s’étalait encore aux alentours, il n'y avait pas grand chose à craindre de ce côté là. Et il préférait de loin la savoir là, au chaud et allongée, qu'à crapahuter dans un village qui grouillait peut-être de putréfiés et où ils devraient peut-être courir.

Une fois chaudement vêtu et chaussé, il était paré pour cette excursion. Se tournant vers Zack, lui aussi vêtu pour l'occasion, il posa enfin la question qui lui brûlait les lèvres :
« Et sinon, il est loin ce village ? Non pas que la marche me fasse horreur mais disons que j'ai déjà bien donné ces derniers temps. »
« Pensez à me ramener un souvenir ! » leur lança Émilie, vautrée dans le fauteuil, avant qu'ils ne ferment la porte.
Revenir en haut Aller en bas
Zack M. Atkins
leader | American Dream
Modérateur
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 22/03/2016
Messages : 1293
Age IRL : 24

MessageSujet: Re: Come in, it's too dark outside   Sam 18 Juin 2016 - 14:20


Les jours s'étaient écoulés sans grand encombre, la méfiance brute avait peu à peu laissé place à une certaine habitude ; l'adaptation des êtres humains avait toujours été quelque chose de remarquable, et le trio avait bien vite comprit qu'ils n'auraient d'autre choix que de cohabiter. Zack aurait bien entendu pu les mettre dehors dès le lendemain de leur arrivée, mais dans ce cas il aurait tout aussi bien pu les laisser mourir de froid plutôt que de sortir les aider. Et il avait bien l'intention de profiter de leur présence pour renflouer son stock de réserves.

Quand il s'était réveillé au matin du troisième jour, des oiseaux piaillaient au dehors et le temps semblait relativement calme, de faibles rayons de soleil filtraient même à travers les rideaux. Bien que le fauteuil soit confortable, l'homme d'affaire commençait à sentir son dos le tirailler et ne pu retenir une grimace lorsqu'il s'étira. Il s'était levé et, après avoir jeté un œil ravi à l'extérieur, s'était tourné vers les jumeaux qui avaient dû entendre du bruit dans la pièce. Chaque matin ils avaient la même tête, cette expression encore un peu perdue dans les songes, protégés de tout, avant d'afficher pendant un quart de seconde un air légèrement ahuri, comme s'ils étaient étonnés d'avoir survécu à une nouvelle nuit. Ils avaient bien récupéré de leur mésaventure, Gabriel mieux qu'Emilie, du moins en apparence, et le blond jugea que le moment était venu de partir en expédition jusqu'au village.

Alors qu'il s'habillait rapidement pour parer à ces conditions extrêmes, Zack se remémora ces quelques jours. Il ne pouvait nier que la présence des jumeaux lui avait fait du bien. Ils n'avaient pas pu sortir et étaient contraints à rester cloîtrer à l'intérieur, mais au moins il avait eu quelqu'un avec qui discuter, ils avaient même joué aux cartes quelques fois. Qu'aurait-il fait s'il avait été seul ? Probablement pas grand chose. Attendre que le temps passe, que la météo soit plus favorable. Attendre de trouver quelqu'un à piller. Mais l'homme d'affaire n'avait jamais été du style à attendre, et ça n'avait pas changé lorsque le monde était tombé. Émilie avait mit son hostilité de côté, se montrant même agréable et drôle, bien qu'elle avait parfois franchement tapé sur les nerfs de Zack. Gabriel lui s'était montré relativement plus réservé, il participait aux discussions mais n'avait que rarement parlé de lui, préférant écouter certainement ; le blond n'en teint cependant pas rigueur, amplement satisfait d'avoir eut la chance de tomber sur un si beau spécimen juste devant chez lui. Il se sentait presque déçu en y pensant de ne pas les avoir rencontré avant l'apocalypse, peut-être auraient-ils pu avoir l'occasion de se connaître plus amplement, sans cette foutue survie qui le poussait à avancer seul.

