Partagez | .
 

 Imitation is the sincerest form of flattery

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Auteur
Message
Tom Kuechly
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 23/03/2016
Messages : 81
Age IRL : 24

MessageSujet: Imitation is the sincerest form of flattery   Sam 14 Mai 2016 - 16:39

Une journée comme les autres. De garde une bonne partie de la nuit précédente. Je me suis donc couché tard. Ou tôt. Ca dépend comment on voit les choses. Dormi quelques heures et debout vers le milieu de matinée. Parti donner un coup de main à gauche à droite. Parlé avec telle ou telle personne, etc. Il a plu un peu la veille. Une chance pour le potager. Pas mal de personnes ont répondu à l'appel. Pour mon plus grand plaisir. Faudra encore un peu le temps avant la récolte mais si tout se goupillent bien., on aura déjà un petit stock pour nous aider à passer l'hiver. Parce que sortir faire les boutiques en ce moment ça va. Il fait à moitié bon. Mais quand il y aura vingt centimètres de neige dehors, bonjour la difficulté à se déplacer. Surtout qu'on dépense de l'énergie dans ces expéditions. Pas toujours fructueuse, toujours dangereuse, la routine quoi.

Treize heure passé, heure du repas quotidien. Pas le genre de repas dont j'avais l’habitude mais c'est toujours mieux que de la pâtée pour chien. Qu'est-ce qu'on donnerait pas pour un bon morceau de bœuf avec des frites. Ou un gigot d'agneau avec un petit risotto aux champignons. Une mousse, ou n'importe quoi d'autre, au chocolat comme dessert. Jeez. On va arrêter de fantasmer. Surtout sur des plats qu'on ne reverra plus jamais. Mais juste … si je pouvais encore me gaver d'une tartelette au chèvre et au miel. Ouais j'étais un gros mangeur. On dirait pas comme ça parce que j'ai pas de kilos en trop mais le métier faisait qu'on dépensait pas mal de calories.

Toujours est-il qu'une fois fini, rangé, je sors prendre l'air. Temps plus clément qu'hier mais pas de quoi faire bronzette. La météo de Seattle quoi. On est pas en Californie ici. Quelques personnes traînent ça et là. Je remarque qu'une seule d'entre elle n'est pas accompagnée alors je vais lui tenir compagnie. La seule et l'unique si je puis dire. L'alarme à Eddie – comme elle les appelle – la briseuse de tympans, celle dont on se demande parfois à combien elles sont dans sa tête, Lysbeth Wyathan. La discrétion ici on la note de 0 à Lysbeth. J'exagère mais l'idée est là.

« Qu'est-ce tu fais toute seule ? Plus personne veut de toi ? »

On peut pas dire que je comprendrais pas si c'était le cas. C'est pas comme si personne ne m'avait dit que moi-même je parlais de trop. Y'en a que ça gave, y'en a à qui ça plaît et ils t'écoutent déballer tes anecdotes. Tout le monde avait entendu l'histoire de Madison Crawford qui était l'un, si pas le, meilleur de mes contes. Je ne m'en lasserai jamais. Et je rigolerai toujours quand je penserai à ce jour ou que j’entendrai le nom de Madison. Sacré fou rire.

Je regarde aux alentours. Aperçoit Eva et Trey au loin en train de discuter. Et là, la lumière fut. Idée à la con qui risque de bien nous faire marrer tous les deux. Surtout qu'Lys doit être bonne à ce jeu. Mais attention, on rigole mais on ne se moque pas.

