Partagez | .
 

 Quand un certain souvenir se rappelle à vous...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
Auteur
Message
Breann Yates
Messiah
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 07/12/2015
Messages : 114
Age IRL : 20

MessageSujet: Quand un certain souvenir se rappelle à vous...   Dim 15 Mai 2016 - 23:02

Lorsqu'un craquement suivit d'un bruit spongieux, se fit entendre, je fis la grimace, dégoutée par le spectacle. Décidemment, je ne parviendrai sûrement jamais à m'y habituer... Je n'ai jamais tenu à savoir tout ce que contenait « physiquement » une tête humaine ! Ah, mon Dieu... C'est vraiment une vision d'horreur... Je récupérais mon arme blanche en essayant de maîtriser mes hauts-le-coeur, l'essuyant sur contre un mur pour ôter tout cet amas visqueux parfaitement répugnant. « Heureusement que tu es là, ma belle, toute seule, je n'aurais jamais eu le courage de m'aventurer ici... » murmurais-je à ma chienne, qui me surprenait favorablement chaque jour. Son maître, paix à son âme, l'avait superbement bien élevée. Et je la soupçonnais d'être en plus assez futée pour pouvoir survivre par elle-même, ce qui me la rendait d'autant plus précieuse. Toutes les deux, nous faisions une bonne équipe. Elle apeurait les vivants et sentais arriver les morts lorsque je ne les voyais pas à temps, me prévenant d'un grognement sourd, que je préférais mille fois à celui des choses, et moi, en bonne humaine, je me chargeais de tuer les choses ou de l'emmener avec moi dans des lieux sûrs qu'elle n'aurait jamais pu atteindre. Une bonne petite équipe. Dire que je n'avais jamais particulièrement aimé les chiens avant...

J'étais partie en vadrouille, seule, souhaitant m'assurer que les morts se laissaient bien prendre à nos pièges et qu'aucun vivant ne s'approche trop près de notre camps perdu dans la forêt. Les visiteurs intempestifs, nous n'aimions pas trop ça... Et maintenant que j'étais devenue rôdée à ce genre de patrouille de reconnaissance, on me laissait plus facilement partir avec Nakoma, me faisant confiance pour que je revienne. J'en étais touchée, j'étais vraiment heureuse d'être tombée sur un groupe qui s'était soudé si vite. Nous avions chacun notre place, son importance, et cela me plaisait énormément. C'était une expérience complètement différente de celle que j'avais vécu juste après avoir fuit Seattle accompagnée de Tim. J'avais rejoint sa famille, je me sentais comme un poids et j'en étais un, sans conteste. Et j'avais fuis lâchement dès qu'il me l'avait ordonné... Je tenais à me racheter.

Alors me voilà, Breann la patrouilleuse, tombée sur un petit groupe de maisonnettes à l'abandon, occupées par quelques choses en très mauvais état. J'étais assez fière de moi car je pensais les avoir toutes éliminées à présent et cela en disait long sur mes progrès. Quand même... J'étais une simple journaliste, et voilà que je manie le couteau comme si c'était une extension de mon bras. C'est Dylan qui n'en croirait pas ses yeux s'il me voyait maintenant. Breann, celle qui n'aime pas faire la vaisselle parce que ça abîme son vernis, massacre des cadavres ambulants cannibales sans rien dire lorsqu'elle se prend des giclées de sang vieilli sur ses vêtements. Parce que oui, c'est super salissant, de tuer ces trucs. Et je ne parle même pas de l'odeur. Encore une chose à laquelle je ne me ferai jamais.

En continuant à énumérer tout ce qui avait changé chez moi depuis le début de cette « aventure », je commençais à fouiller dans les tiroirs de la chambre où je venais de tuer la dernière chose, y cherchant des habits pour Arun. C'est que ça grandit vite, à quatre ans, ces bêtes-là... On ne sait jamais, avec un peu de chance, je pourrais lui rapporter quelque chose de chaud et confortable. Ce n'est jamais perdu ! Et puis d'autres vêtements pour les adultes aussi, c'est dingue comme ça s'use vite quand on doit tout laver à l'eau froide et à la main... Mon lave-linge me manque, vous ne pouvez pas savoir. Presque autant que ma salle de bain.