Ils étaient finalement prêts à partir, le brun avait décidé qu'Emilie resterait là, la sachant encore faible, prétextant qu'elle pourrait garder le chalet au cas où. Zack avait sourit en répondant à sa question. « Avec toute cette neige je dirais une bonne heure. » Lançant un regard des plus sérieux à la jeune femme, il poursuivit. « J'espère que le chalet sera encore debout à notre retour ! » Oh il ne doutait pas spécialement d'elle, elle ne partirait pas sans son frère et les rares putrides qui s'aventuraient par ici ne risquaient pas de se montrer réellement gênant. Restait plus qu'à espérer que la tempête ne les surprennent pas une nouvelle fois.

Ils s'étaient donc mit en route emportant dans leurs sacs quasiment vide simplement de quoi tenir pour la route. Rockport, c'était là qu'ils se rendaient. Le blond avait regardé minutieusement la carte qu'il avait à disposition et les sentiers à suivre pour y parvenir. Certes, ces sentiers étaient désormais ensevelis sous la neige, et Zack n'avait jamais vraiment su se repérer en pleine nature, mais il suffisait d'aller tout droit... pas vrai ? Tout en marchant, son pistolet dans une main et un bâton sur lequel s'appuyer dans l'autre, il s'adressa à Gabriel d'une voix basse pour ne pas perturber le calme de la forêt et par conséquent attirer les putréfiés. « Si tu as besoin qu'on s'arrête un instant préviens moi. Rien ne presse de toute façon. » Il avait posé sur lui des yeux vides de toute émotion, mais au fond de lui il ne pu s'empêcher de s'attarder un instant sur les traits de son visage. Avec toute cette lumière, ses yeux étaient d'un bleu encore plus clair et les quelques marques de fatigues toujours présentes ne le rendait que plus spécial. Te laisse pas distraire espèce d'idiot ! Se sermonna-t-il intérieurement. Mais alors qu'ils avançaient, une idée germa dans son esprit ; il avait promis à Émilie qu'il ne lui ferait rien, qu'il n'allait pas la violer... mais peut-être qu'il pourrait faire comprendre à sa gueule d'ange de frère qu'il pouvait payer leur dette à sa place ? Partagé entre l'énervement de se laisser distraire aussi facilement, et l'amusement que cela lui procurerait, il ne pu retenir un soupire blasé bien qu'un léger sourire en coin marquait son visage.

Après l'heure promise et quelques arrêts, les silhouettes des premières maisons se dressèrent enfin face à eux. « Nous y voilà ! Reste plus qu'à espérer que tout n'ait pas été dévalisé. » Et qui sait, peut-être que la chance serait de son côté et qu'ils tomberaient sur un autre groupe de gentils idiots ? Des futurs copains à piller quand il reviendrait. Poursuivant sa route, il s'engagea dans l'artère principale du village au bout de laquelle se trouvait la-dite épicerie tout en calant dans sa bouche une cigarette.



Revenir en haut Aller en bas
Gabriel Fowler
Messiah
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 27/04/2016
Messages : 413
Age IRL : 27

MessageSujet: Re: Come in, it's too dark outside   Dim 19 Juin 2016 - 14:29

De pouvoir ainsi se dégourdir les jambes avait quelque chose de vivifiant. Au cours de l'heure qui suivit, Gabriel dut tout de même faire quelques pauses, préférant ne pas préjuger de ses forces. S'ils avaient besoin de courir à un moment ou à un autre pour échapper à quelque menace que ce soit, autant y aller tranquillement au début. Rien ne pressait. C'était étrange de ne pas être avec Émilie. Ils ne s'étaient pas quitté d'une semelle depuis qu'ils survivaient tous les deux et bien qu'il la sache en sécurité au chalet, il se retournait de temps à autres en direction de leur refuge, même s'il ne le voyait plus, toutes ses pensées dirigées vers elle, une petite boule d'angoisse lui nouant par moment l'estomac. C'était irrationnel comme idée, il le savait bien, mais il ne pouvait pas s'empêcher de se faire du mouron.

