Partagez | .
 

 Quand un certain souvenir se rappelle à vous...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
Auteur
Message
Tamara C. Kroeger
Tam Capone
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 31/10/2015
Messages : 832
Age IRL : 22

MessageSujet: Re: Quand un certain souvenir se rappelle à vous...   Mer 15 Juin 2016 - 13:15

J’étais contente d’être là aujourd’hui, comme à mon habitude, je m’amusais comme une folle. J’aimais être dehors et avoir peur de tout le temps. C’était ça qui faisait de nous des survivants, des guerriers et des personnes qui connaissent encore la frontière entre le bien et le mal. C’est lorsque la peur disparait qu’il faut s’inquiéter. Pour moi, elle était toujours présente, j’avais simplement appris à me battre avec. Je m’en servais comme une force plutôt qu’une faiblesse. J’avais toujours agi de la sorte. Tout ce qui ne nous tue pas nous rend plus forts. Il s'agissait d'un dicton qui correspondait tellement à ce que nous vivions maintenant.

Je souriais à mon tour alors qu’elle s’approchait de moi et m’attrapait par le bras. D’habitude c’était moi qui tirais les gens par le bras. Nous ne nous étions pas trouvés par hasard ce jour-là dans le bar. Je savais que nous avions tout un tas de points communs vis-à-vis de nos gouts, mais je ne pensais pas que ça irait plus loin. Elle voulait qu’on aille boire un thé, j’aimais l’idée, même si ça me donnait l’impression d’être une mamie anglaise de quatre-vingts ans. Je gardais cette remarque dans un coin de ma tête alors que nous commentions à prendre la route vers un endroit que je ne connaissais pas.

- Effectivement, le thé nous attend. Je suis presque sûr que c’est l’heure. En même temps, il n’y a pas d’heure pour prendre le thé à la table du chapelier toqué.

J’offrais une petite référence à Lewis Carroll au passage. J’aimais beaucoup cet auteur, j’avais lu bon nombre de ses œuvres lorsque j’avais du temps libre. Principalement durant mes temps de transport. J’aimais beaucoup sa façon d’écrire et de penser malgré l’époque dans laquelle il a vécu. Je n’ai pas le temps de penser beaucoup plus longtemps que la brune commence à me bombarder de questions sur ma vie. Je souris alors pour faire planer le mystère un peu petit peu. J’avais évidemment l’intention de lui répondre, mais je n’avais pas envie d’en dire trop tout de suite. J’ai toujours aimé jouer avec le mystère, je trouvais que c’est ce qui offrait tout le piment dans une relation.

- J’avoue que je vis une petite vie plutôt tranquille en ce moment. J’ai survécu dans le stade, tu en as peut-être entendu parler. Les conditions de vie là-bas n’étaient pas vraiment géniales. Mais au moins, on était en sécurité, sauf qu’après il y a eu des mobs à l’intérieur du stade, on pense que si quelqu’un meurt, même de mort naturelle, bah… Il se transforme aussi en mob. C’est la seule explication rationnelle qu’on a trouvée. Après ça, avec une partie des survivants du stade on s’est installé dans une station de ski vers le nord d’ici je dirais. C’est plutôt cool là-bas. Sauf qu’en faite, si je suis ici, c’est parce que j’ai fugué. J’en avais marre de faire la cuisine, mais faut pas le dire, c’est un secret.

Je posais alors mon index sur ma bouche comme pour signaler qu’il était préférable de se taire. Évidemment, ce n’était pas pour ça que j’étais partie et puis j’étais sur la route du retour actuellement, donc ça n’avait pas vraiment d’importance. J’aimais ne pas être sérieuse et pouvoir rire de tout avec tout le monde. Je continue à suivre les pas de Breann qui m’emmenait certainement chez elle. J’espérais ne pas rester trop longtemps parce que je commençais tout de même à m’inquiéter pour mes amis qui était tous loin de moi depuis trop longtemps déjà.

- Tout va bien de mon côté merci. Je vais pouvoir dire merci à ton pseudo livreur d’avoir préservé une beauté pareille. Je suis également très heureuse de te voir en vie.