Les bras pleins, je pliais et roulais calmement mes trouvailles pour qu'elles puissent rentrer dans mon sac, lorsqu'un bruit de pas me parvint par la fenêtre ouverte. Les sens en alerte, j'attrapais Nakoma par le collier et nous collais contre le mur pour qu'on ne puisse pas nous voir. Discrètement, je jettais un coup d'oeil à l'extérieur : c'était une femme, apparemment seule... Non mais c'est pas vrai, même dans les lieux déserts on croise des gens ? Bon, je devrais me réjouir que tous les habitants de Seattle ne soient pas morts, mais merde, c'est tellement dangereux les gens vivants maintenant qu'on n'a vraiment pas le cœur à ça ! Je me rencognais contre le mur, coinçant fermement Nakoma entre mes jambes tout en m'assurant que mon pistolet soit bien chargé. On n'est jamais trop prudente... Je pris le temps d'expirer puis d'inspirer lentement avant de prendre les choses à bras-le-corps. « Vous ! » lançais-je d'une voix sèche et autoritaire en braquant mon arme sur la femme, dont les traits me semblèrent étrangement familiers, sans trembler. « Stop. Qu'est-ce que vous cherchez ? »




"Pretty girls don't know the things that I know
Walk my way, I'll share the things that she won't"
Revenir en haut Aller en bas
Tamara C. Kroeger
Tam Capone
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 31/10/2015
Messages : 832
Age IRL : 22

MessageSujet: Re: Quand un certain souvenir se rappelle à vous...   Mer 18 Mai 2016 - 15:01

J’avais laissé Kerwan un peu plus tôt dans la matinée avant de reprendre la direction d’Evergreen. J’étais ultra contente de l’avoir vue pour la première fois IRL, je n’avais jamais vraiment imaginé qu’il soit aussi grand et je trouvais ça dommage d’avoir attendu la fin du monde pour pouvoir enfin le rencontrer. J’aurais eu l’argent j’aurais fait le voyage jusqu’à chez lui bien avant. C’est le cœur joyeux que je pris la route jusqu'à la maison, enfin ça c’était sans compter mon sens de l’orientation plus que défaillant, m’avait totalement perdu. J’avançais à l’aveuglette dans l’espoir de retrouver mon chez-moi. Je savais que beaucoup s’inquiéterait de ne pas me revoir, pendant que d’autres sauteraient certainement de joie. Je suivais la route de mon mieux quand je remarquais un petit village sur ma droite. J’étais toujours à la recherche d’une housse pour cette magnifique guitare que j’avais gagnée. Je décidais donc rapidement d’aller chercher dans les maisons et tant qu’à faire de trouver un petit truc à manger.

Au moment où j’avais pensé le mot manger, mon ventre c’était mis à faire un boucan de folie. Il faut croire que lui aussi et plutôt d’accord. C’est vrai que remplir un peu son estomac et retrouver des forces pour reprendre le chemin serait vraiment un plus. Je savais que je n’avais plus autant d’énergie que lorsque j’avais pris la route et je ne savais vraiment pas combien de temps je devrais marcher de la sorte avant de rentrer chez moi. J’avais laissé le riz à Kerwan pensant ne pas en avoir besoin. J’aurais peut-être dû en prendre avec moi en y réfléchissant. J’avais tout de même toujours une barre chocolatée dans mon sac qui pourrait faire la différence si je ne trouvais rien d’autre à me mettre sous la dent. C’était cependant un peu tard pour regretter mes erreurs. J’avançais prudemment en direction du village. Je regardais autour de moi entre chaque pas.

Je fixais la première maison qui se trouvait tout de même assez loin. J’entendais des bruits autour de moi, entre le vent dans les feuilles et certains animaux sauvages. Il y avait de la vie dans cette forêt, mais rien de bien inquiétant. J’avais beau faire des efforts au niveau de ma discrétion, je n’étais pas terrible. J’étais chargé comme un dromadaire, entre ma nouvelle guitare, mon arc et mon carquois plus mon sac en bandoulière. C’était en partie pour ça que j’étais particulièrement plus fatigué que d’ordinaire. J’avais préparé mon arc puisque j’avais l’arme et une flèche dans les mains, prête à le bander au moindre problème. On n’est jamais trop prudent surtout avec les mobs, des fois ils vous sautent dessus au moment où vous ne vous y attendais pas. Je continuais ma route doucement.