La compagnie de Zack, si elle avait été tendue dans les premiers moments de leur rencontre, était désormais des plus agréables. Il ne savait pas grand chose de lui, et l'inverse était également vrai, mais il l'appréciait déjà énormément et le considérait comme un ami. Pas un seul instant il ne remarqua les regards emplis de désirs que Zack pouvait lui jeter. À aucun moment il ne pensa être autre chose à ses yeux qu'un compagnon de survie, voire même un bon ami désormais. Pourtant, une petite voix au fond de lui refaisait naître cette petite impression qu'il avait eu au premier jour, très faiblement, et très vite oubliée dès lors que son attention se reportait sur autre chose. Pas de quoi s'alarmer.

À la vue des premières bâtisses, Gabriel laissa échapper un soupir de soulagement. Il en avait marre de marcher et avait hâte de retourner auprès de sa sœur. Cela dit, l'idée qu'une nouvelle heure de marche les attendrait au retour le fit quelque peu déchanter.
« Ça n'a pas l'air très grand mais on trouvera bien une maison ou deux qui soient encore intacte. Enfin j'espère. »
Ils poursuivirent leur chemin, en silence cette fois, attentifs aux éventuels dangers qui pourraient les guetter. À la surprise de Gabriel, Zack continua tout droit, dédaignant les quelques maisons qu'ils dépassèrent, comme s'il savait déjà où il voulait aller avec précision. Et effectivement, ils déboulèrent bientôt devant une séries de petits commerces. La plupart des vitres de devantures étaient brisées. Sur le trottoir, divers déchets avaient été abandonnés, qu'il s'agisse de mobilier cassé, de fournitures diverse en provenance des commerces et de nombreux cadavres, témoignant d'un événement plus que violent. Fort heureusement, les cadavres semblaient en décomposition depuis un long moment et avaient tous le crâne explosé ou transpercé par quelque chose.

« Charmant. J'en ferais bien un lieu de villégiature. » ne put s'empêcher de plaisanter Gabriel fasse à un tel carnage. Dans la petite allée qui séparait une épicerie du pub du coin, une véritable montagne de corps calcinés, recouvert d'une légère couche de neige fraîche, reposait là, certaines dépouilles ayant glissé du tas et s'étalant, les bras en croix. C'était absolument ignoble à regarder et Gabriel ne put s'empêcher de porter la main à sa bouche pour réprimer un haut le cœur.
Par chance, l'accès à l'épicerie était dégagée et Gabriel suivit Zack jusqu'à la porte. Mais un simple coup d’œil à travers la vitre éclatée de la devanture leur suffit à constater que d'autres avaient déjà fait le grand ménage. Enfin, si par ménage on entend qu'il n'y avait plus rien d’intéressant à piller.
« Laisse tomber, y a certainement plus rien là dedans. »

Retournant sur ses pas, Gabriel s'approcha du pub qui affichait encore fièrement une pancarte annonçant « La tanière du loup ». Rien que ça ? Ça faisait tellement 'bar à bikers' qu'il se mit à sourire en imaginant quel genre d'ambiance il avait put y avoir ici avant. S'approchant prudemment de la porte, il y tambourina trois coups suffisamment fort pour que le moindre putréfié à l'intérieur l'entende. Après une bonne minute d'un silence total, il ouvrit la porte qui grinça sur ses gond. Une odeur de chair en putréfaction vint aussitôt lui agresser les narines, ce qui le fit grimacer de dégoût, mais il avança néanmoins. À gauche et à droite, des tables rondes et leurs chaises étaient empêtrées sur le sol, du verre brisé jonchait le tout, de même que deux cadavres inanimés. Dans le fond de la pièce, le bar, qui avait clairement été pillé lui aussi, ne laissait entrevoir qu'une étagère vide. S'en approchant avec prudence, Gabriel fit le tour pour se retrouver de l'autre côté et commença a farfouiller dans les divers placards du bar.
« Bingo ! » s'exclama t-il à l'adresse de Zack.
« Qu'est-ce que je vous sert mon bon monsieur ? Comment ? Un whisky ? Ça tombe bien, on a plus que ça aujourd'hui. »
Un sourire de gosse sur les lèvres, il dégota deux petits verres encore intactes et à peu prêt propres, il les disposa sur le comptoir puis ouvrit la bouteille de Jack Daniel's à moitié vide qu'il avait trouvé dans un recoin d'un des placards. Elle avait dû rouler dans un angle mort et de ce fait, elle n'avait pas attiré l'attention des pillards passés avant eux. Avec un plaisir évident, il rempli les deux petits verres presque à raz bord et en poussa un délicatement vers Zack qui lui faisait face. Reposant son petit trésor, il prit son propre verre et le leva dans le but de trinquer avec son nouvel ami.

