Partagez | .
 

 Step out of the shadows

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant
Auteur
Message
Jasper McCarthy
Sanctuary Hills
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 01/11/2015
Messages : 1874
Age IRL : 26

MessageSujet: Re: Step out of the shadows   Dim 5 Juin 2016 - 11:50

Pour sûr, la moto aurait plus l'occasion de briller que la voiture. Elle serait utile, fiable, et permettrait de passer dans les endroits les plus tortueux. Les possibilités étaient illimités.

« T'as un permis moto ? Tu sauras la conduire, manier un truc pareil ? »

Sans perdre un bras ou une jambe, ou les deux ? Un demi sourire tira son visage alors qu'il attendait que la brune s'installe et fasse tousser le moteur. Après plusieurs essaies, le moteur d'emballa enfin, rappelant qu'il fallait toujours garder un brin d'espoir. Comme cadeau, ça aurait été sacrément mauvais si la voiture n'avait même pas dénié vrombir. Jasper préférait largement l'aspect sécurité que pouvait lui procurer un toit en métal. Les grandes sensations, en vrai, ça n'avait jamais trop été son truc. Avec son espèce de besoin constant de tranquillité, il avait toujours aspiré au calme et à la sérénité... Typique des trentenaires qui en faisait déjà vingt de plus dans leur tête.

« On va dire que oui. Tu sauras là rouler. Ou Jack, ou Happy, ou même Axel qui s'est déjà entrainé sur sa bicyclette. »

Goguenard, Jasper jeta un coup d'oeil à la jauge d'essence et s'attela à en rajouter. Ce serait légèrement handicapant s'ils se retrouvaient en plein désert avec une voiture qui ne fonctionnait plus, faute d'essence. Il n'aurait qu'à mettre le reste du jerrican dans le coffre au cas où. Mais, après avoir vissé le bec flexible, il se rendit à l'évidence qu'ils utiliseraient la dernière goutte. Ça, ça consommait vraiment trop. Une autre raison pour laquelle ils emprunteraient plutôt la moto que ce véhicule. Jasper referma rapidement le jerrican écoutant la petite histoire de la jeune femme sur cet homme mystérieux dont il connaissait le nom. Il l'oublierait sans doute. Vu que l'homme en question, celui dont il était supposé être jaloux, était sans doute mort. On ne pouvait pas jalouser les morts, c'était une perte de temps.

« Oh. Je vois. Je n'ai pas à m'en faire. J'me sens rassuré. Vu comment t'en parles, ça ne doit pas trop être ton genre les bikers. Surtout si tu peux leur faire des tresses. »

Remarque qu'il s'abstiendrait de faire en présence de ces hommes-là d'ailleurs. Jasper ne voulait surtout pas avoir de problème. Mais avec Mendoza, ils étaient dans la confidence, et ce qui restait entre eux, restait entre eux. Il contourna la voiture, s'installa coté passager, mis la ceinture de sécurité et tourna la tête dans sa direction :

« Dans l'état, ça serait plutôt toi qui serait en train de me kidnapper. C'est toi qui a entièrement possession du volant je te rappelle. Je suis le prisonnier. »

Joignant le geste à la parole, il avait levé légèrement les mains en signe de presque soumission. C'était un jeu, rien qu'un jeu, mais ça lui plaisait à elle aussi. Mais déjà, il s'accrochait au siège, parce que bordel, ça allait vraiment super vite. Il aurait presque eu besoin de prendre des médicaments pour supporter la vitesse et le décor qui filait aussi vite qu'eux. Des traces de paysage se noyaient devant ses yeux, sans qu'il n'ait le temps de voir, de percevoir un morceau de réel. Et les chiffres au compteur qui défilaient en disait long sur la vitesse du véhicule. Autant que la joie qui se lisait sur le visage apaisé de Carmen. Pour le coup, c'était la meilleure thérapie qu'il avait pu faire. La seule véritable qu'il avait pu mener avec envie aussi. Ça lui fit un peu oublier qu'il était à plus de cent cinquante kilomètres heures et qu'il était en train de déchirer le tissu de son pantalon.

« Tu crois franchement que j'arriverai à voir quoique ce soit sur la route ? Vraiment ? À cette vitesse ? »

Sur le ton du reproche, mais pas trop quand même. Jasper était resté encastré dans son siège, c'était difficile de faire autrement.