Je pense que je m’attendais à beaucoup de choses sauf à me faire interpeller par une fille. Je cherchais partout sans pour autant voir la source de la voix. Qui es-tu ? Où es-tu ? Je n’en avais pas la moindre idée et je déteste par-dessus tout ne pas savoir. Sans avoir le temps de réagir, la voix reprit une nouvelle fois. Je pus alors trouver la provenance pour voir une magnifique brune me pointer une arme. Elle était un peu couverte de sang, qui ne semblait pas être le sien. Certainement celui des mobs à proximité. J’avais remarqué un peu plus loin sur la route un corps étendu, visiblement mort. Je n’aimais pas me faire braquer par une arme, mais si je voulais m’en sortir, je devais montrer patte blanche. D’un geste lent, je m’accroupis pour poser mon arme au sol, puis je levais mes mains en l’air en évidence.

- Je cherche une house pour la guitare qu’on vient de me donner et un peu de nourriture avant de reprendre la route jusqu’à chez moi.

J’avais espoir qu’elle comprendrait que je ne lui voulais rien de mal et qu’elle me laisserait passer mon chemin. Je plantais mon regard dans le sien, il me semblait légèrement familier sans pour autant comprendre où est-ce que je l’avais croisé. J’ai rencontré tellement de filles différentes dans ma vie qu’il n’est pas toujours facile de se rappeler de chacune. Je ferais de mon mieux pour ne pas lui dire au risque de la vexer.

- Tu vas me pointer avec ton joujou longtemps ou on passe à autre chose ?

Oui, il fallait du culot pour se moquer de quelqu’un qui a une arme à feu braqué sur vous, certain dirons qu’il s’agit plutôt d’inconscience à vous de juger, moi je m’en fous un peu dans que la situation évolue et qu’on ne reste pas là à se jeter des regards noirs, parce que ça me fait perdre du temps et à elle aussi.



★ The Heart Is An Organ Of Fire ★

Mes AnnexesJ'écris en #ccff99

Revenir en haut Aller en bas
http://www.walkingdead-rpg.com/t6813-listing-des-comptes
Breann Yates
Messiah
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 07/12/2015
Messages : 114
Age IRL : 20

MessageSujet: Re: Quand un certain souvenir se rappelle à vous...   Dim 22 Mai 2016 - 15:47

Je fus soulagée en voyant l'inconnue qui ne me l'était étrangement pas tellement déposer son arme à terre et laisser ses mains bien en évidence. C'est toujours mieux lorsque les choses se passent calmement comme ça. Je retins mon sourire, souhaitant garder l'air sévère aussi longtemps que possible tant que je ne serais pas fixée sur ses intentions, même si j'avais bien ma petite idée. On est tous réduits à voler, désormais... On passe rarement dans des petites bourgades juste pour faire du tourisme. Surtout lorsqu'on sait qu'on va y trouver des monstres et d'autres choses tout aussi réjouissantes... Non, le tourisme est bel et bien mort. En revanche, heureusement que la police n'est plus franchement capable de remplir ses fonctions, nous aurions atteint un taux de criminalité sans précédent avec tous les vols et meurtres qui avaient eu lieu depuis le début de cette grande Panique. Je tiens le titre de mon livre tiens : La Grande Panique. C'est vendeur.