« Si Emy me voyait, elle me tuerait. Alors que ça reste entre nous si tu veux bien. » Il fit un clin d’œil au blond pour appuyer le fait que ce serait leur petit secret, puis il ajouta :
« À la tienne mon pote. » Puis il s'envoya le contenu du verre cul sec.
Ils avaient bien le temps de se détendre un peu. De toute façon, les quelques commerces avoisinant n'avaient plus rien à leur offrir. S'ils voulaient trouver de quoi se ravitailler, ils allaient devoir piller les maisons. Il était plus facile de rafler le contenu d'un commerce. Fouiller des maisons, c'était plus dangereux, car il pouvait se trouver des putréfiés dans toutes les pièces, même celles auxquelles on ne pensait pas forcement, et ça prenait beaucoup plus de temps. Mais ils avaient la journée devant eux alors pourquoi ne pas en profiter un peu avant de passer aux choses sérieuses.
Revenir en haut Aller en bas
Zack M. Atkins
leader | American Dream
Modérateur
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 22/03/2016
Messages : 1293
Age IRL : 24

MessageSujet: Re: Come in, it's too dark outside   Lun 20 Juin 2016 - 16:02


Le blond avait essayé de se montrer positif parce-qu'il voulait y croire, il essayait de se persuader qu'il n'avait pas accueillit chez lui ces deux inconnus qui avaient grandement favorisé la diminution de ses réserves sans qu'il ne puisse au final refaire des stocks. Et si tout cela n'avait été qu'une erreur monumentale ? Et si c'était lui qui se retrouvait sous peu affamé et au bord de la mort en pleine forêt ? L'homme d'affaire refusait d'y penser. Il n'avait pas l'intention de les laisser partir sur un simple ''merci'', même s'il avait finit par avoir une certaine sympathie pour eux ; il aurait sa part du gâteau, restait plus qu'à déterminer quel gâteau entrerait dans l'équation. Après avoir allumé sa cigarette, Zack jeta un regard sur tout ce qui les entourait ; la plupart des enseignes étaient saccagées et des tas de morts gisaient ci et là. Trouveraient-ils vraiment quelque chose dans ce taudis ? Recrachant lentement la fumée de sa clope, il ne pu s'empêcher de sourire en secouant la tête en entendant les mots de Gabriel ; ce petit village devait être sympa avant, miteux mais sympa. Et maintenant... il n'était plus que l'ombre de ceux qui y résidaient il y a de cela quelques mois. Le plus âgé remarquait bien l'air écœuré de son compagnon du jour mais décida de ne pas relever ; si c'était devenu normal pour lui, ce n'était pas le cas de tout le monde et peut-être que certains ne s'y feraient jamais, mais mieux valait que ces putrides soient définitivement morts.

Il se dirigea à l'entrée de l'épicerie et ne fut pas vraiment étonné de voir que tout avait été dévasté, il ne restait sûrement plus rien et, alors que Gabriel appuya ce propos, il ne pu retenir un soupire agacé. « Ouais... mauvaise pioche on dirait. J'espère qu'on trouvera quand même quelque chose. » Il suivit le brun jusqu'au pub d'en face et s'y engouffra, évitant soigneusement de marcher sur les bouts de verres qui traînaient au sol. Les vitres n'étaient pas brisées ici mais les étagères étaient également vides, ou presque. Quand le plus jeune leva fièrement une bouteille de whisky déjà bien entamée, il sourit franchement ; ce n'était pas grand chose, mais c'était presque du luxe ! S'installant sur un des tabouret du bar, il ôta sa veste et la posa à côté, tapotant sa cigarette pour en faire tomber les cendres au sol ; qui râlerait qu'il rajoute de la saleté ? Plus personne ne viendrait nettoyer de toute façon. Prenant entre ses doigts le verre que lui tendait son camarade, il haussa un sourcil amusé en levant son verre. « Merci barman ! » Le tintement résonna dans la pièce comme une douce mélodie et il regarda un instant le contenu de son petit récipient avant d'en prendre une petite gorgée ; mieux valait le savourer, qui sait quand il en retrouverait ? Tirant une dernière fois sur sa cigarette, il l'écrasa dans le cendrier déposé à côté. « T'en fais pas, on va rien lui dire ! » Il avait conclu sa phrase d'un clin d’œil complice avant de reprendre une nouvelle gorgée.