« On s'arrêtera ou tu veux quand tu veux, freine juste pas d'un coup hein. »

Il valait mieux pas compter sur lui pour savoir où ils seraient en faites. Il venait de tirer la boite à gant et d'en sortir quelque chose. Heureusement qu'ils avaient une carte dans le tableau de bord, carte qu'il sortit et laissa fermé entre ses doigts devenus moites. Adapte de sensation forte ? Pas vraiment ? Elle par contre, c'était tout le contraire, et elle avait déjà jeter par la fenêtre tous ses problèmes.


“L’endroit le plus sombre est juste sous la bougie.” p. korean
Le silence qui suit un grand désastre est le son le plus paisible qu'on peut entendre à la surface de cette terre. Elif Shafak.

Revenir en haut Aller en bas
Carmen L. Mendoza
leader | Sanctuary Hills
Administratrice
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 14/06/2015
Messages : 731
Age IRL : 25

MessageSujet: Re: Step out of the shadows   Dim 5 Juin 2016 - 21:09


Etait-ce vraiment le bon moment pour lui dire que non, elle n'avait jamais passé un seul permis moto de sa vie, et que le permis voiture avait finalement été validé après de nombreux essais ? Non, sans doute pas. A la place, elle préféra faire une légère moue avant de faire remarquer avec logique.

J'pense pas qu'un flic vienne me demander mon permis au vu de la situation tu sais ...

Et puis comme il l'avait fait remarquer, Axel avait déjà eu de l'expérience avec sa bicyclette rouillée. Elle ne put s'empêcher de pouffer, avant de lancer sur un ton plein d'innocence.

J'préfère un autre style d'homme ouais...

Le genre grand brun, aux yeux clairs, avec un caractère bien particulier. Carrément comme lui tout compte fait, une fois qu'elle avait fini par apprendre à le connaître un minimum et ne plus le voir comme une espèce de voleur sans foi ni loi. Mais ça, elle se garda bien de lui faire remarquer. C'aurait été un coup à ce qu'il lui sorte qu'il préférait les blondes, ou quelque chose dans ce goût-là. Après tout, Mary était rousse et avait la peau claire si elle se rappelait bien.
Il était donc son prisonnier, et l'idée lui plaisait bien dans un sens. Moqueuse, elle riat légèrement en le voyant lever les mains.

Une fois j't'ai attaché avec une ceinture et maintenant ça... A croire que ça te plaît tiens.

La voiture s'était élancée, alors qu'elle se grisait de cette sensation de liberté retrouvée. Pour la première fois depuis des mois, elle se retrouvait à ne penser à rien, alors que le paysage défilait devant leurs yeux. Les siens, savourant l'instant, mais Jasper visiblement, c'était une toute autre histoire. Surtout quand il lui fit remarquer la vitesse alors qu'elle sortait les deux dernières cigarettes de son paquet de Camel, lui tendant la dernière alors qu'elle allumait la sienne par le biais de l'allume cigare. Ca, c'était la liberté. Pour un peu, et les wendigo du coin disparaîtraient entièrement de son esprit. Mais un rapide coup d'oeil sur le côté lui confirma que non, vraiment, la vitesse ce n'était absolument pas son fort, alors qu'il serrait une carte entre ses doigts comme si sa vie en dépendait.

Peut-être n'était-il pas un amateur de sensation fortes après tout. Par respect pour lui -il avait quand même été volontaire pour endurer ce calvaire- elle s'ordonna de ralentir légèrement, histoire qu'il ne frôle pas la crise cardiaque tout de suite, redescendant à un chiffre raisonnable sur le compteur.

Relax... J'ai l'impression d'avoir conduit ça toute ma vie. Il va rien t'arriver.  

Et par chance aussi, aucun Wendigo ne semblait se balader dans le coin. A croire que le monde avait décidé de lui foutre la paix pour un interlude agréable, une fois dans sa vie.
Tirant sur sa cigarette en observant le paysage désormais moins flou, elle laissa tomber la cendre par la fenêtre avant de demander à son coéquipier.

C'est mieux comme ça ?

Sans doute que oui. Avec une vitesse de 90 kilomètres heures au lieu de 150, il allait peut-être retrouver un semblant de couleur. A quelques mètres, un panneau indiquuait la direction des routes, mais aussi d'une sorte de petite résidence 3 étoiles à quelques kilomètres de là. Indiquant le panneau au jeune homme, elle lança.

Ca te dis qu'on aille voir ? Avec un peu de chance, tous ceux qui venaient en vacance ici ont dû partir depuis belle lurette...

Et puis, peut-être qu'ils pourraient continuer de prendre du bon temps. Ce genre de résidence était rarement sans sécurité. Ca valait toujours le coup d'essayer après tout.