« Tu crois qu'ils se disent quoi hein ? C'est Trey qui cause et Eva qui écoute. Je prends une voix un peu plus grave et essaye tant bien que mal de l'imiter. Je t'ai déjà raconté la fois où j'ai couru pour trois cents yards dans un match ? Je suis un sacré joueur quand même. Tellement puissant que les défenseurs osent même pas me plaquer. Et quand ils essayent les malheureux, un p'tit coup de rein et paf j'leur casse les chevilles. Des tas de grands Running Back dans la ligue mais un seul Trey Cassidy ! »

Rien de bien méchant. Puis tout le monde sait que Trey est pas le moins modeste d'entre nous. Et à sa décharge c'est vrai qu'il savait jouer au football. Malheureusement il avait sale réputation. C'est pourquoi il fera jamais parti des plus grands. Parce qu'il faut être bon sur mais aussi en dehors des terrains pour rester dans l'Histoire. J'm'arrête de parler au rythme des dires de Trey et Eva enchaîne. Allez rouquine, à ton tour. Je sais pas où cette idée va nous amener mais on va pas s'ennuyer. J'pense même qu'il y a quelques paroles dont on se souviendra.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
WALKING WITH THE DEADS

MessageSujet: Re: Imitation is the sincerest form of flattery   Mar 17 Mai 2016 - 13:45

Pour une fois que j'étais au calme. Sincèrement, j'étais posée là, dans mon coin, à ne faire chier personne car personne ne venait me faire chier. C'est comme ça que ça marche oui ! Je pensais pouvoir sortir une feuille et un crayon pour écrire ne serait ce que quelques lignes, et renouer avec mes anciennes passions. Retrouver un semblant de stabilité et de plaisir pendant quelques instants..

Peut être même me laisser guider par la mélancolie. Je peux me l'autoriser maintenant, car je ne souffre plus tellement. Enfin, si.. disons simplement que je vis en accord avec ma blessure. Elle est là, je la supporte, elle ne partira pas, alors à quoi bon chialer en secret ? Mes larmes n'y changeront rien, et elle ne m'apaisent pas. Ca fait un moment que je le sais ça..
Du coup, j'avais simplement envie d'écrire pour lui parler. Lui dire que nos prises de tête me manquent, comme sa manie très chiante de me tirer sur le bras ! Lui dire que maintenant tout va bien ici. Enfin.. les gamines ne se font plus violer, quoi ! Et lui annoncer que les derniers militaires en vies ici sont du bon côté maintenant, comme ce bon vieux Bateson.. Et qu'il est tout à fait possible d'essayer de les séduire. D'essayer. Je fronce les sourcils..

Mais voilà, mon calme est perturbé par l'arrivée de mossieuh patate. N'ai je donc pas le droit d'être à l'écart de mon plein gré ? Ouais, je sais, j'suis pas la seule à avoir perdu quelqu'un. J'suis pas non plus la seule à avoir besoin d'y penser. Je porte mon attention sur lui, clignant des yeux. Plus personne ne veut de moi ? Non mais il est sérieux ? Ca ne va pas se passer comme ça.. Je plisse les paupières.


" Faut croire que si, vu qu'on vient quand même me voir..

Agréable au possible, je tourne la tête pour afficher une moue irrépressible qui témoigne bien de la joie que j'éprouve d'être ainsi dérangée ! Elle s'accentue quand je l'entends enchaîner, manifestant ainsi son envie de rester planté là. Elle est sérieuse sa question ?.. je tourne alors de nouveau la tête pour le fixer, de ce regard assassin dont seules les pestes ont le secret.

Sûrement des choses qui m'intéressent beaucoup.


Voix sèche, débit rapide, volume moyen. En gros, on peut comparer ça à une chatte qui feule, juste pour prévenir que " dégage " est aussi une bonne solution. Mais je suis bien trop à cran. Bien trop méchante, là.. Je m'en rends compte, et ça c'est un putain de gros succès, un réel travail sur moi, mon psy serait content d'encaisser mon argent là ! Je soupire doucement, pour évacuer tout ça. Comme si je gommais tout le crayon sur la feuille, prête à tout recommencer.