Elle me prit alors dans ses bras avant même que je n’aie l’occasion de le faire. C’était bien la première fois qu’on me devançait. Je profitais alors de cette étreinte des plus agréables. Elle était aussi chaleureuse que la dernière fois que je l’avais croisée.  

- C’est loin où tu m’emmènes ? Je vais y voir des gens ? Faut que je me prépare pour faire bonne impression.



★ The Heart Is An Organ Of Fire ★

Mes AnnexesJ'écris en #ccff99

Revenir en haut Aller en bas
http://www.walkingdead-rpg.com/t6813-listing-des-comptes
Breann Yates
Messiah
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 07/12/2015
Messages : 114
Age IRL : 20

MessageSujet: Re: Quand un certain souvenir se rappelle à vous...   Lun 20 Juin 2016 - 8:18

Sa vie avait tout l'air d'avoir été aussi mouvementée que la mienne depuis cette invasion de créatures des Enfers... J'avoue être tout de même bien contente de ne pas avoir eu à tester la vie en si grande communauté, je n'imagine que trop bien les dégâts qu'ont pu créer des cannibales venant de l'intérieur. Se faire attaquer par un être cher... Personne ne peut y réagir calmement. Les pertes ont dû être terribles... J'espère que Tam a été épargnée, et qu'elle n'a pas eu à connaître le genre de sentiments qu'entraîne l'attaque d'un proche. Enfin, elle a l'air d'en parler sans trop de mal, même si elle évite de s'attarder dessus. Je n'ose pas lui poser plus de questions sur cet épisode, j'essaye de ne pas trop gratter les blessures quand je le peux. On a tous nos passages qu'on préfère garder pour nous à jamais.

Alors maintenant, les survivants du stade sont dans une station de ski... Je me demande si on en croisera. Il y aura sûrement des vadrouilleurs qui pousseront plus loin qu'il ne le faut vraiment... Je ferai peut-être mieux d'en avertir les autres lorsque je rentrerai. Qu'on puisse se préparer à une éventuelle visite surprise. J'espère qu'ils sont encore dans des dispositions pacifiques... Je serai ravie de pouvoir créer une alliance avec eux ! Même si je ne pourrais apparemment pas compter sur Tam pour jouer les entremetteuses, puisque notre demoiselle leur a faussé compagnie. Pourquoi est-ce que ça ne m'étonne pas du tout venant d'elle ? Je suis déjà surprise qu'elle soit restée si longtemps avec autant d'autres survivants, j'aurais cru qu'elle se serait plutôt lancée à l'aventure seule ou avec un petit groupe de proches amis. Après l'avoir libérée de mon étreinte à regret, je secouais la tête, amusée qu'elle prenne encore les choses autant à la légère. A qui pourrais-je bien raconter sa fugue de toute manière ? Enfin, rentrant dans le jeu, je signais une fermeture éclair sur ma bouche pour lui assurer que son « secret » serait sauf avec moi. Juré, moi, la grande bavarde de première, serait ausssi muette qu'une tombe sur ce sujet ! Encore légèremment rose de plaisir à cause de son compliment, je me mis à jouer avec une de mes mèche de cheveux dépassant de mon chignon sommaire pour essayer de le cacher un peu. Ah, la flatterie et moi... Et cette vilaine le sait très bien, que c'est mon gros point faible !

A sa question suivante et tout à fait légitime, je lui fis un beau sourire et lui répondis sur le ton de la taquinerie :« Ah, non, je te garde pour moi toute seule ! » mon sourire s'agrandit lorsque j'ajoutais « Fêtons donc ensemble un de nos joyeux non-anniversaires alors, voulez-vous très chère? » Je chantonnais rapidement le début de l'air inventé par Disney pour son fameux dessin animé psychédélique, puis repris finalement un peu de sérieux pour répondre à son interrogation première : « Je ne vais pas te ramener en trophée voir les autres, je ne suis pas sûre de... Enfin, tu vois, je ne sais pas si je peux ramener des gens comme ça, on a des consignes de sécurité assez strictes à ce niveau, notre chef, Selene, voudrait garder notre « base » aussi secrète que possible. Au cas où... J'espère que ça ne te vexe pas ? A moins que tu ne souhaites nous rejoindre bien sûr ! Je ne te cache pas que j'en serais ravie ! » J'en connais un qui le serait très certainement un peu moins de voir arriver une possible rivale mais... C'est Tam. Je ne peux pas juste la laisser repartir comme ça !