La voix de l'étrangère me coupa dans mes réflexions, m'obligeant à reprendre contact avec la réalité. Près de moi, Nakoma grogna. C'est franchement mauvais de ma part de rêvasser dans une position aussi incertaine. Même si, le temps qu'elle sorte une nouvelle arme, j'aurais réagi à temps pour m'abriter. Du moins, je l'espèrais. Sinon, ç'aurait été une mort très bête. Donc elle cherche une housse pour sa guitare, et des provisions. Si la première requête m'étonne, l'autre est beaucoup plus terre-à-terre et recevable. Sa phrase suivante m'arracha finalement mon sourire de force, et c'est avec ironie que je répondis à son culot : « Oh bah bien sûr, on va carrément aller prendre un petit thé toutes les deux pour lier connaissance, j'apporte les gâteaux ! » Je secouais la tête, amusée, l'arme toujours devant moi mais légérement abaissée. Avant de pouvoir lui faire plaisir, j'avais un dernier petit point à éclaircir : « Tu es seule, ou je dois prévoir des tasses en plus ? »

Maintenant que je l'avais bien en face de moi, son visage me disait effectivement quelque chose, ainsi que sa voix. Quelque chose qui me fit rougir d'un seul coup lorsque je croisais son regard. Le hasard a décidemment un drôle de sens de l'humour... Je baissais complètement mon arme, sidérée. « Je descends. » la prévins-je pour qu'elle ne se fasse pas d'idées quant à ma soudaine disparition de son champ de vision. Nakoma à ma suite, je descendis quatre à quatre les marches de l'escalier sans oublier de remettre mon sac à dos sur mes épaules, et ressortit à l'extérieur. De près, le doute n'était plus permis. « Tam ? » demandais-je en ouvrant de grands yeux, ébahie de tomber comme ça sur une ex. Impossible de ne pas la reconnaître désormais.

Physiquement, elle n'était pas si différente. C'était cette nouvelle lueur dans ses yeux, farouche et décidée, qui la changeait. Elle aussi avait dû avoir droit à son lot de moments traumatisants. Je restais là, dans l'encadrement de la porte, les bras ballants, Nakoma restant prudemment près de moi, montrant les dents pour le principe puisque l'inconnue n'avait pas l'air agressive. Ce brusque rappel de ma vie d'avant me privait de tous mes moyens, je restais bêtement là à la dévorer des yeux, incapable d'y croire réellement. Quelqu'un « d'avant »... Avant qu'elle ne finisse par trouver mon silence ébahi trop dérangeant, je dis la première chose qui me passa par la tête, sans réfléchir. « Tu joues les troubadours en pleine apocalypse toi maintenant ? »




"Pretty girls don't know the things that I know
Walk my way, I'll share the things that she won't"
Revenir en haut Aller en bas
Tamara C. Kroeger
Tam Capone
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 31/10/2015
Messages : 832
Age IRL : 22

MessageSujet: Re: Quand un certain souvenir se rappelle à vous...   Lun 23 Mai 2016 - 2:32

J’avais fait de mon mieux pour détendre l’atmosphère, mais je ne m’attendais pas à une telle réponse de mon interlocutrice. Je n’arrivais pas à comprendre s’il s’agissait simplement d’ironie ou si elle était vraiment sérieuse. Enfin, je le saurais bien assez tout. J’avais une nouvelle fois cette boule au ventre, comme à chaque fois que je croisais des survivants que je ne connaissais pas vraiment. Je n’étais pas vraiment à plaindre pour le moment, j’avais uniquement rencontré des survivants ultras sociaux. Je me rappelais vaguement de chacun d’entre eux, même s’il n’était pas vraiment très nombreux. Je sentais le poids de la guitare sur mon dos me rappelant alors que j’avais laissé Kerwan un peu plus tôt.

J’affichais un petit sourire en coin. Je la sentais vaguement ailleurs pendant un moment, mais je n’avais pas l’impression qu’elle représentait une menace. J’avais donc choisi de rester immobile et d’attendre de voir ses ordres. Cette rencontre allait me retarder sur mon planning, mais en réalité, je n’étais pas à une heure prête tant que je rentrais chez moi avant la nuit tout se passerait bien. D’une façon détournée, elle me demanda si j’étais seule. Pour le moment je l’étais, mais est-ce que je devais dire que j’avais des amis sous la montagne. Non, sur la montagne, je n’étais pas dans les aventures de Bilbo et Gary n’était pas le roi sous la montagne, de toute façon, il n’avait rien d’un nain. Je regardais alors la brune avant d’ajouter.

- J’ai bien mes amis imaginaires, mais je doute qu’ils boivent du thé alors deux ça suffira.

