Partagez | .
 

 Night Talks

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
Auteur
Message
Axel J. Kennedy
Bras droit | Sanctuary Hills
Modérateur
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 31/10/2015
Messages : 705
Age IRL : 24

MessageSujet: Re: Night Talks   Jeu 2 Juin 2016 - 12:24


    Le fait de me lever et de boire m'avait un peu mieux réveillé, même si je me sentait tout de même un peu agacé d'avoir été une nouvelle fois réveillé. A apporter comme ça un verre à Shawna et la voir aussi soucieuse, j'avais presque l'impression d'être retourné au comptoir du café. Il y avait toujours ce genre de client qui venait là pour réfléchir et, ne parvenant pas à se concentrer sur le livre qu'il avait pioché sur les étagères, finissait par me déblatérer toute sa vie. Une chance pour la métisse, j'avais toujours su être à l'écoute et même si je devais parfois prendre sur moi pour ne pas envoyer paître le monde, j'avais appris à rester professionnel dans le cadre de mon emploi. Certes, le monde avait changé, et je n'avais plus aucune obligation de me montrer poli et aux petits soins de chaque personne qui désirait me parler, mais je n'avais depuis que nous étions arrivés ici pas eu d'autre choix que d'essayer de me refaire à une vie en communauté. Il semblait par ailleurs que la coiffeuse ne semblait pas prête à quitter cet endroit, alors autant essayer de ne pas lancer les hostilités dans toute la baraque...

    N'étant déjà pas très bavard, j'étais encore plus acerbe depuis que nous nous étions éloignés Carmen et moi, et probablement qu'un peu de conversation ne pouvait pas me faire de mal. Posant un regard interrogateur vers Shawna, attendant qu'elle se décide à parler, je me dis un instant que cette situation et l'ambiance tendue qui régnait souvent ici ne devait être bénéfique pour aucune des personnes nous entourant. J'en venais presque à me demander parfois si je n'avais pas mieux fait de continuer ma route seul le jour où Ana était morte ; peut-être que tout le monde s'en porterait mieux... et moi aussi.

    Croisant les jambes sur le coin de la table opposé à la brune, je tapotais des doigts sur mon verre une mélodie imaginaire ; ce n'était en rien dû à l'agacement de l'attente, le silence ne m'avait jamais gêné, c'était simplement un tic, peut-être dû à la guitare ? Elle commença alors à parler et je portais mon attention sur elle en arquant un sourcil intéressé, comme j'avais l'habitude de la faire à la librairie, quand une personne se décidait enfin à déballer ce qu'elle avait sur le cœur. La seule différence était que cette fois-ci, l'humeur de la personne en face de moi influait également sur la mienne puisque nous vivions tous ensemble dans cette maison. A chaque fois que Shawna n'était pas dans son assiette, elle semblait arborer cet air un peu perdu qui donnait presque envie de lui passer une main dans le dos en lui disant que tout irait bien. Comme le jour où je l'avais trouvé dans son salon, c'était peut-être pour ça d'ailleurs que je ne l'avais pas juste laissé derrière ; mais j'avais rapidement compris que cet air d'animal égaré accompagnait également un sacré caractère. Ses paroles étaient pleines de sens et même si je me m'étais jamais encombré de tourments de la sorte depuis que le monde avait changé, je la comprenais parfaitement ; j'avais presque l'impression de m'entendre il y a des mois de ça. Hochant la tête, je me sentis d'un coup un peu plus concerné par ses dires et lui répondis d'un ton relativement sérieux.

« Ça fait qu'un mois que t'es là maintenant, et après tout ce temps passé cloîtrée c'est normal que tu sois pas à l'aise à l'extérieur. »

    Je n'ajoutais pas que de toute façon, dans ce nouveau monde, plus personne n'attendait plus rien des autres. Certes, il fallait inévitablement sortir pour trouver de quoi se nourrir, ou même faire son maximum pour tenir cet endroit vivable, mais tous les impératifs étouffants de la vie d'avant n'étaient plus. Et puis il y avait ceux qui parvenaient à s'adapter rapidement, et ceux qui avaient plus de mal. Shawna faisait partie de cette deuxième catégorie mais comment lui reprocher cela alors que je n'étais moi-même jamais parvenu à me faire à la société dans laquelle nous vivions ? Elle s'était d'ailleurs lancé sur un sujet plus pointu : la famille, tout ce qu'elle avait avant. Reprenant une gorgée d'eau, je me penchais légèrement en avant pour faire glisser le verre un peu plus loin que le bord de la table afin d'éviter qu'Alsea ne le renverse par mégarde en se levant.