J'avisais alors une clairière sur notre chemin, relativement protégée par des rochers. Pour une courte pause, ça peut faire l'affaire... On camoufle le feu et on ne fait pas trop de bruits, ça passe. J'indiquais l'endroit d'un signe de tête à mon amie retrouvée, lui exposant mon idée : « On dresse la table ici, ménestrel ? Les bois sont relativement dépeuplés en ce moment, on devrait avoir suffisamment de chance pour ne pas avoir d'invités surprises non désirés. Et sinon, tu sais grimper aux arbres j'espère ? » Je jure que ça m'a sauvé la vie plus d'une fois. Ça et mes bons yeux. Merci papa et maman !




"Pretty girls don't know the things that I know
Walk my way, I'll share the things that she won't"
Revenir en haut Aller en bas
Tamara C. Kroeger
Tam Capone
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 31/10/2015
Messages : 832
Age IRL : 22

MessageSujet: Re: Quand un certain souvenir se rappelle à vous...   Jeu 23 Juin 2016 - 11:54

Je me doutais que je n’aurais pas la chance de découvrir l’endroit où elle vivait. Après tout c’est toujours délicat pour les survivants d’en accueillir des nouveaux. De mon côté, j’étais bien décidé à rentrer et ne pas rester avec elle non plus alors ce n’était pas plus mal. Je n’étais pas contre avoir un peu plus de vie sociale avant de rentrer dans mon chalet de glace et retrouver mes amis. La compagnie de Breann était vraiment très appréciable, mais je devais me rendre à l’évidence qu’on avait toutes deux des obligations à côté de ça. Je ne pus m’empêcher de faire un sourire amusé alors qu’elle précisait qu’elle avait décidé de me garder juste que pour elle.

- Si je peux me permettre, ça me semble être une excellente idée. En même temps, tu as toujours eu des idées brillantes. Ainsi, il n’y aura pas de jaloux et je pourrais repartir sans poser de problème de sécurité.

Je savais qu’elle aimait beaucoup se faire flatter sans pour autant l’admettre. Elle me faisait un peu penser au petit renne avec un nez bleu extrait d’un manga que j’avais survolé. Le nom de ce personnage n’arrivait pas à revenir. Je réfléchis un instant sur la question avant de m’intéresser un peu plus à l’endroit qu’on venait de trouver, il était parfaitement charmant. Visiblement ma référence à Alice venait de faire mouche puisque Bree parlait déjà de non-anniversaires. Le concept m’avait toujours fait beaucoup rire. C’est assez étrange de fêter ça, mais au moins pratiquement tout le monde peut en profiter. J’accompagnais avec joie mon compagnon du jour dans sa magnifique chanson. Je la connaissais pratiquement par cœur. Je n’étais pas une grande fan des Disney, mais Alice a été un de mes coups de cœur quand j’étais petite.

- Ne t’en fait pas, je comprends parfaitement. Ce ne doit pas être facile de trouver des endroits surs de nos jours en plus. Je me joindrais à vous avec plaisir, mais je vais simplement rentrer d’où je viens. J’ai des amis qui m’attendent là-bas. Ils doivent être très inquiets en plus puisque ça fait déjà trois jours que je suis partie. J’ai eu des empêchements sur la route, du genre horde de mobs. Je pense que tu vois de quoi je veux parler.

On s’arrêtait enfin dans une clairière, il n’y avait pas grand-chose autour. Elle était assez grande pour pouvoir voir les mobs arriver de chaque côté, ce qui était plutôt rassurant. Elle était bien ensoleillée, mais la température n'était pas inconfortable. J’aimais beaucoup ce genre d’endroit. Je trouvais qu’il avait un côté un peu mystique. Je ne comprenais pas vraiment comment une clairière pouvait se former, ce qui augmenter un peu mon adoration pour ce genre d’endroit.

- L’endroit me parait pas mal en effet. Au pire des cas, j’ai un arc aussi. Il est plutôt pratique, pour tuer une ou deux mobs rapidement, sans bruit et sans danger. Je peux t’assurer qu’il n’est pas là uniquement pour faire la décoration. Je te précise tout de même que je sais monter aux arbres, même si ce n’est pas très glorieux comme méthode.