Son visage me semblait de plus en plus familier, mais j’avais du mal à la remettre, pourtant j’étais vraiment sûre que son corps me parlait. J’avais déjà touché les courbes de son corps, j’avais l’impression de m’en rappeler. C’était quand sa voix m’interpella qu’enfin j’arrivais à comprendre de qui il était question. Cette fille, je l’avais déjà rencontrée par le passé et j’avais passé une excellente soirée avec elle. Il me semble que j’aurais bien aimé une suite, mais je n’en avais jamais eu l’occasion. Peut-être aujourd’hui qui sait ?

- Et oui c’est moi, à votre service princesse Bree. C’est bien ça ? Je ne me suis pas trompé j’espère, je t’avoue que je ne m’attendais pas vraiment à te revoir.


J’étais du genre à jouer franc jeu, j’aurais pu tourner pendant trois ans autour du pot, mais ce n’était pas vraiment mon genre. J’aimais appeler un chien, un chien tout simplement. D’ailleurs en parlant de clebs je regardais le sien qui me montrait les crocs un peu farouchement, c’était compréhensible étant donné qu’il ne me connaissait pas. Je ne pus m’empêcher de rigoler quand elle parlait de troubadours, c’était exactement le terme. Je devais certainement en avoir l’air avec ma tonne de baguage et mes cheveux en vrac.

- C’est ma passion pour le Moyen-Age qui ressort, enfin à mon stade c’est plus une façon de vivre qu’autre chose.

Je la regardais, un instant, elle ne semblait pas trop amaigrie pas l’épidémie, elle devait donc avoir trouvé un refuge et peut être même des amis. J’étais contente pour elle en tout cas. Elle avait l’air d’une survivante et je trouvais que ça lui allait plutôt bien.

- Tu survis seule ou tu as des amis ? La solitude n’y a rien de pire dans ce monde désertique. Si tu veux, j’ai des tisanes un peu louches dans mes poches. C’est des restes d’avant, il faut juste de l’eau chaude et des tasses.

Je ne savais pas si elle était vraiment sérieuse quand elle parlait de thé, mais moi je l’étais comme toujours… Un petit sourire en coin pour changer et les yeux pétillants. Je retirais délicatement la guitare que j’avais sur l’épaule qui commençait à peser et je fis de même avec mon sac. Je m’étirais un instant toute contente d’être enfin libre.

- Tu sais, c’est peut être con, mais je cherche tout de même du matériel pour ma guitare, tu n’as pas trouvé une chambre d’ado dans le coin par hasard ?

La bouffe, c’était secondaire, je n’aurais pas été contre un peu d’énergie supplémentaire, mais j’avais largement assez de force pour rentrer chez moi. La maison n’était plus si loin en comparaison de la route que j’avais déjà effectuer.



★ The Heart Is An Organ Of Fire ★

Mes AnnexesJ'écris en #ccff99

Revenir en haut Aller en bas
http://www.walkingdead-rpg.com/t6813-listing-des-comptes
Breann Yates
Messiah
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 07/12/2015
Messages : 114
Age IRL : 20

MessageSujet: Re: Quand un certain souvenir se rappelle à vous...   Mer 1 Juin 2016 - 17:32

Son surnom m'arracha un petit rire. « Princesse Bree »... Je pense avoir trouvé mon nouveau nom de code, je le dirai aux autres. Je ne refuserai pas non plus la couronne qui va avec ce titre. Un diadème de préférence, quelque chose de chic et sobre... Et je prendrai aussi la garde rapprochée qui va avec mon statut de princesse, j'en aurai tout à fait l'utilité. Je lui confirmais mon identité, mon ego secrètement flatté de voir qu'elle se souvenait bien de moi alors que nous n'avions passé qu'une seule nuit ensemble. Amplement suffisant pour lui laisser une bonne impression, à ce que je vois. Je me rengorgais presque de contentement. Près de moi, Nakoma cessa de montrer les dents, me sentant me détendre. Elle s'approcha de Tam et commença à la renifler curieusement, intriguée par elle. « Entre les troubadours, les princesses et les chevaliers, nous sommes bien servies question retour au Moyen-Age européen... Le jour où je serai sacrée reine des Etats-Unis, je veux que tu composes une chanson en mon honneur, d'accord ? » demandais-je, ouverte et sereine, toute à la joie de retrouver quelqu'un que je connaissais dans ce nouveau monde.