« Ça sera jamais pareil, je suis désolé de te dire ça mais c'est la vérité. Il faudra apprendre à vivre avec, parce-que ce qu'il se passe là-dehors, c'est irréversible. »

    Mes paroles avaient peut-être été dures pour la jeune femme, peut-être que les mots employés n'étaient pas les bons ni ceux qu'elle attendait, mais à quoi servait-il de se bercer d'illusions ? Elle devait certainement penser que je n'étais qu'un type sans cœur qui n'avait d'affection pour personne et n'avait rien perdu ; elle pouvait bien penser ce qu'elle voulait, mais je repris pourtant la parole, poursuivant la discussion sur cette voie houleuse.

« On a tous perdu du monde. Carmen par exemple a perdu sa soeur il y a quelques mois. Tu sais, elle et moi on était cul et chemise, mais malgré tout ça n'a pas suffit pour apaiser nos pertes. »

    Secouant la tête en reportant mon attention sur le mur en face, je me demandais un instant pourquoi je lui disais tout ça, comme si ça allait l'aider... Le but n'était en aucun cas qu'elle ressente une quelconque pitié, mais simplement de lui montrer que nous avions tous nos poids à porter, que nous étions tous dans le même bateau ; même si je peinais moi-même à me ranger dans le même sac que tout le monde. Je ne me sentais pas prêt à lui parler des miens, de cette absence qui me rongeait, ne pas savoir ce qu'ils étaient devenus... Alors je poursuivis avec cette semi-distance à peine décelable.

« Ce ne sont pas des choses qui s'oublient, mais avec le temps on apprend à vivre avec. »

    Phrase bateau. Moi-même j'aurais lancé un regard blasé à la personne qui me l'aurait sortie, parce-que c'était sans queue ni tête, et qu'il n'y avait aucunement besoin d'en discuter autour de soi pour en venir à cette conclusion. Mais qu'y avait-il à dire d'autre ? Seul le temps pourrait apaiser le manque de la métisse, elle devrait s'y faire.





« Tout le monde dit que la ''survie'' n'est pas facile,
que ce n'est qu'un état second clôturé soit par une renaissance, soit par la mort.
J'ai eu ma renaissance.
»

Revenir en haut Aller en bas
Shawna J. Clarke
Sanctuary Hills
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 19/01/2016
Messages : 839
Age IRL : 28

MessageSujet: Re: Night Talks   Mar 21 Juin 2016 - 19:17


Non. Ça n’allait pas bien. Sa famille lui manquait terriblement, elle avait peur, ce cauchemar revenait sans cesse la hanter et en plus de ça elle avait l’impression que tout le monde la détestait ici. Ce n’était pas vrai mais c’était ce qu’elle pensait, et forcément, ça n’arrangeait pas les choses. Se faire de fausses idées, c’était bien Shawna ça, toujours à penser au pire quand rien n’allait. Dire qu’elle pouvait être tellement enthousiaste et agréable durant ses bons jours. Malheureusement, vu le contexte, ces jours-là étaient devenus rares. C’était bien dommage vu son magnifique sourire. Qu’importe, elle en avait vraiment assez de chouiner dans son coin, de supporter tout ça. Seule, ça faisait bien longtemps qu’elle l’était… Depuis le jour où Nathan l’avait laissée au salon. Alors maintenant qu’elle avait des gens autour d’elle, elle avait besoin de parler de tout ça. Elle avait tellement de choses à dire que c’était difficile de savoir par où commencer. Sans compter ce mal être qui jouait sur son humeur et qui lui donnait envie de pleurer dès qu’elle repensait à ses problèmes et à l’absence de tout ce qui lui manquait à présent… Alors elle avait fini par se confier une nouvelle fois à Axel. Etait-il vraiment la personne la plus apte à la comprendre ? Ce n’était pas sûr, mais à cet instant, c’était le seul qui était toujours debout. Oui bon… Elle l’avait réveillé. Mais maintenant que les tensions s’étaient apaisées, elle s’était lancée. Le jeune homme l’avait écouté avec attention, semblant ne pas tenir comptes de ces larmes qui commençaient à s’entrevoir dans les yeux de la métisse.