Utiliser la ruse c’est pas trop mon truc. On gagne moins d’expérience quand on ne combat pas. Enfin, ça reste tout de même un moyen plus sûr pour rester en vie. C’est une chose que j’admets même si je ne le conçois pas vraiment. Assez rapidement, je ramasse un petit tas de branches mortes sur le sol. Ils sont assez nombreux dans le coin. J’ai bien l’impression que le faite d’être dans une forêt nous est plutôt bénéfique. Je regarde une dernière fois autour de moi avant de m’assoir en tailleur sur l’herbe. J’ai de la chance elle est sèche, je ne me mouille donc pas le cul. Il était temps de faire un joli feu pour pouvoir boire notre thé bien chaud. Je l’allume sans trop de difficulté devant moi avant de m’éloigner un peu.

- Je crois qu’on a presque tout ce qu’il nous faut pour notre thé party ! C’est parfait. Du coup ! Passons aux choses sérieuses ! Dis-moi, tu as quelqu’un dans ta vie maintenant ? Je cherche toujours la femme parfaite, peut-être que tu es intéressé.

Je lui fais un petit sourire en coin plein de sous-entendu. Je n’ai pas pu m’empêchais de lui faire comprendre qu’elle me plait toujours autant que la première fois où ma route à croisé la sienne.



★ The Heart Is An Organ Of Fire ★

Mes AnnexesJ'écris en #ccff99

Revenir en haut Aller en bas
http://www.walkingdead-rpg.com/t6813-listing-des-comptes
Breann Yates
Messiah
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 07/12/2015
Messages : 114
Age IRL : 20

MessageSujet: Re: Quand un certain souvenir se rappelle à vous...   Jeu 30 Juin 2016 - 23:17

L'endroit fut validé rapidement et je m'en réjouis, heureuse de pouvoir me poser dans un endroit relativement serein. Et en plus, elle m'offrait une protection de plus avec son arc, si ce n'était pas parfait ! C'était devenu Robin des Bois, rien de moins ! J'aurais aimé pouvoir frimer moi aussi, pouvoir dire que j'étais devenue une as question tir, mais en vérité, la seule chose dans laquelle j'étais passée experte depuis la fin du monde, c'était la fuite discrète. Je pense que je vais garder ce talent insoupçonné pour moi. Pas de besoin de lui avouer que je n'étais encore en vie que parce que j'avais un sens de la survie grandement aidé par la trouille. Ou pas, puisque passé un certain degré, je ne suis plus bonne à rien. Je ne voudrais pas l'affoler en lui disant qu'en cas d'attaque surprise de monstres, je risque fort bien de me transformer en véritable boulet. Enfin, aujourd'hui, ma bonne étoile semble avoir décidé de me faire un petit cadeau. Pour le moment, tout se passe bien, espèrons que cela tienne jusqu'à ce soir, lorsque je serai bien rentrée au foyer !

Je la laissais nous préparer le feu, m'installant par terre sans façon en faisant signe à mon chien de s'assoir près de moi. Je serrais Nakoma contre moi, heureuse de sentir sa chaleur rassurante. Je n'avais jamais été particulièrement proche des animaux avant, et encore moins des chiens. Tout change, il faut croire... Je ne m'imagine plus sortir sans elle maintenant. Tout me rassure, son odeur, son poids, ses bruits... J'ai besoin d'elle. Tendrement, je passais une main dans ses poils emmêlés, essayant d'en défaire les nœuds, pendant que Tamara faisant finalement flamber le petit bois qu'elle avait ramassé. Lorsqu'une flamme apparut, je tirais de mon sac la casserole et y vidait ma gourde avant de l'installer à peu près bien sur le petit tas fumant. Tamara s'installa près de moi et reprit le fil de notre discussion avec entrain.