Oh, et promis, on ira plus lentement. Histoire que tu ne t'évanouisse pas en route. J'ai jamais été très douée pour la réanimation. Dit-elle avec une pointe d'humour en prenant le carrefour indiqué par la signalisation.


HELP, I'M ALIVE
My heart keeps beating like a hammer,
Hard to be soft, Tough to be tender. If we're still alive, My regrets are few If my life is mine, What shouldn't I do? Come take my pulse the pace is on a runaway train (⚡) june.
Revenir en haut Aller en bas
Jasper McCarthy
Sanctuary Hills
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 01/11/2015
Messages : 1874
Age IRL : 26

MessageSujet: Re: Step out of the shadows   Jeu 9 Juin 2016 - 9:01

Non. Aucun flic ne viendrait l'arrêter pour ce délit, ni pour un autre. Mais si elle l'avait eu, elle aurait eu le mérite de manier cet engin. Contrairement à certaines idées reçues, ce n'était pas juste un deux-roues où il fallait tenir l'équilibre. La puissance de propulsion de ces engins aurait de quoi surprendre. Pour Jasper, il faudrait un minimum de connaissances pour les maîtriser. Il n'essaierait même pas. Il laisserait ça aux autres. Là, dans l'état, il pensait plus à sa vie et à l'éventuel terre-plein qu'ils pourraient se prendre si la voiture valdinguée. Son estomac continuait de se nouer sous la vitesse du véhicule, sa gorge s'était serrée mais il souriait pour faire bonne figure. Enfin, grimaçait.

« Tu sais, j'pense qu'on se pose peut être plus trop la question du type de physique qu'on préfère. Donc. On va dire que j'ai toutes mes chances même si je suis pas ton type. »

Des yeux, il ne lâchait pas la route qui continuer de filer. Il aurait pu lui dire que maintenant les gens prenaient les choses comme elle venait, faisait avec ce qu'ils avaient, mais ça aurait été un brin mal interpréter. Il fallait qu'il use avec justesse des mots, même si son esprit était embrouillé par la vitesse. Un sourire tira ses lèvres lorsqu'elle éveilla le souvenir de la ceinture. Ça partait vraiment dans des délires vraiment bizarres. Le masochisme ce n'était pas le sujet de conversation qu'il préférait aborder. Et l'idée même d'être prisonnier, réellement, lui donnait le tournis. Par contre, si c'était virtuel, si c'était qu'un jeu de rôles, peut-être bien. Il lui adressait ce sourire-là, qui voulait dire, tu'aimerais bien que ça me plaise ? Enfin, un sourire encore un brin crispé. Puis elle avait lâcher la pédale, décélérée. Wouaouh. Son estomac avait failli faire un bon hors de sa bouche. Pourtant, elle n'avait pas freiné fort. Le temps qu'il se remette de ses émotions en prenant note que son visage était pâle dans le rétroviseur. Il lui avait fallu quelques minutes avant qu'il se rende à l'évidence qu'il ne vomirait pas dans la voiture. Excellent comme idée de rencart. Il n'aurait pas pu trouver mieux que d'apprendre qu'il n'était pas très friand de ce genre de sensation forte.

« Bien sur, pour l'hôtel... On pourra peut être trouver des trucs dans les cuisines... »

D'une pierre de coup, ils pourraient faire un brin de ravitaillement ensemble. Mais si ça devait l'enchanter, il préférait autant rester dans le véhicule à filer la campagne avec elle. Il fallait qu'un truc de travers arrive pour que cette petite escapade tourne mal. Des hordes à l'extérieur de la ville, ça commençait à devenir courant. Mais il n'avait pas eu la force de contester sa petite idée. Après tout, elle voulait juste qu'ils se posent et que lui reprenne des couleurs. Fallait pas qu'il crache sur cette compassion, surtout quand il la voyait si rayonnante.

« Oh. T'as peut être des talents de secourisme insoupçonné. T'as déjà essayer ? Je devrais peut être simuler un malaise. T'en pense quoi ? »

Ils déviaient déjà pour prendre une route à gauche, l'hôtel perdue dans un nuage de toit, d'autres petites maisons aux alentours entraient dans son champ de vision. Décidément, c'était peut être une très mauvaise idée. Les imprévus, il détestait ça. Au moins, lorsqu'ils partaient en ravitaillement, ça avait le mérite d'être prévu au presque millimètre près, ils apprenaient à connaître les impasses possibles. Alors que là, ils n'avaient jamais mis les pieds ici. Y aller à l'aveugle, c'était la pire des plaies.
Mais rien. Jasper n'allait pas mettre fin aux désirs de madame alors qu'elle commençait vraiment à respirer et reprendre un semblant de vie. Pendant qu'elle roulait alors, il ne la lâchait pas du regard. Il se disait que son idée finalement, n'avait pas été si mauvaise. Quitte à danser avec les macchabées de cet hôtel de vacances plus tard. Ça valait le coup de la sortie de son mutisme avec la meilleure thérapie possible.