Elle détourna le regard un instant, cherchant probablement à dissimuler ses yeux rougis. A quoi bon… Ce n’était pas la première fois qu’elle se mettait à pleurer ainsi. Elle passait son temps à chialer de toute façon. Mais, elle ne supportait pas montrer cette faiblesse. Elle avait honte, encore une fois, d’être faible… D’être incapable de se contrôler. Un léger sanglot se fit entendre mais elle essuya ses larmes d’un revers de main avant de reprendre une profonde inspiration pour se calmer. Elle finit par relever les yeux quand la voix d’Axel répondit à la sienne. Bizarrement, sa première réaction fut de tenter de dédramatiser un peu la situation. Il lui expliqua que c’était sûrement normal après seulement un mois passé ici, puis il évoqua toute la période qu’elle avait passé seule enfermée au salon de coiffure. Oui, il avait sûrement raison. Elle allait devoir réapprendre à vivre ici, au contact des autres. Et ça, ce n’était pas simple pour elle…

Il continua, ajoutant que le monde dans lequel ils vivaient à présent ne serait jamais comme avant. Cette remarque fut difficile à entendre pour la métisse. Elle le savait, évidemment. Pourtant, il y avait certainement une infime partie d’elle qui espérait… Qui espérait quoi d’ailleurs ? Un miracle ? C’était évidemment bien utopiste de croire qu’elle pourrait un jour retravailler dans son salon, comme si tout ça ne s’était jamais produit. Malheureusement, Axel avait raison. Il allait devoir s’y faire, et pour Shawna ça allait prendre du temps… Enormément de temps.

Shawna aurait voulu lui répondre quelque chose mais elle n’eut pas le courage de réagir, se contentant de l’écouter à nouveau. Il reprit en expliquant qu’ils avaient tous perdu quelqu’un. A vrai dire, la jeune femme avait bien compris qu’elle n’était pas la seule mais elle n’avait pas tellement parlé de ça avec les autres. Parce qu’elle n’aimait pas vraiment évoquer la perte de ses proches, bien qu’elle ne puisse s’empêcher de le rappeler dès qu’elle se sentait mal… Et forcément, cela la rendait encore bien plus malheureuse. Elle soupira doucement, attristée d’entendre que Carmen avait perdu sa sœur… Elle baissa les yeux, encore une fois, alors qu’il terminait en disant qu’il fallait du temps pour se remettre de tout ça… Mais que ça finirait par aller mieux. Pour Shawna, c’était difficile de le comprendre. Elle se sentait incapable de vivre avec tout ça, d’essayer de faire avec… « Je… Je sais pas si j’en suis capable… Je pense à elles tout le temps. Elles me manquent… Et… » Non. Elle devait arrêter de parler de tout ça. Il fallait qu’elle écoute Axel. C’était difficile mais il avait raison. Et les autres auraient sûrement le même discours. Shawna avait du mal à comprendre comment ils faisaient pour ne pas trop montrer leur peine… Elle, elle en était incapable…

« Et… Toi ? Tu as perdu… Quelqu’un ? » Elle n’avait pas tellement réfléchi et avait posé cette question d’un coup. D’ailleurs, très vite, cela se remarqua qu’elle se sentait mal d’avoir demandé ça. C’était stupide encore une fois de l’embêter avec ça. Son regard de refit fuyant, et une fois encore un certain malaise se fit sentir. Elle espérait vraiment qu’il n’allait pas mal le prendre…






Revenir en haut Aller en bas
Axel J. Kennedy
Bras droit | Sanctuary Hills
Modérateur
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 31/10/2015
Messages : 705
Age IRL : 24

MessageSujet: Re: Night Talks   Mer 22 Juin 2016 - 12:11


    Il était évident que la métisse n'accepterait pas facilement mes paroles, il était certainement encore trop tôt pour digérer tout ça, envisager l'éventualité qu'un jour ça ira mieux, ou en tous cas qu'il sera moins difficile de penser à ceux qu'on a perdu. Je suis parfaitement conscient de ne pas être le mieux placé pour lui parler de tout ça, pour la comprendre, parce-que malgré les pertes, je me sens mille fois mieux dans ce nouveau monde déchu que dans l'ancien ; peut-être que ça non plus, personne ne pourra jamais le comprendre... Quand j'y pense je me demande moi-même pourquoi je réagis comme ça, cette foutue question en suspend qui n'aura probablement jamais sa réponse ; pourquoi je n'ai jamais réussit à m'adapter à la société et au monde ? D'où venait ce problème ? Je ne peux retenir un léger soupir en y pensant encore, me disant que j'ai aussi toujours un peu de mal à me faire à cette vie de groupe.