Je ris à son début de parade amoureuse à peine cachée, étrangement touchée qu'elle continue à me trouver attirante, malgré le sang, la fatigue et la saleté. Je n'oserai même pas me regarder dans un miroir. Je dois lui offrir une image bien différente de la jeune femme apprêtée de la dernière fois... Enfin, elle m'a vu le matin. Ça fait un peu palier, non ? Sexy, la tête dans le pâté et finalement, tueuse de monstres cannibales. Ouch, sacré palier quand même. Je caresse la tête de Nakoma, allongée sur mes jambes, et fait semblant de réfléchir un instant avant de lui donner ma réponse :« C'est drôle, je n'ai jamais autant convenu à l'image de la femme parfaite que depuis la fin du monde ! C'est mon côté princesse en détresse, c'est ça ? » Je repousse d'un geste mes cheveux dans mon dos dans une parfaite imitation de la célèbre publicité produite par l'Oréal avant de reprendre : « Tu vas avoir de la compétition si tu rentres dans la course, j'ai un autre soupirant dans mon groupe, plutôt motivé ! » Et je n'ose imaginer ce que ça lui ferait si je ramenais subitement avec moi la personne avec qui je souhaiterai passer le restant de mes jours. Qui risque de ne pas en contenir tant que ça, vu la vitesse à laquelle les évènements s'enchaînent. Argh, toujours ces pensées morbides qui arrivent sans prévenir... « Mais... Merci de me trouver encore jolie. Ça compte beaucoup pour moi. C'est bête, hein ? Je veux dire, on a bien autre chose à penser que de se demander si on est belle gosse couverte de boue et de tripes en train de courir pour sa vie, je sais bien, et je suis sûre que tu t'en fous éperduement, puisque de toute façon tu restes sexy, mais pour moi... Bah, je suis bien contente quand on me complimente. Je me dis que finalement, tout cet argent disparu dans des crèmes, c'était pas si inutile que ça ! » achevais-je ma « confession » en riant pour cacher ma gêne à m'être laissée aller de la sorte. Je vais la faire fuir à toutes jambes !

Je m'éclaircis la gorge et repris tout de suite, soudainement intriguée : « Mais tu n'as personne dans ton groupe ? Il y a forcément quelqu'un qui a succombé à ton charme fou, rassure-moi ? »




"Pretty girls don't know the things that I know
Walk my way, I'll share the things that she won't"
Revenir en haut Aller en bas
Tamara C. Kroeger
Tam Capone
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 31/10/2015
Messages : 832
Age IRL : 22

MessageSujet: Re: Quand un certain souvenir se rappelle à vous...   Ven 1 Juil 2016 - 21:56

Alors que princesse Bree était en train de me parler, je continuais à m’occuper de mon thé. Je remplissais d’eau une casserole qu’on avait prise avec nous avant de la mettre sur le feu. Je faisais chauffer juste assez d’eau pour remplir les deux tasses que nous avions. Pas la peine de gaspiller plus que nécessaire. C’était déjà assez compliqué comme ça. Je fouillais dans mon sac pour sortir une boule à thé et un petit sachet en plastique avec des feuilles. Je les conservais dans un récipient hermétique pour ne pas qu’elles perdent leurs odeurs. J’étais plutôt fière du résultat. Je laissais le tout infuser au-dessus du feu.

- Mais tu as toujours était parfaite je suis sure ! Tu n’en avais simplement pas conscience avant. Ce n’est pas facile de se juger à sa juste valeur. Mais c’est vrai que ton côté fille en détresse te donne un charme tout particulier. Tu avais déjà ce regard quand je t’ai rencontré la première fois et j’ai bien l’impression qu’il est bien plus puissant maintenant.

J’aurais dû rougir de la draguer de la sorte. Mais c’était un jeu que je trouvais des plus drôles. J’inspirais un cou tout en regardant de plus près l’eau dans la casserole. Nous devrions encore attendre une poignée de minute avant de pouvoir déguster notre thé. Visiblement, on était dans une sorte de soirée pyjama improvisé nous racontions à tour de rôle les emmerdes que nous avions traversés. Je trouvais que c’était tout simplement agréable. Je savais qu’elle n’avait pas eu une vie rose avec les derniers événements et j’étais bien contente de pouvoir partager cette misère avec quelqu’un. Elle me révélait alors qu’elle avait déjà quelqu’un en vie. C’était tant mieux pour elle. Je savais que c’était une bonne chose de ne pas affronter le brouillard seul.