Je répondis ensuite à sa question plus sérieuse, ne pouvant que tomber d'accord avec elle sur le grand problème de la solitude. J'étais bien contente de m'y être soustraite, je serai devenue folle à force. Je commençais à parler toute seule à haute voix lorsque je suis tombée sur Robert. Encore quelques semaines, et je développais une seconde personnalité avec qui me disputer. « J'ai un groupe maintenant, mon karma commence enfin à être positif. Nous sommes plutôt nombreux... Pour les tisanes, je pense que ça peut se faire. De toute manière, je doute qu'elles soient pires que nos fameux mélanges Coca-Rhum-Whisky. » Rien que d'y repenser, mon foie protestait avec véhémence, clairement d'accord avec moi. Mais ça avait valu le coup, ça avait été une sacrée soirée, que je ne regrettais absolument pas. En revanche, maintenant, ces mélanges-là m'étaient interdits jusqu'à mes soixante ans minimum, que mon quota de bêtises reste à peu près correct jusque là. « On trouve un ou deux Thermos et on s'en va ? »

Elle revint sur le sujet de sa guitare, et je me remémorais rapidement les pièces que j'avais pu traverser. Une chambre d'ado... Il y en avait bien quelques unes, mais de là à pouvoir dire si j'y avais repéré quelque chose capable de lui servir pour prendre soin de son instrument... J'avais surtout été attentive au moindre mouvement de chair putréfiée. Je haussais les épaules, désolée : « Il y a bien des chambres de jeunes, mais... Navrée Tam', je me suis chargée de régler le compte des monstres restés ici, dans le feu de l'action je n'ai pas particulièrement fait attention à ce qui se trouve dans les chambres. » En revanche, j'ai fait une véritable razzia sur ce qui restait dans les placards des cuisines, les autres seront ravis. « Dans cette maison-là, il y a trois chambres, tente ta chance, c'est sécurisé. Après, il faudra tester les autres... J'avoue ne pas vouloir trop m'attarder ici, c'est quand même un sacré traquenard si d'autres monstres se ramènent, les maisons sont indéfendables. » Non, effectivement, je ne tenais pas à rester dans le coin trop longtemps. Les choses avaient un odorat et une ouïe particulièrement développés, j'avais fait du bruit et le sang avait coulé. Aucune chance que le coin reste tranquille plus d'une heure. « J'attrape une casserole pendant que tu fouilles puis on se tire d'ici ? »




"Pretty girls don't know the things that I know
Walk my way, I'll share the things that she won't"
Revenir en haut Aller en bas
Tamara C. Kroeger
Tam Capone
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 31/10/2015
Messages : 832
Age IRL : 22

MessageSujet: Re: Quand un certain souvenir se rappelle à vous...   Mer 1 Juin 2016 - 23:31

Alors qu’elle parlait de lui composer une chanson, je souriais. Je n’avais pas réalisé un tel exercice depuis longtemps, mais j’étais largement capable d’en faire. Je hochais alors la tête en signe d’approbation. Avant de confirmer verbalement.

- Mais bien sûr que je t’en écrirais une ! Faudra que tu me dises quel genre d’exploit tu veux que je raconte. Je suppose que je peux en faire une sympa en une petite heure, avant, un quart d’heure suffisait, mais je suis un peu rouillé.

J’étais contente de savoir qu’elle avait des gens sur qui compter. C’est le plus important aujourd’hui. Survivre seul semble si compliqué. Je repensais alors à Kerwan, je me demandais comment il pouvait y arriver. Heureusement pour moi, je n’avais pas vraiment connu ça. J’ai toujours pu compter sur Dante et tous les membres de mon groupe. J’aurais tout un tas de questions à lui poser sur sa nouvelle vie. Mais je préférais me taire pour l’instant. Elle voulait qu’on se dépêche et j’avais bien l’occasion de l’écouter. Si elle disait l’endroit dangereux, elle devait certainement avoir raison. Je n’étais pas vraiment du coin, alors je me contentais de la croire.