    Les reniflements discrets de Shawna s'élèvent dans la pièce, elle fait de son mieux pour ne pas se laisser aller à pleurnicher comme elle le fait souvent, mais ses tremblements parlent pour elle. Contrairement à elle, je n'étais pas seul en arrivant ici, même si notre relation avec Carmen est devenue quasi inexistante. A bien y réfléchir, je n'aurais suivit personne d'autre qu'elle de toute façon, mieux vaut être seul que mal accompagné qu'ils disent, et je m'étais préparé à rester seul jusqu'au bout s'il le fallait. Enfin... non c'est des conneries. Je m'étais préparer à traverser à tout ça avec ma famille, vivre à leurs côtés comme j'avais jamais été capable de le faire avant. Mais Mendoza m'avait bien fait comprendre que je devais arrêter de me leurrer. Et à bien y penser, on pouvait juger que c'était le revers de la médaille : j'avais attendu ce changement, je l'avais souhaité, m'éloignant des miens... le prix à payer semblait être justement ce manque de mes proches.

    J'avais choisi de ne pas en rajouter une couche, laissant la coiffeuse le temps dont elle avait besoin pour s'imprégner de ces mots, de la situation dans laquelle nous nous trouvions. Elle avait reprit la parole au bout de quelques instants, tentant à nouveau de justifier ses pensées, et je me contentais de hocher la tête en lui adressant un regard compréhensif. J'avais ma part d'indifférence à la plupart des choses qui m'entouraient, mais ça... je pouvais comprendre, parce-que moi aussi, des gens me manquaient et je ne pouvais nier que j'étais resté trop longtemps dans une foutue espérance sans fondement pour pouvoir tirer un trait sur eux d'un seul coup. Alors oui, la peine de Shawna ne m'était pas inconnue, même si j'aurai préféré qu'elle le soit.

    La métisse me balança alors sa question... et comme si je ne m'étais pas assez pourri l'esprit tout seul, il fallait qu'elle en rajoute une couche. Certes, elle ne pensait peut-être pas à mal et souhaitait juste continuer sur un ton de conversation, mais y a de ces choses dont on préférerait ne pas parler. Je fronce les sourcil un instant avant de laisser tomber ma tête sur le dossier du canapé en soupirant. Je ne prêtai aucune attention à l'air désolé de la brune, ne desserrant pas ma mâchoire pour l'instant ; je n'avais aucune envie de m'apitoyer sur mon sort, ni de voir la pitié de qui que ce soit. M'éclaircissant la gorge pour adopter une voix calme bien que froide, je ne quitte pas le plafond des yeux.

« J'ai grandi dans le Montana, toute ma famille y est. »

    Parler au présent, foutu conditionnement de cerveau. A croire que les mots que m'avaient craché Carmen n'avaient pas suffit, qu'au fond j'espérais toujours... Un nouveau soupir avant de tourner la tête vers la coiffeuse ; j'avais à nouveau adopté mon regard sans grande émotion, celui qui m'avait tellement protégé du monde.

« Moi aussi je les ai attendus dans le centre de la ville, espérant qu'ils viennent. »

    Je n'en dis pas plus, c'est amplement suffisant. Tout ça pour lui montrer qu'elle n'avait pas été la seule à attendre de potentiels fantômes dans son salon de coiffure. Le seul avantage que j'ai comparé à elle, c'est que je vis dans ce monde plutôt que d'y survivre.





« Tout le monde dit que la ''survie'' n'est pas facile,
que ce n'est qu'un état second clôturé soit par une renaissance, soit par la mort.
J'ai eu ma renaissance.
»

Revenir en haut Aller en bas
Shawna J. Clarke
Sanctuary Hills
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 19/01/2016
Messages : 839
Age IRL : 28