“L’endroit le plus sombre est juste sous la bougie.” p. korean
Le silence qui suit un grand désastre est le son le plus paisible qu'on peut entendre à la surface de cette terre. Elif Shafak.

Revenir en haut Aller en bas
Carmen L. Mendoza
leader | Sanctuary Hills
Administratrice
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 14/06/2015
Messages : 731
Age IRL : 25

MessageSujet: Re: Step out of the shadows   Jeu 9 Juin 2016 - 12:51


C'est qu'il allait finir par se rendre compte qu'il était en train de la mettre mal à l'aise, avec ses sous-entendus et ses sourires en coin. Le genre de chose qui allait clairement lui faire comprendre qu'il était parfaitement son genre, quand il n'essayait pas de lui voler sa voiture, et essayait plutôt de la sortir de sa bulle. Un peu comme leur dernier soir ou ils avaient fini par danser en collé serré comme si le reste du monde n'avait pas existé...

Donc par définition, t'estime avoir toute tes chances avec moi c'est bien ça ?

Répondre par la provocation, c'était tout de même mieux que de se sentir comme une adolescente sur le point de rougir en apprenant que peut-être, l'homme à ses côtés sous-entendait qu'il ne dirait pas non à un peu plus que leur amitié naissante. Dans un sens, est-ce qu'elle était prête pour ça ? Redonner sa confiance à quelqu'un, après la mort d'un des êtres les plus chers qu'elle comptait dans son coeur ? Elle était bien incapable de répondre à la question, mais elle était au moins sûre d'une chose. Là tout de suite, elle commençait enfin à se sentir vivante, parce qu'il avait le courage - ou la folie, elle hésitait encore - de l'inciter à sortir, et de se rappeler ce qu'il y avait en dehors de sa chambre et des photos du passé.
C'était donc un oui pour l'hotel. Sans compter qu'il semblait à deux doigts de s'évanouir sous la vitesse, nota t-elle pour elle même avec un léger sourire.
A la vitesse minimum, ils finirent par garer la voiture juste devant les grilles du-dit hôtel, alors qu'elle récupérait les clés de voiture pour les ranger dans sa poche, s'extirpant du véhicule alors que Jasper relançait à nouveau le petit jeu entre eux. Elle avait beau jouer les femmes intouchables, elle devait l'admettre. Entrer dans son jeu avait quelque chose de plaisant, de réconfortant même. Quand bien même l'idée de réanimation qu'il sous entendait la fit se sentir une demi seconde sur le point de rougir à nouveau, elle préféra lui offrir un beau sourire provocateur en se rapprochant suffisamment de lui pour que leurs lèvres ne soient plus qu'à quelques centimètres, lançant d'un ton suave.

Ben... Ca peut être une idée. Essaye, pour voir. Tu me préviendra juste avant.

Un instant, elle se perdit dans son regard bleu, avant de se reculer d'un pas pour résister à la tentation d'aller plus loin. L'endroit n'était peut-être pas sécurisé après tout, mieux valait surveiller les alentours avant de. De quoi d'ailleurs ? Elle avait bien senti son coeur accélrer sur l'instant, mais ce n'était bien qu'un jeu si elle avait suivi toute l'histoire.
Lui faisant signe de la suivre, elle ouvrit une des grilles non fermée à clé, alors qu'ils avançaient sur le sentier. Par chance, aucune âme errante ne semblait se balader sur le chemin, ni même dans l'entrée de l'hôtel alors qu'elle observait le tapis rouge qui se déroulait jusqu'aux escaliers. Etrangement, il n'y avait rien. Ni traces de lutte, de sang, ou de valises éventrée... Au guichet, la réponse à ses question la rassura.

Ouverture de Mai à Septembre...

Ca expliquait l'absence de cadavre, ou de wendigo. Sans doute que l'hôtel était vraiment désert au début, et que personne n'avait pensé à se retrancher dans ce genre de résidence. Pas assez sécurisé peut-être. Ou trop peu connu, au vu du petit nombre de clé accrochées au guichet.

Avoue qu'on à de la chance. Si on reste discrets, même les wendigo qui peuvent potentiellement se balader en ville nous remarquerons pas. Et du coup, ça sous-entend qu'il doit y avoir pas mal de choses à récupérer...