- Je suis contente pour toi en tout cas ! Alors à quoi ressemble ton chevalier blanc ? Je t’aurais bien demandé son Facebook ou son Skype pour pouvoir l’espionner en douce et vérifier qu’il est bien pour toi, mais c’est un peu compliqué. Je n’ai pas beaucoup de réseau ses derniers temps et puis ce n’est pas sur ma montagne que je vais capter en même temps. Ce n’est pas encore officiel ?

J’étais comme ça, une vraie commère. J’avais besoin de savoir tous les petits ragots du genre. C’était comme une seconde nature pour moi. Savoir qu’elle se taper un mec ou une nana ne m’apportait rien en réalité. C’était juste un petit plus, autant avant j’aurais pu le répéter sur les réseaux sociaux, autant aujourd’hui, une information de la sorte ne servait plus à rien. Je souriais de ma connerie un instant.

- Tu sais, ce n’est pas les crèmes qui ont fait le travail, mais plutôt tes parents pour le coup. Une fille belle elle peut se rouler dans la boue, transpirer et avoir les cheveux en bataille, elle sera toujours belle. C’est un peu un compliment étrange que je viens de faire, mais si ça te touche et bien c’est le principal.

Je réfléchissais un instant alors qu’elle me demandait si j’avais quelqu’un dans ma vie. J’ai toujours été un électron libre. Les points d’attache ça n’a jamais été mon fort. Je dois bien l’avouer. Des hommes j’en avais vu défiler, c’en était pareil avec les femmes. Comment lui expliquer que je ne connaissais pas le mot stable sans lui dire que je n’avais pas eu un succès monstre ? Je réalisais alors que Dante était sans doute une bonne façon de développer les choses.

- Je n’ai pas vraiment cherché et faut dire que je passe mon temps avec mon meilleur ami, Dante. Je ne sais pas si je t’avais déjà parlé de lui. Mais bon, du coup tout le monde pense que nous sommes en couple, ce n’est pas évident.

Je réfléchissais un peu plus longtemps alors que l’eau commençait à bouillir. Je la sortais alors du feu pour servir le deux tasses. Je tendais la première à Breann. Nous allions pouvoir boire notre thé comme prévu.

- Il y a bien un homme, mais il a déjà une fille de 10 ans et il est un peu plus âgé que moi. Je lui trouve un charme fou. En tout cas, l’avenir me le dira. On trinque, on boit et je me sauve après. Je vais louper mon train sinon.

Je pouvais toujours attendre le train cinq siècles qu’il ne pointerait pas le bout de son nez. Je me contentais donc de lui sourire avec amusement.



★ The Heart Is An Organ Of Fire ★

Mes AnnexesJ'écris en #ccff99

Revenir en haut Aller en bas
http://www.walkingdead-rpg.com/t6813-listing-des-comptes
Breann Yates
Messiah
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 07/12/2015
Messages : 114
Age IRL : 20

MessageSujet: Re: Quand un certain souvenir se rappelle à vous...   Mer 6 Juil 2016 - 23:23

tellement douillette... Je ne pourrais jamais faire comme Tam', entièrement couverte de tatouages. Vous avez vu la taille des aiguilles ? Et puis le ou la tatoueuse se moquerait de moi et de mon choix très générique. Je me ferais certainement chambrer, on me demanderait si je ne veux pas un petit cœur en plus ou un symbole représentant l'infinité... Non, finalement, c'est mieux comme ça. Ma peau restera intouchée par ces instruments de torture.

Une véritable peau de princesse, pour un chevalier... Eh, encore faut-il que j'accepte de me faire secourir. Et puis il y a différents types de chevaliers, les blancs, les renégats, ceux qui ne cherchent que le frisson de l'aventure et pas la soi-disant romance qu'ils sont censés remporter en même temps que leur victoire sur la bête qu'ils auront terrassée... Je ris toute seule en me représentant Robert en chevalier, tout d'acier vêtu. Pour sûr, peu de gens auraient osé s'en prendre à lui ! Et maintenant que j'y pense, une armure serait absolument parfaite pour aller au combat contre les choses... Du moment qu'elle n'encombre pas trop, on peut quand même courir et ne plus craindre les morsures traîtres... Hum, ce sera une idée à soumettre à Selene. Trouvons de quoi nous fabriquer de bonnes armures... Ah, Tim aurait pu nous donner tellement de détails ! La police a forcément des choses dans le genre dans ses inventaires... C'est trop bête. Quand il reviendra, je lui demanderai.