MessageSujet: Re: Night Talks   Sam 2 Juil 2016 - 15:06


Parler de sa famille ne faisait qu’empirer les choses. Déjà qu’elle se sentait mal d’avoir réveillé Axel, qu’ils s’étaient pris la tête et cette histoire de cauchemar qui n’arrangeait en rien les choses… Mais l’absence de ses proches, c’était le plus difficile. Avec ses sœurs cela n’avait jamais été tout rose, non, elles passaient souvent leur temps à se disputer, à se prendre la tête. L’adolescence avait été compliquée, d’autant plus pour Shawna qui avait souvent été considérée comme le vilain petit canard de la famille. C’était la pire des quatre filles Clarke, sûrement, avec son caractère de peste et ses airs de princesse. Elle était celle qui avait donné le plus de fil à retordre à leur mère, quittant l’école avant même la fin du lycée et traînant dans les rues avec la mauvaise graine la plupart du temps. Ses sœurs, au contraire, avaient été exemplaires. L’aînée, Sherill, qui avait souvent été une seconde mère pour les autres avait obtenu un poste de secrétaire dans un cabinet médical. Bailey et Janessa avaient intégré la faculté de San Francisco, et la dernière avait même terminée major de sa promo deux années de suite… La métisse, elle, s’était contenté d’un diplôme de coiffeuse mais elle avait toujours été heureuse comme ça…

Repenser à tout ça, tous ces souvenirs, c’était difficile. Elle avait beau tenter de ne pas y penser, tout cela revenait dès qu’elle était seule. Même dans ses cauchemars. C’était douloureux mais ça lui enlevait comme une épine du pied de parler de tout ça à quelqu’un. Mais elle allait devoir se faire à l’idée qu’elle ne reverrait plus ses sœurs. C’était évident. Malheureusement, elle n’était pas prête pour ça, pas tout de suite. S’adapter à cette nouvelle vie était déjà très compliqué, apprendre à vivre avec de nouvelles personnes également. Mais d’un côté, il y avait une partie d’elle qui la poussait à s’ouvrir aux autres, à accepter de vivre avec eux. Elle n’en était pas encore consciente mais elle allait devoir faire beaucoup d’efforts.

L’annonce de la mort de la sœur de Carmen, lui fit comprendre que tous ici, avaient vécu des événements douloureux. Chacun d’entre eux dans cette maison en gardaient des cicatrices plus ou moins visibles. Pour beaucoup, ils n’en parlaient pas, faisaient comme si de rien n’était. Comment pouvaient-ils être aussi fort pour ne pas craquer ? Shawna était presque admirative de voir ses compagnons continuer leur vie après tout ça. Mais après tout, avaient-ils le choix ? C’était ce que Axel tentait de lui faire comprendre. Relever la tête, continuer malgré les épreuves, survivre… Tant de choses pour lesquelles elle se sentait incapable. Et pourtant, elle devait le faire…

Puis maladroitement, elle avait demandé à Axel s’il avait perdu quelqu’un lui aussi. D’un coup, elle s’était sentie mal… C’était toujours un sujet délicat à aborder, elle en savait quelque chose. Pourquoi lui avait-elle demandé ça ? Elle aurait dû se taire… Bien évidemment, elle remarqua très vite la réaction du brun en face d’elle. Cette façon de froncer les sourcils, de soupirer… Il n’avait visiblement pas envie de parler de ça. Quelle idiote… Elle baissa les yeux, se contentant de jeter quelques regards fuyants vers lui. Fixant le plafond au-dessus d’eux, il finit par lui répondre. Toute sa famille vivait à plusieurs heures de route d’ici. Il reprit en disant qu’il les avait attendu… Mais Shawna comprit bien vite que, comme elle, il n’avait pas eu de nouvelles… Une fois encore la gorge de la belle se noua, gênée et triste pour lui. Elle ne savait plus où se mettre et un silence interminable les entoura alors. A plusieurs reprises, son regard s’arrêta sur Axel, puis prenant une profonde inspiration elle finit par reprendre « Axel… Je… Je suis désolée… C’était indiscret comme question… Je… J’aurais dû me taire… » Encore une fois. Elle se mordit doucement l’intérieur de la joue, détournant les yeux encore une fois. Elle termina son verre d’eau puis elle continua. « Je vais retourner me coucher je crois… Encore désolée pour… De t’avoir réveillé. » Elle haussa lentement les épaules, affichant un sourire timide avant de se redresser pour poser le verre vide sur la table.