Ne serait-ce qu'en question d'échantillons de savons, shampoings et autres draps de meilleur qualité que les vieilles couvertures avec lesquelles ils survivaient depuis le début. Histoire de leur amener un meilleur confort. Elle leva un instant les yeux vers le plafond striés de fissures, avant de faire tinter plusieurs fois la sonnette du guichet. Une bonne minute s'écoula sans qu'un râle quelconque ou une démarche traînante ne se traîne jusqu'à eux.

La voie à l'air libre. Alors ? On commence par les cuisines, ou les chambres ? Demanda t-elle en agitant devant lui le trousseau de clé des chambres avec un sourire amusé.


HELP, I'M ALIVE
My heart keeps beating like a hammer,
Hard to be soft, Tough to be tender. If we're still alive, My regrets are few If my life is mine, What shouldn't I do? Come take my pulse the pace is on a runaway train (⚡) june.
Revenir en haut Aller en bas
Jasper McCarthy
Sanctuary Hills
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 01/11/2015
Messages : 1874
Age IRL : 26

MessageSujet: Re: Step out of the shadows   Lun 13 Juin 2016 - 22:08

« Qui sait... » Il en frissonnait. Était-ce vraiment un jeu dans lequel il était en train de les emporter ? Il y avait peut être un peu plus que cela depuis qu'il l'avait observer de si près. Il n'y avait pas eu que la danse, il y avait eu ce petit moment où elle s'était endormie comme une souche dans son lit après avoir parler de tout et de rien. Cela semblait si loin ces petits moments de bonheur, si loin et si proche de la mort d'Ana. À ce moment, Jasper haussa négligemment les épaules sans la quitter des yeux, prenant le soin de lui faire comprendre que peut être la réponse qu'il voulait lui donner n'était pas aussi indifférente qu'il n'y paraissait.
Le lieu de vacances comme choix d'arrêt était une bonne idée, et quand il sortit de la coque du véhicule pour poser une main mal assurée sur le toit de la voiture, il attendit des secondes. Des longues secondes pour reprendre son souffle.

« J'vais pas faire semblant de tomber dans les pommes je crois... » Mais sans façon, il tomberait pas. Jasper tiendrait parfaitement debout. On appelait ça le mental. S'il défaillait un peu par moment, là, le psychologue avait bien l'intention de rester planter droit comme un i dans le sol. Pas question de s'évanouir dans un lieu possiblement dangereux. Il passa le plat de sa main contre son front à plusieurs reprises avant de la suivre jusqu'à la pancarte qui indiquait l'absence de possible personnel mort. C'était une bonne chose et il ne put s'empêcher de lui sourire sans toutefois ajouter quoique ce soit dans l'immédiat. Jusqu'à la sonnette qu'elle avait fait résonner dans le hall, dans l'attente qu'un machabée se pointe, il l'avait laissé parler, s'exprimer. C'était là tout l'intérêt de l'avoir laissé libre de ses mouvements, elle laissait les mots venir, elle faisait des phrases longues et se perdait dans des discussions malicieuses. Ça avait beau paraître anodin pour les autres, pour des personnes extérieures, le fait qu'elle s'ouvre à la discussion et laisse la malice s'échapper en disait long sur ses pensées profondes. Jasper en était presque à s'accouder au comptoir sans regarder à droite à gauche pour juger de l'arrivée possible d'un marcheur.

« On devrait prendre la clef du ménage aussi. Il doit y avoir un placard, ou un endroit où ils stockent tous ces draps... Pour ce qui est des chambres, t'as l'air tout à fait décider à y aller vu que tu exhibes les clefs devant mon nez. »

Il se garda bien de contenir se léger frisson d'excitation qui l'avait gagner. Sans la quitter des yeux, il passa derrière le comptoir avant d'en sortir une clef où était effectivement indiquer grossièrement ménage sur un bout de papier plastifié à moitié effacé.

« Tu penses que dans ces chambres il y a quoi d'intéressant ? Vu que le lieu était fermé, tu penses qu'ils ont laissé quelques échantillons ? On devrait aller quand même vérifier, pour voir. »

Les sous-entendus avaient leur importance. Ils avaient une teneur différente et cela tournait à la proposition. Après tout, n'y avait-il pas depuis cette soirée-là, une petite attraction qui subsistait entre eux ? Quelque chose qui était resté figé dans leur palpitant, comme si la drogue avait pu s'y greffer sans qu'il ne s'en rende compte. Jasper était déjà passé prêt d'elle, quittant son regard, pour mettre un pied sur la première marche de l'escalier. Vers quel chemin dangereux était-il en train de marcher ? Aucune idée. Mais des actes d'inconsciences étaient parfois mieux à un trop plein de réflexion. Un sourire léger dansa sur son visage alors qu'il parcourait une dernière fois le hall par pure paranoïa.