Je lui adresse donc finalement un léger sourire, qui veut dire " ouais c'est bon, tu peux rester.. ", et l'écoute parodier la star qui se vante auprès de miss eau de source. Je dis ça car elle est plate, et que je pourrai peut être envisager Norman, ce jeune homme un peu cavalier. Du coup j'ai du mal avec elle. Et c'est justement là que l'idée de Tom devient intéressante.. Alors comme ça il veut jouer ? Mais en fait.. il a frappé à la bonne porte !

Si ses paroles sont plutôt posées, sympathique, dans la retenue et illustrant bien le personnage, il est évident que je vais faire ABSOLUMENT pareil. Je mens.


Avec un de tes coups de reins, tu pourrais briser bien plus que mes chevilles, oh preux chevalier ! Mes ballons ne sont peut être pas bien gonflés mais... Si tu te sens l'envie de piquer un sprint sur ma pelouse et de tirer entre mes piquets, n'hésite pas.. appelle moi.. Caaaaaaaaall meeeee ! Lalaaaa la laa.. laaa.. la ? euh..

Je cligne deux fois des yeux, et je regarde Tom en secouant la tête.

Euh.. j'me souviens pas des paroles.. Mais aide moi toi ! Ah attends.. Call me for a ride ! Oui voilà ! Call me for a riiiiide call me !

Oui, je suis très sérieusement en train de chanter ça. Non, je n'ai pas honte de le faire et je suis réellement dans le doute, pour les paroles. Mais vous voyez mon sourire en coin ? ça veut dire que je m'en fiche, méfait accompli ! Eva finit par se taire - Oh, miracle ! - et Trey reprend la parole. Je regarde de nouveau Tom, laissant mon sourire s'étendre et devenir espiègle. Aura t il le cran de me suivre dans mon délire ? Oh je veux ! J'ai envie de rire.
Revenir en haut Aller en bas
Tom Kuechly
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 23/03/2016
Messages : 81
Age IRL : 24

MessageSujet: Re: Imitation is the sincerest form of flattery   Mar 17 Mai 2016 - 20:48

J'ai eu l'air de la déranger. Les deux remarques sont assez directes mais ça rentre d'un coté, ça sort de l’autre. J'm'en fous un peu et j’enchaîne mon imitation. J'ai pas vraiment eu besoin qu'elle me dise – par sa petite risette – que je pouvais y'aller. L’appétit vient en mangeant comme on dit. Certain que si je commence à m'y mettre elle me suivra dans mon délire. Du coup j'ai fait mon imitation. Soft mais assez juste. Puis j'attends.

Et là. Dès la première phrase j'ai compris comment ça allait déraper. Je suis pas fou, il était certain que ça parte dans  ce genre d'allusion et de métaphores. Mais si tôt ? Et le pire c'est qu'elle prend le rôle au sérieux. Et encore heureux que j'ai pas un verre en main, que je n'ai pas essayé d'avaler une lampée parce que je me serai étouffé en moins de temps qu'il n'en faut pour dire 'Un Mississippi'. Déjà que là je laisse échapper un petit hoquet de surprise. Lysbeth Wyathan, déesse de la délicatesse. Le fou rire commence à monter mais je me retiens parce qu'il faut jouer le jeu. Pour quelqu'un qui semblait pas hyper motivée, elle a pas tardé à se prendre au jeu. Et dire que c'est simplement le début de la partie. Je pensais qu'on y serait aller crescendo. Mais Lys est passée du zéro à mille en moins de temps qu'il n'en faut p – vous connaissez la suite. Et le plus surprenant c'est que ça vient tout naturellement. Reine de l'impro .A croire qu'elle a fait ça toute sa vie. Pas imiter les gens. Non. Faire des allusions sur son corps et ce qu'il est possible de faire avec. Oups. Je ris.