Revenir en haut Aller en bas
Axel J. Kennedy
Bras droit | Sanctuary Hills
Modérateur
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 31/10/2015
Messages : 705
Age IRL : 24

MessageSujet: Re: Night Talks   Lun 4 Juil 2016 - 18:41


    Parler de la famille ça n'avait vraiment rien de bon, et j'avais presque l'impression par moment que Shawna avait un air encore plus sombre que lorsque je l'avais rencontrée dans son salon de coiffure. Je comprenais que ça ne devait pas être simple d'être ici, de s'adapter, moi-même je peinais encore à me faire à cette vie de groupe. Accepter de ne pas retourner en ville mettre des mots partout pour ma famille en leur disant où je me trouvais afin d ne pas mettre Carmen et les autres en danger. Toute cette prise de conscience forcée, cette foutue acceptation par laquelle il fallait passer pour avancer, ce n'était en rien simple, et la métisse était tout comme moi entrain de passer par là. J'étais conscient qu'en la sortant ainsi de son salon, elle avait perdu tout espoir que ses sœurs la retrouvent un jour là où elle était censée les attendre, et c'était certainement ça le plus dur à digérer pour la métisse. Mais qu'aurait-elle pu faire d'autre ? Si elle était restée là-bas elle serait certainement morte à l'heure qu'il est.

    Un mois qu'elle était là et c'était la première fois que nous avions une discussion aussi poussée ; principalement parce-que je n'ai jamais été le type de gars vraiment bavard, mais peut-être aussi parce-que tous ces chouinements, très peu pour moi. Nous avions tous nos propres problèmes, notre propre fardeau à traîner, s'il fallait en plus s'encombrer de ceux des autres autant arrêter de vivre tout de suite. Ayant toujours été relativement égoïste, l'apocalypse n'avait en rien changé ce trait de mon caractère et je ne m'en portait pas plus mal.

    Malgré que la colère de mon réveil était passée, cette nouvelle rage qui revint quand je repensais à ma famille réveilla le reste. J'avais répondu de manière sèche, j'en étais conscient, mais elle s'attendait à quoi ? Tout le monde n'était pas aussi à l'aise qu'elle quant au fait de parler de tout et rien, si elle avait besoin de cela pour avancer tant mieux, j'étais prêt à être l'oreille attentive que j'avais toujours été dans le cadre de mon travail. Mais parler ce n'était pas mon truc, j'avais toujours été du genre à tout garder pour moi, encaisser seul et me relever seul ; certes, Carmen avait bien souvent trouvé les moyens de me sortir de mon mutisme, mais elle était l'exception qui confirmait la règle.

    Ne prêtant pas réellement attention à son air désolé ni à l'atmosphère tendue dans laquelle nous étions à nouveau plongés, je me contentais de respirer le plus calmement possible. Ne pas craquer. Ne pas se laisser submerger par les fantômes du passé. Ce monde était le mien désormais, j'y avais enfin ma place, et je me devais de ne rien laisser salir cela. Mais les vieux démons sont les plus coriaces, et il y a de ces choses qu'on ne peut contourner, n'ayant d'autre choix que de les affronter directement, qu'importe la douleur et les remords. La voix de la métisse s'éleva à nouveau, et je fermais un instant les yeux pour envoyer plus loin ce voile de peine qui les recouvrait quelques secondes auparavant.

« Tu le sauras pour la prochaine fois. »

    Ma voix était calme, sans grande émotion mais il n'y avait aucune agressivité. Elle se releva alors, s'excusant une nouvelle fois. Voyant son petit sourire timide, je fis de mon mieux pour lui rendre ; ce n'était rien, elle ne pouvait pas savoir...

« Dors bien. »

    La regardant s'éloigner, mon sourire éphémère s'effaça rapidement, laissant place à cet air morose que j'avais bien souvent du mal à quitter. J'aurai pu lui dire que si elle avait besoin de parler je pouvais l'écouter, si ça pouvait l'aider, mais mon état d'esprit ne me le permit. La seule chose dont j'avais envie c'était d'être seul, ressasser le passé, encore et encore, jusqu'à sombrer de fatigue. Posant ma main sur la tête d'Alsea toujours couchée aux pieds du canapé pour m'apaiser un peu, je fermais les yeux.







FIN





« Tout le monde dit que la ''survie'' n'est pas facile,
que ce n'est qu'un état second clôturé soit par une renaissance, soit par la mort.
J'ai eu ma renaissance.
»

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
WALKING WITH THE DEADS

MessageSujet: Re: Night Talks   Aujourd'hui à 10:36

Revenir en haut Aller en bas
 

Night Talks

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

 Sujets similaires

-
» Wednesday Night Raw # 60
» Perfect night ♪
» Snow Night [F, Clan de Glace]
» Monday Night Raw #46 - Carte
» Friday Night Smackdown - 23 Décembre 2011 (Carte)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Walking Dead RPG :: Archives RP :: RP Terminés-