« On fera les cuisines en dernier. Elles se sauveront pas... » Les lits non plus d'ailleurs, ils ne se sauveront pas.


“L’endroit le plus sombre est juste sous la bougie.” p. korean
Le silence qui suit un grand désastre est le son le plus paisible qu'on peut entendre à la surface de cette terre. Elif Shafak.

Revenir en haut Aller en bas
Carmen L. Mendoza
leader | Sanctuary Hills
Administratrice
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 14/06/2015
Messages : 731
Age IRL : 25

MessageSujet: Re: Step out of the shadows   Lun 13 Juin 2016 - 23:53


Peut-être qu'elle jouait trop. Ou à l'inverse, pas assez. L'idée de poser ses lèvres contre les siennes lui avait bien traversé l'esprit, avant que son instinct ne reprenne le dessus pour s'assurer qu'aucun wendigo ne déambulait dans les parages. Etait-ce vraiment amical, ectte malice entre eux ? Elle s'était déjà posée la question la première fois, quand elle avait ouvert les yeux dans sa chambre, après s'être profondément endormie suite à un trop plein de marijuana et d'alcool. Sans compter la petite danse, ou le fait qu'il avait tendance à entrer si facilement dans cette histoire de séduction. Peut-être qu'elle était son style, peut-être qu'il devrait être parfaitement le sien. C'était une complicité étrange, qui lui faisait par instant rappeler que ce genre de moments prouvaient qu'elle était vivante. Qu'Ana n'aurait pas voulu qu'elle sombre dans cette dépression et à l'inverse, qu'elle vive. Très certainement dans un monde meilleur, mais au moins qu'elle prenne le temps de goûter un minimum à la vie, quand elle n'était pas à se cacher sous une voiture pour éviter un groupe de wendigo affamés.

Ce fût une chance inouïe que l'endroit n'ait pas été pillé, ne put-elle s'empêcher de remarquer avec soulagement alors que Jasper lui parlait de récupérer une autre clé, et qu'elle hochait la tête en effleurant le comptoir étouffé par la poussière des lieux.
Et alors, elle sentit son coeur s'emballer l'espace d'une seconde, alors qu'il reprenait la parole en lançant tout un tas de sous-entendus. Oui, elle voulait vérifier les chambres, histoire d'amener un peu plus de confort. Mais là, tout de suite, elle eut l'impression que l'idée changeait drastiquement de point avec ce qu'il disait. Vérifier les chambres, pour voir. Et sans doute se laisser tomber sur un matelas digne de ce nom avec lui. Un léger frisson parcourut son dos en chassant cette image de sa tête, préférant se concentrer sur la clé du ménage qu'il lui avait présenté un peu plus tôt.

Ouais... On devrait peut-être y trouver des produits d'hygiène, parvint-elle à articuler en évitant son regard un court instant. Du savon, shampoing, ou même des draps propres.

Sa propre phrase sonnait presque tendancieuse dans sa tête, alors qu'elle s'insultait moralement d'avoir dit ça. Vérifier, pour voir. Voilà, excellente idée. Elle lui emboîta le pas dans les escaliers, alors qu'il parlait de vérifier les cuisines en dernier.
Et si, finalement, ce n'était pas qu'un jeu et qu'il sous entendait clairement quelque chose ? Son ventre se contracta un instant en y pensant, alors qu'elle réalisait que l'idée lui plaisait de plus en plus. Sans compter le fait que depuis qu'il l'avait tiré de sa chambre, elle avait cette étrange sensation de renaître, se sentir plus vivante. Apprécier à nouveau d'être grisée par la vitesse, ou de respirer autre chose que l'air de sa chambre. Voir du paysage, fouiner des lieux abandonnés. C'était ça, être vivante. Il la rendait plus vive, presque heureuse en essayant juste d'être là pour elle.

Le corridor, tout comme l'entrée, s'avéra désert et sans aucune trace de sang, ou de signes de lutte. Avec un peu de chance, peut-être avaient-ils vraiment trouvé une occasion en or avec cet endroit. Le fait de pouvoir piller un lieu avec lenteur, et peut-être même d'en profiter avant de reprendre la route. Ouvrant la première porte à l'aide du double, elle ne put s'empêcher de s'émerveiller sur la pièce immense et intacte, comme protégée du reste du monde.