Je revins vers Tam', dont j'avais réveillé le côté adoratrice de potins. Eh bien, à nous deux, notre pause thé allait bien durer toute la journée ! Je le lui dis tout de suite en lui tirant la langue :« Ah non, moi je ne te laisse plus partir, tu me complimentes et tu nourris mon amour des commèrages, je te garde, tant pis pour ton train, tu prendras le prochain ! » Je me laisais aller sans façon contre elle, haussant les sourcils de manière suggestive en reprenant le sujet de l'homme qui faisait battre son cœur en ce moment : « Dante~ Non, tu ne m'as pas parlé de ce monsieur-là... Mais plus sérieusement, tu te sentirais prête à assumer le rôle de belle-mère sympa ? Au moins avec toi, la petite n'aura pas à se battre pour avoir droit à ses piercings ou ses tatouages. » la charriais-je un peu « Rah, je meurs d'envie de voir sa tête ! Il doit être beau gosse ! Et tout le monde sait que les hommes, c'est comme le vin : plus ça vieillit, plus ça s'améliore. Alors je ne saurais que trop te recommander de foncer. Et puis si tu veux une petite famille sans passer par l'étape accouchement, c'est la meilleure option. Il a un prénom, ce papa ? » Je fis la grimace à cette évocation. Accoucher maintenant... Non, c'est signer son arrêt de mort volontairement, même avec un médecin à ses côtés. L'odeur du sang et les cris attireront forcément les choses, vous parlez de stress supplémentaire... C'est une très mauvaise idée.

Je revins ensuite sur mon propre prétendant, regardant le ciel pensivement. « Pour ma part... Pour moi, c'est plutôt l'inverse : il est complètement sous mon charme, il m'est complètement dévoué et il a réussi à m'offrir tellement de choses dans ce monde... Mais ce sont des sentiments tellement forts que ça me fait peur d'y répondre. Il m'aime, il me l'a dit et répété. C'est véritablement un de ces chevaliers qu'on chantait dans les vieilles histoires d'amour européennes. Enfin, tu me connais, l'engagement et moi... Mais il est tellement gentil que je suis presque certaine qu'il accepterait de me partager ! Il a le cœur sur la main, c'est incroyable. » Je me tus un court instant, méditant mes paroles. Oui, c'était un homme qui aurait eu parfaitement sa place dans une légende... « Le bémol : il fait le double, voir le triple de ma taille. Ce ne sera pas en tant que sa moitié qu'il me présentera, mais en tant que son tiers ! Et je dois bien le reconnaître, il n'est pas le plus attirant des hommes. Alors est-ce que l'esprit compte plus que le corps... Je ne sais pas. » J'eus un petit sourire et ajoutais : « C'est dingue, on est en train de vivre la fin d'une époque, et nous voilà en train de parler de nos histoires de cœur. Certaines choses ne changeront jamais, c'est rassurant. »[/justify]




"Pretty girls don't know the things that I know
Walk my way, I'll share the things that she won't"
Revenir en haut Aller en bas
Tamara C. Kroeger
Tam Capone
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 31/10/2015
Messages : 832
Age IRL : 22

MessageSujet: Re: Quand un certain souvenir se rappelle à vous...   Ven 8 Juil 2016 - 18:08

Je souriais, j’étais tellement heureuse en ce moment précis à côté d’elle. J’étais tranquille, il n’y avait plus aucun risque de vie ou de mort seulement les commérages qui importait en cet instant présent. C’était quelque chose qui avait vraiment de la valeur avant. Même si ce n’était plus le cas maintenant. J’écoutais chacun de ses mots avec bonheur et bonne humeur. Je ne jugeais pas ce qu’elle me disait et pourtant j’aurais eu des dizaines d’occasions de le faire. Il s’agissait de détail sans importance et de petites mimiques qui me faisaient sourire. Chacun à ses expressions qui change lorsqu’il parle et dans le cas de Breann c’était simplement magnifique.