- Je recommence quand tu veux le mélange Coca-Rhum-Whisky ! J’ai fait bien pire depuis ce soir-là ! Mais j’avoue que j’ai eu du mal avec le mélange aussi. Uniquement parce que c’était la première fois pour moi aussi.

Je lui fais alors un petit clin d’œil. Ce n’était pas ma première fois avec une fille, et ça elle a très bien pu s’en rendre compte et profité de mon expérience. Elle parlait alors de trouver des Thermos et une Casserole avant de partir. L’idée me paraissait très bonne. De toute façon rester immobile dans des endroits qui n’étaient pas sécurisés n’était pas du tout la meilleure idée à avoir. Elle me parlait alors de ses aventures dans la maison, il y a deux chambres d’ado, c’était une bonne nouvelle pour moi ça. Souvent, lorsqu’ils décident de se rebeller contre le monde, ils se mettent à la guitare. C’est exactement pour cette raison que moi j’en joue…

- Ne t’en fais pas, je vais aller faire un tour. Tu sais, quoi, on se retrouve ici quand on a fini de chercher ? Je pense que ce sera le plus simple aussi. Je laisse mes affaires ici pour aller plus vite.

Je ne m’attarde pas plus longtemps et rentre dans la maison en direction des différentes chambres, je me retourne en moment pour lui faire un petit signe aguicheur de la main. J’avoue que ça me fait rire. Je disparais alors rapidement dans le couloir avec ma guitare sur le dos. J’entre dans la première chambre, on dirait une chambre de fille qui devait kiffer les romans à la twilight, je tire la langue dégoutée avant d’aller dans la seconde.

J’ouvre la porte et devant moi, se trouve le paradis sur terre… Enfin si on oublie le cadavre de zombie crevé dedans. Dans un coin, je remarque une magnifique guitare électrique Lbanez. Elle ne sert évidemment plus à rien sans un ampli et je me vois mal me trimbaler avec. Mais ça implique que je trouverais certainement une house. J’ouvre les placards, je trouve des t-shirts de groupe, des magazines… Et enfin le tant attendu. Une housse noire assez renforcée, parfaite pour transporter mon précieux. Je glisse la guitare dedans et rajoute quelques t-shirts sympa pour bien la caler. Quand je me retourne, je tombe sur un poster de mon chanteur préféré. Bon tant pis, je prends quelques minutes pour le détacher et le mettre dans la pochette sur le devant de la housse. J’y trouve alors une poignée de médiators en tout genre et des cordes. C’était vraiment le gros lot. Je pouvais repartir.

- Princesse Bree ! J’ai tout ce qu’il me faut. Qu’en est-il de ton côté ?

J’étais revenue au point de départ et j’étais en train de me rééquiper. J’attendais d’avoir de ses nouvelles pour aviser de la situation.



★ The Heart Is An Organ Of Fire ★

Mes AnnexesJ'écris en #ccff99

Revenir en haut Aller en bas
http://www.walkingdead-rpg.com/t6813-listing-des-comptes
Breann Yates
Messiah
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 07/12/2015
Messages : 114
Age IRL : 20

MessageSujet: Re: Quand un certain souvenir se rappelle à vous...   Mer 15 Juin 2016 - 12:02

Je laissais Tam s'éloigner et partir poursuivre sa quête vers son Graal personnel, ne pouvant retenir mon regard, qui glissa le long de ses courbes. Quel coup du destin... Sans vouloir être méchante, elle était bien la dernière personne que je m'attendais à croiser dans cette nouvelle ère. Pas que je pensais qu'elle n'avait pas les ressources nécessaires pour survivre, loin de là ! C'est juste... Je l'avais un peu oubliée. Elle appartenait au passé, aux bons souvenirs. Et voilà qu'elle ressurgit dans ce monde-ci, avec des cadavres ambulants qui ne pensent qu'à dévorer ce qui est vivant, fidèle à elle-même, comme si rien de très anormal au fond ne s'était produit. Une catastrophe ? Pfeu, pour les autres tout au plus, elle, elle avait sûrement dû savoir mener son petit bonhomme de chemin pour survivre dès le début. Et j'en étais heureuse pour elle. La voir comme ça, vivante et en bonne santé, ça me redonnait le moral, et Dieu sait comme c'est important de l'avoir, celui-là !