Et puis elle part à la dérive avec sa chanson. Le jour où Eva me dit des trucs ainsi je me pince pour voir si je rêve. Elle me regarde, attends que je complète les paroles. Mais. De un c'est pas les règles du jeu, Trey parle pas, alors je parle pas. De deux je connais pas la musique. Alors soit elle chante très mal. Soit … elle chante très mal en fait. Ou elle fait semblant de chanter très mal. Ouais c'est bien ça. Au moins ça fait pas genre je me moque d'elle. Hé ! On rit mais on se moque pas ! Et puis Eva s'arrête. Lys aussi. Le sourire qu'elle affiche qui me met au défi. Ah bon tu veux la jouer comme ça ? Tu sais pas dans quoi tu t'engouffres … Je reprends la voix.

« For a ride … for a ride … ? Ah mais c'est vrai t'es mécano. Attends un peu je bombe le torse là. Encore un peu. Encore. Nickel. T'as l'habitude d'en chevaucher des engins hein ? Je te laisserai monter sur le mien si ça te dit. Faudra juste veiller à ne pas péter le frein. Et avant de tomber en rade sur les routes, on pourra toujours s'arrêter à une pompe et j'te remplirai le réservoir. On bringuebalera pendant des heures et des heures. Mais une fois de retour au garage faudra pas oublier de me faire la vidange. Je suis sûr que tu manies aussi bien l'outil que l'engin. »

Et le tout en gardant le sérieux s'il vous plait ! Pour continuer dans le thème, j'ai parlé tout en roulant des mécaniques. Le torse bombé pour montrer que je suis un homme. Les mots me sont venus tout naturellement. Comme ma partenaire de jeu. Et encore j'ai du m'arrêter parce que le Trey a pas la langue bien pendue. Ah mais attends. C'est pas Eva qui enchaîne mais bien Trey qui s'y remet. Vite vite vite.

« Alors on a perdu sa langue ? »

Il s'arrête aussi vite qu'il a recommencé. Merde. Et mon impro géniale alors ? T'y as pensé un peu ? Ah mais attends Eva va reprendre la parole. J'arbore un fier sourire. Je la défie à mon tour. Tu ne pensais tout de même pas que j'allais me dégonfler comme tes deux ballons – c'est pas moi qui l'ait dit le premier. Allez vas-y, qu'on continue à rigoler. On est sacrément bien lancé là. Y'a un truc qui me dit qu'on est fait pour ça !
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
WALKING WITH THE DEADS

MessageSujet: Re: Imitation is the sincerest form of flattery   Lun 20 Juin 2016 - 14:24

Et là, je le regarde avec les yeux grands ouvert. Les lèvres pincées, j'en oublie même le jeu. J'fais pas attention à Eva qui va recommencer à parler. Là j'suis bloquée sur le frein, et sur la vidange. J'reste comme ça pendant deux, trois secondes ? Puis j'explose de rire ! Mais tellement que je me recourbe et me tortille sur moi-même. Ouais d'accord, il m'en faut peu, de toutes façons il en faut peu pour être heureux ! Je me racle la gorge en me servant de ma main gauche comme d'un éventail de fortune.

" Putain la vidange.. ouh.. ouhouh ! Hum. EUh.. okay c'est à moi..

Je pose mes yeux sur Eva, dont les gestes et le petit sourire m'inspirent un peu plus. Il croyait qu'on était déjà en plein dans le jeu ? Mais non. Ca c'était juste l'entraînement. C'était juste pour dire okay, on va jouer. C'est maintenant que ça commence. Et aux chiottes l'arbitre, ici y aura pas de carton rouge !

... J'te ferai grincer le frein, mon petit gredin. J'sens bien que t'en as besoin, j'te sens tendu et rempli comme un putain de bonhomme michelin. Viens sur mon circuit, on se fait une course... mais t'as pas intérêt à battre le record de vitesse aujourd'hui. J'en veux pour ma bougie. J'en veux pour mon pot d'échappement. J'vais te faire rouler jusqu'à la panne sèche et là, je jouerai avec l'huile de ton moteur. Ou de tes freins. Encore mieux..