Ne baissant que rarement sa garde, Zack avait presque l'impression à ce moment précis que plus aucun danger ne les menaçait. Il profitait de cet instant comme lorsqu'il sortait auparavant, rencontrant des dizaines de personnes et prenant tout ce que la vie avait à lui offrir ; sauf qu'à ce moment précis, il n'avait pas vraiment de chance de rencontrer qui que ce soit. Et quand bien même ce serait le cas, piller pour survivre était devenu plus important que copiner avec les vivants. Posant un coude sur le bar, il cala son menton dans sa main en zieutant le fond de son verre ; plus qu'une gorgée. « On se rendait pas compte avant à quel point c'était simple de tout avoir hein. » Nostalgie ? Peut-être bien. Le fait que d'autres ne puissent pas s'offrir tout ce qu'ils voulaient lui passait complètement au dessus. Il avait cependant apprit que les jumeaux étaient tous deux profs et ne doutait pas une seconde qu'ils puissent vivre dans le besoin.

Relevant la tête vers le brun, il sourit légèrement en tapotant machinalement son verre. « Peut-être qu'on en trouvera d'autres dans les baraques autour, ça ferait pas de mal de déconnecter un peu de ce monde pourri hein ! » Son sourire se fit plus franc. Peut-être ne trouveraient-ils pas de nourriture, mais si au moins ils tombaient sur une cave à vin pleine, ils auraient de quoi se remplir l'estomac au moins pour un instant. Et qui sait, peut-être que c'était ça, sa part du gâteau ? Buvant le whisky jusqu'à la dernière goutte, il ajouta néanmoins : « Bon faudrait quand même qu'on soit capable de faire le chemin retour. » La tempête qui risquait de leur barrer la route lui était complètement sortie de la tête. Se redressant légèrement, il se pencha pour récupérer la bouteille posée derrière le bar et partagea le reste dans leur deux verres.

Après encore quelques minutes à simplement profiter de ce que le brun avait dégoté, l'homme d'affaire se releva, remettant sa veste. « Aller, on va voir à côté ! » Il sorti du bâtiment en jetant des regards alertes aux alentours ; le village semblait être une ville fantôme, pas le moindre bruit ne s'élevait, pas même les piaillements des oiseaux. C'était comme si le temps s'était arrêté ; le soleil qui ne se montrait que rarement n'était pas encore très haut dans le ciel, ils avaient devant eux tout le temps du monde. Zack entra dans la maison de gauche en toquant bêtement contre la porte ouverte ; un seul bruit se fit entendre à l'étage, comme des coups. « Doit y en avoir un là-haut... Une fois que la maison sera vide on pourra fouiller. » La remarque n'avait pas grand chose d'utile, Gabriel n'était probablement pas idiot au point de se balader dans la baraque sans être sur ses gardes, mais mieux valait prévenir que guérir. D'un pas lent, le blond s'engagea dans les escaliers menant à l'étage.



Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
WALKING WITH THE DEADS

MessageSujet: Re: Come in, it's too dark outside   Aujourd'hui à 23:08

Revenir en haut Aller en bas
 

Come in, it's too dark outside

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 3 sur 7Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  Suivant

 Sujets similaires

-
» Dark Heresy ?
» reportage photo : Apocalypse chez les Dark Angels
» Dark City 2.10 FIN
» land speeder dark eldar
» Dark Angels + Ultra Marines + titan Ork VS GI

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Walking Dead RPG :: Archives RP :: RP Terminés-