Je préférais ne rien dire concernant mon départ, mais elle devait bien se rendre compte qu’il était inéluctable non ? Elle s’installait presque contre moi ce que je trouvais tout simplement adorable, en même temps elle était adorable ce qui facilitait grandement les choses. J’étais de bonne humeur ce qui était simplement parfait. Il n’était pas question de prise de tête ou de mauvaise discussion. C’était simple entre nous un peu comme discuté de la pluie et du beau temps sauf qu’il s’agissait de nos vies. J’avais donc omis de lui parler de Dante ? C’était quelques choses de vraiment rare, mais on devait être bien trop alcoolisé pour parler de nos vies respectives. Il était temps de rattraper ce qui n’avait pas été fait avant.

- Dante c’est mon meilleur ami. Je le connais depuis que j’ai seize ans. On a déménagé ensemble pour Seattle et ensuite on a survécu ensemble. Au début les gens avec nous ont cru qu’on était en couple. On se connait si bien qu’on a une relation très fusionnelle un peu comme une relation fraternelle je disais. Parce qu’honnêtement notre relation n’est pas très différente.

J’affichais un petit sourire en coin alors que la discussion était en train de divaguer sur Victoria. Cette petite tête brune était vraiment si adorable. Je ne regrettais pas un seul instant de m’occuper d’elle, même en tant que grande sœur. Je savais que la situation serait différente si je me rapprochais du père. Pour le moment ce n’était pas le cas alors pas question de se prendre la tête avec les problèmes. On avait le temps pour ça encore.

- Ne crie pas victoire si vite, j’ai beau être tatoué, je te rappelle que je n’ai pas de piercings. Surtout que soyons honnête donner l’autorisation à son gosse de faire pareille retirer tout le charme.

Si un jour j’avais un gosse, je ne le laisserais pas faire ce genre de folie de son corps. Il ferait comme moi. Soit attendre d’avoir l’âge soit se faire tatouer discrètement dans des conditions douteuses. Il était là le défi et le côté marrant. Je jouais distraitement avec une mèche de cheveux en buvant quelques gorgées du thé encore chaud que j’eusse entre les mains.

- Évidement, il s’appelle Abel et le tien comment il s’appelle ? Ton allusion au bon vin me plait beaucoup. Je n’y avais jamais pensé avant, mais j’avoue que j’ai un faible pour les hommes d’âge mûr. C’est pour ça qu’il me plait tant que ça, je suppose.

Je faisais de mon dieu pour ne pas exploser de rire quand elle parlait de la taille de l’homme qui la draguait. J’avais environ deux cents réflexions qui étaient en train de germer dans mon esprit et au final la seule réaction que je pouvais admettre était une blague sur le cul. Il parait que je suis très porté sur la chose, je ne comprends pas pourquoi, vraiment.

- Au moins on pourra dire que tu es une fille comblée ! Bon je suis désolé, mais j’étais obligé de faire la blague. C’est vraiment si effrayant que ça ? Tu n’as jamais eu à faire avec un homme de sa taille ? L’amour et le cul fera toujours bouger les masses, je peux te l’assurer.



★ The Heart Is An Organ Of Fire ★

Mes AnnexesJ'écris en #ccff99

Revenir en haut Aller en bas
http://www.walkingdead-rpg.com/t6813-listing-des-comptes
Contenu sponsorisé
WALKING WITH THE DEADS

MessageSujet: Re: Quand un certain souvenir se rappelle à vous...   Aujourd'hui à 4:52

Revenir en haut Aller en bas
 

Quand un certain souvenir se rappelle à vous...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant

 Sujets similaires

-
» Quand les fantômes du passé reviennent vous hanter.
» [mission A]Quand la Désastreuse s'invite chez vous... [pv Kirito]
» [mission A]Quand la Désastreuse s'invite chez vous... {Ft Pandore}
» Quand l'ennui vous pèse, la plume vous apaise...
» A QUAND UN DEBAT SERIEUX ? LES ANTI-PARLMENTEURS LEVEZ-VOUS ! DEMASQUEZ-VOUS !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Walking Dead RPG :: Archives RP :: RP Terminés-