Et là Eva semble s'approcher un peu, plissant les yeux. J'sais pas ce qu'elle lui raconte en vrai, mais ça donne si bien avec ce que je vais dire que .. j'ai du mal à me retenir de rire, encore. Je me fais rire moi-même, merde..


... Je veux que tu arroses mes vitres de ton lave glace.. Je veux de la mousse.

Je chuchote les derniers mots, et Eva marque une pause, alors que Trey se gratte la nuque. Eva reprend.. et je suis au taquet. Je prend le rôle très à coeur et je n'ai pas fini de dépasser les limites !

Alors champion, tu te sens de taille, ou tu préfères laisser ta place à un vrai pilote ? Avec moi y a pas d'armure.. Le corps à corps c'est bestial.. Tu vas pas te contenter d'envoyer la balle.. On va lutter jusqu'à ce qu'on suinte de sueur.. Rien que pour le plaisir d'aller prendre une douche.. et recommencer. Encore. Et encore. Et encore.. Je suis une autoroute.. viens bouffer mes kilomètres !

Totalement engagée, j'agrémente mes propos par des gestes et des expressions qui sont au moins aussi furtives que Wade le lendemain d'une soirée haricots blancs. Je suis lâchée, on ne m'arrêtera plus. Et ça fait du bien de se lâcher. Finalement, il a bien fait de venir celui là, car au moins j'me marre bien.

Bref, Trey reprend la parole. A voir si Tom trouve quelque chose à dire, maintenant.
Revenir en haut Aller en bas
Tom Kuechly
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 23/03/2016
Messages : 81
Age IRL : 24

MessageSujet: Re: Imitation is the sincerest form of flattery   Mar 21 Juin 2016 - 21:04

Au vue de sa réaction, ce que je viens de dire l'a fait bien se marrer. P'tet qu'elle s'attendait pas à ce que je rentre autant dans le jeu. Autant j'avais pas l'intention de m'aventurer direct dans ce sens là. Autant j'allais pas me dégonfler. Et quand Eva se remet à parler, j'écoute. Je sais pas pourquoi hein mais je souris déjà. Je me dis que ça va pas s'arrêter là. Et forcément ça manque pas. Au fur et à mesure des mots qui sortent de sa bouche mon sourit grandit. Grandit. Je laisse échapper des petits pouffements. Et quand elle parle de l'huile. De jouer avec. Je suis à la fois grave amusé et légèrement dégoûté. Ca fait très crado-dégueulasse. J'ai l'image de la potentielle scène qui me traverse l'esprit juste une petite fraction de seconde. Une fraction de seconde de trop. Puis viens le coup du lave-glace. J'explose de rire.

« Ahahah »

J'en ai les larmes aux yeux. Y'a pas à dire c'était extrêmement bien placé. Surtout qu'elle prend le rôle grave au sérieux en variant les intonations et tout. J'ai limite du mal à respirer. Je prends une grande inspiration. Et j'expire à fond. J'ai l'impression que Trey va s'y remettre alors je me prépare psychologiquement. Le temps de se remettre dans la peau du personnage. Réfléchir un minimum sur la suite de la « conversation ». Mais c'est Eva qui continue. Pour le plus grand bonheur de ma partenaire qui est déchaînée. Plus rien ne l'arrête. Une actrice qui joue le rôle de sa vie. Qui donne tout pour être oscarisée. Ca part dans tous les sens. Et la dernière phrase vient mettre un point d'honneur à ce deuxième round. Oh mon Dieu si quelqu'un nous entendait. Surtout un des gosses. Et si ça parvenait aux oreilles de nos deux victimes. Trey serait mort de rire. Ou s'en foutrait. Eva ferait sûrement la gueule. Viens bouffer mes kilomètres. Attends j'arrive. Je me racle un peu la gorge. Trey bouge les lèvres.