J'allais partir également chercher ce qui me manquait encore lorsqu'elle se retourna pour me faire un petit signe, qui me fit lever les yeux au ciel pour mieux masquer mon amusement. Décidemment, elle n'en rate pas une... Enfin, c'est pour ça que j'ai décidé de passer un moment avec elle, j'imagine. Elle est complètement fantasque et n'a peur de rien, contrairement à moi. La « mauvaise fille » de l'école, ça devait être elle, et tout le monde sait que les rebelles sont les plus attirants. Dans la maison, j'attrapais rapidement un vieux Thermos et une petite casserole avant de vérifier le niveau d'eau de ma gourde. Ça devrait tenir... Oh, j'oubliais Nakoma, la pauvre ! Je lui sortis un bol et le remplis immédiatement d'eau, qu'elle lapa aussitôt, assoiffée. Tu m'étonnes, depuis le temps qu'on crapahute toutes les deux... Je suis une bien mauvaise maîtresse. Avoir un chien est assez nouveau pour moi, il y a pas mal de réflexes qui me manquent, j'espère qu'elle ne m'en veut pas trop. Ou que son maître dans l'au-delà ne me maudit pas.

En sortant, je retombais sur mon ex, qui m'interpella, l'air très satisfaite. Alors si nous avons tout ce qu'il nous faut... Pourquoi rester ici plus longtemps ? Je m'approchais d'elle et lui attrapais le bras, l'entraînant avec moi avec un grand sourire : « De même, mon très cher troubadour ! Je crois me souvenir que vous me devez un thé en bonne compagnie, n'est-ce pas ? »

Nous marchâmes un petit moment, nous éloignant peu à peu de cette bourgade fantôme qui me donnait des frissons. Ah, lorsque j'y étais arrivée et que les morts y rôdaient encore, j'étais bien contente d'avoir ma chienne à mes côtés ! Je suis une vraie trouillarde, je n'y serais jamais rentrée sinon. Mais loin d'être seulement une poule mouillée, j'étais aussi un véritable moulin à paroles, surtout lorsque ma curiosité était piquée. Pauvre Tam. « Alors, tu ne m'as pas dit ! Comment t'en es-tu tirée jusqu'ici ? Tu l'avais vu venir toi cette épidémie ? Moi non, c'est mon pseudo livreur qui est venu me prévenir et qui m'a embarquée avec lui. Oh, et tu voyages avec des gens ou tu préfères avancer seule ? Tu arrives à t'en sortir correctement ? Enfin, j'imagine que oui, sinon je ne t'aurais pas en face de moi maintenant... Je suis vraiment, vraiment heureuse de te voir vivante Tam' ! » concluais-je les yeux brillants. Je ne lui laissais pas le choix et l'enlaçais contre moi, toute à la joie de sentir une présence humaine que je connaissais d'avant. Je finis par la relacher, pinçant mes lèvres un peu tremblotantes pour ne pas que cela se vit. Voyons, je suis en face de la fille de Chuck Norris en personne, je ne peux pas pleurer ! J'ai ma fierté moi aussi.




"Pretty girls don't know the things that I know
Walk my way, I'll share the things that she won't"
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
WALKING WITH THE DEADS

MessageSujet: Re: Quand un certain souvenir se rappelle à vous...   Aujourd'hui à 3:24

Revenir en haut Aller en bas
 

Quand un certain souvenir se rappelle à vous...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 3Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant

 Sujets similaires

-
» Quand les fantômes du passé reviennent vous hanter.
» [mission A]Quand la Désastreuse s'invite chez vous... [pv Kirito]
» [mission A]Quand la Désastreuse s'invite chez vous... {Ft Pandore}
» Quand l'ennui vous pèse, la plume vous apaise...
» A QUAND UN DEBAT SERIEUX ? LES ANTI-PARLMENTEURS LEVEZ-VOUS ! DEMASQUEZ-VOUS !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Walking Dead RPG :: Archives RP :: RP Terminés-