J'aurai jamais eu les moyens de me payer ça avant... Ne put-elle s'empêcher de faire remarquer avec un sourire amusé, observant l'épaisseur des rideaux alors qu'elle refermait la porte derrière eux par sécurité, se dirigeant immédiatement en direction de la salle de bain en évitant l'immense lit à baldaquin du regard.

Tu vois, j'avais raison ! Lança t-elle en tournant légèrement la tête vers Jasper en lui montrant les échantillons de salle de bain intact, qu'elle vint poser sur la coiffeuse avec un sourire triomphant, laissant son sac glisser de son épaule pour qu'il rejoigne le reste des produits.

L'espace d'une seconde, elle ne put s'empêcher de se demander si cet endroit était dans un sens, leur instant. Un petit jeu qui commençait à les lancer sur une autre direction, alors qu'ils pouvaient trouver un semblant d'intimité et qu'ils se parlaient plus que jamais à coeur ouvert. En y pensant elle sentit à nouveau son coeur s'emballer, et l'idée ne lui déplut pas. Peut-être que c'était bien ça. Il l'aidait à se sentir enfin en vie, elle pensait à autre chose que le regard mort d'Ana dans chacun de ses cauchemars.

Vu que la cuisine ne disparaîtra pas, on devrait peut-être en profiter pour se poser un peu... Dit-elle en sortant son paquet de cigarette avec innocence, comme pour valider un mobile, alors qu'elle se rapprochait lentement de lui, presque avec prudence. On à le temps. Au moins jusqu'au dîner, c'est bien ce que tu m'as dis ?

Le temps. C'était bien la première fois qu'elle en trouvait vraiment, depuis leur dernière soirée. A se retrouver si proche de lui, elle hésita une seconde à reculer brusquement au risque de passer pour une folle. Elle n'avait jamais été particulièrement douée pour faire comprendre ce qu'elle voulait, et sans doute qu'elle se sentirait bien bête si il la repoussait là maintenant, alors qu'elle portait lentement une cigarette à ses lèvres en le frôlant à peine, venant ramener en arrière une de ses mèches de cheveux.

A moins bien sûr, que tu ne trouve palpitante, l'idée d'aller là tout de suite fouiller le coin des femmes de ménage hein...

A nouveau, son petit sourire en coin avait naquit sur ses lèvres alors qu'elle cherchait son briquet sans le quitter des yeux. Peut-être qu'elle faisait les bons choix après tout, en jouant autant qu'il ne jouait avec elle.


HELP, I'M ALIVE
My heart keeps beating like a hammer,
Hard to be soft, Tough to be tender. If we're still alive, My regrets are few If my life is mine, What shouldn't I do? Come take my pulse the pace is on a runaway train (⚡) june.
Revenir en haut Aller en bas
Jasper McCarthy
Sanctuary Hills
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 01/11/2015
Messages : 1874
Age IRL : 26

MessageSujet: Re: Step out of the shadows   Jeu 23 Juin 2016 - 19:45

Les rideaux restaient tirés. Il en oubliait presque le danger qui pouvait toujours leur tomber dessus. C'est vrai ça, c'était bien trop calme pour une résidence de vacances. Le panneau indiquait que les lieux étaient fermés... Mais les portes étaient ouvertes. C'était bizarre. Mais son esprit était ailleurs, et il n'avait dévié qu'une seconde. En l'attendant sur la première marche, il avait esquissé un sourire lorsqu'elle était arrivée jusqu'à lui. Ils étaient montés, peut-être un peu trop vite. Le silence du corridor lui arracha un léger frisson. Jasper eut un moment de panique, mais tout était intérieur. Son visage était resté le même, ravalant sa crainte alors que la douce voix de la brune venait réveiller ses sens. Une fois encore, il se retrouvait détourné de ce à quoi ils devaient faire attention. Il la suivit jusqu'à la première pièce, une chambre spacieuse, qu'il n'aurait jamais pu se payer non plus. Carmen s'était déjà dirigée vers la salle de bain, montrant comme preuve que les échantillons s'y trouvaient déjà. Elle avait ce sourire victorieux au visage qui lui arracha un nouveau sourire. Plénitude quand tu nous tiens. Finalement il n'avait vraiment plus envie de partir, de reprendre la route. Ils pourraient rester ici longtemps. Jasper prendrait même le risque qu'Axel vienne lui faire des sermons à deux sous comme quoi il aurait dû prévenir de ce voyage.

Mais non.