« La douche ça me va très bien. Tu dois être une experte pour ramasser la savonnette. Et quand tu me demandes si je me sens de TAILLE, tu crois pas si bien dire. AHAH. Bestial hein ? J'suis sûr que t'es une mateuse d'anaconda. Ca tombe bien Bibi en possède un. Il est un peu spécial parce qu'il adore jouer avec les minous. Et ce pendant des heures et des heures. Sans jamais s'arrêter. Il lui arrive de cracher du venin mais c'est tout naturel. Aucun danger. »

A ce moment là et l'air de rien, Trey arrête de parler juste deux secondes se gratte les parties. Pas avec insistance mais juste ce qu'il faut pour que moi et Lys le remarquons avec attention. Surtout vu le sujet de discussion. J'ai failli enchérir là-dessus direct. Prendre la balle au rebond comme on dit. Faire une bien belle remarque mais il y aurait pas eu assez de subtilité. « D’ailleurs en parlant d'anaconda, je crois qu'il se réveille. Et il a faim ! ». Pas assez de sous-entendus. Du coup je continue normalement quand il se remet à parler.

« Ouais on ira sur le gazon. J'en ai parcouru des tas dans ma carrière. En long, en large et en profondeur. Tondu ou pas. Sec ou humide. Contrairement à ce qu'on pourrait penser c'est mieux quand c'est humide. Ca glisse mieux. On s'insinue plus facilement jusqu’à l'en-but. Oh ouais j'en ai fait des allers-retours sur les pelouses. Je connais tous les tracés, toutes les routes. De la sneak à la deep en passant par la swing. Les yards ça me connaît. Mais tu dois être plus familière avec le terme de 'verge'. Hein ? T'aurais fait une merveilleuse athlète. Tu les aurais cumulées et avalées. Les verges. Tu les aurais enjamber comme personne. Tu serais devenue célèbre et riche. Tu te serais remplie la tirelire. Encore et encore. Tous les jours auraient sonné comme le 4 juillet dans ta salle des fêtes ! Et avec ...»

Et paf il s'arrête de parler. Le con me coupe en plein élan. Genre il me restait trois pas à faire et bam je me retrouve par terre. Je m'étais emballé au fur et à mesure en plus. Un peu comme ma partenaire quelques secondes auparavant. Une phrase en entraînant une autre. Une surenchère constante. Je m'épate moi-même. Mais le con bave plus un mot. Eva enchaîne. Deux secondes. Seulement. Le temps de laisser échapper six, sept syllabes. Pas assez pour donner matière à Lys. Ces briseurs d'ambiance je te jure. Et ils se barrent chacun de leur coté. Et nos métaphores alors ? Notre partie ? Ca partait si bien ! Nan mais revenez !

« Ah mais non mais ils sont pas drôles là ! On peut pas s'arrêter là. Pas comme ça. Aller trouver deux autres victimes. Bon limite on est pas obligé de repartir sur le même thème. Grand grand sourire. Bien que c'était extrêmement extrêmement drôle. Je crois que je suis jamais parti dans un tel délire. Mais autant je me doutais que t'avais de la repartie. Autant là tu m'épates. Et t'as bien fait t'y aller franco direct parce que regarde comment ils nous lâchent quoi. Donc. Je balaye les alentours. Mets un petit coup de coude vers Lys. La regarde du coin de l’œil. Tiens, eux deux !Toujours le grand sourire qui en dit long sur mon humeur du moment. Aller à toi. »

La récréation est pas finie. Je me demande bien ce qu'elle va me sortir cette fois-ci. En tout cas je crois que je suis pas au bout de mes surprises. Qu'est-ce qu'on est con ...
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
WALKING WITH THE DEADS

MessageSujet: Re: Imitation is the sincerest form of flattery   Aujourd'hui à 16:59

Revenir en haut Aller en bas
 

Imitation is the sincerest form of flattery

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Jeu d'Imitation
» Comment créer sa nouvelle équipe ?
» Les socles magnétiques
» Haiti is saying "No" to the United States.
» XHP saison 2011-2012

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Walking Dead RPG :: Archives RP :: RP Abandonnés-