Elle avait tout ranger dans son sac pendant que lui s'atteler à ouvrir les placards évidemment vide. Ils devraient certainement y aller vraiment dans ce placard étroit où devaient être rangés les draps. Le lit d'ailleurs n'en était pas pourvu. Mais est-ce que cela arrêtait réellement ses pensées du moment alors que son regard déviait à nouveau sur la brune qui mettait joyeusement son butin dans son sac. Elle mettait ses problèmes de coté le temps d'un voyage.
Il avait vérifié la commode puis s'était retourné sur une Carmen un peu plus confiante, il se perdit dans ce regard pétillant de malice alors qu'elle se rapprochait dangereusement de lui. Cette dangerosité lui plaisait, et il sentit son corps se réchauffer alors qu'elle laissait glisser dans ses doigts fins un paquet de cigarettes qu'elle le lui présentait. De sa voix langoureuse, elle l'enveloppait et l'amenait petit à petit penser à voir toujours plus, toujours plus loin. Jasper ne se voyait pas repartir dans ce véhicule, non. Il ne s'était jamais senti aussi bien et aussi détendu, brûlant aussi. L'air de la pièce était devenu plus lourd, mais l'air passait lentement dans sa gorge. Il tenait sa respiration, il restait calme pour maintenir les apparences. Tout était arrivé tellement vite.

Mais c'était normal.
Ce jeu, il l'avait lancé. Peut-être même qu'il avait lancé la roue la dernière fois aussi, parce qu'une part de lui était attachée à ce que la brune véhiculait. Il n'y avait pas eu que les disputes et les colères. Il y avait eu aussi un intérêt grandissant, des regards et des sourires qui s'étaient glissés parfois. Parfois. Là, tout était moins subtile, tout était visible. Après tout, ils étaient tous les deux et ils n'avaient rien à cacher. Il avança lentement sa main vers une cigarette, prenant le soin de glisser ses doigts sur sa peau du coude jusqu'au paquet, un air séducteur accroché au visage.
Il n'envisageait qu'une seule issue à leurs échanges.

« Se poser, vraiment . Tu sais, je ne suis vraiment pas fatigué. Et je n'ai pas vraiment envie de me poser. J'ai juste encore le tournis, mais ce n'est peut-être pas qu'à cause de la voiture. »

Il ne la remercia pas pour la cigarette. Les signaux étaient forts, et il avait parfaitement compris le message qu'ils étaient mutuellement en train de se lancer. Aguicheuse, malicieuse, il la trouvait toujours plus désirable. Il s'humecta machinalement les lèvres alors qu'il ne la quittait pas des yeux et portait la cigarette à ses lèvres. Il aimait vraiment ce genre de tension, celle qui rendait votre peau moite et rendait votre esprit instable. Une tension douce et brute à la fois. Il se rapprocha d'elle dans l'idée qu'elle lui allume cette cigarette. Pour continuer ce jeu. Mais une part de lui avait tellement envie que cette phase s'écourte, pour en venir au fait, pour en venir à ce que leurs corps se rapprochent vraiment. Car c'est ce qu'elle voulait, et ce qu'il voulait.

« Le coin ménage doit être un peu étroit. Mais on arrive toujours à s'arranger. L'imagination n'a pas de limite. Mais... Vu qu'on a tous les deux pas l'habitude des grands espaces, autant profiter de ce qu'on a sous les yeux. Ça ne se représentera peut être pas. »

Avait-il vraiment besoin de partir dans une description de la pièce ? Il n'en avait pas envie, et cela n'avait rien de très palpitant. Puis elle avait fini par trouver ce briquet à l'arrière de sa poche. Les gestes étaient lents, provocateurs. Le temps allait au ralenti, il fallait être patient. Jasper tendit les doigts en direction du briquet qu'il lui vola des mains, prit une deuxième cigarette qu'il glissa entre les lèvres de la jeune femme. Savourant ce moment, où il se plongeait dans son regard peut-être un peu surpris, il tira le briquet et la flamme s'alluma entre eux deux.

« On devrait peut-être aussi s'allonger et profiter de cette cigarette. » Jasper n'y avait pas que la cigarette qu'il avait envie de voir se consumer.


“L’endroit le plus sombre est juste sous la bougie.” p. korean
Le silence qui suit un grand désastre est le son le plus paisible qu'on peut entendre à la surface de cette terre. Elif Shafak.

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
WALKING WITH THE DEADS

MessageSujet: Re: Step out of the shadows   Aujourd'hui à 23:09

Revenir en haut Aller en bas
 

Step out of the shadows

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 4Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant

 Sujets similaires

-
» One step ahead
» Team Omega Pharma Quick-Step
» Sean ✖ Step in the car and I'll take you down for the ride.
» Etixx-Quick Step
» eyleen ceallacháin ; half in the shadows, half burned in flames

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Walking Dead RPG :: Archives RP :: RP Terminés-